POLITIQUE EN PACA 0632173633

28 août 2016

IL Y A DE CELA 72 ANS LES NICOISES ET LES NICOIS SE LIBERAIENT EUX-MÊME DU JOUG DES NAZIS DANS LEUR BONNE VILLE DE NICE

 72 ème ANNIVERSAIRE DE LA LIBERATION DE NICE

 

thumb_10295_paysage_big

 

 

CIRCUIT DE LA MÉMOIRE

 

Le 28 août 1944, jour de la Libération de Nice, 32 Niçois sont tombés sous le feu ennemi et 280 ont été blessés dans des combats de rue acharnés. Grâce à leur courage et au péril de leur vie, ces hommes ont permis à Nice de retrouver l’Honneur et la Liberté. Les plaques commémoratives qui portent leurs noms, situées dans les rues de Nice, ont été nettoyées, restaurées et pour certaines, perdues, remplacées par les services de la Ville de Nice. Un hommage leur est rendu ce 28 août 2016 tout au long du Circuit de la Mémoire. Cette commémoration s’inscrit dans le devoir de Mémoire qu’effectue la Ville de Nice pour ceux qui se sont sacrifiés pour elle. Habitants du quartier, rejoignez-nous lors de ces céré- monies. Vous trouverez dans ce programme les horaires du Circuit de la Mémoire.

 

En langue nissart

Lou 28 d’aoust dóu 1944, jou de la Liberacioun de Nissa, 32 Nissart soun toumbat souta lou fuec nemic e 280 soun estat ferit au moumen dei coumbat acanit en li carrièra. Gracia à lou sieu courage e au péril de la sieu vida, aquestu ome an permes à Nissa de retrouvà l’Óunour e la Libertà.

Li placa coumemouratieuhi que pouòrton lu sieu noum, situadi en li carrièra de Nissa, soun estadi netejadi, restouradi e per certeni perdudi, cambiadi da lu servici de la Vila de Nissa. Un oumage li es rendut lou 28 d’aoust dóu 2016 tout au lonc de l’Itinerari de la Memòria. Aquesta coumemouracioun s’inscrieu en lou dever de Memòria qu’efetua la Vila de Nissa per aquelu que si soun sacrificat per ela. Gent dòu quartié, venès nen rejougne au moumen dei ceremònia. Troverès en lou prougrama lu ourari de l’Itinerari de la Memòria. Délégation aux Anciens Combattants et aux Relations Armée-Nation Délégation à l’Histoire, à l’Archéologie et à la transmission de la Mémoire.

 

Programme

8h00 Fortuné Barralis, Roger Boyer, Lucien Chervin, Auguste Gouirand, Jean-Marc Ballestra, 2 boulevard de Cessole
8h15 Aristakes Arsomanian, Jean Autheman, Raymond Carmine, Passage à niveau (monument aux morts)
8h25 Alphonse Cornil, 130 boulevard Gambetta (passage à niveau)
8h35 Auguste Bogniot, Place de Gaulle - angle Raiberti
8h50 Antoine Codaccioni, Gare SNCF- Nice Ville - avenue Thiers
9h15 Basile Rossi, Square Macagno, avenue Edouard Herriot
9h30 Roger Simon, Jardin, angle avenue de la Californie / avenue Saint-Augustin
9h40 Antoine Souchon, Avenue Charles Lindbergh
10h15 Venance Cantergiani, 231 avenue Sainte-Marguerite
10h30 Michel Ravera, Monument aux morts de Caucade, Square des Plateaux Fleuris, avenue Sainte-Marguerite
10h50 Marius Fantino, 24 Voie Romaine
11h05 Sauveur Bernardo, Pont SNCF, boulevard Armée des Alpes
11h15 Raymond Albin, Place Arson - angle Scaliéro/Auguste Gal
11h25 Antoine François Suarez, Jardin, 99 rue de Roquebillière
11h35 Antoine Genouillac, 42 avenue de la République
12h00 Vincent Boscarolo, Place Garibaldi / Jean Jaurès
12h10 Paul Vallaghé, 9 Place Garibaldi
12h25 Eugène Alentchenko,2 rue Défly
12h35 Jean Gironne,8 rue Désiré Niel
12h45 Verdun Vial,Descente Crotti, escaliers
13h00 Jean Morales, Jean-Marc Bobichon, Jean Badino, Auguste Arnaudo,Place du Palais / rue de la Préfecturee
13h25 Joseph Giuge, Jean Gordolon,Rue Saint-François-de-Paule, façade Mairie
13h30 Plaque commémorative Mairie de Nice, 5 rue de l’hôtel de Ville

CIRCUIT MEMOIRE.pdf

INFOS PRATIQUES

 Adresse

Rendez-vous dans différents lieux de la ville

TAGS :Commémoration

nice-plaquecestiole

Liberation-4w

nm-photo-262154

111668071

72 ANS APRES LA LIBERATION DE NICE DES NAZIS LA BARBARIE ISLAMO-NAZIE A RECOMMENCE DANS NOTRE BONNE VILLE DE NICE

**********************************************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 août 2016

LES ISLAMO-COLLABOS DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LAÏQUE MAIS ENCORE POUR COMBIEN DE TEMPS ?

Burkini : c’est l’islamo-collabo Tuot qui a signé la trahison du Conseil d’Etat !

SOURCE : Publié le 26 août 2016 - par  - 

ThierryTuot

A l’heure où la France entière est sous l’indignation du verdict du Conseil d’Etat, qui vient, pour la plus grande joie des musulmans du CCIF et des associations collabos comme la LDH, d’annuler l’arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet, sous le prétexte que le trouble à l’ordre public n’était pas établi, il est intéressant de regarder quel est le genre de loustic qui siège dans ce machin.

Si on regarde la signature de l’arrêté scélérat, on voit la signature du nommé Thierry Tuot.

ConseilEtat3collabos

Qui est ce personnage ? C’est ce conseiller d’Etat, qui avait rendu au Premier ministre de l’époque, le sinistre Ayrault, un travail qui aurait dû valoir à cet homme d’être radié immédiatement de cette instance (voir ci-dessous l’article de Manuel Gomez). En effet, comment concilier de telles fonctions, qui réclament une neutralité politique de la part de ceux qui l’occupent, avec un engagement aussi marqué du côté de l’immigrationnisme, de l’islamisation de la France, du tiers-mondisme ?

Comment peut-on militer aussi ouvertement pour le Grand Remplacement, pour la préférence étrangère, et continuer à siéger au Conseil d’Etat, si ce n’est pour dévoyer de manière politicienne, au service des socialistes, cette instance ?

Dans son monstrueux rapport, Tuot proposait, entre autres, de retirer à l’Etat tout contrôle sur l’immigration (ce qui se met en place avec la circulaire Cazeneuve-Cosse de début août, ne faisant plus la différence entre immigration clandestine et régulière). Il niait la spécificité de la question musulmane en France, contestait la nécessaire adhésion aux valeurs nationales, exigeait la naturalisation immédiate de tous les étrangers, pour mieux les intégrer, et réclamait encore davantage de fric pour les quartiers et les associations parasites.

Marcus Graven nous faisait remarquer quelques perles du fameux « rapport Tuot ».

« considérant l’islam comme une religion paisible et respectable, on incitera peu à peu les jeunes en mal d’identité à trouver ailleurs, inch Allah, de quoi marquer leur rage. Si elle se portait dans l’arène politique, elle y serait mieux employée. Réfléchissons à subordonner les concours publics ou partis, syndicats, et associations, aux adhésions venues des quartiers ! »

http://ripostelaique.com/islam-lepreuve-francaise-quand-elisabeth-schemla-femme-de-gauche-accuse-jospin.html

Dans un autre article publié par notre site, Jean Pavée reprochait au Conseiller d’Etat de spolier la nationalité française.

http://ripostelaique.com/angela-merkel-refuse-le-principe-de-la-double-nationalite-alors-que-tuot-spolie-la-nationalite-francaise.html

C’est donc ce militant politique, qui est président-adjoint de la section de l’Intérieur, qui a signé cet arrêté, qui correspond totalement à l’idéologie de ce gouvernement. Les dés étaient donc totalement pipés d’avance, surtout quand on voit également la signature d’un autre personnage douteux, le nommé Bernard Stirn, qui s’était illustré en violant les lois de la République, pour le plus grand bonheur de Manuel Valls, réussissant à faire interdire, deux heures après un arrêté favorable du Tribunal administratif, un spectacle de Dieudonné à Nantes.

BernardStirn

Bernard Stirn, le deuxième signataire de l’arrêté scélérat du Conseil d’Etat.

L’affaire avait donc été bien montée. Les islamistes du CFCM demandent, la veille, à être reçus de toute urgence par Bernard Cazeneuve, qui accourt, servile, coudes au corps. Deux ministres, Belkacem et Touraine, protestent contre les arrêtés. Les féministes, derrière l’ineffable de Haas, défendent le burkini, ainsi que les trotskites de NPA, qui organisent – sans autorisation – une manifestation de plage. Tous les journaleux montent au créneau, la journée entière, contre les maires concernés. Et le Conseil d’Etat, sur recommandation du gouvernement (qu’on arrête de nous faire le coup de l’indépendance depuis l’arrêté de Nantes) met le pire juge islamo-collabo qui soit, Thierry Tuot, adversaire déclaré de toute idée de Nation, de Laïcité et d’assimilation, militant de la cause musulmane et de la préférence étrangère, pour rendre un verdict cousu de fil blanc. Imposteurs !

JacquesHenriStahl

Jacques-Henri Stahl, le troisième signataire de l’arrêté scélérat…

Au-delà de cette question, cette décision confirme la nécessité de se débarrasser au plus vite, comme le suggérait Eric Zemmour dans son livre « Le suicide français » de ces instances parasites qui, tel le Conseil d’Etat ou le Conseil constitutionnel, confisquent le pouvoir du politique au profit de juges idéologues dépourvus de la moindre légitimité politique.

Du balai, les Tuot et tous ces ennemis de la France, assez de la dictature des juges, vive le pouvoir des seuls politiques, sous le contrôle du peuple !

Paul Le Poulpe

Immigration et grand remplacement : le monstrueux rapport du conseiller d’Etat Tuot

Le rapport commandé à Thierry TUOT (conseiller d’état) sous le titre :« La grande nation pour une société inclusive » a été remis au premier ministre le 11 février 2013 et a été diffusé par Matignon le plus discrètement possible.

Un conseiller d’état se doit de respecter le devoir de neutralité et de réserve incombant à tout fonctionnaire et Thierry Tuot reconnait que son rapport est loin d’être conforme à ce devoir, qu’il est même manifestement engagé mais qu’il le justifie par le droit de rêver…sans doute à une France multiraciale exclusivement.

L’on en comprend parfaitement la pudeur, ou plutôt la précaution, dont le gouvernement a fait preuve quand on le lit avec attention.

Thierry Tuot propose de retirer à l’Etat tout contrôle sur l’immigration et l’intégration des étrangers, rien que ça, et il n’hésite pas dans son délire névrosé de conseiller tout bonnement de confier ce contrôle exclusivement aux associations communautaires.

L’Etat se réservant uniquement le droit et le devoir de subventionner largement les dites associations avec l’argent public, c’est-à-dire le nôtre bien sûr.

Quel esprit demeuré peut proposer de confier à des associations telles que MRAP, LICRA, SOS Racisme ou France Terre d’Asile, le soin d’organiser, et surtout de réguler, le flux migratoire vers la France ? Une aberration.

Examinons d’abord les généralités de ce rapport Tuot qui donnent le ton à tout le reste. Des extraits évidemment puisqu’il se lit sur 97 pages et autant de « perles » qui dénotent une méconnaissance totale du danger communautaire qu’il ne peut qu’amplifier et aggraver dangereusement :

1) La question musulmane est une invention de ceux qui la posent et non une réalité. Elle ne cesse d’enfler et de soucier (sic) jusqu’à polluer le débat public.

*La république les appelle (les émigrés bien entendu).

2) Il existe des problèmes plus urgents que la délinquance des jeunes.

« Les vieux sont devenus une urgence sociale. Il ne faut donc pas tout focaliser sur les jeunes délinquants !

3) L’adhésion aux valeurs nationales est dépassée.

Quel anachronisme que de vouloir absolument obtenir l’intégration des jeunes d’origine étrangère par l’apprentissage du patriotisme! « Droits et devoirs ! Citoyenneté ! Histoire ! Œuvre ! Civilisation française ! Patrie ! Identité ! France ! etc.   Dans quel monde faut-il vivre pour croire un instant opérante la frénétique invocation du drapeau ? »

4) L’égalité homme-femme se réglera d’elle-même.

« Aux pourfendeurs effarouchés du statut qu’il pense diminué de la femme en islam, rappelons que les églises avaient, il y a cinquante ans, une idée de la femme assez peu égalitaire. »

5) Concentrer tous les moyens financiers du ministère de la Culture sur les quartiers “défavorisés”.

Au point d’aboutir à cette recommandation étonnante : «Interdire par la loi et pour une période donnée la création de toute nouvelle institution culturelle ailleurs que dans les quartiers de la politique de la ville, sauf pour les formes d’expression culturelles elles-mêmes issues de ces quartiers.» (Donc le hip-hop, les rappeurs, et les textes culturels et patriotiques de leurs chansons à l’Opéra de Paris, à la Comédie française, etc.)

Et à présent les propositions de Thierry TUOT, actuellement à l’étude du gouvernement.

Naturalisation immédiate de tous les étrangers afin de mieux les intégrer.

Avec pour seule condition d’avoir suivi une scolarité en France. Mais également de tous les parents d’étrangers nés en France à la seule condition que ces dits parents y soient installés depuis plus de vingt ans.

Régularisation automatique de tous les clandestins en mesure de prouver qu’ils vivent en France depuis plus de cinq ans (comme ils sont clandestins, et donc non enregistrés, il leur suffira probablement soit d’une déclaration sur l’honneur, soit le témoignage de deux personnes…qu’ils n’auront aucune difficulté à trouver).

Effectivement et grâce à ces dispositions judicieuses, l’intégration se fera d’autant plus facilement qu’il n’y aura très bientôt plus aucun Français de souche dans notre pays qui a pourtant connu de grandes vagues migratoires sans pour autant perdre son identité.

J’ose croire que notre Président de la République et son gouvernement, même s’ils ne brillent pas par leurs décisions s’éviteront des lendemains très désenchanteurs en négligeant de suivre ces recommandations délirantes. Car, dans le cas contraire, ce ne sont pas des manifestations pacifiques, comme celles occasionnées par le « mariage pour tous » qu’il aura à « réprimer » mais bien au contraire, quelques millions de « casseurs » qui, cette fois, ne viendront pas des « banlieues ».

Manuel Gomez

http://ripostelaique.com/immigration-et-grand-remplacement-le-monstrueux-rapport-du-conseiller-detat-tuot.html

**********************************************************************************************

Le foulard, la burka et le burkini.

Quand l’Occident se voile la face

 

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/08/902174-prodlibe-burkini-a-marseille-1728x800_c.jpg

Le foulard, la burka et le burkini. Quand l’Occident se voile la face.

 

«Cette polémique sur le burkini est une absurdité française ne pouvant être l’oeuvre que d’esprits tordus .»

David Aaronovitch, éditorialiste du Times

 

Cet été décidément, a été riche en scoops. Il y a le feuilleton journalier de dizaines de morts pour la plupart musulmans, il y a les évènements qui visent à diaboliser la Syrie en la bombardant illégalement alors qu’on est copain coquin avec les pourvoyeurs en armes et en argent de ceux que nous voulons démolir. C’est en tout cas l’avis de Bruno Guigue ancien haut fonctionnaire qui écrit:

«Curieux pays que la France. Ses dirigeants tentent d’abattre depuis cinq ans, par tous les moyens, le seul régime non confessionnel du Moyen-Orient. Ils livrent des armes aux djihadistes au nom de la démocratie et des droits de l’homme. Ils bombardent les populations civiles en prétendant lutter contre le terrorisme qu’ils soutiennent par ailleurs. Ils distribuent des médailles honorifiques et vendent des avions de chasse aux sponsors saoudiens de la terreur planétaire. Mais cette absurdité permanente de notre politique étrangère n’offusque personne. (…) Car ce ne sont pas les événements d’Alep qui passionnent les foules. Ces affrontements exotiques auxquels on ne comprend rien n’intéressent personne; (…) Le vrai sujet est ailleurs, son urgence saute aux yeux. Son extrême gravité nous pétrifie d’angoisse. Le burkini! (…)» (1)

Le débat que je propose justement aux lectrices et lecteurs est celui de l’affaire du burkini, affaire créée de toutes pièces pour entretenir l’atmosphère de guerre contre des Français musulmans pratiquants ou pas où chaque camp fourbit ses armes trouvant dans ce filon de l’allogène, ancien indigène du bon temps des colonies, un exutoire et ceci à quelques encablures de la présidentielle ou la pêche aux voix quand il s’agit de taper sur l’allogène.

Vu de l’étranger. Burkini: la France se trompe de combat

Pour montrer les similarités des démarches de l’Europe, le journal la Croix ne boude pas son plaisir pour nous informer que l’Allemagne veut interdire la burqa, mais comme le relève Der Speigel :

«En France, la burqa est interdite depuis des années sans le moindre résultat. Le pays n’est pas plus sûr et les musulmans ne sont pas plus intégrés». La presse étrangère réagit vivement à la polémique.: «Pour de nombreux commentateurs, la France se trompe de cible. Principale raison invoquée: « Eviter les troubles à l’ordre public », comme a plaidé le Premier ministre Manuel Valls dans une interview accordée à La Provence. (…) » (2)

«  La chroniqueuse du Washington Post Kathleen Parker estime que les maires français qui ont choisi d’interdire le burkini sur les plages se trompent de combat. L’interdiction du burkini ne s’explique que par une raison: l’islamophobie, selon la Süddeutsche Zeitung. Le quotidien rappelle que ce maillot de bain « n’est pas une burka »: le bannir des plages ne cherche donc pas « à libérer la femme et à défendre la laïcité, mais signifie plutôt nous ne voulons pas de vous ici » (…) le quotidien néerlandophone de centre droit De Standaard lit dans la réaction des édiles un aveu d’échec. « Au nom de la liberté et des valeurs occidentales, on dicte à des gens ce qu’ils doivent porter sur la plage ». Ce que montre cette polémique, qui « voit une menace partout « , c’est « un fébrile manque de confiance en soi ».  (2)

« En Espagne, où le port du burkini est autorisé, la presse s’intéresse aussi de près au sujet. (…) De fait, comme le souligne encore l’éditorialiste du Washington Post Kathleen Parker, la polémique française autour du burkini s’inscrit dans « une longue tradition du contrôle des vêtements de plage des femmes par les hommes ». Pour elle, « le burkini est devenu le drapeau des confédérés de la France ». Comme le drapeau des confédérés, le burkini signifie des choses différentes pour les gens, mais il est devenu un symbole puissant de l’affrontement culturel entre patriotes français et immigrés musulmans au point de devenir un élément déclencheur pour tous ceux qui veulent monter sur les barricades.”» (2)

Les raisons profondes

L’une des premières choses qui m’a frappé est que la kabbale ressemble étrangement à ce qu’ont connu les Algériens pendant la nuit coloniale. C’est le même scénario colonial transposé dans le postcolonialisme.  Je voudrai dans un premier temps proposer l’analyse lumineuse du docteur Franz Fanon, psychiatre bien placé pour étudier les névroses du colonat ensuite celle de la journaliste du New York Times qui décortique les raisons profondes

Pour rappel, le voile (haïk), tenue vestimentaire faisait partie pendant des siècles des coutumes vestimentaires des citadines. Symbole de pudeur et de décence, ce vêtement, qui tenait une grande place dans la société, laissa place sous l’effet de la mondialisation à des vêtements en provenance du Moyen-Orient. Ce voile permettait de réaffirmer l’attachement des femmes à leur identité et à leurs valeurs culturelles et civilisationnelles. La lente mutation nécessaire a fait que les musulmanes s’emparent de la modernité en continuant de préserver l’essentiel de leur credo, c’est -à-dire «lahya» autrement dit la décence, la pudeur et le non-exhibitionnisme qu’on veut lui imposer. Il n’est nullement question de soumission à un quelconque intégrisme ou une quelconque soumission.

Dans le premier chapitre de sa Sociologie d’une révolution «L’Algérie se dévoile», le docteur Frantz Fanon montre comment le voile est instrumentalisé par l’administration coloniale pour assoir son pouvoir.

«Nous allons voir que ce voile, élément parmi d’autres de l’ensemble vestimentaire traditionnel algérien, va devenir l’enjeu d’une bataille grandiose, à l’occasion de laquelle les forces d’occupation mobiliseront leurs ressources les plus puissantes et les plus diverses, et où le colonisé déploiera une force étonnante d’inertie. La société coloniale, prise dans son ensemble, avec ses valeurs, ses lignes de force et sa philosophie, réagit de façon assez homogène en face du voile(…) Les responsables de l’administration française en Algérie, préposés à la destruction de l’originalité du peuple, chargés par les pouvoirs de procéder coûte que coûte à la désagrégation des formes d’existence susceptibles d’évoquer de près ou de loin une réalité nationale, vont porter le maximum de leurs efforts sur le port du voile, conçu en l’occurrence, comme symbole du statut de la femme algérienne. Une telle position n’est pas la conséquence d’une intuition fortuite. (…) À un premier niveau, il y a reprise pure et simple de la fameuse formule: «Ayons les femmes et le reste suivra.»» (3)

« Le 13 mai 1958, des musulmanes sont installées sur un podium à Alger, place du Gouvernement. Dans une mise en scène très orchestrée, elles brûlent leur voile (En 1960, le photographe Marc Garanger, alors jeune appelé, fut bouleversé par le travail qu’on lui imposa: faire des photos d’identité de Kabyles, voile arraché). Jusqu’à ce que les gouvernants découvrent que derrière ces jeunes femmes «européanisées» pouvaient se cacher des combattantes déterminées.» (3)

Pour Amanda Tub, du New York Times, les interdictions du burkini’ en France ont à voir avec bien autre chose que la religion ou l’habillement (…) L’évidence de la contradiction – imposer des règles sur ce que les femmes peuvent porter sur la base de l’idée qu’il est injuste pour les femmes de devoir obéir à des règles sur ce que les femmes peuvent porter – montre clairement que quelque chose de plus profond doit être à l’oeuvre. (…)

« Ce genre de déclaration [celle de Manuel Valls, NdT] est une manière de sanctionner [ ce qui est français et ce qui n’est pas français,» explique Terence G. Peterson, un professeur de la Florida International University (…) Si cette bataille sur l’identité prend de l’ampleur, elle fait en réalité rage sous une forme ou une autre depuis des dizaines d’années dans la société française, affirme le Pr Peterson. Ce qui semble être une confrontation sur une petite question de vêtement islamique porte en réalité sur ce que signifie être français.»

On le voit, le professeur Peterson rejoint Franz Fanon  quand il écrit:

«Pendant l’époque coloniale, quand la France contrôlait de vastes régions musulmanes, le voile était devenu un ‘ symbole hyperchargé ». Le voile était considéré comme un symbole de l’arriération des musulmans et les normes vestimentaires féminines françaises, plus flexibles, étaient considérées comme un signe de supériorité culturelle, des façons de voir qui justifiaient le colonialisme. (…) Le voile est resté un symbole puissant de l’altérité quand le colonialisme s’est effondré après la Seconde Guerre mondiale et que les musulmans des pays colonisés ont afflué en France. Mais maintenant, cette altérité se joue à l’intérieur même d’un pays qui tente de définir sa propre identité postcoloniale. Au fil des générations, le voile s’est répandu chez les musulmanes françaises, en tant que pratique religieuse et, peut-être, comme symbole de leur héritage culturel particulier. (…) »

«  Le résultat a été que le voile est devenu le symbole non seulement d’une différence religieuse, mais du fait que les Français «de souche» n’avaient plus le monopole de la définition de l’identité française. Le symbole du voile à l’époque coloniale en tant que signe de l’infériorité musulmane en a fait une cible commode pour les arguments selon lesquels l’identité française «traditionnelle» devait demeurer non seulement dominante mais la seule identité culturelle en France. Beaucoup de Français, au lieu de croire que ces identités peuvent coexister, les perçoivent comme nécessairement concurrentes.(…) Les choses ont commencé en 1989 avec la fameuse affaire du foulard (…) Ostensiblement, la raison était que les foulards étaient des symboles religieux visibles et qu’ils contrevenaient donc avec la loi française sur la laïcité, ou sécularisme (…) Interdire les foulards dans les écoles françaises devenait une manière de gérer l’anxiété générée par les événements à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et d’affirmer le droit de protéger les valeurs françaises.»(4)

On le voit les raisons profondes peuvent se résumer à un voyeurisme ou le corps de l’autre doit être exposé à la lubricité des spectateurs avides d’exotisme et de sensations fortes comme l’ont fait la plupart des nations européennes avec les zoos humains et les Etats Unis avec les réserves. Ce mystérieux corps de l’Autre  en l’occurrence est l’objet du combat de deux types de vision celle d’une vision fondamentaliste qui fait du corps de la femme une propriété privée et celle d’une vision dite moderne débridée qui tend à faire  du corps de la femme  au nom de la liberté une propriété publique . Les Etats Unis dans la plus pure tradition du bon temps des colonies ont fait de même quand ils ont démoli les structures de l’Afghanistan en s’attaquant aux structures patriarcales millénaires en diffusant  par leurs GI’s  en décembre 2001 des clips vidéo incitant la femme à enlever sa burqua !!

Solution Chevènement ou solution des élites scientifiques françaises musulmanes?

Que faire?

«La France, écrit Amanda Tub du NYT, a un autre choix: elle pourrait élargir sa définition de l’identité nationale pour inclure les musulmans français tels qu’ils sont. C’est quelque chose qui peut effrayer beaucoup de Français, qui la vivraient comme renoncer à une identité «traditionnelle» confortable et non comme l’ajout d’une nouvelle dimension à celle-ci.» Des associations juives réservent des piscines pour femmes exclusivement sans que personne, s’en émeuve. Apparemment, le gouvernement sort la carte Chevènement pour s’occuper des musulmans comme le fit un certain Michel (Sidna Michel pour Ferhat Abbas) qui gérait le culte musulman dans les années trente en Algérie. Chevènement fait une sorte d’unanimité qui transcende les clivages » (5)

Dans une contribution de Cide, la «ruée vers Chevènement» fut la véritable courroie de distribution de toutes les idées fascistes qui ont fini par s’imposer aujourd’hui dans le paysage politico-médiatique français. C’est que le Chevènementisme est le détroit de Béring de l’Échiquier politique français, seul permettant en effet de passer la ligne de changement de bord, de l’extrême gauche à l’extrême droite. (…) En fait, cette attitude résume toute l’histoire de la République française. A savoir chanter des valeurs universelles et agir en tribu gauloise assiégée par les Sarrasins. Et c’est justement ce déni de valeurs qui représente le talon d’Achille et le handicap premier de son entreprise coloniale. Dans la mesure où elle n’a jamais réussi à convaincre ses sujets coloniaux de la véracité de son discours. (…) Et c’est ainsi qu’en toute logique, la France a choisi pour cette nouvelle «pacification» un de ses grands serviteurs: Jean-Pierre Chevènement. Et son souverainisme bénin s’est transformé avec le temps en une brèche maline dans le sillage de l’État de droit. (…) De Philippot jusqu’à Zemmour en passant par Polony et Finkielkraut, du moment en effet que vous versiez dans la haine ethnique et xénophobe, la caution morale chevènementiste vous est d’une grande utilité pour crédibiliser vos élucubrations, les rendant par-dessus tout conformes à la démocratie et à la République». (5)

Cette contribution des élites scientifiques mérite d’être connue. Nous lisons :

«Alors que Manuel Valls a appelé les musulmans, à plus de ‘discrétion dans la manifestation de [leurs] convictions religieuses”» des médecins, des avocats et des patrons musulmans ont choisi de prendre publiquement position Pour l’astrophysicien Abd-al-Haqq Guiderdoni, c’est un travail d’éducation qui doit être entrepris. Il insiste sur l’interprétation du Coran, souvent perçu comme violent, en particulier à cause des événements ayant eu lieu à l’époque de l’écriture du texte sacré:« Ces événements ont été pour partie guerriers, et donc violents. Il ne s’agit pas de les supprimer du texte – il est absurde de vouloir ‘réformer’ le Coran comme on en a lu la proposition – mais de les placer dans cette perspective relative, où ils ne peuvent pas devenir des normes, sinon des normes symboliques, celles du combat contre soi-même pour s’améliorer.» L’école, qui a permis à l’élite musulmane de s’élever, a donc un rôle essentiel pour situer «le fait religieux dans sa dimension originelle (…) et intellectuelle».(5)

«A l’heure où médias et politiques regardent ces Français issus de l’immigration avec toute la hauteur d’un regard paternaliste, eux ont emprunté le chemin de l’ascension sociale, retroussant leurs manches. Il faut valoriser les exemples féminins, affirme Inès Safi polytechnicienne, physicienne au Cnrs, qui permettent de ‘déconstruire un discours essentialiste” et de ‘ se servir de la force de la suggestion positive”» pour lutter contre la dévalorisation de l’image de ‘ la femme musulmane”». (…) Abdel Rahmane Azzouzi, chef du service urologie du centre hospitalier universitaire (CHU) d’Angers enfonce le clou: «L’Etat français n’a jamais voulu un islam de France, C’est le signe que [les politiques] considèrent toujours l’islam comme une religion étrangère à la République.» Il préconise un financement émancipé des Etats d’origine de la communauté musulmane: «Je ne veux plus voir une seule âme étrangère rôder autour du Cfcm. L’islam de France doit être géré par des Français uniquement. La maison commune, c’est la France, pas le Maghreb!»(5)

Le ton est donné, les autorités devraient  de notre point de vue, de plus en plus écouter non pas ce qui font, d’une façon ou d’une autre, de l’Islam un fonds de commerce pour des positions sociales, mais l’Islam des Lumières de ceux qui ne doivent rien au système, qui ont prouvé leur compétence et qui de ce fait apporteront une réelle valeur ajoutée. Naturellement, il ne faut pas verser dans la facilité, du y a qu’à pour tomber dans un islam sans épaisseur un islam mondain laïco-compatible

C’est un fait que le fond rocheux malgré les dénégations hypocrites, des uns et des autres est  profondément chrétien, il n’est que de constater les dix jours fériés d’origine chrétienne fruit d’un deal douloureux entre une Eglise  prépondérante  et une République qui a laïcisé les fondements de la société d’alors avec ses haltes religieuses qui segmentent les espérances  du chrétien.  De plus il est compréhensible que le citoyen français lambda à qui on fait miroiter le grand remplacement, l’invasion, se sente assiégé notamment par un discours apocalyptique diabolisant l’islam. Seul un dialogue éclairé, apaisé, désarmé permettra d’aboutir à une république réellement équidistante des spiritualités.  Les gouvernants  devraient faire confiance aux élites scientifiques françaises d’espérance musulmane pour accompagner ce nécessaire aggiornamento qui tout en gardant les fondamentaux s’adapte en lieu et en temps et permettant ce que les Canadiens appellent des accommodements raisonnables loin de toute exploitation politicienne.

Professeur Chems  Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

1. http://www.mondialisation.ca/burkini-le-choc-des-civilisations-a-lheure-du-pastis/5541452

2. http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-letranger-burkini-la-france-se-trompe-de-combat

3. http://information.tv5monde.com/terriennes/viols-voiles-corps-de-femmes-dans-la-guerre-d-algerie-3406

4. http://reseauinternational.net/burkini-et-crise-de-lidentite-francaise-vus-par-le-new-york-times/#IbWG6K7uLQG8vJJb.99

5.http://www.alterinfo.net/De-Jacques-Soustelle-a-Jean-Pierre-Chevenement-Miseres-et-decadences-du-colonialisme-francais_a124684.html

6. Français musulmans, ils veulent peser dans les débats publics Le Monde 17.08.2016

En savoir plus sur

http://reseauinternational.net/le-foulard-la-burka-et-le-burkini-quand-loccident-se-voile-la-face/#S7j4iGvfW0DKUFjE.99

Posté par POLITIQUE PACA à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2016

RESPECT AUX FRANCAIS QUI ACCEPTENT LE TERRORISME !

Respect aux français qui acceptent le terrorisme !

111668071

Publié le 17 juillet 2016 par EuroCalifat  

Par Jean-Patrick Grumberg, journaliste israélien

Le 15 novembre dernier, après l’attentat du Bataclan, le peuple français allumait des bougies, mais ne réclamait aucun compte à son gouvernement. Après l’attentat de Nice, le peuple français allume des bougies, et ne hurle pas sa rage : il a accepté, il s’est soumis au terrorisme et je respecte son choix.

Je songe au petit livre de Stéphane Hessel, Indignez-vous, qui s’était vendu à 3 millions d’exemplaires, avait été acclamé par une presse enthousiaste qui encourageait les Français à s’indigner, et je me demande pourquoi soudainement mes confrères, après le Bataclan, après les morts de Nice, alors qu’aucune indignation n’est plus légitime que la perte de la vie, appellent les Français à ne pas s’indigner contre la barbarie qui s’est abattue sur eux.

Ils ont recommencé avec l’attentat de Nice : les Français déposent des fleurs, allument des bougies, se recueillent, mais personne ne proteste, personne ne crie sa douleur et sa rage, personne ne s’indigne, personne ne réclame des comptes.

Oui, les Français ont choisi d’accepter le terrorisme, et je respecte leur choix.

Après les attentats de Charlie Hebdo et de l’épicerie cacher, le Premier ministre Manuel Valls a déclaré à des étudiants, le 23 janvier 2015 :  «Les jeunes Français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats.»

Les Français ont décidé de s’habituer. Ils ne sont pas descendus dans la rue manifester leur refusIls n’ont pas demandé à leur gouvernement qu’il assume ses fonctions régaliennes et les mette à l’abri des attentats. Je respecte leur décision.

Je suis journaliste étranger, je ne vais pas faire comme mes confrères français.

Je respecte les Français : ils ont choisi librement et démocratiquement un président. Il A nommé une ministre de la justice, Christiane Taubira, qui laissait les jihadistes en liberté. Je respecte ce choix, il est d’une humanité que je n’ai pas : je pense plus aux victimes qu’au bien-être des terroristes.

Les Français ont choisi le pacifisme et le laxisme vis-à-vis des islamistes. Ils ont choisi la réinsertion des jihadistes qui rentrent du combat en Syrie. Ils ont choisi de ne pas nommer l’ennemi, mais au contraire d’insulter ceux qui dénoncent l’islam. Je respecte leur choix.

Ils ont décidé de laisser en liberté les musulmans radicaux fichés S pour ne pas les stigmatiser, tout en sachant que cela leur faisait courir un plus grand risque d’attentats terroristes. Je respecte cette décision.

Ils ont interdit aux citoyens de porter des armes (l’inverse aurait évité une grande partie des 89 morts du Bataclan, car des citoyens armés auraient éliminé les tueurs), et ils ont décidé de ne pas retirer leurs armes aux dealers de drogue des banlieues, mi-dealers mi-islamistes, de ne pas désarmer les salafistes pour ne pas paraître islamophobes. Je respecte ce choix politique.

J’ai le plus grand respect pour le courage du Premier ministre qui préfère exposer ses concitoyens à la mort pour ne pas froisser sa population musulmane.

Les 129 morts et les 350 blessés du 13 novembre, les 86 morts et 430 blessés du 14 juillet sont le prix à payer lorsqu’on décide d’avoir cette tolérance vis à vis des jihadistes français, des salafistes français, des Frères musulmans français, et de l’islam de France. Se sacrifier pour montrer l’amour et la tolérance envers la diversité est admirable et je le respecte.

J’ai le plus grand respect pour le courage du Premier ministre : il préfère exposer ses concitoyens à la mort pour ne pas froisser sa population musulmane, pour éviter d’emprisonner les radicaux. Il a le courage de le dire aux Français. Et les Français ont le courage de l’accepter.

Le gouvernement français a été démocratiquement élu, les Français vivent en démocratie, avec la liberté d’expression, de choix, de manifester leur mécontentement ou leur accord – et les Français savent mieux que personne descendre dans la rue lorsqu’ils ne sont pas d’accord.

D’une humilité admirable, les Français ne prononcent jamais un mot déplacé contre Mahomet et Allah, même s’ils meurent en leur nom.

Les Français ne sont pas descendus dans la rue pour dénoncer le terrorisme, l’islam, l’islamisation, les attentats et les morts parce qu’ils sont tolérants, humanistes, accueillants. Quand ils ont manifesté Je Suis Charlie, ce n’était pas tout à fait vrai : ils n’ont jamais, comme Charlie, offensé en le caricaturant le prophète de l’islam. Au contraire, d’une humilité admirable, les Français ne prononcent jamais un mot déplacé contre Mahomet et Allah, même s’ils meurent en leur nom.

Les Français ne sont pas descendus dans la rue pour questionner l’arrivée de centaines de milliers de migrants et réfugiés, infiltrés comme on l’a vu par des combattants de l’Etat islamique – en fait, ils n’étaient que 700 personnes à l’appel de Riposte laïque contre l’immigration. Voilà un peuple qui sait ouvrir les bras.

Ce qui arrive, les attentats, est la conséquence de tout ce qui précède. Ce qui arrive, les morts, est le prix à payer de cette politique, et les Français ont librement choisi cette politique.

Ils ont choisi les attentats et la mort – qui seront de plus en plus nombreux et ils le savent – pour ne pas heurter une communauté. Je respecte leur choix.

Ils ont les attentats et les morts. Les déclarations du président, de la classe politique, des médias, montrent que la France a décidé, malgré ces attentats et ces morts, de ne pas nommer le coupable, de ne pas combattre les racines de cette violence : le coran qui appelle à tuer les infidèles. Voilà une preuve de tolérance.

Quel sens du sacrifice pour ne pas froisser l’islam !


Les Français ont choisi d’apaiser l’islam. Ils punissent les coupables, mais les peines sont courtes, trop courtes pour empêcher aux terroristes de recommencer. Les coupables des attentats de janvier 2015 étaient tous radicaux, tous récidivistes, tous dangereux, et tous en liberté. Un pays qui préfère laisser sa population se faire tuer à la cruauté de longues peines de prison pour les terroristes, je trouve cela admirable et je le respecte.

Les Français ont décidé de laisser les radicaux, musulmans fichés S, libres d’aller et venir, de s’armer pourquoi pas, de préparer d’autres attentats – et il y a d’autres attentats.

Qui suis-je pour critiquer les choix des Français ?

Se sacrifier pour rester une terre d’accueil, quels que soient les dangers, montre un sens du renoncement exemplaire.

Décider d’abandonner leur civilisation, leurs traditions, leurs racines, leur identité, leur culture, pour s’adapter à celles d’autres civilisations est un choix de vie vertueux. Nous Israéliens n’avons pas cette vertu : nous nous obstinons à refuser d’abandonner nos traditions, notre passé, notre culture, notre terre et nos racines comme le monde entier l’exige de nous.

Je respecte leur décision de «s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats». Et aux paroles s’ajoutent leurs actes : après les morts du 13 novembre, après les morts de Nice, les Français allument des bougies, ne protestent pas, ne hurlent pas, ne crient pas, ne se révoltent pas : ils acceptent et s’habituent. Ils refusent la haine. Quel peuple, quel sens du sacrifice !

 Jean-Patrick GRUMBERG

 

Mais surtout PADAMALGAM !!!

111832737

Posté par POLITIQUE PACA à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LE FLUX MIGRATOIRE INTENSE DÉFERLE SUR TOUTE L'EUROPE RIEN NE L'ARRÊTERA CAR NOUS SOMMES EN GUERRE DU CHOC DES CIVILISATIONS !

mardi, 23 août 2016

Pour en finir avec les vieilles lunes

3681471833


SOURCE : Editorial de Guillaume Le Carbonel

Cercle Non Conforme cliquez ici

Alors que la France est traversée par une vague d'attentats sans précédent depuis 1995 - série inaugurée par le Groupe Islamique Armée Algérien le 25 juillet 1995 à la gare Saint-Michel par la pose d'une bombe artisanale dans le RER B entraînant la mort de 8 personnes et faisant plus de 117 blessés – il est peut être temps de revoir nos orientations et prises de positions face au réel qui nous domine aujourd'hui.

Il est bien évident que rien ne va s'arrêter. Bien au contraire, il est à prévoir que les attentats vont désormais s'enchaîner avec une intensité décuplée. Certes, nous ne sommes pas dupes. Comme le rappelle Francis Cousin, il y a l'histoire des apparences, à la surface des choses, et l'histoire radicale dialectique des grandes profondeurs. Mais que ces attentats soient organisés, téléguidés de l'extérieur ou qu'il s'agisse d'un terrorisme étatique importe finalement peu. Ils existent et frappent.

1- Nous sommes bel et bien au cœur d'un choc de civilisation.

L'analyse de la situation en France (ce qui Lénine appelle « le moment actuel ») est sans ambiguïté. Nous pouvons retourner le problème dans tous les sens, trouver ici ou là des dérivés, il n'empêche !

Nous sommes en guerre. Mais contrairement à ce que pensent certains, cette guerre n'est pas neuve et ne date pas des récents attentats commis en France et en Allemagne.

Nous sommes en guerre depuis la fin des trente glorieuses, depuis le regroupement familial, depuis l'acceptation d'une immigration massive extra-européenne sur notre territoire.

Nous vivons en état d'urgence permanent depuis au minimum une trentaine d'années. D'impolitesses en incivilités, d'indifférences en racisme ordinaire, le « vivre ensemble » imposé à nos concitoyens n'est plus qu'un immense champs de ruine dont les prémices nous apparaissent désormais lointains.

 

slovenia-muslim-immigrants

 

Le choc migratoire intense qui déferle sur l'Europe depuis quelques mois n'est que l'aboutissement logique de dizaines d'années de saupoudrage constant.

Nous savons que le mouvement des « réfugiés» est un mouvement organisé par le capital qui a besoin de main d’œuvre nouvelle pour casser le coût du travail. Nous savons qu'il existe des filières immigrationnistes. Nous savons qu'au travers du « grand remplacement » c'est à une substitution de main d’œuvre que nous assistons. Nous savons, comme le dit encore Francis Cousin, que « les hommes ne sont pas des oies sauvages et qu'il n'existe pas de cycles de migration naturelles ».

Nous savons que l'ennemi mortel qui se cache derrière le paravent de l'immigration se nomme Grand Capital et sa cohorte d'idiots utiles.

Qu'importe ! Le réel s'impose à nous. On peut l'appeler comme on veux : choc du futur, comme Alvin Toffler, choc des religions, comme l'abbé Guillaume de Tanouarn ou encore choc des civilisations, comme Samuel Huntington, la réalité c'est que l'Europe doit aujourd'hui faire face à une tentative de balkanisation et d'hétérogénéisation sans précédent.

Cependant, tout n'est pas aussi simple. N'en déplaise aux complotistes de tout poil et aux géopoliticiens de salon, les vagues migratoires qui se déversent à nos frontières se moquent bien de ces concepts d'occidentaux repus, elles n'en ont même sans doute jamais entendu parler. Elles se meuvent avec « leurs tripes », avec leur inconscient de peuples en mouvement. Loin d'intellectualiser leur action, c'est un instinct primaire de conquête de territoire qui les anime. Instinct animal décuplé par la masse.

Attentats et vagues migratoires sont constitutifs d'un même appel : celui d'une haine de l'Occident, d'un passé fantasmé d'une colonisation douloureuse, des mouvements de peuple sur la longue Histoire. C'est la continuation de l'expansion des Omeyyades (661-750) et celle de l'Empire Ottoman (1389 prise de Kosovo) mais par d'autres moyens. Éternel balancier. Que le spectacle de la marchandise l'ait mis en branle n'a guère d'importance. Il arrive que les monstres échappent à leur créateur.

Une chose est sure : nous n'assistons pas à la fin de l'Histoire, comme le crient certains bien-pensants, mais à son retour effectif après des décennies de consensus mou et d'opulence capitaliste. « Sous le choc de la vague migratoire, l’Europe se disloque, se désintègre, se déconstruit. (…) les historiens dateront certainement de cette affaire, de ces années 2015-2016, le début de la décomposition de l'Europe » pouvait-on lire dans Le Monde dans son numéro du 26 février dernier.

« Prétendre qu’il n’y a pas un choc des civilisations entre l’occident localisé et moribond et l’Islam déterritorialisé en pleine santé est une sottise qui empêche de penser ce qui est advenu, ce qui est, et ce qui va advenir », écrit pour sa part Michel Onfray, avant de poursuivre : « Refuser la réalité du choc des civilisations ne peut se faire que si l’on ignore ce qu’est une civilisation, si l’on méprise l’Islam en lui refusant d’en être une, si l’on déteste la nôtre par haine de soi »1.


L'Histoire est faite de mouvements de peuples et de conquêtes territoriales. L'Europe l'a un peu oublié depuis qu'elle est entrée dans la domination absolue de la marchandise et a quitté ce que Dominique Venner nommait l'horizon de la guerre. Celui-ci se rappelle aujourd'hui à notre bon souvenir et frappe de nouveau à notre porte.

Nul besoin de tomber dans les délires psychotiques de groupuscules appelant à la croisade. Seul l'impératif de faire face au réel nous conduit à penser que nous entrons dans une phase de confrontation ethno-culturelle de grande intensité.

 

2 – Y-a-t-il une solution politique et non violente au choc de civilisation ?

Pour les plus vieux d'entre nous qui avons résisté aux molles années 90, rien ne laissait présager une accélération aussi brutale de l'Histoire. Ces vagues migratoires d'intensité inégalée constituent en l'espèce une « divine surprise » propre à forcer la décision. Les attentats récents s'y agglomèrent comme autant de parasites sur un corps malade, tout à la fois charges émotionnelles et électrochoc psychologique. Le chaos semble proche et l'heure des choix se profile.

Un parallèle saisissant pourrait être fait avec la situation de l'Algérie Française en 1961 et la création de l'OAS. Mais comparaison n'est pas raison, dit-on.

Pourtant, qui pourrait encore croire à une issue non-violente ? La situation semble inextricable.

Boris Le Lay a récemment évoqué l'existence possible de « maquis mobiles musulmans » actifs sur le territoire national.

Même s'il convient d'être prudent sur le caractère réel de telles informations, la chose paraît suffisamment sérieuse pour être suivie de près.

Depuis Saint-Etienne-du-Rouvray chacun sait aujourd'hui que des attentats peuvent surgir sur n'importe quelle partie du territoire. Chacun sait également que des années de saupoudrage migratoire ont propulsé des communautés allogènes même dans les coins les plus reculés de France.

La remigration ? Beau concept en vérité, techniquement réalisable. Mais qui peut raisonnablement penser que la chose se fera sans tensions et sans heurts ?

Un retour du sentiment patriotique arasant les sentiments communautaires ? Ce serait se résigner à une lecture instantanée de l'actualité et d'une d'absence totale de recul sur les faits. N'en déplaise à certains, le véritable « vivre ensemble » n'est pas le patriotisme. Ce dernier est désormais un fourre-tout bien commode qui cache en réalité la fracture ethnique et justifie l'assimilation.

Le patriotisme d'avant 1945 avait encore du sens : celui d'une vision autour d'un drapeau et d'une Nation par un peuple sans changement ethno-culturels profonds, communiant dans d'identiques modèles de comportements, de pensées et de sensibilités. De nos jours tout est différent. Nous sommes désormais placés au cœur d'une opposition tendue entre deux mondes et deux civilisations.

L'unité nationale que certains veulent nous vendre est un leurre. Qui est aux commandes de cet enfumage ? L'oligarchie et le gouvernement qui ont tout intérêt à ce que les fractures ne s'élargissent pas pour maintenir, un tant soit peu, leur monde vivant.

« C'est pourquoi, il ne faut plus jamais parler des «populations musulmanes» pour désigner nos compatriotes de confession musulmane mais d'un peuple, le nôtre dont ils doivent désormais faire partie intégrante » écrit Guillaume Bigot, essayiste et membre fondateur du Comité Orwell (sic!)2.


En vérité, le clivage à venir ne se fera pas sur la base des patriotes contre l'anti-France, pour reprendre le fantasme récurent des vieilles barbes de l'extrême-droite française, mais entre la tribu et la mixité, le clan et l'indifférencié, le socialiste et le libéral, l'enraciné et le mondialiste, l'humain et l'homo œconomicus, le défenseur de la nature et le prédateur productiviste, la communauté et la société.

Devant cet horizon de la guerre qui refait surface, il est donc à craindre un affrontement sans égal entre communautés autochtones et allogènes. Nous allons connaître ce retour de la barbarie, du clan et de la tribu. Nos banlieues sont des poudrières, nos métropoles des coupes-gorges et des territoires entiers sont en voie de « dhimmisation ». Parallèlement, les années qui viennent seront des années d'intenses radicalités explosives (Francis Cousin). Les luttes de classes vont se réveiller.

Nous vivons des temps incertains mais riches de sens à venir. A l'instar de Régis Debray, ne nous condamnons pas à un « pastiche des destins hors série qui nous ont précédé, raflant les premiers choix et nous laissant les doublures ».

Le 20 juillet dernier à Saint-Astier, François Hollande a appelé les Français à rejoindre les différentes réserves des forces de sécurité. Chiche !

Intégrons la réserve opérationnelle. Mais intégrons là dans un but bien précis : celui d'apprendre en restant au contact de la réalité du terrain

Il y a un ordre des tâches historiquement fondé. Le travail insurrectionnel est aujourd'hui le travail politique numéro un.

1- Chronique mensuelle de Michel Onfray, Mars 2015 N°118 in mo.michelonfray.fr

2 - In Le Figaro 26/07/2016

Posté par POLITIQUE PACA à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2016

PUBLICITE GRATUITE OFFERTE PAR LE MEDIA "POLITIQUE EN PACA" : LA TYROLIENNE DE LA COLMIANE

LA TYROLIENNE DE LA COLMIANE

image0011

La Tyrolienne de la Colmiane prolonge son ouverture 7 jours sur 7

jusqu’au 11 septembre 2016 !

Devant le succès rencontré depuis son ouverture et encore davantage pendant cette période estivale, la tyrolienne de la Colmiane restera ouverte tous les jours jusqu’au 11 septembre prochain.

La tyrolienne de La Colmiane accueille le public depuis le 4 juin, de 10 heures 30 à 12 heures 30 et de 13 heures à 17 heures.

Elle sera ensuite ouverte uniquement les week-ends du 17-18 et 24-25 septembre.

Les réservations se font directement en ligne auprès de la SEM Cîmes du Mercantour station de La Colmiane par :

o téléphone : 06.85.72.62.47,

o fax : 04.93.02.80.05,

o ou courriel : servicetyrolienne@orange.fr.

o ou sur le site internet : http://www.colmiane.com

 

Pour tout renseignement : 04.93.23.25.90 (Office du tourisme Valdeblore La Colmiane).

Rappel des tarifs :

35 €/personne possibilité de vol solo ou duo

65 €/pour un vol duo adulte/enfant (de moins de 16 ans)

28 €/personne pour un groupe de minimum 10 personnes

Posté par POLITIQUE PACA à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2016

OBAMA ET CLINTON ONT CREE DAESH Editorial de GLEN FORD

Oui, Obama et Clinton ont crée Daesh – dommage que Trump soit incapable d’expliquer comment.

(Black Agenda Report)

C’est un fait historique que le États-Unis et l’Arabie Saoudite ont créé, il y a près de quarante ans, le réseau jihadiste international à partir de laquelle Al-Qaïda et Daesh ont jailli. […] Soyons clairs sur un point : ce ne sont pas les États-Unis qui ont rejeté la secte macabre djihadiste qui est devenue Daesh ; c’est Daesh qui s’est dissocié des Etats-Unis et leurs alliés européens et royaux.

Donald Trump a fait marche arrière – en quelque sorte - sur son affirmation que le président Obama et Hillary Clinton étaient les « fondateurs » de Daesh, ou les « joueurs les plus précieux » de l’équipe Daesh. « Évidemment, je suis sarcastique, » a dit le soi-disant avocat de l’ « Amérique avant tout » - en ajoutant aussitôt « mais pour être honnête, pas tant que ça ».

Trump ne peut pas formuler ou saisir toute la vérité horrible contenue dans sa déclaration initiale parce que cela exigerait de prononcer un acte d’accusation beaucoup plus fondamental de la politique américaine impériale dans le monde musulman depuis la fin de 1979, lorsque Zbigniew Brzezinski a convaincu le président Jimmy Carter de lâcher les chiens djihadistes en Afghanistan. Comme indiqué dans ses mémoiresFrom the Shadow, Brzezinski a conseillé Carter d’aider la résistance musulmane de droite contre le gouvernement laïque de gauche en Afghanistan afin de « provoquer une intervention militaire soviétique » et entraîner l’URSS dans un bourbier de type Vietnamien. Brzezinski voyait les soi-disant Moudjahidin comme des fantassins potentiels de la politique globale des Etats-Unis. « Qu’est-ce qui est le plus important pour l’histoire du monde ? Les Talibans ou la chute de l’Empire soviétique ? Quelques musulmans agités ou la libération de l’Europe centrale et la fin de la Guerre Froide ? » demanda Brzezinski, de façon rhétorique, quelques décennies plus tard.

JPEG - 35.2 ko
Zbigniew Brzezinski en discussion avec Oussama Ben Laden

Ayant suivi les conseils de Brzezinski, le président Carter peut à raison être décrit comme un « père fondateur » d’Al-Qaïda, avec son camarade et autre « joueur le plus précieux », Ronald Reagan, dont la CIA en partenariat avec l’Arabie Saoudite dépensèrent des milliards pour attirer des musulmans du monde entier dans la guerre en Afghanistan. Ensemble, les États-Unis et les Saoudiens ont donné naissance au mouvement djihadiste islamique internationale - un phénomène qui n’avait jamais existé auparavant dans l’histoire du monde. Les djihadistes allaient devenir une arme essentielle dans l’arsenal impérial US, un outil horrible pour accomplir des changements de régime dans le monde musulman et qui sert également à justifier, depuis la disparition de l’épouvantail soviétique, la quête sans fin des Etats-Unis d’une domination mondiale,.

« En 2011, Obama a lancé la Mère de toutes les guerres par procuration. »

Brzezinski est devenu le gourou de la politique étrangère de Barack Obama, avec des conséquences qui auraient dû être prévisibles pour la politique US au Moyen-Orient, mais ont été largement ignorés par les libéraux et les soi-disant progressistes dans leur euphorie à virer George W. Bush.

 

De toute évidence, l’opinion publique états-unienne n’allait pas tolérer une nouvelle intervention massive directe de troupes dans la région. Ce n’était plus une option. Mais quelle force, alors, était disponible pour mettre en œuvre l’ordre du jour toujours inachevé de Washington de conquérir cette partie du monde ? En 2011, Obama lança la Mère de toutes les guerres par procuration, d’abord contre le gouvernement de Mouammar Kadhafi en Libye, pour ensuite mobiliser rapidement la totalité du réseau jihadiste international qui avait été créé de toutes pièces sous Carter et Reagan près de 30 ans auparavant. Washington et ses partenaires de l’OTAN dans l’agression contre la Libye, en étroit concert avec l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Émirats arabes unis, ont transformé la Syrie en un chaudron de la mort, en canalisant des milliards de dollars d’armes à des centaines de salafistes et de milices ouvertement mercenaires avec, à leur centre, Al-Nosra, l’affiliée régionale d’Al-Qaida. C’est l’idée d’Obama d’une guerre « intelligente » : une offensive terroriste frénétique drapée dans le mensonge et la manipulation.

La politique étrangère criminelle menée par Obama et la secrétaire d’Etat US Hillary Clinton est enracinée dans la même vision arrogante du monde formulée par Brzezinski lorsqu’il raillait tous ceux qui s’inquiétaient d’éventuels retours de manivelle qui pourraient résulter d’un déploiement de « musulmans agités » comme autant de fantassins de l’impérialisme. Tandis que les États-Unis et leurs alliés se livraient littéralement concurrence pour inonder la Syrie avec des armes, des fonds, des ressources en renseignement et une couverture médiatique et diplomatique pour faire tomber le gouvernement de Damas, ils ont collectivement créé à la fois une base matérielle et un espace politique pour les djihadistes pour poursuivre leurs propres objectifs idéologiques. Daesh a émergé pour établir son propre califat en Syrie et en Irak. Personne ne devrait feindre la surprise.

C’est l’idée d’Obama d’une guerre « intelligente » : une offensive terroriste frénétique drapée dans le mensonge et la manipulation.

 

En Juillet 2014, nous avons décrit la montée de Daesh en signalant « l’effondrement final de la stratégie impérialiste des Etats-Unis dans le monde musulman - certainement, dans les régions arabes de l’Islam ». Nous avons écrit :

« Pensez-y comme une déclaration d’indépendance salafiste ... des monarchies arabes et des agences de renseignement occidentales qui ont nourri le réseau jihadiste international depuis près de deux générations. Le Califat menace non seulement ses adversaires immédiats des gouvernements dominés par des Chiites en Syrie et en Irak, mais aussi les potentats des Emirats arabes, du Qatar, du Koweït ainsi que la Mère de Toute la Corruption Monarchiste du Monde Sunnite, la famille royale saoudienne. La menace est pas virtuelle, mais réelle, contre « tous les émirats, groupes, États et organisations » qui ne reconnaissent pas Daesh comme la nouvelle incarnation de l’islam en guerre. »

 

Daesh n’existait pas lorsque le président Obama a pris ses fonctions et nommé Hillary Clinton au Département d’Etat. Son changement de régime en Libye (qui est aussi celui de Hillary) et son pivot terroriste massif en Syrie ont « créé » Daesh. Soyons clairs sur un point : ce ne sont pas les États-Unis qui ont rejeté la secte macabre djihadiste qui est devenue Daesh ; c’est Daesh qui s’est dissocié des Etats-Unis et leurs alliés européens et royaux. Il a fallu l’intervention russe en Syrie en septembre dernier pour pousser Washington à effectuer des raids aériens plus que symboliques contre Daesh. Avant, les Etats-Unis voulaient éviter de tuer trop de combattants de Daesh dans l’espoir qu’il en resterait suffisamment pour rejoindre les troupes jihadistes approuvés par les Etats-Unis lorsque cela commencerait à sentir le roussi pour Daesh. (Al-Nosra a changé de nom et s’est dissocié d’Al-Qaïda - avec la bénédiction de la direction d’Al-Qaïda au Pakistan - afin de mieux se fondre dans les feuilles de paie des autres troupes djihadistes de l’Occident.)

« Le renseignement militaire US a clairement prévu la montée imminente de Daesh, »

 

Nul besoin de croire Donald Trump sur parole lorsqu’il dit qu’Obama et Clinton ont été « les joueurs les plus précieux » de Daesh. Le service de renseignement de l’armée US (DIA) était arrivé à la même conclusion, dès 2012. Le rapport des barbouzes militaires, déclassifié l’année dernière, montre que le DIA avait averti que « les pays occidentaux, du Golfe et la Turquie [qui] soutiennent l’opposition [syrienne] » croient « à la possibilité d’établir une principauté salafiste déclarée ou non dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor), ce qui est exactement ce que les puissances qui soutiennent l’opposition veulent, afin d’isoler le régime syrien. »

 

Le DIA était alarmé que

« ... La détérioration de la situation a des conséquences désastreuses en Irak et ce sont les suivantes :

« Une situation idéale est créée pour AQI [Al-Qaïda en Irak, devenu Daesh] pour retourner à ses anciens bastions à Mossoul et Ramadi, et fournira un élan renouvelé en vertu de la présomption d’unification du djihad parmi les sunnites en Irak et Syrie, et le reste des Sunnites du monde arabe contre ce qu’ils considèrent comme leurs ennemis, les dissidents [c’est-à-dire les musulmans chiites]. AQI pourrait également déclarer un État islamique par son union avec d’autres organisations terroristes en Irak et en Syrie, ce qui poserait un grave problème à l’unification de l’Irak et la protection de son territoire ».

Ainsi, un an après qu’Obama et ses amis européens et arabes aient renversé Kadhafi et déplacé leur guerre par procuration de changement de régime vers la Syrie, le renseignement militaire US a clairement vu la montée imminente de Daesh - et que « c’est exactement » ce que « l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie ... veulent, pour isoler le régime syrien »,

Oui, Obama a créé Daesh, avec l’aide enthousiaste de Hillary Clinton, et il soutient encore al-Nosra, l’ex-filiale d’Al-Qaïda, qui a vu le jour grâce à Jimmy Carter et Zbigniew Brzezinski. Au fil du temps, les jihadistes sont devenus indispensables à la politique impérialiste des Etats-Unis, mais surtout depuis la défaite de George W. Bush en Irak, qui a rendue l’opinion publique états-unienne réticente aux guerres « stupides » - ce qui, dans le jargon d’Obama, signifie des guerres dans lesquelles un grand nombre de soldats US meurent. Les guerres par procuration sont idéales - « intelligentes », parce que seuls meurent les Arabes et les Africains et tous ceux dont les états-uniens n’ont jamais entendu parler. La Libye n’était même pas une guerre, selon Obama, car aucun soldat US n’y a péri.

« Les djihadistes sont devenus indispensables à la politique impérialiste des Etats-Unis.  »

Glen_ISISObama

 

 

La vérité sur Daesh et l’administration Obama est tellement évidente que même Donald Trump a une vague idée de ce qui s’est passé en Syrie et en Libye. Mais l’enfant-gâté blanc nationaliste milliardaire de Queens est incapable de placer la connexion Obama / Clinton / Daesh dans le contexte historique de la politique impérialiste des Etats-Unis. Malheureusement, la plupart des « libéraux » et beaucoup trop de « progressistes » (y compris les noirs) sont atteints de la même maladie que Trump : le chauvinisme impérial extrême - qui est pratiquement inséparable du suprématisme blanc. Le chauvinisme impérial extrême permet aux Etats-uniens d’envoyer à la Maison Blanche des personnes qui méritent d’être envoyés à la potence ou devant un peloton d’exécution (après un procès, bien sûr). Il permet aux Etats-uniens qui se disent « de gauche » de reculer d’horreur devant Donald Trump (qui, à notre connaissance, n’a tué personne, et qui dit qu’il ne se livrerait à aucun changement de régime s’il était Président), tout en votant pour une femme dont la carrière est couverte du sang de centaines de milliers de personnes au Moyen-Orient et dans la corne de l’Afrique, et dont le mari a mis en branle un génocide qui a coûté la vie à six millions de personnes en République Démocratique du Congo.

Un candidat, Trump, ressemble plus au feu gouverneur de l’Alabama, George Wallace, qui prônait la négociation en matière de politique étrangère. L’autre, Clinton, est une maniaque génocidaire, dont les crimes en tant que Présidente seront à l’échelle hitlérienne. [1 point Godwin - NdT]

Plus effrayant que Clinton ou Trump est l’absence d’aversion viscérale des Etats-uniens pour le génocide (des peuples non blancs). A moins d’être vert ou d’une nuance de rouge, le génocide n’est même pas un enjeu électoral.

Glen Ford

Traduction "Des millions de morts et quelques burkinis sur une plage... Devinez qui disparaît des radars médiatiques ?" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.»

http://www.blackagendareport.com/obama_clinton_created_isis

Posté par POLITIQUE PACA à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2016

LES BANKSTERS VONT DÉSHABILLER SOUS PEU LA MASSE D' ÉPARGNANTS QUI POSSÈDENT OBLIGATOIREMENT UN COMPTE EN BANQUE !

LES BANKSTERS VONT SEVIR ET SE

SERVIR SUR VOS AVOIRS BANCAIRES

MAIS QUAND...2016, 2017, 2018...?

beware-banksters1

Banque : voilà comment refuser la facturation de votre compte courant

SOURCE : LOUIS MORIS

L'Association française des usagers des banques incite les clients à écrire pour refuser les nouveaux tarifs proposés par la plupart des établissements

2,50 euros prélevés chaque mois pour la tenue de votre compte courant. 30 euros par an. La BNP ne se mouche pas du pied. Après les chèques payants, la facturation des retraits, les banques innovent, encore et toujours.

Dans le domaine, elles font même preuve d'une imagination débordante, voire sans limite. A partir du 1er janvier, la plupart d'entre elles va facturer des frais de tenue de compte. Et la tendance est à la généralisation du système de pompe : toutes les grandes banques s'y mettent.

Au point de laisser planer un soupçon d'entente entre les différents établissements.

On ne peut qu'être surpris par ce mouvement généralisé des banques", lance Serge Maître, secrétaire général de l'Association française des usagers des banques.

L'association compte bien saisir l'Autorité de la concurrence à ce sujet.

Le pouvoir de dire non

"Il faut refuser. Le client a le pouvoir de dire non", encourage l'Afub. Serge Maître met en avant l'article L312-1-1 du code monétaire et financier. Les banques ont dû informer des nouveaux tarifs deux mois avant leur application et les clients ont jusqu'au 31 décembre pour envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception pour refuser la nouvelle tarification, comme le permet la loi. La banque devra alors appliquer le tarif antérieur, c'est-à-dire la gratuité pour la tenue de compte, si tel était le cas.

L'Afub a reçu de nombreux témoignages de personnes qui ont franchi le pas. Et certains établissements ont tenté de jouer l'intimidation en demandant aux clients récalcitrants de clôturer leur compte et de changer de banque.

C'est de la manipulation pure et simple. La banque ne peut contraindre ni à résilier un compte ni à accepter les nouveaux tarifs. La loi est très précise", tempête Serge Maître.

Si, entre deux réveillons, vous ne vous sentez pas d'écrire à votre banque, l'absence de réponse vaudra accord. Les nouveaux tarifs s'appliqueront automatiquement à partir du 1er janvier. Et, il faut bien le reconnaître, batailler contre sa banque n'est pas de tout repos.

La facturation devient la norme

D'autant que, face à ce mouvement général qui transforme la facturation de la tenue de compte en norme, le client se trouve coincé : il est tenu d'avoir un compte bancaire pour percevoir son salaire ou ses revenus. Il lui reste pourtant la possibilité de faire jouer la concurrence !

  • BNP : 30 euros par an
  • Société générale : 24 euros par an
  • HSBC : 24 euros par an ( mais rien est encore certain pour HSBC ?)
  • CIC : 24 euros par an (comme c'était déjà le cas)
  • La Banque postale : 6,20 euros par an
  • Banque populaire, Caisse d'Epargne, Crédit agricole, Crédit mutuel : tarification variable selon les régions.
  • LCL : rien pour le moment mais une tarification sera mise en place pendant l'année

Les écarts restent donc notables mais dans la jungle des frais bancaires. A la BNP, ce sera donc 2,50 euros par mois. 2,50 euros qui devraient lui rapporter quelque 150 millions d'euros par an. La Société générale va se contenter de 2 euros par mois. A la Banque postale, les frais de tenue de compte restent modestes mais vont tout de même passer de 4,20 à 6,20 euros par an.

Comment justifier une telle facturation à l'heure où les clients effectuent de plus en plus eux-mêmes leurs opérations sur internet ? Les établissements bancaires parviennent même à renverser l'argument pour justifier cette facturation : développer les services en ligne, construire des systèmes contre la fraude, proposer des applications plus simples d'utilisation, ça coûte...

Pas chez les banques en ligne

Mais alors, comment font les banques en ligne qui, pour la plupart, ne vont pas facturer la tenue des comptes courants ? Ces dernières font justement des économies de fonctionnement conséquentes grâce au web. Le secteur est en pleine expansion. Inconvénient, pour y ouvrir un compte, elles exigent bien souvent un revenu minimum.

En fait, cette "innovation" bancaire a pour but principal de compenser les pertes liées au plafonnement des agios en cas de découvert. Ce que les banques ne peuvent plus toucher d'un côté, elles le prennent de l'autre.

En revanche, elles se gardent bien de proposer une rémunération des comptes courants. Soi-disant impossible dans un contexte persistant de taux bas. Un argument que Serge Maître balaie rapidement :

Malgré les taux bas, les banques de détail ont augmenté leurs bénéfices de 7% au premier semestre 2015. Peut-on vraiment parler d'une situation difficile dans ce contexte ? Je ne le pense pas."

Louis Morice

 

banksters

L’ordonnance est passée en France : désormais, une banque pour se renflouer pourra ponctionner les comptes de ses clients. Pas de débat, pas de loi, une simple ordonnance. La directive est passée inaperçue dans le creux de l’été. Si votre banque fait faillite, elle pourra se renflouer en aspirant vos comptes, sans plus de façons.

SOURCE : Emilie DEFRESNE

Il s’agit de la « Directive européenne sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances » (Bank Recovery and Resolution Directive). D’abord expérimentée à Chypre où les comptes ont été largement siphonnés, la mesure est désormais applicable en France depuis le 20 août. Elle est passée en douce par ordonnance. Imaginez le tapage si une loi était venue devant le Parlement ! Depuis que les Français ont mal voté en rejetant la Constitution européenne par référendum, il n’y a plus de référendum. C’est la même chose pour les lois gênantes ! En l’occurrence on imagine bien que le lobby bancaire tenait à la plus grande discrétion de même que le pouvoir socialiste. Pourquoi s’embêter quand une simple et discrète petite ordonnance prise en catimini au coeur des vacances d’été fait parfaitement l’affaire ? Ce qui a attiré l’attention des observateurs, c’est la Commission européenne qui s’impatiente. Jeudi 29 octobre elle a annoncé qu’elle allait poursuivre devant la Cour européenne de justice les pays qui n’avaient pas encore transposé dans leur droit national la directive BRRD (Directive Rétablissement et Résolution Bancaire).

105251445_o

Mais le pouvoir socialiste toujours zélé dès qu’il s’agit de nuire aux Français, n’avait pas attendu les menaces bruxelloises, qu’on se rassure ! À la prochaine crise bancaire les épargnants pourront être acculés à la faillite, mais plus les banques ! La fin du droit de propriété Lorsqu’une banque comme n’importe quelle entreprise fait faillite, les actionnaires sont solidaires, ce qui est logique, de même que les détenteurs des obligations émises par la banque. Jusque-là, rien de nouveau. Mais la nouveauté de cette directive « BRRD » réside dans le fait que les clients de l’entreprise bancaire vont être ponctionnés jusqu’à remise à niveau de l’affaire, ce qui est une atteinte caractérisée au droit de propriété. Vladimir Poutine dernièrement a dénoncé au forum Valdaï, une nouvelle fois, la remise en question du « Principe de l’inviolabilité de la propriété privée » qui prévaut de plus en plus au niveau mondial, avec « le précédent bien connu de Chypre ».

Que s’est-il passé à Chypre ?

Le système de spoliation des citoyens pour sauver les banques (ou les enrichir) a été expérimenté à Chypre en 2013, lorsque les titulaires de comptes de la plus grande banque de Chypre, la Bank of Cyprus, ont perdu autour de 60% de leur épargne au-dessus de 100.000 euros. Peu après la spoliation des déposants de la Banque de Chypre, l’Union européenne a étendu la tactique à tous les pays membres et l’a gravée dans le marbre par une loi de 2014, le Mécanisme Unique de Résolution, qui institutionnalise la ponction des comptes bancaires, sans limite, en fonction des besoins des banques. (Source)

8538

Ce qui s’est passé à Chypre n’est rien d’autre qu’un vol légal. Et ce vol légal est maintenant anticipé dans la loi française. Ce qui d’ailleurs est la preuve du peu de confiance que les oligarques de Bruxelles ont dans le système bancaire, complices qu’ils sont des Banksters ainsi que nous l’avons observé à loisir à propos de la Grèce. Normalement seuls les comptes de plus de 100.000 euros peuvent servir au renflouement, mais cette garantie n’en est pas une, tous les épargnants seront touchés. En effet à grand renfort d’annonces les eurocrates avaient rassurés les épargnants en les assurant que les dépôts de moins de 100.000 euros seraient protégés par la constitution d’un fond.

La Commission européenne avait proposé la création d’une « garantie européenne des dépôts », pour prévenir les retraits massifs et les fuites de capitaux comme cela s’est d’ailleurs passé en Grèce. Ce fonds de garantie devait être doté de 55 milliards d’euros et d’une capacité à emprunter sur les marchés. Mais l’échec de ce processus n’a pas bénéficié des mêmes effets d’annonces. Les Allemands s’y sont opposés et la protection des 100.000 euros vient officiellement de se volatiliser. Elle ne pesait pas bien lourd, mais à présent elle ne pèse plus rien du tout, elle n’existe pas.

mitt-romney-LIBOR-what-now-425

Chacun doit désormais le savoir, si votre banque fait faillite, elle aura légalement le droit de se renflouer en puisant dans vos comptes, que ce soit en France ou très bientôt dans la totalité des pays européens. On ne peut d’ailleurs manquer de s’interroger sur l’empressement de la Commission Européenne à faire adopter cette directive et à pourchasser les derniers retardataires, « il est extrêmement important que ces règles soient en place dans tous les États membres » explique-t-elle dans un communiqué. (…) Des personnes bien informées, à Bruxelles, craindraient-elles une prochaine crise financière et bancaire ? (Source)

Êtes-vous certains qu’il est raisonnable de placer toutes vos économies dans une banque ?

Emilie Defresne

banksters-do-this-for-a-living

 

LES BANKSTERS SE SERVENT EN PRIORITE ET LES CLIENTS RAMASSENT LES MIETTES !

 

**********************************************************************************************

En cas de crise, les banques

 

 

pourront prélever les dépôts

 

 

des épargnants !

unioneuropeenne-euros

Publié le 13 décembre 2013 par Francois

Les représentants de l’Union européenne ont décidé de mettre à contribution les épargnants à partir de 2016 ou 2017 ? Après la ponction des épargnants chypriotes cette année et l’idée émise par le FMI d’une supertaxe de 10% voir plus sur le patrimoine, l’Europe vient d’entériner la participation des déposants au renflouement des banques en cas de crise grave. 

L’accord, scellé mercredi 11 décembre 2013, est passé relativement inaperçu, alors qu’il pourrait être d’une importance capitale pour les épargnants. Les Européens se sont mis d’accord sur une loi prévoyant des règles de renflouement interne des banques, ou « bail-in », afin d’éviter de faire participer les Etats au sauvetage des établissements financiers.

" Grand pas franchi ce soir: accord #BRRD pour 28″, a écrit sur son compte twitter le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, en référence à la directive sur le sauvetage des banques. « Contribuables ne seront plus premiers à payer pour erreurs des banques », a-t-il ajouté. « C’est un pas fondamental vers la réalisation de l’union bancaire », a assuré Michel Barnier dans un communiqué.

Des représentants du Parlement Européen, du Conseil qui représente les Etats, et de la Commission européenne se sont mis d’accord au cours d’un « trilogue » sur ce texte, qui s’appliquera aux 28 Etats membres. Cette nouvelle directive s’articulera avec le Mécanisme unique européen de résolution des banques, qui fait toujours l’objet de difficiles négociations au niveau des ministres, et destiné lui à la seule zone euro. Les ministres des Finances doivent se retrouver mercredi prochain pour tenter de finaliser un accord sur ce sujet.

Dépôts garantis jusqu’à 100.000 euros Selon la directive, lorsqu’une banque sera en difficulté, les autorités nationales pourront intervenir pour l’empêcher de sombrer. De source européenne, on a indiqué qu’une « recapitalisation préventive et des instruments publics de stabilisation » étaient prévus « sous de strictes conditions ».

La recapitalisation ne concernera ainsi « que les banques solvables qui doivent être recapitalisées en cas de faiblesses identifiées par les tests de résistance ». Si une banque est proche de la faillite, le renflouement interne ou « bail-in » s’appliquera, par opposition au « bail-out » privilégié pendant la crise et qui faisait appel à l’argent public, creusant ainsi les déficits. Les premiers à payer seront les actionnaires et les créditeurs (autrement dit les épargnants qui disposent de fonds sur leurs comptes), qui devront couvrir au minimum 8% des pertes de la banque avant que l’on puisse faire appel à des fonds nationaux de résolution, abondés par le secteur bancaire. Les dépôts seront garantis jusqu’à 100.000 euros. Au-dessus de cette somme, les personnes physiques et des petites et moyennes entreprises bénéficieront d’un traitement préférentiel par rapport aux autres créanciers. 

image-268383-galleryV9-hgxh

 

SOURCE : Exclusif | Union bancaire – « Nous approchons malheureusement du grand soir où tous les épargnants seront taxés »

août 4th, 2014 | by Lilian D

Economie

La société d’avocats Lecoq-Vallon & Feron-Poloni est spécialisée dans la défense des épargnants, des emprunteurs et des investisseurs.


Ces derniers mois revient sur le devant de la scène médiatique et économique l’Union bancaire européenne, promise depuis plusieurs années par de nombreux dirigeants.

News360x – En tant qu’avocat, pensez-vous que cette union va améliorer ou fragiliser la sécurité des comptes des épargnants?

En tant qu’avocats, nous sommes amenés à penser que c’est un facteur important de l’amélioration de la défense de leurs intérêts. L’expérience prouve qu’au niveau des directives et normes européennes, à partir du moment où il y a un enrichissement des règles, il y a amélioration des conditions de sécurité et d’information. Sur ce point, tout cela va dans le bon sens.

Dans le cas de Chypre, les comptes inférieurs à 100.000 euros ont été épargnés de toute ponction. En cas de crise, en sera-t’il de même à l’échelle européenne?

Ce n’est pas certain. Les pauvres sont pauvres, mais ils ont cet avantage d’être nombreux. Nous avons à de nombreuses reprises évoqué le risque de voir émerger une « Taxe une fois pour toutes » afin de réduire brutalement l’endettement de certains états membres. On peut imaginer une sorte de « Grand Soir » où le gouvernement en viendrait à annoncer que tous les comptes de dépôt ou comptes courants sont ponctionnés de 10% ou plus de leurs avoirs pour faire face à ce qui serait qualifier d’urgence dans le service de la dette.

Ce n’est pas une simple hypothèse, puisque cette solution a été recommandée un temps par le FMI comme une solution au sur-endettement de certains pays, dont la France. Ainsi, si cela vient à se produire, alors il y a fort à parier que tous les comptes seront mis à contribution, car la masse d’avoirs qui pourraient être obtenue par des retraits « raisonnables » sur des comptes supérieurs à 100.000 euros ne serait pas suffisante.

Le cas de Chypre à ceci de particulier que le pays était devenu le réceptacle d’investissements étrangers importants, notamment russes, soupçonnés d’être constitués par de l’argent sale, ce qui est une hypothèse loin d’être similaire à celle que nous évoquions.

L’assurance-vie est-elle également concernée par ces possibles ponctions ?

Oui bien sûr, à ceci près qu’elle offre de meilleures garanties, notamment dans le droit français. Même si il sera difficile d’échapper à cette « Taxe une fois pour toutes » en cas de crise, il est évident que les marchés financiers subiront dans le même labs de temps d’importantes pertes.

Or, si quelqu’un possède un contrat d’assurance-vie en déficit, il peut encore aujourd’hui annuler les pertes subies sur ce contrat en y renonçant, et en demandant à l’assureur de restituer l’intégralité des primes versées jusqu’alors au titre d’intérêts. Plus de 40 % des français ont une assurance-vie et beaucoup trop d’entre-eux renoncent à leurs droits en cas de perte.

Si une crise bancaire mondiale venait à nouveau à se déclencher dans les mois à venir, les épargnants s’estimant floués par cette participation forcée au désendettement pourraient-ils porter plainte contre les institutions européennes?

Ce serait extrêmement compliqué. Il n’y a actuellement aucun exemple de jurisprudence ou d’indemnisation obtenu par des épargnants contre des institutions de ce type à l’échelle européenne. Il y a des précédents qui concernent les États-membres, mais en l’état des textes, nous sommes très perplexes quant à la possibilité de voir un épargnant se faire rembourser dans un tel cas. Après, le droit évolue tous les jours. Il est théoriquement envisageable de porter plainte contre ces institutions dans un tel cas, mais cela reste une hypothèse, car il n’existe, je le rappelle, à notre connaissance aucun précédent.

Certains observateurs économiques font régulièrement part de leurs analyses et inquiétudes suite aux discours de plus en plus alarmistes tenus par certains responsables, à l’image de Christine Lagarde, directrice générale du FMI, et du risque de « Reset ». Êtes-vous inquiets quant à la situation économique actuelle ?

Malheureusement oui, ce risque est élevé. On assiste depuis plusieurs mois à la dégradation du système bancaire, et à celle de la situation des finances publiques des États-membres européens. Une crise de confiance liée à une forte augmentation des taux sur le marché obligataire d’un des pays concernés est à craindre.

Il y a fort à parier que nous n’entrerons pas dans une situation de banqueroute, mais que nous approchons malheureusement du « Grand Soir » dont nous parlions précédemment, même si il s’avère encore difficile de savoir si tout cela est une question de mois, ou d’années.

SOURCE : Entretien avec Nicolas Lecoq-Vallon et Hélène Féron-Poloni réalisé pour News360x

Lilian Delfau – News360x

banksters

Posté par POLITIQUE PACA à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 août 2016

LA FIN DE NOTRE CIVILISATION CHRÉTIENNE EUROPÉENNE EST-ELLE POUR BIENTÔT ?

NOUS LES EUROPÉENS CHRÉTIENS AVEC NOTRE HUMANISME ET NOS DROITS DE L'HOMME NOUS SOMMES VOUES A DISPARAÎTRE ET NOUS SERONS REMPLACES PAR NOS PIRES ENNEMIS ISLAMISTES SI NOUS NE RÉAGISSONS PAS AVEC FERMETÉ !

63461857_p

Editorial de Gérard Diaconesco

 

Nous les occidentaux européens sommes issus d'une vieille civilisation remontant aux Grecs et aux Romains.

En ces temps anciens cette civilisation "Gréco-Romaine" déjà très avancée en matière d'organisation de l'Etat et de la Cité, ne faisait aucun cadeau à leurs ennemis déclarés allant jusqu'à en faire leurs esclaves ou en les éliminant physiquement  purement et simplement car eux aussi étaient sans pitié pour les autres et agissaient comme des barbares.

Depuis l'arrivée de notre civilisation chrétienne qui remonte elle à près de 2000 ans, avec le cours de l'Histoire les choses et les mentalités ont bien changées en moins d'un siècle.

Pourtant il est bien vrais que cela n'a point empêché les Peuples européens de continuer à se massacrer entre eux durant ces 20 derniers siècles ! ( guerre d'empires, guerre de croisades, guerre de religions, guerre d'invasions, guerre de colonisations, guerre de révolutions, guerre de 1870, guerre de 14-18, guerre de 39-45, guerres du Golf, guerre des Balkans, guerre d'Ukraine, et j'en passe, etc... ).

A ce rythme là ce fut une hécatombe de centaines et centaines de millions de morts impossible à chiffrer depuis, il est à croire que si les Humains n'ont encore point disparu de la surface du Globe, c'est qu'il est vrai qu'ils ont une capacité incroyable par rapport à toutes les autres espèces animales vivants ici sur terre, celle à se reproduire prolifiquement  et très rapidement ...

Mais voilà depuis les choses ont bien changés en ce début de XXI ème siècle car avec la "CRISE" que traverse notre civilisation européenne nos concitoyens font de moins en moins d'enfants sachant que leur avenir demain risque d'être bien compromis.

Par contre il n'en est pas de même pour les autres "Peuples" du "Tiers Monde" comme on disait au siècle dernier, ces derniers inconscients du devenir de notre petite planète bleue qui dans peu de temps dépassera les 10 milliards d'individus, continuent à "fabriquer " des flopées d'enfants qu'ils ne pourront ni nourrir, ni soigner ni éduquer chez eux et qui fatalement quitteront leurs terres pour venir trouver chez nous ce qu' ils n'ont pas chez eux.  

Ils arriveront en masse par millions voir par centaines de millions d'individus, soit en rentrant par la force chez nous, ou bien par la ruse (immigrés illégaux, migrants ) soit par la guerre qu'ils nous feront ici !

Avec nos lois laxistes et nos droits de l'Homme, rien ne pourra les arrêter et nous seront submergés par un immense "TSUNAMI" humain !

Tout cela n'est plus de la "fiction" mais bien réelle car cela a bien commencé depuis fort longtemps et se trouve amplifié avec l'arrivée massive de millions de "Migrants" venant des quatre coins du Monde nous envahir ici chez nous en Europe !

Avec l'angélisme et l'inconscience suicidaire de nos édiles ainsi que de nos politiques mondialistes nous sommes voués à subir les affres de cette invasion-colonisation des "Peuples de misère" sans pouvoir réagir fermement contre tout cela.  

Ces nouveaux envahisseurs d'un nouveau genre dont la plupart  sont issus de la religion musulmane ne pourront en aucun cas vouloir s'assimiler à nous car ils n'acceptent pas nos modes de vie et nos traditions incompatibles à leur religion de l'ISLAM.

C'est pourquoi ils ont déclaré la guerre à l'Occident et se servent comme alibi celui du "Terrorisme Islamique" qui s'étant aujourd'hui au monde entier pour nous soumettre à lui, ceux qui disent le contraire, sont des menteurs, des manipulateurs et des traîtres à leur pays !

Nous ne pourrons résister que si l'on a la volonté de faire changer les choses, et de revenir à nos valeurs de "SURVIE" pour arrêter la catastrophe qui est devant nous.

Pour cela nos politiques ne sont pas prêts ou ne le désirent pas car cela n'arrangerait  pas leurs petites affaires, seuls les PEUPLES européens souverains peuvent faire changer les choses et faire basculer les événements en leur faveur.

Cela malheureusement se fera dans la douleur et le sang versé, sans haine ni esprit de vengeance, mais dans celui d'un combat pur et dur contre nos redoutables ennemis "islamistes" qui eux sont sans pitié pour nos vies et celles de nos enfants en nous massacrant un peu plus tous les jours.

Gérard Diaconesco

CJ4Jjv6W8AIN1WO

Posté par POLITIQUE PACA à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

TOUTE L'UNION EUROPÉENNE EST TOUCHÉE GRAVEMENT PAR LE TERRORISME ISLAMIQUE CAR DES MILLIERS DE DJIHADISTES Y SONT RENTRES !

Infiltration terroriste parmi les

migrants et réseau djihadiste

à Milan en Italie du Nord

boulevard-voltaire-cheval-de-troie-e1425517917486

Une centaine " 100 " d’entre d’eux auraient rejoint notre continent italien, mêlés aux migrants, profitant de la désintégration de fait de nos frontières.

ef04e689d0c12790e6b78acb743132e8

SOURCE 
Journaliste

résidant en Italie

131215-daech

C’est ce que semblent confirmer les services secrets libyens, entrés dans Syrte la semaine dernière, libérant la ville de l’État islamique.

Dans l’immeuble du centre des congrès Ouagadougou qui servait de base logistique à Daech, les soldats de l’armée gouvernementale libyenne auraient, en effet, retrouvé plusieurs documents – de la feuille volante manuscrite au file informatique – exposant des plans d’attaques de l’Italie et contenant des noms de djihadistes présents sur son territoire.

Plusieurs dizaines, voire une centaine d’entre d’eux auraient rejoint notre continent, mêlés aux migrants, profitant de la désintégration de fait de nos frontières. Rappelons que ce fut le cas d’au moins trois des terroristes qui ont semé la terreur en France et en Allemagne depuis le 13 novembre dernier.

Ces informations sont prises très au sérieux par Rome, et leur bien-fondé ne semble pas être remis en question puisque y figure Moez Ben Abdelkader Fezzani, alias Abou Nassim, immigré tunisien expulsé en 2012, bien connu des services de police pour avoir été, entre autres, à la tête d’une cellule de recrutement de djihadistes particulièrement active dans le Milanais. Les documents retrouvés confirmeraient que son activité a repris ou n’avait jamais cessé.

L’enquête étant en cours, aucun commentaire officiel n’a été émis. Mais ce silence des autorités peut aussi être interprété comme une tentative de faire l’impasse sur l’incompréhensible laxisme judiciaire dont l’énergumène a pu profiter.

De la Bosnie à l’Afghanistan, des attentats de Bruxelles et du Bardo à l’enlèvement des quatre techniciens italiens en Tripolitaine, du front Al-Nosra au récent État islamique, partout son nom est associé au djihad international. Et malgré un passage par Guantánamo et plusieurs procès pour ses liens avec le terrorisme islamique depuis 1998, il sera constamment acquitté par la justice italienne. La dernière fois en 2012, le tribunal de Milan jugeant nécessaire sa remise en liberté, attendu qu’il n’était « pas un combattant, mais un idéologue » ! C’est grâce à cette sentence qu’il pourra aller gonfler les rangs des milices islamiques au Moyen-Orient puis en Libye.

Les renseignements fournis par Tripoli officialisent ce que nombre d’opposants au chaos migratoire dénoncent depuis le début de la crise, à savoir que le travail des forces de l’ordre est vain sans le rétablissement de nos frontières, puisque à l’heure actuelle, les criminels expulsés peuvent se réintroduire dans nos territoires sans être contrôlés.

Un travail sapé aussi de l’intérieur par la prépotence des juges 1, qui ont élevé les criminels au rang de victimes, érigeant leurs convictions personnelles au-dessus de la sécurité collective.

Notes:

  1. Comme le démontrent l’affaire Abou Nassim mais aussi, en France, les Kouachi, Merah, Coulibal


SOURCE : En savoir plus sur

http://www.bvoltaire.fr/audreydaguanno/infiltration-terroriste-parmi-migrants-reseau-djihadiste-a-milan,277921#rwifZWZ1m2rm3Vwo.99

 

stop-invasione-cover-448x272

 

**********************************************************************************************

ITALIE : villas et hôtels de luxes pour les faux réfugiés !

luxury_lake_garda_spa_and_golf_resorts_arzaga_aerial_view-942

 

En matière d’accueil des clandestins, les faits divers les plus ahurissants se multiplient dans un mélange d’apathie et de colère généralisée. On ne compte plus les révoltes et les dégradations dans les centres d’accueil aux motifs les plus futiles qui soient: logements trop isolés, pas de Wi-Fi ou de télévision dans les chambres, plats livrés durant les heures de ramadan, trop de pâtes dans les menus… italiens (une coopérative pense déjà à embaucher un chef cuisinier spécialisé en menus africains et pakistanais !), etc. Des centres d’hébergement ont, ainsi, été ravagés, et des clandestins responsables des dommages récompensés, se voyant transférés dans des hôtels de luxe comme à Licola Mare, à Varcaturo ou à Messine.

 

villa-d-este-lac-come-14

 

À Gaibanella, petite commune de 1.000 âmes, l’intention de loger une trentaine de « migrants » dans une luxueuse villa dotée de piscine ornée de mosaïques, jacuzzi, zone relax et un parc vert de quatre hectares a déclenché l’ire des citadins, qui ont alors entamé un bras de fer avec les pouvoirs locaux. Une disposition déplacée qui ne verra cependant pas le jour, grâce à la cohésion des habitants qui, secondés par le propriétaire de la demeure historique, opposé à sa transformation en centre d’accueil (si ce n’est en squat), n’ont cessé de protester auprès de l’administration communale, menant plusieurs actions de terrain comme celle d’empêcher l’accès du camion de la coopérative responsable de l’installation à la villa, et se mobilisant à chaque nouvelle étape de l’affaire.

Les bien-pensants crieront à la « jalousie » de ces salauds d’Italiens qui ne supporteraient pas que de pauvres « familles fuyant la guerre » jouissent des petits joyaux de leur patrimoine. 

Un reproche valable… si le mythe de la famille fuyant la guerre tenait encore debout. Or, les statistiques – qui confirment la perception qu’en ont les citoyens, et contredisent l’image qu’en donnent les médias – sont claires et commencent à être connues de tous : 73 % des demandeurs d’asile arrivés en Europe en 2015 sont des hommes, un pourcentage dépassant les 90 % pour des pays tels la Gambie ou le Bangladesh (Eurostat). Et seule une faible part de ceux qui débarquent en Italie proviennent de pays en guerre, comme le démontre le nombre d’attributions du statut de réfugié qui ne dépasse jamais les 10 %, et avoisine plutôt les 3 % ou 5 %.

f514fe3e964c69aa34a8f4a8ef2637adc913ea12 

Un reproche valable… sans le comportement abject des concernés qui, outre les dégradations, multiplient les agressions envers les autochtones.

Ajoutons que cette « crise des migrants » organisée engendre une profonde fracture au sein de la société italienne avec, d’un côté, les classes populaires, délaissées par les pouvoirs publics et subissant crise et austérité de plein fouet, et, de l’autre, les profiteurs qui s’enrichissent du business ainsi créé. Avec l’argent public – un demandeur d’asile coûtant en moyenne 35 euros par jour aux contribuables italiens – ou illégalement, le trafic d’êtres humains étant le plus lucratif après celui de la drogue.

Audrey D' AGUANNO

 

images

 

stop-invasione-cover-448x272

SOURCE : En savoir plus sur

http://www.bvoltaire.fr/audreydaguanno/italie-villas-et-hotels-de-luxe-pour-les-faux-refugies,277352#OD7VBa3eYpBm0oTZ.99

Posté par POLITIQUE PACA à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2016

LES AVATARS D'UNE MÊME FAMILLE DE PRÉDATEURS DE NOTRE HUMANITÉ : COMMUNISME, NAZISME, SOCIALISME, ISLAMISME

COMMUNISME, NAZISME, SOCIALISME, ISLAMISME : LES AVATARS D’UNE MÊME FAMILLE

1176641_abdelhamid-abaaoud-etat-durgence-prolonge-intensification-des-frappes-francaises-en-irak-le-recit-des-evenements-de-la-journee-web-tete-021492749677

Editorial par l’Imprécateur

Share Button

Il est fréquent de lire des articles faisant un rapprochement entre le nazisme et l’islamisme qui ont en effet des points communs. Mais on peut étendre la comparaison à d’autres idéologies comme le communisme et son frère ennemi, mais de sang, le socialisme.

« Il est inutile de tenter le dialogue car on ne discute pas avec les islamistes » écrit Lydia Guirous, porte-parole des Républicains et essayiste dans Valeurs Actuelles. Inutile aussi de tenter de les dé-radicaliser, c’est voué à l’échec à de rares exceptions près. De nombreux exemples actuels montrent ce qu’il en est, il suffit de regarder l’état social des pays où l’islamisme cohabite avec l’islam : Afghanistan avec les talibans, Somalie avec les chebabs, Nigeria avec Boko Haram, Algérie avec le GIA (Groupe Islamique Armé), Egypte avec les Frères musulmans, Palestine avec le Hamas, etc. Les attentats ne cessent jamais, même si les islamistes ont été sévèrement battus comme en Algérie ou en Afghanistan, même si l’Etat fait tout pour les empêcher de nuire comme en Israël.

argenteuil-une

Vu à Argenteuil : « La seule église qui illumine est celle qui brûle »
Aucune réaction des associations antiracistes subventionnées.

2048x1536-fit_incendie-detruit-eglise-mount-zion-caroline-sud-30-juin-2015

On le voit bien avec le « dialogue » très à la mode entre l’Eglise catholique et l’islam. Ce prétendu dialogue plait énormément au gouvernement socialiste qui l’utilise dans sa propagande pour justifier son laxisme avec l’islam. En réalité, l’islam se sert du « dialogue » pour obtenir des avantages comme des salles de prière dans des établissements catholiques, enseignement de l’islam dans les écoles chrétiennes, nourriture hallal pour les élèves des collèges où se trouve des jeunes musulmans, etc. L’Eglise, elle, cherche comment s’adapter à la présence de l’islam et pas du tout à obtenir des contreparties dans des échanges qui seraient équilibrés. Elle ne demande jamais à avoir un enseignement chrétien dans les mosquées, par exemple. Elle est clairement le dindon de la farce.

Le nazisme d’Etat a disparu avec le suicide d’Hitler dans son bunker le 30 avril 1945 et ne survit que dans des groupuscules insignifiants.

Le communisme d’Etat a disparu avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, qui a entrainé l’effondrement de l’URSS. Il ne survit dans son entièreté idéologique, politique et économique qu’en Corée du nord, et politiquement en Chine en cohabitation avec le capitalisme et le libéralisme, ailleurs par des partis croupions, comme en France où, avec ses ennemis trotskistes il sert de caution de gauche au parti socialiste à la veille de chaque élection.

Google ChromeSchermSnapz001

Une affiche du parti socialiste belge vantant l’alliance des ouvriers socialistes et des nazis  pour chasser le capitalisme et le communisme

Le socialisme, partout incapable d’assurer la prospérité et la sécurité des peuples, survit dans des formes politiques bavardes mais inefficaces, la social-démocratie, le social-libéralisme, l’écologie politique et quelques autres de moindre importance comme le radicalisme de gauche.

L’islamisme est au contraire en expansion rapide et gangrène de plus en plus de pays avec la collaboration de nombreux gouvernements tétanisés par sa violence et le poids électoral potentiel des musulmans.

Ces quatre idéologies ont plusieurs points en communs qui permettent de les classer dans une même famille, celle des faiseurs d’un homme nouveau. C’est ce point commun et crucial qui les rend mortifères ou, pour utiliser un mot savant aux racines grecques, « thanatophores », porteuses de mort.

Le communisme voulait créer l’homme parfait vivant en communauté, travaillant pour la communauté dirigée par une équipe réduite de décideurs se cooptant. Les phalanstères du XIXème siècle ; version politico-religieuse écolo-indoue, les ashrams ; plus moderne, le Comité central du parti, avec à son service une administration gigantesque. Les réfractaires étaient soient supprimés (les Ukrainiens par la famine), soit déportés (le Goulag) parfois c’était des peuples entiers (Tatars, Tchéthcènes, Juifs russes), soit, s’il s’agissait d’intellectuels, déclarés fous et enfermés dans des asiles psychiatriques-mouroirs, ou, dans le cas des politiques, exécutés après un procès truqué. Une armée énorme assurait la stabilité du régime et l’ordre communiste. Le communisme : environ 100 millions de morts.

Le national-socialisme, ou nazisme, voulait créer l’aryen socialiste parfait par des croisements génétiques et l’élimination de toutes les races « inférieures ». Mêmes procédés : exécutions, déportations, stérilisations, génocide des Juifs et des Roms, camps d’extermination, etc. L’armée, énorme elle aussi, assurant l’exécution du programme de purification de la race. Le nazisme : environ quarante millions de morts.

Le socialisme veut créer le socialiste multi-ethnique parfait, obéissant à des « valeurs » (changeantes au fil du temps et rarement définies). L’élimination des opposants ne se fait qu’exceptionnellement par la mort, la suppression de la peine de mort étant l’une des valeurs du socialisme. Mais le socialisme a d’autres moyens d’éliminer ses opposants : en les appauvrissant, en les « tuant » professionnellement ou socialement, en les salissant par l’usage de mots comme fasciste, réactionnaire, bourgeois, complotiste… Le socialisme politique et économique aboutit sans exception à la misère du peuple et à son découragement et produit fréquemment une diminution de l’espérance de vie. Excepté pour la nomenklatura et la bourgeoisie socialistes. Cela revient à terme à faire mourir prématurément des millions de gens, ce qui est au bout du compte plus lent mais tout aussi efficace que de les tuer tout de suite. Plusieurs pays d’Afrique se disant socialistes sont dans cette situation, le Venezuela y arrive. Généralement, le socialisme réussit à survivre à son échec en s’abâtardissant : reste le socialisme politique et l’idéologie, mais il revient à l’économie de marché, au capitalisme et au libéralisme comme en témoignent des cas récents : Suède, Danemark, etc.

image008

L’islamisme veut créer le musulman parfait, salafiste, c’est à dire vivant l’islam des origines tel que le décrit le prophète dans le Coran : pieux, machiste et guerrier. Il tolère la survie de ceux qui acceptent de se soumettre (islam = soumission) dans une situation de semi-esclavage, et de payer pour survivre dans une situation d’humains au statut social inférieur, les « dhimis ». L’islamisme veut exterminer tous les autres pour que ne restent sur Terre que les musulmans parfaits et riches, ainsi que leurs esclaves et leurs semi-esclaves, les dhimis. Depuis le VIIème siècle, l’islam a tué des dizaines de millions d’hommes dont environ 17 millions d’esclaves noirs et deux millions d’esclaves blancs, souvent émasculés pour qu’ils ne puissent avoir d’enfants.

Il y a d’autres points de ressemblance entre les quatre idéologies mortifères :

Chaque fois, une race de seigneurs richissimes (même chez les socialistes) domine un peuple misérable, écrasé d’impôts.

Chaque fois, elles ne tiennent que par la force armée et une police politique et-ou religieuse, et tuent la démocratie en imposant la façon politiquement et-ou religieusement correcte de penser.

Chaque fois, elles ne respectent pas leurs promesses de paix ou de « vivre ensemble »; elles ne les tiennent que le temps qui les arrange. Dès que ces quatre idéologies n’y trouvent plus leur intérêt, c’est-à-dire dès quelles sont suffisamment fortes, elles les rompent. C’est Hollande qui promet de baisser les impôts ou de rétablir la sécurité publique quand le peuple gronde un peu fort, mais revient à ses pratiques oppressives, liberticides et confiscatoires dès qu’il remonte un peu dans les sondages ; ce sont les communistes et les nazis qui s’accordent de 1939 à 1941 quand cela leur permet de chasser en bande pour s’approprier des territoires de l’Europe et se les partager, comme la Pologne ; ce sont les musulmans qui sont tolérants, conviviaux et pacifiques quand ils sont minoritaires ou opprimés par un pouvoir colonial, mais redeviennent tueurs dès qu’ils le peuvent parce que leur livre saint et leur dieu le leur ordonnent.

Chaque fois, elles accusent les autres, et notamment leur opposition, des crimes qu’elles commettent. Juifs, capitalistes, journalistes, religieux, intellectuels… peu importe, l’ennemi a toujours tort. Avec l’islam, cela prend des proportions ahurissantes. Libération vient d’en donner un exemple saisissant de stupidité et de malhonnêteté dans un article intitulé Actes islamophobes en France depuis le 14 juillet (2016). Une vingtaine au total et d’une gravité inouïe, jugez-en : des lardons dans la boite aux lettres d’une mosquée ; une tête de cochon ; un paroissien qui, intrigué par le comportement d’un franco-marocain dans une église, a téléphoné à la gendarmerie ; des jeunes qui ont écrasé, en voulant l’examiner, le gâteau qu’une musulmane voilée transportait dans un carton, pensant qu’il s’agissait peut-être d’explosifs ; un promeneur qui, sur la Promenade des Anglais, a osé dire à un musulman que l’islam n’était pas compatible avec la République ; des tags… et un musulman bousculé à Rouen sans conséquence physique autre que la peur et la vexation qu’il en a ressenti, le lendemain de l’égorgement du prêtre.

images-1images

Libération a toujours vu clair pour dénoncer les crimes de ses amis !

Pas un mot sur les 194 attaques islamiques commises pendant la même période (juillet 2016) dans 24 pays et qui ont fait 1 671 morts et plus de 5 000 blessés.

Principalement des musulmans c’est vrai, ce qui démontre que la haine des autres et l’islamophobie sont solidement implantées dans l’islam lui même. En oubliant aussi de mentionner les plus de 30.000 attentats commis au nom de l’islam depuis 2001 en quinze ans, soit 2.000 par an en moyenne, 6 par jour, avec chaque fois des morts.

Mais tous ces crimes sont imputés à l’Occident qui opprimerait économiquement et socialement les musulmans (mais alors pourquoi viennent-ils s’y réfugier ?) et les a colonisés pendant quelques décennies au début du siècle dernier.

Encore un point commun, pour terminer sur une note d’espoir : deux de ces quatre idéologies mortifères ont disparu (le nazisme et le communisme), une est moribonde (le socialisme), seul l’islam est en voie de retour, mais gangrené par l’islamisme qui pourrait bien le faire imploser prochainement.

L’Imprécateur

Posté par POLITIQUE PACA à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2016

L'ARMEE AU POUVOIR POUR REMETTRE DE L'ORDRE DANS LA MAISON FRANCE ?

Les généraux se rebellent ! En avant, marche !

armee-1000x660

 

Jean-Pierre Fabre-Bernadac a analysé, la lettre ouverte que trois généraux (en deuxième section), et non des moindres, avaient envoyée au président de la République, leur supérieur hiérarchique, démontrant ainsi que la grande muette n’avait plus peur d’exprimer ce qu’elle ressent.

Mais cette lettre ouverte n’est que le dernier maillon d’une fronde commencée très tôt sous le mandat de François Hollande. Rappelons-nous, en juin 2013. Le général Dary, qui venait de quitter le poste de Gouverneur militaire de Paris, rejoint La Manif pour tous pour en diriger la logistique. Il accuse le gouvernement de truquer les chiffres, voire d’effacer sur les photos aériennes des milliers de participants. Pratiquement en même temps, en juin 2013, un blogueur spécialiste des questions de défense, Jean-Dominique Merchet, va imaginer dans la revue Arsenal que des généraux aussi importants que le sont Dary, Villiers et Benoît Puga, chef d’état-major particulier du Président, pourraient très bien avoir des idées de putsch. Un fantasme, certes, mais qui reflétait le malaise de nombreux officiers dont nombre d’entre eux avaient défilé contre le mariage gay.

Toujours est-il qu’un an plus tard, ce sont les quatre chefs d’état-major des armées qui menacent de démissionner si le Président ne revient pas sur sa décision de couper le budget de la Défense de 6 milliards d’euros sur trois ans. Une menace sans précédent ! Ces 4 cinq-étoiles étaient Pierre de Villiers, frère du créateur du Puy du Fou, chef d’état-major des armées, Bertrand Ract-Madoux, chef d’état-major de l’armée de Terre, l’amiral Bernard Rogel, patron de la Marine, et Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air. La démission de ces quatre hommes aurait été irréversible si Hollande n’avait pas cédé à leurs revendications légitimes. Bercy voulait brader la Défense alors que la France n’a jamais eu autant besoin de financer son armée, ses hommes et un matériel qui arrive à bout de souffle. Une vingtaine d’autres officiers généraux occupant les plus hautes fonctions dans les trois armées étaient prêts à emboîter le pas de leurs grands patrons. C’est peu si l’on sait que la France compte 663 généraux d’active, mais on peut supposer que cette action aurait fait boule de neige à travers nos casernes.

On se souvient aussi du général Bertrand Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie nationale, qui a longuement protesté contre le laxisme du gouvernement, avec chiffres à l’appui, devant la commission parlementaire de lutte contre l’insécurité. C’était en décembre 2013. Six mois plus tard, il était mis dans un beau placard qui le voyait propulser à la tête de la gendarmerie de l’outre-mer !

Les écrits pertinents du général Antoine Martinez envahissent régulièrement la Toile pour dénoncer les abus de l’idéologie multiculturelle et la faiblesse du gouvernement actuel.

Le général Didier Tauzin, lui, a carrément pris la décision de faire acte de candidature à l’Élysée. Fin février, il a publié son programme sous forme d’un petit livre de 120 pages – Rebâtir la France – et au cours de ses différentes interventions à la presse, il n’hésite pas à déclarer que « François Hollande est indigne de diriger la France », que le régime est à l’agonie et que la guerre religieuse nous menace.

Voilà donc plus qu’un quarteron d’officiers généraux qui, rassemblés, devraient mettre le pouvoir actuel en difficulté. Le Président ne devrait pas oublier que ces généraux rebelles ne sont pas seuls. Ils sont 5.500 officiers généraux, certes en retraite, mais qui sont maintenus en activité par le biais de leur statut dit de 2e section. Cela fait beaucoup de monde potentiellement prêt à se rebeller…

**********************************************************************************************

Armée : pour 5500 officiers généraux rebelles « Hollande est indigne de diriger la France »

De Mike Borowski, Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

. Société

28 avril 2016

éditorial de Mike Borowski

Rédacteur en Chef de La Gauche M’a Tuer

499818-high-ranking-officers-of-french-army-salute-during-the-traditional-bastille-day-military-parade-in-p

La République est morte ou en passe de mourir bientôt c’est inéluctable c’est en réalité le destin qui dès sa naissance lui était destinée. La France n’est pas républicaine, elle ne l’a jamais été. Elle a été forgée par la religion catholique avec la conversion du Roi des Francs Clovis mais aussi par des régimes personnels et autoritaires qu’ils soient en effet sous le signe de la monarchie absolu ou de l’Empire. C’est comme ça, c’est notre passé, il est ainsi et ne peut être changé.

Quand des siècles durant on façonne un esprit sur un modèle légitime mais surtout dominant, il est impossible de revenir à un pli parlementaire, ou de partis politiques. Les Français ont de tout temps laissé leur destinée mais aussi la direction de la nation à un homme devant être toujours plus grand que les autres, c’est dans ces périodes que la France a atteint le subliminal, la grandeur qu’aucun autre pays, et j’insiste là-dessus n’a jamais rêvé atteindre. Ce sont les épopées de nos souverains qui ont créé l’imaginaire bien réel Français, cet imaginaire que le monde nous envie. La France possédant en son sein de vrais héros, ayant vraiment existé, au contraire des anglo-saxons devant les fabriquer par l’industrie hollywoodienne. Charlemagne, Charles Martel, Louis XIV, Napoleon pour ne citer que les plus connus ont sous l’étendard national conquis le monde. Ce n’était pas des Rambo, Batman, Superman, et autres Expendables de pacotilles inventés par les scénaristes de studios de la Paramount ou d’Universal.

Ces moments Français certes toujours très courts au regard de l’histoire du monde, ne l’ont jamais été sous une quelconque République et cela depuis 1789 et la Révolution. La 1ère République s’effondrant avec la prise de pouvoir napoléonienne, la 2ème avec le coup d’Etat du 2 décembre 1851, la 3ème par la débâcle en 40, la 4ème par la guerre d’Algérie. Toutes ont été éphémères et ont buté sur la réalité Française rejetant ces pouvoirs viciés et souvent corrompus. La République n’a jamais prouvé dans la durée et dans les faits sont utilité, sans esprit partisan je constate qu’au contraire de la royauté elle ne laissera aucun legs significatif. Ainsi ce qui fonctionne aujourd’hui chez nous vient de l’héritage ancien de ceux dont la République veut tourner le dos. Sa culture, son administration, ses bâtiments, son éducation élitiste, même ses territoires d’Outres Mers sont des héritages d’autres et non des acquisitions ou des édifications républicaines, c’est un fait et il est têtu.

L’obligation est par conséquent de revenir à ce qui faisait que la France était encore la France, à revenir à de l’autorité et l’ordre. La situation n’étant plus tenable, le risque de dissolution Française étant important. Et c’est en lisant un article du mois dernier sur Boulevard Voltaire que j’apprends ce jour que près de 5500 officiers généraux sentant que l’armée devait cesser d’être la grande muette pensaient à une rébellion contre le régime Hollandais.

Mais grand Dieu, que cela se passe ! Aujourd’hui tant que la providence n’aura pas permis un pouvoir personnel d’émerger, seule l’armée aura la légitimité afin de renverser ce qui est l’hérésie républicaine. Je n’incrimine pas seulement Hollande, qui dans le fond n’est qu’un pauvre mec devant faire plaisir à toutes les sensibilités de sa majorité pour la plupart venant des rangs de l’anti-France, mais l’ensemble du système politique actuel. Aucun futur président élu ne pourra changer le marasme auquel nous sommes embourbés, pour une raison fort simple, puisque les institutions dont le candidat élu prendra la tête ne le permettent pas. Les pouvoirs et les corps intermédiaires étant dissociés, le jeu politique obligera à un compromis empêchant toute forme d’avancée aussi minime soit-elle. Parce que chacun dans les hémicycles, dans les collectivités, les administrations, les assemblées générales, a son mot à dire, sa petite revendication ou sa force de blocage ou de nuisance, il est impossible pour un représentant élu forcément légitimistes d’avancer dans une direction en accord avec l’intérêt de la France.

L’armée seule peut le faire, évidemment pas dans le cadre d’une campagne électorale, mais d’un putsch militaire. Elle en a les moyens humains, et la légitimité du peuple, puisqu’elle seule a ce crédit nécessaire. Je l’ai écrit il y a quelques temps de cela, et suis convaincu de cette pertinence. Mais les grands officiers iront-ils jusqu’au bout ? Là est la question.

En savoir plus sur :

http://lagauchematuer.fr/2016/04/28/armee-pour-5500-officiers-generaux-rebelles-hollande-est-indigne-de-diriger-la-france/#wZ0s4RiJzPTTqYqV.99

2009_10_18_legion_etrangere_pionniers

Posté par POLITIQUE PACA à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2016

Signature officielle de la convention entre le Conseil 06 et l'Association Française des Victimes du Terrorisme le 12 Août 2016

Présentation du bilan des actions du Département 06 en soutien aux victimes de l'attentat de Nice

P1140283

111668071

Invitation Presse


Dans le cadre de la signature officielle de la convention entre le Conseil départemental et l’Association Française
des Victimes du Terrorisme,
Présentation du bilan des actions du Département des
Alpes-Maritimes en soutien aux victimes de l’attentat de Nice
Vendredi 12 août 2016 à 15 heures
Palais des rois Sardes - Nice


Vendredi 12 août à 15 heures, MM. Eric Ciotti, Député, Président du Département des Alpes-Maritimes et Guillaume Denoix de Saint Marc, Fondateur et Directeur Général de l’Association Française des victimes du Terrorisme procèderont à la signature officielle de la convention attribuant une subvention de 100 000 euros pour soutenir les victimes de l’attentat survenu le 14 juillet dernier sur la Promenade des Anglais, à Nice. Eric Ciotti présentera également le bilan d’étape du plan départemental déployé pour les victimes.


Le 14 juillet 2016, le terrorisme islamiste a frappé Nice, les Alpes-Maritimes et la France en plein coeur, assassinant lâchement 85 personnes, et en blessant plus de 430 sans compter tous les rescapés en état de choc, les familles et les proches endeuillés. Devant cette tragédie, le Département est aussitôt intervenu auprès des victimes, meurtries dans leur chair et dans leur âme, en mobilisant ses équipes médico-sociales. Conscient du risque de profondes séquelles psychologiques chez les témoins, notamment les plus jeunes. Le Département a déployé un plan d’actions rapide, coordonné et ambitieux pour accompagner et répondre aux besoins de toutes les victimes, directes et collatérales.


Il s’articule autour de deux axes :
- dispositifs d’écoute et d’accompagnement des familles, notamment avec l’appui de
l’Association Française des Victimes du Terrorisme
- d’un soutien financier aux enfants ayant perdu un parent lors de l’attentat.


Plus que jamais, la solidarité est un impératif qui aide à soulager les détresses. Dans cette mission qu’il incarne au quotidien et qui prend désormais une nouvelle dimension, le Département intensifie son engagement au service des habitants de notre territoire.

Eric CIOTTI

Député des Alpes-Maritimes

Président du Conseil Général 06

ec-le-figaro-620x348

 

**********************************************************************************************

Dans le cadre de la signaure officielle de la convention entre le Conseil départemental et l'Association Française des victimes du Terrorisme,

PRESENTATION DU BILAN DES ACTIONS DU DEPARTEMENT DES ALPES-MARITIMES EN SOUTIEN UX VICTIMES DE L'ATTENTAT DE NICE LE 12 AOÛT 2016 AU PALAIS SARDE DE NICE

 

CpqfxS_WIAAqgtX

 

Discours du Président du Conseil Général 06 Eric CIOTTI

" Le Département pleinement mobilisé suite à la tragédie de Nice

Le 14 juillet 2016, le terrorisme islamique a frappé Nice, les Alpes-Maritimes et la France en plein coeur, assassinant plusieurs dizaines d'hommes, de femmes, de femmes et d'enfants (85 morts), sans compter tous les blessés (430 blessés), les rescapés en état de choc, les familles et les proches endeuillés.

Le bilan humain, déjà effroyable, s'est encore alourdi la semaine dernière, le 4 août, avec un 85e décès.

Aujourd'hui, toutes nos pensées vont aux victimes de la barbarie ; à celles et ceux qui ont perdu la vie sur la Promenade des Anglais, mais aussi prêtre égorgé et aux fidèles pris en otage à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet, et plus largement aux 236 personnes tuées en France depuis les attentats de janvier 2015 à Paris.

J'ai aussi une pensée particulière pour l'ensemble des Azuréens qui ont eu à souffrir de terribles épreuves liées à des attentats ces dernières années :

- l'odieux assassinat d'Hervé GOURDEL le 23 septembre 2014 tué en Kabylie (Algérie) ;

- l'agression de 3 militaires sur la place Masséna le 3 février 2015;

- la présence d'une Tropézienne parmi les victimes et d'un couple du 06 parmi les blessés de l'attentat du BATACLAN le 13 novembre 2015 à Paris;

- la mort de 2 Marapins lors de l'attaque de la station balnéaire de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire le 13 mars 2016.

Face à la tragédie de Nice, le Département des Alpes-Maritimes est aussitôt intervenu auprès des victimes, meurtries dans leur chair et dans leur âme. Dès la nuit de l'attentat, , la Maison du Département de Nice a accueilli les victimes. Nos équipes médico-sociales ont également assuré des permanences de soutien et d'écoute au CUM et à la Maison d'aide aux victimes rue Gubernatis.

Pour accompagner les familles sur la drée, et conscient du risque de profondes séquelles psychologiques chez les témoins, notamment les plus jeunes, nous avons par la suite élaboré un plan départemental destiné à répondre aux besoins de toutes les victimes, directes et collatérales. Présenté le 22 juillet, celui-ci comprend de nombreuses mesures.

Soutien matériel :

- aux enfants ayant perdu un parent lors de l'attentat, désormais pupilles du département ( via une allocation mensuelle de 500 euro au détenteur de l'autorité parentale, jusquà la majorité de l'enfant );

aux enfants blessés, pour faire face aux besoins qui ne seraient pas couverts par les fonds de garantie des victimes d'attentat.

Prise en charge des séquelles pour les familles et les enfants témoins :

- Avec une cellule d'écoute et d'accompagnement installée a la MDD de Nice et au centre de PMI de Saint-Hélène;

- Avec des groupes de parole et d'écoute à l'Ecole des parents de Nice ( et du Cannet à partir de septembre), en partenariat avec l'UNICEF:

- Avec une unité de psychologues spécialisés, formés à la gestion des situations post-traumatiques;

- Avec des campagnes d'information et de sensibilisation sur les troubles rencontrés chez les mineurs concernés, en direction des professionnels de l'enfance et de la petite enfance.

 

Par ailleurs, le Département 06 s'associera financièrement à la réalisation d'un mémorial d'hommage aux victimes, en lien avec la Ville de Nice.

Ce plan départemental a d'ores-et-déjà permis de soutenir 182 familles :

- 84 familles grâce à la cellule d'écoute et d'accompagnement ( 66 à la MDD de Nice centre, 18 au centre de PMI de Saint-Hélène );

- 70 familles venues dans d'autres PMI et au Carrefour santé jeunes;

- 28 familles ayant participé aux 2 premiers groupes de parole à l'Ecole des parents de Nice (9 le 28 juillet et 19 le 4 août).

Le recrutement de 6 psychologues vacataires devrait prochainement intervenir. La campagne de formation des personnes à la gestion des troubles post-traumatiques sera, quant à elle, lancée à la rentrée.

Le Département et l'AFVT unis pour venir en aide aux victimes de l'attentat du 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais

Dans le cadre de ce plan, nous signons aujourd'hui une convention avec l'Association française des victimes du terrorisme ( AFVT) , qui favorise le travail de guérison, de reconnaissance, de deuil et de mémoire dans la dignité et le respect, tout en luttant contre la barbarie et la banalisation de la violence.

Créée en février 2009 par Guillaume DENOIX DE SAINT MARC, dont le père faisait partie des 170 passagers et membres d'équipage du DC10 d'UTA qui a explosé au-dessus du désert du Ténéré le 19 septembre 1989, et présidée par Danièle KLEIN, qui a perdu son frère lors de ce même attentat, cette association suit aujourd'hui plus de 2.500 dossiers de victimes directes ou indirectes, françaises ou liées à un événement survenu sur le sol français.

Elle a trouvé en mai 2016 un relais à Nice, en la personne de Françoise ASSUS-JUTTNER, une de ses membres. Cela répondait à sa volonté de développer un ancrage local, notamment à destination des Azuréens dont beaucoup ont eu à souffrir du fléau terroriste ces dernières années.

Suite à l'attentat de Nice, une ligne téléphonique a été ouverte 24h sur 24h dès le 15 juillet, et l'équipe parisienne de l'AFVT s'est déplacée pour contribuer à l'accueil des victimes, prodiguant des conseils juridiques et un soutien psychologique. Elle a bénéficié, pour cela, des locaux de la Maison du Judaïsme.

Depuis le 26 juillet, l'AFVT oeuvre également au travers de la permanence qu'elle tient à la Maison du Département de Nice centre . 25 entretiens ont déjà permis d'accompagner 18 personnes.

Plus que jamais, la solidarité est un impératif qui aide à soulager les détresses. Dans cette mission qu'il incarne au quotidien et qui prend désormais une nouvelle dimension, le Département a souhaité fédérer toutes les énergies au contact des réalités du terrain.

C'est pourquoi nous avons décidé, lors de l'Assemblée départementale du 22 juillet, d'octroyer 100.000 euros à l'AFVT pour la conforter dans sa mission d'aide aux victimes de l'attentat de Nice. Je remercie l'AFVT dont l'engagement, les ressources et l'expérience forment de précieux atouts dans les moments difficiles que nous traversons.

Au-delà, le Département est en contact étroit avec les associations qui apportent leurs compétences au territoire pour faire face collectivement à ce drame d'une ampleur inégalée.

Je pense à l'association MONJOYE, qui est chargée du guichet unique et avec laquelle notre collectivité travaille déjà au quotidien dans le domaine de l'enfance. Le Conseil départemental apportera son soutien pour permettre dans à MONJOYE d'effectuer ses missions dans les meilleures conditions possibles ( par un vote prochain d'une subvention de 10.000 Euros ).

Je pense aussi bien-sûr à la Fédéraion nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (FENVAC), qui regroupe de nombreuses associations d'aide aux victimes.

Le travail d'accompagnement de toutes les victimes devra se faire dans la durée, de manière large, avec l'ensemble de ces partenaires. "

Tous les moyens mobilisés suite à l'attentat de Nice et pour lutter contre les fléaux de la radicalisation et du terrorisme  

 

UNE RECONNAISSANCE DE TOUTES LES VICTIMES

Outre le plan départemental, j'ai interpellé le Premier Ministre pour lui demander que soit accordé le statut de victimes à toutes les personnes présentes sur la Promenade des Anglais et affectées par cet acte terroriste.

J'estime en effet indispensable que soient reconnues comme victimes toutes les personnes témoins de l'horreur et qui en conserveront des séquelles, même si elles sont indemes physiquement. Les blessés physiques comme psychologiques, ainsi que leurs ayants droit, doivent ainsi pouvoir accéder à une juste indemnisation des préjudices subis.

Par courrier du 28 juillet 2016, Manuel VALLS m'assuré que " le gouvernement s'engage à permettre à l'intégrité des personnes qui ont été atteintes de recevoir une offre correspondant à leurs besoins".

Si j'observe la prise en charge des victimes directes, je regrette la non prise en compte des nombreux témoins présents sur les lieux, parmi lesquels un grand nombre d'enfants, qui resteront durablement meurtris.

En ces circontances, je réitère ma demande quant à la prise en charge de l'ensemble des rescapés, qui doivent pouvoir compter sur le soutien sans faille de l'Etat.

 

UN PLAN DE RELANCE TOURISTIQUE

A travers cet odieux attentat, le terrorisme islamique s'est attaqué au rayonnement de notre territoire, en choisissant le lieu emblématique de la Promenade des Anglais. Ainsi, malheureusement, la crainte suscitée par cette tragédie porte un coup certain à l'activité éconnomique et touristique du département.

C'est pourquoi le Département s'est aussitôt mobilisé pour valoriser la destination Côte d'Azur et relancer l'activité, en lien avec le CRT dont il est le principal financeur (2.65 Millions d'euros en 2016 soit 66%).

Dans ce cadre, le CRT a souhaité fédérer l'ensemble des acteurs concernés en constituant la cellule de crise Tourisme Côte d'Azur. Celle-ci s'est réunie dès le 26 juillet pour déployer une stratégie de promotion de notre territoire à destination des professionnels , des touristes, des habitants et des grands relais d'opinion (médias, célébrités, réseaux ... ).

Le Département s'est engagé à financer ce plan pour moitié, soit 500.000 euros sur le coût global de 1 million d'euros. Les actions ont été présentées ce matin.

 

UN ARSENAL LEGISLATIF RENFORCE 

La FRANCE doit offrir une République ferme, dotée d'armes adaptées à la GUERRE impitoyable contre le terrorisme. Elle doit protéger nos concitoyens en prenant des dispositions exceptionnelles : 

- Assignation ç résidence (12h sur 24) des individus figurant dans le fichier des signalés pour radicalisation (?);

- Expulsion immédiate de tous les étrangers radicalisés.(?)

Par-delà ces leviers applicables immédiatement dans le cadre de l'Etat d'Urgence, je souhaite que d'autres mesures de précaution soient adoptées :

- Création de Centres de Rétention Administrative pour les individus radicalisés ne pouvant être expulsés ( car de nationalité française ) ;

- Rétention de sûreté pour éviter la sortie de prison, à l'issue de la peine, d'individus condamnés pour faits de terrorisme (?);

- impossibilté d'un transfèrement administratif dans son intérêt exclusif d'un prisonnier poursuivi pour faits de terrorisme (pour éviter la reproduction du cas récent d'un individu fiché S incarcéré à la prison de Boug-en-Bresse au milieu de détenus de Droit commun).

Dans un contexe de risque maximum, j'encourage également notrepays à coopérer plus étroitement avec ISRAËL, confronté depuis de longues années au risque d'attentats, pour affronter efficacement le TERRORISME ISLAMIQUE.

Je reviens moi-même d'un voyage en ISRAËL où j'ai pu mesurer l'ampleur des dispositifs de protection déployés à tous les niveaux :

- sécurisation des lieux et bâtiments publics;

- vigilence accrue lors d'événements d'envergure;

- coordination parfaite des services de renseignements et des forces de l'ordre;

- unités militaires spécialisées;

- sensibilisation et implication de la population ...

 

UNE EDUCATION DES JEUNES

C'est la vocation de 2 plans successivement adoptés par le Département.

Le Plan de lutte contre la radicalisation des jeunes, le premier lancé par une collectivité française, le 19 février 2015. Il s'articule autour de différents axes :

- Adaptation des mesures éducatives de protection de l'enfance ( mesure d'urgence éducative, contrat d'accompagnement parental renforcé avec mentorat );

- Spécialisation de l'ADRET dans le suivi des situations de radicalisation, grâce à des personnels dédiés;

- Formation et information des travailleurs sociaux et des familles pour détecter les risques;

- Charte de respect de la laïcité dans toutes les structures départementales recevant du Public.

Le Plan d'actions pour le respect des valeurs républicaines et citoyennes auprès des jeunes, adopté le 6 novembre 2015. Il insiste natamment sur le travail de mémoire, rempart contre l'intolérance et la haine, avec :

La poursuite des Voyages de la méoire à AUSCHWITZ-BIRKENAU, qui ont permis, depuis fin 2003, à près de 13.000 élèves d'affronter la réalité des camps pour devenir des ambassadeurs de la paix;

- Un réseau de "passeurs de mémoire" faisant intervenir des anciens combattants, résistants, déportés, enfant cachés, descendants de JUSTES parmi les NATIONS, auprès des adolescents azuréens;

Des ateliers pédagogiques dans les collèges, en lien avec le Mémorial de la SHOAH;

- Un fond documentaire numérique, " De la lumière à l'ombre. Vivre et résister dans les Alpes-Maritimes dans la crainte de la déportation ";

- Le prix GOTTLIEB qui récompense les meilleures restitutions d'élèves dans le cadre des Voyages de la mémoire. 

1 er prix remis le 17 juin 2016 au collège du Mont Saint-Jean d'Antibes, dont j'ai accueilli les 20 élèves lauréats à l'Assemblée Nationale le 29 juin avant qu'ils ne se rendent au Mémorial de la SHOAH.

Eric CIOTTI

Député et Président du Département des Alpes-Maritimes

**********************************************************************************************

QUELQUES PHOTOS DE L'AGENCE INTERNATIONALE DE PRESSE DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS - 12.08.2016 - NICE

P1140257

P1140259

P1140260

P1140261

P1140266

P1140270

P1140275

P1140282

P1140288

P1140294

P1140301

P1140302

P1140305

P1140313

P1140316

P1140325

P1140326

P1140330

P1140331

P1140333

P1140334

P1140341

P1140343

 Photos Presse internationale Gérard Diaconesco - C. Copyrights - 12.08.2016 - Nice - 

**********************************************************************************************

 

Eric Ciotti : « La France doit rester la France »

 

 

ERIC CIOTTI (UMP), AU TALK ORANGE-LE FIGARO

 

Interview d’Eric Ciotti accordée au Figaro

INTERVIEW – Soutien de Nicolas Sarkozy, le député les Républicains des Alpes-Maritimes vient de rentrer d’un déplacement en Israël. Accompagné de son collègue de l’Yonne Guillaume Larrivé, il a étudié les mesures en vigueur contre les terroristes et les attentats.

 

LE FIGARO. – Quels dispositifs mis en place en Israël souhaiteriez-vous voir appliqués en France?

Eric Ciotti. – Israël est un pays qui vit avec le terrorisme depuis sa création et a réussi à limiter la menace. On pourrait utilement s’en inspirer. Je pense à l’unification des services du renseignement intérieur ; à la mobilisation massive des moyens humains et technologiques. Israël connaît une mobilisation citoyenne exemplaire contre le terrorisme et une adhésion forte aux valeurs nationales. Je souhaite qu’en France on rétablisse le service national. Troisième élément: des outils juridiques moins naïfs, notamment, la rétention administrative de ceux qui présentent une menace.

 

Que répondez-vous au ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, qui estime que cela va à l’encontre de la Constitution et de la présomption d’innocence?

Ne nous abritons pas derrière ce type d’arguments. La loi, c’est le législateur qui la fait. La Constitution, c’est le constituant qui l’écrit. Et en dernier recours, le peuple est constituant. Nous avons au cours des siècles fait évoluer notre droit et nous l’avons adapté à la menace. On fait parler le Conseil constitutionnel sans l’avoir saisi et en considérant que rien ne doit changer. Je ne partage pas cette culture de l’impuissance et du fatalisme.

 

Nicolas Sarkozy considère que l’État de droit, la législation, la Constitution peuvent évoluer. Dans quelles limites?

Nous devons trouver le meilleur équilibre entre liberté et nécessités de protection. Garantir les libertés individuelles ne doit jamais conduire à protéger les terroristes. Aujourd’hui, nous sommes en situation de déséquilibre, assurer d’abord les droits des terroristes fragilise notre nation tout entière!

 

Pourquoi remettre en cause le droit du sol dans le processus d’acquisition de la nationalité?

La France est le pays occidental le plus frappé par le terrorisme parce qu’en plus de la menace extérieure, nous sommes confrontés à une menace intérieure. Elle s’incarne dans des jeunes qui ont très souvent le même profil: des musulmans radicalisés issus de l’immigration, délinquants de droit commun, habitant pour la plupart dans les banlieues et nourrissant une haine de la France. C’est la conséquence de l’échec total de notre modèle d’intégration et d’acquisition de la nationalité. Nous devons arrêter de brader la nationalité française. C’est pourquoi je plaide en faveur d’une restriction du droit du sol aux seuls enfants de ressortissants européens. Nicolas Sarkozy a eu le courage d’ouvrir ce débat essentiel.

 

Refuser la nationalité française à un jeune qui devient majeur ou mettre en œuvre la déchéance de nationalité empêcherait-il le passage à l’acte?

L’efficacité de telles mesures ne s’inscrit pas dans le court terme. Mais si on veut éviter dans les années à venir de tragiques déboires, il faut refonder un modèle national et inculquer aux jeunes l’amour de la France. Je considère donc qu’il faut revoir fondamentalement notre politique d’immigration puisque nous n’avons plus la capacité d’intégrer des centaines de milliers de personnes étrangères à notre culture. En 2015, 220.000 personnes sont entrées légalement en France et 90.000 titres de séjours ont été distribués par le biais de l’immigration familiale. Et je ne parle pas de l’immigration illégale! Il faut absolument restreindre cette vague migratoire. Je propose de suspendre le regroupement familial dans ce contexte de menace terroriste.

 

Ces questions seront-elles centrales durant la primaire?

Oui. Les Français choisiront celui qui les protégera le mieux. Pour cela, nous avons besoin d’un chef de guerre qui a le courage de bouleverser toutes nos habitudes et de briser les conservatismes et le politiquement correct. Demain, il faudra réarmer notre pays au plan militaire, sécuritaire mais aussi moral. Nicolas Sarkozy est le seul qui dispose des qualités indispensables pour restaurer l’autorité républicaine et veiller à ce que la France reste la France. Certains, comme Manuel Valls, considèrent naïvement que la réponse au terrorisme passe par plus de religion. Je considère pour ma part qu’il faut plus de République et plus de laïcité. Nicolas Sarkozy porte cette exigence. Comme lui, je défends la neutralité des comportements religieux en entreprise mais aussi pour les usagers du service public. Le voile notamment ne doit plus avoir sa place à l’université ou à l’hôpital.

 

Considérez-vous qu’Alain Juppé fait preuve de naïveté sur ces questions?

Sûrement pas, mais j’ai une divergence avec lui dans l’analyse. Il considère que notre modèle de société peut être conservé au prix de quelques amendements. Je considère pour ma part qu’il est nécessaire de changer de cap et de cadre. Il faut ainsi mettre un coup d’arrêt aux conquêtes de l’islamisme politique sur notre territoire. Il faut donc renoncer à tous les accommodements, petits ou grands, qui ont remis en cause notre modèle républicain. Je ne partage pas l’approche d’une identité heureuse qui en filigrane accréditerait l’idée d’une France multiculturelle. Ce n’est pas le propos d’Alain Juppé, mais derrière cette approche, ce danger guette. Face à cette menace, la main ne peut trembler.

 

Vous avez été un soutien de François Fillon après 2012. Pourquoi avoir changé de champion?

J’ai du respect et de l’amitié pour François Fillon. Il a été un premier ministre efficace. Mais en conscience, face à la gravité de la situation du pays, pour moi c’est Nicolas Sarkozy qui dispose de la meilleure vision et de la force nécessaire pour redresser la France. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Garat

 

**********************************************************************************************

ATTENTAT À NICE : L’ANTENNE DE L’AFVT.ORG À NICE EST ACTIVÉE

Attentat à Nice : l’antenne de l’AfVT.org à Nice est activée

L’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT.org) vient d’activer son équipe VIVA à Nice. Pour toute demande relative à l’attentat survenu la veille au soir, sur la Promenade des Anglais, il suffit d’appeler dès maintenant le 04 22 46 04 64 (la messagerie est consultée 24h/24h même à distance).

 

Écoute solidaire, démarches administratives, conseil juridique.

 

À partir du lundi 18 juillet 2016, les victimes et leurs proches peuvent être reçus (de préférence sur rendez-vous) à la permanence de l’AfVT.org à Nice.

MISE A JOUR : Nous avons déménagé notre antenne le 18 juillet, l’adresse vous sera communiquée lors d’une prise de rendez-vous.
Vous pouvez toujours nous contacter au 04 22 46 04 64, mais aussi au 01 84 79 10 10 ou à contact@afvt.org.
Depuis le 25 juillet 2016 nous vous recevons aussi à la Maison des Associations : 26 Rue Saint-François de Paule, 06300 Nice, conformément à une convention signée avec le département des Alpes Maritimes.

**********************************************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

ASSOCIATION LE MERITE ET DEVOUEMENT FRANCAIS

ASSOCIATION LE MÉRITE ET DÉVOUEMENT FRANÇAIS

index

 

bandeau_accueil_OK

 

QU’EST-CE QUE L’ASSOCIATION

« MERITE ET DEVOUEMENT FRANÇAIS » ?


 

 « L’Association Le MERITE ET DEVOUEMENT FRANÇAIS », fondée en1957déclarée selon la Loi de 1901 sous le n° 57921 à la Préfecture de Paris, a pour but de favoriser et récompenser les personnes qui, tant en France qu’à l’étranger, ont eu des activités susceptibles de contribuer au prestige de la France, aussi bien sur le plan culturel que dans le domaine des Arts, des Lettres, des Sciences ou du Sport.

Elle encourage et récompense les personnes pratiquant le bénévolat ou réalisant de bonnes actions sous toutes ses formes.

Elle jouit de la part des autorités publiques de la plus grande considération.

Son Comité d’honneur est prestigieux :

 

 

COMITE D'HONNEUR


Hélène CARRERE d’ENCAUSSE 
Secrétaire perpetuel de l’Académie Française

Alain DECAUX  Anc. Ministre (Acad. fr.)

 
Prof. Jean BERNARD (Acad.Fr.)

Prof. Christian CABROL (Acad.Méd.)

Prof. Cl. COHEN TANOUDJI (Prix Nobel physique 1997)

Prof. Marie de HENNEZEL 
(psychologue/ écrivain)

Prof. Alain LARCAN (Président h. Acad. Médecine)

Prof. Georges MATHE (Secrétaire Acad. Médecine)

Prof. J.François MATTEI anc. Ministre –(Acad.Méd.)
         
 Président de la Croix Rouge Française 

Prof. Dominique STEHELIN (Acad. des Sciences)

Gérard d’ABOVILLE (Navigateur)

Charles AZNAVOUR

Général ( 4 ****) Jean COMBETTE
Président du Comité de Ravivage de la Flamme - Arc de Triomphe 

David DOUILLET (Champion Olympique de judo)

Yvon GATTAZ ( Président h. du Patronat)

Bernard HINAULT (5 x Vainqueur du Tour de France)

Michèle MORGAN

Bertrand PEUGEOT
 (Pdg Industrie)

Loïc PEYRON 
(Navigateur)

Amiral Jean-Paul TURC

Odette VENTURA



ANCIENS MEMBRES


Abbé PIERRE

Marcel ACHARD (Acad.Fr.)

Georges AURIC (Acad.Beaux Arts)

Jean BOROTRA (Champion de tennis)

Alain COLAS (Navigateur)

Prof. Jean DELAY (Acad.Fr.)

Georges DUHAMEL (Acad.Fr.)

Sylvain FLOIRAT (Pdg Industrie)

Maurice GENEVOIX (Acad.Fr.)

René HUGUES (Acad.Fr.)

Joseph KESSEL (Acad.Fr.)

La Maréchale de LATTRE de TASSIGNY

Prof. Clément LAUNAY

Louis LEPRINCE-RINGUET (Acad.Fr.)

Général (5 *****) Jacques MASSU

André MAUROIS (Acad.Fr.)

Paul MOUSSET (Ecrivain)

Gérard OURY (Acteur réalisateur de cinéma)

Jules ROMAINS (Acad.Fr.)

Jean ROSTANG (Acad.Fr.)

Haroun TAZIEFF (anc.Ministre - vulcanologue)

Prof. Stéphane THIEFFRY

 
      Ces Personnalités éminentes ont reçu la plus haute distinction honorifique : 
la grande Médaille d'OR
 
     
Ancienne MédailleMédaille actuelle
 
     
 

Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
SITE INTERNET http://meriteetdevouement.fr
 

 

QUELQUES CROIX D'OR

Pierre AUBERT - ( anc. Chef d’Etat Confédération Suisse)

Raymond DEMATTEIS - ( Inspecteur Gal (H.) Police Nationale)

Général GRANDCHAMP - (Gendarmerie - Cabinet Ministre de la Défense)

Pierre JARS  - (Président anciens élèves . Ecole Polytechnique - Paris)

André ROSSINOT  ( anc.Ministre – Maire de Nancy )

Amiral  J.P TURC  - ( Toulon )

KNIDIRI Mohamed - (anc. Ministre Educaction Nationale – Maroc)

CHRAIBI HASSEINI Mounir - (Maire de Marrakech - Maroc )

ADDAHRE Samir - (Consul Général du Maroc – à Bordeaux) 

     
Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
http://www.meriteetdevouement.fr
 

 

Plus de 40600 Lauréats de toute nationalité à travers le monde, parrainés par 150 Délégués ont reçu après examen de leur dossier par laCommission supérieure des récompensesdes distinctions honorifiques 
ne pouvant être regardées ou mentionnées comme des décorations nationales (j.o.11.11.20
)

pour leurs services exceptionnels rendus à la Collectivité Humaine:

 ( Courage – Dévouement – Mérite – Arts – Lettres – Sciences – Sport – Mutualité - Humanité – Progrès – Charité –Solidarité – Philanthropie )

 

Médaille  de BRONZE

 


ou

 CROIX  d’ARGENT
Médaille  d’ ARGENT CROIX de VERMEIL
Médaille  d’  OR    Croix d'OrCROIX  d’ OR

QUI SONT-ILS  ?

Notre Association s’honore d’avoir aussi dans ses rangs :

 




  • Chef d’Etat, Ministres, Ambassadeurs, Consuls, Députés, Sénateurs, Conseillers Régionaux et Généraux, Maires,
  • Ecclésiastiques, Généraux, Amiraux, Gendarmes, Commissaires, Policiers, Pompiers,
  • Magistrats, Avocats, Notaires, Huissiers, Médecins, Chirurgiens, Dentistes,
  • Fonctionnaires, Industriels, Commerçants, Banquiers, Experts-Comptables, 
    Sportifs de haut niveau et Sportifs divers,
  • Artistes de Cinéma, Comédiens, Animateurs TV, Chanteurs, Chefs d’Orchestre, Musiciens, Ecrivains, Poètes, Conférenciers, Peintres, Sculpteurs, Graveurs, Lithographes, Architectes, Antiquaires, Experts, Galleristes,
  • Secouristes, anciens Combattants, Porte-drapeaux, Responsables d’Associations
  • et en règle générale tous les bénévoles anonymes.
Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
SITE INTERNET http://www.meriteetdevouement.fr

 

 

L’ASSOCIATION

« MERITE ET DEVOUEMENT FRANÇAIS » 
C’est aussi une forme d’altruisme.

Son dynamisme la conduisant à encourager le bien.

Nous avons remis des sommes (aussi importantes que nous le pouvions) à des œuvres combattant les grands fléaux qui frappent l’humanité :

 

Recherche contre le cancer

Croix Rouge française

Lutte contre la polio

Recherche contre la sclérose en plaques

Recherche médicale française de cardiologie

Lutte contre la lèpre (Dibamba)

Lutte contre le SIDA

Mutilés de la voix

Croisade des aveugles

Ecole des chiens guides

Banque française des yeux

Organisation Don du Sang

CESAP (soins aux arriérés profonds)

Centre de recherche Ophtalmologique

Oncologie moléculaire (Institut Pasteur)

ADAPEI (Enfance inadaptée)

AREMAS (Pr.ANDRIEU, Hôpital Pompidou)

Paralysés de France

Fédération Handisport

Corps Médical de Secours

ADICARE ( Prof. CABROL, la Salpétrière)

Association Mondiale des Amis de l’Enfance

GEMM (Maladies mammaires et malignes)

Centre d’Accueil d’Utilisateurs de Drogues

L’Association pour l’accueil mère-enfant à l’hôpital

A.F.M. TELETHON

L’Abbé PIERRE (Emmaüs)

Artistes peignant de la Bouche et du Pied

Mairie de KAKONE (Sénégal)

Réfugiés de Thaïlande

Enfants du Mékong

Enfants Village (Roumanie)

Enfants à Calcutta

Association Culturelle Vietnamienne

Amitié Liban-France

Amitié France-Afrique

Fondation Cousteau

La ligue pour la protection des oiseaux (mazoutés)

Orphelins d’Auteuil

Vieux de Montmartre

    IN MEMORIAM     

  Charles DUBIN

Charles DUBIN ( Ingénieur des Arts et Métiers, égyptologue) a été le président National du MDF prédecesseur du Président Jacques HABLOT. A ses côtés lors de la remise de la grande médaille d'Or (MDF) à Pierre SABBAGH (l'une des personnalités majeures de la télévision française, journaliste, réalisateur, producteur), Lucien de BERNIS (Vice-Président National) et Maurice SCETBON (Trésorier National).

Abbé PIERRE

   20/01/2007
Membre du Comité d'honneur du MDF
Grande Médaille d'Or MDF

 

Jacques HABLOT

   18/02/2006 Président National MDF (1973 - 2003)

Jacques HABLOT est décédé le 18 février 2006 à Paris à l’âge de 81 ans. Commandeur de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'ordre national du Mérite, Médaillé de l'Aéronautique, Ancien élève de l’Ecole Navale, Piltote de l'Aéronavale, ancien commandant de la 55S, pilote d’essai, premier « patron » du CEV d’Istres, il rejoindra Nord Aviation pour mettre au point le N262 et le TRANSALL. Il terminera sa carrière comme PDG de la SOGERMA, filiale aujourd’hui d’EADS. Président d'honneur du TOMATO, Président d'honneur des "Vieilles Tiges", il était encore impliqué dans de nombreuses associations du monde de l'aéronautique et d'ailleurs...

 

André BONNY

  10/02/2007

Officier de la Légion d'Honneur 
Commandeur de l'Ordre National du Mérite 
Ancien officier parachutiste 
Président de l'UNC - (06) 
Ceinture noire de judo
Membre d'Honneur du MDF
Ancien élu municipalité de Nice
Député suppléant de Rudy SALLES (06)

 

   

Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
http://www.meriteetdevouement.fr

 

CONTACT ET RENSEIGNEMENTS POUR NICE ET SA REGION POUR L'ANNEE A VENIR 2017 :

HENRY GHIRINGHELI    06-70-79-23-64 ( MONDE ANCIENS COMBATTANTS UNC )

GERARD DIACONESCO 06-32-17-36-33 ( SOCIETE CIVILE )

bandeau_accueil_OK

 

 

REJOIGNEZ-NOUS

Tout Candidat doit obligatoirement :

- être parrainé par un délégué ou un membre adhérent

- ou prendre contact avec le Siège Administratif

- fournir:

le formulaire de proposition de récompense (télécharger formulaire )

- un Curriculum-Vitae,

Photos (de mes œuvres), photocopies (Article de presse, mes diplômes, etc…)

 2 photos (format identité)

- un extrait n°3 de son Casier Judiciaire (demande gratuite),

- Les frais d'adhésion cotisation annuelle

1 enveloppe timbrée-réponse (pour un reçu fiscal)

 

La Commission Supérieure des Récompenses est souveraine; 
Ses décisions sont sans appel. En cas de refus, elle n'a pas a se justifier .

 

Les réunions du Bureau National comme du Conseil d’Administration
se tiennent à Paris 

Le siège Social est à Paris.

Le Siège Administratif est en Province :

Association Mérite et Dévouement Français
55, rue des Alpes
26000 VALENCE    ( France)

 

Port : 06 28 04 47 12
Fax  : 04 75 43 12 12

 
  SITE INTERNET
http://www.meriteetdevouement.fr
 
  Courriel :   
 contact@meriteetdevouement.fr 
 
   

Le Président National :

Jean-Paul de BERNIS   

se tient à votre aimable disposition pour tout renseignement complémentaire.

Portable : 06 28 04 47 12

Soyez les bienvenus.

                                                                                          Jean-Paul de BERNIS

                                                                INVITATION                                   

 Philippe PRADAL                                               

 Maire de Nice                                                                                

                                                                       Jean-Paul de BERNIS 

                                                    Président National de l'Académie Mérite et                                                                       Dévouement Français

                                                                                   

                                    vous prient de bien vouloir assister à la

                             REMISE DES DISTINCTIONS HONORIFIQUES DE

                             L'ACADEMIE MÉRITE ET DÉVOUEMENT FRANÇAIS

 

                                   vendredi 2 septembre 2016 à 16H00

 

CENTRE UNIVERSITAIRE MEDITERRANEEN        

65, Promenade des Anlais - NICE 

Réservation-SVP. avant le 30 Août 2016  : 06.08.51.21.47                 

Délégation (06) Académie Mérite et Dévouement Français

 VILLE DE NICE                                                                             AMDF

**************************************************************************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LETTRE OUVERTE AU PREMIER MINISTRE EMMANUEL VALLS DE LA PART DU GENERAL ANTOINE MARTINEZ

M. Valls, pourquoi vouloir promouvoir l’islam, une culture qui veut notre mort ?

Publié le 11 août 2016 - par  

Vallsaiderislam

Lettre ouverte au Premier ministre

Monsieur le Premier ministre, 

La réponse que vous apportez aux drames qui étaient prévisibles et qui viennent de frapper la France à plusieurs reprises démontre à quel point, avec le Président de la République et votre gouvernement, vous créez l’émoi et l’incompréhension mais également la colère et l’exaspération en raison de votre déni de la réalité. Et vous vous obstinez avec une sidérante ténacité qui confine à la folie, à répondre non seulement à côté mais hors sujet. Car l’enjeu à ce stade ce n’est plus le vivre ensemble qui est devenu une utopie, mais l’adoption de mesures d’exception pour inverser le cours funeste des choses que nous devons au manque de clairvoyance de la classe politique dans son ensemble. Nul ne pourra cependant contester la forte aggravation de la situation depuis 2012. Honte à tous les naufrageurs et fossoyeurs de notre belle France !

Quel pacte voulez-vous passer avec ceux qui rejettent nos valeurs, nos traditions, nos modes de vie, avec ceux qui rejettent nos lois et veulent imposer les leurs ?

Un pacte avec le diable ?

Pourquoi pas un traité qui abandonnerait à ceux encore minoritaires tous les droits quand on sait – mais peut-être ne le savez-vous pas – que dans les pays où ils sont majoritaires ils n’accordent aucun droit aux minorités ? Il ne s’agit pas de passer un pacte. Ce serait signer un aveu de faiblesse compris comme l’acceptation de la dhimmitude, c’est à dire de la soumission. Il s’agit au contraire, et il serait grand temps, de soumettre l’islam en France à nos règles et de lui poser nos conditions. Et ceux qui ne les acceptent pas doivent partir. Au besoin, il faudra même les expulser.

Car il faut bien que vous compreniez que le problème c’est bien l’islam. Ce n’est pas l’islam-isme, l’islam radical, l’islam politique, l’islam modéré, l’islam psychiatrique, le salafisme, ou même l’État islamique. Non, comme M. Erdogan répondant sèchement à un journaliste qui l’interrogeait sur l’islam modéré, il faut le dire : « il n’y a pas d’islam modéré, l’islam c’est l’islam ». Et partout dans le monde on tue au nom de l’islam. Depuis que l’islam existe, ses combattants n’ont eu de cesse de tuer, de massacrer les populations non musulmanes et en particulier les chrétiens. D’ailleurs, il y a tout juste 100 ans, se déroulait le génocide arménien décidé par les Turcs musulmans. Finalement, qu’est-ce que l’islam a apporté à l’humanité si ce n’est la violence, l’esclavage et la mort ?

Contrairement à ce que vous affirmez, l’islam n’est pas compatible avec la démocratie. Et c’est simple à démontrer: en effet, en démocratie c’est l’homme qui fait la loi. En islam, c’est Dieu qui a fait la loi et il n’est pas permis à l’homme de la changer ; elle est inscrite définitivement dans le Coran. C’est pourquoi vous n’obtiendrez jamais une réforme de l’islam. Pas plus que vous ne réussirez à dé-radicaliser ces fous d’Allah. Et c’est pourquoi il n’y a pas d’islam de France mais l’islam en France. Et pour comprendre cette guerre qui est menée sur notre propre sol et sur celui de l’Europe par l’islam, il faut aller à la racine du mal. C’est bien les versets du Coran – qui régit l’islam – qui appellent au meurtre des infidèles. C’est bien les versets du Coran qui institutionnalisent l’infériorité des femmes.

Et la laïcité est contraire à la culture musulmane. De plus, la Charia a été jugée incompatible avec la démocratie par la CEDH en 2003. Le Coran, cette « constitution politico-religieuse », est donc incompatible avec la Constitution française. Des centaines de versets sont, en effet, non seulement en opposition frontale avec notre culture mais sont même susceptibles d’action pénale dans la mesure où ils constituent une évidente provocation à la haine, à la violence, à la discrimination, au racisme, au sexisme, à l’antisémitisme.

Et le discours tenu par ceux avec qui vous voulez pactiser n’est que manipulation, enfumage et mensonge. Quant aux propos tenus par un imam de Nice, après le carnage du 14 juillet, affirmant que les musulmans refuseront la laïcité, ils sont inadmissibles et inacceptables. Les patriotes ne pourront plus tolérer très longtemps ce type de discours que vous avez d’ailleurs favorisé en prônant un laïcisme virulent appliqué, en réalité, uniquement à l’égard des chrétiens. Car votre laïcité présente un visage à deux faces. La première, telle une dague, a frappé violemment les catholiques, il y a un peu plus d’un siècle, avec la loi de séparation des Églises et de l’État imposée dans la douleur. La seconde s’est transformée en armure pour protéger et pour favoriser l’expansion d’un culte non seulement étranger mais incompatible avec la réalité historique de la France, de sa culture, de ses traditions. Ce mépris du peuple de France et de ses racines chrétiennes est insupportable et irresponsable. C’est indigne car c’est trahir l’âme de la France.

Le résultat aujourd’hui c’est la radicalisation d’habitants du territoire français sous l’emprise continue d’imams dégénérés qui n’auraient jamais dû pouvoir prêcher sur notre sol. Cela veut dire que des centaines de milliers d’habitants de notre pays, voire plus, sont aujourd’hui radicalisés et n’ont pas l’intention de s’intégrer à la communauté nationale, bien au contraire, puisqu’ils ont été « éduqués » dans la haine de la France et des Français.

C’est ainsi que 24 % des jeunes de 18 à 34 ans dans notre pays ont une opinion favorable à l’État islamique  et que 35 % des musulmans français approuvent les attentats kamikazes pour défendre l’islam ! (sondage ICM Research 2015). Alors – soyez-en certain – des dizaines de milliers de « déséquilibrés » bénéficiant de la solidarité de leurs frères et sœurs dans la multitude de « Molenbeek » constitués par les territoires perdus de la République se tiennent prêts à agir au signal. Comment réagirez-vous à la prochaine tuerie de masse, lorsque nous dénombrerons des centaines de morts ? Car le pire est devant nous.

Et « en politique, il faut toujours envisager, non pas le mieux, mais le pire, pour que ce pire ne se produise pas, pour que l’on se donne les moyens de le combattre ».

Mais le combattre c’est le rôle et la responsabilité du politique qui doit savoir décider et anticiper au lieu de réagir aux événements dans l’urgence et dans l’hésitation. Un chef de guerre ne commente pas ; il analyse, décide et frappe vite et fort. Par ailleurs, ce n’est pas à l’État de s’occuper des affaires cultuelles et à mettre en place un système de financement pour permettre la promotion d’une culture qui, de surcroît, est hostile à la nôtre. Et l’idée saugrenue de la fondation pour l’islam est devenue une ineptie car nous ne pouvons plus « vivre ensemble » avec qui nous veut du mal. Alors, pourquoi vouloir promouvoir une culture qui veut notre mort ? C’est insensé et criminel !

Devant ce qui devrait être l’évidence pour un responsable politique soucieux de la protection de la collectivité et de son avenir, vous vous préparez à faire de nouvelles concessions pour ménager un électorat qui a déjà permis en 2012 l’élection de l’actuel Président de la République. On n’a pas le droit de sacrifier le peuple français sur l’autel des intérêts à court terme d’un parti politique quel qu’il soit. Car sur le long terme, sachez-le, vous serez balayés par ceux-là mêmes que vous avez encensés jusqu’ici pour des raisons électorales et avec lesquels vous voulez passer un pacte. Alors, si on veut éviter la guerre civile ethnique qui vient, il est temps que le politique se rende à l’évidence.

Et c’est donc l’inverse qu’il faut dorénavant envisager sérieusement, à savoir engager un processus de désislamisation du pays pour réduire progressivement mais fortement la part de la population de confession musulmane dans notre collectivité qui doit retrouver un minimum de cohérence interne si on veut obtenir un jour la concorde au sein d’une société apaisée. Il faudra du temps, probablement trois ou quatre décennies à condition de le vouloir, et cela, tout en respectant l’état de droit. Car conduire la politique dans un État de droit, c’est à dire gouverner une démocratie, c’est respecter la Constitution et les lois et faire appliquer ces dernières, ce que précisément vous ne faites pas. C’est donc un virage à 180 degrés qu’il faut entreprendre pour supprimer tout ce qui a contribué à cet appel d’air migratoire insensé depuis très longtemps pour amorcer le mouvement inverse. Et sans énumérer toutes les mesures immédiates répondant au principe de précaution et celles à inscrire sur le moyen/long terme, on citera :

l’arrêt de l’immigration issue de pays musulmans,

l’arrêt du regroupement familial,

la fermeture et la destruction de toutes les mosquées salafistes et des écoles coraniques,

l’expulsion des imams étrangers,

l’arrêt de toute nouvelle construction de mosquée,

l’interdiction de l’abattage rituel des animaux et donc du halal (barbarie à l’échelle industrielle contraire à notre tradition et indigne d’un pays civilisé),

l’interdiction des burqas, qamis et autres accoutrements vestimentaires et des prières de rue, 

l’expulsion des familles polygames,

la réforme du code de la nationalité,

la suppression du droit du sol et l’adoption du droit du sang,

la suppression de la double-nationalité,

l’expulsion des clandestins,

la suppression de l’AME,

la dissolution de l’UOIF, annexe des Frères musulmans,

le retour dans leur pays des étrangers sans emploi,

l’instauration de la préférence de civilisation…

L’ensemble du plan de mesures doit viser à faciliter le renvoi dans leurs pays d’origine, y compris par la contrainte, de cette immigration (y compris les binationaux après déchéance de la nationalité française), qui ne respecte pas nos règles de vie et nos traditions et qui ne doit plus pouvoir imposer sa culture mortifère sur notre territoire. C’est d’ailleurs l’intérêt de nos compatriotes musulmans intégrés, voire assimilés.

L’heure est grave et les années qui viennent seront de toutes façons difficiles et douloureuses. Alors, que nos responsables politiques ne perdent plus de temps et s’attellent à la mise en œuvre d’un véritable plan de sauvegarde de la France et de la Nation ! Car face à une situation qui se détériore de jour en jour, vous ne pourrez pas vous soustraire à ce dilemme : le sursaut ou le suicide. En refusant le sursaut vous choisiriez le suicide, votre suicide politique qui ne serait qu’anecdotique s’il n’entraînait pas, en fait, le suicide de la France. Il ne resterait plus alors au peuple que deux solutions : la révolte ou la soumission, dans les deux cas des larmes et du sang.

Pour ma part, mon choix est fait : je ne me soumettrai jamais.

Le 9 août 2016

Général (2s)  Antoine MARTINEZ 

Coprésident des Volontaires Pour la France

111832737

09 août 2016

RACISME ISLAMIQUE ET COMPLICITE D'ETAT

Racisme islamique et complicité d’État

4 AOÛT 2016

Editorial de GUILLAUME  FAYE

guillaume-faye-a-moscou-e1407917783828

SOURCE :

http://www.gfaye.com/racisme-islamique-et-complicite-detat/

 

À Nice le tueur tunisien au camion n’était même pas un musulman pratiquant. Certes, l’islam est impliqué, son totalitarisme intrinsèque, sa haine des ”mécréants”, mais il y a une seconde dimension fondamentale : le racisme de ressentiment anti–Européen, corrélé à l’islam. Y participent d’ailleurs aussi des Noirs ou des métis qui se réclament de cette ”religion” ou s’y convertissent.  La motivation raciale de la guerre civile qui débute (pour l’instant guerre unilatérale d’agression) est aussi importante que sa justification islamique. Et les deux sont fortement liées. Ne parler que de ”religion” est impropre. L’appartenance à l’islam n’est pas un fait purement religieux et spiritualiste, comme dans le christianisme, mais ethnique et revendicatif ; cette dimension polémique et raciste, est centrale. Dae’ch a revendiqué le massacre commis par le Tunisien, même si ce dernier n’était pas directement commandité. La motivation est la haine raciste (contre les ”Blancs) et, bien entendu, aussi antisémite.   

 

Le racisme, moteur du  djihad et du terrorisme musulman

Ce n’est donc pas seulement l’islam et la lutte contre les ”mécréants” qui a motivé cet attentat – comme les précédents. Le terroriste qui avait prémédité son acte avec des coreligionnaires, n’était pas un pratiquant fondamentaliste, mais un voyou alcoolique et délinquant. Il était animé par une haine anti–européenne de ressentiment, de frustrations, de vengeance. Ce racisme meurtrier sous la bannière de l’islam est aussi partagé par des Africains islamisés. On connaît depuis longtemps le même problème en Amérique du Nord (Black Muslims, le boxeur Mohamed Ali, raciste et converti, etc. )

La totalité des attentats commis en France – et en Europe– depuis la fin des années 80 est le fait d’Arabes, parfois d’Iraniens – ou de Noirs – musulmans. Le dernier massacre de Nice (on aura près de 100 morts au total sans compter les blessés et mutilés à vie, les vies brisées, les parents qui ont vu mourir leurs enfants – et l’inverse – les familles exterminées) comme ceux du 13 septembre, nous ont fait passer dans une autre dimension. Et il n’y a pas de syndrome d’agression ethnique, de crime raciste derrière cela ? 

Un décompte des derniers attentats terroristes arabo–africano–musulmans en France, accomplis au nom du djihad, depuis 2012  (en dehors, bien sûr, de la criminalité perpétrée par la même population) donne : 235 morts depuis le début 2015, sans compter les blessés et les mutilés à vie, plus d’un millier. Il faudrait y ajouter les victimes chez nos voisins (Belgique, Espagne,  Pays-Bas, UK, Allemagne…)

Où sont les tueurs racistes blancs de l’ ”extrême droite” ?   

Le racisme anti–Blanc, imbriqué avec la haine des Juifs, tue infiniment plus que tous les autres, sous forme de terrorisme ou de criminalité. Et pourtant, l’idéologie dominante répand l’idée  que ce sont les Français de souche (ou autres Européens) qui sont racistes alors que tous les actes racistes et antisémites (attentats, agressions, crimes crapuleux et autres) sont commis par des Arabes, Asiatiques ou Africains musulmans. Et pas seulement en France, mais dans toute l’Europe. Et aussi en Amérique.

 

Désinformation des médias et approbation du terrorisme par une partie des Arabo-musulmans

Il ne s’agit donc pas seulement d’une ” radicalisation” islamique de ce voyou tunisien (Mohamed Lahouaiej – Bouhlel) ou des autres terroristes musulmans, mais aussi de combat racial dissimulé. Bien sûr, les médias bien pensants essaient de masquer ce phénomène tabou. Le Journal du Dimanche (17/07/2016) ou Le Figaro(21/07/2016) insistaient lourdement  sur le nombre des victimes musulmanes – une vingtaine de personnes, paraitrait–il– comme pour disculper l’islam. Sous-entendu : le tueur est un ”déséquilibré” et la ”communauté musulmane de France”, elle aussi victime, condamne ces crimes. On n’a pas entendu de grandes condamnations de la part des autorités musulmanes ! D’autres médias ont suivi la subtile désinformation, avec, en tête, comme toujours, Le Monde et Libération, les deux Pravda de l’idéologie dominante officielle avec Radio France et France Télévision, tous médias sous perfusion financière publique. 

 Le Monde du 24–25/07/2016 consacre un reportage sur la ”stigmatisation” des musulmans de Nice et l’accroissement prétendu du racisme anti-arabe et de l’islamophobie dans cette ville. C’est bien plus grave, pour la rédaction du quotidien d’État, que les 84 ( 85 à ce jour ) morts du tueur raciste maghrébin…

Les racistes, ce sont les Français de souche !

Quant à Libération, il fait plus fort. Un certain Jean-Luc Nancy explique, le 22/07/2016, dans un article abject et masochiste dont le slogan était « S’en prendre à nous–mêmes », que l’attentat sanguinaire de la Promenade des Anglais était de la faute des Français autochtones, racistes et islamophobes ! Renversant la réalité, il légitime et excuse le meurtre islamique.

Tous sont les complices objectifs des criminels – et des envahisseurs. 

Mais il n’empêche que, comme pour les attaques terroristes de janvier 2015 et du 13 septembre 2015, nombre de jeunes arabo-musulmans se sont ouvertement réjouis des carnages. À Nice, on a vu des images de jeunes Arabes hilares (même ceux qui sont français, immigrés de la 3e génération, et ne se reconnaissent nullement comme Français ou Européens) rigoler après le massacre derrière des cordons de policiers qui avaient ordre de fermer les yeux. Et sur les réseaux sociaux et les très nombreux sites racistes d’obédience musulmane – jamais interrompus par nos autorités ”républicaines” timorées ou complices, au choix – on a pu constater, comme au cours des précédents massacres, une large approbation. La guerre civile ethnique (unilatérale pour l’instant) a donc bel et bien commencé, bien qu’elle soit encore de basse intensité.  Pas pour longtemps.

 

Le mode opératoire du massacre de Nice fera des émules

L’attentat de Nice marque un tournant : la facilité d’exécution du meurtre de masse ; un seul assassin au volant d’un camion est aussi dévastateur qu’un commando avec armes à feu et explosifs. C’est la stratégie du djihad minimaliste, prônée par Dae’ch.   

L’attentat de Bouhlel, qui visait  symboliquement la Fête nationale  et ce lieu emblématique français qu’est la promenade des Anglais, indique que nous allons subir d’autres attentats du même type, assez faciles à réaliser par rapport à des attaques militaires compliquées de commandos armés, type Bataclan. C’est la guerre asymétrique, assez imparable. Le tueur  n’était même pas repéré par les services de renseignement. D’autres existent et vont prendre exemple sur lui. On imagine les conséquences sur la fréquentation des lieux publics, le coût des précautions à prendre et le manque–à–gagner économique. Dans le domaine touristique et hôtelier, on estime déjà cet été 2016 à 25% de chiffre d’affaire la perte de ce secteur économique dans le bassin Côte d’Azur. + 50% des festivals et manifestations  estivales diverses ont été annulés.  À Lourdes, on craint pour la sécurité des pélerinages face aux tueurs musulmans terroristes.  Du jamais vu. 

Quelque jours plus tard, le 20 juillet, l’écraseur tunisien de Nice faisait son premier émule : un jeune ”réfugié” afghan en Allemagne, placé en famille d’accueil, attaquait à l’arme blanche les passagers d’un train en Bavière, au cri de Allah Akhbar ! faisant plusieurs blessés graves, avant d’agresser des policiers qui l’ont abattu. Une des ministres du gouvernement allemand a même déploré qu’on l’ait tué ! Ne fréquentant pas spécialement les mosquées, il avait fait allégeance à l’État islamique (Dae’ch) sur une vidéo d’Internet et indiqué qu’il suivait la voie du djihadiste de Nice. Racisme.

À Munich, le 23 juillet, un Iranien faisait neuf morts (9) et seize blessés (16)  dans un centre commercial, à l’arme à feu. Les autorités allemandes soutiennent que ce crime n’a rien à voir avec le djihad et l’islam et qu’il s’agit d’un ”déséquilibré”. Ben voyons…On les croit…Puis, le 24 juillet, un demandeur d’asile syrien de 21 ans, voyou de droit commun déjà ”connu des services de police”, tuait, près de Stuttgart, à coups de machette une femme enceinte et blessait d’autres personnes. Le 26 juillet, à Saint–Étienne– de – Rouvray deux tueurs musulmans égorgent dans l’église le prêtre qui disait la messe et blessent quatre fidèles, dont un très grièvement, avant d’être abattus par la police. La contagion criminelle. Les deux assassins étaient bien entendu des ”radicalisés” libérés de prison par des magistrats laxistes et objectivement complices… Dae’ch a revendiqué l’attentat des deux « soldats d’Allah ».

Des musulmans qui tuent un prêtre célébrant la messe dans son église, c’est une première dans l’histoire de France ! Les persécutions musulmanes sanglantes contre les chrétiens d’Orient s’importent maintenant en France contre les catholiques.  C’est un symbole capital. L’idéologie dominante et ses médias feront tout pour nier la motivation de ces crimes : ce racisme anti–Européens imbriqué dans une identification à l’islam, dans sa véritable et authentique nature originelle : haine destructrice et violence.  ”Mais non, cher ami, ce n’est pas le véritable islam, ce sont des déséquilibrés…

Il faut donc se préparer à la multiplication de ces attaques meurtrières, avec tous types d’armes, même par destination, de la part de jeunes musulmans racistes fanatisés qui seront de plus en plus nombreux par effet de contagion et par l’invasion démographique. On dénombre 650 zones de non–droit, dont beaucoup islamisées et salafistes, rongées par la délinquance dont elles vivent, où gendarmes, policiers, pompiers, médecins etc... ne peuvent plus entrer sans se faire agresser. De ce vivier, d’autres tueurs vont surgir. 

Et la situation peut devenir intenable et angoissante car la menace islamo– terroriste est destinée à paralyser le pays, à le sidérer : une messe de minuit, un marché de Noël, une fête populaire, un concert, une plage, la terrasse d’une brasserie, un grand magasin, la sortie d’une synagogue, un salon ou une foire commerciale, etc... vont devenir des lieux possibles d’attaques surprise meurtrières et imprévisibles pratiquement impossibles à protéger.

Surtout par un État impuissant, par laxisme, mollesse ou…complicité.

 

Complicité de l’État envers le terrorisme musulman et l’invasion migratoire 

La population niçoise a bien ressenti cette complicité des oligarques étatiques, pendant la commémoration de l’attentat, quand la foule a hué MM. Valls et Cazeneuve, les traitant d’ « assassins ». Cette complicité a deux facettes : organiser l’immigration et désarmer la réponse répressive à la criminalité et au terrorisme

La stratégie étatique est de protéger, de disculper l’islam invasif et criminel ainsi que les colons ethniques et de s’en prendre à la résistance autochtone, française, désignée sous le vocable d’ « extrême droite ». Pour cela, le pouvoir s’appuie sur ses médias aux ordres : les chaines de Radio France et de  France TVLe Monde, etc... ouvertement islamophiles, immigrationnistes, ”antiracistes”. Le directeur des services de renseignement intérieur (DGSI), M. Patrick Calvar, n’a pas hésité, sans la moindre preuve, devant une commission parlementaire, à prédire, avant même l’attentat de Nice, des actions violentes de représailles de l’ « ultradroite » contre les musulmans ; et de prévenir que cette dernière serait la cible majeure de ses services, avant même tout passage à l’acte. Ce fonctionnaire obéissant, pas très malin, a dévoilé son jeu.

 M. Valls  a, lui aussi, lâché le morceau dans le JDD : «  il y a un risque de fracture (elle est déjà faite !) et Daech cherche justement l’escalade, la confrontation, la guerre civile. Et nous avons en France des groupuscules d’extrême droite qui ont les mêmes intérêts (quels groupuscules ? Des noms !). L’essentiel est en jeu. C’est la vie en commun, c’est la manière dont on vit ensemble » Notez la parfaite langue de bois de cet excité pathologique. 

Il faut s’attendre à une manœuvre de services d’État pour ”aider” un attentat contre une cible arabo-musulmane, mosquée ou autre. Avec, comme auteurs, des manipulés d’ ”extrême–droite” aidés par des barbouzes. Ce qui permettrait – d’une pierre deux coups – de victimiser les musulmans, électeurs de gauche, et de lancer une grande répression (avec interdictions, dissolutions, arrestations, etc.) contre l' ”extrême droite”, y compris le Front national. J’ai l’intuition qu’au ministère de l’Intérieur, une cellule planche sur ce scénario… (1)

Le souriant laxisme judiciaire contre la mouvance terroriste arabo-musulmane  (refus de l’internement administratif préventif des sujets classés S, régime de réduction de peine semblable à ceux des condamnés de droits commun pour les terroristes et associés, absence d’expulsions en nombre, absence de répression sérieuse contre les mosquées salafistes, etc...) ne s’expliquent pas seulement, comme on le lit dans les médias de droite, par l’ « angélisme » des autorités ; mais aussi par une complicité, parfaitement préméditée, dont les mesures subversives de l’anti–française Taubira sont l’emblème.

Manuel Valls, est d’ailleurs partisan de l’interruption du processus démocratique (invalidation) au cas où le FN emporterait la présidentielle. Pour toute cette mouvance, c’est la résistance qui est détestable et c’est la collaboration avec l’envahisseur, la soumission, qui est le bon choix. Les collabos ont de multiples visages mais leur logique est la soumission à l’envahisseur, quel qu’il soit.   

Salah Abdeslam, le seul Arabo–musulman survivant des massacres du 13 septembre, s’est plaint d’une vidéosurveillance permanente en prison, soutenu par son avocat, Me Frank Berton. L’administration pénitentiaire lui a offert, au nom des ”droits de l’homme” une salle de sport personnelle (hallucinant), ce qui a été dénoncé par le député Thierry Solère, victime d’une plainte de la part de l’avocat de l’assassin ( !). Cela signifie que le système manifeste une sympathie objective pour les tueurs terroristes musulmans. Si ce n’est pas  de la collaboration d’État, c’est quoi ?

L’absence totale de protection de la Promenade des Anglais le 14 juillet par les services de M. Cazeneuve, (qui a menti) est d’autant plus étonnant que la revue islamiste Inspire avait, en 2010, prôné l’attentat au camion bélier fonçant dans une foule de ”mécréants”. Le califat Dae’ch ne cesse de prôner ce type d’attaque par véhicule ”faucheur”. Les Israéliens  nous avaient alerté et conseillé sur les moyens d’y faire face. Nos services de renseignements n’étaient pas au courant ? Incompétence ou complicité ? Les deux.

Lorsque Yves de Kerdrel (Valeurs actuelles, 21–27/07/2016) traite nos dirigeants de « somnambules »  et d’ « ânes » pour leur incompétence et leur impuissance face au terrorisme, à l’islamisation, à l’immigration, il se trompe partiellement. En effet, certains d’entre eux mènent des actions de sabotage et de trahison volontaires, par fanatisme idéologique et xénophilie. Quand le Conseil constitutionnel interdit, (droits de l’homme, libertés, blabla, etc…) le 16 février 2016, la copie et la remise aux services de renseignement des données informatiques saisies chez des perquisitionnés dans le cadre de l’état d’urgence, n’est-ce pas une aide objective à la préparation d’actes terroristes, non dépourvue d’arrières pensées ? Idiots angéliques ou complices pervers ? Il y a probablement un partage des rôles. Les collabos ont infiltré les institutions d’État. 

 

De la thérapie des conséquences à celle des causes 

Les opérations Vigipirate – ou Sentinelle– sont de graves erreurs ; « cette opération dévastatrice pour les capacités de nos armées »  selon le colonel Michel Goya, est une impasse stratégique qui n’a pas empêché un seul attentat, qui confond les missions de l’armée avec celles de la police. Des patrouilles de milliers de soldats, pas du tout formés au maintien de l’ordre ni au combat de rue, cela affaiblit nos capacités militaires (exercices, entraînements, interventions supprimés) sans protéger la population. En fait, c’est de la communication (propagande) décidée par les politiciens. 

À tous ces attentats, les autorités musulmanes de France réagissent avec une hypocrisie calculée. Pas d’amalgame ? Mais si, il faut pratiquer l’amalgame. Il y a une complicité objective, cachée, de la part de maints musulmans qui tiennent un double discours. C’est la taqhiyah (le principe de dissimulation, enseigné dans l’islam). De plus en plus de jeunes issus de l’immigration se veulent, en lien avec l’islam, comme des envahisseurs hostiles, animés par le ressentiment et la vengeance, et encouragés, excités par la repentance masochiste de nos dirigeants et de nos médias, obsédés par une interprétation perverse et falsifiée des ”droits de l’homme” comme droits des assassins 

Recueillement, bougies, fleurs, poèmes, ours en peluche, décorations posthumes pour les victimes, toujours les mêmes scènes, les mêmes larmoiements dévirilisés face aux tueurs arabo-musulmans racistes et aux masses qui les soutiennent et les encouragent, partout en France. Avec Emmanuel Valls aux commandes, la figure même du faux dur, (comme son subordonné, l’incapable Cazeneuve) et son patron Hollande, le politicien ramollo, qui parlent de ”guerre” sans oser riposter ni agir, les agresseurs jubilent.

Le terroriste arabe de Nice était un repris de justice, auteur de violences et agressions, jamais incarcéré, toujours condamné avec sursis. Impuni. La suppression de la ”double peine” (expulsion d’un étranger condamné) par Sarkozy, le politicien imposteur qui change d’avis comme de chemise, sous influence de son épouse bobo–gaucho,  et le laxisme judiciaire, organisé par la gauche (Taubira, égérie protectrice des délinquants allogènes) sont directement responsables de ces attentats. Car cet assassin tunisien n’aurait, normalement, jamais dû résider en France. Les deux égorgeurs arabes du prêtre le 26 juillet, parfaitement connus des ”services” comme des islamo–voyous dangereux, avaient été libérés de prison. C’est donc toutes les règles hors du bon sens de notre droit pénal laxiste qu’il faut revoir.  

Beaucoup se rallient à des positions de plus en plus dures, même parmi d’anciens bien pensants. L’idée de guerre civile ethnique inéluctable fait son chemin. L’idéologie dominante – mais minoritaire dans la population– ne pourra pas  empêcher une explosion. Car la force des faits dépasse celle de persuasion des dogmes.  

Depuis deux ans, nos dirigeants ont laissé entrer près de deux (2) millions de ”migrants” ( !) en Europe, à 90% musulmans, sous l’influence de la catastrophique Mme. Merkel et d’une oligarchie allemande perverse. C’est l’accélération vertigineuse d’une immigration de peuplement, et non plus provisoire de travail initiée dans les années 70. Et cette invasion massive est proportionnelle, depuis deux décennies, à la hausse de la criminalité, de l’insécurité et du terrorisme. Quelle coïncidence bizarre… 

Plutôt que de mener des opérations militaires contre–productives au Moyen–Orient ou en Afrique contre l’ ”islamisme”, il faudrait mieux se défendre contre l’invasion en France et en Europe. Le vrai front est ici.  L’idée s’impose, par la lucidité et la douleur de l’expérience, que la cohabitation interethnique est impossible – partout dans le monde et depuis toujours – et qu’il va falloir  faire le ménage.

La solution ne réside pas uniquement dans la lutte contre le "communautarisme”, pour la ”laïcité”, la défense des ”valeurs de la République” (qui ne sont que des conséquences) mais dans la prise en compte des causes : c’est–à–dire l’immigration de peuplement. Il faut traiter les causes et pas les symptômes. Et la cause principale, et même unique, c’est la présence massive et croissante sur notre sol, en France et en Europe, de populations de plus en plus inassimilables, ingérables et surtout hostiles. Avec la complicité de l’État. Ce qui rend toute politique d’intégration ou d’assimilation totalement impossible. Utopie infantile d’intellectuels. La seule thérapie comprend donc deux volets, en plus de la lutte contre le terrorisme musulman et raciste et l’islamisation :

1) immigration zéro, arrêt des flux invasifs ;

2) démigration, expulsions et retours massifs. Là où il y a une volonté, il y a un chemin. Marion Maréchal–Le Pen est la seule, dans la classe politique, à avoir eu la bonne formule : 

« Ils tuent nos enfants, assassinent nos policiers et égorgent nos prêtres. Réveillez–vous ! » 

Exact, mais le problème est démographique et ethnique. Il faut réduire drastiquement le nombre de ces ”ils”. Et les désigner pour les combattre, les empêcher d’entrer et les expulser. Qu’ils rentrent chez eux et continuent –entre eux – leur jeu de massacre atavique. Ça ne nous concerne pas.

Guillaume FAYE

(1) Une partie de l’ ”extrême droite” risque très peu de la part de la répression l’État parce qu’elle flirte avec l’islamophilie. Des revues comme Réfléchir et Agir ou Éléments, des auteurs comme Alain Soral ou Alain de Benoist et toute leur mouvance sont les héritiers d’une tradition de soumission et de collaboration, dont la peur de l’ennemi est la règle. La lâcheté  – la trouille – est leur loi.

111832737

Posté par POLITIQUE PACA à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2016

Présentation d'Eric CIOTTI Député Président du Conseil Général des Alpes-Maritimes

Parcours d’Eric Ciotti Député et

Président du Conseil Général

des Alpes-Maritimes

ec-le-figaro-620x348

Né le 28 septembre 1965 à Nice, Eric Ciotti est un homme politique français. Marié, il est père de trois enfants, Bénédicte, Jeanne-Marie et Anne-Julie.

Diplômé de sciences économiques puis, en 1988, de l’Institut d’Etudes Politique de Paris, il exerce d’abord des fonctions de collaborateur parlementaire avant de rejoindre le cabinet de Jean-Claude Gaudin, président de la Région PACA (1995-1998). Conseiller au sein du Groupe RPR du Conseil Régional PACA (1998-2001), il devient directeur du cabinet de Christian Estrosi, président du Conseil général des Alpes-Maritimes (2003-2007) et, à partir de 2005, conseiller au sein de son cabinet comme Ministre délégué à l’Aménagement du territoire.

Il est élu pour la première fois, en 1989, conseiller municipal de Saint-Martin-Vésubie, la commune des Alpes-Maritimes où il a ses racines familiales. En juin 2007, sa carrière politique prend une dimension nationale lorsqu’il devient député de la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes avec 60,62% des voix au second tour. Lors des élections municipales de mars 2008, il est élu 1er adjoint au maire de Nice Christian Estrosi et parallèlement, vice-président de la Communauté d’agglomération Nice Côte d’Azur (CANCA). Au mois de décembre de la même année, Eric Ciotti est élu conseiller général du canton de St-Martin-Vésubie avec 78,5 % des suffrages dès le premier tour de scrutin et, quelques jours plus tard, le 18 décembre 2008, porté à la présidence du Conseil général des Alpes- Maritimes par l’Assemblée départementale.

Lors des élections cantonales de mars 2011, il est réélu au premier tour dans le canton de Saint-Martin-Vésubie avec 76,84% des voix et reconduit une première fois, le 31 mars 2011, à la tête du Conseil général des Alpes-Maritimes avec 44 voix sur 52, soit six de plus qu’en 2008. Eric CIOTTI enregistre une nouvelle victoire dès le premier tour des élections départementales de mars 2015 et est réélu, le 2 avril 2015, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes par 50 conseillers sur 54.

Son deuxième mandat de député lui a été confié par les électeurs de la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes où il se représente lors des législatives de juin 2012. Il y arrive nettement en tête au premier tour avec 43,89% des suffrages et affronte au second tour le socialiste Patrick Allemand qui a recueilli 28,68% des voix. Eric Ciotti remporte l’élection le 17 juin 2012 avec 60,73% des votes.

Eric Ciotti se distingue aussi par ses responsabilités au sein de sa famille politique de la droite républicaine. D’abord secrétaire national de l’UMP en charge des questions de sécurité, il devient l’un des neuf vice-présidents du Groupe UMP à l’Assemblée nationale, avant d’être désigné par Nicolas Sarkozy secrétaire général adjoint des Républicains en charge des fédérations le 4 décembre 2014. Il exerce, depuis le 22 septembre 2015, les fonctions de secrétaire départemental de la Fédération Les Républicains des Alpes-Maritimes, la 3ème de France.

Membre de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, Eric Ciotti y mène un combat permanent pour la défense des valeurs républicaines comme en atteste son dernier bilan parlementaire pour l’année 2015 riche de 2324 amendements, 843 questions écrites, 1063 interventions en hémicycle, 21 propositions de loi déposées et 99 cosignées ainsi que de 7 rapports parlementaires.

Le 7 juin 2011, à la demande de Nicolas Sarkozy président de la République, Eric Ciotti rédige un rapport formulant des propositions pour renforcer l’efficacité de l’exécution des peines, dont plusieurs mesures seront reprises dans la loi de programmation sur l’exécution des peines votée la même année.

Au cours de cette période, Eric Ciotti est également l’auteur d’une proposition de loi pour lutter contre l’absentéisme scolaire, fruit d’une expérimentation réussie par le Conseil départemental des Alpes-Maritimes visant à étendre le mécanisme de suspension des prestations familiales en cas d’absentéisme fréquent non justifié d’un élève. Retenue par Nicolas Sarkozy et devenue loi le 29 septembre 2010, cette mesure a été abrogée par la nouvelle majorité socialiste deux ans plus tard, malgré son efficacité reconnue. Pour poursuivre dans cette voie de responsabilisation des parents, Eric Ciotti a déposé au mois de septembre 2015 une proposition de loi visant à instaurer une responsabilité pénale parentale sanctionnant plus fermement une carence manifeste de l’autorité parentale.

Toujours sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le Parlement adopte le 15 décembre 2011 la seconde loi Ciotti instaurant un encadrement des mineurs délinquants au travers de la mise en place d’un “service citoyen” de 6 à 12 mois au sein d’établissements publics d’insertion de la Défense (EPIDE).

Depuis l’origine de son engagement, Eric Ciotti a fait de la sécurité des personnes et des biens un axe majeur de son action publique. Devant l’évidence de l’affaiblissement actuel du modèle républicain, il soutient que seul le retour de l’autorité républicaine peut permettre de restaurer la sécurité et la confiance de nos concitoyens, une autorité nécessaire à tous les niveaux de l’Etat, mais également de l’institution judiciaire, de l’école, des parents. Eric Ciotti développe cette démarche dans son activité parlementaire par de nombreuses initiatives :

  • septembre 2012, dépôt d’une proposition de loi visant à renforcer la protection pénale des forces de sécurité en alignant le déploiement de la force armée par les policiers sur le régime applicable aux gendarmes ;
  • mars 2013, dans l’objectif de renforcer le principe de laïcité, dépôt d’une proposition de loi donnant la possibilité aux entreprises privées d’inscrire dans leur règlement intérieur le principe de neutralité à l’égard de toutes les opinions et les croyances ;
  • octobre 2014, proposition d’extension aux sorties scolaires et aux parents accompagnateurs de la loi du 15 mars 2004 interdisant le port de signes religieux dans les écoles, collèges et lycées publics ;
  • janvier 2015, proposition d’élargissement de cette même loi aux établissements publics d’enseignement supérieur dérogeant jusqu’alors au principe de neutralité ;
  • mai 2015, Eric Ciotti co-signe avec quarante autres députés de sa famille politique une proposition de loi visant à instaurer une tenue uniforme dans les cycles primaires et secondaires.

Pour le député Ciotti, l’expression de l’autorité de la République passe aussi par une position claire et ferme de l’Etat sur la question de l’immigration et de ses systèmes de régulation. Il a ainsi émis des propositions pour établir des moyens de contrôle efficients, notamment en mettant fin à l’attractivité du modèle social français (dépôt le 17 septembre 2014 d’une proposition de loi visant à supprimer l’Aide Médicale d’Etat (AME)). Il propose également de réformer le droit du sol en le réservant aux enfants de parents issus de l’Union européenne, de conditionner la perception de prestations sociales par les étrangers à une durée minimale de 5 ans sur le territoire national ou encore de mettre en place une caution retour pour l’obtention d’un titre de séjour afin de garantir le retour du bénéficiaire.

Mobilisé depuis plusieurs années sur la lutte anti-terroriste et dans un contexte de menace élevée, comme l’ont dramatiquement confirmé les vagues d’attentats meurtriers qui ont touché Paris en janvier et novembre 2015, Eric Ciotti a présidé de décembre 2014 à juin 2015 la Commission d’enquête parlementaire sur la surveillance des filières et des individus djihadistes, dont il avait demandé la création en septembre 2014. Le rapport des auditions (ministres concernés, hauts responsables des services de sécurité et du renseignement intérieur et extérieur, de l’institution judiciaire, experts, religieux) et des déplacements conduits dans ce cadre a été remis à François Hollande le 18 juin 2015.

Parmi les 28 préconisations formulées à cette date, plusieurs mesures rendues impératives à la suite des attaques du 13 novembre 2015 et reprises par l’exécutif, notamment à travers l’instauration de l’état d’urgence : renforcement significatif et durable des effectifs des forces de sécurité, meilleure coordination des services concernés, intensification de la surveillance des sources de financement du terrorisme, établissement d’un fichier européen des passagers du transport aérien, création de centres de déradicalisation et de rétention, prévention et détection des départs pour le djihad de résidents français,…

Très actif dans le débat sur la révision constitutionnelle de février 2016 portant sur la prolongation de l’état d’urgence et la déchéance de nationalité des Français condamnés pour actes terroristes, Eric Ciotti est lauréat, le 3 février 2016, du Prix du Trombinoscope remis au Sénat au « Député de l’année 2015 ».

**********************************************************************************************

Passage de 400 migrants à la frontière de Menton :

 

 

Eric Ciotti demande à Bernard Cazeneuve une action

 

 

d’urgence visant à réadmettre en Italie les migrants

 

Posté par POLITIQUE PACA à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 août 2016

VOICI LES VRAIS RESPONSABLES COUPABLES DE TOUS CES MASSACRES PERPETRES PAR LE DJIHAD EN FRANCE !

QUI A TUE LES VICTIMES

DU DJIHAD EN FRANCE ?

111682437

Editorial de GUY MILLIÈRE LE 6 AOÛT 2016

CoZENzjXYAAIZG_

 

Combien de personnes sont mortes, victimes du djihad sur le sol français ?

Plusieurs centaines, hélas, et le prêtre Jacques Hamel n’est que le dernier en date d’une liste déjà bien trop longue.

Combien resteront mutilées à vie ? Un plus grand nombre encore.

Les assassins sont morts, pour la plupart, tout au moins les assassins qui ont directement utilisé les armes. Certains sont en prison. Leurs noms sont connus. Je ne les citerai pas ici. Le simple fait de les écrire suscite en moi une répulsion sans limites.

Des assassins qui n’ont pas directement utilisé les armes sont, eux, toujours en liberté et en pleine activité.

On peut compter dans leurs rangs des centaines de journalistes qui, au nom du politiquement correct et de la crainte d’appeler les ordures par leur nom et les islamistes des islamistes, n’ont cessé de trouver des excuses aux assassins qui ont directement utilisé les armes, et ont insisté mensongèrement pour dire qu’il s’agissait seulement de « loups solitaires », d’enfants perdus, voire de déprimés…

111668071

Ces journalistes ont été à l’œuvre encore au moment de l’attaque djihadiste de Nice. Quelques-uns d’entre eux se sont rendus jusqu’en Tunisie pour parler au père du terroriste, aux fins qu’il exprime son étonnement. Certains ont tendu leurs micros au père de l’un des deux djihadistes qui ont tué Jacques Hamel, et il a pu dire à quel point son fils était un brave garçon.

On peut compter dans les rangs des assassins qui n’ont pas directement utilisé les armes des imposteurs se prétendant islamologues venant avec complaisance tenir un discours mensonger sur l’islam et sur l’islam radical, et expliquer que les djihadistes ne sont pas musulmans et font partie de mouvements sectaires sans rapport direct avec l’islam.

On peut compter dans les rangs des assassins qui n’ont pas directement utilisé les armes, surtout, des hommes et des femmes politiques de tous bords. En fait, tous ceux qui se sont succédé au pouvoir en France depuis cinq décennies au moins, peut-être davantage.

Avoir passé des accords de complaisance cynique avec des régimes abjects du monde musulman depuis la fin de la guerre d’Algérie (qui, elle-même, a abandonné le pays au FLN et cautionné la mort de milliers de pieds-noirs et de harkis) a conduit la France sur une pente collaborationniste qu’elle n’a plus jamais quittée.

CpLls8LWcAADZLe

CpKf0yvWcAEBju8

Avoir ouvert les portes du pays à des dizaines de milliers d’immigrants musulmans, devenus au fil du temps des millions, sans se préoccuper du fait que ces immigrants étaient musulmans a constitué une ouverture à la potentialité d’une barbarie qui vient aujourd’hui éclater : tous ces immigrants n’étaient et ne sont pas djihadistes, mais il suffit de quelques pommes pourries pour que les ferments du pire soient là.

Avoir laissé les enfants de ces immigrants musulmans aux mains d’enseignants frelatés qui leur ont appris à détester la civilisation occidentale et la France, plutôt que l’inverse, a été un moyen abominable de s’assurer que les ferments du pire conduisent effectivement au pire.

Avoir laissé s’ajouter aux enseignants frelatés des imams par centaines et des mouvements islamiques pratiquant l’invitation (dawa), le mensonge pieux (taqiya), et bien plus quelquefois, a été ajouter du pire au pire.

J’aimerais penser qu’il existe une possibilité de briser les engrenages enclenchés et de sortir du piège infernal qui s’est trouvé peu à peu mis en place.

Je doute que cette possibilité existe, quand bien même je souhaite la voir émerger.

Dans un article que j’ai publié voici peu aux États-Unis, je disais que ne rien faire pour briser les engrenages et sortir du piège conduirait à la déliquescence, à une soumission crépusculaire et à des violences croissantes.

J’ajoutais que faire quelque chose, au stade où la France en est, ne permettrait pas d’échapper aux violences, impliquerait des émeutes, des peurs, un plus grand nombre de morts sans doute.

J’ajoutais aussi que je pensais que l’hypothèse la plus probable était celle de la déliquescence et de la soumission crépusculaire. J’espère me tromper, bien sûr.

Je me souviens du temps où le regretté Louis Pauwels dans le « Figaro magazine » disait que la France était atteinte de sida mental et était en train de perdre toutes ses immunités.

Le sida est jugulé par des thérapies innovantes. Le sida mental, lui, est loin d’être jugulé. Il semble gagner du terrain chaque jour.

Guy Millière

Adapté d’un article publié sur les4verites.com

 

6020027_nice_1000x625 

111676599

111677392

111677423

111682469

CpQwryoW8AAsobH

CpQwuToWIAEMJ4j

proxy

111774806

Pour les Niçoises et les Niçois ce traumatisme les marquera à vie !

**********************************************************************************************

SUR 

PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 6 AOÛT 2016

CpKF6OrWEAAJP87

Un incendie s’est produit dans un bar de Rouen. Certains témoins parlent d’une explosion. L’origine est accidentelle selon les médias. On parle de plaques de polystyrène au plafond qui auraient pris feu. On parle de feu qui a pris d’abord dans le sous-sol.

50 pompiers ont été mobilisés pour éteindre l’incendie.

Les victimes, 13 morts et 7 blessés, ont entre 18 et 25 ans. Et c’est un accident tragique, et nos pensées vont aux familles des victimes.

Mais nos pensées vont immédiatement ensuite aux journalistes et au gouvernement.

Ils mentent tellement, ils sont tellement malhonnêtes, qu’on ne peut même pas savoir s’il s’agit vraiment d’un accident ou d’un attentat. Ce n’est pas normal. Ce n’est pas acceptable. On ne devrait pas avoir le premier réflexe de se demander si les journalistes ne sont pas encore en train de mentir.

On a eu, souvenez-vous, les « jeunes », puis les Vladimir, ensuite les « fous » et les dérangés mentaux, les personnes fragiles et les désespérés.

Pour Nice, on a eu droit à une nouvelle version : les chagrins de mariage brisés.

Pour Londres, on a eu encore droit à l’homme psychiatriquement suivi, puis on a dit que le coupable est Norvégien. On n’a pas dit qu’il est Somalien vivant en Norvège. Maintenant, voyant que rien ne fonctionne, à court d’idées tant les attentats sont nombreux, ils veulent supprimer les noms et les visages pour qu’on ne comprenne plus rien.

Cela ne change rien au fait que les coupables ont tous un point commun : ils sont musulmans, et que lorsqu’un couteau sert à tuer, il est depuis quelques années toujours tenu par la main d’un musulman.

Mentir, tromper, induire en erreur, enterrer les faits, cela ne correspond pas au journalisme. Le journalisme devait faire tout l’inverse : rapporter les faits le plus fidèlement possible.

On en est si loin, si loin. Tout est fait, dans les médias français surtout, mais un peu partout dans le monde, pour que les gens ne sachent pas ce qui se passe vraiment. Les médias ont été pravdatisés, il ne reste qu’internet pour s’informer, et ce n’est pas facile, car cela demande un effort, passer du temps pour croiser plusieurs sources, lire Twitter, pour vraiment savoir ce qui se passe.

Et savoir n’a jamais été aussi important qu’en ce moment où les islamistes menacent et tuent.

C’est notre rôle, à Dreuz. Cela représente un gros travail, et nous aimons le faire car nous aimons la vérité.

Cela nous permet de vous apporter une information honnête.

Pour cela, nous sommes régulièrement salués, même par ceux qui n’aiment pas notre ligne éditoriale chrétienne, conservatrice et pro-israélienne.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pourDreuz.info.

 

NOTA : LES MEDIAS INDEPENDANTS FRANCO-AMERICAINS COMME DIACONESCO.TV - INTERNET COUNCIL LLC - POLITIQUE EN PACA, non seulement aiment votre ligne éditoriale chrétienne, conservatrice et pro-israélienne, mais reprennent souvent en boucle vos éditoriaux pour les redifuser de nouveau à leurs très nombreux et fidèles lecteurs à travers notre vaste Monde, encore merci à vous.

DIACONESCO Gérard

Rédacteur en Chef de ces médias.

Posté par POLITIQUE PACA à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2016

CHRISTIAN ESTROSI PRESIDENT DE LA METROPOLE ET DE LA REGION PACA DEMANDE PLUS DE MOYENS POUR LES POLICIERS MUNICIPAUX

Le Président de la région

PACA et de la Métropole

demande plus de moyens

pour les policiers municipaux 

59409726

PHOTO AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV 

 

Posté par POLITIQUE PACA à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2016

DANS CETTE SOCIETE MODERNE DE MERDE VOUS ALLEZ AUSSI APPRENDRE A VIVRE SANS CASH ... PAUVRE HUMANITE !

Les Banksters nous annoncent une société sans cash… et vous ?

108401525

SOURCE : Rédigé le 2 mars 2016 par Bill Bonner | Article, Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

▪ Y a-t-il vraiment une « Guerre contre le cash » ?

Non. Il y a une guerre contre vous.

Plusieurs pays — dont le Danemark, la Suède et la Norvège — sont déjà passés à la suppression quasi-totale du cash.

D’autres, comme la France, ont interdit les transactions en espèces supérieures à certaines sommes. Il y a même des plans au plus haut du gouvernement de l’Inde — qui est l’une des sociétés les plus dépendantes au cash dans le monde — visant à décourager l’utilisation des espèces.

Parallèlement, des économistes et commentateurs de l’establishment — notamment les économistes de Harvard Larry Summers et Kenneth Rogoff, l’économiste en chef de la Citibank Willem Buiter, Andy Haldane à la Banque d’Angleterre et Martin Wolf du Financial Times — se sont déclarés en faveur d’une économie sans cash.

proxy

Comme nous l’avons récemment rapporté, Summers affirme qu’il est « temps de tuer le billet de $ 100 ».

Selon le New York Times, « supprimer les billets à haute dénomination pourrait aider à lutter contre le crime ».

Aujourd’hui, nous creusons un peu ce tas de fumier pour tenter de découvrir ce qu’il cache. Quelle surprise ! Voilà le Deep State — malodorant, méphitique et malfaisant.

Quelques questions valant la peine d’être posées

D’abord, débarrassons-nous — comme nous le ferions d’une couche sale tenue à bout de bras — de la notion qu’éliminer les « gros billets » permettrait d’une manière ou d’une autre de « lutter contre le crime ».

Quelqu’un qui voudrait payer 100.000 $ en espèces aujourd’hui aurait besoin d’une pile de billets de 100 $ haute d’un peu plus de 10 cm

Si l’on se base sur le dollar, quelqu’un qui voudrait payer $ 100.000 en espèces aujourd’hui aurait besoin d’une pile de billets de $ 100 haute d’un peu plus de 10 cms.

Maintenant, imaginons que le billet de $ 100 n’est plus disponible. Le dealer de drogue dit-il à son client, « là, nous n’allons pas pouvoir faire affaire. Transporter de grosses quantités de cash, ça m’ennuie » ?

Le sous-traitant de la défense qui a donné rendez-vous à un membre du Comité gouvernemental sur les services armés dans le parking souterrain du Pentagone lui dit-il : « désolé, je ne peux pas vous donner l’argent, ça ne rentrait pas dans l’enveloppe » ?

La prostituée dit-elle à son souteneur : « je ne travaille pas pour des billets de $ 20 » ?

Ne vous inquiétez pas pour les criminels. En Argentine, l’épine dorsale de l’économie est le billet de 100 pesos — qui vaut environ $ 6 seulement.

Nous avons une propriété en Argentine. Nous avons vu comment ça fonctionne. Les gens utilisent des billets de 100 pesos pour tout — qu’il s’agisse d’acheter le journal du matin ou de vendre un appartement à un million de dollars. Ils les transportent dans des sacs en papier (pour ne pas attirer l’attention des voleurs). Ils les entassent dans des coffres-forts. Des piles débordent de leurs poches et sont posées sur les comptoirs des changeurs au marché noir.

Mal commode ?

Oui.

Permettant de lutter contre le crime ?

Vous voulez rire ?

Les vendeurs de drogue, les prostituées, les tueurs à gage, les terroristes, les blanchisseurs d’argent : ils sont déjà poursuivis comme des criminels et menacés d’amende, de prison ou de mort.

Le côté peu pratique des billets à petite dénomination va-t-il les arrêter ?

Oubliez ça. Ils passeront à de plus petits billets, aux devises étrangères, au Bitcoin, à l’Or ou à quelque chose d’autre. Bloquez l’utilisation d’une devise maniable et pratique… ils innoveront.

Une « taxe » sur l’épargne

Qu’en est-il de l’idée selon laquelle l’interdiction du cash aidera l’économie ?

Lorsque le cash sera plus difficile à obtenir, les banques centrales auront moins de mal à imposer un taux d’intérêt négatif sur vos dépôts bancaires

Lorsque le cash sera plus difficile à obtenir, les banques centrales auront moins de mal à imposer un taux d’intérêt négatif sur vos dépôts bancaires.

Sans la possibilité de conserver votre épargne sous forme de devise physique, vous n’aurez pas d’autre choix que garder votre argent en dépôt dans votre banque… et payer pour épargner.

Sauf qu’un taux d’intérêt négatif n’est qu’une taxe supplémentaire… qui vous est imposée par les employés du cartel bancaire et qui n’a pas besoin d’être approuvée par un vote au niveau politique.

108400631

Avec un taux négatif d’1%, vous perdez 10 euros sur 1.000 euros économisés. Cela revient à une « taxe sur l’épargne » de 1%.

Mais attendez… Normalement, augmenter les impôts n’encourage pas les gens à dépenser. Au contraire, ça les pousse à fermer leur porte-monnaie, non à l’ouvrir.

Quand on vous prend votre argent, vous en avez moins (une lapalissade). Vous devez réduire vos dépenses. Si vous économisez pour votre retraite, une taxe sur votre épargne signifie que vous allez devoir épargner plus (et dépenser moins) sur ce que vous gagnez.

Il n’y a aucune preuve, dans les annales de l’histoire, qu’on ait aidé une économie en prenant l’argent des gens. L’idée est si absurde qu’elle ne peut que venir d’un économiste, d’un énarque… ou d’une canaille.

108401514

Mais pour la comprendre pleinement… il faut remonter à des centaines d’années.

A suivre !

108401349

Les Banksters se servent en premier dans les distributeurs de billets de banque ... pauvres clients à qui ils confisquent leur argent !

********************************************************************************

           

Posté par POLITIQUE PACA à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE DU PARTI DE LA FRANCE

RÉSISTANCE NATIONALE : LA

 

NATION ET LE PEUPLE EN ARMES

101990296_o

Rédigé le Mardi 26 Juillet 2016 à 14:58 

Carl Lang et Le Parti de la France s’insurgent contre le nouvel acte de barbarie islamiste perpétré aujourd’hui à Saint-Etienne-du-Rouvray et revendiqué par l’Etat islamique.

Le Parti de la France s’associe à la douleur des proches du prêtre égorgé et des fidèles blessés par les assassins islamistes et apporte à la communauté des catholiques de France son soutien  indéfectible. 
Il est temps que nos compatriotes comprennent que les niaiseries déclamatoires du « vivre ensemble », les appels répétés à la « fraternité citoyenne et républicaine » ainsi que les logorrhées politiques et médiatiques du « pas d’amalgame » ne sont pas une réponse aux actions révolutionnaires et terroristes menées par les « soldats de l’Islam ». 

Le Parti de la France qui a déjà présenté ses mesures de sécurité nationale et de défense du peuple français rappelle l’urgente nécessité de constituer une garde nationale de 100 000 volontaires, formés, encadrés et armés en toutes circonstances, comme première étape d’une nation et d’un peuple en armes. 

La France et son peuple sont aujourd’hui en état de légitime défense

Les effectifs annoncés par le ministre de l’Intérieur de la « réserve opérationnelle » composée de 9 000  volontaires dans la gendarmerie et de 3 000 dans la police sont dérisoires au regard des enjeux de sécurité intérieure et de la guerre de religion que nous font les militants de l’Etat islamique. 

La réponse se doit d’être aussi une réponse politique à cette guerre politico-religieuse et révolutionnaire. 

Le Parti de la France appelle tous les sympathisants de la cause nationale attachés à la défense de notre modèle de civilisation, à notre sécurité et à nos libertés ainsi qu’au droit du peuple français à rester lui-même à s’engager à ses côtés afin d’organiser la résistance nationale. 
  
Carl Lang 
Président du Parti de la France 

9838911-15907475

 

Retrouvez le PARTI DE LA FRANCE sur

TWITTER :

7027570-10753207

P1130849

P1130850