POLITIQUE EN PACA & POLICY IN THE WORLD in English, French and Italian 0632173633 - diaconesco@gmail.com

17 janvier 2020

LE PARTI DE LA FRANCE VOUS SOUHAITE UNE BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2020

titre_24654556

 

 

PUBLIÉ PAR GAIA - DREUZ LE 17 JANVIER 2020

Source : Francetvinfo

Le premier tour des élections municipales sera un baptême du feu pour La République en marche, moins implantée au niveau local. Mais une circulaire expliquant aux préfets comment classer politiquement les candidats pourrait contribuer à limiter les dégâts, en apparence. « L’Œil du 20 heures » a contrôlé les étiquettes.

Le ministère de l’Intérieur, chargé d’organiser les élections municipales, a décidé de changer les règles pour calculer le score de chaque parti politique au soir des résultats… Et il a sorti l’effaceur : 96% des communes ne seront pas prises en compte dans les résultats nationaux. Ce qui pourrait bien grossir artificiellement les scores du parti présidentiel.  

C’est une circulaire adressée aux préfets, que nous nous sommes procurés : un document, signé par Christophe Castaner, qui réglemente le classement des candidats. A chacun, qu’il soit investi par un parti ou sans étiquette, les préfectures attribuent une nuance politique : Divers GaucheSocialisteRépublicainsRégionaliste… une vingtaine en tout. Pour ensuite additionner leurs voix et calculer les performances de chaque formation en France. 

La nouveauté dans cette circulaire, c’est que les préfectures feront cette classification “seulement dans les communes de 9 000 habitants et plus” (ainsi que dans les sous-préfectures), et non plus à partir de 1 000 habitants, comme aux dernières municipales.  

Un électeur sur deux ne sera pas comptabilisé dans les résultats nationaux

A Boussy-Saint-Antoine dans l’Essonne, 7624 habitants, la commune est désormais trop petite pour que les voix qui se porteront sur le maire-candidat socialiste soient comptabilisées dans les résultats nationaux de son courant politique, comme c’était le cas il y a 6 ans. « Moi, précédemment, j’apparaissais dans des listes d’Union de la Gauche, se souvient Romain Colas. Mais je vais disparaître. On efface en tout cas la capacité qu’auront les électeurs de Boussy-Saint-Antoine d’adresser aussi un message politique national.”  

Les électeurs de Boussy-Saint-Antoine ne seront pas les seuls à disparaître ainsi des statistiques nationales. Les mairies de moins de 9 000 habitants (et les sous-préfectures), ce sont 96% des communes françaises, et 54% des électeurs… dont le vote ne comptera pas dans la moyenne nationale cette année. Le député Les Républicains Olivier Marleix y voit une manoeuvre intéressée : « On ne présentera pas le résultat complet du vote des français, on présentera le résultat du vote des Français qui arrange le gouvernement. »  

Un biais statistique 

Pour comprendre, nous avons repris les résultats des dernières élections, les européennes. En France, sur les 34 listes candidates, le Rassemblement National est arrivé premier (23,3%), devant La République en Marche (22,4%). Mais si l’on ne regardait que les communes de plus de 9 000 habitants (avec les sous-préfectures), le parti présidentiel arriverait en tête (24,2%)… presque 5 points devant le RN (19,4%) !  

La circulaire Castaner avantagera bien La République en marche dans la présentation des résultats, selon le politologue Pascal Perrineau. “Cette France de plus de 9 000 habitants, oui, c’est une France plus macroniste, c’est une France moins lepéniste. Donc là il y a peut-être la tentation de cacher la faiblesse inévitable de La République en marche aux élections municipales.”  

Contacté, le ministère de l’Intérieur explique que les candidats des petites communes sont moins souvent affiliés à un parti et donc peu utiles à prendre en compte dans les statistiques. Bref, le gouvernement assume son coup d’effaceur.

***********************************************************************

Le grain de sel de Jean-Claude ROLINAT



MALI : ÇA SUFFIT !

40820483-34512957

Pour une fois, ma petite rubrique va commencer par un « coup de gueule » ! Oui, ça suffit ! Nos soldats meurent au Mali, pour le Mali, et nous n’avons en réponse, qu’ingratitudeAssez ! Depuis le début de l’opérationBarkhane qui a succédé à Serval pour stopper aux portes de Bamako les rebelles islamistes ou nomades,- ces derniers  portant les couleurs d’un islam qui n’était pas, initialement, le leur-, nos troupes ont repris tout ou partie du territoire malien. Mais le prix à payer est lourd : ce sont 44 des nôtres qui sont tombés dans l’ex-Soudan français. Quels remerciements en avons-nous ? Sur les réseaux sociaux, ça gronde, on assimile parfois les troupiers français à une armée d’occupation. Les heures glorieuses de l’accueil triomphal fait à François Hollande, c’est fini.  

Les Maliens de France, au Mali ! 

Rappelons que les immigrés maliens comptent pour la plus importante communauté africaine installée en France, plus ou moins, officiellement, 100 000, beaucoup plus sans doute, sans compter les clandestins. Tenez, allez à Montreuil dans le 9-3, c’est la capitale du Mali en France ! Et parmi tous ces solides gaillards, il n’y aurait pas de soldats potentiels pour aller sauver leur patrie ? C’est proprement scandaleux de voir ces grands hommes noirs, bien bâtis, capables de faire de bons combattants si bien entrainés,  rester cachés chez nous,- qui est « chez eux » selon nos belles âmes-, alors que nos fils et nos frères tombent pour eux. Sans oublier non plus, au passage, les pauvres soldats maliens, mal équipés, mal entrainés qui, eux aussi, meurent pour leur pays sans que leurs chefs, trop occupés à trafiquer à Bamako, ne s’en préoccupent beaucoup. Ce qui génère, parfois, de justes manifestations de la part de leurs femmes ou de leurs sœurs contre le gouvernement local. On peut le comprendre.  

Expulsons-les ! 

Donc ces Maliens vivant en France, et particulièrement ceux frappés par une OQTF,- obligation de quitter le territoire français-, ne partent jamais. Pourquoi ? Parce que leur gouvernement refuse de les reprendre, refuse de délivrer les fameux laissez-passer consulaires, les LPC. Ces documents sont nécessaires pour que l’administration française puisse expulser un clandestin depuis un centre d’accueil, vers son pays d’origine. En plus, tout immigrant sait qu’il a intérêt à détruire ses papiers d’identité, son passeport, avant de débarquer en Europe pour brouiller les pistes. Il sait qu’il gagnera du temps en empêchant que l’on détermine sa vraie nationalité. S’il « perd » volontiers ses papiers, il conserve bien précieusement, par contre son téléphone portable ! On se moque du monde. Surtout le ministre malien chargé des siens l’étranger, un certain Yaya Sangaré qui, c’est tout juste s’il n’accuse pas la France de fabriquer des clandestins, pour refuser les fameux LPC ! On comprend que les autorités maliennes ne soient pas très désireuses de récupérer leurs nationaux, car ces derniers font vivre une bonne partie du pays. Comment ? Chaque année, c’est plus de 500 milliards de Francs CFA, soit environ 820 millions d’euros, que la diaspora déverse sur son pays d’origine, faisant vivre, qui ses parents, qui ses oncles, qui ses cousins. On a calculé que ça représentait, tout de même, plus de 6 % du PIB du Mali. Donc, pour le président Ibrahim Boubacar Keïta, « IBK » pour les intimes, qui était présent aux Invalides pour les obsèques de nos treize martyrs, - c’était le minimum « syndical » !-,il n’y a aucun intérêt pour que son pays récupère ses nationaux planqués à l’étranger, oui, planqués ! Alors, il faudrait que notre chef de l’État, notre premier ministre, tapent du poing sur la table et que la France cesse d’abreuver ce pays via l’Agence française de développement, l’AFD. Il faut exercer un chantage sur les autorités de Bamako : « ou vous reprenez vos clandestins, ou nous rapatrions nos troupes ! ». Inutile de vous dire que la seule idée de devoir fuir et quitter les avantages du pouvoir,auraient raison de l’hypocrisie des autorités maliennes ! Mais, au lieu de cela, le ministre malien de l’intérieur, je crois, a trouvé une autre solution : que la France régularise tous les maliens clandestins, comme cela il n’y aurait plus le problème avec les LPC. CQFD ! Mais en fin de compte, l’amitié franco-soudanaise, franco-malienne, en mémoire des soldats africains tombés pour nous, jadis, ne vaudrait-elle pas un arrangement à l’amiable ? Article tout spécialement dédié à son ExcellenceTouminé Djimé Diallo, ambassadeur de la République du Mali à Paris ! 

Jean-Claude ROLINAT 

 

2018_3_1

Adhérez !

 

POUR ADHÉRER:

bulletin_d__adhesion.png Bulletin d'adhésion.png  (2.09 Mo) 
Nous comptons sur votre soutien afin de poursuivre notre nécessaire combat pour la sauvegarde de notre Identité et de nos valeurs de civilisation. Le Parti de la France est la seule formation politique a mener ce combat, sans compromission ni reniement.
Mais sans ses adhérents, il n’est rien.
 
Votre adhésion peut se faire
• par chèque, à l'ordre de Myriam Baeckeroot, mand. fin. du PDF en remplissant le bulletin d'adhésion et en envoyant le tout au siège du PDF :  6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche

POUR NOUS SOUTENIR FINANCIÈREMENT:

Adhérez !
 
ATTENTION: POUR LES PARTIS POLITIQUES, LES DONS PAR PAYPAL NE SONT PLUS AUTORISÉS. Si vous désirez bénéficier d'un reçu fiscal, votre don doit obligatoirement être effectué par virement ou par chèque bancaire selon les modalités énoncées ci-dessous.
  • par chèque à l’ordre de “Mme Myriam BAECKEROOT mandataire financier du P.D.F.” en adressant votre courrier au Parti de la France 6 allée des Templiers, 78 860 Saint-Nom-la-Bretèche
  • par virement à l’ordre de “Mme Myriam BAECKEROOT, mandataire financier du P.D.F.” sur le compte bancaire LCL FR46 30002 00453 0000691807 F 22 Paris Anjou
  • Les espèces donnent droit à un reçu fiscal jusqu'à 150 €.
  • Pour tout renseignement : 09 67 17 81 36.
 
Loi du 11 mars 1988 : Article 11- alinéa premier et troisième alinéa :
«  Les dons consentis et les cotisations versées en qualité d’adhérent d’un ou plusieurs partis politiques par une personne physique dûment identifiée à une ou plusieurs associations agréées en qualité d’association de financement ou à un ou plusieurs mandataires financiers d’un ou de plusieurs partis politiques ne peuvent excéder 7.500 euros. 
Les personnes morales à l’exception des partis ou groupements politiques ne peuvent contribuer au financement des partis ou groupements politiques, ni en consentant des dons, sous quelque forme que ce soit, à leurs associations de financement ou à leurs mandataires financiers, ni en leur fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués. »
Ainsi que le premier alinéa de l’article 11-5 de la loi précitée :
« Ceux qui ont versé des dons à un ou plusieurs partis politiques en violation de l’article 11-4 sont punis d’une amende de 3.750 euros et d’un an d’emprisonnement.
Chaque don ou adhésion ouvre la possibilité d’une réduction fiscale de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Ainsi, un don de 100 euros ne vous coûte réellement que 34 euros. Dès réception de votre don, nous vous enverrons un reçu à joindre à votre déclaration d’impôts.  
Merci pour votre soutien et votre fidélité à notre combat.

BULLETIN À TÉLÉCHARGER, IMPRIMER, REMPLIR ET RETOURNER AU PDF

***************************************************************

 

 Retour sur le blog

Posté par POLITIQUE PACA à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

SIGNATURE DE LA CHARTE EN TOUTE FRANCHISE PAR LES CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES DE MARS 2020 DANS LES ALPES-MARITIMES

nda_elysee_3333-slide_3

Signature de la Charte " En toute Franchise " des candidats aux élections municipales hier soir à Nice le 16 janvier 2020 avec la participation de Monsieur Jean-Marc CHIPOT tête de liste pour le parti de Nicolas DUPONT-AIGNAN de Debout la France ainsi que d'autres candidats et élus du département des Alpes-Maritimes.

20200116_200924

 Jean-Marc CHIPOT signant la Charte de "En toute Franchise "

Photo presse et reportage DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHT - 16.01.2020 - NICE

 

C'était hier soir dans un grand restaurant sur le port de Nice, que s'est tenu une réunion réunissant dès 18h30 quelques candidats aux élections munipales de mars 2020 pour signer la CHARTE de l'Association " EN TOUTE FRANCHISE ". 

C'est donc dans le cadre de cette Campagne aux Elections Municipales 2020 « En Toute Franchise » que Monsieur Jean-Marc Chipot Candidat tête de liste pour le parti de Debout la France à l’élection Municipale de Nice signait cette Charte en présence de nombreuses autres personnalités et élus du département des Alpes-Maritimes venus assister et participer activement à cette soirée de présentation et de signature de l'Association " En toute Franchise" sous la houlette de ses dirigeants Mr. et Mme.Claude et Martine DIOT.

On pouvait remarquer aussi à cette soirée la présence de Madame Béatrice de GUBERNATIS fille du défunt Bâtonnier du barreau de Nice Maître Gérard de GUBERNATIS, du Conseiller municipal et métropolitain de Nice Monsieur Guillaume ARAL, ainsi que de votre serviteur Gérard DIACONESCO journaliste indépendant, porte-parole et responsable pour le bassin Niçois du "PARTI de la FRANCE".

20200116_200935

20200116_200951

20200116_201004

20200116_201028

Photos presse DIACONESCO.TV - COPYRIGHTS - 16.01.2020 - NICE 

 

Le but de cette Charte peut donc se résumer de la manière suivante :

STOP aux décisions arbitraires, aux représailles, aux abus de pouvoirs des maires et de leur isolement ;

Pour un OBSERVATOIRE  COMMUNAL DU  COMMERCE spécifique à chaque ville avec la participation de tous les acteurs économiques.

 image0219

 

image02410

image02811

image02912

Campagne d'Affichage

Sur les vitrines boutiques fermés et panneaux affichage Public

Accompagné de tracts.

 

La France et la municipalité de Nice en place qui n’ont jamais voulu prendre en compte les conséquences collatérales sur le commerce de proximité :

1)      Travaux urbains (1 an ; 2 ans, 3 ans, tramway, égouts, réseaux électriques, internet….)

2)      Les abus de position dominante et le taux de vacance commerciale ( trop de grandes surfaces et de centres commerciaux en périphérie).

3)      La concurrence déloyale, fléau des commerçants-artisans, surfaces illicites….

et si la  Grande distribution a pu prospérer, c’est à cause du laxisme des gouvernements et des magouilles des élus locaux peu scrupuleux à respecter la loi, PLU,PPRi….

Pour stopper ce fléau nous faisons des propositions jointes à notre Charte.

 

La Presse en Parle

418 Milliards d’€ D’INFRACTIONS NON PERÇUS PAR L’ÉTAT

image03113

Martial Bourquin Sénateur du Doubs (Bourgogne-Franche-Comté)  Dénonce ce scandale :

 https://www.youtube.com/watch?v=5_HHB287ecQ

 

Marianne N° 1159 du 31 mai 2019 - LCI    

image0044

https://www.youtube.com/watch?v=uvbR0tXy8jY

 

  

Signer et faite signer la pétition

 

image0065

 

https://www.change.org/p/418-milliards-d-d-infractions-non-per%C3%A7us-par-l-%C3%A9tat   

 

image03214

https://www.youtube.com/watch?v=2ZgurP7jcD4

 

image03315

https://www.facebook.com/magazine.nexus/videos/10159582716395244/

image03416

https://www.youtube.com/watch?v=7Qlkb7vm2IU&t=58s

image03517

https://www.youtube.com/watch?v=wX2OzMMx024

 

image03618

image03719

VECU Le Média des Gilets Jaunes

Vidéo du 4 février :  https://www.facebook.com/Vecu.giletjaune/videos/596793604116164/UzpfSTEwMDAwMjA4ODMwMTkxNDoyMTYwNjkyNjg0MDEwMzIx/

Martial BourquinSénateur du Doubs (Bourgogne-Franche-Comté)

 

France2 Envoyé Spécial Elise Lucet  :

image0176

https://www.youtube.com/watch?v=tDZySVdciMo

 

image03820

https://www.youtube.com/watch?v=ISsBBqvdKiM 

 

 

 

image0197

mardi 2 octobre 2018

image0208

Zone commerciale de Plan-de-Campagne, près de Marseille, la plus grande de France (2004) / Boris Horvat AFP

Martine Donnette : “La grande distribution a réussi en trichant dans les dossiers”

https://www.lelanceur.fr/martine-donnette-la-grande-distribution-a-reussi-en-trichant-dans-les-dossiers/

 

EN TOUTE FRANCHISE

1 rue François Boucher

13700 Marignane

04 42 09 68 40  06 09 78 09 53

www.en-toutefranchise.com

 

LIBERTE EGALITE FRATERNITE

EGALITE DES CHANCES DE DEVELOPPEMENT DES PETITES ENTREPRISES COMMERCIALES ET ARTISANALES

 

image0011

 

 

***********************************************************************************

Charles Ange Ginésy élu Président du Syndicat Mixte de la Maison de l’Intelligence Artificielle (S2MIA)

COMMUNIQUE DE PRESSE 
du CONSEIL DEPARTEMENTAL 06
Charles Ange Ginésy élu Président
du Syndicat Mixte de la Maison de
l’Intelligence Artificielle (S2MIA)

20191118_183201

       

Charles Ange Ginésy élu Président du Syndicat Mixte de la Maison de l’Intelligence Artificielle (S2MIA)

 

Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, a été élu ce matin Président du Syndicat Mixte de la Maison de l’Intelligence Artificielle (S2MIA).

Ce syndicat mixte, formé par leConseil Départemental des Alpes-Maritimes, la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur et l’Université Côte d’Azur, a pour objet la réalisation, la gestion, le développement et la promotion de la maison de l’intelligence artificielle (IA) qui s’inscrit dans une dynamique nationale avec la création des instituts interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle dont celui du 3IA Côte d'Azur.

Pour Charles Ange Ginésy, Président du S2MIA :

« Vous venez de m’élire à l’unanimité à la présidence du Syndicat Mixte de la Maison de l’Intelligence Artificielle (S2MIA) et je veux vous en remercier, notamment les partenaires de ce projet, mon ami Jean Leonetti, Président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, Jean-Marc Gambaudo, ancien Président de l’Université Côte d’Azur, et Jean-Pierre Savarino, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur.

Nous sommes dans un monde qui change et l’Intelligence Artificielle est au cœur de cette transformation. La Maison de l’Intelligence Artificielle qui rassemble les forces du territoire, dans la continuité des 50 ans de Sophia Antipolis, doit nous permettre d’apporter une pièce à l’échiquier français, de prendre une initiative nationale et d’impulser une dynamique réelle. Car nous l’avons vu avec le succès de la candidature du 3IA Côte d’Azur, c’est ensemble que l’on arrive à de belles choses. Mais s’il nous faut être moteur au niveau national, ce n’est pas suffisant : nous devons nous inscrire dans une vision plus large, au niveau européen, afin que l’Europe gagne sa place en Intelligence Artificielle à l’international aux côtés de l’Amérique du Nord et de l’Asie. »

Rappelons que, la première pierre de la Maison de l’IA a été posée le 29 novembre 2019.Cette Maison de l’IA sera un espace d’échange, de partage et de coopération avec des moyens mutualisés : calculateurs, cartes embarquées à la disposition des entreprises et de l’université, espace de coworking…

D’une superficie de 700 m², la Maison de l’IA sera composée de trois espaces avec, en premier, une zone d’exposition (showroom) pour guider les citoyens, les entreprises et les collégiens dans la découverte de l’IA. Cela permettra également de mettre en lumière les innovations du territoire pour susciter l’intérêt des entreprises locales mais aussi attirer de nouveaux investisseurs. Ensuite, on retrouvera une zone d’information et de formation (training room) pour héberger des colloques, des manifestations à thème sur l’IA mais aussi préparer et former agents du public et employés du privé au regard de la transformation des métiers. Enfin, le dernier espace, une zone de collaboration (lab IA) pour permettre l’expérimentation et la coopération sur des projets divers en favorisant la fertilisation croisée de l’écosystème IA du territoire.

Son inauguration est prévue le mois prochain.

La Maison de l’IA a donc pour missions sur l’ensemble du territoire des Alpes-Maritimes :

  • d’informer le grand public, et notamment les jeunes, de façon didactique et accessible, aux applications de l’IA ;
  • de proposer un observatoire sur la recherche et les applications de l’IA (l’OTESIA), notamment dans les secteurs des seniors et de la jeunesse, et en mesurer les impacts sociétaux et le positionnement éthique ;
  • de permettre à ses membres d’utiliser ce lieu, ses moyens techniques et ses données ouvertes pour opérer des actions, expérimentations ou des développements orientés sur l’IA ;
  • et de développer des partenariats adaptés à la réalisation des objectifs précédents.

Cet espace est ainsi destiné à permettre, notamment aux acteurs institutionnels publics ou privés, aux collégiens, lycéens et étudiants et à toute personne physique ou morale désireuse d’appréhender les possibilités nouvelles offertes par l’intelligence artificielle, la présentation et la diffusion d’une information experte et pertinente de nature à favoriser l’émergence sur le territoire maralpin de projets ou d’évolutions innovants fondés sur le progrès technologique.

Cette création de la Maison de l’IA poursuit une ambition commune partagée par le Conseil départemental des Alpes-Maritimes et ses partenaires : accompagner la révolution numérique pour le bénéfice de la société.

PHOTO S2MIA

Légende de la photo : autour du Président Charles Ange Ginésy : Jean Leonetti, Maire d’Antibes Juan-les-Pins, Président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, Jean-Pierre Savarino, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur, Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur, Michel Rossi,Vice-président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes en charge du numérique, Maire de Roquefort-les-Pins, Vice-président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, des Conseillers départementaux Alexandra Borchio-Fontimp, Sophie Deschaintres, Charles Scibetta, Jean-Pierre Mascarelli, Maire de Bouyon et Vice-président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis le Directeur général des Services du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Christophe Picard, Paul Sgro, Directeur de la Transformation Numérique et de la Relation Usager au Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Alexandre Follot, Directeur général du Syndicat Mixte de Sophia Antipolis – SYMISA et Directeur général adjoint Aménagement & Développement économique de la CASA.

 **********************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2020

L'IMMIGRATION-INVASION MASSIVE ESSENTIELLEMENT D' ORIGINE DE L'ISLAM RUINE ET TUE LA FRANCE ... CA SUFFIT STOP !

L’immigration nous ruine,

l’islam nous tue, et les

retraites nous divisent !

 

Publié le 12 janvier 2020 - par 

En 2012, le blogueur algérien Aldo Stérone écrivait, sur son blog, ces mots terribles, mais lucides, qui suivent :

Dans l’océan, quand un animal est blessé, les rapaces viennent de partout. Chacun veut son petit morceau. La France est aujourd’hui cet animal mourant. Jusqu’au fond de l’Afrique, le dernier des Somaliens accourt pour prendre son petit morceau.

Par leurs impôts, les Français financent les logements, la nourriture et les soins de ceux qui sont en train de les remplacer. Quand il n’y aura plus assez de travailleurs pour payer les parasites, ça sera le chaos et la violence. Pour son immigration, la France a particulièrement choisi des populations incapables de gagner ou de produire ne serait-ce que leur pain quotidien. Le peu d’Africains intégrés socialement et professionnellement et qui payent leurs loyers sont une erreur de script. Des erreurs du système en quelque sorte.

Peu à peu, le Français de souche se fait remplacer et il est heureux. Il regarde béatement sa Nation partir dans le tout à l’égout mais il est content de n’avoir jamais voté pour le Front National. Pour lui, autant disparaître que de voter pour le seul parti qui veut lui remonter son pantalon.

Les Français ne souhaitent qu’une seule chose : disparaître. Ils ont trop honte d’exister. Ils se sentent tellement coupables qu’ils traversent ce monde en s’excusant. Leurs ancêtres ont, pour diverses raisons, tué des gens. Si je remonte assez en arrière, les miens ont aussi tué des gens. Ca m’empêche de dormir la nuit ? Ca me donne envie de faire envahir mon pays par des crevards ? Probablement pas.

Aucun peuple ne mérite le génocide y compris les peuples qui le veulent de toutes leurs forces. Ceux-ci, nous sommes obligés de les défendre contre eux-mêmes. Un peu comme ces suicidaires qui se mettent sur le bord d’une fenêtre pendant que les pompiers prennent des risques pour les empêcher de tomber.

https://ripostelaique.com/le-francais-prefere-disparaitre-que-voter-pour-le-seul-parti-qui-peut-le-sauver.html

Huit ans plus tard, la réalité française confirme le terrible diagnostic de notre ami Aldo. Le pays est bloqué depuis bientôt un mois et demi, rendant invivable le quotidien de millions de Français, notamment les malheureux qui vivent en région parisienne et ont besoin des transports pour gagner leur vie. Nous avons déjà publié des dizaines d’articles de nos contributeurs Jacques Guillemain, Martin Moisan, Jean des Entamures et d’autres, pour démontrer l’imposture de la réforme de Macron-Philippe-Delevoye, et les dessous de cette réforme.

https://ripostelaique.com/reforme-des-retraites-desastre-annonce-pour-les-petits-salaries-du-prive.html

https://ripostelaique.com/pas-de-reforme-des-retraites-sans-arbitrage-sur-limmigration.html

https://ripostelaique.com/cout-de-limmigration-et-retraites-macron-melenchon-et-martinez-mentent-aux-francais.html

Nous avons démontré la duplicité des syndicalistes, qui ne vivent, fort bien, que grâce à la générosité de l’État, donc de nos impôts, alors qu’ils ne représentent plus qu’eux-mêmes et quelques secteurs privilégiés d’un salariat, qu’ils ont abandonné depuis longtemps.

Nous avons montré, chiffres en main, en nous appuyant notamment sur les travaux de l’économiste Gérard Pince, que ce qui ruine la France, c’est le coût exorbitant de l’immigration.

Or, deux mouvements sociaux d’importance exceptionnelle viennent de se dérouler en un an : les Gilets jaunes et les retraites. Le pouvoir a fait ce qu’il fallait pour que cette question soit totalement occultée par les uns et par les autres, comme si elle était taboue, et n’existait pas. Pourtant il suffirait de puiser une partie des 115 milliards que cette gangrène nous coûte pour régler le problème financier, sans parler des questions quotidiennes de délinquance et de changement de peuple.

Les chefs Gilets jaunes ont été choisis pour parler de tout sauf de cela, la Gauche a récupéré le mouvement GJ et brisé les revendications initiales du peuple profond de la France des oubliés.

Sur les retraites, l’immigration est devenue le fonds de commerce des syndicats, qui, délaissés par les Français, y voient un salariat de substitution. Martinez a défilé avec les islamistes, aux cris de « Allahu akbar », et son syndicat défend régulièrement les clandestins, qu’il fait régulariser massivement, en période de chômage de masse. Pour le plus grand bonheur du patronat. Quant à Berger et la CFDT, futur traître du mouvement des retraites, il a bavé sur les Gilets jaunes dès le début du mouvement, montrant qu’il était payé par ce régime pour faire respecter l’ordre et salir les classes populaires quand elles se tournent vers le populisme.

Pendant ce temps-là, les racailles islamisées ont battu tous les records de voitures brûlées, dans la nuit de la Saint-Sylvestre, la France est tous les jours confrontée à des scènes de djihad, tues par les autorités et les médias aux ordres. Un malheureux est encore mort à Villejuif, la semaine dernière, parce qu’il était là au mauvais moment, quand un « déséquilibré à couteau » criait « Allahu akbar » et poignardait tout le monde… sauf les musulmans. Tous les jours, des Français tombent, blessés ou tués par des coups de couteau, et la priorité de ce régime est de continuer à faire venir tous les ans des centaines de milliers de coreligionnaires des assassins.

Les pourris qui nous gouvernent et leurs complices protègent les tueurs quand ils sont islamistes – l’assassin de Sarah Halimi ne sera jamais jugé – mais envoient en prison 5 ans des Gilets jaunes coupables d’avoir incendié une barrière de péage d’autoroute.

Ceux qui prétendent rendre la justice au nom du peuple français relâchent dans la nature des milliers de multirécidivistes, psychopathes islamistes à couteau, mais se préparent, le 4 février prochain, à condamner à de la prison ferme, pour apologie du terrorisme, Christine Tasin.

https://ripostelaique.com/madame-tasin-ne-semble-pas-comprendre-il-faut-donc-la-mettre-en-prison.html

Et on occupe cent cinquante mongolos, tirés au sort, sur l’imposture du climat, en se gardant bien de dire par ailleurs qu’en Australie, la plupart des incendiaires sont des musulmans.

Bref, notre pays, et plus largement notre continent, est en train de mourir, à cause de l’invasion migratoire, majoritairement musulmane, et les Français s’agitent sur des questions secondaires, passant à côté de l’essentiel.

Pour le moment, il ne se passe rien, et aucune mobilisation populaire ne lutte contre l’invasion migratoire et l’islamisation du pays. Et ceux qui osent commencer à le faire, à gauche, comme Djordje Kuzmanovic, ancien lieutenant de Mélenchon, se font casser la gueule et sont interdits de manifestation, avec le silence complice de toute la gauche.

Pourtant, la bataille des idées progresse, et de plus en plus de Français, une majorité, quand on discute intimement avec eux, en ont marre de l’immigration et ne supportent plus l’islam.

Pourtant, le formidable Éric Zemmour, quatre fois par semaine, offre sur CNews des débats d’une qualité qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

Pourtant, Ivan Rioufol va sortir un livre, cette semaine – qu’il nous a envoyé – intitulé « Les traîtres », où il arrive, avec ses mots, au même constat que nous et que le blogueur Islamator, qui, toutes les semaines, tire le portrait d’un de ces traîtres, avec une virulence à la hauteur des enjeux. Et, pour échapper à l’inévitable censure YouTube, il s’est réfugié chez les Russes. Mais, mis à part RL, personne ne le relaie dans le médias alternatifs…

https://islamator.tvs24.ru/

Pourtant, il va y avoir des élections municipales. Les maires traîtres et collabos seront-ils châtiés et virés ? Dans les grandes villes, peuplées de bobos et de clandos, rien n’est moins sûr, mais on suivra attentivement ce qui se passera à Paris, à Marseille, à Lyon, à Lille, et surtout à Nantes et à Rennes, deux villes que les socialauds et toute la gauche ont transformées en nouveau Marseille.

On suivra des exemples de petites villes, où des maires à migrants, comme Anne Borry à Arzano, en Bretagne, devraient payer cher le prix de leur trahison, dans la France profonde. Et ailleurs…

Pourtant, 2022 approche, et, alors que partout dans le monde – voir la formidable victoire de Boris Johnson en Angleterre – les populistes progressent, on ne voit toujours pas, en France, de possible victoire de notre mouvance aux élections, alors que nos idées sont majoritaires dans l’opinion.

La dictature des mondialistes, de ses politicards véreux, de ses journalistes vendus, de ses juges pourris, de ses milices fascistes, aurait-elle raison de la résistance des Français ?

Aldo Sterone aurait-il raison, et nos compatriotes n’auraient-ils plus envie de vivre ?

Faites-nous confiance, nous allons encore tout faire ce qui est possible, à notre niveau, en cette année 2020, pour que la France ait enfin le gouvernement populiste qu’il faut, en 2022, pour sauver le pays.

81SVL2VN0WL

 

 

La France de Macron est

 

vraiment un pays formidable

 

Publié le 30 juin 2019 - par  

Nous avons d’abord un Président qui fait la leçon au monde entier, et qui se vante, après le G20, d’avoir sauvé la planète et le commerce mondial, rien de moins.

Il est vrai qu’avec ce qui se passe dans son pays (qui est surtout le nôtre), Macron peut faire la leçon au reste du monde. Il suffit de regarder rapidement ce qu’il s’est passé depuis une semaine dans l’Hexagone.

Grâce à la mobilisation de tout notre gouvernement, les Français ont pu faire face à la chaleur en plein été.

Grâce au principe de précaution, les adolescents de 15 ans qui devaient passer le Brevet ont été préservés de tout risque d’insolation, et repasseront leur examen une semaine plus tard, s’il fait moins chaud.

Nos piscines ferment les unes après les autres, à cause du burqini, des violences des jeunes, ou des bagarres. Tant pis pour les plus modestes qui n’ont pas les moyens d’avoir leur piscine individuelle.

Les bornes d’incendie, comme tous les ans, sont ouvertes, toujours par une certaine catégorie de population, et l’État demeure impuissant.

Nos pompiers sont toujours régulièrement agressés, sport national.

Des racailles islamisées attaquent un commissariat aux cris d’Allahu akbar, mais le maire socialiste de la ville estime que c’est à cause de la chaleur !

Un déséquilibré normand de 21 ans tire sur l’imam de Brest à bout portant, le blesse, et est retrouvé suicidé quelques heures plus tard. On ne parle même pas de la piste d’ultra-droite (les traditions se perdent), mais Castaner ordonne aux préfets de renforcer la sécurité des mosquées.

Nos églises continuent à être vandalisées quotidiennement, mais Castaner ne demande pas aux préfets de renforcer leur sécurité.

Après les agressions gratuites, les vols, les viols, les violences sordides contre des personnes âgées, une gamine de 4 ans reçoit un coup de couteau dans le dos, à Sarcelles. Sans doute encore un apport de l’enrichissement culturel.

Les vaillants manifestants de la Gay Pride réclament la PMA pour toutes, dénoncent l’homophobie et l’augmentation des agressions contre leur communauté, mais ne commentent pas un sondage qui explique que pour 63 % des musulmans, l’homosexualité est une maladie.

Agnès Thill, qui ose être hostile à la PMA, est exclue du groupe LREM, et insultée.

Une officine patronale, qui ose inviter celle qui fut la plus jeune député de l’histoire de France, se voit menacé par le parti majoritaire au pouvoir, et se dégonfle piteusement.

On découvre que depuis trente ans, dans le Var, on paye des dizaines de fonctionnaires à ne rien faire. Pour ce fait, combien d’autres emplois fictifs payés par les Français ?

Le prix de l’essence continue d’augmenter, on multiplie le racket des classes moyennes, pour bien nourrir les copains des coquins et les nouveaux venus.

On met fin au concours de Sciences Po pour faciliter son accès aux immigrés et remplacer les jeunes Français.

Les lois liberticides sur internet se poursuivent : après la loi fake news, la loi Avia, qui va obliger les hébergeurs à virer tout message mal-pensant, au nom de la lutte contre la haine.

Nous sommes ruinés par l’immigration africaine, et menacés par l’islamisation de la France et les attentats sanglants qui vont avec.

Tout le monde sait que cette situation ne peut finir que par une guerre, et une possible conquête musulmane de la France.

Et pendant ce temps, Macron et son gouvernement sont mobilisés pour lutter contre le réchauffement climatique, et sauver la planète !

Cyrano

 

39557227-4bb3-4c5f-a9f5-dd2671383fa0

 

SINON C'EST LA FIN DU MONDE !

Emmanuel-Macron

Posté par POLITIQUE PACA à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2020

BOONE ET HEUREUSE ANNEES 2020 A TOUS !

Bonne et heureuse année

2020 à tous nos fidèles

lecteurs et visiteurs de

Politique en PACA 

 

8834070_29144

Posté par POLITIQUE PACA à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LES FUTURS RETRAITES DU PRIVE FINIRONT A LA SOUPE POPULAIRE AVEC LA REFORME DES RETRAITES VOULUE PAR SA MAJESTE MACRON 1ER !

Réforme des retraites : désastre annoncé pour les petits salariés du privé

 

Publié le 8 janvier 2020 - par  

Résultat de recherche d'images pour "dessin reforme des retraites"

https://www.blagues-et-dessins.com/wp-content/uploads/2019/08/18-aout-2019-ehpad-de-retraite.jpg

Stop aux mensonges de l’exécutif. La réforme des retraites va tourner au désastre pour les petits salariés du privé. Il faut  stopper cette machine infernale.

Du projet initial, universel, équitable et financièrement équilibré, il ne restera plus que des régimes « spécifiques », une usine à gaz injuste et non financée, avec un trou béant de 37 milliards au lieu des 7 milliards actuels, qui renflouent les régimes spéciaux.

Par conséquent, pour que le poids des retraites ne dépasse pas 14 % du PIB, comme aujourd’hui, l’équilibre financier ne pourra se faire que par une baisse de la valeur du point, ou par un allongement de la durée de cotisation. François Fillon l’avait clairement expliqué.

Deux réalités incontournables tues par l’Élysée, et que les Suédois connaissent très bien, avec quatre baisses de la valeur du point en 20 ans d’existence de la retraite à points ! En Suède, il va bientôt falloir travailler jusqu’à 69 ans !

Macron dénonce les mensonges et les fake news, mais la réalité est que si la réforme est adoptée, il faudra travailler plus pour gagner moins.

https://www.lopinion.fr/sites/nb.com/files/styles/w_838/public/styles/paysage/public/images/2019/11/20191126_retraites_contre-attaque_communication_web.jpg?itok=o-kRfM3_

Le député LR, Damien Abad, dénonce un triple renoncement du pouvoir : sur l’équilibre financier, sur les régimes spéciaux toujours plus nombreux avec les dérogations multiples, et sur le principe d’universalité.

http://media.urtikan.net/wp-content/uploads/2013/09/130911-retraite-deligne.jpg

Dans un excellent article du Figaro, Guillaume Richard rappelle quelques chiffres incontournables.

Actuellement, les dépenses de solidarité (minimum vieillesse et majoration pour enfants) représentent 20 % des dépenses. Elles pourraient peser 25 % demain.

La retraite minimale à 1 000 euros coûtera 2 milliards.

Les concessions accordées aux salariés des régimes spéciaux, professions régaliennes, RATP, SNCF, professions libérales, navigants, personnels soignants, marins, routiers, salariés de l’énergie, contrôleurs aériens, Opéra de Paris etc. ne sont pas encore chiffrées.

Mais ce sont des dizaines de milliards supplémentaires à prévoir pour les 15 années à venir.

Les fonctionnaires, dont les primes n’entrent pas dans le calcul de leur retraite aujourd’hui, verront leur salaire augmenter pour compenser la hausse de leurs cotisations de demain, appliquées sur les primes.

Ceux qui n’ont pas de primes, comme les personnels soignants, verront leur salaire augmenter également, pour ne pas être désavantagés.

Les très hauts salaires, qui cotisent à un plafond  annuel de 320 000 euros, ne cotiseront plus qu’à hauteur de 120 000 euros, ce qui fait un manque à gagner de cotisations de 5 milliards au détriment de la solidarité. Les fonds de pension en feront leur affaire…

L’État va aligner ses cotisations patronales sur celles du privé, ce qui lui fera économiser 30 milliards !

Hôpitaux et collectivités locales bénéficieront  aussi de cet allègement de cotisations patronales, chiffré à 7 milliards. Total 37 milliards de rentrées en moins pour financer les retraites !

Ce qui fait craindre un hold-up de l’État sur les réserves. Fonds de réserve des retraites = 30 mds. Fonds Agirc-Arco = 70 mds. Fonds des libéraux = 27 mds. Total = 127 mds.

Cette réforme ne sert que les hauts revenus, les banques et les assurances qui rêvent de créer leurs fonds de pension à l’anglo-saxonne. Mais ceux qui n’auront pas les moyens de cotiser à ce système par capitalisation n’auront que deux choix possibles : partir avec une retraite misérable ou travailler beaucoup plus longtemps.

Tout le contraire d’une réforme juste, équilibrée et solidaire. Ce que veut Macron pour financer sa politique mondialiste et immigrationniste qui a ruiné la France, c’est faire du modèle social français un système à l’anglo-saxonne, où la solidarité est réduite à sa plus simple expression.

Après les retraites, où ira-t-il prendre l’argent ? En plafonnant les héritages ? En accordant la gratuité des soins et de l’école en fonction des ressources ?

Avec une immigration démentielle de pauvres improductifs, il faut s’attendre à un colossal nivellement pas le bas. Avec ses délires mondialistes, Macron y travaille avec méthode.

Nous verrons bientôt, comme aux États-Unis, des vieux de plus de 80 ans travailler dans des mini-jobs sédentaires, afin d’arrondir leurs fins de mois. Âge pivot ou pas, cette réforme a tout d’une monumentale arnaque qui ne fera que des perdants, hormis les gestionnaires de fonds de pension.

Macron est non seulement le fossoyeur de l’identité française, mais il est aussi le démolisseur de notre modèle social.

Jacques Guillemain

Posté par POLITIQUE PACA à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2020

C'EST LA FAILLITTE DE LA FRANCE .. C'EST LA FIN DES TEMPS QUI ARRIVE POUR LES FRANCAIS ! ...

Et si les français savaient faire une multiplication ?
Par le CLUB DANTON 
     

39557227-4bb3-4c5f-a9f5-dd2671383fa0

Une fois de plus, on peut se demander si la multiplication est encore apprise dans les écoles en France. Et si elle est utilisée par nos politiques. Nos services financiers nationaux ne semblent manipuler que des additions et des soustractions mais ce qui est désolant, c’est que la France a été ruinée par les effets multiplicatifs, voire exponentiels, de certaines mesures de l’ère Mitterrandienne. Ni les politiques, ni les médias, ni les experts en tous genres, ni les conseillers économiques, ni les professeurs d’économie, ni la cour des comptes, ni les think-tanks spécialisés n’en parlent… La France et les français semblent avoir des œillères.
Il ne s’agit pas ici de critiquer ceux qui ne connaissent pas la règle de trois (comme X. Darcos) ou ceux qui ne savent pas qu’un hectare fait 10 000 m2 (comme Bruno Lemaire) mais d’évaluer les dégâts causés par Mitterrand, sa clique et ses successeurs, Fabius, Aubry et Strauss Kahn en tête.
 
Rappelons-nous. Tout a commencé lors de la présidentielle de 1981. Giscard avait alors annoncé l’embauche de 150.000 fonctionnaires au total sur son mandat. Ce chiffre était raisonnable et en proportion avec la forte croissance de la population. Pour se faire élire, Mitterrand a surenchéri massivement et a promis l’embauche de 210.000 fonctionnaires additionnels par an… Il n’a - heureusement - pas été en mesure de tenir cette promesse délirante qui aurait conduit à embaucher plus de 2,9 million de fonctionnaires sur 14 ans. Lui et ses avatars, DSK, Aubry et autres démagogues, ont quand même réussi à embaucher 1,5 million d’agents publics, c’est-à-dire environ 1,3 million de plus que ce qui était nécessaire pour administrer correctement la France. Et pour faire bonne mesure, Mitterrand et ses successeurs ont instauré en France la culture du loisir en réduisant la durée légale du travail de 39h à 35h et en baissant l’âge de la retraite de 65 à 60 ans, alors que l’espérance de vie ne fait qu’augmenter. Avec ces mesures, ils ont réussi à ruiner et à désindustrialiser la France.
 
Mais le cœur du problème de notre pays reste le coût considérable des fonctionnaires en surnombre. Comme l’avait dit un ancien Ministre du Travail, un fonctionnaire, c’est 42 ans de carrière, 21 ans de retraite et 10 ans de réversion, soit 73 ans à la charge de l’Etat. 
 
Embaucher un fonctionnaire correspond ainsi à engager une dépense d’environ 3,5 million d’euros. Les 1,5 million de fonctionnaires de Mitterrand et de ses successeurs représentent ainsi une charge de 5.250 milliards d’euros, soit plus de deux fois le PIB de la France. Nous en sommes environ à mi-chemin (37 années sur 73) et nous avons ainsi dépensé plus de 2.650 milliards inutilement - plus que le montant de notre dette - et il nous reste à peu près la même somme à financer.
 
Mais le pire est à venir car ces 1,5 million de fonctionnaires sont progressivement remplacés puisque le nombre de fonctionnaires n’a pratiquement pas bougé depuis la fin de l’ère Mitterrand. Chirac n’a strictement rien fait et même Sarko n’a réduit le nombre de fonctionnaires qu’à la marge (environ 50 000). Hollande a augmenté le nombre d’environ 20 000 et Macron n’a rien fait en la matière et n’a rien l’intention de faire. Chaque année additionnelle coûte ainsi au pays environ 75 milliards, soit plus que le déficit du pays. Sans ces embauches massives, la France n’aurait pas de dette et serait à l’équilibre !
 
L’embauche massive de fonctionnaires est la mesure qui a le plus plombé notre pays mais Mitterrand ne s’en est pas contenté. Il a également fait passer l’âge de la retraite de 65 à 60 ans, ce qui représente une augmentation du temps de retraite de 5 ans sur une moyenne de 25 ans, soit 20% de plus. Or le coût actuel des retraites est d’environ 310 milliards, si bien que la mesure de Mitterrand nous coûte 62 milliards par an.  L’âge de la retraite a été entretemps progressivement augmenté, notamment par Sarko, mais en prenant une durée minorée de 30 années, on arrive à un coût de 1.860 milliards.
 
Il faut enfin ajouter le fait que toutes ces dépenses additionnelles ont été entièrement financées par de la dette puisque le budget de la France est en déficit depuis 1974. Le coût additionnel annuel de cette dette varie bien sûr en fonction des taux mais on peut l’estimer à 30 milliards par an. Sur les 37 années écoulées, la dette de Mitterrand nous a ainsi couté 1.110 milliards.
 
Faisons maintenant une addition pour comprendre ce que nous a coûté Mitterrand jusqu’aujourd’hui :
  • Coût des nouveaux fonctionnaires : 2.650 milliards,
  • Coût additionnel des retraites : 1.860 milliards,
  • Intérêt sur la dette générée : 1.110 milliards,
  • TOTAL : 5.620 milliards.
Mitterrand nous a ainsi couté, par ces mesures visant à acheter son électorat et celui de ses successeurs socialistes, environ 2 années de PIB ! Cette somme est astronomique et l’addition continue à s’alourdir chaque jour. Les français sont-ils donc si nuls en math pour ne pas voir que les problèmes actuels de la France trouvent leur origine dans l’ère Mitterrand ?
 
La désindustrialisation de notre pays, l’abandon des classes moyennes et in fine le mouvement des gilets jaunes sont une conséquence de ce vol organisé car si seulement une fraction de cette somme avait été investie, notre pays serait resté une grande puissance industrielle. Or un pays sans une industrie forte coule et c’est l’industrie qui fait vivre les classes moyennes.
 
Et les solutions de la gauche révolutionnaire sont toutes suicidaires :
  • Arrêter de payer notre dette :  la France serait immédiatement ruinée car nous devons emprunter chaque année plus de 100 milliards pour payer nos fonctionnaires,
  • Taxer les milliardaires : nous n’en avons que 39…
  • Faire payer les riches : les 10% de foyers fiscaux les plus aisés paient déjà plus de 70% du total de l’impôt sur les revenus,
  • Rétablir l’ISF : l’effet serait purement symbolique car la partie actions de l’ISF représente à peine 3 milliards et cet argent est en grande partie réinvesti dans les sociétés françaises.
La seule solution pérenne qui traite la racine du problème est de diminuer, vite et massivement, le nombre de fonctionnaires. Et qu’on ne nous dise pas que cela va réduire la qualité des services publics ! La surabondance de fonctionnaires a généré une myriade de postes inutiles, comme ces administratifs qui représentent 35% des effectifs à l’hôpital ou ces centaines de milliers de personnels de l’éducation nationale qui n’ont jamais vu un élève. Et ne parlons pas de la gabegie généralisée dans les collectivités locales dont l’exemple emblématique est le cabinet de la maire de Paris qui compte près de 200 membres…
 
Certains de nos politiques savent bien tout cela mais ils se taisent. Pourquoi ? Souvenons-nous de la chanson de Guy Béart « Le premier qui dit la Vérité, Il doit être exécuté ». Fillon avait dit que la France était un pays en faillite et il avait proposé de réduire le nombre de fonctionnaires de 350.000 : il a été exécuté… Sans sursaut, la France va dans le mur et se dirige tout droit vers une faillite façon Argentine. Elle est sur un tobogan et Macron aura du mal à arrêter seul la glissade.
 
CLUB DANTON

Posté par POLITIQUE PACA à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2020

CULTURE A NICE CULTURE A NICE CULTURE A NICE

3 PIECES PROGRAMMÉES EN JANVIER 2020 AU THÉÂTRE FRANCIS GAG DANS LE VIEUX NICE 

téléchargement

VENDREDI 10 JANVIER À 20H30 AU THÉÂTRE FRANCIS GAG DANS LE VIEUX-NICE

LA CIE S. BOSQ PRÉSENTERA LA PIÈCE DE THÉÂTRE

"NANA PortraitS d'une femme au XIXe siècle"

d'après Émile Zola et William Busnach

Adaptation par Stéphanie Bosq

Mise en scène de Serge Millet

Avec Stéphanie Bosq, Maxime Farsetti, Nadine Ferrand, Jean-François Loppin et marc Macchiarini

Réservation 06 86 74 76 40 : 12,00€

 

SAMEDI 11 JANVIER À 16H00 AU CUM PROMENADE DES ANGLAIS (tramway 2, station CUM)

OPÉRETTE ORGANISÉE PAR MELCHA CODER AU PROFIT DES PIÈCES JAUNES

"LE PRINCE DE MADRID ET SA COUR"

Direction, Bruno Membrey

Avec Amélie Robins, Vanessa Fouillet, Jérémy Duffau, Fabrice Todaro et des danses espagnoles

Réservation 06 75 72 01 70 : 15,00€

 

SAMEDI 18 JANVIER À 20h30 ET DIMANCHE 19 JANVIER À 15h00 AU THÉÂTRE DE LA CITÉ À NICE 3 RUE PAGANINI

LA Cie LES COLLECTIONNEURS PRÉSENTERA LA PREMIÈRE ADAPTATION DU ROMAN D'ALPHONSE DAUDET :

"LE PETIT CHOSE"

Avec Louis-Aubry Longeray, Julien Nacache, Lola Letarouilly et Paul Brouet. Musique et bruitage sur scène, Guillaume Zanier. Régie et lumières, Tom Courboulex.

Réservation 04 93 16 82 69 : 15,00€

2a95e32b09393787bd39e92e9734e1f2

Posté par POLITIQUE PACA à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2019

MACRON L'IMPOSTEUR D' UN MONDIALISME EN PERDITION... AVEC LUI LA FRANCE COULE ET SE MEURE

Macron, symbole de l’escroquerie d’un monde politique en perdition

Print Friendly, PDF & Email

macron demission

En photo ci-dessus : Alors qu’il se rend à Montreuil (Seine Saint-Denis) le 6 juin 2016 pour célébrer le lancement d’un timbre pour le 80e anniversaire du Front Populaire, Macron est accueilli par les huées de la foule, qui lui lance des œufs, dont l’un s’écrase sur sa tempe gauche. Le service de protection est un instant débordé…

=== RAPPELS ===

Selon le dictionnaire Larousse :

– un « menteur » est une personne qui n’est pas ce qu’elle paraît être, qui n’est pas conforme à la vérité, qui induit en erreur.

– un « affabulateur » est une personne qui transforme la réalité, qui construit des récits purement imaginaires, qui les présente comme étant la réalité.

– un « mythomane » est une personne qui présente la tendance systématique, plus ou moins volontaire, à la fabulation et au mensonge.

– un « escroc » est une personne qui commet l’action d’escroquer, de tromper la confiance de quelqu’un, en obtenant un bien ou un service au moyen de l’usage d’un faux nom, d’une fausse qualité, de l’abus d’une qualité ou de manœuvres frauduleuses.

La démission d’Emmanuel Macron du gouvernement ce 30 août 2016 constitue une nouvelle étape dans la décrépitude et la nécrose finale de la scène politique française.

L’affaire Macron a commencé par le signal lancé par Jacques Attali à la presse en février 2015, en leur assurant qu’Emmanuel Macron aurait «l’étoffe d’un président de la République».

Peu importe que les prophéties de Jacques Attali se soient révélées fausses à 100% depuis des années sur tous les sujets, aussitôt, et comme par enchantement, tous les grands médias du pays (télévision, radio et presse écrite) se mirent à assurer la promotion phénoménale du prétendu prodige repéré par notre faux oracle.

Alors que Macron vient de présenter sa démission du poste de ministre de l’Économie qu’il occupait depuis deux ans – et où son bilan est proprement nul, sinon catastrophique -, les mêmes grands médias font encore et toujours mousser ce monsieur en s’interrogeant doctement sur sa capacité à être élu président de la République en 2017, à 39 ans donc.

C’est oublier un peu vite que Macron ne s’est jamais présenté une seule fois devant les électeurs, qu’il recevait des insultes et des œufs sur la tête dès qu’il sortait de son ministère, et qu’un bref récapitulatif de quelques événements et déclarations montrent que, derrière les coups d’encensoir que lui envoie la presse, cet homme camoufle en réalité une personnalité peu reluisante : menteur, affabulateur, arrogant, méprisant, mythomane et escroc.

Examinons cela.

Macron a affabulé quant à sa scolarité

Début 2012, Macron laisse entendre à plusieurs journalistes qu’il était ancien élève de la prestigieuse École Normale Supérieure (ENS Ulm). En tout cas, il ne s’oppose pas et ne demande pas de démentis lorsque des articles biographiques le mentionne (par exemple Le Nouvel Observateur, 19 janvier 2012). Vérification faite, c’était faux. Il s’est présenté deux fois au concours et a raté les deux fois.

 

Extrait du magazine Closer, citant le magazine Marianne.

Extrait du magazine Closer, citant le magazine Marianne.

macfron closer diplome

Macron a menti sur ses travaux de philosophie

Plusieurs versions circulent sur Internet quant à l’existence ou non d’une « thèse » philosophique que Macron aurait réalisée, de même que sur les relations qu’il aurait entretenues avec le philosophe Paul Ricœur (mort en 2005).

S’il semble avéré qu’il ait assisté ce philosophe de 1999 à 2001, – en lui cherchant des livres et des références dans des bibliothèques pour permettre la confection de « l’appareil critique » (bibliographie et notes de bas de page) de son livre La Mémoire, l’histoire, l’oubli – il semble également avéré que Macron n’a jamais produit de « thèse ».

Il a indiqué lui-même qu’il avait réalisé un simple « mémoire » – qui est un travail sans comparaison plus simple qu’une authentique « thèse » -, et cela sous la direction d’Étienne Balibar, autre philosophe français et professeur émérite de l’université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense.

Seulement voilà : interrogé par la presse, Étienne Balibar a indiqué « ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode ».

[ Source : Magazine Challenges n°450 du 21 avril 2015, p..63 dont la couverture est consacrée à Macron et cf. aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron#cite_ref-27 ]

Encore un mensonge, donc.

28 mai 2015 : Macron méprise la démocratie

Lors d’un forum organisé par le journal « Le Monde » le 28 mai 2015, Macron a assuré qu’il n’a pas l’intention d’être candidat aux législatives de 2017 car, selon lui, « passer par l’élection est un cursus d’un ancien temps ».

macron election autre temps

6 avril 2016 : Macron lance son parti “En Marche” avec un clip-vidéo entièrement mensonger

C’est Yann Barthès, présentateur de l’émission “Le Petit journal” de Canal + qui dévoile la supercherie le lendemain 7 avril : le clip sur la France présenté par Macron est un mensonge complet.

Ce clip enchaîne des visages mettant la diversité et les talents de la population française à l’honneur, ainsi que des paysages ensoleillés. Mais la très grande majorité de ces scènes n’ont pas été tournées en France. Elles ont été simplement achetées par l’agence de communication de Macron (payée comment et par qui ?) à des banques d’images étrangères.

En clair :

– les écoliers montrés ne sont pas français mais américains,

– une troupe de promeneurs sont des allemands,

– un adolescent en capuche habite en réalité à New York et est même déjà apparu dans un clip de reggae,

– un professeur d’université présenté comme français est en réalité américain,

– des images ont été sciemment trafiquées pour changer une affiche d’anglais en français,

– une femme d’origine africaine a été reprise d’un clip de la campagne pour les primaires démocrates de Bernie Sanders aux États-Unis,

– etc.

Le clip Macron est à la fois une escroquerie morale et un plagiat maladroit.

Le clip Macron est à la fois une escroquerie morale et un plagiat maladroit.

Je renvoie les lecteurs à l’analyse que j’ai faite de cette opération de manipulation dans mon entretien d’actualité n°25 du 21 avril 2016.

10 avril 2016 : Macron ment effrontément sur le nombre des adhérents de son nouveau parti

Au journal de 20h00 de France 2, regardé par plusieurs millions de téléspectateurs, le journaliste Laurent Delahousse termine son entretien avec Macron en lui demandant s’il va suivre l’entretien télévisé de François Hollande le jeudi suivant sur la même chaîne. Macron répond aussi sec : « Comme toujours».

Sauf que, comme le repère aussitôt Louis Hausalter, un journaliste de Marianne, Macron sera le même soir à Londres pour un dîner avec des banquiers et des chefs d’entreprise afin de lever des fonds pour son parti politique « En marche ».

On notera au passage que Macron a besoin de l’argent de banquiers et des chefs d’entreprise pour faire vivre son parti politique, ce qui constitue d’une part l’antithèse exacte de l’UPR et d’autre part une infraction majeure à la loi sur le financement des partis politiques en France s’il était avéré que des banques ou des entreprises ont financé directement le parti de Macron.

Tout cela n’est cependant qu’une tromperie vénielle par rapport à l’énorme mensonge que Macron a annoncé lors du même journal télévisé, avec un aplomb extraordinaire devant des millions de Français ; à savoir que son parti politique aurait dépassé les 13 000 adhérents cinq jours après son lancement hyper-médiatisé.

macron mensonge nombre adherents en marche

Seulement voilà : comme le révéla quelques jours après le Canard Enchaîné, Macron avait « enjolivé les choses » ( c’est-à-dire : menti effrontément ) en comptant comme « adhérent » un simple internaute étant allé cliquer sur le site pour voir ce dont il s’agissait !

À cette aune, l’UPR compterait actuellement plusieurs centaines de millions d’adhérents…

Au passage, compte tenu du battage médiatique colossal dont avait bénéficié le lancement de « En marche » dans tous les grands médias télévisés et radios, le fait de n’avoir attiré que 13 000 clics sur le site en 5 jours était finalement un échec.

Extrait de l'article du Canard Enchaîné du 12 avril 2016 démasquant le mensonge de Macron.

Extrait de l’article du Canard Enchaîné du 12 avril 2016 démasquant le mensonge de Macron.

Suite à ces révélations du Canard Enchaîné, les médias se sentent obligés de corriger le tir devant l’énormité du mensonge.

Pour ne pas mécontenter l’oligarchie qui promeut leur marionnette Macron, les journalistes usent d’un euphémisme pathétique : ils ne disent pas que Macron a « menti » ni qu’il a « pris les Français pour des imbéciles » – ce qui est la stricte vérité – ; ils titrent sur le fait qu’il a « l’art d’enjoliver la réalité » [ sic !] ou qu’il a « gonflé le nombre de ses adhérents »….

macron en marche

27 mai 2016 : Macron affiche son mépris de classe

En déplacement le 27 mai 2016 à Lunel, dans l’Hérault, Macron a été interpellé par deux salariés au sujet du projet de loi travail. Dans le cadre d’un échange tendu filmé par BFM-TV, le ministre a perdu patience et a lâché une phrase qui a eu un énorme retentissement national : « Vous me faites pas peur avec vos t-shirts, la meilleure façon de se payer un costard est de travailler. »

Non seulement le ministre de l’Économie insinuait par là que, – dans un pays qui compte au bas mot 4 à 5 millions de chômeurs du fait des politiques catastrophiques imposées par notre appartenance à l’UE et à l’euro -, ceux qui n’ont pas d’emploi sont tout simplement des tire-au-flanc.

Mais plus encore, cette remarque a prouvé que Macron affichait sans vergogne un mépris de classe qui a choqué la France entière.

macron se payer un costard

Juin 2016 : Macron est rattrapé par son mensonge sur l’affaire de l’aéroport de Toulouse

Parmi les désastres de son passage au poste de ministre de l’Économie figure en bonne place la cascade de scandales auxquels a donné lieu la privatisation de la gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac par le sieur Macron, dont l’incompétence et la jobardise ont été soigneusement cachées par les grands médias.

Premier scandale, Macron avait prétendu qu’il ne s’agissait pas d’une privatisation puisque, si les investisseurs chinois faisaient effectivement l’acquisition de 49,9 % de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, l’État gardait 10 % du capital et, avec les collectivités locales (Région, département et ville de Toulouse), disposait toujours de la majorité du capital. Mais il s’agissait d’un mensonge : Médiapart révéla quelque temps plus tard l’existence d’un pacte d’actionnaires secret, qui liait l’État, non pas aux autres collectivités publiques, mais aux investisseurs chinois, et qui donnait à ceux-ci les pleins pouvoirs pour gérer la société française.

Deuxième scandale, la société “Casil Europe” – représentant les investisseurs chinois – s’imbriquait dans un groupe opaque, détenu par un dénommé Mike Poon et son épouse Christina, dont la holding de tête “Capella Capital Limited” était une holding immatriculée aux îles Vierges britanniques. Cette holding de tête avait pour filiale à 100 % une société dénommée Friedmann Pacific Investiment Holdings Limited, dont le pays d’immatriculation était inconnu et qui détenait d’autres entreprises écrans immatriculées aux îles Vierges britanniques ou aux îles Caïmans, tous pays réputés pour être des centres de blanchiment d’argent sale…

Troisième scandale : fin juin 2015, plusieurs agences de presse annonçaient que le dénommé Mike Poon avait disparu et que son nom était cité dans un scandale de corruption, mettant en jeu l’une de ses entreprises immatriculée aux îles Caïmans.

Affiche publiée par le Collectif contre la privatsiation de la gestion de l'aéroport de Toulouse-Blagnac et sa vente par Macron à un Chinois soupçonné de corruption et de blanchiment d'argent dans des paradis fiscaux.

Affiche publiée par le Collectif contre la privatsiation de la gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac et sa vente par Macron à un Chinois soupçonné de corruption et de blanchiment d’argent dans des paradis fiscaux.

En bref, Macron a donc privatisé la gestion de l’aéroport de Toulouse-Blagnac dans le plus grand secret, en la vendant à une société-écran qui n’a pas pignon sur rue en France et dont le PDG, mis en cause dans une affaire de corruption, a pris la fuite après avoir vendu en catastrophe des actions en sa possession.

Quelques mois plus tard, le mystérieux Chinois a réapparu mais l’affaire a de nouveau rebondi en juin 2016. Car, au mépris des engagements qu’ils avaient pris, les nouveaux actionnaires ont décidé de siphonner les réserves financières de la société pour se servir un important dividende. Macron, qui avait juré qu’il ne s’agissait pas d’une privatisation, s’est ainsi retrouvé piégé par son mensonge.

macron mensonge aeroport toulouse blagnac

11 août 2016 : Macron démasqué comme mythomane

Erratum : Bruno Jeudi, Rédacteur en chef politique à Paris Match, a déclaré avoir commis une erreur quant à cette information.

Dans son numéro du 11 août 2016, le magazine Match, qui semble avoir été particulièrement chargé de contribuer au « lancement marketing » de Macron, a de nouveau consacré sa « Une » de couverture, pour la 2e fois en quelques mois, à Emmanuel Macron et à sa femme Brigitte Trogneux. Rapportant fidèlement ce que lui a dit Macron, le journaliste de Match précise que le ministre « échange » des idées avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb.

Manque de chance, celui-ci est mort en 2014, il y a 2 ans…

macron paris match

Le mensonge est aussitôt éventé par Xavier Marquet, rédacteur en chef de TV5.

Ce qui suscite la risée générale sur Internet et Twitter à la mi-août 2016 : [ Nombreuses sources comme ici ou encore ici].

macron parle aux morts

19 août 2016 : Macron confirme que son engagement politique était une escroquerie

À l’invitation de l’ancien ministre Philippe de Villiers, Macron se rend le 19 août 2016 au parc d’attractions du Puy du Fou (Vendée). Il y déclare à la presse : « L’honnêteté m’oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste. »

macron je ne suis pas socialiste

[ Sources innombrables, et par exemple].

Cette déclaration a fait aussitôt scandale dans toute la France. Non pas que ce soit véritablement une surprise de la part d’un homme venu de la Banque Rothschild et qui a passé son temps, comme ministre de l’Économie, à vouloir démolir tous les acquis sociaux des Français.

La sensation est venue du cynisme sans vergogne avec lequel ce monsieur, élu par personne, reconnaît implicitement qu’il n’avait adhéré au Parti socialiste, ne s’était déclaré socialiste et n’avait travaillé pour François Hollande que dans un but uniquement carriériste.

Conclusion

Le magazine Match du 11 août 2016, très lu dans les salons de coiffure, nous a présenté le couple Emmanuel Macron – Brigitte Trogneux comme deux tourtereaux, photographiés en tenue balnéaire avec de l’eau de mer jusqu’aux mollets, sous le titre cocasse de « vacances en amoureux avant l’offensive ».

Mais il est peu probable que « l’offensive » Macron se révèle autre chose qu’un pétard mouillé.

D’une part, on recherche toujours désespérément les militants et les fameux “Marcheurs de Macron” qui devaient, nous avait-on assuré, parcourir la France entière pour livrer un diagnostic sur l’état du pays. En réalité, il s’agissait d’une affabulation de plus : les “Marcheurs” ont été inventés par une société de communication et n’ont d’autre existence que les quelques photos diffusés par des journaux.

Encore une affabulation de plus : tous les grands médias nous ont annoncé, fin mai 2016, que la France allait être sillonnée par des milliers de "marcheurs" de Macron. Qui en a vu un seul ?!?

Encore une affabulation de plus : tous les grands médias nous ont annoncé, fin mai 2016, que la France allait être sillonnée par des milliers de « marcheurs » de Macron. Qui en a vu un seul ?!?

D’autre part, Macron a déçu même ses plus fervents soutiens. Son mentor Jacques Attali l’a lui-même méchamment décrit comme « l’incarnation du vide » en politique, dans le magazine Challenges du 13 mai 2016.

attali macron incarne le vide

Enfin et surtout, Macron, qui nous est présenté constamment comme un “jeune” est en fait un “vieillard politique” et le représentant d’une politicaillerie d’un autre âge.

Croyant que les manipulations médiatiques des années 80 fonctionnent encore, n’ayant pas compris le formidable sérum de vérité qu’est Internet – qui démasque dans la demi-heure le moindre mensonge -, Macron pense que ses mensonges, ses affabulations, ses élans de mythomanie et son escroquerie morale ne se voient pas.

Il n’a pas compris que les Français ne voient que ça et que la façon de faire de la politique qu’il incarne est la quintessence de ce dont ils ne veulent plus.

La dernière chance qui lui reste peut-être pour continuer à hanter les palais nationaux est de changer de camp. Certains envisagent déjà que, tout comme le socialiste Eric Besson avait rallié Sarkozy en 2007, Macron pourrait rallier Juppé en 2017. Cette trahison parachèverait l’indécence du personnage.

François Asselineau

30 août 2016

***********************************************************************

maxresdefault

Macron, isolé de tous et au bout du rouleau, craint pour sa sécurité. Parviendra-t-il à terminer sa présidence-escroquerie ? 

 

Print Friendly, PDF & Email

Le journal Le Parisien de ce 28 décembre consacre un article édifiant sur l’atmosphère de fin de règne, pour ne pas dire de folie, qui règne autour de Macron. Bien que cet article soit réservé aux abonnés, Yahoo actualités diffuse gratuitement sur son site un article de Gala qui en révèle les passages principaux.

Voici les extraits :

Désavoué par les Français et critiqué pour sa réforme des retraites, Emmanuel Macron s’isole et ne semble pas vouloir écouter son entourage politique. Le Parisien révèle que le président de la République est aux abonnés absents et va jusqu’à chambouler ses habitudes lorsqu’il doit rejoindre la résidence de la Lanterne.

Emmanuel Macron serait-il à bout ? La question commence à se poser pour le président qui traverse actuellement la deuxième plus grosse crise de son quinquennat. Après le mouvement des Gilets Jaunes qui a vu le jour en novembre 2018, il fait face à une grève qui paralyse le pays depuis le 5 décembre dernier, à la suite de son annonce concernant la réforme des retraites. Emmanuel Macron semble accuser le coup et reste pour le moins silencieux.

Pour ses soutiens, les faits sont là : il s’isole, comme il l’a déjà fait après le début de la crise des Gilets Jaunes. « Je ne l’appelle plus. Ça ne sert à rien, c’est même contre-productif. Il n’écoute personne ! » rouspète un proche dans Le Parisien tandis qu’un ministre note : « On se démène comme des fous. Mais il ne nous fait jamais le moindre retour, ni remerciement. » Le mari de Brigitte Macron en disgrâce auprès des Français et de ses soutiens ? Deux politiques lâchent respectivement : « Il y en a à qui il ne parle jamais » et « Il n’a pas de lien avec nous ».

Alors qu’Emmanuel Macron va jusqu’à changer son trajet en voiture afin de rejoindre sa résidence de la Lanterne « pour éviter le peuple qui l’a élu », qui peut lui parler, le conseiller, l’écouter quand ce ne sont ses proches à l’instar de sa belle-fille qui s’y collent ? Sa femme semble être la seule à pouvoir lui adresser quelques mots, même si elle n’a pas l’habitude de le ménager. Quand Brigitte a quelque chose à lui dire, elle est franche et directe. « On est un couple assez musclé, on se dit les choses, mais ça se passe toujours portes fermées », avait-elle prévenu sur RTL. Peut-être qu’elle parviendra à relancer la machine.

CONCLUSION : le syndrome Ceaucescu ?

 

EEqBhzOXsAEgM-0

 

Terriblement isolé, refusant d’écouter qui que ce soit, psychiquement à bout, semble-t-il, Macron en est réduit désormais à user de stratagèmes misérables (changement de voitures et d’itinéraires, refus de tout contact avec la foule…) pour « éviter le peuple qui l’a élu ».

Ajoutons à ce portrait crépusculaire que son parti « En Marche » (LREM) conseille officiellement à ses candidats aux municipales de cacher leur appartenance à LREM et d’utiliser son logo, tellement Macron est haï par 80 % de nos compatriotes.

Ajoutons aussi que tout l’entourage politique de Macron est pourri jusqu’à la moëlle par des affaires politico-financières sordides (dont les affaires Delevoye et Ségolène Royal ne sont que d’énièmes épisodes).

Delevoye

Ajoutons encore que Macron continue allègrement de piétiner article par article la Constitution, sans que la prétendue « opposition » parlementaire ne veuille lancer la procédure de destitution prévue par l’article 68 de la Constitution.
Ajoutons enfin que Macron est détesté, méprisé, humilié et moqué par un nombre considérable de chefs d’État et de gouvernement à travers la planète : États-Unis, Russie, Allemagne, Brésil, Pologne, Hongrie, Turquie, Algérie, Syrie, Afrique de l’ouest, Comores et Afrique de l’Est, Australie, etc.

 

Tout cela témoigne d’une situation politique de blocage extrêmement dangereuse, qui pourrait dégénérer en 2020.

Frappé du syndrome de Ceaucescu, Macron devrait :

– retirer au plus vite tout le projet de destruction des retraites des Français,

– et, dans la foulée, annoncer l’organisation d’un référendum sur le Frexit pour demander au peuple français (dont il n’est que le serviteur théorique) ce que celui-ci décide pour son avenir.

Faute de prendre ces deux mesures très puissantes, Macron est au mieux condamné à terminer sa présidence de façon honteuse et dictatoriale, dans un climat proche de la guerre civile.

Mais terminera-t-il vraiment cette présidence calamiteuse, marquée du sceau de l’escroquerie politique et de l’arnaque médiatique dès le début ?

François Asselineau
28/12/2019

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Posté par POLITIQUE PACA à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2019

JOYEUX NOËL A TOUS LES AZUREENS DE NOTRE BELLE REGION DE PACA

JOYEUX NOËL ET

 

BONNES FÊTES DE

 

FIN D'ANNEE A

 

TOUS   NOS FIDÈLES 

 

 

LECTEURS DE

 

 

 

POLITIQUE EN PACA

 

ob_81cce7_image-joyeux-noel-3

 

 

 

Posté par POLITIQUE PACA à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2019

GILETS JAUNES NISSARTS !

POUR CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE AUX PREMIERS TEMPS DES GILETS JAUNES NICOIS UNE GRANDE PARTIE DE LA CLASSE POLITIQUE NICOISE A PORTE SON GILET JAUNE ET A DÉFILE DANS LES RUES DE NOTRE BONNE VILLE DE NICE CONTRE LA POLITIQUE MENÉE PAR NOS ÉLITES ESTROSI-MACRON TANT LOCALES QUE NATIONALES ... MAIS CA C'ETAIT AVANT COMME DIRAIT ENCORE ALAIN DELON !

123686929

122100724

122100733

122100834

122100855

122100864

122100920

122100935

122102369

125505440

123686967_o

 

122536242

122536248

téléchargement (1)

téléchargement

Photos Presse Gérard Diaconesco - Agency Press International

DIACONESCO.TV - C.COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS 

2018/2019 - NICE - 

115093153

VISITE DU TUNNEL DU CHANTIER TRAMWAY ESTROSI LIGNE 2 AVEC ERIC GILLI

 Mais oui... le Journaliste Gérard Diaconesco avec le Géologue Eric Gilli ont été gilets jaunes... mais en visitant le boyeau du tunnel du Tramway Ligne 2 de Nice ...

 

 

Posté par POLITIQUE PACA à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les derniers communiqués de presse du RASSEMBLEMENT NATIONAL des Alpes-Maritimes 06

Communiqués de Presse du RASSEMBLEMENT NATIONAL des Alpes-Maritimes 06

123170890

Inaugurations en série de Christian Estrosi : vendredi 20 décembre, point presse de Philippe Vardon sur son intervention auprès du Préfet et du Procureur

       

Depuis le mois de septembre, le maire de Nice Christian Estrosi s'est lancé dans une véritable frénésie d'inaugurations, dont les proportions sont sans commune mesure avec les années précédentes. Ce caractère tout à fait inhabituel contrevient lourdement aux règles en la matière en période électorale.

Apportant des éléments précis et factuels sur cette disproportion majeure, et donc un manquement grave aux règles régissant notre vie démocratique, Philippe Vardon a saisi le Préfet, le Procureur de la République ainsi que la Commission des Comptes de campagne.

Ce sont ces éléments et cette initiative que Philippe Vardon présentera à l'occasion d'un point presse le vendredi 20 décembre 2019 à 9h30 à la brasserie L'Olivier, 16 rue Gioffredo 06 000 Nice.

Renseignements : Grégoire de Linares 06 61 56 24 66

 **********************************************************************

Le CNIP soutient la liste de rassemblement de Philippe Carlin à la Trinité 

       

COMMUNIQUE DE PRESSE

18 décembre 2019

Le bureau de la fédération départementale du Centre National des Indépendants et Paysans ( CNIP ) a décidé de soutenir la liste conduite par Philippe Carlin à La Trinité. " Philippe Carlin possède les qualités nécessaires pour devenir un excellent maire qui saura assurer la sécurité publique et faire de La Trinité une ville dans laquelle il fait bon vivre " a déclaré Daniel Philippot, président de la fédération CNIP du 06. Ce soutien sera concrétisé par la présence en position éligible de Christian Jacomino, ancien major de la Police nationale et trésorier départemental du CNIP sur la liste conduite par Philippe Carlin.

Jacomino-Carlin-Philippot1

 

***********************************************************************

Jean-Paul GARRAUD Secrétaire général de la Droite Populaire à Nice le mardi 10 décembre 2019 apporte son soutien à Philippe VARDON candidat déclaré du RN à la Mairie de Nice en 2020

Jean-Paul Garraud à Nice : "Christian Estrosi est le symbole d'une droite qui s'est reniée !"

       

Dans le cadre de la campagne des élections municipales de Nice, Jean-Paul Garraud - secrétaire général de la Droite Populaire, député européen, magistrat initiateur du parquet national antiterroriste - était ce mardi 10 décembre à Nice pour apporter son soutien et celui de la Droite Populaire à Philippe Vardon.

Après une visite du Centre de rétention administrative de Nice l'après-midi, il est intervenu dans un dîner-débat sur le thème "Faire face à la menace terroriste".

Président de l'Association professionnelle des magistrats, ancien directeur adjoint de l'Ecole nationale de la magistrature, initiateur du Parquet national antiterroriste, Jean-Paul Garraud est largement revenu sur les combats judiciaires qui l'ont aussi conduit à s'engager en politique, d'abord aux côtés de Nicolas Sarkozy (il fut député UMP de Gironde de 2002 à 2012) et désormais de Marine Le Pen, qu'il a rejoint avec la Droite Populaire à l'occasion des élections européennes de mai dernier.

Évoquant son arrivée au Parlement européen, il a notamment souligné qu'il n'y existait aucune commission ou groupe de travail spécifiquement dédié à la lutte contre le terrorisme, à son grand dam.

Jean-Paul Garraud a aussi largement évoqué les reniements de son ancienne famille politique, largement illustrés par Christian Estrosi. Il a ainsi déclaré qu'il y avait une recomposition politique majeure, et que tous ceux qui à droite refusaient la soumission au mondialisme devaient se rassembler autour de Marine Le Pen et des candidats soutenus par le RN et la Droite Populaire.

1b27423d-e75f-4cb0-b5b4-6b91a1e6c1a62

28b3308e-aedc-4704-b9d2-12d198c3eb3b1

 **********************************************************************

Fichage ? Intimidation ? Philippe Vardon écrit à Christian Estrosi sur l'attitude de son chef de cabinet adjoint

       

Fichage ? Intimidation ? Philippe Vardon écrit à Christian Estrosi sur l'attitude de son chef de cabinet adjoint

 

114678838

 

[Communiqué du 18 décembre 2019]

La matinée du 7 décembre 2019, lors de la distribution d'un document de campagne (le deuxième numéro du Journal des Municipales), des bénévoles soutenant ma candidature à la mairie de Nice ont été minutieusement pris en photo par M. Sébastien Buchet, « chef de cabinet adjoint en charge de la communication et de l'événementiel » de Christian Estrosi à la Mairie de Nice. Celui-ci s'est d'ailleurs montré quelque peu provocateur.

Quel était son objectif ? Quelle est la destination de ces photos ? S'agit-il de ficher ces bénévoles ? De les intimider ? Quoi qu'il en soit, je considère ces pratiques particulièrement détestables. Elles ne me semblent pas relever d'une pratique démocratique normale et sereine.

Ces méthodes seraient déjà inquiétantes venant d'un simple soutien de Christian Estrosi, elles m'apparaissent gravissimes venant d'un de ceux qui l'entoure à la direction de notre ville.

C'est pourquoi j'ai adressé un courrier à Christian Estrosi, destiné tant à l'actuel maire qu'au candidat, avec des questions claires : cautionne-t-il ces méthodes ? Son chef de cabinet adjoint a-t-il agi comme employé de la Ville ou comme militant de Christian Estrosi ? Etait-il dans ses heures de travail ? Est-ce Christian Estrosi qui lui a confié cette « mission » ? S'il n'a pas agi sous son autorité mais de sa propre initiative, envisage-t-il alors des sanctions ?

Je crois que nous devons aux électeurs niçois une campagne de qualité, et que nous pouvons faire l'économie de ce type de méthodes. C'est pourquoi, à travers ce courrier, j'ai aussi demandé à Christian Estrosi de s'engager à ce que de tels événements ne se reproduisent plus et de s'en assurer auprès de ses soutiens... et employés.

Philippe Vardon

Candidat à la mairie de Nice soutenue par le RN et la Droite Populaire

Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Membre du Bureau national du RN

***********************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2019

GUILLAUME ARAL LE COLLECTIONNEUR D'ART CONTEMPORAIN ET HOMME POLITIQUE DE LA VILLE DE NICE

Qui est Guillaume ARAL ?

 

téléchargement (3)

 

13 juillet 2019

Aujourd' hui présentation de Guillaume ARAL Directeur de la Galerie d'Art Contemporain "FERRERO" Conseiller Municipal et Métropolitain de la Ville de Nice dont Benoît KANDEL déclaré candidat Républicain contre ESTROSI en 2020 ne veut plus sur sa liste !

téléchargement (2)

FIGURES DE L’ART / SAG’ART : la galerie Ferrero, deuxième partie : Guillaume Aral, marchand d’art sans complexe - Nice

- Guillaume Aral 
- 49 ans 
- Directeur de la Galerie Ferrero 
- Un galeriste nouvelle génération !

Cinq ans après son rachat par Guillaume Aral, qu’est devenue la vénérable Galerie Ferrero ? Nouveau style, nouveaux artistes, nouveau lieu … Visite guidée !

« Vendre ce que j’aime ».

Pour connaitre les goûts personnels de Guillaume Aral, il suffit de franchir le seuil de la vénérable Galerie Ferrero, qui s’est bien métamorphosée depuis l’époque du fondateur.

Guillaume Aral assis sur une oeuvre de l’artiste Stéphane Cipre
© JCh-Dusanter

Si l’on y trouve encore l’héritage classique « Ecole de Nice » de Jean Ferrero - Arman, César, Gilli, Ben, Sosno, Moya - Guillaume Aral se démarque en affirmant sa volonté de « promouvoir des artistes vivant dans la région, comme Youn, Cipre, Pons, Martinez, Reyboz, Graff, Metcuc, Hierro », et quelques italiens de la Ligurie proche, comme Laveri (les rouges à lèvres en céramique) ou Palmero (les pare-brises peints). Tout en ajoutant à son « bric à brac » un peu de Combas, un brin de Christo (photos de Volz) et même une pincée de Cracking Art (animaux en plastique coloré). Le tout dans un « esprit ludique, ni figuratif ni abstrait, ni minimaliste ni classique, c’est à dire une voie intermédiaire ».

La vie est courte, je dois saisir ma chance

_DSC6682

© JCh-Dusanter

« L’art contemporain est une culture qui s’apprend, il faut des clés pour savoir l’apprécier. Chez moi, ce fut progressif ». 
Après s’être intéressé aux antiquités ou aux livres anciens, Guillaume Aral découvre l’art d’aujourd’hui. Il lit, se cultive, épluche les catalogues de vente, regarde les émissions de tv et surtout, rencontre des artistes. De même concernant le mobilier, lui qui fut d’abord de goût "assez classique, confortable", il a changé peu à peu d’optique, se tournant désormais vers le design pour meubler son nouvel appartement accolé à son nouveau show-room.

_DSC6671

© JCh-Dusanter

Né à Marseille en décembre 1970, Guillaume Aral arrive à Nice un an plus tard, quand son père s’installe comme notaire après avoir acheté une charge laissée sans héritiers. C’est à Nice qu’il fait toute sa scolarité, depuis l’école du port et le lycée Masséna jusqu’aux études de droit. Il enseigne l’histoire du droit durant quelques années, hésitant à devenir professeur, avant d’obtenir son doctorat en 2001. Durant une brève expérience dans le notariat, il profite d’une nouvelle législation pour organiser quelques belles ventes aux enchères. Il y rencontre Jean Ferrero, lequel cherche à vendre sa galerie : ça tombe bien, Guillaume Aral est décidé à franchir le pas … 

- Car entretemps, il y a eu le 11 septembre 2001

Ce matin-là, Guillaume est de passage à New York avec son père. Ils se lèvent tôt à cause du décalage horaire et décident d’aller faire un peu de tourisme … Distrait, Guilaume remonte au dernier moment dans sa chambre chercher l’appareil photo qu’il y a oublié : ces quelques secondes lui sauveront la vie. Ils attendent pour acheter leur billet au pied de la première tour du World Trade Center quand survient le premier impact. Guillaume se souvient encore des débris qui tombent et de la panique … Ils évacuent très vite et facilement, puis restent et regardent de loin… avant que ne survienne la deuxième explosion, juste « une boule de feu ». Ils resteront bloqués une semaine à New York. Vivre une telle tragédie incite à la réflexion : « la vie est courte, je dois saisir ma chance » se dit-il. C’est ainsi qu’il décide de racheter la Galerie Ferrero en septembre 2003 pour vivre sa « passion de l’art ».

Cinq ans plus tard, il ne regrette rien, le bilan est positif

_DSC6708

© JCh-Dusanter

Marchand sans complexe, Guillaume Aral veut « que ça se vende », et il l’assume, à l’image, confie-t-il, du grand galeriste belge Guy Pieters qu’il admire. S’il s’avoue « un peu casanier, n’aimant pas trop bouger ni faire les foires », il travaille beaucoup et, est présent tous les jours dans sa galerie.

Et il n’hésite pas à entreprendre des travaux : relookage complet de la galerie début 2006, ouverture d’une boutique de produits dérivés, et en juin 2008, d’un show-room dans l’immeuble mitoyen. Un nouvel espace doté d’un jardin privatif pour les sculptures, et d’une petite salle où seront exposées dans des vitrines les pâtes de verre de Daum, des éditions limitées signées d’artistes contemporains (Ben, Sosno…), etc.

Avec sa nouvelle compagne elle aussi dans le monde artistique, Guillaume Aral partage une passion commune pour Venise et les livres anciens : « je n’ai aucun regret, même si diriger une galerie est parfois stressant, c’’est un métier dans lequel on baigne à 100%, en permanence : on est comme immergé dans l’art, ce qui devient passionnant ».

Profil du client de la Galerie Ferrero en 2008

- A Nice, les clients de l’art contemporain sont de deux sortes : les investisseurs et ceux qui marchent au coup de coeur (les très riches qui ne s’inquiètent pas de la cote d’un artiste). Après la grande époque des Italiens en 2003-2004, ce sont aujourd’hui les Belges qui font le principal chiffre d’affaires de la galerie. Très peu d’Américains passent par la rue du Congrès, tandis que les Russes commencent à arriver, même s’ils sont encore plutôt XIXème siècle. Le premier Chinois est venu cet été, il a acheté une oeuvre de Cipre intitulée judicieusement "made in china" ! 
- La sculpture a la cote en ce moment, les collectionneurs jeunes se rabattant sur les artistes plus jeunes et moins chers qu’Arman ou César. Entre 900.000 euros pour une œuvre d’Arman et 55.000 euros pour une autruche de Cipre, on peut comprendre pourquoi !

Posté par POLITIQUE PACA à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Michel Onfray : Macron se sert des retraites pour imposer cette société de sauvages qui s’entre-tuent

Michel Onfray : Macron se sert des retraites pour imposer cette société de sauvages qui s’entre-tuent


delevoye-macron

 

Excellente analyse d’Onfray sur les retraites et Macron. Analyse écrite avant la démission de Delevoye qu’il ignorait à ce moment-là mais cela ne change rien à la pertinence de l’analyse. (Les illustrations ont été choisies par Résistance républicaine et n’accompagnent pas le texte original d’Onfray).

.

Philosophie de la grève (1213)

Emmanuel Macron ne souhaite pas restaurer un ordre ancien, mais installer durablement celui du marché planétaire.

Quand le regretté Pierre Bourdieu était intervenu en prenant la parole gare de Lyon lors des grèves de 1995, il avait parlé d’un « combat de civilisation« . Il avait raison ; près d’un quart de siècle plus tard, c’est le même qui se joue ces temps-ci dans les rues.

Pour empêcher toute réflexion de ce type, on braque les projecteurs ailleurs : le problème ne relèverait donc pas d’un choix de civilisation mais d’une série de débats sur des questions concernant le point et l’âge pivot, la répartition et la capitalisation, les régimes spéciaux et le simulateur de retraite, un système universel et « l’âge d’équilibre » (!), le systémique et le paramétrique, autrement dit, d’une juxtaposition de négociations d’intendance technique.

On regarde la chose avec le plus petit bout possible de la lorgnette.

Voyons-la plus tôt du point de vue de Sirius : il s’agit clairement pour Emmanuel Macron de faire avancer le bulldozer libéral maastrichtien dont le but avoué consiste à supprimer la puissance des Etats de façon à atomiser la société pour obtenir des monades plus faciles à circonscrire et à endoctriner.

Il s’agit de tuer l’antique Citoyen éclairé de la République pour faire advenir le Consommateur abruti du grand marché planétaire. Pour les tenants de cette nouvelle barbarie, il ne doit plus y avoir de Nation et de République, mais des individus séparés comme autant de spermatozoïdes cherchant l’union avec l’ovule au prix de la mort de tous les autres.

Cette prétendue réforme n’est jamais qu’une variation sur le thème néo-darwinien de la lutte pour l’existence et du droit à la survivance des mieux adaptés. Macron se sert des retraites pour imposer cette société de sauvages qui s’entre-tuent dans laquelle chacun cherche à sauver sa peau avec sa petite capitalisation en tournant le dos à toute solidarité.

Pour ces néo-barbares libéraux, il faut isoler les individus, atomiser la société, fragmenter les communautés, empêcher les solidarités, abolir les aides et les entraides.

Ces gens-là retirent la Fraternité de la devise républicaine après avoir également soustrait l’Egalité devant le droit et la loi, on sait en effet qu’au tribunal il vaut mieux être puissant que misérable, en même temps qu’ils ne reconnaissent plus à la Liberté qu’une seule définition : permettre au plus fort de nuire au plus faible, au plus riche de détruire le plus pauvre, au plus puissant de mépriser le plus misérable, au plus gros poisson de manger les plus petits.

Ce qui est détruit, sous prétexte d’en finir avec l’inégalité des régimes spéciaux, c’est l’instauration d’une autre inégalité entre ceux qui auront les moyens de se payer une retraite privée et les autres. Cette logique avalise le processus de paupérisation qui est la clé de voûte du libéralisme maastrichtien.

On ne demande pas à ceux qui possèdent de faire des efforts mais aux plus modestes, sous prétexte que la richesse des riches ruissellera naturellement jusqu’aux pauvres, c’est la vieille théorie de la fable des abeilles de Mandeville : les vices privés des riches constituent les vertus publiques de la société ! Ce qui, en d’autres mots, donne : ne touchez pas aujourd’hui aux plus aisés, laissez-les s’enrichir, c’est pour le bien des pauvres plus tard…

Or, pour l’heure, les pauvres s’appauvrissent et les riches n’ont que faire de cette histoire de points, leurs capitaux sont déjà bien placés, leurs retraites se préparent dans les banques des paradis fiscaux, leurs avoirs rentables crachent leurs bénéfices chaque jour que Mammon fait.

Je ne suis pas jaloux de l’âge de départ à la retraite des quinquagénaires dans telle ou telle profession.

J’estime au contraire qu’il faudrait repenser le travail et indexer des projets politiques dignes de ce nom sur cet objectif : travailler autrement et moins.

Les socialistes qui, aux dernières élections présidentielles, militaient pour un revenu universel (autant à François Pinault et Bernard Arnaud qu’à leurs femmes de ménage…) seraient bien inspirés, dans un pays où le chômage est si élevé, de proposer des alternatives avec un travail repensé de fond en comble.

Il n’est pas normal que les jeunes ne trouvent pas de travail, que les séniors soient évincés dix ans avant l’âge légal de la retraite et que soient entretenus dans l’allocation chômage une partie des forces vives de la nation, c’est un gâchis d’énergie et de talents, de forces et de compétences, de volontés et d’aptitudes. Il faut un nouveau projet de société et non une nouvelle régression sociale sous prétexte de progressisme libéral. C’est ce à quoi devrait aussi s’occuper la gauche qui se contente si souvent d’être contre sans jamais proposer quoi que ce soit de neuf, sinon voler les idées de la droite, depuis un demi-siècle.

Le travail n’est pas l’horizon indépassable d’une vie. Que de Fillon à Cohn-Bendit en passant par Sarkozy et Hollande soit repris l’argument qu’une augmentation de la durée de vie oblige à une augmentation de la durée du temps de travail dans la vie constitue une aberration !

Cette augmentation de la durée de vie milite bien plutôt en faveur d’une pensée refondée du travail et d’une large place accordée à une retraite qui ne serait pas un dépotoir d’énergie. La quantité de vie n’est un argument contre la qualité de vie que chez ceux qui, à droite comme à gauche, préfèrent la quantité à la qualité, signe de nihilisme.

Vivre plus longtemps ne signifie pas vivre plus longtemps en bonne santé : car l’augmentation de la quantité de vie va souvent de pair avec la diminution d’une qualité de vie avec le temps. Le travail est pensé depuis deux mille ans par le judéo-christianisme comme une punition consécutive au péché originel, il me semble que cet archétype mental qui a traversé les siècles a contaminé bien au-delà des chrétiens.

Ce que les manifestants défendent dans la rue c’est la civilisation construite par les gaullistes et les communistes après la Libération pour remettre la France debout en donnant de la dignité aux travailleurs. Le programme du Conseil national de la résistance a été la colonne vertébrale politique des années d’après-guerre jusqu’au départ du général de Gaulle.

 

C’est ce que Macron veut détruire.

Qu’on y prenne garde, ce jeune banquier d’affaire a intitulé l’un de ses livres de campagne présidentielle « Révolution« . La chose avait beaucoup fait rire en son temps, mais on a eu tort. Sa révolution n’avait rien à voir avec la Révolution française, c’est un clin d’œil qui a égaré la plupart, car elle avait à voir avec autre chose : il s’agissait d’une révolution libérale dont l’objectif était de faire tomber la Bastille de l’Etat protecteur et d’abolir les privilèges syndicaux.

En regard de 1789, ce que propose Macron est rien moins qu’une Contre-Révolution.

EIR6bzMXkAAO5Hu

Il ne souhaite pas restaurer un ordre ancien, mais installer durablement celui du marché planétaire.

Cette prétendue réforme (pourquoi ce mot et non un autre comme « destruction ?« ) présentée comme nécessaire (par qui et pourquoi ?) vise à privatiser la retraite, c’est tout simple, car la privatisation est l’horizon politique absolu de Macron et de Maastricht.

Il fait le job de l’Etat maastrichtien qui, c’est un paradoxe, impose le libéralisme à marche forcée.

Voilà pourquoi, chacun sachant que le diable est dans les détails, l’indice qui trahit le crime est le fait que Jean-Paul Delevoye, a « oublié » de déclarer à la Haute Autorité pour la transparence (!) de la vie publique le fait qu’il était payé par une société privée.

Après avoir vaguement dit qu’il était bénévole, il promet de rembourser environ 270 000 euros.

Voilà donc un bénévole payé qui oublie de déclarer ses fonctions alors qu’il sait que le conflit d’intérêt se trouve constitué, la preuve : son « oubli !« 

Il démissionne de ses fonctions privées mais rien de plus, rien d’autre.

On n’a pas entendu Macron sur ce sujet, personne ne trouve la chose anormale, le monsieur continue alors qu’il était donc lobbyiste pour le privé, à occuper un poste de haut-commissaire du gouvernement pour faire aboutir un projet dont le but consiste à faire du secteur privé le grand bénéficiaire de cette désétatisation du régime des retraites.

Cet homme qui planche au Grand Orient affirmait il y a peu qu’il faudrait une arrivée massive de 50 millions d’immigrés en Europe pour régler le problème des retraites à venir.

En 2013, alors président du Conseil économique et social, ce monsieur avait jugé irrecevable une pétition de 700 000 signatures contre le mariage pour tous.

« On est dans un moment très malsain de notre démocratie« ,

disait Delevoye en affirmant il y a peu de façon obscène (car où sont les étoiles jaunes et les camps de la mort ?) que les musulmans d’aujourd’hui étaient les juifs d’hier…

Où l’on voit que le Jean-Paul travaille bien au projet de civilisation des européistes qui sont le cheval de Troie du gouvernement capitaliste mondial.

Cet homme qui, avec un minimum de dignité, aurait dû démissionner après avoir été ainsi pris la main dans le sac, reste évidemment en place pour faire le travail.

Il rejoint la cohorte des nombreux séides de Macron qui ont touché au grisbi et sont actuellement en délicatesse avec la justice.

Hommes et femmes de sac et de corde, ils sont parfaits pour exécuter le travail qui leur a été confié : ravager la fraternité républicaine afin de faire triompher la loi de la jungle libérale.

C’est vraiment au saccage d’une civilisation que ces gens travaillent au profit du capital.

En effet, le citoyen Delevoye a raison : « On est dans un moment très malsain de notre démocratie« …

 

cheval-troie

Le projet de civilisation des européistes est le cheval de Troie du gouvernement capitaliste mondial !

Posté par POLITIQUE PACA à 01:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2019

MACRON DÉTRUIT LE PEUPLE SOUVERAIN DE FRANCE POUR LUI IMPOSER L'INVASION MIGRATOIRE !

Macron mène une guerre à mort à son peuple pour lui imposer l’invasion

Publié le 16 décembre 2019 - par  

Résultat de recherche d'images pour "la prochaine guerre civile en france"

Au plus haut niveau politique, chacun est parfaitement conscient de la situation explosive des banlieues et du  risque de guerre civile qui pèse sur la nation. Pourtant, l’inaction est de mise.

Si l’État agit contre le terrorisme, il continue d’alimenter sa source principale : l’immigration musulmane de masse. Le combat est donc perdu d’avance.

Entre un ex-président de la République qui évoque une partition du pays et un ex-ministre de l’Intérieur qui nous annonce un face-à-face entre communautés d’ici cinq ans, le message est limpide  et la menace parfaitement  identifiée :  une immigration musulmane de masse qui refuse de s’intégrer et  fracture le pays. Tout citoyen lucide ne peut que s’inquiéter de l’avenir de notre France millénaire. Car c’est un choc civilisationnel qui s’annonce.

Résultat de recherche d'images pour "guerre civile faut-il craindre l'embrasement"

Malheureusement, force est de constater que, faute de courage politique au sommet de l’État, c’est la soumission qui prévaut. Quant à la presse et les élites qui font l’opinion, elles trahissent le peuple en entretenant une omerta coupable.

Lavage de cerveau, manipulations, désinformation, mensonges, sont leur spécialité. Souci de la vérité et éthique professionnelle sont aux abonnés absents.

Peur des émeutes, peur d’un embrasement généralisé avec  affrontements mortels, le fait est que le pouvoir joue la carte du renoncement  permanent, en espérant éviter le pire. Comme si la politique de l’autruche était la meilleure solution pour relever un défi majeur !

Les patriotes assistent, impuissants, à leur effacement culturel, à un basculement de civilisation au profit d’un islam conquérant qui n’a jamais caché son objectif vieux de 14 siècles, qui est  d’établir un grand califat mondial.

Nombreux sont ceux qui tirent la sonnette d’alarme, en bravant la dictature du politiquement correct, comme Zemmour, Rioufol, Obertone et bien d’autres, mais qui les écoute ? Ils sont traînés en justice pour incitation à la haine, diabolisés, insultés, alors que ce sont les islamistes qui diffusent leur discours de haine chez la jeunesse des banlieues.

La France se « salafise » à grande vitesse avec la complicité du pouvoir et des élites.

petition-image-fd95a361a04192f1409bf96f668ee7e1

Ce qui s’est passé dans nos banlieues, où les Français de souche ont été peu à peu chassés de chez eux, va s’opérer au niveau national dans les vingt années qui viennent, avec un basculement démographique que rien n’arrêtera, si Macron maintient le cap de sa politique immigrationniste et persiste dans ses délires mondialistes.

Dans un article remarquable, Antonin Campana décortique la société française de 2019 et explique la fracture béante entre trois classes : les élites urbaines, le peuple autochtone et les populations allochtones des banlieues. Bien au-delà de la fracture identitaire, il y a une cassure irréversible entre la France des villes qui vote Macron, et la France populaire de souche qui subit de plein fouet le choc des cultures. Une cassure qui n’augure rien de bon.

http://www.autochtonisme.com/2019/08/guerre-civile-en-france-une-analyse-des-forces-en-presence.html

Les élites mondialistes sont pour l’immigration, mais ce sont les Gilets jaunes qui en subissent les méfaits. Avant de sauver le climat et le tiers-monde, le peuple français veut sauver son patrimoine culturel et son identité. Pendant que les uns ne jurent que par Greta et  le multiculturalisme, les autres entendent défendre leurs racines judéo-chrétiennes.

Pour l’élite urbaine, l’immigration est toujours une chance pour la France et le véritable danger est « le suprémacisme blanc » qui menace le « vivre-ensemble ». Pour le peuple de la périphérie, c’est  l’immigration qui est une menace existentielle.

Pour ces élites, les peuples, les cultures, les religions peuvent se mélanger, pour la simple raison que les nations sont appelées à disparaître au profit du grand village mondial.

Il n’y a plus de races, mais uniquement l’espèce humaine. Le Blanc est un Noir qui s’ignore et réciproquement. La culture française n’existe pas et n’est qu’un mélange d’apports extérieurs.

Pour « ceux qui savent », les adversaires du mondialisme et de la globalisation sont des attardés, d’affreux populistes, des lépreux incultes, qui ne comprennent rien à la marche du monde. Macron les a assez  insultés !

« Fainéants, illettrés, alcooliques, moins que rien, auteurs de crimes contre l’humanité »… Aucun chef d’État n’a dénigré son peuple comme l’a fait Macron. Et les élites applaudissent, persuadées de détenir la vérité. Pour elles, le peuple n’a rien compris :

Patriotisme, famille traditionnelle, héritage culturel, Histoire de France, folklore et traditions ne sont que des valeurs ringardes pour xénophobes et attardés mentaux, pour ne pas dire l’expression d’un racisme des plus immondes.

Face à ces deux classes qui ne se parlent plus et se méprisent réciproquement, il y a les immigrés.

Une immigration encouragée par les élites mondialisées, qui est protégée par la dictature du politiquement correct et  défendue par une justice à deux vitesses, sévère à l’encontre des patriotes identitaires et clémente à l’égard des délinquants issus de la diversité.

Le problème est que cette immigration toujours plus nombreuse et coûteuse a ruiné le pays et se finance aujourd’hui sur le dos des Gilets jaunes, en désossant notre modèle social.

Le « label diversité » et  la discrimination positive font que les natifs sont les derniers servis au guichet social et au bureau emploi. Le Grand Remplacement, on le constate dans la rue, mais aussi dans les administrations et les services publics.

En 2010, selon l’Ined, 20 % des policiers étaient  issus de l’immigration. La proportion de musulmans dans l’armée tourne autour de 15 %. Beaucoup de ces soldats ont servi loyalement en Afghanistan et au Sahel, mais certains d’entre eux ont refusé d’aller combattre d’autres musulmans en Afghanistan. Par ailleurs, des rébellions de jeunes musulmans ont eu lieu à bord de navires de la Marine nationale.

Ce prétexte du musulman qui ne combat pas d’autres musulmans est d’autant plus hypocrite que les sunnites et les chiites se combattent depuis 14 siècles ! Mais plus c’est gros, plus ça passe…

Pour Antonin Campana, la classe dominante urbaine mène une guerre contre la France périphérique autochtone pour imposer sa vision du monde et la société multiculturelle de demain. Les élites s’appuient sur les minorités allochtones pour combattre le peuple autochtone, qu’elles sacrifient sur l’autel du mondialisme.

Ce n’est pas faux. On notera que le combat contre le racisme est toujours à sens unique. On dénonce l’islamophobie à longueur de temps, mais on se tait sur les multiples actes de christianophobie et sur les profanations quotidiennes de lieux de culte chrétiens.

Trois églises ou cimetières chrétiens sont saccagés chaque jour dans le silence le plus total. Mais un simple graffiti sur une mosquée et c’est la mobilisation générale contre l’islamophobie. Difficile de trouver élites et journalistes plus serviles, hypocrites et grotesques.

Bref, pour nos élites, l’homme blanc est coupable de tous les maux et doit payer. Elles encouragent le racisme anti-Blancs en pleine expansion. Les enfants de ces élites vivront dans la haine, mais elles n’en sont même pas conscientes ! C’est dire le niveau  intellectuel  de ces gens « qui savent » !!

Dès lors que les élites mondialisées pensent que l’islam est une religion de paix et d’amour et que le mâle blanc est un oppresseur sexiste, raciste et esclavagiste, le peuple de la France profonde se retrouve bien seul pour défendre son identité et son héritage culturel.

Mais cette classe dirigeante qui méprise tant le peuple de France ne réalise toujours pas qu’elle se trompe et que son erreur de jugement lui sera fatale.

Son refus d’admettre que l’intégration est un échec et que l’islam conquérant n’acceptera jamais la soumission à un pouvoir autre que celui de la loi coranique va se traduire par un désastre. Perchée sur son nuage, à des années lumière du quotidien vécu par les Gilets jaunes, la classe dominante se croit protégée éternellement dans les beaux quartiers, comme la noblesse de l’Ancien Régime. Mais le réveil sera brutal. « La guerre civile sera sanglante » dit Zemmour.

Quelle forme prendra le retour au réel ? s’interroge Antonin Campana.

Tôt ou tard, le discours bien-pensant volera en éclats et la violence venue des banlieues révoltées s’imposera. Les élites paieront au prix fort leur aveuglement.

« Ce retour au réel sentira le sang et les larmes ». C’est l’ensemble du peuple français qui paiera l’addition  pour les trahisons de ses élites, qui ont fait le choix ahurissant de persécuter les patriotes au lieu de combattre l’islam politique conquérant. Gérard Collomb l’a annoncé :

Le vivre-ensemble paradisiaque va vite se transformer en enfer. Et les élites devront payer, elles aussi, le juste prix de leurs choix politiques hallucinants. Comme le dit  Campana : « Enjoy » !

Jacques Guillemain

migrants-prets-partir-en-italie-avertit-lonu

Posté par POLITIQUE PACA à 06:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2019

A NICE LES MANIFESTATIONS TOURNENT A L'AFFRONTEMENT AVEC LES FORCES DE POLICE AUX ORDRES DE CASTANER CA VA MAL FINIR EN FRANCE

Des milliers de manifestants: forte

mobilisation à Nice ce mardi contre

la réforme des retraites

Entre 4.200 (selon la police) et 12.000 (selon la CGT) manifestants dans les rues de Nice mardi 17 décembre contre la réforme des retraites.

Entre 4.200 (selon la police) et 12.000 (selon la CGT) manifestants dans les rues de Nice mardi 17 décembre contre la réforme des retraites. Photo S. G.

Le nombre de manifestants est sensiblement équivalent, à Nice, à la manifestation du 5 décembre. C'est-à-dire important.

Grosse mobilisation ce mardi dans les rues de Nice, pour la manifestation interprofessionnelle contre la réforme des retraites.

PUBLICITÉ

La CGT a annoncé la présence dans le cortège de 12.000 manifestants, tandis que les forces de l'ordre en recensaient 4.200.

Des chiffres assez proches de ceux enregistrés lors de la première journée d'action d'envergure, jeudi 5 décembre: 10.000 selon la CGT et 4.500 selon la police.

Ce mardi matin, le cortège s'était donné rendez-vous devant la gare Thiers. Direction la place Masséna via l'avenue Jean-Médecin, puis la place Garibaldi.

D'après les dernières fuites au sein du cortège, les manifestants pourraient ensuite se diriger vers l'entrée de la voie rapide, qu'ils bloqueraient en la remontant à pied.

 

***********************************************************************

VIDÉOS. Des incidents éclatent lors de la

manifestation contre les retraites à Nice

Les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes.

Les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Photo S. G.

Les policiers ont usé de gaz lacrymogènes lorsque les manifestants ont tenté de forcer un barrage.

Quelques incidents ont éclaté dans les rues de Nice ce mardi matin, en marge de la manifestation contre la réforme des retraites.

>> RELIRE. Des milliers de manifestants: forte mobilisation à Nice ce mardi contre la réforme des retraites

Après l'arrivée place Garibaldi (les contestataires sont partis de la gare Thiers en milieu de matinée), une partie du cortège a voulu poursuivre le défilé en envahissant notamment la voie Mathis.

Alertées de ce projet, les forces de l'ordre ont alors formé des barrages dans le secteur d'Acropolis et de la Tête carrée pour les empêcher de progresser vers l'entrée de la voie rapide.

Mais une frange de manifestants a tenté de forcer le passage. Les policiers ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes.

Les manifestants ont finalement renoncé à leur projet et ont rejoint le reste du cortège.

Posté par POLITIQUE PACA à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2019

QU'ON LE VEUILLE OU PAS DEMAIN LA FRANCE SERA AFRICAINE C'EST CERTAIN AVEC 30% DES NAISSANCES DE L'IMMIGRATION VENUE D'AFRIQUE !

Vers une France africaine : 20 % d’immigrés

 

extra-européens, 30 % de naissances

 

Publié le 14 décembre 2019 - par  

Résultat de recherche d'images pour "dessins immigration invasion"

« Il y en aura pour tout le monde », sauf pour les Gilets jaunes, moins bien lotis qu’un clandestin, notamment en matière de soins.

Les lecteurs les plus anciens se souviennent de ce discours de Jacques Chirac en 1991, dénonçant les méfaits de l’immigration extra-européenne. C’était l’époque où la droite avait encore le courage de parler vrai, donc bien avant que l’Union européenne ne prenne les commandes du bateau France et nous impose une immigration de masse que les peuples européens ne veulent plus.

Un discours qui fit grand bruit, notamment à cause du terme « odeur », lequel concernait les odeurs de cuisine envahissantes, mais que la gauche immigrationniste s’empressa de juger raciste.

Dès la signature du Traité de Maastricht en 1992, la France dut se soumettre aux règles d’immigration européennes, perdant ainsi sa souveraineté territoriale. Et la droite, qui parlait comme le Front National, osant affirmer que l’islam était incompatible avec nos lois républicaines, retourna promptement sa veste pour s’approprier le discours immigrationniste de Bruxelles.

La France venait de perdre son indépendance et de semer les germes du Grand Remplacement.

Résultat de recherche d'images pour "dessins immigration invasion"

En 2019, non seulement il nous est interdit de supprimer le regroupement familial, mais la Cour de justice européenne peut nous interdire d’expulser un criminel étranger, en prétextant qu’il serait en danger dans son pays. Nous subissons la dictature bruxelloise sans aucun moyen de dire non à ses diktats. On comprend pourquoi les Britanniques ont dit non à l’UE…

Mais qu’avait donc dit Chirac de si odieux ? Voici ses paroles :

https://www.youtube.com/watch?v=4BxaVdu0hqU

« Comment voulez-vous que le travailleur français, qui habite à la Goutte d’Or, où je me promenais avec Alain Juppé la semaine dernière, il y a trois ou quatre jours, et qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs par mois, et qui voient sur le palier, à côté de son HLM, entassée, une famille, avec un père de famille, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses, et qui gagnent 50 000 francs de prestations sociales sans, naturellement, travailler… si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, eh bien, le travailleur français sur le palier, il devient fou, il devient fou. C’est comme ça. Il faut le comprendre. Si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela. »

C’était il y a 30 ans. Inutile de dire que depuis 1991, ce sont des millions d’étrangers qui ont déferlé vers l’Eldorado social, ruinant le pays et conduisant à une dislocation de la nation, avec une immigration musulmane qui refuse de s’intégrer.

Souvenez-vous du célèbre polygame de Bobigny, un Malien qui a cessé de travailler avec ses 4 femmes et 46 gamins, grâce aux juteuses prestations familiales très largement supérieures à son salaire de « technicien de surface ». Au Mali, il passe pour le modèle qui a réussi.

Chaque mois, il perçoit sans travailler,  l’équivalent de 6 années de PIB d’un Africain. (PIB/hab en Afrique : 1 700 euros par an).

La France est le premier  pays polygame d’Europe. Pas étonnant que toute l’Afrique accoure !

En 1995, l’Insee estimait le nombre de polygames à 10 000. En 2006, la CNCDH donnait le chiffre de 20 000. En 2009, un rapport sur la polygamie estimait que le nombre avait doublé, donc 40 000. On peut tabler sur 50 000 polygames en 2019 !! Un sujet plus que tabou… Coût ? Sans doute plus de 5 milliards/an.

On comprend donc pourquoi les caisses sont vides et pourquoi les Gilets jaunes tirent la langue. Nos 2 500 milliards de dettes, c’est en grande partie l’immigration.

On loge les clandestins à l’hôtel mais pas nos propres SDF.

Résultat de recherche d'images pour "dessins immigration invasion"

Jean-Yves Le Gallou  vient  de chiffrer cette immigration de masse, démontrant une fois de plus la réalité du Grand Remplacement.

La grande question est de savoir si en 2022 les Français se résigneront à la disparition de leur pays, ou s’ils auront  le sursaut salutaire indispensable pour reprendre leur destinée en mains.

Les Britanniques viennent de leur montrer le chemin. Reconduire Macron, c’est signer définitivement pour la libanisation irréversible de la France, avec la guerre civile au bout du chemin. L’ex-premier flic de France savait de quoi il parlait en évoquant un face-à-face dans les cinq ans. Nos banlieues sont un volcan en ébullition.

https://www.polemia.com/immigration-france-extra-europeens/

Jean-Yves Le Gallou estime à 20 % la population d’origine extra-européenne et à 30 % le nombre de naissances d’origine immigrée. Son constat est sans appel :

« Sans arrêt rapide de toute immigration nouvelle en provenance du Maghreb, d’Afrique et d’Asie, les Français de souche européenne deviendront minoritaires sur la terre de leurs ancêtres. Il est temps de changer radicalement de politique et de paradigme. Il faut réaffirmer le droit des Français à la souveraineté, à l’identité et à la continuité historique. »

Cette vidéo rappelle l’ampleur du désastre que nous préparent Macron et les mondialistes.

https://youtu.be/7m8g_w7i0wc

Jacques Guillemain

 

MACRON ET TOUTE SA BANDE LREM DEMISSION !

Posté par POLITIQUE PACA à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2019

HOMMAGE AU "BERGER" HIER SOIR DES 18H00 DEVANT LA STATUT DE LA PLACE GARIBALDI PAR LES SUPPORTERS DE L'O.G.C.NICE

Paul Capietto, le plus emblématique des supporters de l'OGC Nice, a été retrouvé inanimé lundi matin.

hommage-berger-paul-capietto-nice-place-garibaldi

Source : Nice-Matin 

Benoit Guglielmi

On étend des photos, on déploie des drapeaux, on anime des bougies. La statue de "Jousé" est parée. Au pied du monument dédié à Garibaldi, on rend hommage au "berger", le plus emblématique des supporters de l’OGC Nice. Du héros des deux mondes au héraut des deux stades…

Sur la place, à 18 heures hier, une centaine de "copains" sont là. Emmitouflés dans leur écharpe rouge et noir, dans leur tristesse, dans leurs souvenirs.

Gilles, un ami proche, est touché d’une telle mobilisation « en attendant des cérémonies plus officielles », des supporters, du club et peut-être, aussi, de la Ville. "Nous voilà privés de Paul Capietto, d’un homme fantasque mais intelligent, brouillon mais cultivé, courtois mais franc, intègre, généreux…"

Gina, 72 ans - comme Paul - le connaît depuis une éternité. "Il m’a appris à skier. Mais l’image que je garde de lui, c’est le jour où il a appris le pilou à mon petit-fils. En même temps, il lui racontait l’histoire du Ray."

"L’ARBRE DU RAY"

"C’était comme un grand-père" pour Marc, 27 ans, si ému "le soir où, pour 70 ans, le président de l’OGC Nice est venu, au pied de la tribune, lui offrir un maillot."

Pas loin, Isabelle a la voix nouée. Du haut de ses 54 ans, elle l’a croisé une paire de fois au stade. "C’était notre supporter n°1. Je l’aurais pensé immortel! J’ai encore du mal à le croire…" À côté, Marine sourit tristement, évoque "l’arbre du Ray" d’où, gamine, elle le voyait haranguer ses Aiglons (et pas que).

Minute de silence - vite commuée en applaudissements. Un fumigène craque, place Garibaldi. On chante pour le berger. On danse pour le berger. Ses copains n’ont pas fini de le saluer.

Posté par POLITIQUE PACA à 10:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES ALPES-MARITIMES

 

Assemblée plénière du Conseil départemental des Alpes-Maritimes

DSC_9694

PHOTO PRESSE DU CONSEIL DEPARTEMENTAL 06
       

L’assemblée départementale des Alpes-Maritimes, présidée par Charles Ange Ginésy, s’est réunie aujourd’hui pour examiner notamment les rapports suivants :

-        Le vote des aides exceptionnelles à destination des particuliers, des collectivités, des entreprises, des commerces et des agriculteurs sinistrés lors des intempéries du 23 / 24 novembre et du 1er décembre : adopté à l’unanimité

Au total 10 M€ seront versés :

7 M€ pour les collectivités, communes et EPCI pour la réparation des dégâts relatifs au patrimoine

1,5 M€ destinés aux entreprises et agriculteurs,

1,5 M€ pour les particuliers sinistrés.

-        Pour l’année 2020, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes annonce une nouvelle baisse de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB).

Après une première baisse de cet impôt de 5 % en 2019, c’est une nouvelle diminution de 10 % qui a été annoncée ce jour. Au total sur 2 ans ce seront 45 M€ qui seront rendus aux contribuables des Alpes-Maritimes.

Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes est ainsi le seul Département à diminuer sa fiscalité alors que l’augmentation moyenne des Départements de même strate s’établit à 17,6 %.

 

-        La politique GREEN Deal : adoptée à l’unanimité

Dès 2020, 16 actions concrètes seront mises en œuvre. Parmi les plus marquantes :

1)     proposer une alimentation saine et lutter contre le gaspillage alimentaire dans les cantines scolaires des collèges du département (au moins 50 % de produits labellisés dont plus de 20 % en bio) ;

2)     acquérir chaque année 100 hectares supplémentaires pour protéger les espaces naturels du territoire ;

3)     accélérer le développement des 3 itinéraires prioritaires de pistes cyclables dans le cadre de la mobilité douce : la piste littorale entre Menton et Théoule-sur-Mer (EuroVélo8), la route des Balcons d’Azur entre Gattières et Châteauneuf de Grasse et au sein de la technopole de Sophia Antipolis.

Au-delà de ces actions, le Département poursuivra son investissement en faveur des collèges avec le lancement d’un grand programme de rénovation énergétique des bâtiments.

Ci-dessous un lien vous permettant l’accès à la brochure dématérialisée des rapports de l’assemblée départementale du 13 décembre 2019.

https://sharing.oodrive.com/easyshare/fwd/link=fsWJxszLMrEhNUkOjEBgTD

 

Pour Charles Ange Ginésy :

« Nous étions réunis aujourd'hui pour notre séance plénière départementale où des délibérations importantes ont été votées.

Depuis 2009, notre politique de gestion financière et fiscale saine et responsable, engagée par mon prédécesseur Eric Ciotti, est marquée par la maîtrise de nos dépenses de fonctionnement et la baisse du recours à l’emprunt, nous a toujours permis de dégager les marges de manœuvre nécessaires. Dans ce contexte, j’ai proposé aujourd’hui de construire le BP 2020 autour de constantes : la poursuite d’un haut niveau d’investissement, un désendettement raisonnable et maîtrisé, la maîtrise des dépenses de fonctionnement, et enfin la baisse de la fiscalité.

Pour l’année 2020, une nouvelle fois le Conseil départemental des Alpes-Maritimes que j’ai l’honneur de présider, marque à nouveau sa solidarité fiscale envers tous les azuréens en votant une baisse supplémentaire de 10 % de la taxe foncière sur les propriétés bâties. Ainsi pour la deuxième année consécutive, nous baissons notre fiscalité sans sacrifier aucune de nos politiques. C’est donc en tout 45 millions d’euros qui seront restitués à l’économie départementale et aux maralpins, ce qui va soulager le portefeuille de tout un chacun et permettre aux bailleurs sociaux de pouvoir bénéficier d’une baisse de leur dépense fiscale : c’est probablement le seul Département de France à le faire. 

Notre choix de baisser la fiscalité est le fruit d’une maîtrise des dépenses de fonctionnement et d'un désendettement continus depuis dix ans : pour autant nous maintenons nos ambitions, notamment sur les deux politiques que j’ai engagées dès mon élection, le SMART Deal et le GREEN Deal. 

Enfin, cette assemblée fut l’occasion pour moi de revenir sur l’actualité qui nous amène malheureusement à élargir le périmètre de cette séance, suite aux dramatiques intempéries qui ont frappé notre territoire à 2 reprises, les 23, 24 novembre et le 1er décembre.

A chaque fois, j’ai pu constater l’extraordinaire efficacité, la réactivité et la solidarité de tous les acteurs de la chaîne de réponse opérationnelle dans laquelle nos équipes étaient particulièrement engagées aux côtés des agents communaux et des forces de l’ordre : nos agents des routes et des parcs, FORCE 06, nos équipes du SMIAGE et nos sapeurs-pompiers du SDIS 06. »

121670714

PHOTO AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS


DISCOURS DU PRESIDENT CHARLES ANGE GINESY 


Éléments de langage de Charles Ange Ginésy (*) Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes



Assemblée Départementale

Vendredi 13 décembre 2019 à 9 heures Hémicycle de l’Hôtel du Département


" Mes chers collègues,

Je vous remercie de votre présence et je demande à Madame Alexandra BORCHIO-FONTIMP de bien vouloir procéder à l’appel des membres.

APPEL DES MEMBRES

Le quorum étant atteint, je déclare notre Assemblée Plénière ouverte et j’accueille pour la 1ère fois dans cette enceinte Madame Delphine GAYRARD, nouvelle Directrice Général Adjointe pour la Culture, la Transformation numérique et la Relation Usager. Je lui souhaite la bienvenue et beaucoup de succès dans ses fonctions

Mes chers collègues, nous devions initialement être réunis aujourd’hui pour débattre exclusivement de nos orientations budgétaires pour l’année 2020.

Mais l’actualité nous amène bien malheureusement à élargir le périmètre de cette séance, suite aux dramatiques intempéries qui ont frappé notre territoire à deux reprises, les 23, 24 novembre et le 1er décembre.

Je souhaite aborder ce sujet prioritairement puisqu’il va m’amener à vous proposer, aujourd’hui même, le vote de dispositions exceptionnelles à l’attention des citoyens sinistrés, des entreprises et des communes lourdement frappées par ces épisodes climatiques dévastateurs !

Les 23 et 24 novembre c’est un évènement météorologique généralisé sur l’ensemble du Var et des Alpes-Maritimes qui, en l’espace de 2 jours, a déversé l’équivalent de 2 à 3 mois de pluie soit entre 160 à 280 mm sur toutes les Alpes-Maritimes avec des pics à 350 mm sur les Préalpes de Grasse, l’Estérel et le secteur de Tanneron.

La réaction des cours d’eau a été vive et intense conduisant les autorités à placer les départements du Var et des Alpes-Maritimes en vigilance rouge pluie et inondations.

A l’ouest, le Riou de l’Argentière, le Loup, la Brague et la Siagne ont tous connus des crues avec des périodes de retour de 20 ans à 50 ans.

Sur la montagne et l’Est des Alpes-Maritimes, la réaction des cours d’eau, que ce soit pour le Var, l’Estéron, la Roya ou le Paillon a été plus mesurée avec des crues de 2 à 10 ans.

Le 1er décembre, c’est un évènement stationnaire et localisé sur l’Ouest du Département, qui en une nuit a également apporté près de 2 mois de pluie sur des terres déjà saturées. Résultat, ce sont cette fois-ci les vallons qui ont réagi massivement déversant des torrents de boue principalement sur les communes de Mandelieu-la Napoule, Cannes et dans une moindre mesure Pégomas.

Le résultat de ces deux évènements climatiques a été particulièrement lourd et je me suis rendu sur plusieurs sites avec les conseillers départementaux concernés :  A Gourdon, Tourrettes-sur-Loup, Roquesteron, Biot, Antibes ou Villeneuve-Loubet durement impactés au niveau des axes de communication.  A Mandelieu- la Napoule avec Sébastien LEROY et David KONOPNICKI ou à Cannes aux côtés de David LISNARD, auprès des populations sinistrées où les maires ont été les premiers au front pour gérer la crise.
 Ou encore auprès des forces opérationnelles au poste de commandement avancé du centre de Cannes-La-Bocca lundi dernier qui gérait les interventions de 200 Sapeurspompiers sur la zone Cannes/Mandelieu.

A chaque fois, j’ai pu constater l’extraordinaire efficacité, la réactivité et la solidarité de tous les acteurs de la chaîne de réponse opérationnelle dans laquelle nos équipes étaient particulièrement engagées.

Tous se sont organisés autour des maires et de leurs agents municipaux pour apporter la meilleure réponse opérationnelle possible dans un seul objectif : qu’aucune vie ne soit emportée.

Après le dramatique épisode d’octobre 2015 qui avait fait 20 morts dans les AlpesMaritimes, personne ne souhaitait revivre un tel scénario et si l’on doit trouver un seul élément positif aujourd’hui, c’est bien celui-ci :  La préparation de toutes nos forces opérationnelles bien en amont des évènements climatiques…  Les mesures de prudence et d’alerte à la population rapidement décidées…  La coordination parfaite de tous les acteurs publics sous l’autorité de Monsieur le Préfet au travers du COD…

… Tous ces éléments ont, j’en suis sûr, évité tout drame humain dans les Alpes-Maritimes et il faut s’en féliciter !

Ce ne fut malheureusement pas le cas dans le Var où, au-delà des dégâts matériels, on dénombre 10 morts auxquels s’ajoutent les 3 secouristes des Bouches-du-Rhône tués lors d’un crash en hélicoptère alors qu’ils se dirigeaient vers les zones inondées du Var dans la nuit du 1er décembre. En cet instant, je souhaite que nous adressions un message de reconnaissance à tous les personnels, qui parfois au péril de leur vie, ont été engagés aux côtés des citoyens et des communes sinistrées. La situation aurait été autrement plus dramatique sans leur exemplaire comportement.

Je parle des 1 000 sapeurs-pompiers engagés pour répondre à 2 500 interventions dont plus de 40 hélitreuillages et 150 mises en sécurité de personnes en danger.

Je parle des 200 agents départementaux engagés sur site : 100 agents de la Direction des Routes et 100 agents de la Direction de l’Environnement et de la Gestion des Risques notamment via la FORCE 06 ! Je parle des 40 agents du SMIAGE qui ont assuré patrouilles et veille sur le réseau de cours d’eau.

Je parle des personnels de la Direction des Solidarités Humaines qui ont immédiatement été en contact avec les sinistrés les plus durement touchés, ceux qui ont presque tout perdu.

Je parle enfin de tous les maires et de tous les agents municipaux qui, partout, ont assuré des cellules de crise et ont été les premiers à interagir avec les populations et à prendre les mesures pour les mettre hors de danger !

En signe de notre reconnaissance et au nom de tous les maralpins, nous recevrons cet après-midi, à 15h30 dans cet Hémicycle, toutes ces forces opérationnelles afin de les
remercier pour leur engagement mais je vous demande d’ores et déjà de bien vouloir les applaudir.


Après la crise vient aujourd’hui le temps de la réparation. L’urgence est là.

Les maires de Villeneuve-Loubet et de Mandelieu-la Napoule se sont exprimés sur leurs villes complètement sinistrées. La ville de Cannes a été également particulièrement impactée.

Mais plus largement des dizaines de communes, ont subi des dégâts très importants sur leurs infrastructures alors même qu’elles devaient apporter des réponses immédiates aux nombreux besoins de leurs populations.

Au vu de la gravité de ces événements, la solidarité départementale doit s’exprimer de manière exceptionnelle et dans cet esprit, je vous propose aujourd’hui de délibérer, comme j’ai pu l’annoncer au lendemain de ces deux catastrophes et comme nous l’avions fait en 2015, sur des financements exceptionnels à la hauteur de la gravité de ces événements. - Pour les particuliers sinistrés et dans notre rôle de chef de file de l’action sociale, avec la création d’un fonds d’1,5 million d’euros d’aide d’urgence

Depuis le 25 novembre 2019, les structures sociales du Département accueillent les sinistrés avec une écoute attentive pour les accompagner dans leurs démarches.

En parallèle, une aide financière d’urgence par ménage de 750 € peut être versée aux victimes de ces intempéries suivie d’une aide complémentaire compte tenu de l’ampleur du sinistre. Ainsi, je vous demanderai de modifier l’article 1.68 du règlement d’aide et d’actions sociales en augmentant de 1 500 € à 2 000 € par ménage le plafond global de cette aide financière d’urgence.

Si des situations particulières et exceptionnelles le nécessitent, vous m’autoriserez également à attribuer des aides individuelles dérogatoires au dispositif.

- Pour les communes et EPCI, avec la création d’un fonds de 7 millions d’euros

66 communes ont été classées à ce jour en état de catastrophe naturelle. Mais bien au-delà de nombreuses communes ont subi des dégâts :  La commune de Mandelieu La Napoule a relevé près de 30 millions d’euros de dégâts.  La commune de Villeneuve-Loubet environ 11 millions.  A des degrés divers, un grand nombre des 163 communes des Alpes-Maritimes ont été impactées.

Devant cette situation exceptionnelle, le Conseil départemental participera à la réparation des dégâts causés au patrimoine des communes et EPCI :  pour les communes rurales : entre 40 et 50 % du coût des réparations;  pour les communes urbaines : entre 10 et 30 %.

Et pour les communes les plus touchées qui en ont fait la demande - Villeneuve-Loubet, Mandelieu-la Napoule et Cannes - nous validerons une avance de trésorerie de 500 000 euros à chacune des 3 communes.


- Et enfin pour l’ensemble des acteurs économiques, avec la création d’un fonds d’1 million et demi d’euros

La remise en état du tissu économique départemental appelle à une mobilisation spécifique.

Nous recevions ici même, lundi, Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Didier GUILLAUME. Après s’être rendus sur les exploitations ORSO, dans la Plaine de la Siagne, nous avons reçu dans l’Hémicycle un certain nombre d’agriculteurs lourdement impactés.

Bien que la loi NoTRE ait restreint notre champ d’intervention, le Département se doit d’être auprès des acteurs qui font l’économie des Alpes-Maritimes.

Nous viendrons ainsi abonder les fonds d’indemnisation des chambres consulaires - Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers et de l’Artisanat et Chambre d’Agriculture - à hauteur de 500 000€ chacune et nous participerons aux instances qui accorderont ces aides directes à chaque entreprise impactée.


Après la gestion de crise et après la gestion de l’urgence post catastrophe, il y aura aussi le temps de l’analyse.

Au lendemain des intempéries d’Octobre 2015, Eric CIOTTI avait mis sur les rails l’idée d’un établissement unique de bassin, le SMIAGE Maralpin, pour coordonner et mutualiser les forces dans la gestion du risque Inondation et dans les investissements nécessaires à la protection des biens et populations à l’échelle des Alpes-Maritimes.

Je suis convaincu que le SMIAGE a largement contribué, en l’espace de seulement 2 ans à limiter les impacts des derniers évènements.

Par son action d'entretien et d'aménagement des cours d'eau, vallons secs et canaux et par l’accélération des grands travaux des systèmes d’endiguement, le SMIAGE met en œuvre, avec les EPCI, les conditions de sécurisation de notre territoire. Mais le chantier devant nous est encore vaste.

En parallèle, l’assistance du SMIAGE à la gestion de crise, grâce aux données du radar HYDRIX et au système d’information PREDICT, a été déterminante dans la prise de décision avec des données précises et fiables.

Ce retour d’expérience me conforte aujourd’hui dans l’idée de créer sur le site du CADAM un Smart Building, Centre Opérationnel Intelligent réunissant l’ensemble des acteurs en charge de la gestion du risque et de la sécurité des biens et personnes et concentrant l’ensemble des datas relevées par les équipes opérationnelles. Ce sera l’objet d’une prochaine discussion pour notre Assemblée.

Mais le SMIAGE ne peut pas tout. Je suis convaincu que ces évènements intenses sont amenés à se reproduire dans les années à venir et que nous devons nous y préparer.

Et face à cette problématique, les maires sont enfermés par les injonctions contradictoires de la Loi :  Il faut sécuriser les biens et les populations, sur des secteurs inondables construits dans les années 70/80 !
 Mais nos grands travaux d’aménagement qui sont prêts se retrouvent souvent bloqués plusieurs années par des procédures administratives, notamment avec la DREAL.  Et en parallèle l’Etat impose, sous le sceau de la loi SRU, de construire des logements sociaux – et donc d’accentuer l’artificialisation et la bétonisation des sols, sur des communes complètement cadenassées par l’empilement des risques : PPR Inondation, PPR Eboulement, PPR Feu de forêt...

Cet empilement d’obligations tourne à la schizophrénie !

Le Député Eric CIOTTI a annoncé qu'il déposera prochainement une proposition de loi visant à permettre "le lancement de travaux d'urgence de protection contre les inondations à la seule appréciation du préfet" et demandant à ce que "les communes présentant des risques d'inondation soient dispensées des quotas de la loi SRU".

Ce sont deux demandes de bon sens au regard des évènements qui nous frappent et j’espère qu’elles appelleront au bon sens de la part du Gouvernement !


Après ce grand chapeau sur les intempéries, j’en viens désormais au sujet initial de notre séance avec le Débat d’Orientation Budgétaire. Ce débat devait initialement se tenir au mois de novembre mais j’avais souhaité retirer ce point de l’Ordre du Jour eu égard aux grandes incertitudes liées au Projet de Loi de Finances 2020 qui était alors en discussion.

Je suis aujourd’hui apte à vous proposer un Débat d’Orientation Budgétaire vérité !

Mais malheureusement les choix du Gouvernement ne sont pas sans conséquences pour le Budget Départemental.

En plus de notre totale perte d’autonomie fiscale à partir de 2021 directement liée au Jeu de Bonneteau inventé par l’Etat pour compenser la fin de la Taxe d’Habitation, nous aurons à faire face, dès 2020, à une nouvelle vague de péréquation horizontale !

Cette réforme nous projette vers une participation située à 100 millions d’euros au fonds de péréquation interdépartemental en 2020 ! 100 millions d’euros collectés auprès des Maralpins et qui viendront financer les budgets d’autres Départements ! A l’échelle nationale, ce sont 12 Départements qui sont à nouveau sollicités pour participer au budget des 89 autres.

En 3 ans, ce prélèvement aura doublé :  50 millions d’euros en 2018  62 millions d’euros en 2019.  Et 100 millions d’euros prévus en 2020 ;

Je me suis exprimé auprès de l’Association des Départements de France et de son Président Dominique Bussereau, qui a accepté cette proposition de dupe, sur le fait que ce hold-up frôlait l’inacceptable et que le seuil de tolérance pour les départements bons élèves était atteint !


Quelle est la réalité derrière tout cela ?

Tout simplement que l’Etat est incapable de s’administrer une cure d’austérité et que de façon très lâche, il impose aux collectivités locales de faire les efforts à sa place.

Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes vient tout simplement payer pour une majorité de Département une partie de la réduction de leur DGF et de la non compensation des transferts de compétence par l’Etat !

Mais comme nous l’avons toujours fait, ici sur les bancs de l’Assemblée Départementale, nous assumerons nos responsabilités !

Depuis 2009, notre politique de gestion financière et fiscale saine et responsable, engagée par Eric CIOTTI et marquée par la maîtrise de nos dépenses de fonctionnement et la baisse du recours à l’emprunt, nous a toujours permis d’absorber les coups de colliers surprises du Gouvernement et de dégager les marges de manœuvre nécessaires pour investir sur notre territoire.

Ces engagements sont également portés par la solidité du marché immobilier dans les AlpesMaritimes et l’attractivité de notre territoire avec des recettes de Droits de Mutation en constante progression. L’année 2019 se clôturera sur une recette record pour l’encaissement des DMTO aux alentours de 510 millions d’euros et cette tendance sera stable en 2020

Depuis 2015, cela correspond à une progression de 140 millions portée par le dynamisme du marché immobilier !

Dans ce contexte, je vous propose aujourd’hui de construire le BP 2020 autour de constantes :

1. La première c’est la poursuite d’un haut niveau d’investissement. Depuis 2013, les dépenses d’investissement atteignent 150 M€ hors dette auxquels il faut ajouter les 28 M€ de dotation annuelle de compensation à la Métropole. Avec l’ambition de maintenir à 200 € par habitant le niveau d’investissement, le Département des AlpesMaritimes se situe ainsi 11% au-dessus de la moyenne des départements de plus d’un million d’habitants.

2. La seconde constante c’est celle d’un désendettement raisonnable et maîtrisé avec une cible à -19 millions pour 2020. En cumulé, le Département se sera désendetté de plus 143 M€ en six ans soit une baisse totale de près de 15 % de l’encours de dette.

3. Sur les dépenses de fonctionnement – et comme j’ai pu m’y engager à plusieurs reprises – je souhaite que notre Administration bénéficie de cette gestion vertueuse. En respectant bien évidemment le plafond imposé par l’Etat dans le cadre du dispositif de Cahors, l’augmentation estimée à 12 M€ entre 2019 et 2020 marquera notre ambition d’oxygéner un peu plus nos politiques publiques dans toutes nos compétences avec un prisme plus marqué pour les politiques de solidarités humaines, du SMART Deal et du GREEN Deal.




Enfin sur la fiscalité.

Dans un contexte national de pression fiscale extrême où la France est aujourd’hui la championne du monde des taxes et impôts, notre bonne gestion nous avait permis de décider au BP 2019 d’une diminution de 5 % du taux de la Taxe foncière sur les propriétés bâties, soit un volume global de 15 Millions d’euros restitués aux contribuables maralpins.

Cette baisse était en soit un acte politique volontariste unique ! Depuis 2010, parmi les départements de même strate de population, seuls 3 n’avaient pas actionné le levier fiscal pour trouver de nouvelles recettes.

Et seul le Département des Alpes-Maritimes a diminué sa fiscalité alors que l’augmentation moyenne des départements de même strate s’établit à 17,6 %.

Pour l’année 2020, je vous propose une nouvelle fois de marquer notre Solidarité fiscale envers tous les azuréens en vous proposant une baisse supplémentaire de 10 % de la Taxe foncière. Je souhaite que vous mesuriez cette performance financière et cet engagement politique fort en soulignant que le BP 2020 s’inscrit dans un contexte national dégradé, où nous atteignons, année après année, un nouveau plancher du désengagement de l’Etat vis-à-vis des collectivités locales.

Voilà mes chers collègues, je vous propose à nouveau que nous mettions en œuvre ici, dans les Alpes-Maritimes, ce que tous les citoyens français attendent de leurs élus locaux : baisser les impôts lorsque c’est possible sans mettre en difficulté la collectivité.

Et puis je souhaiterai conclure mon propos en mettant l’accent sur un rapport cadre de notre Séance concernant le GREEN Deal !

Ce n’est pas parce que nous sommes vertueux et que nous agissons en élus soucieux des deniers publics et des impôts de nos concitoyens, que nous nous sclérosons.

Je souhaite bien au contraire une collectivité solidaire, généreuse, dynamique, ouverte et tournée vers la modernité et les enjeux de demain.

Lorsque vous m’aviez porté à la Présidence de notre collectivité, j’avais marqué deux nouvelles ambitions avec un plan pour la transition numérique, le SMART Deal et un plan pour la transition environnementale, le GREEN Deal.



Le SMART Deal est aujourd’hui sur de bons rails, sous l’impulsion du Président du Comité d’Experts MARCO LANDI :  La transformation est en marche dans notre Administration. Une nouvelle Direction Générale Adjointe notamment en charge de la relation à l’usager et de la transformation numérique est opérationnelle depuis le 1er novembre.  Les services dématérialisés à la population montent également en charge au travers de la plateforme Mesdémarches06.fr lancée le 26 Janvier 2019 : o 182 000 visites depuis son lancement o 16 000 maralpins y ont créé un profil utilisateur
o 7 200 dossiers dématérialisés créés pour le suivi social sur la dépendance ou le handicap. o 1 500 demandes d’APA ou de révision d’APA ont été faites en lignes o 12 000 autres demandes y ont été traitées (subventions / offre d’emplois / etc…)  Et nous venons successivement de lancer : o OTESIA, l’Observatoire Départemental en charge des questions sociétales liées à l’Intelligence Artificielle o Et la Maison de l’Intelligence Artificielle à Sophia-Antipolis dont nous avons posé la première pierre il y a quelques jours et pour laquelle la CDCI a rendu un avis unanimement favorable concernant la création du Syndicat Mixte.

Aujourd’hui, je souhaite mettre un coup d’accélérateur sur le second pilier. En 2020, le GREEN Deal sera ma priorité !

Je souhaite renforcer la place de la transition écologique au cœur de l’action départementale. Pour ce faire, une mission GREEN Deal a été actée au sein de la Direction de l’environnement et de la gestion des risques.

Considérant que les enjeux écologiques sont désormais incontournables, je veux créer une synergie entre les élus, les acteurs locaux, les experts et les citoyens autour de toutes les initiatives respectueuses de l’environnement…

Sans attendre l’élaboration du plan d’actions global GREEN Deal, conduit autour du Président du Comité d’Expert LOUIS BODIN, météorologue, scientifique et présentateur météo de TF1, je vous propose aujourd’hui d’entériner 16 actions concrètes qui seront mises en œuvre dès 2020. Même si toutes ont leur importance, j’illustrerai ce rapport avec les 3 actions les plus marquantes :  Sur la restauration collective dans nos collèges avec l’ambition de combattre le gaspillage alimentaire et d’économiser 300 t de déchets alimentaires sur 22 collèges expérimentaux mais également de proposer au moins 50 % de produits labellisés, dont plus de 20% en bio dès cette année.  Sur la protection des espaces naturels avec l’acquisition chaque année de 100 hectares supplémentaires, dont 100 dès 2020, dans le cadre de la politique des Parcs Naturels Départementaux !  Enfin sur la mobilité douce, avec 3 itinéraires prioritaires de pistes cyclables fléchés dont les travaux seront accélérés en 2020 : o la piste littorale entre Menton et Théoule-sur-Mer dite EuroVélo8 o la Route des Balcons d’Azur entre Gattières et Châteauneuf de Grasse o Et le réseau de la Technopole de Sophia Antipolis où je souhaite créer 20km de pistes cyclables supplémentaires en 2020;

Sur cette grande question des déplacements, au cœur des préoccupations des azuréens, toutes les collectivités locales ont pris cet enjeu à bras le corps.

Jean LEONETTI lancera lundi son Bus à Haut Niveau de Service avec la nouvelle ligne A BusTram de la Communauté d’Agglomération Sophia-Antipolis.

Je serai, demain matin, aux côtés de Christian ESTROSI, le Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, pour marquer l’achèvement de la ligne 2 du tramway métropolitain qui arrivera au Port de Nice. Après l’inauguration de la ligne 3 il y a quelques semaines, c’est un très
grand projet d’aménagement pour tous les azuréens qui voit le bout du tunnel aujourd’hui et pour lequel Eric CIOTTI avait mobilisé le cofinancement du Département. Nous sommes tous fiers de cette grande infrastructure.

Je me rendrai également la semaine prochaine à Peymeinade, avec le Vice-président en charge de l’Environnement Jérôme VIAUD, pour inaugurer le nouveau parking de covoiturage construit par le Département. Après Grasse et Mouans-Sartoux c’est le 3ème parking de la sorte créé.

Pour 2020, nous lancerons 100 places de covoiturage supplémentaires sur le réseau routier départemental

Enfin et je m’arrêterai là, il vous sera soumis au vote un grand programme de rénovation énergétique des bâtiments départementaux intégrant l’ensemble des collèges pour un investissement total de 31 millions d’euros sur 10 ans dont 4 Millions d’euros dès cette année.

Au-delà de ces premières actions concrètes, c’est un plan d’actions complet qui sera constitué pour la période 2020-2025 et que j’aurai le plaisir de vous présenter lors d’une prochaine séance avec l’ambition d’un département responsable, exemplaire, et engagé dans la transition écologique.

Voilà mes chers collègues mon propos introductif à nos travaux, certes un peu long j’en conviens, mais chargé d’annonces majeures pour notre territoire au travers :  De la Solidarité Financière de notre Collectivité envers tous ceux durement touchés par les intempéries  De la Solidarité Fiscale envers tous les contribuables avec une nouvelle baisse d’impôt historiques de 30 millions d’euros  Et enfin de la Solidarité Environnementale pour les générations futures au travers du GREEN Deal."

Charle Ange GINESY

Président du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes

125255216_o

PHOTO AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS

Posté par POLITIQUE PACA à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

REFORMES DES RETRAITES : LES VRAIS CHIFFRES QUE NOUS CACHE LE SYSTÈME MACRONISTE ... TOUT N'EST QUE MENSONGE ET MANIPULATION !

Retraites : le carnaval des faux-culs immigrationnistes…

 

Publié le 13 décembre 2019 - par  

IMG_2338

C’est un grand tohu-bohu que ce pseudo-débat autour de la réforme « obligatoire » de notre système de retraite…

C’est surtout un énorme tapage… pour étouffer les non-dits qu’aucun des protagonistes en « action » (gouvernement, syndicats, patronat, Gilets jaunes moribonds, partis politiques de la bien-pensance… ) ne veulent voir abordés !

Ils préfèrent jouer de conserve le spectacle carnavalesque manifestation-répression-discussion-compromission-capitulation qui leur permet d’endormi le citoyen comme le travailleur.

Pourtant, ils savent tous qu’il n’y a aucun problème de financement du système actuel (même pour les  régimes spéciaux…) et que le système par répartition peut être pérennisé – mais ça ne plairait pas à l’Europe de Maastricht et de Barcelone, ni au CAC 40 d’ailleurs.

En nous en tenant aux seuls chiffres gouvernementaux, l’amateur de petites gâteries Darmanin dit que les régimes spéciaux coûtent 8 milliards par an à l’État… et le Conseil d’orientation des retraites (qui informe le Premier ministre) chiffre à 17 milliards (au maximum) ce qu’il faudrait pour équilibrer le système d’ici à 2025.

Alors demandons à tous ces gouvernants de nous parler de ce qui suit, qu’ils connaissent parfaitement, que leurs « opposants de la rue » connaissent aussi  et que chacun peut connaître à son tour s’il le veut bien :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_de_r%C3%A9serve_pour_les_retraites : c’est un fonds de 35 milliards d’euros

Pour être plus complet : https://bfmbusiness.bfmtv.com/france/quel-avenir-pour-les-165-milliards-d-euros-de-reserves-des-regimes-de-retraite-1473326.html

Et enfin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Caisse_d%27amortissement de_la_dette_sociale

165 milliards d’euros en réserve, 24 milliards d’euros annuels disponibles dès 2025 : que valent les chiffres gouvernementaux face à cette réalité ?

Mais il faut aller plus loin. Gouverner, c’est prévoir, certesmais c’est aussi choisir !

Et de l’argent, il y en a, si on veut assurer la pérennité de notre système de retraite. Il suffit de l’orienter dans le sens de l’intérêt des couches populaires, des travailleurs de toutes catégories, des retraités…

Arrêtons l’immigration, expulsons les illégaux ! Quelques chiffres connus de qui veut bien s’informer :

Rapport 2017 de l’OCDE : 259 000 immigrés accueillis en France, 11,6 % pour le « travail »… Les autres ? Coût de tous ces inutiles non souhaités par notre peuple ? (1)

Immigrés mineurs isolés : 80 000 en 2018 pour un coût de 50 000 euros chacun (4 milliards au total)… Les chiffres donnés par les départements sont parlants ! Combien en 2019 ? (2)

(Prétendus…) demandeurs d’asile : en 2013, la Cour des comptes évalue à 2 milliards d’euros la prise en charge de 66 000 demandeurs d’asile… Il y en a 140 000 à ce jour en 2019… Combien de milliards perdus ? (3)

Qui peut savoir combien coûte les 400 000 illégaux évalués en 2017 par l’OCDE… alors qu’une enquête parlementaire, menée par deux députés LR et LREM, donne ce chiffre pour le seul 93 ? (4)

Arrêtons l’immigration, fermons les frontières, expulsons les illégaux : pour Gérard Pince, le coût de l’immigration dépasse les + 100 milliards et ruine les Français ! (5)

Qui ne voit que ce choix politique permettrait de régler définitivement toutes les questions liées au système de retraite, comme toutes les questions liées à notre système de santé et toutes celles liée à notre sécurité civile ?

Il est évident aujourd’hui que ce n’est pas le choix du gouvernement et de ses godillots LREM… ni même celui des syndicats qui manifestent… et encore moins celui de la bien-pensance politicienne (PS, PC, Verts, France insoumise, LR…)

Les uns comme les autres veulent plus d’immigration pour pourrir la vie du peuple de France… et sont prêts à sacrifier le système actuel de nos retraites pour cela.

Mais il faut encore plus approfondir la réflexion.

Le système par répartition suppose un rapport actif cotisant-retraité supérieur à 1 : il était de 1,7 en 2018…

Quand on sait qu’il y a (officiellement) 2,8 millions de demandeurs d’emplois, 3,5 millions d’emplois précaires, 300 000 travailleurs « détachés » (qui cotisent donc ailleurs…) 300 000 à 400 000 emplois « au noir » (occupés le plus souvent par des immigrés illégaux), on voit qu’il y a là moyen d’augmenter la population cotisante et de relancer l’emploi dans notre pays .

D’autant qu’en cassant l’assistanat social, en formant les demandeurs aux besoins à venir, en utilisant en surplus des crédits « normaux » les 32 milliards annuels de la formation continue, en pesant sur les demandeurs d’emplois, en améliorant les salaires et les conditions du travail, on pourrait insérer dans le travail  la population autochtone… tout en se séparant des immigrés inutiles.

En fait, toute vraie croissance au-delà de 1,5 point par an réglera la question ici posée… tout comme toute politique d’aide à la famille de vraie nationalité française permettra le remplacement des générations.

C’est donc une politique globale qui permettra de répondre de façon définitive à la question des retraites.

Une politique globale que ne veulent ni Macron, ni le CAC 40, ni l’Europe de Maastricht, ni le Medef, ni la CGT, ni la CFDT, ni l’ancienne « gauche », ni l’ancienne « droite » .

Macron, Philippe, Delevoye le cumulard, Martinez (celui qui a appelé à voter Macron…) Berger, Mélenchon, Jacob, Larcher, Baroin, Jadot, Besancenot, Bayrou  (et leurs cliques respectives…) se tiennent tous par la barbichette et se sont lancés dans une « danse des canards » effrénée afin de faire oublier qu’ils sont tous responsables de la destruction de la France, de son peuple, de son histoire, de son identité…

Aujourd’hui, sur la question des retraites,  ils font mine de se combattre… Dans le fond, ils sont d’accord pour que rien ne change … et que le peuple travailleur et retraité de France soit une nouvelle fois cocufié…

D’accord, il semble que depuis 1981 il se soit mis à aimer cela.

Jean des Entamures

2- https://ripostelaique.com/moselle-combien-coutent-les-migrants-dans-ce-departement.html

https://ripostelaique.com/herault-880-mineurs-immigres-44-millions-deuros-merci-macron.html

– https://www.polemia.com/mineurs-etrangers-la-nouvelle-filiere-immigration/

3- http://www.economiematin.fr/news-asile-combien-coute-reellement-l-accueil-des-refugies-

– https://www.lefigaro.fr/actualite-france/asile-le-seuil-historique-des-140-000-demandeurs-se-profile-en-2019-20191119

http://ripostelaique.com/paca-10-000-illegaux-coutent-500-millions-deuros-an.html

4-https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/06/19/01016-20180619ARTFIG00310-les-chiffres-de-l-immigration-en-france.php

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/07/04/01016-20180704ARTFIG00238-en-seine-saint-denis-l-etat-desempare-face-a-l-ampleur-du-nombre-de-clandestins.php

5- http://www.polemia.com/les-francais-ruines-par-limmigration-de-gerard-pince/

 

***********************************************************************

 

Manifestations pour les retraites ou

 

préparation de la guerre civile ?

 

Publié le 13 décembre 2019 - par 

Entre le mardi 10 et le jeudi 12 décembre 2019, il y en a eu, du camarade ! C’était même fort sympathique, si l’on n’était bien entendu pas trop regardant sur certains propos, comme cette « brave » femme stalinienne vantant la stabilité du régime du petit père des peuples. Je pense à cet autre – un gus biberonné au trotskisme pur jus – qui tentait de m’édifier sur la sainteté du sieur Lev Davidovitch Bronstein. Du rouge, du rouge et encore du rouge, donc. Exit les millions de morts des régimes communistes…

Attention tout de même : la révolution oui, mais au moindre éternuement d’un policier ou gendarme, ces syndicalistes – sauf quelques-uns rompus aux manifestations jaunes des samedis – reculaient précautionneusement, laissant le soin aux Gilets jaunes d’être en première ligne, des fois que les gaz lacrymogènes abîmeraient les moustaches de Philippe Martinez !

Il y avait aussi du beau linge politique, qui se pressait pour dire : « J’y étais ! » Ainsi, j’ai croisé Jean Lassale, Alexis Corbière, Éric Coquerel, entre autres.

Évidemment, l’ultra-gauche paradait dans les rues de Paris comme les « Boches » en 1940. Une ultragauche de plus en plus féroce puisqu’il n’y a rien à lui opposer en face. Je rêve pour ma part d’une descente des nôtres pour flanquer une bonne raclée à ces faiseurs de chaos qui se moquent éperdument du sort des humbles. Détruire pour détruire, tel est leur seul credo.

Malheureusement, des Gilets jaunes blessés par le système mondialiste et des gamins en errance – autant de proies faciles – se laissent entraîner dans le sillage de ceux-là mêmes qui les dirigeront demain, comme ce fut le cas pour leurs aînées de Mai 68, le sinistre et gluant Romain Goupil en est la preuve parfaite. D’ailleurs, j’adore voir un révolutionnaire portant des fringues qui valent le prix d’un Smig, sans oublier l’iPhone dernier cri pour filmer sa révolte ! Aujourd’hui, ils beuglent « À bas l’État, les flics et les fachos ! » et demain ce seront Les Bourgeois de Jacques Brel…

https://www.youtube.com/watch?v=e7GhRHzUml4

Mais le pire, ce sont ces slogans immondes qui, tel du lierre, s’accrochent aux murs de la capitale. Morceaux choisis : « On veut du fric pour brûler du flic » ; « Un flic, une balle » ; « Feu aux banques et aux keufs », sachant que je me fous du sort des banquiers, dont Emmanuel Macron est la créature ! Au fait, Hidalgo, au lieu de harceler la dessinatrice RI7, tu ne pourrais pas demander à la voirie d’effacer ces saletés des murs de la ville dont tu es censée t’occuper ?!

Tiens, justement, les murs, on y trouve de drôles de choses, comme ce slogan qui en dit long sur le mariage d’amour entre l’islam et l’ultra-gauche : « No pasarán Inch’Allah ! »

À la défense des Gilets jaunes sincères, ces derniers en appellent toujours à une convergence avec la police. Alors oui, la répression est un fait, et les responsables de mutilations auront des comptes à rendre, mais pas devant une horde assassine qui compte s’en prendre désormais aux enfants de flics. Avec un journaliste de la chaîne RT, nous étions assez dégoûtés par ce que nous entendions de cris de haine, il faut l’admettre.

https://www.youtube.com/watch?v=a0BSqIa1DQo

Je note l’extraordinaire sang-froid des gendarmes jeudi 12 décembre, sur le boulevard Voltaire, essuyant injures et accusations de toutes sortes sans broncher. J’en ai profité pour taper le bout de gras avec l’un d’eux. Il m’a ainsi appris que certains de ses collègues étaient partis en opération extérieure pour, précisément, protéger le petit cul de cette ultra-gauche parisienne ! À ce sujet – et parce que j’ai les oreilles qui traînent partout en manif –, j’ai entendu un crétin de lycéen déplorer les assassinats ciblés de djihadistes… C’est-y pas mignon ce vivre-ensemble !

Face à ce spectacle de détestation de soi – puisque la majorité de ces ultras est blanche comme une merde laitier ! –, on ne peut que saluer la formidable réussite de l’Éducation nationale, laquelle n’a eu de cesse, depuis au moins quatre décennies, d’enseigner une certaine haine de la France.

Ces déracinés qui ne rêvent que de chaos servent en fait joliment les intérêts des dirigeants mondialistes en voulant briser les liens du peuple avec son Histoire et ses traditions. En attendant, les dindons de la farce continueront de trimer et subir les délires de cette poignée de décideurs cyniques.

Et à moins d’un sursaut patriotique de grande ampleur qui me ferait changer d’avis, je commence à boire à la fontaine de l’amère désillusion…

Charles Demassieux

(Photos & vidéos : Charles Demassieux pour Riposte laïque)

***********************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]