POLITIQUE EN PACA & POLICY IN THE WORLD in English, French and Italian 0632173633 - diaconesco@gmail.com

03 avril 2020

GEOPOLITIQUE INTERNATIONALE : DANS CETTE GUERRE ENTRE LA CHINE ET LE MONDE OCCIDENTALE L'EMPIRE DU MILIEU NE LA GAGNERA PAS !

Non la Chine ne gagnera pas!

Publié par Magali Marc le 3 avril 2020

 

chine-1050x600

On ne s’attaque pas impunément aux démocraties occidentales. Le Régime communiste chinois va l’apprendre à ses dépends. Le gouvernement de Xi Jinping a menti concernant la gravité et l’origine du Virus de Wuhan, raconte que ce sont les Américains qui ont apporté le coronavirus en Chine et envoie du matériel médical défectueux à divers pays d’Europe. Selon Helen Raleigh, si Pékin ne s’attaque pas immédiatement et résolument à ses problèmes internes, tout espoir de restaurer sa crédibilité et son économie sera anéanti.

 

Traduction de l’article de Helen Raleigh, paru dans The Federalist, le 1er avril.

 

donald-trump-et-xi-jinping-photo-brendan-smialowski-afp-1561789692

À moins que la Chine corrige les erreurs systémiques qui ont causé le désastre du coronavirus, elle perdra son statut de puissance mondiale

La propagation mondiale du coronavirus, qui provient de la Chine communiste, a porté un grave préjudice à la crédibilité et à l’image de Pékin en tant que leader mondial.

 

Grâce à une série de campagnes de relations publiques, Pékin avait espéré non seulement rétablir sa crédibilité, mais aussi sortir de cette pandémie de manière à renforcer son image de marque, en se présentant comme le seul leader mondial sur lequel on peut compter.

Toutefois, le jeu absurde de reproches (aux Américains) joué par Pékin et un certain nombre de produits exportés défectueux risquent d’anéantir cet espoir.

Tandis que plus d’un milliard de personnes dans le monde sont soumises à une forme ou une autre de quarantaine et que le nombre officiel de décès dépasse les 35 000, Pékin refuse d’admettre ou de reconnaître que le virus est originaire de Chine.

Au lieu de cela, le Régime Communiste Chinois s’est mis à blâmer tout le monde, sauf lui-même, pour les dissimulations et les retards dans les premières semaines de l’épidémie du virus de Wuhan, une période cruciale où la propagation aurait pu être efficacement contenue.

Zhao Lijian, le porte-parole du ministère des affaires étrangères le plus agressif de la Chine communiste, a raconté sur Twitter une théorie de la conspiration selon laquelle l’armée américaine aurait créé le coronavirus afin de s’en servir comme d’une arme biologique et l’aurait implanté en Chine.

En tant que haut fonctionnaire du gouvernement, il est impossible que Zhao ait fait des commentaires aussi scandaleux sans obtenir d’abord l’approbation des hautes autorités chinoises.

Fin mars, le Dr Giuseppe Remuzzi, directeur de l’Institut Mario Negri pour la recherche pharmacologique à Milan, a déclaré dans une interview qu’une «étrange pneumonie» circulait en Lombardie en novembre de l’année dernière, avant que les médecins italiens ne prennent conscience de l’épidémie de coronavirus en Chine.

Cette nouvelle n’aurait toutefois pas dû surprendre. Le South China Morning Post a publié des données officielles chinoises, montrant que le premier cas connu de coronavirus à Wuhan s’est également produit en novembre de l’année dernière.

À l’époque, il y avait sept vols directs quotidiens entre Wuhan et Milan.

Plutôt que de s’attaquer de manière rationnelle à la situation qui s’aggravait, le premier instinct de Pékin a été de déformer les propos de Remuzzi et de suggérer que le virus provenait d’Italie. Remuzzi a rapidement réfuté cette idée, soulignant que la tentative de Pékin de blâmer l’Italie pour le coronavirus est « un exemple classique, à enseigner dans les universités, sur la façon dont l’information scientifique peut être manipulée à des fins de propagande ».

En dehors de la Chine, c’est l’Italie qui souffre actuellement le plus du virus, avec près de 98 000 cas confirmés et 10 779 décès. Le pays tout entier est toujours sous le coup d’un confinement total.

Le jeu de reproches désespérés de Pékin semble pathétique et indigne de son statut de superpuissance. Plus elle tente de nier sa responsabilité, plus elle suscite la suspicion et le ressentiment, tant au niveau national qu’international.

21AdMPSfywL

Pékin prend la pose du héros

En plus de jouer au jeu des reproches, Pékin tente également avec enthousiasme de transformer la crise actuelle en une opportunité d’expansion géopolitique en se présentant comme un meilleur leader et partenaire mondial que les États-Unis, grâce à une méthodologie soigneusement élaborée de «diplomatie du coronavirus».

Comme Pékin a évité tout blâme et toute responsabilité, il a ouvertement accepté un rôle de héros.

Le Régime Communiste Chinois a envoyé en fanfare des ventilateurs, des masques et du personnel médical en Europe pour aider le continent à combattre l’épidémie.

Cependant, le Wall Street Journal a prévenu que les gestes posés par Pékin « ne sont pas aussi altruistes qu’ils peuvent le paraître », car « la Chine dispose d’un surplus d’équipements médicaux maintenant que l’épidémie semble y avoir atteint son apogée. La demande augmente ailleurs à mesure que le virus se propage, si bien que les entreprises chinoises augmentent leur production pour gagner des parts de marché au niveau mondial ».

bourse de pekin (2)

Ce jeu de puissance bienfaisante de Pékin aurait fonctionné si ce n’était que selon plusieurs rapports récents, les produits que la Chine a exportés sont défectueux!

  1.  L’Espagne a aujourd’hui la deuxième place derrière l’Italie pour le plus grand nombre de décès en dehors de la Chine. Le pays a commandé 340 000 kits de test de coronavirus à Shenzhen Bioeasy Biotechnology en Chine, début mars. La semaine dernière, le principal institut de recherche espagnol a déclaré que les kits de test chinois avaient un taux de précision inférieur à 30 %, ce qui rend les tests, le suivi et le traitement du virus extrêmement difficiles. Le ministère espagnol de la santé a dû passer commande auprès de son fournisseur national pour remplacer les kits de test chinois. L’entreprise chinoise qui a fabriqué les kits de test a rejeté les préoccupations espagnoles relatives à la précision, en déclarant qu’une « explication plus détaillée serait donnée par les canaux officiels du gouvernement chinois ».
  2. Des responsables de la santé turcs ont déclaré avoir prélevé un échantillon des kits de test fabriqués par la même entreprise chinoise et ont constaté que le taux de précision était inférieur à 30 %, confirmant ainsi le rapport des autorités espagnoles. Ates Kara, un fonctionnaire du conseil scientifique spécial du ministère turc de la santé sur les coronavirus, a déclaré que tandis que le gouvernement turc n’a pas autorisé la mise à disposition des kits de test pour un usage public, l’Espagne « a fait une énorme erreur en les utilisant ».
  3. Entre-temps, les médias tchèques ont rapporté que jusqu’à 80 % des kits de test similaires que la Tchécoslovaquie avait obtenus de Chine étaient également défectueux. Depuis, les autorités sanitaires tchèques ont eu recours aux laboratoires traditionnels pour tester les coronavirus, des laboratoires qui ne peuvent effectuer que 900 tests par jour.

Les produits de qualité inférieure peuvent être mortels

  1. Outre les kits de test défectueux, le gouvernement néerlandais a rappelé le weekend dernier 600 000 masques N95 fabriqués en Chine, en raison de leur faible qualité. Les médecins et les infirmières qui ont reçu ces masques ont déclaré qu’ils ne s’adaptaient pas correctement et que leurs filtres ne fonctionnaient pas normalement. Ces masques N95 sont censés être les meilleurs pour bloquer plus de 90 % des particules dans l’air qui peuvent être porteuses du virus. Ils sont essentiels pour la santé et la sécurité des professionnels médicaux qui traitent les patients infectés par le coronavirus. Des masques rappelés constituaient la première livraison de 1,3 million de masques N95 au total que le gouvernement néerlandais avait commandés à la Chine, et ils avaient déjà été distribués aux professionnels de la santé de première ligne. Un médecin néerlandais a déclaré au South China Morning Post : « Si les masques ne sont pas bien ajustés, les particules de virus peuvent simplement passer à travers. Nous ne les avons pas utilisés. Ils ne sont pas sûrs pour notre peuple ».

Bien sûr, ces incidents ne signifient pas que tous les produits fabriqués en Chine sont inférieurs aux normes.

Les autorités sanitaires turques ont déclaré qu’un autre lot de kits de test de coronavirus qu’elles avaient commandé à une autre entreprise en Chine avait passé le test de qualité turc.

Néanmoins, ces incidents ne présentent en aucune façon sous un jour positif l’image internationale de la Chine, sa crédibilité et son étiquette « made in China », car la qualité de ces produits apporte bien plus que des profits. Dans cette situation, elle fait la différence entre la vie et la mort.

Des produits fabriqués en Chine défectueux ? Rien de nouveau sous le soleil !

XVM65f08ee6-84b3-11e6-9fb7-f850e66d7ddf

Sur le plan intérieur, la Chine a été secouée par un certain nombre de scandales liés à la sécurité des produits ces dernières années, depuis les préparations pour nourrissons contaminées par des produits chimiques toxiques jusqu’aux vaccins de qualité inférieure.

Bien que le gouvernement chinois choisisse toujours de blâmer quelques individus avides, la racine du problème est beaucoup plus profonde.

La bureaucratie corrompue de la Chine, la tendance habituelle du gouvernement de supprimer les « mauvaises nouvelles » au nom de la stabilité, les lacunes dans la surveillance de la production et de la distribution, et l’absence d’une presse libre pour tenir le gouvernement responsable sont autant de facteurs qui contribuent aux problèmes de qualité des produits.

Ces facteurs sont les mêmes que ceux qui ont conduit à la mauvaise gestion de l’épidémie du coronavirus par Pékin.

Les problèmes de qualité des produits dont se plaignent depuis longtemps les consommateurs chinois se répercutent sur la scène internationale à un moment où la crédibilité de Pékin est déjà mise à mal et où la Chine a désespérément besoin de la demande internationale pour relancer son économie, qui a été gravement endommagée par l’épidémie du virus de Wuhan.

Si Pékin ne s’attaque pas immédiatement et résolument à ces problèmes internes, ne met pas fin à son petit jeu qui consiste à rejeter la faute sur les autres, et ne corrige pas la fabrication de ses produits défectueux , tout espoir de restaurer sa crédibilité et son économie sera anéanti.

* Helen Raleigh est une immigrante chinoise et l’une des principales collaboratrices du magazine en ligne The Federalist.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

 

Source :

https://thefederalist.com/2020/04/01/unless-china-confronts-systemic-errors-causing-its-coronavirus-disaster-it-will-lose-world-status/

***********************************************************************

Unless China Confronts Systemic Errors Causing Its Coronavirus Disaster, It Will Lose World Status

14136985

 

Unless Beijing addresses internal issues immediately and decisively, it will destroy any hope of restoring its credibility and economy.

 

By Helen Raleigh

April 1, 2020

The worldwide spread of the coronavirus, which originated from communist China, has brought serious detriment to Beijing’s credibility and image as a global leader. Through a series of public relations campaigns, Beijing had hoped not only to repair its credibility, but also to come out of this pandemic even stronger by casting itself as the only reliable global leader. However, Beijing’s absurd blame game and a number of faulty exported products may destroy this hope.

As more than 1 billion people worldwide are under some form of quarantine and the official global death toll is surpassing 35,000, Beijing refuses to admit or acknowledge that the virus originated in China. Instead, it has been busy blaming everyone but itself for the cover-ups and delays in the early weeks of the Wuhan virus outbreak, a crucial period when the spread could have been effectively contained.

Zhao Lijian, communist China’s most aggressive Foreign Ministry spokesman, touted a conspiracy theory on Twitter which claimed the U.S. military created the coronavirus as a bioweapon and planted it within China. As a high-level government official, it is impossible for Zhao to make such outrageous comments without the approval from China’s highest authorities.

In late March, Dr. Giuseppe Remuzzi, director of the Mario Negri Institute for Pharmacological Research in Milan, said in an interview that a “strange pneumonia” was circulating in Lombardy in November of last year, prior to Italian doctors’ awareness of the coronavirus outbreak in China. The news, however, should not have come as a surprise. The South China Morning Post reported official data in China, showing that Wuhan’s first known coronavirus case also occurred in November last year. There were seven daily direct flights between Wuhan and Milan at the time.

Rather than rationally tackling the worsening situation, Beijing’s first instinct was to twist Remuzzi’s comments and suggest the virus originated in Italy. Remuzzi quickly refuted that, pointing out Beijing’s attempt to blame Italy for the coronavirus is “a textbook example, to be taught in universities, on how scientific information can be manipulated for propaganda reasons.” Outside China, Italy is now suffering the worst from the virus, with close to 98,000 confirmed cases and 10,779 deaths. The entire country is still under a complete lockdown.

Beijing’s desperate blame game seems pathetic and unbecoming for its superpower status. The more it tries to deflect its responsibility, the more suspicion and resentment it induces, both domestically and internationally.

Beijing Casts Itself as the Hero

In addition to playing the blame game, Beijing is also eagerly trying to turn the current crisis into an opportunity of geopolitical expansion by casting itself as a better world leader and global partner than the United States, through a carefully crafted methodology of “coronavirus diplomacy.” As Beijing shunned any blame and responsibility, it openly embraced its role as a hero.

It made a big fanfare of sending ventilators, masks, and medical personnel to Europe to help the continent fight the outbreak. However, The Wall Street Journal warns that Beijing’s acts “are not as altruistic as they might appear,” because “China has a surplus of medical equipment now that the outbreak appears to have reached its peak there. Demand is rising elsewhere as the virus spreads, so Chinese companies are ramping up production to gain global market share.”

Beijing’s soft power play would have worked if not for a number of recent reports of the faulty products China has exported. Spain now has the second-highest death toll outside China, right behind Italy. The country ordered 340,000 coronavirus test kits from Shenzhen Bioeasy Biotechnology in China in early March. Last week, Spain’s leading research institute said the test kits from China have an accuracy rate of less than 30 percent, making testing, tracking, and treating the virus insurmountably difficult.

Spain’s Health Ministry had to order from its national supplier to replace the Chinese test kits. The Chinese company that made the test kits dismissed accuracy concerns, saying a “more detailed explanation would be given via official Chinese government channels.”

Health officials from Turkey said they took a sample of the test kits made by the same Chinese company and found the accuracy rate to be less than 30 percent, confirming the Spanish authorities’ report. Ates Kara, an official from the Turkish Health Ministry’s special science board on coronavirus, said while the Turkish government did not authorize the release of the test kits for public use, Spain “has made a huge mistake by using them.” Meanwhile, Czech media reported that up to 80 percent of similar test kits it had obtained from China were faulty too. Czech health officials have since resorted to relying on traditional labs to test for coronavirus, labs which can conduct only 900 tests per day.

Substandard Products Could Be Lethal

Besides faulty test kits, last weekend the Dutch government recalled 600,000 N95 masks that were made in China, due to their low quality. Doctors and nurses who received these masks said they did not fit properly, and their filters did not function normally. These N95 masks are supposed to be top-of-the-line in helping to block more than 90 percent of particles in the air that may carry the virus. They are critical for the health and safety of medical professionals who treat coronavirus-infected patients.

These recalled masks were the first shipment of 1.3 million total N95 masks the Dutch government had ordered from China, and they had already been distributed to front-line medical professionals. One Dutch doctor commented to the South China Morning Post, “[I]f the masks do not fit properly, the virus particles can simply pass through. We did not use them. They are unsafe for our people.”

Of course, these incidents do not mean all made-in-China products are substandard. Turkey’s health officials said a different batch of coronavirus test kits they ordered from a different company in China passed Turkey’s quality test. Still, these incidents do not in any way, shape, or form present China’s international image, credibility, and the made-in-China trademark in a positive light, because the quality of these products means far more than profit. In this situation, it can mean the difference between life and death.

China’s Faulty Product Problems Aren’t New

Domestically, China has been shaken by a number of product safety scandals in recent years, from tainted baby formula with toxic chemicals to substandard vaccines. While the Chinese government always chooses to blame a few greedy individuals, the root of the problem lies much deeper. China’s corrupt bureaucracy, the government’s overarching desire to suppress “bad news” in the name of stability, the loopholes in production and distribution oversight, and the lack of free press to hold the government accountable all contribute to product quality issues.

These factors are the same that resulted in Beijing’s mishandling of the coronavirus outbreak. The product quality issues Chinese consumers have long complained about spilled over onto the international stage at a time Beijing’s credibility is already at a historical low, and when China desperately needs international demand to reboot its economy, which has been badly damaged by the Wuhan virus outbreak. Unless Beijing addresses these internal issues immediately and decisively, its continuous blame game and faulty products will destroy any hope of restoring its credibility and its economy.

Helen Raleigh is a senior contributor to The Federalist. An immigrant from China, she is the owner of Red Meadow Advisors, LLC, and an immigration policy fellow at the Centennial Institute in Colorado. She is the author of several books, including "Confucius Never Said" and "The Broken Welcome Mat." Follow Helen on Twitter @HRaleighspeaks, or check out her website: helenraleighspeaks.com.

 

Posté par POLITIQUE PACA à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2020

AVEC LE CORONAVIRUS CHINOIS C'EST LA GUERRE MONDIALE ECONOMIQUE QUI A COMMENCE QUI VA GAGNER ? PERSONNE CAR BEAUCOUP DE MORTS

 EN CHINE : COVID-19.2 SERA PIRE QUE COVID-19.1 !   

personnes-voyageantle-Nouvel-An-lunaire-portant-masques-protection-dirigeant-depart-aeroport-international-Pekin-Pekin-22-janvier-2020_0_729

(L’Imprécateur) 

      29 mars 2020 Publié par Marc Le Stahler

« Le Parti Communiste Chinois a vaincu Covid-19 », clame la propagande du parti. Ce que le PCC (Parti Communiste Chinois) appelle une victoire n’est en fait qu’une diminution de l’augmentation quotidienne des cas. Le jour où le PCC fit connaitre son succès au monde entier, le nombre de cas nouveaux à Wuhan ne fut que d’environ 700.

Pour arriver à zéro nouveau cas, le Parti a demandé aux hôpitaux de refuser les malades nouveaux.
Comme ils ne sont comptabilisés que dans les hôpitaux… zéro nouveau malade !
Et comme certains étrangers sont trop curieux, la Chine a simultanément décidé de fermer ses frontières après avoir expulsé la plupart des journalistes !

Un journaliste chinois cité par Courrier international, Zhanf Zhulin, explique que “Plusieurs hôpitaux réservés aux soins du coronavirus dans le district de Wuchang ont refusé d’accueillir des personnes symptomatiques, probablement par peur d’impacter les données officielles annoncées.”

De plus, les patients qui rechutent, touchés par Covid-2 sont refusés par les hôpitaux : « les patients du coronavirus ont du mal à être acceptés par l’hôpital après leur rechute”. Et l’Université de Shangaï a publié un article disant que la Chine n’est qu’au début de l’épidémie qui, si elle termine peut-être à Wuhan, commence ailleurs en Chine, et que « la deuxième vague sera pire que la première« .

SUR LES STATISTIQUES LA CHINE TRICHE, ET LA FRANCE AUSSI !

Y79vrkN-

Cela dit, la France fait la même chose, le nombre des morts annoncés chaque jour ne comprend que les morts déclarés par les hôpitaux publics et ne compte pas les morts dans les hôpitaux non publics, les cliniques, les EHPAD et ceux qui, récupérés par leur famille ou renvoyés chez eux y meurent ; ni les morts non déclarés faute d’avoir subi un test. Or la France manque de tests.

On a fait admettre aux Français la nécessité d’un confinement de 12 jours, « parce qu’il faut environ une semaine pour constater les premiers résultats« . Pas de résultats, des membres du gouvernent parlent maintenant de six semaines. L’entourage du premier ministre dit que cela pourrait durer jusqu’à la veille du second tour des municipales le 21 juin, soit onze semaines. Mais pour le moment, ce n’est que prolongé jusqu’au 15 avril, en attendant l’annonce suivante.
Les Gaulois sont réfractaires, il faut les habituer doucement au pire.

L’ABSENCE DE MASQUES ET DE GEL POURRAIT SE RÉVÉLER CRIMINELLE

ETiOWz7X0AAmyMZ

Combien de membres du personnel médical auront survécu sans masques, sans gants, sans combinaisons, sans gel de nettoyage désinfectant ?

Combien de policiers, que le gouvernement expose tous les jours sans protection avec pour mission de faire rentrer le plus possible de contraventions à 135 €, pour défaut de l’autorisation de circuler qu’il faut imprimer ou rédiger à la main soi-même pour chaque sortie ?

« Nos autorités de tutelle ont en effet été prévenues par l’ensemble de la parité syndicale des policiers actifs de l’impérieuse nécessité de doter des matériels de protection (masques, gants, gels hydroalcooliques, lunettes), les agents qui le souhaitent pour exercer sereinement leurs missions.

Un courrier intersyndical adressé en ce sens au ministre de l’Intérieur n’a reçu aucune réponse, hormis la programmation d’une réunion lundi 23 mars. Cette dernière s’est tenue entre l’ensemble de la parité, le secrétaire d’Etat Laurent NUÑEZ, le DGPN et le directeur général de la santé, monsieur Jérôme SALOMON.

Cette réunion n’a fait que conforter notre opinion sur l’absence de prise en compte par nos autorités des besoins vitaux, et urgents, des forces de l’ordre. En effet, Jérôme SALOMON nous a adressé un discours convenu, prétendument rassurant quant aux faibles risques encourus par les policiers qui n’auraient donc pas besoin de masques, de toute façon indisponibles. (Syndicats de police).

 

contravention

LES CONTRAVENTIONS PASSENT AVANT LA SÉCURITÉ DES POLICIERS

« Pourtant, malgré cette absence de moyens de protection particulièrement réclamés par les syndicats de policiers, tous corps et tous grades, qui relaient les inquiétudes de leurs mandants, le ministre de l’Intérieur Christophe CASTANER persiste à annoncer le renforcement immédiat des contrôles des citoyens qui ne restent pas chez eux et considère encore que « les policiers ne sont pas en situation de risque« . (Syndicats de police)

Photo et article de Marianne : les gendarmes ont des masques (ceux de l’armée), mais la Police dépend de l’Intérieur qui a confisqué son stock de masques.

Cette absence de souci de protection de la police est exemplaire du peu de souci qu’a le gouvernement de protéger les citoyens qui sont au front dans le combat contre le virus, et ce mépris s’étend à tous les Français.
Par contre, les taxer…

le-pr-raoult-le-roi-lear-le-pere-1024x576

Le Pr Raoult, le Roi Lear, le père du Président et pourquoi tout cela nous concerne

Le Président MACRON a un problème avec l’image du père. Dernier avatar de la question, l’apparition de la figure shakespearienne du Professeur Didier Raoult qui va le rendre fou s’il ne l’est déjà.

 

20200321_1_6_1_1_0_obj22396007_1

 

La lettre patriote

Il faut écouter Christian Combaz dans La France de Campagnol raconter la verbalisation par deux gendarmes de l’aïeule du village, 94 ans, sourde et alzheimer, qui n’avait pas écrit ce jour-là l’autorisation que l’on s’accorde soi-même de sortir faire ses courses, et qui ne comprend rien à ce qu’ils lui disent en hurlant à 15 centimètres de son oreille. Si bien que si l’arrière grand-mère n’était pas contaminée, elle l’est peut-être maintenant.

La suite vaut aussi d’être écoutée, où Combaz raconte pourquoi Macron hait les médecins qui, comme le Professeur Didier Raoult,  lui rappellent son père neurologue, Jean-Michel Macron. Il eut le culot de lui dire qu’un garçon de 15 ans, qui choisit pour soulager ses glandes une femme presque en âge d’être sa grand’mère au lieu d’une fille de son âge, a un sérieux problème psychiatrique.

Le ministre Olivier Véran a choisi pour le conseiller un Haut Conseil de la Santé publique que les médias présentent comme « scientifique » et « indépendant », formé de médecins soumis et serviles. Avant de parler ils apprennent par cœur les consignes et éléments de langage du club de com' de l’Élysée. Comme ce directeur de la santé, Jérôme Salomon dont il a été question plus haut. Et ce Conseil « indépendant » est sous l’autorité du ministre.

Jérôme Salomon a été médecin épidémiologiste, mais depuis trente ans il n’a pas vu un stéthoscope, ayant préféré s’enrichir comme haut fonctionnaire en entrant dans la bande des Kouchner-boys en 1990, ce qui lui permit d’être tout de suite grassement payé dans un cabinet ministériel. Il n’était peut-être pas incompétent à l’époque, mais il l’est devenu par manque de pratique. Socialiste, il doit son poste au socialiste Macron que, flairant la bonne gamelle, il a rejoint en 2018. Incompétence et copinage sont les deux mamelles de LREM.

 

EUcCYI1WkAAk4WU

 

LES PAYS QUI BLOQUENT COVID-19 SONT CEUX QUI ONT DES MASQUES

90771907-624879025020668-3948449145580158976-n-854x641

La quasi totalité des pays qui ont obtenu un faible taux de contamination et de morts sont ceux qui ont évité le confinement général pour privilégier le port des masques par la totalité de la population, le confinement ciblé, la surveillance étroite des personnes susceptibles d’être contaminées et l’hospitalisation systématique des malades sous oxygénation artificielle (1). 

masques-a-matignon

Réunion à Matignon : pas de masques pour les autres, mais pour eux, oui !

Mais la France n’a en quantité suffisante ni masques, ni gants, ni combinaisons, ni lits, ni respirateurs, ni gel hydroalcoolique. Mais à quoi serviraient-ils puisque, comme le dit Castaner, « les policiers ne sont pas en risque (2) » (23/03), les kinés, les ambulanciers, les infirmiers, les aides soignants, le personnel et les anciens dans les EHPAD, les médecins indépendants, les vieillards encore valides dans les villages, les militaires sur les chantiers de montage d’hôpitaux en toile, les caissières, les ouvriers du bâtiment, les gendarmes, les fonctionnaires des services publics maintenus en activité non plus, ils ne sont pas « en risque« .
Et, non plus, c’est évident, les 50 millions de citoyens qui n’entrent pas dans ces catégories. Une partie d’entre eux vont-ils mourir ?

POUR SE DÉBARASSER DES VIEUX QUI COÛTENT CHER : L’EUTHANASIE

attali

 

Les francs-maçons socialistes Jacques Attali et son disciple Emmanuel Macron en rient de satisfaction.
Jacques Attali(*) avait écrit en 1981 « dès qu’il dépasse 60-65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est maintenant un marché mais il n’est pas solvable.  Je suis pour ma part, en tant que socialiste, contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments de nos sociétés futures »

(*) Qu'il aille en enfert avec de tels propos criminels ! ( DG )

 

MACRON ET ATTALI

Euthanasier les vieux ? Le gouvernement le fait déjà avec les handicapés lourds. Mais, cela va de soi, les politiciens et l’élite parasite des Attali, Minc, Martinez, et autres parasites à plus de 15 000 € par mois n’envisagent évidement pas de s’appliquer ce traitement inhumain. Le premier pas est fait vers une dictature national-socialiste. Car, l’avez-vous remarqué ? Le  mondialiste à tous crins Emmanuel Macron est devenu depuis quelques jours nationaliste dans ses discours, et il reste socialiste, mais tout de même sans plus revendiquer son maoïsme qu’il se contente d’afficher dans ses embrassades passionnées avec le président du Parti Communiste Chinois, Xi Jinping et dans ses discours.

POUR SAUVER LA FRANCE DE COVID-19, COPIER LES COMMUNISTES CHINOIS

dirigeants communistes de la chine rouge

Pourquoi les PCC ment-il sur sa victoire sur Covid-19 ? Parce que, dans son entreprise de conquête et de colonisation de l’Europe, il a commis une erreur : lâcher trop vite, peut-être involontairement, le coronavirus. Il comptait sur lui pour gagner la guerre bactériologique qui, selon le plan du général Shi Hintiang, validé en 2003 par le Comité central du PCC, devait lui permettre d’affaiblir les Etats-Unis pour les empêcher de réagir ensuite à une attaque frontale.

Il tenait déjà l’Italie du nord par une colonisation humaine de 360 000 chinois (ceux qui sont déclarés) et des investissements considérables dans le textile, qui ont rendu politiciens et industriels très dociles, les politiciens le devenant surtout par la corruption.

Comme en France. Mais en France, ce sont les secteurs de l’automobile et le médical qui ont été les cibles privilégiées. Pas de matériel médical et de médicaments sans la Chine, pas de voitures électriques non plus, la Chine nous tient par les batteries, comme pour les éoliennes et les panneaux solaires, pas de transition énergétique sans la Chine.

Son image et sa réputation étant salies par la faute du virus qu’elle a inventé, elle attaque sur deux fronts. Nier et trouver un autre coupable. Elle a tenté les animaux, ça n’a pas marché. Puis une intervention étrangère. Et maintenant elle cible les Etats-Unis en misant sur la haine que suscite Trump dans la gauche marxiste mondiale. En même temps, elle a présenté des excuses officielles  aux Italiens, preuve s’il en était besoin qu’elle est consciente de sa responsabilité dans l’épidémie, et leur fait croire qu’elle va les sauver avec des cadeaux en matériel, en médicaments et en prêts de médecins. Pour la France elle n’aura pas à faire beaucoup d’efforts, Emmanuel Macron étant déjà lui-même soumis.

Réussira-t-elle ? Ce n’est pas certain car il faudrait que ses efforts de reconquête s’inscrivent dans la durée. Or, selon de nombreux scientifiques chinois, le ralentissement constaté à Wuhan n’est qu’une courte pause avant le démarrage de l’épidémie partout ailleurs dans la Chine.

chine-1050x600

La guerre ne nous a pas été déclarée par coronavirus mais par la Chine.

Mais si la seconde vague provoque l’effondrement du PCC et de l’économie chinoise, le reste du monde, retrouvant industries et nations, a une chance d’être sauvé.

L’Imprécateur
29 mars 2020 

1 / Nombre de cas déclarés le 28 mars :

(Monde, environ 300 000 cas      Habitants 7 700 000 000)

France, environ 33 000 cas      Habitants 65 000 000       0,05 % de la population
Corée, 146 cas                         Habitants 52 000 000      0,000028 %
Autriche, 182 cas                     Habitants   8 822 000      0,002 %
Slovénie, 34 cas                       Habitants   2 100 000      0,0016 %

La France a, pendant trois mois, laissé ses frontières ouvertes.
Corée, Autriche, Slovénie ont fermé les leurs, « Je crois que ce sont sincèrement de mauvaises décisions« . (E.Macron) Comme le prouvent les résultats => La France, moins de 1 % de la population mondiale et 11 % des cas ?

Source : Les Échos, Le point sur le coronavirus, 28 mars 2020

2 / Les voyous et dealers des banlieues ne sont pas en risque non plus, Laurent Nuñez et Castaner interdisent aux préfets et policiers « de mettre le feu aux banlieues en essayant d’instaurer un strict confinement« . Ils avaient déjà le permis de tuer avec la drogue, ils ont aussi celui de tuer avec coronavirus-PCC.
Mais, moyennant finances, vous pouvez vous en protéger en achetant des masques en vente libre dans les banlieues (visio-conférence du 18 mars).

 

donald-trump-et-xi-jinping-photo-brendan-smialowski-afp-1561789692

Posté par POLITIQUE PACA à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2020

INTERVIEW DE MARINE LE PEN PRESIDENTE DU RASSEMBLEMENT NATIONAL PAR "VALEURS ACTUELLES"

[Interview] Marine Le Pen : “Le gouvernement est le plus gros pourvoyeur de fake news depuis le début de cette crise”

 

SIPA_00949700_000004

Par

SOURCE VALEURS ACTUELLES par Tugdual Denis

 

 

DENIS Tugdual 2_3

 

Publié le 27/03/2020 à 08:30

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/interview-marine-le-pen-le-gouvernement-est-le-plus-gros-pourvoyeur-de-fake-news-depuis-le-debut-de-cette-crise-117518?utm_source=sendinblue&utm_campaign=ValeursActuellesCorona&utm_medium=email

Twitter

Chapô

“Modèle ultra-libéral mondialisé”, “disparition des frontières”, “effondrement de l’Etat”… En pleine pandémie de coronavirus, la présidente du Rassemblement national dénonce la politique d’Emmanuel Macron qu'elle juge irresponsable et les “mensonges grossiers” de son gouvernement qui menacent l’unité vitale du pays. Entretien sans filtre.

Valeurs actuelles. Comment avez-vous pris la mesure de la crise que constituait cette pandémie de coronavirus ?
Marine Le Pen. Dès le début du mois de janvier, je lisais tout ce que je pouvais sur ce qui passait. Quand, vers le 20 janvier de mémoire, nous avons eu des données plus complètes sur la transmissibilité, cela m’a vraiment alerté. Je me suis fait traduire les textes en anglais. Je crois avoir eu la prescience de la gravité de ce qui se passait.

Qui croire, dans cette période où se propagent particulièrement rapidement les fake news ?
Ces fake news sont une des conséquences dramatiques des mensonges du gouvernement sur toute une série de sujets. Il y a eu une rupture de confiance. Les Français ne les croient plus, quoi qu’ils disent. Evidemment que des gens, pas toujours de mauvaise foi d’ailleurs, se sentent investis de l’obligation d’avertir les autres. Mais qui a dit « ça n’est pas grave  » ? Qui a dit « c’est une grippe » ? Qui a dit « il n’y a qu’une chance minime pour que la France soit touchée » ? Qui a dit « le test ne sert à rien » ? Et après on leur dit « vous ne respectez pas la confinement, restez chez vous ! » Les Français sont déboussolés, ne savent plus à quel saint se vouer. Le gouvernement est le plus gros pourvoyeur de fake news depuis le début de cette crise. Et LE responsable de la perte de confiance dans la parole publique. 

A la fin de sa première intervention télévisée, Emmanuel Macron a estimé que le coronavirus remettait en cause l’ensemble de notre modèle. De quoi s’agit-il selon vous ?
Du modèle ultra-libéral mondialisé. Le modèle qui acte la disparition des frontières, des Etats nations, des Etats stratèges et la livraison de la marche du monde à la main invisible du marché. Il s’agit aussi d’une philosophie défendue par nos dirigeants et qui considère l’Etat comme une entreprise : sans stock, avec une gestion en flux tendu. Cherchant la rentabilité à tout prix. Or, la rentabilité ne s’embarrasse pas de la protection d’un peuple. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui on ne dispose que du nombre de lits de réanimation nécessaire à un moment « moyen ». C’est aussi la raison pour laquelle on délocalise la production de médicaments. C’est une idée folle de gérer ainsi un pays.

Dans les principales critiques qui vous sont faites depuis longtemps revenait la notion d’infaisabilité de vos propositions. Aujourd’hui, on a l’impression à l’inverse que tout peut être remis en cause.
Pendant des années, je me suis effectivement insurgée contre l’argument du « c’est pas possible ». C’est quand même malheureux qu’il faille une crise pour que beaucoup s’en rendent compte. J’aurais préféré une prise de conscience dans des temps de sérénité. Si mon programme avait été mis en oeuvre nous serions mieux armé qu’aujourd’hui où objectivement, nous sommes à poil… C’est dans les crises qu’on voit les carences. Aujourd’hui, se révèle l’effondrement de l’Etat. Les régions se débrouillent, les préfets aussi, les villes sont livrées à elles-mêmes, les médecins prennent leurs décisions, les entreprises compensent la fragilité en produisant des masques. C’est terrifiant.  

Le problème, c’est le refus des politiques d’assumer leur responsabilité première qui est la prise de décision.

Les dirigeants actuels vous paraissent-ils capable de parvenir à bout de cette crise 
Non, je ne les crois pas capables. On ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés. Je ne les crois pas bien placés pour mettre en œuvre quelque chose à laquelle ils ne croient pas. On ne se découvre pas du jour au lendemain promoteur des services publics, de la prévoyance, des frontières, de l’Etat stratège. Ça peut être une posture politicienne mais pas une conviction profonde. Ceux qu’ils ont appelé populistes en espérant que cette formule les délégitime apparaissent aujourd’hui comme ceux qui ont raison. 

Appelez-vous à la dissolution de l’Assemblée nationale ?
Nous n’en sommes pas là. Nous ne sommes qu’au début de quelque chose de terrifiant et qui risque de durer. 

Partagez-vous le sentiment que la République, ses élus, s’abandonnent à des experts ?
Le problème, c’est le refus des politiques d’assumer leur responsabilité première qui est la prise de décision. On ne peut pas faire de politique sans prendre de décision qu’on assume. Avec ce transfert de responsabilité, on se retrouve avec des experts qui ne sont pas d’accord entre eux. Le patron du service d’infectiologie de Bichat n’était pas d’accord avec celui de la Pitié-Salpêtrière. Le gouvernement dit avoir maintenu les élections municipales à cause des recommandations du conseil scientifique ? Mais c’est au politique de prendre en compte le risque sanitaire mais aussi d’abstention massive de la population !

Dans une interview au Figaro, l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine affirme qu’il faut remettre en cause jusqu’à notre mode de vie occidental…
Oui, j’ai lu cette interview. J’avais aussi lu les livres d’Hervé Juvin, qui ont servi pour moi de base à notre projet européen. Il y décrit la folie que nous amène la mondialisation sauvage au bénéfice d’un tout petit nombre et au détriment de la majorité. Quand Hubert Védrine affirme qu’il va falloir repenser notre manière de pratiquer un tourisme de masse,  j’appelle surtout les pays à mettre en place eux-mêmes des mesures de protection de leur patrimoine. Matériel et immatériel.

Ne sommes-nous pas victime d’une forme de modèle culturel unique ?
C’est tout le problème de l’uniformisation. Des consommations et de la pensée. Il faut préserver la diversité des cultures et on ne peut imaginer que la planète entière vive comme un Américain moyen abreuvé de télé-réalité et de blockbusters, imprégnée d’une culture commerciale qui tente de faire passer des choses inutiles pour indispensables ou alors la planète mourra. Cette uniformisation s’est appliquée aux idées. Il faut aussi revoir notre rapport à l’Histoire, et retrouver la modestie de ne pas prendre tout ce qui est passé comme inepte ou moyenâgeux. Il faut se démettre de la vision de Jacques Attali auquel Emmanuel Macron est soumis : cette vision d’un Homme nouveau qui souhaite faire table rase du passé.

La mondialisation permet en revanche d’indéniables progrès scientifiques. Comment ne pas reculer ?
Mais il n’y a aucun problème avec ça ! Ça a toujours existé. Les plus grands progrès ont été faits à l’époque où les nations étaient puissantes. L’échange n’est pas l’uniformisation, en revanche. La science est internationale mais la recherche est nationale. L’idée caricaturale consistant à dire « c’est ou la mondialisation sauvage ou l’autarcie » relève de la manipulation.

Une des questions majeures que pose cette crise est : où passe l’argent ? Où passent les milliards et les milliards de notre pays fiscalisé à outrance ?

La résurgence du concept de frontière sera-t-elle la grande révolution de cette crise ?
La frontière, c’est comme la peau : elle sert à laisser passer ce qui est bon et empêche ce qui est mauvais. Cette crise montre qu’en cas de dangers vitaux les pays réagissent comme des nations, et que la première chose qu’elles font pour se protéger est de fermer les frontières. Des gens vont vouloir quitter leur continent pour venir se faire soigner chez nous, et nous allons devoir fermer nos portes pendant des mois et des mois pour éviter une deuxième vague d’épidémie. Il n’y a que des pays qui peuvent faire ça : l’Union européenne en est incapable pour des raisons matérielles, mais aussi pour des raisons intellectuelles. Au moment où on se parle, il n’y a encore aucun contrôle en France.

Peut-on, comme le souhaitait le général De Gaulle, avoir un Etat fort avec des dépenses faibles ?
Une des questions majeures que pose cette crise est : où passe l’argent ? Où passent les milliards et les milliards de notre pays fiscalisé à outrance ? Nous devrons faire un grand audit national à l’issue de cette pandémie pour expliquer aux Français où sont allées les centaines de milliards qu’ils versent alors que nos structures sont si faibles.

Est-ce que cette crise vous rend moins jacobine ?
L’idée, on le voit en Italie, de laisser prendre des décisions capitales à des régions, n’est pas bonne. En matière de santé, de sécurité publique, c’est à l’Etat nation de prendre ses responsabilités. Ceux qui plaident pour la décentralisation, en ont souvent une vision vicieuse : que l’Etat se décharge de ses responsabilités. Mais si on ne veut pas des responsabilités, il ne faut pas les prendre. Et si on réalise une fois au pouvoir qu’on n’est pas capable de les assumer, il faut les rendre. 

Comment observez-vous ce qui se passe en banlieue ?
Cela fait 25 ans qu’on dit que ce sont des zones de non droit. Les lois sanitaires, comme les lois d’urgence, civiles, pénales, ne s’y appliquent pas. Et la réponse du gouvernement est encore dramatiquement toujours la même : « Pas de vague. » Car ils craignent une émeute. Ceux qui ne respectent pas la loi reçoivent ainsi le signal qu’ils peuvent continuer.

Dans ces moments singuliers, ne faut-il pas craindre la tentation d’un régime autoritaire ? Quel est le bon dosage entre fermeté et démocratie ?
Le bon dosage, il est dans notre Constitution. Et le premier, c’est celui du respect de la volonté et de la souveraineté du peuple. Personne d’autre ne doit l’être à sa place. Ni l’Union européenne, ni je ne sais quel comité Théodule. Demain, si on faisait une série de référendums sur les frontières, la relocalisation ou la protection face à la concurrence déloyale, vous auriez des résultats qui seraient quasi unanimes.

Que demandez-vous à Emmanuel Macron ?
D’abord, d’arrêter de mentir. Lui et ses équipes. Ses mensonges rendent l’unité nationale impossible. On ne peut pas demander à l’opposition son soutien quand on procède aux mensonges grossiers qui sont ceux du gouvernement. Si Monsieur Véran avait dit dès le départ qu’il n’y avait pas de stock de masques ou de tests au lieu d’expliquer que ça ne sert à rien… Si  le directeur général de la Santé, Monsieur Salomon, n’avait pas menti sur le nombre de contaminés ou n’avait pas passé sous silence la situation dans les Ehpad, on aurait pu faire l’union nationale. De la même manière qu’on ne peut soutenir l’indécence de l’entourage du président qui laisse fuiter que le chef de l’Etat serait thaumaturge et accomplirait des miracles. Au moment où les infirmières et médecins n’ont pas de masques, où les policiers n’ont pas de masques, où les soignants tombent comme des mouches !

Marine Le PEN

EUcCYI1WkAAk4WU

Posté par POLITIQUE PACA à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

CORONAVIRUS : Le véritable risque est-il de mourir d’un virus ?

Le véritable risque est-il de mourir d’un virus ?

Frédéric Boone

paru dans lundimatin#236, le 30 mars 2020

 

SOURCE : https://lundi.am/Le-veritable-risque-est-il-de-mourir-d-un-virus

arton2900-resp1440-2

[Photo : Jean-Pierre Sageot]

Guerre contre qui ? Contre quoi ?
Un infravivant ?
Quel sera le bilan réel ?
L’empathie et la compassion pour les malades, pour les milliers de victimes, dont nombre de nos anciens, pour leurs familles et le personnel médical exposé et surchargé doivent-elles nous empêcher de voir les bienfaits inespérés de la situation pour l’humanité et le vivant sur Terre ?

Une respiration, oui ! Bien sûr ce qui permet de respirer ce n’est pas le virus, car lui tue en série par détresse respiratoire. Ce qui donne une bouffée d’oxygène c’est la réaction presque unanime de nos sociétés, le confinement qui conduit à un ralentissement spectaculaire de l’activité économique.

Les virus existent sur Terre depuis qu’il y a du vivant et peut-être même avant : ils pourraient en être à l’origine. Un virus peut faire de nombreuses victimes au sein d’une ou plusieurs espèces animales, cela fait partie des aléas de la vie, du jeu des actions-réactions qui animent Gaïa. Le système immunitaire de l’organisme visité se livre en général à une véritable guerre contre l’intrus. Aujourd’hui la situation dans les services hospitaliers débordés et les milliers de morts peuvent aussi faire penser aux conséquences d’une guerre mais la société est-elle pour autant en guerre ? Et si, au contraire, nos sociétés occidentales ou occidentalisées (Chine, Europe, Etats-Unis) dont les individus sont les premiers visités par le virus étaient entrées en paix à ce moment là ? La guerre, n’était-ce pas avant ? Nos sociétés n’étaient-elles pas en guerre permanente ? En guerre contre la joie, en guerre contre le collectif, en guerre contre la diversité, en guerre contre nos corps, en guerre contre le vivant, en guerre contre Gaïa, en guerre contre le temps, en guerre contre le mystère, en guerre contre la paix en somme ?

Et si nous décidions de déposer les armes maintenant ?
Et si nous refusions de participer plus longtemps, en bons soldats, à ce carnage permanent ?

Et si nous refusions de vendre notre temps, notre corps, nos relations, notre vie, notre âme à un système bien plus destructeur qu’un virus ?
Et si comme dans l’An 01 nous écrivions sur les murs de nos lieux de travail « ras le bol » et que nous refusions d’y retourner ?

Et si nous refusions de fabriquer ou de vendre des armes, des avions, des voitures, des écrans, des ordinateurs ? 

Et si nous refusions de participer à cette fuite en avant entraînée par l’avidité : toujours plus de richesse, toujours plus de connaissances, toujours plus de pouvoir, toujours plus de technologie... ?

Et si nous mettions des solidarités en place pour permettre à chacun de vivre sans avoir à se soumettre à cette armée aveugle et dévastatrice ?

Et si nous nous organisions pour résister à ses généraux prêts à tout et en particulier au contrôle de nos vies et à la violence pour nous maintenir sous leurs ordres ?

Et si dès maintenant nous nous organisions pour ne plus dépendre d’eux ? Pour nous nourrir, et pour prendre soin de nous sans avoir à nous soumettre à leur chantage odieux et déshumanisant ?

Et si nous réapprenions à nous connaître et à vivre ?

Et si nous nous réapproprions notre temps ?

Et si au lieu de retenir notre colère nous l’utilisions comme source d’énergie pour construire et nous ouvrir ?

Et si nous retrouvions le courage et la dignité pour faire face collectivement et individuellement ? nous n’avons pas à avoir peur ! Nous savons où se trouve l’essentiel et personne ne pourra nous le prendre. Même s’ils en venaient à prendre nos vies ils ne pourraient se saisir de ce trésor qui leur glissera toujours entre les mains : l’amour, l’amour de la vie, l’amour du vivant.

Le véritable risque est-il de mourir d’un virus ou de vivre comme un zombie dans un monde mortifère ? Risquer sa vie pour la vie ou risquer de vivre confortablement pour en mourir ?

De ce confinement relevons-nous avec fierté, dès maintenant organisons la solidarité et sans peur refusons de revenir nous ranger dans les bataillons de la mort ! N’est-ce pas le plus grand hommage que nous puissions rendre aux victimes ? En partant avec ce visiteur inopiné n’auront-elles pas participé à l’ouverture de cette brèche ? De cette respiration salutaire que ferons-nous ?

Frédéric Boone
est chercheur en astrophysique à Toulouse.

Frederic Boone

Researcher, Observatoire Midi-Pyrénées - Toulouse, France
Toulouse, France

Frederic Boone
Quand j'ai réalisé que l'activité de recherche n'est pas neutre - elle a 
un coût environnemental que les habitants de la Terre (humains et non
humains) doivent payer - j'ai progressivement réduit le nombre de
voyages. Avec des collègues, nous avons également commencé à soulever
le sujet, et nous avons essayé d'estimer l'empreinte carbone de notre
laboratoire - c'est assez impressionnant! Nous pensons que chaque
institut de recherche devrait publier son empreinte carbone due aux
déplacements, mais aussi au calcul et à l'utilisation d'autres
infrastructures, au chauffage et au refroidissement des bâtiments etc… Nous devons nous demander, à quoi servent toutes les connaissances
que nous accumulons si nous ne sommes pas en mesure de sauver des
vies sur Terre?
S'il ne reste plus personne sur Terre pour s'intéresser à nos grandes
découvertes dans quelques décennies, quel est le sens de tout cela?
Je travaille en astrophysique sur l'étude des galaxies lointaines.

Posté par POLITIQUE PACA à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

STOP A L'INSECURITE DANS NOTRE VILLE DE NICE OU UNE AGRESSION UNE FOIS DE PLUS VIENT D'VOIR LIEU SUR UN MEDECIN URGENTISTE STOP

Agression de médecin aux Moulins : Philippe Vardon demande un couvre-feu à 20h et la présence de CRS pour ramener l'ordre !

2019-10-15-2

 
       
Agression de médecin aux Moulins : Philippe Vardon demande un couvre-feu à 20h et la présence de CRS pour ramener l'ordre !
[Communiqué du 29 mars 2019]

113385986

Après des menaces proférées contre l'un de ses médecins, empêché d'intervenir par une petite frappe proclamant que c'était "son" quartier, SOS Médecins vient d'annoncer une nouvelle interruption des ses interventions dans la cité des Moulins. Une interruption venant après celle ayant duré plusieurs semaines en novembre, après l'agression violente d'une jeune femme médecin.
Explosion du trafic de drogues, émeutes, policiers et pompiers caillassés, agression de médecins : cela fait de longs mois que j'alerte sur la terrible dégradation de la situation aux Moulins, quartier où j'ai grandi. Dans cette période de confinement, nous sommes forcés de constater que c'est un des quartiers de France où les choses se passent le plus mal !
Si les secours sont empêchés d'intervenir, ce sont donc des vies qui sont désormais mises en danger par les racailles qui pensent que ce quartier est leur territoire. Nous ne pouvons accepter plus longtemps de voir des habitants honnêtes subir ainsi la loi des voyous.  Il y a 12 ans presque jour pour jour, le 27 mars 2008, Christian Estrosi venait déclarer aux Moulins : "Je vais terroriser les voyous dans la ville et c’est important de le dire ici". Voilà où nous en sommes, et ça ne peut plus durer !
Je demande au préfet des Alpes-Maritimes de prendre des mesures d'urgence pour ramener l'ordre aux Moulins :
- Un couvre-feu strict à 20h sur l'ensemble de la cité,
- L'appui de compagnies de CRS ou de gendarmes mobiles pour escorter médecins et secours,
- Une présence policière permanente dans le quartier pour rassurer les habitants et mettre au pas les voyous.

PHILIPPE VARDON CHEF DE FILE DU RN A NICE

Philippe Vardon
Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Membre du Bureau national du RN

nice-1265937_640

Posté par POLITIQUE PACA à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2020

S.O.S. il faut que je puisse sauver ma propre épouse Liliane agée de 74 ans atteinte du coronavirus à Nice

DIACO GERARD

Chers internautes du monde

entier, ma propre épouse

Liliane 74 ans est gravement

touchée par ce virus du

coronavirus, pour la soigner à

son domicile niçois il me faut

impérativement trouver de la

CHLOROQUINE ou

PLAQUENIL dérivé de

l'HYDROXYCHLOROQUINE

J'appelle au secours mes

concitoyens :

06-32-17-36-33 -

04-89-92-20-61

Gérard DIACONESCO

Adresse domicile :

Immeuble Le Rocazur

1, rue François Contesso

06100 NICE NORD -

FRANCE

 

RKqzPwAq

NOTA : Je me souviendrai encore très longtemps qu'aucun politique soit disant digne de ce nom dans mon pays devenu le tiers-Monde de la planète n'est venu à mon secours ni a répondu à mon S.O.S. pour venir m'aider à sauver mon épouse de cette saloperie de Covid-19 qu'elle a contracté, fort heureusement c'est grâce à ma persévérance dans mes recherches et avec l'aide de mon docteur traitant à Nice et celle d'un grand Professeur niçois à la retraite que j'ai pu commencé TOUT SEUL à soigner mon épouse avec des anti-viraux qu'il m'a fait avoir en pharmacie ce Professeur grand spécialiste virologue et grand Chirurgien de la médecine réparatrice des corps, dont je ne remercierai jamais assez pour m'avoir mis sur le bon chemin de guérison pour mon épouse, aujourd'hui son état s'améliorant fort heureusement de jour en jour, quand à tous les services médicaux de ma bonne ville de Nice, bien que débordés et dépassés par les événements, ils ont eux aussi complètement failli à leur devoir et m'ont abandonné à mon triste sort, j'en suis fortement courroucé.

Gérard Diaconesco

Membre de Reporters sans frontières

International journaliste de l'Union Internationale de la Presse Francophone

Politologue Rédacteur en chef de POLITIQUE EN PACA - DIACONESCO.TV 

Membership of ICAN INTERNATIONAL California USA

Posté par POLITIQUE PACA à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2020

CORONAVIRUS ... SUR LE CONFINEMENT P 2

Sur le confinement P 2

56769662

Editorial de Christian RAZEAU

 

       

La crise sanitaire  et ce confinement obligé ne serviraient à rien s'ils ne devaient être ressentis que comme un remède, une privation de liberté contraignante, inattendue mais légitime pour éviter d’être contaminé.

 

Pour qu’ils servent à quelque chose il faut que nous analysions pourquoi, dans quelles circonstances et par quelle  gouvernance politique en est-on arrivé là ?

 

 

Un virus se multiplie en chine...

Les chinois prennent l’avion ou font prendre l’avion à leurs marchandises et contaminent l’Europe.

 

Or, ce sont ces mêmes chinois qui font nos médicaments et les masques, ces fameuses barrières anti-virus pour se protéger .

Ils font aussi tout le reste : habillement, pieces autos, pieces et articles ménagers, vaisselle, jouets, informatique, ….

 

Mais comme ils ont dû fermer leurs usines pour limiter leur contamination interne, ils ne peuvent donc plus nous envoyer de masque et  pendant ce temps là, la contamination transportée, externalisée, explose en Europe, comme elle explose dans les autres continents.

 

Nous sommes donc bien obligés de rattacher cette pandémie aux conséquences de l’excès de mondialisation et d’excès d’économies concentrées : excès de surexploitation des transports, excès des inégalités salariales, excès des inégalités environnementales, excès dans la surexploitation des ressources de la planète, de son sol, de son sous-sol, de sa faune, de sa flore, de son agriculture, de son agro-élevage, de ses océans et de ses ciels.

 

Ne nous laissons pas abuser par ceux-là même qui voudront demain nous faire croire qu’ils pourront remédier à ce qu’il n’ont pas su éviter aujourd’hui.

Ne nous laissons pas abuser par celles et ceux qui n’ont pas été attentifs à ce que nous dénonçons depuis plusieurs décennies : l’excès de mondialisation dont les 2 derniers en date à Nice : l’implantation d’un Ikéa et l’extension du terminal 2 de l’aéroport.

 

Cette crise n’est pas une simple crise économique elle est le résultat d’une grave crise sociétale, morale et éthique.

 

Cette crise économique avec tantôt la fermeture des frontières et tantôt des accords internationaux faits pour des organisations de malfrats, la crise de l’emploi, les inégalités sociales criardes, la crise environnementale, la crise migratoire, la crise climatique, la crise du toujours plus, ne sont pas arrivés d’un coup et par hasard…c’est l’aboutissement d’un développement qui arrive à son terme !

 

Ne nous laissons pas abuser par les futurs bonimenteurs qui seront bientôt en grandes places sur nos petits écrans de télévision et qui vont nous dire qu’ils ont fait le nécessaire et que le plus grave a été évité!

 

50% de nos élus n’ont pas su prévoir, ne voudront toujours pas ouvrir les yeux, ne voudront toujours pas faire travailler leurs neurones pour trouver un nouveau modèle écolo-économique qui permette à cette planète de traverser les futurs millénaires en paix avec elle-même.

 

Alors, allons nous attendre la fin du monde du vivant avec eux, dans une somnolente indifférence, ou allons nous savoir faire le ménage et bousculer tous ces vieux partis que l’on pourrait appeler : " les humanistes aveuglés"

 

On ne change pas une équipe qui gagne, mais on doit changer les équipes qui perdent, sinon ça va être très très grave.

 

Christian Razeau

Mouvement Homme Animaux Nature

Liste Nice Ecologique

 ***********************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2020

CORONAVIRUS CE TUEUR DANS LES EHPADS EN FRANCE

La mortalité dans les Ehpad, délibérément sous-estimée, pourrait dépasser 100 000 décès


La mortalité dans les Ehpad, délibérément sous-estimée, pourrait dépasser 100 000 décès

Photo : Loïc Venance (AFP)

 

On nous parle de « crise de la démocratie » et, en même temps, quand on en pointe les dysfonctionnements, Macron et sa clique  crient au complotisme.

D’ailleurs, malheur à ceux critiquant le président, ce nouveau « Clemenceau dans les tranchées » (sans masque) et son « union nationale » : vous serez accusés de vouloir « fracturer le pays », comme sous-entendu hier dans son discours inutile et théâtral.

 

 

Sur Alerte Info de BFMTV, on pouvait lire qu’il y avait 25 233 cas confirmés en France (+2933 en 24h). Ailleurs, on dénombrait 1102 décès au 25 mars 2020… quand l’Italie en comptait 5476 et l’Espagne près de 4000 !

A l’ère de la désinformation et en l’absence de dépistage systématique, serait-il complotiste de douter de ces chiffres ?

Car, en France, seuls les patients testés positifs au Covid-19 et décédés à l’hôpital sont comptabilisés !

Les décès survenus dans les 7 000 Ehpad et maisons de retraite (800 000 personnes âgées) ne rentrent pas dans les statistiques, « pas plus que les victimes du Covid-19 mortes à leur domicile ».

Certains, comme le média-toubib Michel Cymes, préconise d’« arrêter avec les chiffres de mortalité » (forcément anxiogènes pour la population française) tandis que d’autres annoncent un bilan à venir dépassant les 100 000 morts (Le Point), dans le silence d’un « black-out » (Le Figaro) ou d’une « tragédie à huis-clos » (Le Monde).

Sous-estimée, il semble donc que la mortalité augmente considérablement dans ces Ehpad et ailleurs… sans que le gouvernement ne puisse – ou ne veuille – en dresser un bilan national.

 

90771907-624879025020668-3948449145580158976-n-854x641

Coronavirus : la vérité sur le nombre de morts

Où l’on apprend que les chiffres quotidiens de la direction générale de la Santé ne comprennent ni les décès à domicile ni ceux dans les Ehpad…

Alors que la barre symbolique des mille morts du Covid-19 est franchie avec 1 100 décès depuis le début de l’épidémie, selon le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, celui-ci a pris soin de souligner que « les décès à l’hôpital ne représentent qu’une faible part de la mortalité ».

Ceux survenus dans les 7 000 Ehpad et maisons de retraite qui abritent 800 000 personnes âgées ne sont en effet pas comptabilisés dans ce bilan, pas plus que les victimes du Covid-19 mortes à leur domicile.

Autant dire que la mortalité liée à l’épidémie est déjà bien plus lourde alors que s’égrènent les découvertes terribles faites ces derniers séjours dans ces établissements de soins pour personnes âgées.

21 patients morts à la résidence d’accueil et de soins Le Couarôge à Cornimont dans les Vosges, 12 à l’Ehpad de Thise (Doubs), 7 décès dans celui à Sillingy, en Haute-Savoie, 13 à la fondation Rothschild à Paris.

« Nous avons entre vingt et trente établissements qui sont dans des situations critiques », explique Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa (Syndicat national des établissements et résidences privés pour personnes âgées), qui représente, avec ses 1 900 établissements, 25 % du parc…

On ne sait pas aujourd’hui mesurer l’étendue des dégâts dans les maisons de retraite, il faut avoir la lucidité de le dire », a insisté auprès de l’Agence France-Presse Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), évoquant « une zone d’ombre ».

https://www.lepoint.fr/sante/coronavirus-la-verite-sur-le-nombre-de-morts-25-03-2020-2368669_40.php

 

 

000_1oc5q8_5e31daf47a872

 

 

Coronavirus : le cri d’alarme des Ehpad, 100 000 décès redoutés

Les professionnels de santé réclament la livraison de 500 000 masques par jour dans les Ehpad pour équiper le personnel, rapporte France Info.

Les professionnels du secteur de la gériatrie sont particulièrement inquiets de la situation sanitaire.

[…] ceux-ci rappellent […] que la situation « préoccupante observée dans un nombre de plus en plus élevé d’établissements et de services révèle que l’extension du nombre de cas est rapide et qu’elle est, dans la très grande majorité des cas, consécutive à la transmission virale d’un soignant asymptomatique ».

Par conséquent, ils anticipent un « taux de mortalité de près de 15 %, ce qui pourrait se traduire par plus de 100 000 décès dans l’éventualité d’une généralisation que nous n’osons imaginer », écrivent les professionnels de santé.

Ils demandent que le port du masque chirurgical pour tous les membres du personnel soignant des Ehpad (établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes) soit généralisé.

https://www.lepoint.fr/sante/coronavirus-le-cri-d-alarme-des-ehpad-100-000-deces-redoutes-21-03-2020-2368121_40.php

 

 

Coronavirus : dans les maisons de retraite, une tragédie à huis clos

Alors que les morts se multiplient, les établissements hébergeant des personnes âgées, notamment les Ehpad, peinent à identifier et à comptabiliser les résidents touchés par le virus.

Des soignants submergés en nombre insuffisant qui tentent de sauver des résidents confinés dans leur chambre, esseulés : derrière les portes closes, à l’abri des regards des familles interdites de visite, se joue une tragédie à huis clos dans les quelques centaines d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en France où le coronavirus a réussi à s’infiltrer.

La guerre d’usure contre le Covid-19 ne fait que commencer dans les maisons de retraite.

Pour le moment, le gouvernement n’a qu’une visibilité très partielle du nombre de victimes. Faute de moyens mais aussi de volonté des établissements et des autorités sanitaires de se montrer transparentes sur le bilan.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/24/coronavirus-les-ehpad-confrontes-aux-deces-lies-a-l-epidemie_6034213_3224.html

Posté par POLITIQUE PACA à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2020

DOSSIER III : SUR LA PANDEMIE DU CORONAVIRUS DANS LE MONDE

COVID-19 : LA CHLOROQUINE

 

 

DU PROFESSEUR RAOULT

 

 


par Marc Le Stahler

Dernières statistiques sur le Coronavirus au 22 mars 2020

=> Dans le monde :

438 749 personnes infectées

décès 19 675

111 895 guérisons

= > En France :

22 637 cas de personnes infectées
1.100 décès
3.281 guérisons


LA FRANCE EN LETHARGIE

Après des élections municipales à marche forcée qui ont déplacé la moitié du corps électoral dans les bureaux de vote, la France, en pleine phase montante de la courbe de Gauss (conforme au modèle italien), est donc confinée depuis une semaine.  

La situation sanitaire, tant matérielle (insuffisance de masques, de tests, de respirateurs) qu’organisationnelle (stratégies illisibles et souvent contradictoires, frontières poreuses), est catastrophique et ne tient encore debout que grâce au dévouement exceptionnel du personnel médical et paramédical. Mille excuses en passant à Roselyne Bachelot qui fut accusée en son temps d’avoir acheté un stock de masques devenus inutiles en 2010 lors de l’épidémie de H1N1. Et une honte supplémentaire pour le désastreux Hollande, qui fit supprimer en 2013 la ligne budgétaire consacrée à cet équipement majeur !

Il faut reconnaître que notre organisation politique, machinerie dépassée conduite par des énarques formatés pour appliquer et gérer un système administratif sclérosé et déconnecté des réalités, a totalement échoué. On s’en doutait, on le savait, mais, dans le maelström d’une crise sanitaire majeure, l’évidence du constat devient angoissante.

Car l’incompétence de l’équipe gouvernementale est désormais devenue criminelle. On ne reviendra pas sur les instructions délirantes (« les masques ne servent à rien – d’ailleurs on n’en a pas – », « allez voter et confinez-vous ensuite »). Par charité chrétienne, on n’évoquera pas non plus le remplacement au milieu du gué de la ministre de la Santé pour les raisons que l’on connait. Ni sa confession délirante où elle se demande « ce qu’elle va devenir » (voir l’article de Michel Onfray sur Agnès Buzyn « Haute Trahison »).

5147eee26812979497d24b5bb23ff95d

Même les statistiques sont faussées. On vous communique tous les soirs le nombre de décès, le nombre de malades, et on en déduit le taux de létalité. Mais en comparant ainsi un nombre réel au numérateur (celui des décès) à une quantité sous-estimée au dénominateur (puisqu’on ne dépiste pas systématiquement les personnes infectées), on surestime évidemment le quotient (taux de létalité).

Rappelons que la France effectue 5 000 tests / jour quand l’Allemagne en réalise plus de 20 000. Ce qui explique peut-être que le taux de létalité en France soit  10 fois supérieur à celui de l’Allemagne…

Confinés depuis une semaine, les Français sombrent doucement dans la peur, l’angoisse, voire la panique. La vie économique est en léthargie presque totale. A l’angoisse vitale s’ajoute la peur économique du lendemain pour les salariés, les entrepreneurs, les retraités…

Et nul ne sait combien de temps durera cette épreuve, le gouvernement lançant de temps en temps des ballons d’essais pour tester les réactions populaires face à un prolongement du confinement de 2 semaines, 1 mois, 6 semaines…

Il existe pourtant une petite lueur d’espoir que le gouvernement semble avoir beaucoup de mal à considérer…

L’ESPOIR A MARSEILLE ?

20200321_1_6_1_1_0_obj22396007_1

Les faits : le Professeur Didier Raoult de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille traite depuis le début de la pandémie ses patients atteints du Covid-19 à partir d’un médicament antipaludique – le Plaquénil -, à base d’hydroxychloroquine.

Et ce traitement semble plutôt efficace, jugez plutôt :

Après 6 jours de traitement, la charge virale devient négative pour 75 % des patients. Aucun autre traitement de ce type ne semble exister, dans le monde entier.

La stratégie du Professeur Raoult est très différente de celle prescrite par le gouvernement : il pratique, quant à lui, le dépistage systématique du virus auprès des personnes fébriles. Jusqu’ici, pour les autorités sanitaires, la règle était de ne pratiquer le test qu’en cas de déclaration de maladie. C’est à dire, souvent, trop tard !

Il faut reconnaître qu’on observe cependant depuis peu un changement total de braquet : le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy appelait solennellement il y a 2 jours à une stratégie de dépistage massif à la sortie du confinement. Ce que Didier Raoult avait préconisé et mis en place dès l’arrivée des premiers rapatriés de Wuhan ! L’Agence Régionale de Santé de Marseille rappelait alors qu’ « en phase épidémique, le principe est de ne pas tester systématiquement ». Double langage ? Allez comprendre !

Le « principe »… Le « principe ». Et si les fonctionnaires et responsables administratifs de ce pays faisaient preuve d’un peu d’intelligence, au lieu de s’agripper aux « principes » ?

Personne ou presque, parmi les autorités médicales, ne conteste le sérieux de ce médecin, ni l’efficacité manifeste de ce traitement. Donald Trump lui-même a manifesté son intérêt pour les travaux du Professeur Raoult et souhaiterait en faire bénéficier son pays (malgré les réserves de l’organisme fédéral supervisant la commercialisation des médicaments aux USA).

On ajouterait maintenant un nouveau crime en refusant de donner au Professeur Raoult les moyens d’étendre à l’ensemble du territoire son protocole de traitement.

D’ailleurs, au nom de quoi refuserait-on ?

Du principe de précaution ? La précaution, aujourd’hui, c’est de sauver par tous les moyens le nombre exponentiel de vies qui vont être mises en danger dans les jours qui viennent !

Des risques secondaires induits par le traitement ? Si le traitement est efficace, et peut sauver des dizaines, des milliers, voire des centaines de milliers de vies, ne peut-on prendre le risque de quelques effets et réactions secondaires – d’ailleurs contestées par le Professeur Raoult – ?

Des problèmes cardiovasculaires éventuels pouvant survenir pour les patients fragilisés sur ce point précis ? Il suffirait d’exclure provisoirement les patients affectés d’une pathologie cardiovasculaire, en attendant que la lumière se fasse sur ce point.

La France est touchée, blessée, meurtrie par ce fléau qui n’a été ni anticipé ni préparé. Elle a pourtant peut-être en son sein un homme et une équipe susceptibles, non seulement de sauver des malades en France, mais de répondre en même temps à ce défi mondial (les USA risquent de devenir, après l’Europe, le principal pôle d’infection).

En effectuant des recherches sur internet pour tenter de découvrir l’éventuel point faible du Professeur Raoult, je n’ai pu que noter qu’il avait manifesté de sérieux doutes sur… l’origine anthropique du réchauffement climatique ! J’espère que ce n’est pas cette attitude (qui, pour ma part, ne peut que me convenir) qui explique l’ostracisme officiel qui le frappe !

Nous ne pouvons laisser faire cette nouvelle et fatale erreur.

En attendant, la cote de popularité de Macron remonte, parait-il. Comme celle de Hollande après les attentats de 2015. Comme celle du Maréchal Pétain après qu’il ait fait « don de sa personne à la France » en 1940.

Il faudrait donc qu’une tragédie frappe la France pour que nos compatriotes se réfugient auprès d’un Sauveur ?

L’homme qui se noie se raccroche même à un serpent, dit-on en Afrique…

Marc Le Stahler
23 mars 2020

 

ADDENDUM du 24 mars 2020 : intervention de GILBERT COLLARD sur les réseaux sociaux

Chers amis,

Mais quel courroux anime le couple Buzyn-Lévy contre le Professeur Raoult et sa tête de guitariste des années 60 ?

Un chercheur qui cherche mais ne cherche pas à occuper les postes prestigieux, politiques, dans les vertes prébendes de la République, à la différence de ses Augustes détracteurs.

Yves Lévy, Professeur d’université, médecin immunologiste, spécialiste de l’infection par le VIH, ôtera la blouse blanche des soins pour endosser la livrée grise des ministères et autres fonctions. Il occupera plusieurs postes (PDG de l’Inserm, conseiller juridique du gouvernement, Directeur scientifique du programme vaccinal de l’ANRS), dans ce que l’on peut appeler la nomenclatura de l’administration française, aujourd’hui toute puissante, jusqu’à exercer la Direction de l’Inserm.

Depuis 1995, il est l’époux d’Agnès Buzyn, elle-même divorcée de Pierre-François Veil, fils de Simone. Ainsi se coagule un couple idéal, médical, qui ne manque pas d’intérêts… amour, amour, pouvoir de l’amour, amour du pouvoir…

Monsieur Lévy, époux donc de la ministre de la Santé, la Santé qui fut aussi une prison, a participé activement à l’élaboration du laboratoire P4, à Wuhan, ville où le Covid-19 a surgi… Avec un tel poste, évidemment, Monsieur ne tenait pas au courant Madame… La France, en application d’accords franco-chinois relatifs à ce laboratoire, l’a financé à hauteur de 1 million d’euros pendant 5 ans.

Avant cette inauguration, le mari d’Agnès s’est fâché avec Didier Raoult en refusant le label de l’Inserm au centre de recherche mondialement réputé (IHU) qu’il dirigeait. Pourquoi ? Cette directive visait directement ce service de pointe. Que cache ce comportement ?

Aujourd’hui, un certain parisianisme universitaire clanique cherche à discréditer la théorie de Raoult sur l’efficacité de la chloroquine dans la lutte contre le Covid-19. Pourquoi ? Alors que les États-Unis et la Chine appliquent en masse ce traitement, que le Maroc a réquisitionné les stocks de chloroquine entreposés à Casablanca, que le Pakistan va accroître sa production à destination de la Chine ; et qu’en Israël la société TEVA annonce une livraison gratuite de plus de 10 millions de doses aux États-Unis. En France, doux pays où l’ex-ministre de la Santé a reconnu avoir menti sur la réalité de la pandémie, la chloroquine a été inscrite, le 13 janvier 2020, en pleine expansion de l’épidémie dans les substances vénéneuses ; outre cette étrange coïncidence temporelle, comment peut-on caractériser de vénéneux un médicament qui a été utilisé en vente libre depuis 50 ans contre le paludisme, avec succès et qui ne coûte rien, 10 centimes le comprimé ? Pourquoi a-t-on retardé sa fabrication de masse ? Ne coûterait-il pas assez cher ? Au lieu de poser ces questions qui épargneraient aux journalistes la courbature vertébrale de la soumission, Le Monde et l’Agence d’État de la Santé qualifient les recherches du Professeur Raoult de « fake news », avant de se rétracter ! Autant de questions qu’un jour un magistrat, s’ils n’ont pas tous le coronavirus, poserait !

Gilbert Collard
Ancien député de la Nation
Député français au Parlement européen

 

ET21ya4XQAYfnyZ

 

ET2sAQXXsAEvnLj

 

RKqzPwAq

 

NOTA  D' UN CITOYEN FRANÇAIS EN TRÈS GRANDE COLÈRE CONTRE L'INCURIE DE CEUX QUI SONT MALHEUREUSEMENT ENCORE AU POUVOIR CAR SON ÉPOUSE ÂGÉE DE 74 ANS ATTEINTE DU CORONAVIRUS TRES AFFAIBLIE S'EST VU REFUSE DU TEST DE DÉPISTAGE ET DE SOINS MÉDICAUX QUI MANQUENT CRUELLEMENT DANS NOS HÔPITAUX DÉBORDES PAR LA PANDÉMIE.

EN ESPERANT QUE TOUT RENTRE DANS L'ORDRE A LA FIN DE CETTE EPIDEMIE DU CORONAVIRUS ? ... ALORS LA AU MOMENT VOULU IL LEUR DEMANDERA COMME PLUS D'UN FRANCAIS DE RENDRE DES COMPTES A LA NATION !

Gérard Diaconesco 

Posté par POLITIQUE PACA à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

CORONAVIRUS : DESASTRE ANNONCE EN FRANCE AVEC L'EX-MINISTRE DE LA SANTE AGNES BUZYN

Buzyn, sa vie, son œuvre

Editorial de Michel ONFREY

B9722965078Z

En publiant un article (le 17.III.2020) sur elle, le journal Le Monde vole au secours d'Agnès Buzyn, ex-ministre de la santé qui a quitté le bunker du commandement général alors que, selon ses propres aveux, la guerre était certaine, qu'elle ferait quantité de morts et qu'elle se disait la seule à le savoir!

Or, les Français ne sont pas débiles: ils savent que ce qui s'écrit dans un journal se discerne bien plutôt entre les lignes que dans ce qui s'y trouve explicitement écrit.

Quelques phrases retiennent donc mon attention dans ce publireportage qui sauve (un peu) la dame et accable (beaucoup) Macron et les siens, comme si elle n'en avait jamais été. D'abord cette entrée en la matière: "Je me demande ce que je vais faire de ma vie."  Ensuite, le plat de résistance: "Je n’ai plus de boulot." Enfin, le dessert, c'est une interrogation de la journaliste: "Si elle est encore à ce poste en 2022 et que Macron échoue, confie-t-elle à des proches, que restera-t-il de sa réputation?" Pauvre petite fille riche...

Détaillons...


La dame n'a plus de boulot?

Au mieux, soyons charitable, n'invoquons pas le pire, on lui souhaite juste de ne pas contracter le coronavirus contre lequel elle n'a rien fait, alors qu'elle en avait les moyens, tout en prétendant, toujours immodeste: "Je pense que j’ai vu la première (sic) ce qui se passait en Chine"! Autrement dit: dès décembre 2019! Quel culot...

Voilà très probablement la raison pour laquelle, éclairée par cette science prémonitoire, le 24 janvier, soit un mois plus tard, l'année suivante, cette dame dit: "Le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible." Quel cynisme! C'est celui d'un serial-killer sans foi ni loi! Sinon celui d'un apprenti génocidaire, on en reparlera le temps venu...

La jurisprudence Chevènement permet toujours de démissionner et, le jour dit, de convoquer la presse en expliquant les raisons de son départ du gouvernement. La morale y trouve son compte en même temps que la politique qui manifeste alors sa noblesse.

Or, y rester, c'est cautionner le gouvernement et s'en trouver solidaire. Il ne sert à rien, une fois qu’on a foiré les élections municipales de Paris, après avoir aussi perdu son poste de ministre, comme le renard et les raisins, de retrouver soudainement son intelligence en même temps que sa liberté de parole ou sa raison, sinon un zeste, mais vraiment un tout petit zeste, de morale: avec son silence complice et ses mensonges, des gens sont morts et la contamination s'est répandue à la vitesse d'un feu de forêt estival.  On imagine que, si Griveaux n'avait pas été pris la main... disons dans le sac, la dame serait toujours ministre et tout autant mutique, voire, pire, qu'elle continuerait à délivrer les messages de propagande du gouvernement du genre: "Dormez je le veux"!    

Ne pas démissionner, quand on prétend savoir ce qu'elle dit aujourd’hui connaître depuis un trimestre, à savoir que ce serait brutal et mortel, généralisé et violent, c'est clairement se montrer solidaire de l'action gouvernementale en jouant Macron contre le peuple, son petit poste contre la santé publique, sa carrière contre la vie des gens, son statut contre les Français, ses prébendes contre les plus faibles -je songe aux personnes âgées, aux malades immunodéprimés, donc aux cancéreux, aux malades atteintes du sida, et autres victimes de la vie qui vont perdre la leur dans des hôpitaux dépourvus des moyens de faire face. Le chef de l'État parle de guerre, mais il envoie au front des soignants désarmés, sans même un masque protecteur à quelques centimes alors qu’ils sont au contact de la mitraille...  Quand il s'agissait de bombarder en vain la Syrie, Macron trouvait alors de l'argent en quantité.

En ce sens, cette dame avait bien sa place chez Macron: sa morgue contre les personnels de santé qui lui demandaient depuis des mois de sauver l'hôpital public, son mépris des revendications des gens des métiers de la santé, tout cela l'a montrée telle qu'elle était, telle qu'elle est, et telle que l'éternité ne la changera pas: c'est une cynique carriériste. Son CV est rempli de postes de pouvoir et de puissance: on n'obtient jamais ces aubaines sans mettre un peu, beaucoup, sinon passionnément, la morale de côté. Plus le poste est élevé, plus ils sont collectionnés et plus la morale a été congédiée... La dame connait bien la chanson, elle la chante depuis bien longtemps.

La dame ne sait plus ce qu'elle va faire de sa vie ?

Qu'elle prie Dieu, qui n'existe pas, pour qu'après cette pandémie dont elle prétend qu'elle avait les moyens d'en ralentir la propagation sans en avoir rien fait, elle ne se retrouve pas à devoir donner des comptes au peuple français amputé des milliers de morts qu'elle aura sur la conscience. Elle pourra toujours donner une seconde vie à la phrase de Georgina Dufoix quand elle fut impliquée dans le scandale du sang contaminé et qui se disculpait en affirmant qu'elle était "responsable mais pas coupable". Pas sûr que cette fois-ci, ceux qui auront connu les joies du confinement, parfois sans disposer de confortables résidences secondaires en province pour s'y replier, ou qui auront perdu un proche, s'en contentent alors...

Il existe des juridictions pour cela. Il faudrait demander aux juristes. Il faudra... Trahison? Haute trahison? Haute cour de justice? Quand sera venue l'heure des bilans, ceux qui auront failli auront des comptes à rendre. Macron a raison de dire qu'après cette épidémie, ce ne sera plus comme avant ; mais il n'imagine probablement pas ce qui pourrait lui être réservé, à lui et aux siens, dans cet après!

Cette dame prétend, la queue entre les jambes: "Je dis toujours Ministre un jour, médecin toujours. L’hôpital va avoir besoin de moi. Il va y avoir des milliers de morts."

Je ne m'avance guère, n'étant pas bien sûr que cette dame redevienne de ces médecins du rang qu'elle a méprisés quand ils lui demandaient pacifiquement de sortir la santé française du trou dans laquelle elle et la politique maastrichtienne qu'elle défend l'ont jetée! Qui peut croire une seule seconde qu'elle pourrait retrouver le chemin du travail au contact d'une kyrielle de malades avec des collègues accorts?

Car cette dame est un apparatchik de la santé, c'est pourquoi d'ailleurs elle tente de sauver sa peau en geignant aujourd'hui, en larmoyant, en pleurant: elle trouvera à se caser dans une sinécure bien payée... Voici ce que dit son long CV: "présidente du conseil d'administration de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (2008-2013), membre du Comité de l'énergie atomique du Commissariat à l'énergie atomique (2009-2015), membre du conseil d'administration (2009), vice-présidente (2010) puis présidente de l'Institut national du cancer (2011-2016), présidente du collège de la Haute Autorité de santé (2016-2017)".

Qui peut croire qu'avec un pareil passé cette dame se retrouvera à la rue ?

 D'autant que son second mari (le premier était l'un des fils de Simone Veil), Yves Lévi, a été nommé directeur de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dans des conditions, qui, semble-t-il, n'ont pas été très claires, puisqu’il a été obligé d'y renoncer afin d’éviter l'accusation de conflit d'intérêt. Qu'à cela ne tienne: il a ensuite été nommé Conseiller d'État en service extraordinaire sur proposition du ministre de la justice, une certaine Nicole Belloubet.  

Madame Buzyn n'est donc pas encore sous les ponts...

La dame se demande ce qui va rester de sa réputation? Probablement pas grand-chose de bien, mais pour ce faire, il eut fallu y songer un peu plus tôt...

Par exemple fin décembre de l'an dernier, début janvier de cette année, en expliquant au chef de l'État et au Premier ministre que, puisqu’elle avait compris avant tout le monde que le pire allait advenir, elle ne pouvait cautionner la politique suicidaire d'Emmanuel Macron en la matière  -je rappelle, pour mémoire: affréter des avions avec l'argent du contribuable pour aller chercher les expatriés en Chine, les mettre en quarantaine dans des municipalités sans en avertir les élus, envoyer les militaires responsables de ce rapatriement non pas en quarantaine mais en permission après leur mission, probablement générer ainsi le malade zéro dans la Grande Muette qui le restera, exposer la population française donc, laisser se tenir une rencontre sportive entre Italiens et Français, envoyer le 19 février dix-sept tonnes de matériel à la Chine (équipements médicaux, combinaisons, masques, gants, produits désinfectants qui aujourd'hui font défaut...) pour lutter contre leur épidémie, adjurer la population à ne pas sortir de chez elle tout en invitant quarante-huit millions d'électeurs à aller voter au premier tour des municipales dans les 35.000 communes françaises, beugler partout que le virus ignorait les frontières et qu'il n'avait pas de passeport, avant de déclarer quelques semaines plus tard qu'en fait il en avait bien un, mais que c'était le passeport de Schengen, décréter le confinement, sans utiliser le mot, en interdisant aux familles et à leurs amis d'enterrer un défunt mais, en même temps, autoriser le travail des artisans et les sorties que chacun peut s'octroyer en signant un ausweis attestant qu'il effectue ... de l'exercice physique!

Le nom de cette dame risque d'être associé au pire: sollicitée jadis par François Hollande, puis par François Fillon, embauchée finalement par Emmanuel Macron, elle grossira la longue liste des cyniques qui faisaient passer leur carrière et leur idéologie populicide avant l'intérêt général et le bien public. Elle ne sera, hélas, pas seule.

Pour faire partie de ceux dont le patronyme aurait pu scintiller au firmament des gens bien, sans plus, je ne parle même pas d'héroïsme, il lui aurait juste fallu préférer la morale à sa carrière, l'éthique aux affaires, la vertu aux petits arrangements, la grande médecine, celle de la santé publique, à la petite politique politicienne, celle des intérêts particuliers, les petites gens à son immodeste personne.

Cette dame a "des convictions de gauche" écrit la journaliste du Monde. C'est drôle, ça n'est pas du tout l'idée que je me faisais des convictions de gauche -et voilà une fois de plus cette famille politique aux avant-postes des scandales dont le peuple fait les frais.  

Hypothèse: il lui aurait suffi, en janvier, après en avoir informé Macron & Philippe qui, dit-elle, ne faisaient rien de ses prétendues objurgations, de dire publiquement ce qu'elle savait, puis de dénoncer la surdité et l'aveuglement, donc l'impéritie, du chef de l'État et de son premier ministre; dans la foulée elle aurait démissionné de son poste de ministre de la santé, mais sans pour autant courir la gueuse municipale: elle eut alors été une conscience morale. Comme son ex-belle-mère.

A l'inverse, en choisissant de se taire, certes elle a perdu son travail et son poste, elle s'en plaint d'ailleurs dans le quotidien du soir non sans vergogne, alors que d'aucuns seront des milliers à perdre la vie. A l'évidence, avec un peu de vertu, elle n'aurait pas arrêté l'épidémie, mais elle aurait épargné des vies, ce qui aurait suffi pour sauver sa réputation... C'est raté et ce dans les grandes largeurs.

Michel Onfray

cover-r4x3w1000-5b5f2c0bf3916-000-16w8vg

Agnès BUZYN et son mari Yves Lévy médecin et scientifique ex-Président de l' I.N.S.E.R.M. en FRANCE

 

5147eee26812979497d24b5bb23ff95d

Depuis la crise de la santé avec le Coronavirus plainte a été déposée par de nombreux médecins du corps médicale en France pour négligence, incurie, dissimulation, manipulation, mensonge contre l'ex-ministre de la santé Agnès BUZYN et le Premier Ministre Edouard PHILIPPE.

Posté par POLITIQUE PACA à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2020

EDITORIAL DE JEAN-FRANCOIS TOUZE : QUAND VIENDRA LE TEMPS DES COMPTES !

Quand viendra le temps des comptes

22 Mars 2020, 18:11pm

Publié par Thomas Joly

Dans deux mois, dans trois mois ou plus, lorsque s'éteindra l'épidémie, lorsque nos morts seront enterrés, viendra le temps des comptes et celui du devoir de reconstruction.

Les comptes... Les responsabilités d'Emmanuel Macron et de son gouvernement sont lourdes, eux qui, par nonchalance autant que par idéologie, ont hésité, atermoyé, oscillé, ne mettant pas à profit les quelques semaines qui ont suivi le déclenchement de la maladie en Chine pour anticiper sa diffusion afin de produire les quantités de masques, de gel et de gants nécessaires, et se refusant à prendre les mesures d'autorité qui s'imposaient en termes de fermeture de frontières et de confinement, ou les prenant à contre temps sans donner aux forces de sécurité les moyens de leur application. Les sanctions devront tomber.

Il serait pourtant sans effet de se contenter de mettre en cause le pouvoir actuel.

Les responsables sont ceux — tous ceux — qui, à un titre ou à un autre — politique, économique, social, médiatique — ont participé depuis des décennies à l'effondrement de la France. Tous ceux qui ont fait de notre Nation un pays du tiers-monde, sapant ses valeurs, altérant son identité, détruisant son industrie, défaisant les liens sociaux, ruinant ses services publics, réduisant, marginalisant et appauvrissant son armée, et livrant des pans entiers de notre territoire à la racaille issue de l'immigration par une casbahisation accélérée de nos quartiers.

Mais si l'ensemble du Système n'est pas remis en cause, aucune commission d'enquête, aucune traduction devant les cours compétentes pour juger tel ou tel membre de l'Exécutif actuel ou passé ne sera utile.

Surtout, aucune reconstruction ne sera possible. Tout recommencera comme avant. Avec des moyens encore plus affaiblis. Et une fiscalité encore alourdie, car le régime n'hésitera pas à faire payer aux Français le prix de sa criminelle défaillance.

Le salut public exige une renationalisation de l'ensemble de la France. Renationalisation morale, économique, sociale, identitaire et sécuritaire.

Pas de reconstruction de nos services de santé, pas de victoire sur la terrible crise sociale qui se dessine, pas de redressement économique, pas de retour à la cohésion française, pas de rénovation du domaine public, pas de relocalisation industrielle, pas de retour de l'autorité régalienne, pas de reconquête des cités, tant que la voie nationaliste ne sera pas appliquée.

Les responsables de l'effondrement français devront être punis. Mais le régime, lui, devra disparaître.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Jean-Francois-Touze-400x250

Posté par POLITIQUE PACA à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2020

Émeutes aux Moulins : soutien à nos policiers et pompiers de Nice !

Émeutes aux Moulins : soutien à nos policiers et pompiers !

 

images m' en bati

       

Émeutes aux Moulins : soutien à nos policiers et pompiers !

[Communiqué du 20 mars 2020]

2019-10-15-2

 

Dans la nuit de lundi à mardi, c'est une supérette du quartier des Moulins qui était vandalisée et pillée. Ce soir, aux Moulins toujours, c'est une véritable émeute qui a été organisée (avec un appel au rassemblement sur les réseaux sociaux !) : des poubelles ont été incendiées, et les forces de l'ordre et les pompiers ont été attaqués. A 20h, il y a donc ceux qui applaudissent les soignants... et ceux qui jettent des pierres !

 

Alors que tous les Français s'efforcent de respecter les règles du confinement afin de limiter la propagation du virus et de sauver des vies, dans les zones de non-droit et de non-France - à travers tout le pays - des refus de se plier au confinement, et même des provocations, sont constatés. Énième confirmation que certains vivent au même endroit que nous, mais manifestement pas dans le même pays. Ils ne se sentent concernés par rien de ce qui fait notre vie collective. Aucune de nos lois, aucune de nos normes, ne les concernent. Aucune de nos joies, aucune de nos épreuves, ne les affectent.

 

Dans la situation de crise que nous traversons, le fait de s'en prendre aux policiers et aux pompiers (!!!) doit être jugé avec une sévérité totale. J'apporte mon entier soutien aux hommes et femmes de la Police Nationale, de la Police Municipale et du SDIS qui doivent affronter- en plus de la crise sanitaire - les conséquences de décennies de laxisme.

 

Je rappelle enfin qu'en 2008, à peine élu, Christian Estrosi s'était rendu aux Moulins pour expliquer qu'il allait "terroriser les voyous". On voit ce qu'il en est 12 ans plus tard !

 

safe_image

Philippe Vardon

Candidat à la mairie de Nice soutenu par le RN et la Droite Populaire

Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur 

ob_61d3b6_meutes-nice

 

Nice (06) – J’ai relaté les émeutes qui se déroulent depuis plusieurs nuits dans le quartier des Moulins, suite à l’accident au cours duquel un « jeune » en scooter, tentant d’échapper à un contrôle de la police municipale, a percuté un palmier, se blessant grièvement.

Il s’avère que ce voyou était en possession d’un pistolet chargé.

Il a été placé en examen.

 ***********************************************************************

D'abord la santé des Niçois, ensuite le temps du face à face avec Christian Estrosi !

113385986

       

D'abord la santé des Niçois, ensuite le temps du face à face avec Christian Estrosi !

[Communiqué de Philippe VARDON du Rassemblement National à Nice 16mars 2020]

Ce premier tour s'est déroulé dans une atmosphère particulière, qui s'est traduite par une abstention massive au niveau national, encore amplifiée au niveau local. La responsabilité du gouvernement dans ce fiasco démocratique est entière, et tout démontre qu'il aurait été plus sage de reporter la date du vote. Marine Le Pen avait d'ailleurs fait savoir qu'elle ne s'y serait pas opposée, tout comme nous sommes évidemment favorables à un report du second tour.

Je tiens à saluer le dévouement de tous ceux qui ont assuré le bon déroulement des opérations de vote : agents de la Ville (dont certains ont été appelés en urgence le matin même) et assesseurs des différentes listes.

Dans ce climat, les Niçois ont néanmoins fait mentir les sondages et sont passés outre ce qui sonnait presque comme une injonction à l'élection au 1er tour de Christian Estrosi. Non seulement Christian Estrosi n'est pas élu au 1er tour - ce qui est presque une exception dans le département et témoigne qu'il ne bénéficie pas de la "prime aux sortants" s'étant manifestée dans toute la France - mais en plus les Niçois m'ont nettement désigné comme son seul adversaire. Nous réalisons un score supérieur à celui que les sondages nous prédisaient et supérieur aussi à celui de 2014, malgré l'abstention et une démobilisation claire d'une partie de notre électorat.

Je salue la lucidité des Niçois, qui ont su voir clair dans les enjeux alors qu'on leur a vendu pendant de trop longs mois un duel factice Estrosi-Ciotti (ce dernier s'étant désormais lamentablement couché, se taisant sur la présence de macronistes et de socialistes sur la liste de son maître, et allant jusqu'à saluer son score aujourd'hui !) avant d'inventer une percée de la gauche verte, qui finit en réalité qualifiée de justesse pour le second tour.

Parce que la santé des Français doit primer sur tout, j'espère ardemment que l'annonce d'un report du second tour interviendra rapidement.

Dans ces conditions si particulières, le second tour apparaitra sans doute quasiment comme une nouvelle élection. Seule force en dynamique à Nice, bénéficiant d'un réservoir de voix conséquent à travers des suffrages s'étant exprimés sur d'autres listes au 1er tour et surtout parmi les abstentionnistes, nous sommes prêts à ce face à face avec Christian Estrosi.

Philippe Vardon

Candidat à la Mairie de Nice soutenu par le RN et la Droite Populaire

Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Conseiller national du RN, membre du Bureau national

 

Posté par POLITIQUE PACA à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2020

Charles Ange Ginésy annonce la distribution de près de 200 000 masques aux services d’aide à la personne et au SDIS06

Conseil départemental des Alpes-Maritimes pleinement engagé dans la lutte contre le COVID 19 

Charles Ange Ginésy annonce la distribution de près de

200 000 masques aux services d’aide à la personne et au SDIS06

Ciotti_ginesy

« En sa qualité de chef de file de l’action sociale, le Département des Alpes-Maritimes se mobilise depuis plusieurs semaines pour faire face à la menace sanitaire et économique que représente le COVID 19.

En attendant le déblocage des stocks (*) de l’État, le Département des Alpes-Maritimes a délivré, du 16 au 20 mars 2020, 110 000 masques chirurgicaux aux professionnels des services d’aide et d’accompagnement à domicile et d’établissements (EHPAD, résidences autonomie, établissements d’accueil de personnes en situation de handicap et de l’enfance en danger).

En ma qualité de Président du Conseil d’administration du Service Départemental d’Incendie et de Secours, j’ai également fait procéder aujourd’hui même à la distribution de 75 000 masques qui viendront équiper les sapeurs-pompiers des Alpes-Maritimes.

Dans une situation de crise extrême, le Conseil départemental participe pleinement à la mobilisation générale et soutient, dans la mesure de ses moyens, l’effort engagé par les personnels médicaux. Nous sommes solidaires de tous les professionnels de santé dans la lutte contre le Coronavirus.

J’appelle également chacun à faire preuve de responsabilité en respectant les mesures de confinement et en limitant ses déplacements au strict nécessaire.

Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes a mis en place une page web dédiée pour l’ensemble des maralpins qui souhaite avoir plus de renseignements sur les mesures prises par le Département :

https://www.departement06.fr/a-votre-service/covid19-mesures-du-departement-35252.html. »

 

Charles Ange Ginésy

Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes

Président du Conseil d’administration du SDIS 06

(*) Stocks inéxistants de l'Etat !

Un très grand merci à notre ami Charles Ange GINESY Président Départemental du 06 pour une si belle action de protection en faveur de nos services médicaux, hospitaliers et protection civile de notre département des Alpes-Maritimes en vertue de la carence lamentable par l'état Français dans cette "guerre" contre le coronavirus sur nos territoires nationaux. Encore bravo et mille fois merci !

Gérard Diaconesco

ETaAbCHX0AM2ISQ

Posté par POLITIQUE PACA à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2020

Enfin des nouvelles de l'ariste niçois Franck SAISSI !

Mars 2020 BONJOUR DE

 

 

L'ARTISTE FRANCK SAISSI 

 

119332263

Bonjour, 

j'espère que vous allez bien 

dans cette période pré-apocalyptique.

Voilà quelques nouvelles confinées,  

tabassées sur mon clavier 

à la vitesse de l'éclair.

L'asile

EXPO CHEZ DOLLÉ

J'ai répondu présent à l'invitation de Louis Dollé :

J'ai accroché une centaine de pièces

dans son incroyable atelier :

fusains, encres, acryliques, huiles...

L'expo a eu beaucoup de succès,

énormément de visiteurs,

presque tout est parti.

 

J'avais écrit un laïus pour l'expo:

"Expo à venir chez Louis Dollé, vernissage vendredi 5 mars à 18h !

Pour changer des expositions aseptisées: 

Accrochage brut et chargé, toiles d'araignées et clous rouillés. 

Venez tous choper le tétanos et vous faire dépouiller..."

 

Coup de coeur, la pièce d'Emilie Jobin 

et Merakhaazan était géniale.

Si vous l'avez ratée, ne regrettez rien, 

il y avait tellement de monde, 

vous n'auriez pas pu rentrer.

 

http://www.francksaissi.com/portfolio/jesuissaissi/

Le sphinx

LA VIE EST UN FILM

J'ai répondu présent à l'invitation de Ben Vautier

pour participer à la grande exposition 

qui lui était consacré au 109, 

dans les anciens abattoirs.

Difficile de trouver un lieu plus chargé.

J'y ai exposé un grand fusain et 67 encres.

Un de mes dessins a été bouffé 

par de petits insectes

qui vivaient là, 

dans une infractuosité du mur, 

des sortes de poissons d'argent.

Tout mité, le dessin est encore plus classe!

http://www.francksaissi.com/portfolio/lavieestunfilm/

 

Vue de Tolède d'après le Greco

JUSTE AVANT LA RÉFORME

j'ai passé mon permis moto,

et comme tous ceux qui l'ont passé sans doute, 

je me suis régalé.

Deux jours avant l'examen, je me suis retrouvé

sous les panneaux lumineux de la voie rapide

"Restez dans vos abris", (déjà à l'époque)

en vigilance rouge, K-Way intégral, 

a fond de balle en 6e.

Trempé jusqu'aux os, 

j'ai hurlé ma race:

c'est tellement bon 

de se sentir vivant.

Squale, acrylique

L' ATELIER

j'ai inauguré mon atelier près de Boriglione,

un très bel espace que m'a attribué la ville de Nice.

Je peux enfin peindre et avoir du recul, 

faire de grands formats pour préparer mon exposition 

à venir dans la Villa Caméline.

Les visites de l'atelier sont possibles sur rendez-vous, 

me contacter par mail.

Quand vous aurez le droit de sortir de chez vous donc.

Zombie Iggy

TATOUAGE

Je devais aller cette semaine en formation

pour apprendre les règles d'hygiène du tatoueur, 

formation repoussée à cause du covid-19, 

dommage mais ce n'est que reculer pour mieux sauter.

Après tant d'années à encrer livres, partitions, cartes, 

j'ai bien envie de changer de support

de temps en temps.

Et puis comparé à ce qui se fait 

en dessin pour le tatouage,

la scène du dessin contemporain

me parait bien cul-serré.

Freaks

LES BRUITS DE LA NUIT

Je collectionne les bruits de la nuit: les types qui braillent en dessous, les voitures sur le boulevard, une moto qui vrombit, un train qui passe, des travaux pour rénover un pont, un immeuble qu'on rase. Je me réveille fatigué de nuits sans sommeil mais ce n'est rien, ce ne sont pas des hurlements de désespoir de patients attachés contre leur gré. 

Ce sont juste des trains, des bagnoles, des gens heureux d'être bourrés, des bruits mécaniques et tout ça se mélange et c'est bien sauf que moi je ne dors pas et dans l'obscurité de cette pièce je m'ennuie. La nuit je collectionne les bruits, le jour c'est pire mais je n'y pense pas.

Mise à jour: avec le confinement, c'est enfin calme et on respire.

Carcharodon Carcharias

Voilà pour cette petite newsletter illustrée,

histoire de récapituler 

ce que vous avez 

peut-être loupé.

A bientôt, andra tutto bene...

Franck SAISSI

Cet email a été envoyé à diaconesco@uno.it

 

113866457_o

Posté par POLITIQUE PACA à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

COMMUNIQUE DE PRESSE DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DES ALPES-MARITIMES CONCERNANT LA PANDEMIE DU CORONAVIRUS EN FRANCE

RETOUR PRESSE // ANNONCES du CD06 suite à la conférence de presse COVID 19 - 13/03/2020
 
       

 

Ciotti_ginesy

 Eric CIOTTI Député du 06 et Charles Ange GINESY Présient du CONSEIL Départemental des Alpes-Maritimes

Bonjour,

 

Suite aux annonces faites hier soir par Emmanuel Macron pour éviter la propagation du COVID 19, Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, a annoncé lors d’une conférence de presse des mesures afin de maintenir la continuité du service public, en présence d’Eric Ciotti, Député, Président de la Commission des finances du Conseil départemental des Alpes-Maritimes. 

Soucieux de la santé de ses administrés et notamment des personnes les plus vulnérables et de leur prise en charge par les établissements et services médico-sociaux, le Département des Alpes-Maritimes participe activement au dispositif de suivi et de vigilance sur le coronavirus, installé par le Ministère des solidarités et de la Santé, les autorités préfectorales et sanitaires.

 

Pour Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes : « Suite aux annonces réalisées hier soir par Emmanuel Macron, j’ai réuni ce midi et en présence d’Eric Ciotti, les Vice-présidents du Conseil départemental afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire face ensemble à cette situation exceptionnelle.

La volonté du Conseil départemental des Alpes-Maritimes est de maintenir ouverts nos services publics le plus longtemps possible tout en protégeant notre personnel.

Les services départementaux (MSD, PMI, MDD, Maisons des seniors...) seront accessibles sur rendez-vous sur site ou en visioconférences. Les prises de rendez-vous seront assurées par voie téléphonique  ou Internet.

Une aide de 100€ par enfant sera attribuée pour les familles habitant dans les Alpes-Maritimes qui travaillent et doivent faire garder leurs enfants de 0 à 10 ans sur la période exceptionnelle de fermeture annoncée par le gouvernement. Ce dispositif sera soumis au vote de l’Assemblée départementale vendredi 20 mars ainsi que les modalités de retrait des dossiers.

La continuité de l’activité éducative est une priorité. Il faut rentrer dans l’usage du numérique grâce à l’Environnement Numérique de Travail (ENT) que le Département administre déjà. Il devra être complété par des cours en ligne pour les collégiens à travers le CNED ou la classe virtuelle.

Afin qu’aucun collégien ne soit laissé pour compte, le Département met à disposition des tablettes pour les élèves non équipés de matériel informatique à domicile via un prêt de tablettes qui sera effectué par l’établissement scolaire. Des consignes en ce sens vont être délivrées aux principaux de collèges dès lundi.

De plus, nous allons recenser toutes les assistantes familiales volontaires pour accueillir 1 ou plusieurs enfants de plus. Ces places supplémentaires pourraient être dédiées, prioritairement aux personnels de santé, à ceux qui assurent cette mission de services au public.

L’aide financière globale apportée par le Conseil départemental des Alpes-Maritimes passe aujourd’hui à 15 millions d’euros pour soutenir les familles et l’activité économique du territoire. »

Pour Eric Ciotti, Député, Président de la Commission des finances du Conseil départemental des Alpes-Maritimes : « Le Département des Alpes-Maritimes et son président Charles Ange Ginésy, demandent sur ma proposition, la fermeture immédiate de la frontière franco-italienne.

On ne peut plus accepter l’absurdité d’une frontière française ouverte et d’une frontière italienne fermée ! »

 Charles Ange Ginesy

Président du Conseil Départemental du 06

nice-1265937_640

Posté par POLITIQUE PACA à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2020

MACRON EN NOUS MENTANT DEPUIS DES LUSTRES NOUS A MENE AU DESASTRE !

L’arrogance et les mensonges de Macron

 

nous ont menés au désastre !

MacronNDMenteur

Publié le 16 mars 2020 - par  

FacebookTwitterLinkedInVKWhatsAppSMSFacebook Messenger

Un patient et un soignant à l’hôpital Bichat, ce 13 mars. PHOTO AFP

Emmanuel Macron renforce les mesures de confinement. Voici pour l’essentiel :
Déplacements restreints durant 15 jours sur tout le territoire.
2e tour des élections municipales « reporté ».
Réforme des retraites suspendue.
Mise en place d’un hôpital militaire de campagne dans le Grand Est.
Frontières extérieures de l’Union fermées pendant 30 jours.
Soutien aux entreprises et aux salariés afin d’éviter faillites et  pertes excessives de pouvoir d’achat.
Face à la progression du virus et à la crise sanitaire qui se généralise, il est urgent d’interdire tout déplacement  superflu. Mais ces mesures, prises 15 jours plus tôt, nous auraient évité bien des morts dans les prochaines semaines.

Selon les modélisations de l’université Johns-Hopkins de Baltimore,  première université de recherche des États-Unis, la France devrait atteindre un total de 24 000 cas le 21 mars. C’est dire combien le virus a allumé la post-combustion et  passe en supersonique. Le nombre de cas double toutes les 72 heures. Et selon les dires d’un médecin, vu que seuls les cas les plus graves sont testés, on peut multiplier ces chiffres par 100 pour avoir une idée de la réelle contamination de la population.

L’aveuglement et les mensonges du pouvoir ont mené la France vers la même tragédie que celle vécue par  l’Italie. Macron, totalement  inconscient, n’a eu qu’un seul discours : rassurer et privilégier l’économie à la santé des Français. Une faute impardonnable qui aura pour conséquence de faire des milliers de morts et peut-être davantage.

Fin janvier, Agnès Buzyn estimait que le risque de voir le virus en France était « pratiquement nul » et « le risque de propagation très faible » ! (Figaro). Une experte !!

Des experts de troisième niveau nous ont parlé de grippette ! Ces ignares dangereux n’ont plus rien à faire dans le milieu médical.

Alors que la Chine comptait déjà des milliers de morts, Emmanuel Macron et son ministre de la Santé se félicitaient de maîtriser la situation. Nos hôpitaux étaient prêts.

L’Élysée regardait  de haut, avec un certain mépris, ces Chinois et ces Italiens désemparés prendre des mesures drastiques de confinement. Aucune leçon n’a été tirée de ces deux pays avant le jeudi 12 mars et surtout  le samedi 14 mars, date du déclenchement du stade 3. L’arrogance de Macron, qui décide seul, nous mène au désastre.

Son refus de fermer les frontières, en rabâchant que cela ne sert à rien, est criminel.  Tous les pays se sont protégés sauf la France qui a importé largement le virus.

Et aujourd’hui, dans la précipitation la plus totale, on nous dit que la situation est dramatique. « Nous sommes en guerre » a répété quatre fois le Président. En effet, on voit bien que les hôpitaux sont déjà saturés.

Les mêmes, qui nous disaient de ne pas paniquer, sont aux abois et  nous rabâchent, soir après soir, que nous sommes en état de guerre contre le Covid-19.

Mais chez RL, nous le disions depuis longtemps, écoutant  les avis de certains médecins, bien loin de l’optimisme affiché par l’exécutif et le ministre de la Santé.

On a pu assister aux décisions aussi incohérentes que dangereuses, depuis le maintien du match Lyon-Turin, alors que le Nord de l’Italie était mis en quarantaine, jusqu’au 1er tour des municipales, alors que le stade 3 était déclaré ! Un véritable fiasco politique. Aujourd’hui, chacun se refile la patate chaude.

Pendant des semaines, on nous a dit que la France était prête. Que de mensonges !

Nous sommes au début de la pandémie et on ne teste déjà plus personne. Seuls les cas graves sont  testés et  hospitalisés.

https://youtu.be/GsPsL74Mzyg

Dans le Grand Est, les hôpitaux sont déjà saturés avant le pic de la crise attendu dans quelques semaines. Les cas graves sont évacués dans des zones moins surchargées.

Nous manquons de lits, de systèmes respiratoires, de personnels. Le système de santé a été laminé par les coupes budgétaires.

Les projections, au vu de la situation italienne et de nos 5 400 cas le 15 mars, prévoient 24 000 cas le 21 mars !!

Ce qui prouve que les mesures de confinement sont arrivées bien trop tard et que nos hôpitaux vont connaître la tragédie italienne.

Le 15 ne répond pas.

Les médecins de ville n’ont aucun équipement de protection.

Les personnes ayant les symptômes de la maladie, fièvre et toux, sont renvoyés chez eux : Doliprane et repos !

Dans les pharmacies, on ne trouve ni masques ni gants. Il n’y en a jamais eu.

Les médecins de ville n’ont toujours pas de masques, de gants et de blouses jetables.

On nous ment depuis le premier jour. Macron a été lamentable depuis le début.

Tous les morts seront de sa responsabilité, ainsi que celle des médecins qui ont sous-estimé la menace.

Quand l’ex-directeur général de la Santé nous dit que la France peut avoir 300 000 morts, il est irresponsable de bêler au catastrophisme, comme le font certains. On n’en sait rien.

Car à ce jour les défaillances du pouvoir sont telles qu’il s’agit d’un véritable scandale d’État, un mensonge criminel. Une gestion de Pieds nickelés.

Les rassemblements ont d’abord été maintenus, puis limités à 1 000, puis 100, puis 50 ! C’est vraiment du bricolage avec la santé des Français !

Quant à l’Europe, elle est aux abonnés absents. Un continent aussi riche que les États-Unis, a expédié 50 tonnes de matériels en Chine, mais s’avère maintenant incapable de produire des masques en grande quantité pour protéger les peuples.

Cette UE n’est bonne qu’à s’occuper du calibrage des tomates. Ursula von der Leyen n’a pas dit un mot sur la pandémie, alors que l’Europe va dépasser la Chine en nombre de morts dans quelques jours.

Mais l’heure est avant tout au respect  des mesures de confinement, qui ont fait leurs preuves en Chine et en Corée du Sud. Au bout de 15 jours, la courbe des contamination s’infléchit. De cette discipline individuelle et collective dépendra le succès de l’opération.

En attendant le futur vaccin, pour lequel tous les laboratoires du monde se battent jour et nuit…

Jacques Guillemain

ES1reoXXsAEhBw9

imagesYMWTLK91

https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

 

***********************************************************************

Virus et frontières : les mondialistes doivent dégager, place aux patriotes !

Publié le 15 mars 2020 - par  

FacebookTwitterLinkedInVKWhatsAppSMSFacebook Messenger

Il est en train de se dérouler, dans le monde, un événement dramatique, qui remet en cause tout le dogme des mondialistes, et notamment leur sacro-sainte abolition des frontières. Depuis l’apparition du Coronavirus, tout le monde a remarqué que les organismes supra-nationaux, qui nous coûtent très cher et passent leur vie à faire la leçon aux pays suspectés de manquer d’enthousiasme pour l’accueil de l’immigration africaine, sont aux abonnés absents, Union européenne en tête !

Ce sont donc les États-nations, comme cela a toujours été historiquement leur rôle, qui ont pris en main la protection de leur peuple, en prenant, souvent tardivement, des mesures draconiennes pour stopper l’épidémie.

À Riposte Laïque, nous ne prétendons pas détenir la vérité, même si nous avons des médecins dans notre rédaction. Nous avons donné la parole, depuis le début de cette crise, à des contributeurs aux visions souvent antagoniques, entre ceux qui prévoient une nouvelle peste brune et ceux qui pensent qu’en avril, le problème sera résolu, sans oublier ceux qui pensent qu’il s’agit d’un acte de guerre bactériologique, ou un coup monté des mondialistes. Nous avons également publié de précieux conseils, pour nos compatriotes, même s’ils ne venaient pas tous de la médecine officielle, que chacun sera libre de suivre… ou pas !

Il n’empêche, et Julien Martel nous le rappelle à chaque article, que nous avons dix jours de retard sur l’Italie, et que la situation de ce pays est catastrophique, voire apocalyptique. Or, quelle a été l’attitude du régime de Macron, mais aussi de tous les immigrationnistes politiques, experts, journalistes, depuis le début de cette crise ? Pilonner le Rassemblement national, et sa présidente, qui osaient réclamer la fermeture des frontières !

Faut-il rappeler que ce jour, alors que même les Allemands, apôtres de la politique de Schengen, viennent de fermer leur frontière avec la France, l’Italie et la Suisse, alors que dans l’Union européenne, chacun fait de même (malgré les leçons de morale de Macron), alors que dans le monde, tous les grands pays ferment leur frontière, alors qu’en Afrique du Nord, les pays ferment leurs frontières, il se trouve, en France, un président de la République, un ministre de la Santé et un président du Sénat, LR, pour continuer à dire, en s’appuyant sur une prétendue communauté scientifique, que fermer les frontières serait pire que le mal !

http://www.fdesouche.com/1348359-coronavirus-fermer-les-frontieres-une-reponse-qui-scientifiquement-na-pas-dinteret-assure-olivier-veran

 

https://twitter.com/gerard_larcher/status/1238002382908395520

Bref, on a autorisé les Asiatiques, et tous les passagers du monde, à venir en France, et on n’a mis en quarantaine que les seuls Français ! Puis on a autorisé 3 000 supporters italiens à venir soutenir leur équipe à Lyon, malgré les premières mesures du gouvernement transalpin ! Puis on a décidé de fermer les crèches, les écoles, les universités… Puis à présent tous les commerces jugés non indispensables et nos cafés et restaurants, lieux de convivialité. On va confiner tous les Français à domicile, et pendant ce temps-là, 4 millions de personnes continuent à prendre le métro chaque jour (cela va peut-être descendre à 1 million, et alors ?) et surtout, clandestins et autres peuvent continuer à entrer en France, dernier pays « Open bar » du monde ! Et ni les LR, ni les Verts, ni le Modem, ni les Insoumis, ne trouvent quelque chose à redire, tant leur dogme mondialiste et sansfrontiériste passe au-dessus de la sécurité de nos compatriotes.

Notre fondateur, ce jour, dans sa vidéo quotidienne, faisait le parallèle entre l’attitude de toute la classe politique, au lendemain des attentats islamistes, et celle de ce jour, face au virus, pour expliquer que ces fanatiques, idéologues mondialistes dangereux, étaient prêts à sacrifier une grande partie de leur peuple sur l’autel de leur dogme. Nous en avons une nouvelle preuve.

Nous sommes dirigés par des assassins potentiels, et cela ne concerne pas que Macron. Ceux qui ont sur les mains le sang de toutes le victimes de l’islam, dont ils continuent d’encourager l’invasion quotidienne de ses soldats, en France et dans toute l’Europe, sont les mêmes qui auront sur la conscience – ce dont ils se foutent totalement – la mort possible de trop de nos compatriotes, pour ne pas avoir pris, quand il le fallait, les décisions qu’il fallait, et notamment préserver les frontières pour protéger les Français.

Aux patriotes, le RN en tête, et aux combattants des plateaux de télévision, Éric Zemmour en tête, de l’expliquer inlassablement aux Français, pour qu’on se débarrasse au plus vite de ces nuisibles, qu’on les remplace et qu’on les juge.

Car le simple fait qu’un dimanche soir, Macron, soutenu par les LR, les Verts, les Insoumis et le Modem, n’ait pas encore pris la décision de fermer la frontière française nous confirme que les mondialistes ne sont pas faits pour gérer une crise pareille, qu’ils en sont incapables, qu’ils n’ont pas le logiciel patriote nécessaire. Il faut donc qu’ils laissent la place, ou qu’on les vire à coups de pieds aux fesses, avant qu’ils ne fassent mourir, par leur idéologie mortifère, encore plus des nôtres.

En attendant, il va nous falloir survivre, après l’inoculation du virus islamique qu’ils nous font subir, à un deuxième virus, qui, si les scenarii les plus pessimistes se réalisaient, serait une catastrophe humanitaire qui redistribuerait toutes les cartes.

Plus que jamais, protégez-vous au mieux, protégez votre famille, défendez votre pays, soyez de vrais patriotes. La France va avoir besoin de vous.

CYRANO

ESqjQ6WWoAAPNWq

 

Posté par POLITIQUE PACA à 16:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mars 2020

LE CORONAVIRUS A TUE LE MONDIALISME POLITIQUE ET ECONOMIQUE ... DEMAIN ON REPASSERA CERTAINEMENT A NOS VALEURS MORALES

Publié par Albert Soued le 13 mars 2020

Après les marasmes de la 2ème guerre mondiale il fallait apaiser et reconstruire. La liberté de circulation des hommes et des marchandises était la bienvenue. Les affaires et les idées se sont développées en dehors des frontières nationales qui, petit à petit, disparaissaient.

Les entreprises et les organisations ont grandi en évoluant vers l’étranger, devenant multinationales et concevant des stratégies à l’échelle planétaire, qui conduisaient à la mise en place d’un même modèle économique, social et culturel pour le monde entier. La mondialisation avait le vent en poupe, entraînant avec elle la diffusion du tourisme, la télévision, l’internet et les réseaux sociaux virtuels.

 

Mais rien ne peut se réaliser sans excès ni exagérations. Et c’est là où la mondialisation a viré vers le “mondialisme”, c’est à dire la prise en considération des problèmes politiques, culturels, sociaux et autres, dans une optique uniquement mondiale et la création d’entités regroupant nombre d’états et nations, de plus en plus éloignées des peuples.

Progressivement, on est parvenu à accepter ou à imposer des idées doctrinaires visant à réaliser l’unité politique de la communauté humaine.

Et c’est là où on a commencé à perdre aussi bien la liberté que la démocratie pour lesquelles on s’était tant battu.

On a toujours eu sur cette terre des régimes autoritaires imposant leur volonté à leur population, et quand c’était possible à d’autres, mais ils ont toujours fini par disparaître dans la tourmente qu’ils avaient provoquée. Depuis un siècle, nous avons vu le trotskisme, le nazisme hitlérien, le stalinisme, le franquisme, l’islamisme et des dizaines d’autres régimes dictatoriaux qui finissent ou finiront par disparaître souvent dans le sang. Aujourd’hui, il y a une multitude de pays avec “présidents à vie” et d’oligarchies où quelques milliers de personnes accaparent tous les pouvoirs et toutes les richesses.

Mais parlons des pays dits “occidentaux”, Anglo-saxons, nordiques ou francophones. Depuis une ou deux générations, ils subissent imperceptiblement de nouvelles formes d’autoritarisme, celles créées par le mondialisme effréné et l’acceptation de la pensée unique, du politiquement correct et des « fake news ».

Le mondialisme a fait baisser en Occident aussi bien le niveau culturel que spirituel. La quantité d’informations a occulté la qualité de la réception, l’homme ordinaire n’ayant pas le temps ou la capacité de discernement. Les aspects répétitif et attractif des apports matériels du mondialisme ont voilé ou mis au rebut toute élévation spirituelle.

En magnifiant l’individu à l’excès tout en le dispersant dans un magma universel, le mondialisme a créé un être nouveau égocentrique, instable, médiatique et superficiel.

Le virus du mondialisme va peut-être s’atténuer grâce à la diffusion d’une de ses conséquences, le virus Covid-19. Le confinement et la peur de disparaître ou l’appréhension d’un Armageddon économique vont peut-être faire réfléchir sur les divers excès néfastes et l’éloignement par rapport aux règles de base de la culture judéo-chrétienne, ne serait-ce que le respect de l’autre et de la construction familiale.

Dans le confinement et devant les diverses restrictions imposées ou qu’on s’impose, certains commencent à s’ennuyer, d’autres s’adonnent à des activités préférées, mais négligées, et la plupart finiront par se pencher sur eux-mêmes et sur leur place dans cet univers.

Selon une étude historique de Michel Gurfinkiel, écrivain et journaliste, les catastrophes naturelles ou sanitaires en Chine ont un sens : elles impliquent que l’empereur ou la dynastie ne sont plus en mesure de régner, sauf « rectification » et amende honorable.

Il est probable que la crise virale actuelle, si son ampleur se confirme, entraîne un retour aux valeurs morales et comportementales qui prévalaient avant le déchaînement mondialiste et païen qui prévaut depuis deux ou trois générations.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Soued

 

ESpy9RtXkAAaf5r

 ***********************************************************************

Intervention de Macron sur le coronavirus : faut-il rire, pleurer, ou mourir ?

 

Publié par Dreuz Info le 13 mars 2020

Intéressante, l’intervention de Macron hier. Et surtout… totalement désintéressée. Étude.

 

Les parties en gras sont soulignées par l’auteur, Oryx.

Le principe de lutte contre le coronavirus crié dans le Monde entier est d’éviter les contacts et les regroupements. Il n’y a actuellement aucune autre action (à part sa propre hygiène). Dont acte.

La vie m’a appris que les politiques sont des monstres totalement insensibles, et que tout est fait, utilisé, pour leurs seuls intérêts politiques, quelle que soit la gravité de la situation. Les exemples dans le passé sont nombreux.

Dernier exemple en date, Macron hier à la télé.

Je cite texto ce qu’il a dit dans son discours (extraits) :

– «La plus grave crise sanitaire depuis un siècle»
–«… mais le virus peut avoir des conséquences très graves, en particulier pour celles et ceux de nos compatriotes qui sont âgés ou affectés par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer.»

Puis :

– «C’est pourquoi je demande ce soir à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, à celles et ceux qui souffrent de maladies chroniques ou de troubles respiratoires, aux personnes en situation de handicap, de rester autant que possible à leur domicile.»

Mais de conclure ce passage de façon formidable :

– «… rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes.» Donc, principalement, les personnes âgées.

Je résume :

  • Il est impératif que les personnes âgées (l’essentiel des décès dans tous les pays), donc les plus vulnérables, restent le plus possible confinées chez elles.
  • Mais, pour un politicien, lesdites personnes âgées peuvent quand même, et sans aucun danger aller voter, donc :
    • aller dans une pièce confinée (j’ai jamais vu des fenêtres grandes ouvertes dans une salle de bureau de vote)
    • faire la queue avec plein d’autres personnes
    • signer le registre avec le stylo ayant servi 150 fois avant
    • aller dans un isoloir entouré de rideaux, dont le but est d’isoler, où des dizaines de personnes sont passées avant et dont certaines ont, peut-être, laissé du coronavirus.

Petite info pour celles et ceux qui ne le savent pas

  • Macron a remporté le second tour de l’élection présidentielle 2017 (…), et cette victoire, il la doit notamment aux seniors qui ont majoritairement voté pour lui.
  • Lors de cette élection, les 18-24 ans ont été (..) 34 % à s’être abstenus.
  • Les 35-49 ans ont été 27 % à s’être abstenus.
  • Par contre, chez les 70 ans et plus, on relève seulement 18 % d’abstention*.

Tout rapprochement entre ces statistiques de 2017 et ce qui précède serait malsain et de mauvaise foi, cela va sans dire.

Enfin, la bonne nouvelle est celle-ci, toujours extraite du discours d’hier soir :

Toutes les personnes «affectées par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer (…), âgées de plus de 70 ans, celles et ceux qui souffrent de maladies respiratoires, aux personnes en situation de handicap**, de rester autant que possible à leur domicile

Mais elles peuvent, par contre, aller voter en se mêlant à la foule et dans un isoloir sans aucun danger.

Cependant, dès lundi, elles doivent rester confinées car, à partir de lundi 0 heure, elles sont en danger.

C’est pas une bonne nouvelle, ça ?

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Oryx pour Dreuz.info.

Sources :
* Obsrvatoire des séniors
** Ca fait du monde, quand même !

PS : De nombreux pays ferment leurs frontières. La France ? Bennn voyons…. On ne va pas freiner le Grand Remplacement, même pour un coronavirus, voyons !

XVM02f35346-6510-11ea-8204-7e2bdfdaa311

Posté par POLITIQUE PACA à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2020

ÉLECTIONS MUNICIPALES DE NICE ... LE FUTUR BIDE DE TOUTE LA CLASSE POLITIQUE LOCALE !

ÉLECTIONS MUNICIPALES DE NICE ...

LE FUTUR BIDE DE TOUTE LA CLASSE

POLITIQUE LOCALE A BIEN ÉTÉ LA

CHRONIQUE D'UNE MORT POLITIQUE

AVANCÉE AVEC PRÈS DE 60%

D'ABSTENTION DANS LE DÉPARTEMENT

DES ALPES-MARITIMES 06

64211104

 

Gérard Diaconesco
@DIACONESCOTV

téléchargement (1)

17 min sur Twitter @
POUR CES FUTURES ELECTIONS
MUNICIPALES  2020 DE NICE
PERSONNELLEMENT JE RESTERAI
AVEC MES NOMBREUX AMIS
NISSARTS AU-DESSUS DE LA MÊLEE
ET NE SOUTIENDRAI AUCUN CANDIDAT
DE NOTRE CITEE QUI S'EFFONDRE A
CAUSE DE NOS HOMMES POLITIQUES
QUI NE PENSENT QU'A SE FAIRE
ELIRE OU REELIRE ...

téléchargement

 

... DE PLUS CELA ME PERMET DE BOYCOTER UNE ELECTION MUNICIPALE NICOISE QUI A MES YEUX DEVIENT DANGEREUSE AU VU DE LA CONTAMINATION POSSIBLE AU CORONAVIRUS POUR LE GRAND PUBLIQUE QUI IRA VOTER CE DIMANCHE 15 MARS POUR CE PREMIER TOUR A NICE ... A SUIVRE

*********************************************************

PANDEMIE DU CORONAVIRUS EN FRANCE ... TOUT LE MONDE SE BARRICADE ... SAUF QUI PEUT ... CHACUN POUR SOI ET DIEU POUR TOUS ...

Editoriaux - Politique - Santé - 14 mars 2020

 

Crise du coronavirus : les

animaux malades de la peste 

Fable célèbre de Jean de La FONTAINE ( * )

grandville_-_fables_de_la_fontaine_-_07-01_-_les_animaux_malades_de_la_peste-767x475

« Un mal qui répand la terreur/Mal que le Ciel en sa fureur/Inventa pour punir les crimes de la terre,/La peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)/Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,/Faisait aux animaux la guerre./Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés […] Le lion tint conseil, et dit « Mes chers amis/Je crois que le ciel a permis/Pour nos péchés cette infortune […] »

Il faut toujours lire Jean de La Fontaine. C’est avec raison que M. Blanquer avait distribué, il y a peu, dans les lycées, un fabliau que nos écoliers, mis en quarantaine, à partir de lundi, auront loisir de savourer ainsi que leurs aînés condamnés, peu ou prou, au confinement.

Emmanuel Macron connaît Machiavel, La Fontaine et de Gaulle. Jeudi soir, sur les ondes, a donc résonné « l’appel du 12 mars » au peuple et à la nation française en danger, invitant à la solidarité nationale. Emmanuel Macron tenait là un rôle providentiel qu’il a à peine surjoué et qui lui permettait, également, de reprendre la main à un moment hasardeux de son quinquennat. Si la critique est aisée, on peut aussi tirer une leçon de ce mal qui nous frappe.

Le temps est aux invasions et aux épidémies. Une crise sanitaire touche l’Europe. Des migrants sont bloqués aux frontières. Notre économie est à l’arrêt. Pas question de nier le danger, à une époque de haute protection des corps et des esprits. Point n’est besoin, non plus, de se faire peur : mieux vaut rappeler la situation dramatique de l’hôpital public. La lettre de démission inédite mais hautement symbolique – de leurs responsabilités, non de leur activité – adressée, récemment, par 1.600 médecins au président de la République en témoigne : on comprend l’hommage appuyé qu’a rendu Emmanuel Macron au personnel de santé. Qui ne voit, en effet, la peur du gouvernement causée par le manque de lits si l’épidémie prenait de l’ampleur ? La première urgence – toute réforme cessante (l’Italie en témoigne) – est donc de porter secours à l’hôpital public.

Deuxièmement : pourquoi ne pas avoir pris des mesures de précaution, dont la fermeture des frontières, au lieu de se contenter du mantra « Un virus ne connaît pas de frontières » alors même qu’on ferme, lundi, tous les établissements ? Il faudra bien le revoir, un jour, ce problème crucial, à l’heure de la mondialisation, dans une Europe passoire. Tout discours d’un chef d’État est forcément politique. Aussi le Président a-t-il caressé, à la veille d’élections, une corde sensible en prônant une « souveraineté » non pas nationale mais européenne, lors même que l’Europe montre sa division politique. Que venait faire cette allusion au risque d’un « repliement » quand l’épidémie montre les risques des délocalisations à l’étranger, en particulier dans la fabrication des médicaments ? Quant au principe de précaution, pourquoi ne pas l’exercer ?

(*) Pour ceux qui ne connaissent pas cette célèbre Fable un grand classique de

Jean de LA FONTAINE
1621 - 1695

 

AVT_Jean-de-La-Fontaine_9256

Les Animaux malades de la peste

 

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Eh bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d'honneur.
Et quant au Berger l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance
Qu'en un pré de Moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de La Fontaine

PANDEMIE DE LA PESTE EN FRANCE

 ***********************************************************************

Editoriaux - Politique - Santé - 15 mars 2020

Stade 3 : nous y sommes 

377px-Edouard_Philippe_MSC_2018_cropped-377x475

 

En tout cas, pas besoin d’un bouc émissaire comme le fut l’âne de la fable : cette épidémie est l’occasion de revoir une Europe très malade.

Déjà 91 morts. 4.500 cas déclarés : en moyenne, une cinquantaine par département. Cette fois, nous y sommes. La France est entrée en stade 3, samedi à minuit. En gros, la France sous couvre-feu. Bistrots, restaurants, cinémas, théâtres fermés : tous les lieux « non indispensables ». Ce qui nous ramène à des temps très lointains.

 

Le 24 janvier – il y a une éternité -, Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé, déclarait que le « risque d’importation depuis Wuhan est modéré. Il est maintenant pratiquement nul. » Des scientifiques lui avaient sans doute inspiré cet optimisme béat. Madame Buzyn était en responsabilité. En répondra-t-elle un jour ?

 

La semaine dernière, Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, déclarait que « L’Italie a pris des mesures qui n’ont pas permis d’enrayer l’épidémie », soulevant la colère de nos voisins. Cette arrogance tellement française… Sibeth Ndiaye se taira-t-elle un jour ? 

Et ce samedi soir 14 Mars 2020, le Premier ministre Edouard Philippe annonce des mesures qui ont tout l’air de nous amener à une situation à l’italienne. Mais attention, si le gouvernement prend ces mesures, c’est parce que les règles de distanciation sociales sont «imparfaitement » respectées. En clair, les Français ne sont pas assez obéissants. Les Français plus indisciplinés que les Italiens… On tient déjà un premier coupable.

 

Un second coupable : l’opposition, bien sûr. L’opposition qui s’est opposée au report des élections municipales. La petite musique est partie vendredi du député MoDem Jean-Louis Bourlanges, donc de la majorité : « Le Président a dû céder au chantage de l’opposition… » Peut-être. Le seul problème, c’est qu’il n’y a qu’un seul responsable : le Président de la République. C’est comme ça, c’est la Ve République. Les conseillers ne sont pas les payeurs, comme dit le vieux dicton populaire. Et en même temps qu’il annonce le passage au stade 3, Edouard Philippe confirme que le premier tour des élections municipales va se tenir.

 

Churchill disait «vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre ». Dira-t-on  que Macron a voulu éviter la «dictature» en ne reportant pas les élections municipales au prix de laisser passer le coronavirus mais que nous auront la «dictature» et le coronavirus ? Et en prime, un «foirage» total de ces élections. A l’heure où sont écrites ces lignes, on ignore quelle sera la participation de ce premier tour. On peut craindre le pire. Et quid du second tour ? S’il ne peut pas se tenir, au rythme où vont les choses, ira-t-on jusqu’à annuler le premier tour ? En faisant voter une loi dans l’urgence dans la semaine. Compliqué. En plus d’une catastrophe sanitaire, quoiqu’il en soit, un fiasco démocratique.

 

Sinon, il resterait l’article 16, disent certains : les pleins pouvoirs au Président. La constitution dit ceci : « Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des Assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel ». Stricto sensu et sans être constitutionnaliste, est-ce que la situation sanitaire actuelle entre dans ce cadre ?

Les institutions, l’indépendance de la nation sont-elles menacées ? Le fonctionnement des pouvoirs publics constitutionnels est-il interrompu ? Rappelons que l’article 16 n’a été appliqué qu’une fois, en 1961, par le général de Gaulle, lors du putsch des généraux en Algérie. Seulement, Macron n’est pas de Gaulle.

 

En tout cas, sans vouloir accabler le chef de l’État et son gouvernement, on constate seulement qu’après qu’Emmanuel Macron s’est adressé aux Français, jeudi soir, ces derniers se sont précipités pour faire des stocks de nourriture, comme si demain nous allions avoir la guerre. Et deux jours après, la France entre, en quelque sorte, en couvre-feu.

 

018 coronavirus En Suisse, les rayons des pâtes et conserves se vident 001

 

Posté par POLITIQUE PACA à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]