POLITIQUE EN PACA & POLICY IN THE WORLD in English, French and Italian 0632173633 - diaconesco@gmail.com

19 novembre 2019

L'ORDRE LAFAYETTE A MONTECARLO POUR UNE CONFÉRENCE HISTORIQUE LE 6 DECEMBRE 2019 A 18H00

1er Conférence de l'Ordre LAFAYETTE MONACO le 6 décembre 2019 à 18h00 A L'A CASA D'I SOCI 2 bis, Promenade Honoré II 98000 MONACO 

06 DECEMBRE 2019 LAFAYETTE ET NAPOLEON. DESTINS CROISES  PAR DIDIER ASIN CONFERENCIER Président Honoraire pour le PANACHE 

 

Lafayette-cadre

Les événements ayant touché la France et l’Europe entre 1789 et 1815 ont permis l’émergence de deux éminents personnages, le marquis de La Fayette, héros de l’indépendance américaine, et l’Empereur Napoléon, qui rêva de succéder à Charlemagne. Entre le marquis et l’Empereur, durant près de vingt ans, ce fut le combat du principe de liberté contre le rétablissement de l’ordre, après les épanchements révolutionnaires. L’aristocrate aux idées de progrès et l’ancien jacobin se sont parfois rencontrés, presque jamais rejoints. Cependant, ils ont tous deux œuvré à l’édification d’une société nouvelle sur les décombres de l’ancienne. Il importait donc de déterminer les circonstances dans lesquelles ces deux géants de l’histoire moderne ont vu leurs destinées se croiser.

Image associée
 
Mr jacques VOYES
1er Vice-président de France USA French Riviera Monaco
Président-fondateur Ambassadeur de l'Ordre de Lafayette International-Monaco
Grand-Commandeur
***********************************************************************

L' ORDRE LAFAYETTE

images

L’Ordre Lafayette, institution philanthropique, caritative*1 et historique, a pour objet le partage des valeurs et de l’œuvre méconnue de Lafayette, spécialement son combat incessant et précurseur pour la liberté, la démocratie, et la laïcité avant la lettre. 

L’Ordre Lafayette est une association (de droit local Alsace-Moselle) apolitique, a-syndicale et aconfessionnelle ; elle rassemble des hommes et des femmes dans la convivialité ; elle a été créée en 1999 à l’initiative de personnalités françaises en concertation avec leurs homologues américains, tous présidents d’association, où ils ont constaté que la mémoire de Lafayette s’estompait au moment où il était indispensable que la mémoire et la signification de son action perdurent.

Lafayette a été le premier Français être nommé Général par le Congrès américain après avoir rejoint volontairement les « insurgents » en lutte pour l’indépendance de leur pays, en 1777. Il a soutenu la cause américaine dans ses moments les plus difficiles, jusqu’à ce que le corps expéditionnaire du Général Rochambeau et la flotte de l’Amiral De Grasse viennent faire la décision au profit de l’indépendance Américaine, à Yorktown en 1781. Cette aide apportée à un moment crucial de la création des Etats-Unis d’Amérique a scellé une amitié indissoluble entre les deux peuples, ce dans le respect de leurs diversités et de leurs divergences d’opinion, comme le prouvent les deux interventions déterminantes des EtatsUnis d’Amérique au profit de la France et de l’Europe lors des deux conflits mondiaux du 20ème siècle.

Député, La Fayette est l’auteur du projet de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qu’il dépose sur le bureau de l’assemblée nationale le 11 juillet 1789 ; Cette motion est enregistrée à la bibliothèque nationale sous le titre « Motion de M. de Lafayette sur les droits de l’homme, et de l’homme vivant en société, 1789 ». L’assemblée constitue une commission, confiée à Sieyès. Les débats en furent très animés, très riches et tous y participèrent, et le texte final est adopté solennellement le 26 Juillet. Lafayette est aussi le premier des anti-esclavagistes, il cofonde à Paris la société des amis des noirs, il est de tous les combats de la liberté, pour lesquels il n’épargne ni sa peine, ni ses biens, et n’hésite pas à risquer sa vie : il œuvre en faveur des minorités opprimées (protestants, juifs,. ) et des peuples aspirant à la liberté (réfugiés politiques italiens, espagnols et polonais) ; il milite notamment pour l’abolition de la peine de mort, l’abolition du travail des enfants, l’abolition des privilèges des nobles et du clergé, la séparation des églises et de l’état, l’instruction publique, le suffrage universel. Pour lui, les hommes sont égaux et la seule noblesse est d’ordre éthique et spirituel, et, désintéressé, refuse les honneurs (Gouverneur de Louisiane, et 1er Président du Gouvernement Français).

Oublié par nos livres scolaires d’histoire (qui ne relatent que sur 2 lignes son intervention en faveur de la révolution américaine, et presque rien sur la révolution française), nous vous convions à participer à remettre en lumière et réhabiliter à la place qu’il devrait occuper ce brillant personnage, et à une nouvelle aventure en ce début de XXIe siècle où il n’y a plus de continents à découvrir mais à œuvrer à les rassembler, ce sera pour vous l’opportunité de participer à la création ou le développement de noyaux dynamiques de l’association dont vous serez appelés peut-être un jour à devenir les leaders.

« Pour défendre la Liberté, il faudra toujours que des Hommes se lèvent pour secouer l’indifférence et la résignation » (Lafayette)

*1 Elle fournit du matériel spécialisé aux handicapés dans le besoin.

 

ORDRE LAFAYETTE

Historique

L’association de l’Ordre Lafayette dont la devise est « Vivre pour servir » a été créée en 1999 à l’initiative de trois personnalités françaises, en concertation avec leurs homologues américains (un gestionnaire, un artisan, un ancien militaire historien, un ancien consul), tous présidents d’association où ils ont constaté que la mémoire du Marquis de Lafayette s’estompait au moment où il était le plus indispensable que le souvenir et la signification de son action perdurent. À l’époque, la France a su apporter un soutien adapté et désintéressé, soucieuse de l’autonomie de la nation américaine en gestation, c’est-à-dire aux anciennes colonies britanniques malgré les contentieux antécédents. Depuis, l’Amérique a su faire preuve de la même générosité à plusieurs reprises. C’est au moment où les termes équilibrés de cet échange ancestral risquent d’être remis en cause qu’est née l’idée de relancer cette dynamique de liberté et d’équité, au travers d’une association transatlantique capable de recréer des liens authentiques symbolisés par l’attribution de diplômes et décorations en vue de réactiver et d’enraciner cette complicité ancestrale.
L’une des raisons de l’existence de l’association est de défendre les valeurs chères à LAFAYETTE, champion des Droits de l’Homme, profondément épris de liberté et désireux de la donner à tous. D’un point de vue éthique, tout se fait en accord avec les descendants du Général LAFAYETTE. Bien que LAFAYETTE fût maçon dans la Loge de la Candeur, où son oncle le comte de Ségur était vénérable, la structure de l’association, elle, est non maçonnique.

 

L’Association ORDRE LAFAYETTE France

Créée en 2018 a pour objet d’entretenir et de développer des liens d’amitié existants entre les ressortissants des États-Unis d’Amérique et ceux de l’Union Européenne, au premier rang desquels se situe, géographiquement et historiquement, la France. 
C’est une association apolitique, asyndicale et aconfessionnelle. 
Elle a pour vocation de devenir une fondation aux fins de perpétrer le souvenir et l’approfondissement de l’amitié franco-américaine.
Le marquis de La Fayette a été le premier Français être nommé Général par le Congrès américain après avoir rejoint volontairement les insurgents en lutte pour l’indépendance de leur pays, en 1777. 

Il a soutenu la cause américaine dans ses mouvements les plus difficiles, jusqu’à ce que le corps expéditionnaire du Général Rochambeau et la flotte de l’Amiral de Grasse viennent faire la décision au profit de l’indépendance américaine, à Yorktown en 1781. Cette aide apportée à un moment crucial de la création des États-Unis a scellé une amitié indissoluble entre les deux peuples, malgré les avatars de l’Histoire, comme le prouvent les deux interventions déterminantes de l’Amérique au profit de la France et de l’Europe lors des deux conflits mondiaux du XXe siècle.

L’association a pour but de fédérer les personnes qui se retrouvent dans les valeurs défendues par LAFAYETTE, d’organiser des réunions, des causeries, des visites culturelles, des cérémonies associatives.

Si vous êtes conscient du bien-fondé de cette dette réciproque et de l’amitié indéfectible à laquelle elle a conduit les deux peuples, dans le respect de leurs diversités, voire de leurs divergences d’opinions, garants d’une démocratie authentique, nous vous invitons à rejoindre les rangs de l’Association LAFAYETTE France pour y apporter votre contribution depuis les deux rives de l’Atlantique et participer au développement de l’union des peuples.

« Pour défendre la Liberté, il faudra toujours que des Hommes se lèvent pour secouer l’indifférence et la résignation » (Lafayette)

La structure France est la suivante :

* Président : Mr Robert BLUM
* Président Honoraire : Mr Raymond NAJBERG 
* Vice-président : Mr Christian GIRAUDET 
* Ambassadeur international : Mme Martine DIQUÉLOU 

Ils sont secondés par un conseil des délégués. Il faut noter qu’il existe une branche américaine de l’association subdivisée en USA et Canada/Québec ; de même une branche BÉNÉLUX existe.

Ordre Lafayette 

Vivre pour servir / Live to serve

VOCATION

L’association ORDRE LAFAYETTE honore la mémoire du Marquis de La Fayette et dénonce « comme lui », toutes les formes d’esclavage. Elle a pour objet d’entretenir et de développer des liens d’amitié existants entre les ressortissants des États-Unis d’Amérique et ceux de l’Union Européenne, au premier rang desquels se situe, géographiquement et historiquement, la France. C’est une association apolitique, asyndicale et aconfessionnelle. Elle a pour vocation de devenir un fondation afin de perpétuer le souvenir et l’approfondissement de l’amitié Franco-Américaine.

Le marquis de La Fayette a été le premier Français à être nommé Général par le Congrès Américain après avoir rejoint « volontairement » les « insurgents » en lutte pour l’indépendance de leur pays, en 1777. Il a soutenu la cause Américaine dans ses moments les plus difficiles, jusqu’à ce qu le corps expéditionnaire du Général Rochambeau et la flotte de l’Amiral De Grasse viennent faire la décision au profit de l’indépendance Américaine, à Yortown en 1781.
Cette aide apportée à un moment crucial de la création des Etats-Unis a scellé une amitié indissoluble entre les deux peuples, malgré les avatars de l’histoire, comme le prouvent les deux interventions déterminantes de l’Amérique au profit de la France et de l’Europe lors des deux conflits mondiaux du 20è siècle.

Si vous êtes conscient du bien-fondé de cette dette réciproque et de l’amitié indéfectible à laquelle elle a conduit les deux peuples, dans le respect de leurs diversités, voir de leurs divergences d’opinion, garants d’une démocratie vivante, nous vous invitons à rejoindre les rangs de l’association ORDRE LAFAYETTE pour y apporter votre contribution depuis les deux rives de l’Atlantique et participer au développement de l’union des peuples.

 

Lafayette-diaco-18112017-Industria-22112017-007

Daniel Mathieu Président Pour le Panache décoré de l'ORDRE LAFAYETTE en Septembre 2019 à BEAUSOLEIL

Lafayette-diaco-18112017-Industria-22112017-105

Gérard Diaconesco fait Officier de l'ORDRE LAFAYETTE et décoré Palme d'Or du Civisme et Dévouement International en décembre 2017 en Principauté de MONACO..

20-Chevalier-AOLi284571214387711242

Posté par POLITIQUE PACA à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

1ER OBSERVATOIRE SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AVEC LE CONSEIL DEPARTEMENTAL DES ALPES-MARITIMES

 Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes s’engage pour le numérique

dans le cadre de sa politique SMART Deal

 

115494536

Lancement de l’OTESIA,

1er observatoire sur l’Intelligence artificielle en France

 

Lundi 18 novembre 2019 à 18 heures

Palais des Rois sardes – 10, rue de la Préfecture à Nice

 

Lundi 18 novembre 2019 à 18 heures, Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Jean Leonetti, Président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, Maire d’Antibes-Juan-les-Pins, Jean-Marc Gambaudo, Président de l’Université Côte d’Azur, et Jean-Pierre Savarino, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur (CCI) vous convient au lancement de l’Observatoire des Impacts technologiques économiques et sociétaux de l’Intelligence Artificielle (OTESIA), en présence de Michel Rossi, Vice-président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes en charge du numérique, Maire de Roquefort-les-Pins, Vice-président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, de Sophie D’Amours, Rectrice de l’Université Laval,et de Lyse Langlois, Directrice de l’Observatoire International des Impacts Sociétaux de l’Intelligence Artificielle et du Numérique (OBVIA) à Québec.

 

Une première en France et en Europe

Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes et ses partenaires, que sont la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis, Université Côte d’Azur, ainsi que la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur, ont l’ambition de porter une Intelligence Artificielle responsable et éthique, où l’humain est au cœur des réflexions. Pour cette raison, ils ont décidé de lancer l’Observatoire des Impacts Technologiques Économiques et Sociétaux de l’Intelligence Artificielle (OTESIA) : une initiative unique en France mais également en Europe.

Inspiré par l’OBVIA,  cet observatoire s’intéressera à de multiples thématiques comme la santé, l’éducation, le bien-vivre.

L’OTESIA apportera une réflexion approfondie sur l’Intelligence Artificielle et pourra mesurer la manière dont cela va impacter et faire évoluer les relations, le monde du travail, la société...

Les études et les analyses délivrées permettront d’informer les citoyens et d’accompagner les politiques publiques.

 

Signature d’un partenariat avec l’OBVIA

Pour la première fois au monde, un partenariat sera signé entre deux Observatoires des impacts de l’Intelligence Artificielle sur l’Homme : l’OTESIA et l’OBVIA.

Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes signera également la Déclaration de Montréal, charte internationale qui prévoit des recommandations pour le développement d’une Intelligence Artificielle éthique et responsable. 

 

ab84cfbfd3_50156281_internet-arpanet-naissance

 

COMMUNIQUE DE PRESSE // Lancement de l’OTESIA, 1er observatoire sur l’Intelligence artificielle en France et en Europe
 
       

 

Communiqué de presse

 

Lancement de l’OTESIA,

1er observatoire sur l’Intelligence artificielle en France et en Europe

Image-1

Lundi 18 novembre 2019, Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur (UCA), Jean-Pierre Mascarelli, représentant Jean Leonetti, Président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis (CASA), et Laurent Londeix représentant Jean-Pierre Savarino, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur (CCI) ont lancé l’OTESIA, le 1er Observatoire des Impacts technologiques économiques et sociétaux de l’Intelligence Artificielle.

Parce que ces défis autour de l’IA traversent les frontières, l’Université Laval, Université Côte d’Azur, la CASA et le Conseil départemental des Alpes-Maritimes ont signé en mars dernier un partenariat privilégié pour envisager des collaborations fortes et des interactions transatlantiques.

A cette occasion, deux partenaires majeurs, Sophie D’Amours, Rectrice de l’Université Laval,et Lyse Langlois, Directrice de l’Observatoire International des Impacts Sociétaux de l’Intelligence Artificielle et du Numérique (OBVIA) ont fait le déplacement depuis Québec.

Les 4 partenaires ont l’ambition de porter une Intelligence Artificielle responsable et éthique, où l’humain est au cœur des réflexions. Pour cette raison, ils ont lancé l’Observatoire des Impacts Technologiques Économiques et Sociétaux de l’Intelligence Artificielle (OTESIA) : une initiative unique en France mais également en Europe.

Cet observatoire est fortement inspiré de l’Observatoire International des Impacts Sociétaux de l’Intelligence Artificielle et du Numérique (OBVIA) à Laval au Québec. Le Canada est un des leaders de l’IA car il dispose de la 3e plus grande concentration de chercheurs (plus de 1 150) dans l’IA au monde et notamment de chercheurs de renommée internationale qui transcendent le monde grâce à leur travail comme Yoshua Bengio (fondateur du deep learning, prix Alan Turing en 2019).

Les activités de l’OTESIA s’articulent autour de thématiques telles que l’éducation, la santé, le bien-vieillir ou l’environnement. Il s’attache à :

-        réfléchir aux conséquences de l’IA sur les nouveaux métiers, les nouveaux comportements, les nouveaux usages,

-        favoriser les maillages en recherche et intensifier la recherche inter-établissements et inter-milieux sur la question des impacts de l'IA,

-        participer à la construction d’une véritable déontologie autour de l’IA,

-        aider et appuyer les décisions des politiques publiques en incluant l’IA de façon réfléchie,

-        observer l’usage de l’IA dans les entreprises et labéliser les actions les plus vertueuses.

Il est ainsi composé  d’un comité de pilotage regroupant les 4 partenaires du projet, des représentants des entreprises et de la société civile pour définir les axes stratégiques de travail et d’un comité scientifique qui étudiera et rendra des rapports. L’OTESIA livrera publiquement des enquêtes, des analyses, des études et réalisera des recommandations.

Signature d’un partenariat inédit entre l’OTESIA et l’OBVIA, une 1ère mondiale

Pour la première fois au monde, un partenariat a été signé entre deux Observatoires des impacts de l’Intelligence Artificielle sur l’Homme : l’OTESIA et l’OBVIA.

Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes signe également la Déclaration de Montréal, charte internationale qui prévoit des recommandations pour le développement d’une Intelligence Artificielle éthique et responsable.

En effet, l’IA peut être soumise à des dérives. Les machines intelligentes peuvent par exemple contraindre les choix des individus et des groupes, abaisser la qualité de vie, bouleverser l’organisation du travail et le marché de l’emploi, influencer la vie politique, entrer en tension avec les droits fondamentaux, exacerber les inégalités économiques et sociales, ou encore affecter les écosystèmes, l’environnement et le climat. L'enjeu est donc de maîtriser l’IA et de strictement limiter ses applications à ce qui permet d'améliorer les conditions de vie de l'humain.

Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes : « Ce soir nous marquons une pierre à l’édifice, et nous construisons résolument une révolution. L’OTESIA est avant tout une vision, l’ambition de porter une Intelligence Artificielle responsable et éthique pour le développement de notre territoire, où l’Humain est au cœur de nos réflexions. Cette vision je la partage avec le Président de la CASA, Jean Léonetti, le Président de l’Université Côte d’Azur, Jean-Marc Gambaudo et le Président de la CCI, Jean-Pierre Savarino. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’unir nos forces pour concrétiser ce projet. Nous signons ce soir un partenariat unique au monde entre l’OTESIA et l’OBVIA pour répondre aux défis internationaux autour de l’IA.

Le lancement de l’OTESIA, la récompense du 3IA Côte d’Azur et la création de la Maison de l’Intelligence Artificielle, dont l’inauguration se fera en janvier prochain, menés par le Conseil Départemental et ses partenaires est l’illustration que notre territoire doit devenir une référence nationale sur l’IA. »

Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur (UCA) : « Dès sa création en 2015, Université Côte d’Azur s’est imposée comme l’une des 10 premières universités françaises. Très implantée sur son territoire, et en connexion avec son écosystème, elle porte une attention particulière au développement de l’intelligence artificielle et ses applications.  Pour ces raisons, elle a été choisie pour porter un des 4 instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle (3IA) par le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en avril 2019.

Le partenariat privilégié qu’elle entretient avec l’Université Laval depuis 2015 renforcé par la convention de partenariat signée avec la CASA et le Conseil départemental des Alpes-Maritimes au mois d'avril 2019, permet, autour de ce thème de l’intelligence artificielle, de comparer les impacts de celle-ci sur les deux écosystèmes québéquois et azuréen et imaginer des actions communes sur un sujet qui bouscule nos sociétés dans le monde entier. »

Jean-Pierre Mascarelli représentant Jean Leonetti, Président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis (CASA) : « L'ambition que je partage avec Jean LEONETTI, Président de la CASA, est de faire de Sophia Antipolis une terre d’IA, avec des initiatives et des réussites comme le lancement du 3IA Côte d’Azur, la création de la Maison de l’IA avec le Département des Alpes-Maritimes ou encore le projet industriel ICAIR.  L’Intelligence Artificielle nous offre une dynamique territoriale importante et permet de structurer un éco-système unique axé sur l’innovation et le mieux-vivre. »

Laurent Londeix représentant Jean-Pierre Savarino, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur (CCI) : « L’Intelligence Artificielle « IA » est partout et se retrouve dans tous les secteurs d’activités. Les entreprises doivent ainsi se préparer et faire face à une véritable transformation de leurs organisations et de leurs métiers. La CCI Nice Côte d’Azur entend faciliter cette mutation au travers des nombreux programmes d’accompagnement qu’elle propose. Cet observatoire s’inscrit dans un nouveau modèle de partenariat pour anticiper les changements liés à l’intelligence artificielle. En tant qu’acteur de la formation, la CCI pourra également expérimenter l’IA au sein de son Campus Sud des Métiers. Le lancement du 1er Observatoire sur l’Intelligence Artificielle témoigne de la volonté d’initier des collaborations fortes pour que l’IA soit au service du développement des entreprises et du territoire dans une logique éthique et responsable. »

Sophie D’Amours, Rectrice de l’Université Laval : « Nos observatoires respectifs vont répondre à un besoin criant de nos sociétés. En plaçant le respect de l’être humain au centre de tout développement en intelligence artificielle, ils nous aideront à éviter les dérives. Parce que comme êtres humains, on veut profiter au maximum du potentiel de l’intelligence artificielle, tout en évitant d’être aspirés par ses côtés obscurs. Un tel idéal est difficile à atteindre, ça va de soi. Il y aura des embûches et des arbitrages à mener entre différents groupes de la société. Mais les observatoires que nous avons créés en France et au Québec vont nous maintenir en alerte. Ils pourront tirer la sonnette d’alarme si une grande percée en intelligence artificielle ou en robotisation va trop loin et compromet les valeurs humaines fondamentales que sont l’équité, la diversité et l’inclusion. »

Lyse Langlois, Directrice de l’Observatoire International des Impacts Sociétaux de l’Intelligence Artificielle et du Numérique (OBVIA) : « Lorsque nous avons travaillé sur l’OBVIA, nous voulions augmenter le débat citoyen, permettre de trouver un équilibre entre l’acceptabilité sociale et l’innovation responsable. Avec l’OTESIA, nous partageons comme ADN éthique la Déclaration de Montréal, et l’OBVIA veut s’engager avec ceux qui veulent accompagner la révolution numérique pour le bénéfice de la société. »

Le CONSEIL DÉPARTEMENTAL des ALPES-MARITIMES

 

DSC_3788

 

***********************************************************************

Reportage et photos presse AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV - C.COPYRIGHT - NICE - 18.11.2019

20191118_182804

20191118_182812

20191118_182824

20191118_182832

20191118_183156

20191118_183224

20191118_183342

20191118_190734

20191118_191250

20191118_192140

20191118_193245

20191118_194314

20191118_194438

20191118_194451

20191118_194759

20191118_194841

 

 

Éléments de langage de Charles Ange Ginésy, Président du Département des Alpes-Maritimes


Dans le cadre du lancement de l’Observatoire des Impacts Technologiques Économiques et Sociétaux de l’Intelligence Artificielle

Lundi 18 novembre 2019 à 18 heures Palais Sarde à Nice

20191118_183156



Je suis très heureux de lancer au Palais Sarde, avec nos partenaires de la CASA (Jean-Pierre Mascarelli), la CCI (Laurent LONDEIX, représentant Jean-Pierre Savarino) et de l’Université (JeanMarc Gambaudo), l’Observatoire des impacts Technologiques, Économiques et Sociétaux de l’Intelligence Artificielle que nous nommons OTESIA : c’est une première en France !

 Merci à : o Sophie D’AMOURS, Rectrice de l’Université Laval o Rénald BERGERON, Vice-recteur aux Relations Internationales et à la Santé (Université Laval) o Yan CIMON, Vice-recteur adjoint aux Relations Internationales et à la Santé (Université Laval) o Marie-Andrée DORAN, Directrice du Partenariat Privilégié UCA-UL (Université Laval) o Lyse LANGLOIS, Directrice de l’Observatoire international des impacts sociaux de l’IA et du numérique o Merci à vous d’avoir fait le déplacement depuis Québec et l’Université Laval. o Vous êtes un partenaire majeur de l’Université Côte d’Azur et du Département des Alpes-Maritimes.

L’I.A bouleverse de façon irréversible et à l’échelle mondiale tous les pans de notre société. « L’IA sera plus foudroyante que l’électricité ! » Kai-Fu Lee

Dans ce cadre-là, les mastodontes du numérique : GAFAM, BATX et NATU (Netflix, AirBnB, Tesla et Uber), riches de leurs bases de données colossales (c’est le carburant de l’IA) et de moyens financiers sans égal mènent le débat.

L’Europe se doit de réagir pour trouver sa place sur l’échiquier mondial de l’I.A.

La France, sous l’impulsion du Président Macron et du rapport Villani, a défini une stratégie nationale pour le développement de l’I.A. : o avec le lancement des 3IA, o avec la volonté de faire entrer la data au cœur de la politique économique, réformer la recherche française o anticiper les impacts sur le travail et les emplois et expérimenter, mettre l’IA au service d’une économie, la rendre inclusive, diverse et éthique.

Car l’I.A. peut être soumise à des dérives : son développement présente des défis et des risques sociaux majeurs. o les machines intelligentes peuvent :  contraindre les choix des individus et des groupes,  abaisser la qualité de vie, bouleverser l’organisation du travail et le marché de l’emploi,  influencer la vie politique,  entrer en tension avec les droits fondamentaux, exacerber les inégalités économiques et sociales,  affecter les écosystèmes, l’environnement, le climat.

L'enjeu est donc de maîtriser l’I.A. et de strictement limiter ses applications à ce qui permet d'améliorer les conditions de vie de l'humain.

Tant de questions sont soulevées par l’I.A. : o La data, la cybersécurité o L’emploi, la santé o L’éducation, la démocratie, la justice (biais des IA)… o Mais aussi des questions sur la responsabilité de l’I.A :
 Véhicule autonome en cas de situation d’accident  Erreur dans un diagnostic médical  Tay, le chatbot de Microsoft sur Twitter, qui en quelques heures a dérapé en répétant ce que lui apprenaient les internautes (messages racistes, négationnistes…) Il faut avoir conscience d’utiliser l’I.A. pour l’Homme, non pas pour le profit ou pour contrôler, mais bien pour permettre à l’Humain de s’élever.

L’intérêt d’encourager une démarche de cet acabit au regard de nos concitoyens est majeur : o s’assurer de ce que l’on fait de l’I.A., tant du côté des concepteurs que des utilisateurs, o mais aussi pour orienter la transition numérique afin que chacun bénéficie de cette révolution technologique.

En tant qu’Établissements publics, nous avons le devoir de lancer une impulsion. La récompense du 3IA Côte d’Azur menée par UCA et INRIA avec le fort soutien de Jean Léonetti et du Département est l’illustration que notre territoire doit devenir un des phares au niveau européen du développement de l’I.A.

Nous bénéficions à l’échelle locale : o 25 000 emplois dans le numérique o 1740 entreprises qui génèrent 4,9 milliards d’Euros CA o 300 chercheurs spécialisés en IA o Des collaborations public/privé avec InriaTECH, CEATech qui favorisent le développement de laboratoire de recherche commun (par exemple QWANT et INRIA) o Des formations diplômantes incluant l’I.A (7 masters) ou même de la formation professionnelle

La création d’une Maison de l’Intelligence Artificielle avec le CD06, la CASA, UCA et la CCI pour : o accompagner et d’informer la population sur les applications et impacts de l’I.A o sensibiliser et acculturer les générations o favoriser la recherche et l’innovation en I.A

Avec comme chef d’orchestre pour ce projet, Marco LANDI, ancien Président Apple Monde et Président du Comité d’Experts du SMART Deal. o Ce projet qui nous a menés jusqu’au Canada pour mieux comprendre la façon dont nos amis outre-Atlantique ont réussi à développer un écosystème sur l’IA. o Ce pays est considéré comme l’un des leaders dans le domaine de l’I.A. :  avec la 3e plus grande concentration de chercheurs (plus de 1150) en ce domaine au monde,  dans des laboratoires extrêmement avancés, des chercheurs de renommée internationale qui transcendent le monde grâce à leur travail comme Yoshua Bengio (fondateur du deep learning, prix Alan Turing en 2019)  Recherche, entreprises, start-ups, éducation, universités, administrations publiques, tous travaillent ensemble vers des objectifs communs :  Innovation, transfert technologique, transformation des métiers, révolution sociétale pour tous…

Je félicite nos amis québécois ici présents qui sont parties prenantes de ce succès.

C’est lors de ce déplacement que nous avons pris connaissance de l’Observatoire International sur les Impacts Sociaux de l’IA et du Numérique (OBVIA) lancé en décembre 2018 et dirigé par Lyse Langlois.

L’OBVIA rassemble partenaires privés, publics, société civile, citoyens, recherche…

Cette initiative a été une première mondiale.

La première action significative de l’OBVIA a été la création d’une charte internationale : o la Déclaration de Montréal, document significatif pour le développement de cette IA éthique et durable, dans le respect de l’environnement, de l’autonomie, de la vie privée, de la démocratie, dans l’équité et la diversité. o Signataires du monde entier, individus et organisations o Que nous allons signer ce soir parce que le Département des Alpes-Maritimes a cette vision d’une IA pour l’Humanité, dans une dimension transcendant notre seul territoire.

De retour en France, nous avions été irrémédiablement marqués par cet observatoire.

Il nous est apparu opportun de mettre en place un observatoire qui nous permettrait d’étudier les divers impacts de l’IA sur notre monde et notre société : o l’OTESIA, l’Observatoire des impacts technologiques, économiques et sociétaux de l’Intelligence Artificielle.

Les activités de cet observatoire s’articuleront autour de thématiques telles que o l’éducation, o la santé, o le bien-vieillir, o le territoire (environnement, smart territoire…).

Il s’attachera à : o réfléchir aux conséquences de l’I.A. sur les nouveaux métiers, les nouveaux comportements, les nouveaux usages, o favoriser les maillages en recherche et intensifier la recherche inter-établissements et inter-milieux sur la question des impacts de l'IA ; o participer à la construction d’une véritable déontologie autour de l’IA ; o aider et appuyer les décisions des politiques publiques en incluant l’IA de façon réfléchie o observer l’usage de l’IA dans les entreprises et labéliser les actions les plus vertueuses ;

L’OTESIA deviendra la référence nationale sur la question des impacts de l'IA, et gagnera sa place au niveau européen.

Il sera composé : o d’un comité de pilotage regroupant les 4 partenaires du projet (CD06,UCA,CCI,CASA) + les représentants des entreprises et de la société civile pour définir les axes stratégiques de travail o et d’un comité scientifique qui devra étudier et rendre des rapports.

Il livrera publiquement : o Des veilles, enquêtes o Des rapports, analyses, études
o Fera des recommandations.

Les premiers projets porteront sur l’I.A. et l’éducation avec un appel à manifestation d’intérêt que nous lançons ce soir et que détaillera mon ami Jean-Marc Gambaudo tout à l’heure : o Parce qu’il est important de nous préoccuper aujourd’hui de la façon dont l’I.A. va bouleverser le monde pour nos enfants et nos petits-enfants o De comprendre et mesurer comment cette technologie va changer nos méthodes d’apprentissage, nos formations, transformer les futures générations

Parce que ces défis autour de l’I.A. traversent les frontières, nous avions signé en mars un partenariat privilégié Université Laval, UCA, CASA et CD06 pour envisager des collaborations fortes et des interactions transatlantiques.

Aujourd’hui, de cet accord naît une nouvelle alliance internationale : un partenariat entre l’OTESIA et l’OBVIA.

Cela permettra une réelle coopération avec un travail conjoint, par exemple : o Des activités de recherche et publications, o Des séminaires et événements d’intérêts communs ; o Des programmes de formation, etc.

Ce lien international est basé sur une coopération directe entre la France et le Canada, fondée sur une histoire, une langue et des valeurs communes, une amitié entre nos deux pays.

Le partenariat entre l’OTESIA et l’OBVIA est une alliance stratégique et unique au monde, axée sur des enjeux internationaux.

L’OTESIA est fier de signer son tout premier accord avec un partenaire aussi significatif, favorisant un rayonnement international autour d’un sujet qui ne souffre aucune frontière.

Car c’est en nous ouvrant au monde et en nous dotant de projets ambitieux que nous pourrons avancer ensemble et bâtir un monde meilleur.

« Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible. » Antoine de Saint-Exupéry

Charles Ange GINESY

 

***********************************************************************

  • DEMAIN AVEC L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE LE MONDE VA COMPLÈTEMENT CHANGER ET ON POURRA DIRE ADIEU A TOUTES NOS LIBERTÉS !!!
    il y a 302 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ... même de «l'intelligence artificielle» suggère une certification de substitution...," Intelligence Artificielle 59, no... John Haugeland, Intelligence artificielle... - Marvin Minsky, "Étapes vers l'intelligence artificielle", MIT Media Laboratory...
    diaconescotv.canalblog.com
  • <b>INTELLIGENCE</b> <b>ARTIFICIELLE</b> ET ROBOTIQUE AU XXIème SIÈCLE
    INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET ROBOTIQUE AU XXIème SIÈCLE
    il y a 594 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    .... La notion même de «l'intelligence artificielle» suggère une certification de substitution...," Intelligence Artificielle 59, no. 1-2 (1993), 233-240. 157 John Haugeland, Intelligence artificielle... - Marvin Minsky, "Étapes vers l'intelligenceartificielle", MIT Media Laboratory, le 24...
    diaconescotv.canalblog.com
  • RAPPEL SUR LA ROBOTIQUE ET L'<b>INTELLIGENCE</b> <b>ARTIFICIELLE</b> : LES ROBOTS REMPLACERONT-ILS LES HUMAINS DEMAIN ?
    RAPPEL SUR LA ROBOTIQUE ET L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : LES ROBOTS REMPLACERONT-ILS LES HUMAINS DEMAIN ?
    il y a 403 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ... largely science... diaconescotv.canalblog.com INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET ROBOTIQUE AU XXIème SIÈCLE...] Lintelligence artificielle: Le règne des robots - Duration: ... La Documentaire Science : Intelligence Artificielle Le...
    diaconescotv.canalblog.com
  • WEB BOT ET CONSCIENCE GLOBALE
    WEB BOT ET CONSCIENCE GLOBALE
    il y a 1870 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ... un type de l’IA (intelligence artificielle). Les WebBots ont prédit certains... Prolog. (le langage de l’intelligence artificielle) Les données recueillies sont ensuite...
    diaconescotv.canalblog.com
  • L'<b>INTELLIGENCE</b> <b>ARTIFICIELLE</b> SERA-T-ELLE UTILISÉE POUR UN CONTRÔLE ECONOMIQUE TOTAL ? EDITORIAL DE BRANDON SMITH
    L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE SERA-T-ELLE UTILISÉE POUR UN CONTRÔLE ECONOMIQUE TOTAL ? EDITORIAL DE BRANDON SMITH
    il y a 247 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ...   ************************************** EN FRANÇAIS  L’IntelligenceArtificielle         sera... International Partager la publication "L’IntelligenceArtificielle sera-t-elle utilisée pour...
    diaconescotv.canalblog.com
  • LES LOGICIELS ONT-ILS UNE ÂME ? & LES MEMOIRES D'UN LOGICIEL
    LES LOGICIELS ONT-ILS UNE ÂME ? & LES MEMOIRES D'UN LOGICIEL
    il y a 1159 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    | 1 commentaire(s) »
    ... de développer des logiciels d’Intelligence Artificielle, aujourd’hui un peu passés... d'orthographe, des algorithmes d'intelligence artificielle, des logiciels sophistiqués de télécommunications... fini par comprendre, avec leur intelligenceanimale forcément limitée, qu'ils...
    diaconescotv.canalblog.com
  • PIRATES ET HACKERS : A L'ABORDAGE ! ... SUR LA TOILE DU NET
    PIRATES ET HACKERS : A L'ABORDAGE ! ... SUR LA TOILE DU NET
    il y a 1870 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    | 1 commentaire(s) »
    ... fantastique essor d'émergence d'intelligence artificielle sur tous les réseaux mondiaux...
    diaconescotv.canalblog.com
  • TRANSPARENT ? par Pieter KERSTENS & LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : LA CARTE DU PENTAGONE par ALDOUS
    TRANSPARENT ? par Pieter KERSTENS & LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : LA CARTE DU PENTAGONE par ALDOUS
    il y a 801 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ... doit être gentil. Numérisation, robotisation, intelligence artificielle et asservissement. Au nom de... temps, ni peut-être l'intelligence et les connaissances nécessaires pour... verbales ont été choisies avec intelligence et leur caractère symbolique clairement...
    diaconescotv.canalblog.com
  • LE NEW ARTICLE DE JEAN-MICHEL BILLAUT
    LE NEW ARTICLE DE JEAN-MICHEL BILLAUT
    il y a 288 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ..., robots industriels et de services, intelligence artificielle, séquenceurs génomiques à très haut... pion aux Américains dans l’Intelligence artificielle et la e-santé notamment...
    diaconescotv.canalblog.com
  • INTERNET A DEJA 50 ANS MAIS SON INVENTEUR AMÉRICAIN Leonard KLEINROCK REGRETTE LA TRAJECTOIRE DE SON INVENTION
    INTERNET A DEJA 50 ANS MAIS SON INVENTEUR AMÉRICAIN Leonard KLEINROCK REGRETTE LA TRAJECTOIRE DE SON INVENTION
    il y a 16 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
    ... propager leurs idées radicales. L’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, la reconnaissance... for their radical views. Artificial intelligence, machine learning, facial recognition, biometrics...
    diaconescotv.canalblog.com
    *****************************************************************

    LA VILLE NUMÉRIQUE EST-ELLE VRAIMENT INTELLIGENTE ?

    Publié le 19 septembre 2019 Identités, droits et libertés Innovation RGPD

    La ville intelligente serait celle qui a des yeux et des oreilles. Un regard qui s’infiltre jusque sous nos portes de maisons, des oreilles posées sur les trottoirs, dans les écoles ou sous les lits de nos chambres d’étudiants. Les entreprises rivalisent d’idées pour vendre aux élus leurs rêves de villes connectées, intelligentes, tranquilles, silencieuses, en sécurité. Mais lorsque les capteurs se seront introduits dans chaque parcelle du territoire, que restera-t-il de nos vies privées, de l’utilisation de nos données personnelles, et même, osons le terme, de notre liberté ? Villes Internet se penche sur le sujet, dans un dossier en trois épisodes.

    ÉPISODE 1 —LA FRANCE DES CAPTEURS

    smart-4308821_1920

    L’Internet des objets se déploie dans la sphère publique à une vitesse vertigineuse. Le cabinet de conseil Gartner estime qu’en 2020, 26,5 milliards dispositifs seront connectés et représenteront 1 900 milliards de dollars. Sources d’économies budgétaires conséquentes, les capteurs offrent un éventail illimité d’innovation de la gestion urbaine. Néanmoins, la propagation de ces outils est tellement rapide que le cadre juridique peine à suivre le rythme.

    AU CŒUR DES OBJECTIFS, LA RÉDUCTION DES DÉPENSES PUBLIQUES

    « Il y a, dans le monde, 2.400 projets permettant à des villes de devenir plus intelligentes notamment grâce à des capteurs reliés en réseau », avance Philippe Sajhau, vice-président, chez IBM France, de l’initiative Smarter City dans les colonnes des Echos. « C’est un énorme marché », continue-t-il, « la population vit de plus en plus dans des villes et ces agglomérations doivent générer des économies, tout en améliorant la vie de leurs habitants. »

    Il résume de cette façon le double enjeu poursuivi par les collectivités locales : celui de réduire la dépense publique tout en faisant évoluer leur ville. Si le coût d’investissement dans de tels projets n’est pas négligeable — même si le tarif des puces ne cesse de baisser —, les économies envisagées sont significatives. Ainsi, grâce à l’installation de capteurs sur ses poubelles, la ville de Philadelphie entend économiser 1 million de dollars. Ces outils lui permettront en effet de savoir quand les poubelles sont pleines et d’organiser le ramassage en fonction de ces informations. De même, la ville de Grenoble a fait installer des capteurs d’humidité sur le réseau de chauffage urbain afin de détecter les fuites.

    La ville d’Istres (@@@@ 2019), dans les Bouches-du-Rhône, rapporte dans l’Atlaas de Villes Internet qu’elle a implanté des capteurs dans les crèches et les écoles pour connaître en temps réel la température et le taux d’humidité dans les pièces qui accueillent des enfants. Sur la base de ces données, la ville a réalisé des ajustements pour isoler les fenêtres ou davantage ventiler certains lieux. Enfin, la petite commune de la Vienne Jaunay-Clan (@@ 2019) a mis en place des capteurs connectés dans les bâtiments municipaux afin de mieux appréhender les consommations et l’usage des locaux (CO2, température, consommation d’énergie…).

    Sans oublier les nombreuses villes qui utilisent cette technologie pour optimiser l’éclairage public. Dès lors, aux économies budgétaires s’ajoutent des enjeux de développement durable avec une baisse significative de la consommation d’énergie. Ces nouveaux outils impactent également la sécurité en offrant aux autorités la possibilité de détecter la présence d’un corps immobile ou les supposés bruits d’une agression. Mais, comme le souligne l’article des Echos, encore faudra-t-il que le département en charge de l’éclairage public accepte de partager ses capteurs ou ses informations avec d’autres services municipaux ou nationaux (police), voire des opérateurs privés (…). Ce qui soulève des problèmes légaux, mais aussi techniques. »

    DES SYSTÈMES ENCORE TROP PEU ENCADRÉS JURIDIQUEMENT

    Lorsqu’il s’agit d’économiser de l’énergie, de détecter l’humidité ou encore d’allumer les lampadaires à bon escient, il est difficile de contester la pertinence de l’installation des capteurs connectés dans l’espace urbain. Mais dès lors que les outils sont mis au service de la sécurité et de ce qui est pudiquement désormais appelé « la tranquillité publique », les risques invitent à une vigilance importante. C’est à ce titre que la CNIL a récemment interpellé la ville de Saint-Étienne pour ses velléités de surveillance connectée de ses habitants. La mairie prévoyait en effet d’installer plusieurs dizaines de microphones dans un quartier spécifique de la ville afin d’y détecter les « bruits anormaux » dans l’espace public tels que les bris de glaces, crissement de pneus, cris… Des mesures dans la même dynamique que la ville de Marseille qui annonçait en 2018 la création d’un « observatoire Big Data de la tranquillité publique ». Les collectivités prennent ainsi le risque de se transformer en véritables terrains d’expérimentation pour des entreprises qui réalisent des profits immenses en faisant miroiter la mise en place de quartiers aseptisés, où le moindre comportement inhabituel devient suspect.

    LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES TIENT DORÉNAVANT DU RESPECT DE LA VIE PRIVÉE 

    Déjà en 2015, l’émission Cash Investigation consacrait un reportage sur « le business de la peur » que le journaliste conclut par une remarque acide : « la prochaine fois que quelqu’un vous fera peur, demandez-vous ce qu’il a à vous vendre ». Le marché de la sécurité qui pénètre nos collectivités, capte ainsi une partie de l’argent public, souvent sans accord, ni même conscience, de la population devient dès lors un sujet démocratique déterminant (à lire dans l’épisode 2). De même, il arrive que les habitants soient au courant de l’installation de capteurs pour un objectif particulier mais ignorent le double ou triple usage des puces numériques dont les propriétaires (souvent l’industriel qui les a installées) profitent pour capter des données “au cas où” elles puissent servir autrement.

    Régis Chatellier, chargé d’études prospectives au Laboratoire d’innovation numérique de la CNIL (Linc), a publié La Plateforme d’une ville et lance une alerte dans un entretien donné au Point : « Le risque, c’est en effet l’interconnexion totale de toutes les données sans que les personnes aient la capacité de faire valoir leurs droits. La ville est une société où cohabitent la vidéosurveillance, les réseaux sociaux, les aspirateurs intelligents, les compteurs connectés, etc. Autant de collecteurs de données qui tissent la smart city. Le plus grand risque serait que les données se retournent contre les personnes qui les mettent à disposition pour des services, privés et publics. D’où l’importance, pour un régulateur comme la CNIL, de faire en sorte que chacun de ces acteurs pris individuellement respecte le cadre légal. » Sans cette vigilance accrue de la commission, le risque est en effet la fuite des données en masse : des personnes physiques – les citoyens -, comme des personnes morales, et ce, sans informer ni rétribuer le “client” qui achète le capteur, ni le propriétaire initial de la donnée.

    LA VILLE NUMÉRIQUE EST-ELLE VRAIMENT INTELLIGENTE ? ÉPISODE 2

    Publié le 22 octobre 2019 Identités, droits et libertés Innovation RGPD

    La ville intelligente serait celle qui a des yeux et des oreilles. Un regard qui s’infiltre jusque sous nos portes de maisons, des oreilles posées sur les trottoirs, dans les écoles ou sous les lits de nos chambres d’étudiants. Les entreprises rivalisent d’idées pour vendre aux élus leurs rêves de villes connectées, intelligentes, tranquilles, silencieuses, en sécurité. Mais lorsque les capteurs se seront introduits dans chaque parcelle du territoire, que restera-t-il de nos vies privées, de l’utilisation de nos données personnelles, et même, osons le terme, de notre liberté ? Villes Internet se penche sur le sujet, dans un dossier en trois épisodes.

    ÉPISODE 2 —LE MARCHÉ DE L’INNOVATION DE LA SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS 

     

    monitor-1054708_1920-770x300

     

     Ring, filiale d’Amazon, a mis sur le marché plusieurs modèles de visiophones connectés. Ces outils vont bien au-delà de « l’œil de bœuf » numérique sur la porte d’entrée. En effet, grâce aux accords passés entre la plateforme et la police, ils permettent d’informer les forces de l’ordre qui peuvent demander à récupérer les images. Nous assistons dès lors à la pénétration de la sphère publique par des instruments de surveillance introduits par les particuliers eux-mêmes mais pilotés par des tiers ( police, délégataire de service,…)

    Or, la majorité des historiens de la surveillance s’accordent à dire que « les appareils numériques ne font qu’augmenter les capacités de surveillance et dans certains cas, ils contribuent à encourager certaines formes de surveillance ou à en modifier la nature ».

    L’ALLIANCE DE L’INDUSTRIE DU NUMÉRIQUE ET DES ÉTATS DANS LE GRAND MARCHÉ DE LA SURVEILLANCE

    Dans le document « Quatre thèses sur la surveillance numérique et masse et la négociation de la vie privée », Antonio Casili* revient sur le sujet : « Le débat actuel sur la protection de la vie privée est prisonnier d’une fausse dichotomie liberté/sécurité. Cette opposition est fonctionnelle à la promotion d’une capture indiscriminée d’informations personnelles, envisagée comme seule garantie contre les menaces internes et externes qui pèsent sur nos sociétés. » Et le chercheur de conclure « la poursuite d’un arbitrage optimal repose sur une représentation de la vie privée et de la sécurité publique comme deux polarités d’un continuum. Or, ce continuum a été brisé par le changement de la nature même de la surveillance ».

    En effet, la surveillance a cela de particulier aujourd’hui qu’elle n’est plus directement organisée par les autorités, mais définie comme  “participative”. Les citoyens dévoileraient volontairement leurs données personnelles pour perdre instantanément la maîtrise et donc le contrôle au profit des plateformes qu’ils fréquentent. Les structures désireuses de surveiller la population n’ont alors plus qu’à piocher dans les masses de données partagées que les plateformes leurs revendent. 

    Nous payons dès lors la gratuité des réseaux sociaux en leur donnant à chaque “post” des milliers d’informations sur nos comportements.

    Pour convaincre les usagers des réseaux sociaux et autres plateformes de partage d’informations de révéler publiquement l’ensemble de leur vie quotidienne, les grands intérêts industriels, et notamment les géants du numérique, ont articulé intelligemment leur discours autour de la supposée « fin inéluctable de la vie privée ». Antonio Casili explique en effet que « cette perspective prend son sens dans un récit fortement stylisé et politiquement orienté de la transition à la modernité, selon lequel nos sociétés seraient passées d’une structure sociale caractérisée par des pertes de communautés locales, où chaque individu avait connaissance de l’ensemble des actions et des opinions de ses voisins et proches, à une société urbaine avec l’idée d’une sphère d’action et de pensée privée imposée par la bourgeoisie naissante ; aujourd’hui, la parenthèse historique de la vie privée serait prétendument en train de se refermer, dans une évolution inévitable et spontanée des comportements sociaux des utilisateurs des réseaux sociaux numériques ». Ainsi soit-il, la messe est dite, ne cherchez pas à lutter contre le sens de l’Histoire.

     LES CITOYENS NE SONT NI NAÏFS NI PASSIFS

    Invalidant cette thèse, les utilisateurs des outils connectés sont de plus en plus nombreux à revendiquer leur autonomie et la protection de leurs données personnelles. Antonio Casilli insiste : « Face à l’étendue des complicités entre entreprises et États, au scandale des lois sécuritaires, au manque de moyens légaux et techniques de protection de l’intégrité et de la confidentialité des informations personnelles, les usagers ne restent pas passifs ». Le sociologue portait ce constat en 2014, un an avant la promulgation de la « loi relative au renseignement » en 2015, qui est venue aggraver les atteintes à la vie privée sous prétexte de lutte contre le terrorisme. L’organisation de collectifs de citoyens contre cette loi, de même que « le développement des usages de réseaux cryptographiés comme TOR, de systèmes d’exploitation “amnésiques” comme Tails, de sites web et d’applications “éphémères” », démontrent la demande persistante de création d’outils « permettant la maîtrise de sa présence numérique » .

    LES ENJEUX EXACERBÉS PAR L’INTERNET DES OBJETS

     Nous retrouvons ici notre visiophone connecté et ses conséquences pour le respect de la vie privée et les possibilités démultipliées de surveillance des citoyens. Ces outils ont pour répercussion immédiate « un bouleversement de l’équilibre entre “l’Internet de publication” (qui inclut les contenus mis en ligne volontairement par les utilisateurs) et “l’Internet d’émission” (qui comprend les données et métadonnées produites par nos dispositifs connectés…). Dans ces cas de figure, le consentement au partage des données personnelles n’est pas systématiquement clairement sollicité et encore moins l’utilisation qui sera ensuite faite desdites données. Les utilisateurs n’ont pas toujours conscience des conséquences de l’introduction de ces objets dans leur quotidien. Comme le relève Régis Chatellier sur le site Internet de la CNIL,« basée sur des paramètres complexes, et gérée par des entreprises privées, l’approche technologique et ‘top down’ de la smart city pose la question de la place du citoyen et du contrôle démocratique de ce nouvel acteur collectif ».

    Charge, en toute logique, aux institutions publiques de faire des campagnes de prévention, quand elles ne servent pas elles-mêmes de ces données pour accroître la surveillance de la population.

    Image – carte des capteurs installés par la société Sigfox

    *Sociologue français, maître de conférences, spécialiste des réseaux sociaux

     

     

    LA VILLE NUMÉRIQUE EST-ELLE VRAIMENT INTELLIGENTE ? EPISODE 3

    Sigfox-770x300

     

    Publié le 13 novembre 2019 Identités, droits et libertés

    La ville intelligente serait celle qui a des yeux et des oreilles. Un regard qui s’infiltre jusque sous nos portes de maisons, des oreilles posées sur les trottoirs, dans les écoles ou sous les lits de nos chambres d’étudiants. Les entreprises rivalisent d’idées pour vendre aux élus leurs rêves de villes connectées, intelligentes, tranquilles, silencieuses, en sécurité. Mais lorsque les capteurs se seront introduits dans chaque parcelle du territoire, que restera-t-il de nos vies privées, de l’utilisation de nos données personnelles, et même, osons le terme, de notre liberté ? Villes Internet se penche sur le sujet, dans un dossier en trois épisodes.

    ÉPISODE 3 — QUELLES MARGES DE MANŒUVRE POUR LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ?

    Comme le souligne le député Luc Belot dans son rapport au Premier ministre sur l’avenir des smart city, « la smart city c’est passer de la ville Informatique à la ville Numérique. Il s’agit de construire une ville collaborative, contributive, disruptive, inclusive, créative. Pour saisir cette chance, il convient cependant de construire la ville intelligente dans le bon sens, en partant de l’habitant, de ses besoins et de ses demandes ». Première strate de l’action publique dans les territoires, au plus proche de la population, les collectivités locales ont une responsabilité majeure dans la dynamique de la ville intelligente, disséminant des objets connectés dans l’espace public. Principales actrices de ce mouvement, elles sont les gardiennes du bon déroulement du processus d’installation, de l’association des habitants et du respect de leurs données personnelles.

    DONNÉES PUBLIQUES, DONNÉES PRIVÉES, DONNÉES PERSONNELLES, DE QUOI PARLE-T-ON ?

    Selon l’article 4 §1 du RGPD (définition reprise par la Loi Informatique et Libertés à l’article 2 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978), on appelle « DCP » (donnée à caractère personnelle) toute information sur une personne physique, identifiée ou identifiable, directement ou indirectement, en référence à un numéro d’identification ou à tout autre élément propre à cette personne. Par exemple : un nom, une photo, une empreinte, une adresse postale, une adresse mail, un numéro de téléphone, un numéro de sécurité sociale, un matricule interne, une adresse IP, un identifiant de connexion informatique, un enregistrement vocal, etc. Peu importe que ces informations soient confidentielles ou publiques.

    Les données sensibles forment une catégorie particulière des données personnelles. Ce sont des informations qui révèlent la prétendue origine raciale ou ethnique, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ou l’appartenance syndicale, ainsi que le traitement des données génétiques, des données biométriques aux fins d’identifier une personne physique de manière unique, des données concernant la santé ou des données concernant la vie sexuelle ou l’orientation sexuelle d’une personne physique. Le règlement européen interdit de recueillir ou d’utiliser ces données, sauf — nombreuses — exceptions précisées dans l’article 9 § 2 du RGPD.

    LA SÉCURITÉ, MAIS QUELLE SÉCURITÉ ?

    Selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), l’Internet des objets se définit comme « l’infrastructure mondiale pour la société de l’information, qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l’information et de la communication interopérables existantes ou en évolution ».

    Alors que les objets connectés sont parfois positionnés dans l’espace urbain dans une volonté d’améliorer la sécurité des habitantsle député Luc Belot rappelle qu’aujourd’hui « les objets connectés sont jugés insuffisamment sécurisés et 70 % des objets connectés, utilisés le plus fréquemment, présentent des vulnérabilités, selon un rapport de HP security ».

    L’élu ajoute que « les enjeux de sécurité de ces nouveaux outils sont mal perçus et mal compris des collectivités territoriales, et notamment de leurs responsables politiques ». Plusieurs facteurs expliquent cela, particulièrement la complexité technique du sujet et la prise de décision trop souvent déléguée aux services techniques, en fonction de contraintes budgétaires, sans que le niveau politique soit saisi. Le rapport souligne par ailleurs que « les services de la ville qui installent ces objets estiment, sans le vérifier, que les prestataires extérieurs qui [les] proposent en assurent la sécurité. »

    Pour répondre à ces enjeux, le texte préconise, dans sa proposition n° 5, d’offrir des formations aux agents et aux éluspour évaluer le degré de sécurité des objets connectés et des systèmes d’information qui leur sont liés. La proposition n° 6 recommande d’« inclure dans tous les marchés liés à la digitalisation des collectivités une clause sur la sécurité avec des critères d’exigence minimale définis au niveau national, en concertation avec les associations de collectivités et l’ANSSI ».

    L’IMPLICATION DES HABITANTS DANS LES PRISES DE DÉCISION

     Même si aucune règle juridique n’oblige les collectivités à consulter la population avant l’installation de capteurs dans l’espace public, les élus dont le seul objectif dans la mise en place de tels dispositifs est d’améliorer les conditions de vie sur leur territoire ont tout intérêt à associer leurs concitoyens à la prise de décision. En effet, les habitants et autres usagers de la ville sont les producteurs de cette donnée, qui en plus pourra être ouverte comme la loi sur l’open data y encourage ! Les citoyens doivent pouvoir dire s’ils sont d’accord et pour quelle utilisation. Dans certains pays on envisage même de les rémunérer pour cette donnée qui contribue au fonctionnement de l’espace public (et parfois est vendue par les sociétés qui les captent).

    L’UTILISATION DES DONNÉES RÉCOLTÉES DOIT ÊTRE ADAPTÉE

    Comme le dit Akim Oural dans le rapport Gouvernance des politiques numériques dans les territoires remis en 2015 à Axelle Lemaire : « Cette question de la donnée va devenir de plus en plus sensible dans les années qui viennent en raison du développement accéléré de l’Internet des objets (capteurs, tags, etc.), de la multiplication des supports numériques et de la demande, de plus en plus affirmée par les citoyens, de disposer de services customisés (personnalisés et contextualisés) qui reposent sur des données non anonymisées. Les collectivités vont, par conséquent, devoir naviguer entre des vents contraires : d’un côté le besoin de données ouvertes pour une co-construction de services facilitée, de l’autre la nécessité de fournir les garanties de sécurité nécessaires. »

     Quand une équipe municipale décide de l’installation de capteurs dans les lampadaires afin d’adapter leur fonctionnement à la fréquentation de l’espace public, elle doit savoir quels usages cette technologie permet, ils sont rarement uniques. Par exemple, ces capteurs dans les lampadaires peuvent également écouter les bruits de la rue, prendre des images ou diffuser des informations sur les smartphones (dans le cas du wifi). Elle doit s’assurer que seule la fonction qu’elle a choisi est active. Et pour justifier de l’utilité de cette fonction expliquer comment le flux de données va circuler et comment et par qui il va être contrôlé.

    En matière de sécurité, la responsabilité des élus est centrale : comment poser les capteurs, les configurer, recueillir les données et les stocker ? Les élus pensent parfois bien faire en déléguant ces choix technologiques à des entreprises, parfois même à des start-up dont l’avenir est par nature incertain ou de grands groupes délégataires de services publics aux actionnaires mal connus. Quelque soit la méthode, les questions à se poser sont les mêmes : à quoi sont exactement utilisées les données ? Où sont-elles durablement stockées ? Comment sont-elles protégées à long terme ? 

    Bref, qui maîtrise la donnée publique ? Et comment protéger la gestion de l’information  publique sans la dénaturer ? Une solution réside dans le fait d’assumer en interne cette gestion, certaines villes le font. 

    LA MISE EN PLACE DU RGPD : UNE PREMIÈRE PROTECTION

    L’obligation pour les collectivités d’avoir un délégué à la protection des données, chargé de mettre en œuvre la conformité des traitements au Règlement général de la protection des données (RGPD) est une garantie importante. Cette personne sera l’interlocutrice privilégiée de la CNIL. Il est essentiel qu’elle fasse partie de la collectivité, de préférence un fonctionnaire territorial formé aux valeurs du service public.  

    L’ÉDUCATION À LA PRODUCTION ET À L’UTILISATION DES DONNÉES

    Pour se renforcer face aux risques de manipulations, les collectivités locales ont tout à gagner à ce que les citoyens, qui sont aussi chercheurs, enseignants, entrepreneurs, informaticiens, contribuent avec leur expertise aux utilisations et à la gestion des “données publiques”.

    Ainsi, de la même manière que les collectivités se saisissent de l’enjeu de l’éducation aux médias avec le monde de l’éducation et du rapport des français à l’information — comme le révèle l’organisation de la grande enquête Infos, désinfos portée par la Maïf et Villes Internet 

    — elles doivent faire de la production et de l’utilisation des données publiques, souvent personnelles, un sujet d’éducation populaire. Elles se positionnent alors comme les premières protectrices de la vie privée de leurs administrés. La Cnil les y encourage !

    Des dérives constatées renforcent la défiance des citoyens dans des technologies souvent invisibles. Des conseils extra-municipaux de surveillance des politiques publiques numériques et des marchés publics qui y sont associés sont expérimentés : c’est une voie possible pour prendre le temps du choix des politiques publiques numériques dédiées avant tout à l’intérêt général. 

    Une volonté que les candidats aux prochaines élections auraient intérêt à affirmer dans leurs projets, pour afficher leur pleine conscience de la gravité des enjeux.

     

    115494536115494536115494536115494536

Posté par POLITIQUE PACA à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

CULTURE A NICE CULTURE A NICE CULTURE A NICE CULTURE A NICE ...

Vernissage ce vendredi soir 15 Novembre 2019 dès 19h00 de l'expo LARS FREDRIKSON au MAMAC de Nice du 16 Novembre 2019 au 22 Mars 2020

téléchargement

Cette rétrospective consacrée à 'artiste Lars FREDRIKSON est le fruit d'une collaboration avec le Nouveau Musée National de Monaco. Elle rassemble pour la toute première fois un ensemble majeur d'oeuvres inédites de l' artiste et des pièces provenant de grandes collections publiques et privées.

D'origine suédois, Lars FREDRIKSON s'installe dans le sud de la France en 1960. Chercheur inlassable et bricoleur de haut vole, il invente un univers sensible et singulier nourri par la poésie et les expérimentations plastiques, par la philosophie extrême-orientale et les technologies contemporaines.

Ses recherches sont ancrées dans l'esprit de son temps : à l'instar de NAM JUNE PAIK, FREDRIKSON travaille très tôt avec les potentialités plastiques de la télévision - et de manière générale de l' électronique - , tandis que ses recherches sur les structures de l'invisible et l'aléatoire frappent par leur proximité avec la démarche de John CAGE. Une quête relie ces pratiques : rendre perceptibles des flux énergétiques, telluriques, sidéraux ou intérieurs normalement invisibles.

L'exposition s'ouvre sur la dimension cosmique des oeuvres "cinétiques" et des reliefsen Inox et se prolonge avec des collages et des dessins par fax jusqu'aux pratiques sonores - dont FREDRIKSON est l'un des pionniers. Elle souligne ses affinités avec la Fondation MAEGHT, ses multiples collaborations avec les poètes tout comme son implication à la Villa ARSON où il fut à l'initiative du premier studio son d'une école d'art en France, contribuant sur plusieurs générations d'artistesau renouvellement de l'art sonore jusqu'à aujourd'hui. L'exposition révèle ainsi la valeur actuelle des recherches del'artiste et leurs résonances avec les pratiques contemporaines.   

Cette exposition est placée sous le Haut patronage de la Ville NICE, en collaboration avec le Nouveau Musée National de Monaco, de l'Universite Côte d' Azur et de très nombreux soutiens d'institutions locales ou nationales ...

Parmis les personnalités présentes à ce vernissage on pouvait remarquer la présence de :

Hélène GUENIN, Directrice du MAMAC, Commissaire de l'exposition;

Rébecca FRANCOIS, attachée de conservation au MAMAC;

Christiano RAIMONDI, responsable du développement et des projets internationaux au Nouveau Musée National de Monaco;

Maître Gérard BAUDOUX, Adjoint de la Culture pour l'Art Contemporain de la Ville de Nice, représentant Monsieur le Maire de Nice Christian ESTROSI; 

Daniel BOERI, Membre du Conseil National de la Pincipauté de Monaco,

Gaêl FREDRIKSON, le fils de l'artiste Lars FREDRIKSON; 

Frédérik BRANDI, Directeur du Centre International d'Art Contemporain de la ville de Carros le vieux ...

 

musee-d-art-contemporain-2_60426

 

Reportage et Photos Presse - Agency press international DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHT - 215.11.2019 - NICE 

 

P1370012

 

P1370015

 

P1370016

 

P1370017

 

P1370020

 

 

P1370021

 

P1370028

 

P1370034

 

P1370035

 

P1370036

 

 

P1370037

 

P1370038

 

P1370039

 

P1370040

 

P1370041

 

 

P1370043

 

P1370044

 

P1370045

 

P1370046

 

P1370047

P1370050

P1370055

P1370056

P1370058

P1370059

P1370062

P1370067

P1370069

P1370070

P1370085

P1370089

P1370096

IMG_7680-1024x848IMG_7680-1024x848IMG_7680-1024x848IMG_7680-1024x848

 

Posté par POLITIQUE PACA à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2019

PAS DE CA ICI SUR LE TERRITOIRE NATIONAL HONTE A CEUX QUI GLORIFIE LES ACTIONS DU FLN DURANT LA GUERRE D’ALGÉRIE (1964-1962 )

ATTENTION DEVOIR DE MEMOIRE POUR TOUS CEUX QUI SONT TOMBES EN ALGERIE SOUS LES COUPS DES TERRORISTES DU FLN CETTE INAUGURATION DE RUE EN FRANCE PORTANT UN NOM D'UN MEMBRE DU FLN EST UNE GRAVE INSULTE A MON PAYS LA FRANCE !

image001111

 

Lisez bien la Pancarte !

Français, Françaises, faites circuler cette photo !

Honte à tous ces collabosocialos.                                  

Lisez bien la pancarte !

Incroyable !!! Vous avez bien lu : 

Membre du FLN ! C’est un nom de rue qu’on s’attendrait à voir

en Algérie mais pas en FRANCE

 Je préfèrerais voir une rue Charles Martel. 

Ah oui, sincèrement ! La rue Nadia Guendouz, vous connaissez ?

En attendant que l'avenue des Champs-Elysées soit rebaptisée 

Avenue Boumediene, on commence par une rue de banlieue..


Pour ceux qui ne le sauraient pas ou qui l'ont oublié, le FLN

a tué 30.000 Jeunes Appelés Français entre 1954 et 1962

(10 par Jour pendant 8 Ans).

Une Honte ! Une véritable insulte à nos morts !

C’est à Saint-Ouen (93), Mairie Front de Gauche (Mélenchon)

depuis 2008.

Qui n’a pas encore compris que le PCF, certains syndicats

et le Front de Gauche servent la cause Islamiste et brossent

leur électorat (très diversifié...) dans le sens du poil,

au mépris de l’honneur !

Il faut faire au plus vite débâtisser cette rue au nom du FLN

qui a été le pire ennemi de la France et fait massacrer des

milliers de Français de souche mais aussi des milliers de

HARKIS ralliés à la France à cette époque de la Guerre

sanglante d'Algérie (1954-1962), ne jamais l'oublier.  

************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2019

Communiqué de presse du Conseil départemental des Alpes-Maritimes

Communiqué de presse

La Préfecture, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes et la Direction départementale des finances publiques (DDFiP) s’engagentà rendre plus accessible les services des finances publiques aux usagers

Mardi 12 novembre 2019, Bernard Gonzalez, Préfet des Alpes-Maritimes, Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Antoine Magnan, Directeur général adjoint à la direction générale des finances publiques, et Claude Bréchard, Directeur départemental des finances publiques des Alpes-Maritimes, ont signé la charte d’engagements du nouveau réseau de proximité des finances publiques à l’Hôtel du Département.

Les Alpes-Maritimes sont le 2ème département en France à conclure un tel accord.

signature charte engagements finances publiques 

Les services publics constituent une préoccupation essentielle pour les concitoyens et les élus du territoire.

Cette charte souligne l’implication des services de l’État et du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, dans le soutien aux communes et aux administrés. Son objectif principal est de rendre accessible les services des finances publiques à moins de 30 minutes dans chaque canton d’ici 2023.

Elle comprend le développement prioritaire de l’accueil DDFiP (Direction Départementale des Finances Publiques) dans les Maisons du Département. Elle prévoit également l’extension du service de visio qui est actuellement de 2 jours par semaine.

La DDFiP sera présente dans 33 communes des Alpes-Maritimes (soit 30 % de plus) sur le littoral mais aussi dans les communes de moins de 3 500 habitants.

 

Pour Bernard Gonzalez : « J’ai, dès le début de l’été 2019, demandé aux services de l’État d’être à l’écoute et nous avons travaillé en étroite collaboration avec l’ensemble des collectivités concernées. J’ai été extrêmement attentif à ce que l’intérêt général prévale au cœur des discussions entre l’État et les élus et que les préoccupations de ces derniers en matière de proximité et d’efficacité soient prises en compte.

Et la présence de M. Antoine Magnan, Directeur général adjoint à la direction générale des finances publiques, met en exergue au niveau national, le travail exemplaire que tous ont réalisé pour aboutir à la signature de cette charte. »

 

Pour Charles Ange Ginésy : « Le Conseil départemental est le gardien du maillage territorial des services publics et d’un savoir-faire reconnu. Pour remplir notre mission des solidarités sociales et territoriales, nous devons développer des lieux d’accueil et de conseil polyvalents. Depuis 2006, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes n’a cessé de renforcer son réseau des Maisons du Département qui apportent du service au public. Elles facilitent l’accès aux services numériques avec la dématérialisation des actes administratifs et notamment l’organisation, depuis 2018, d’ateliers d’aide à la déclaration des impôts en ligne dans les Maisons du Département, en partenariat avec la DDFiP, à destination de tous les publics.  Ainsi, deux maisons supplémentaires vont être réalisées. L’une est en cours de création à Grasse et l’autre en cours d’élaboration à Vence.

Avec les Maisons du Département, nous accueillerons prochainement les Maisons France Services, concept lancé cette année par l’État. »

 

Pour Antoine Magnan : « C’est un réel plaisir d’être parmi vous aujourd’hui pour saluer le travail en commun réalisé entre les services de l’État et le Conseil départemental des Alpes-Maritimes. Cette signature est un beau travail de préparation, de discussion, d’écoute et d’enrichissement. C’est l’amélioration du service public que nous rendons à la fois à la population maralpine et aux élus, en particulier les Maires.

Nous sommes actuellement présents dans 22 communes du département, et demain nous seront présents dans 33 communes pour rendre un service public de qualité auprès de la population et des élus. »

 

Pour Claude Bréchard : « Je tiens à saluer le dialogue franc avec les élus. C’est une convention partagée pour laquelle nous allons continuer à travailler. Nous sommes partis des questions suivantes : Quel est l’objectif attendu ? Quel besoin pour le particulier ?

Cette dernière question est fondamentale. Le besoin correspond à une présence plus forte sur le territoire qu’il soit rural ou urbain. Les élus ont un réel besoin de conseils, et nous mettrons tout en œuvre pour répondre à cette attente. »

Posté par POLITIQUE PACA à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2019

MUNICIPALES DE MARS 2020 : ERIC CIOTTI JETTE L'EPONGE

POLITIQUE

13/11/2019 22:53 CET

Éric Ciotti ne sera pas candidat à

 

Nice pour les municipales 2020

EJXhTrWWkAIykYG

 

EHFpfJOWkAAJbMW

L'actuel maire de Nice Christian Estrosi annoncera début 2020 s'il est candidat à sa succession.

ERIC GAILLARD / REUTERSEric Ciotti, ici en juin 2018, renonce à se présenter à la mairie de Nice en Mars 2020.

POLITIQUE - Les élections municipales 2020 à Nice se feront sans Éric Ciotti. Selon des informations de RTL et franceinfo ce mercredi 13 novembre, l’ancien adjoint de Christian Estrosi ne sera pas candidat à la succession de ce dernier.

Selon les deux médias, Éric Ciotti devrait officiellement annoncer sa position d’ici “quelques jours”. Toutefois, selon un membre de la Commission Nationale d’Investiture des Républicains que préside Éric Ciotti, cette annonce sera vécue comme un soulagement au sein du parti. “L’horizon s’éclaircit pour les municipales à Nice mais aussi à Paris”, a ainsi commenté cette source auprès de franceinfo. 

Anciens alliés et tous deux membres du parti de droite, Éric Ciotti et Christian Estrosi se livraient une guerre froide depuis plusieurs mois dans l’optique des municipales.

Comme le rappelle RTL, le député LR avait semblé en mars ouvrir la porte à une candidature à la mairie de Nice. En juillet, il avait également accusé Christian Estrosi de jouer sur deux tableaux, en ayant sollicité l’investiture des Républicains mais aussi celle d’En Marche! pour les élections. Ce que l’intéressé avait démenti. 

Finalement, le coup de sifflet serait venu du nouveau président des Républicains Christian Jacob, après une réunion entre les deux rivaux quatre mois avant le scrutin. “J’ai rencontré Christian Estrosi avec la volonté de Christian Jacob et de François Baroin d’unité et de rassemblement. J’entends cette exigence”, a ainsi déclaré Éric Ciotti le 24 octobre

Il avait alors affirmé qu’il officialiserait sa décision d’ici peu. Quant à Christian Estrosi, il faudra attendre “fin janvier début février” pour connaitre ses intentions. Mais selon une enquête Ipsos parue mi-octobre, le maire sortant serait réélu dès le premier tour pour un troisième mandat si Éric Ciotti renonçait à se présenter. Ce qui semble désormais acquis. (sic) 

 

***********************************************************************

ERIC CIOTTI : MA LETTRE AU NICOIS 

7786713217_eric-ciotti-invite-de-rtl-vendredi-13-janvier-2017

Chères Niçoises, chers Niçois,


C’est avec émotion que je m’adresse à vous à quelques mois des élections municipales pour vous livrer ma décision. Je sais qu’elle est attendue.

Depuis plusieurs années, et plus particulièrement depuis 2017, un débat a émergé entre Christian Estrosi et moi, un débat de fond au sens noble du terme. Un débat politique mais aussi un débat sur nos visions respectives et quelquefois divergentes de la gestion et de l’avenir de Nice.

En toutes circonstances, j’ai dit, de façon franche et sincère, ma vérité pour préserver et renforcer notre ville.

Au travers de ces divergences affirmées sur des sujets importants, fiscalité, urbanisme commercial, sécurité, s’est naturellement posée la question de ma candidature aux élections municipales de Nice.

Dans cette hypothèse plusieurs enquêtes d’opinion depuis le mois de mars dernier ont installé un match, à l’issue incertaine, entre Christian Estrosi et moi, laissant très loin derrière tous les autres candidats potentiels.( sic )

J'ai décidé aujourd’hui de répondre à la question de ma candidature en toute franchise, en m’appuyant sur les repères qui ont toujours balisé mon engagement politique.

Le premier repère, c’est d’abord ma volonté qui ne faiblira jamais de servir Nice. Nice qui m’a tant donné. Nice à laquelle je veux rendre au centuple ce qu’elle m’a apporté. Nice qui m’a vu naître, dont j’aime les racines, les couleurs, les senteurs, la lumière, les fêtes et les traditions populaires.

Le second repère, c’est ma fidélité aux électeurs qui m’ont confié ce magnifique mandat de député il y a douze ans. Ce mandat, je l’exerce à Nice en toute humilité et en proximité car j’ai toujours veillé à rester, d’abord, un Niçois parmi les Niçois.

Ce mandat je l’exerce de façon assidue en dignité et responsabilité à l’Assemblée nationale. Comme député j’ai mené des combats importants et obtenu des résultats substantiels contre l’absentéisme scolaire, pour l’installation du drapeau tricolore à l’école, pour la sécurité, contre l’immigration de masse…

Je mets en particulier mon énergie à combattre le terrorisme islamiste et l’islam politique qui menacent notre civilisation. Je me suis aussi attelé à défendre notre culture, notre identité, notre civilisation.

Je viens récemment d’être élu, à l’unanimité, président de la commission d’enquête parlementaire sur l’attentat islamiste de la Préfecture de Police de Paris. Je mesure le poids de cette mission.

Dans ce contexte si particulier, le devoir de continuer mon travail parlementaire et le respect du contrat moral conclu à trois reprises avec les niçois depuis 2007 constituent un facteur essentiel dans ma décision.

Le troisième repère, c’est mon attachement aux valeurs et aux idées que je défends et que les niçois ont soutenu en m’accordant leur confiance dans la 1ère circonscription de Nice. Je crois à la liberté de l’individu face à la bureaucratie qui étouffe et à la fiscalité qui asphyxie.

Je crois en l’Autorité de la République qui protège le faible du fort. Je crois au travail et au mérite qui autorisent chacun à construire un avenir meilleur.
Je crois à la force de notre histoire multimillénaire loin de la repentance et la stigmatisation permanente.
J’aime profondément mon pays et je veux que la France reste la France.

Enfin, le quatrième repère, c’est la loyauté à ma famille politique. Je suis un homme de droite et je le revendique. Les Républicains viennent d’élire un nouveau président, Christian Jacob. Je lui fais confiance et je veux l’aider dans sa mission pour reconstruire notre mouvement.

Au moment où la Droite républicaine traverse une période difficile je veux porter un message d’unité et de rassemblement. En tant que militant ou élu, j’ai trop souvent été le témoin du poison mortifère de la division et des guerres de famille qui ont fait tant de mal à notre mouvement, pour ne pas privilégier cet indispensable rassemblement.

C’est, dans cet esprit, que j’ai évoqué la situation politique niçoise avec le président Nicolas Sarkozy ; puis que j’ai rencontré Christian Estrosi avec Christian Jacob et le président de l’Association des Maires de France, mon ami François Baroin.
J’ai pris acte de l’engagement renouvelé de Christian Estrosi au sein de notre famille politique.

Mais au-delà de ces repères, ma décision repose d’abord sur votre appréciation et votre volonté.

Je sais que certains d’entre vous souhaitent que ce débat soit tranché par les électeurs. Mais je sais aussi que d’autres, sans doute plus nombreux, aspirent à l’apaisement.
Je constate également que les débats que j'ai suscités loin d’être stériles ont permis de faire avancer les choses dans notre ville :

- La fiscalité trop lourdement alourdie en 2017 retournera presque à son niveau initial à Nice à la fin de l’année 2020, même si ce sera, hélas, loin d’être le cas pour les autres communes de la Métropole.
- L’urbanisme commercial débridé qui me semble incompatible avec la survie de nos petits commerces de centre-ville a vu son extension refluer.
- L’aménagement de la Plaine du Var devrait voir une orientation plus environnementale.

J’ai la faiblesse de croire qu’avec tous ceux qui ont partagé ces combats avec moi, nous ne sommes pas étrangers à ces résultats. Je constate aussi que beaucoup de niçois apprécient les réalisations effectuées par le Maire de Nice. L’heure du choix est désormais venue. Je vous ai entendu.

En homme libre et responsable : j’ai décidé de ne pas être candidat aux élections municipales à Nice.

Je mesure la déception des uns qui me soutiennent avec force, énergie et fidélité. Je reçois la satisfaction ou le soulagement des autres déchirés par un combat fratricide. À tous, je redis mon engagement. Faire la paix nécessite sans doute plus de courage que de livrer la guerre.

Je refuse le risque de conflit et de division que ma candidature ferait peser sur notre ville. Je fais ce choix pour ne pas menacer l’indispensable concorde niçoise.
Je veux à présent consolider le travail que j’ai engagé depuis douze ans pour faire progresser notre ville et poursuivre ma mission au service de Nice et des Alpes-Maritimes. Dès maintenant, je prends l’engagement de conduire la bataille de nos idées pour que notre majorité reste forte au Département des Alpes-Maritimes aux côtés du président Charles Ange Ginésy.

Avec l’équipe qui nous a accompagnés pendant près de dix ans, nous avons bien géré l’argent des Azuréens. C’est ce qui nous a permis de baisser les impôts, la dette, les dépenses publiques et d’augmenter le pouvoir d’achat des Azuréens.

Nous allons poursuivre et même amplifier cette politique.

Je veux continuer à servir Nice et les Alpes-Maritimes, je veux continuer à vous servir. Et je dis à tous mes amis, militants, élus, mais aussi à tous ceux qui partagent mes idées, que plus que jamais je serai à leurs côtés pour les défendre.

Eric CIOTTI

20416999

Posté par POLITIQUE PACA à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

LES ISLAMO-COLLABOS ONT CRACHE SUR NOS MORTS FRANÇAIS ASSASSINES PAR LES TERRORISTES ISLAMISTES MUSULMANS EN FRANCE !

Après Médine au Bataclan, l’islamiste Muhammad à Magnanville : révoltez-vous !

Publié le 13 novembre 2019 - par  

Ce jour, il y aura 4 ans que 130 personnes sont mortes, tuées par des musulmans fanatiques appliquant le Coran, au Bataclan et dans plusieurs autres endroits de Paris.

Pour le 3e sinistre anniversaire, « ils » avaient prévu de faire chanter Médine, celui qui prône le djihad, au Bataclan. Et nous avions dû mener une rude bataille pour que ce scandale n’ait pas lieu.

https://resistancerepublicaine.com/2018/09/21/et-patrick-jardin-interrompit-pierre-et-annonca-lannulation-du-concert-medine-video/

https://resistancerepublicaine.com/2018/09/21/victoire-medine-ne-se-produira-pas-au-bataclan/

Et comme cadeau d’anniversaire, les victimes et leurs familles ont eu les discours de haine de dimanche dernier. Sans que le pouvoir politique, qui savait qu’il y avait des islamistes dangereux parmi les orateurs, ne lève le petit doigt pour interdire la manif. On me dira que, finalement, peut-être, il a bien fait ; il a permis à la France entière de découvrir ce qu’est vraiment l’islam.

Demain, il y aura  3 ans et 5 mois qu’un musulman fanatique a tué Jean-Baptiste Salvaing  et égorgé sa compagne Jessica Schneider devant leur petit garçon de 3 ans.

 

jean-baptiste-jessica

L’assassin faisait partie des monstres imbus de violence gratuite, des monstres qui jouissent d’infliger la plus grande souffrance possible à ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis, comme on le rappelait il y a peu avec la prise de parole de l’imam de Roubaix à la manifestation de la honte du 10 novembre dernier.

L’assassin de Jean-Baptiste et de Jessica avait passé une partie de la nuit à enregistrer une vidéo où il rappelait les sourates coraniques qui l’ont poussé à l’acte et où il donnait le nom de 6 personnalités  (journalistes etc.) à abattre. Au nom de l’islam.

https://resistancerepublicaine.com/2016/06/14/fatwa-du-tueur-de-magnanville-contre-6-journalistes-et-autres-taupes-de-lislam/

Et voilà qu’on apprend que l’horrible Marwan Muhammad, âme damnée des Frères musulmans, va aller dédicacer son livre au titre provocateur « nous (aussi) sommes la nation » à Magnanville.

« Aussi » pour le moment… bientôt, avec la démographie musulmane, il n’y aura plus que « nous sommes la nation », d’où la parenthèse…

Que des musulmans qui ne connaissent que la oumma musulmane supérieure à toute nationalité parlent de nation, c’est aussi incongru qu’un Pierre Cassen qui affirmerait faire partie de la oumma. Partout où les musulmans sont majoritaires, il n’est plus de nation, il n’est plus de code pénal, il n’est plus de Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, il n’est plus que la charia et la Déclaration des droits de l’homme… en islam.  C’est déjà énorme que d’oser titrer son livre de cette façon…

Mais oser aller signer ses livres à Magnanville, là où les cœurs continuent de saigner, là où les collègues de Jean-Baptiste et Jessica les pleurent encore… seul un cynique de la pire espèce peut avoir imaginé cela. Quelle perversité, quel sadisme assumé !

Imaginez que Renaud Camus aille dédicacer ses livres à côté de Christchurch ou que Raoul Girodet dédicace Objectif La Mecque juste à côté de la mosquée de Bayonne.

Que n’entendrions-nous pas, bien que nous n’ayons, quant à nous, jamais appelé au terrorisme et jamais défendu les terroristes quels qu’ils soient…  mais nous qui dénonçons l’islam, nous qui dénonçons le Grand Remplacement, nous n’imposerions pas notre présence sur un territoire où des musulmans sont morts ou ont été blessés. par des non musulmans. Cela s’appelle l’empathie, cela s’appelle le respect de l’autre. Qualités françaises, qualités occidentales que peu de musulmans partagent si on en juge par les exemples de Médine et de Marwan Muhammad.

En effet, Marwan Muhammad, en affirmant l’appartenance des musulmans à la nation française, affirme l’appartenance de l’islam et ses versets qui ont inspiré les tueurs du Bataclan, de Nice, de Magnanville à la France !

Énorme ! Ce serait la France, ce serait la « nation française »,  ce serait nos lois qui auraient inspiré le tueur de Magnanville si on pousse la logique de Muhammad jusqu’au bout. Et ils sont nombreux, ceux qui affirment cela, d’ailleurs, Macron en tête en 2015, après le Bataclan.

« On a laissé s’installer de l’exclusion. Je ne dis pas que l’exclusion explique, je dis qu’elle est là. Ces jeunes qui se radicalisent, ce sont des jeunes qui parfois ont perdu le lien familial, qui parfois n’avaient plus d’espoir social »,

http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/021518430097-radicalisation-macron-juge-les-elites-en-partie-responsables-1179738.php

« Le terreau sur lequel les terroristes ont réussi à nourrir la violence, à détourner quelques individus, c’est celui de la défiance » , a déclaré M. Macron […] Il a évoqué le fait que « quelqu’un, sous prétexte qu’il a une barbe ou un nom à consonance qu’on pourrait croire musulmane, a quatre fois moins de chances d’avoir un entretien d’embauche qu’un autre. »

« Nous avons une part de responsabilité, parce que ce totalitarisme se nourrit de la défiance que nous avons laissé s’installer dans la société. Il se nourrit de cette lèpre insidieuse qui divise les esprits, et si demain nous n’y prenons pas garde, il les divisera plus encore« , a-t-il prévenu.

http://resistancerepublicaine.com/2015/11/23/si-vous-vous-faites-tuer-cest-votre-faute-clame-ce-salaud-de-macron/

Odieux. Impardonnable. C’est une insulte voulue, volontaire, faite aux victimes et à leur famille. Une façon de cracher sur leurs tombes. Une façon de dire merde aux Français et à la France.

Muhammad est un homme de la pire espèce mais il faut lui reconnaître une certaine intelligence, et plus encore. Il est machiavélique et il n’a pas choisi au hasard le lieu de ses dédicaces, comme il n’a pas choisi au hasard le lieu des discours de dimanche, place de la nation. Il sait exactement ce qu’il fait. En jouant les agitateurs, il compte faire oublier les victimes du terrorisme musulman pour que l’on se focalise sur l’activisme musulman, la doctrine victimaire et les menaces qui ont été proférées en long et en large les 3 et 10 novembre par les gens du camp de Muhammad.

Il nous appartient de dénoncer cette signature auprès des autorités et des responsables de l’hôtel qui doit accueillir l’islamiste et ses livres.

Ministère de l’Intérieur https://www.interieur.gouv.fr/Contact/Ecrire-au-ministre-de-l-Interieur

Élysée : https://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

 

Hôtel de police de Magnanville :

Commissariat de police Mantes-la-Jolie 78200
44-46 rue Pierre-Semard
78200 Mantes-la-Jolie

Téléphone
01 30 94 82 10

Hôtel Éclipse de Magnanville :

Rue des Pierrettes, 78200 Magnanville

Post-scriptum : pour en savoir plus sur l’ignoble individu qu’est l’auteur de « nous sommes (aussi) la nation »
***********************************************************************
J’ai lu les noms des assassins,
et je suis encore davantage islamophobe
SOURCE  : Publié le 13 novembre 2019 - par  

EJQxKcSUEAAkKOB

Il y a quatre ans 130 personnes étaient assassinées par des musulmans au Bataclan, sur les terrasses parisiennes, au Stade de France. 350 autres personnes étaient marquées à vie par ces mêmes musulmans.

1294637-600x387

Il a y a trois jours, le cri qui ponctuait ces mises à mort retentissait dans les rues de Paris. « Allahu akbar » ont hurlé les complices du Djihad qui a ensanglanté notre pays comme jamais il ne l’avait été depuis la Seconde Guerre mondiale.

Quatre ans plus tard, l’instruction sur les tueries du 13 novembre 2015 est bouclée.
Les noms de ceux qui ont participé à ces attentats sont dans le dossier. Les lire peut paraître du temps perdu. Je vous assure que non. Prononcez-les à haute voix et concentrez-vous sur ce que cette lecture provoque en vous.

Commençons par les kamikazes morts quand le gouvernement socialiste a enfin décidé de passer à l’action :


Abdelhamid Abaaoud
Samy Amimour
Brahim Abdeslam
Chakib Akrouh
Bilal Hadfi
Foued Mohamed-Aggad
Ismaël Omar Mostefaï
Ammar Al-Sabaawi
Najim Laachraoui
Ibrahim El-Bakraoui
Khalid El-Bakraoui

Passons maintenant à ceux qui sont encore emprisonnés (pour combien de temps ?), en France et en Belgique :


Salah Abdeslam
Farid Kharkhach
Mohamed Amri
Adel Haddadi
Mohamed Bakkali
Usman Muhammad
Yassine Atar
Osama Krayem
Mohamed Abrini
Sofien Ayari
Ali El Haddad Asufi

Voyons ceux qui ont été laissés en liberté (sous contrôle judiciaire !) :


Hamza Attou
Ali Oulkadi
Abdellah Chouaa

Finissons par ceux qui sont en fuite ou présumés morts :


Ahmed Dahmani
Oussama Atar
Obeida Walid Dibo alias Ahmed Alkhald
Jean-Michel et Fabien Clain alias Abou Adam Al-Faransi

Alors ?
Que ressent-on après lecture de ces noms qu’il faudrait inscrire en lettres de merde sur le dernier mur debout de la dernière mosquée si un jour elles disparaissent du paysage français ?

Mélenchon, Besancenot, Jadot, Martinez, Hamon, Brossat, Plenel, Naudin, Rodrigues… est-ce être islamophobe que de vous cracher à la gueule après la prononciation de chacun de ces noms ?

La France a été le pays le plus touché par le Djihad et est aujourd’hui le plus menacé par les terroristes islamistes musulmans.

On aurait pu croire que les plateaux de télévision, que les antennes radios, que les colonnes des journaux accueilleraient ceux qui s’élèvent contre l’islam conquérant, l’islam qui égorge jusque dans la préfecture de Paris. Rien. Toujours les mêmes branquignols du vivre-ensemble pour nous dire de nous taire, de fermer les yeux, de nous boucher les oreilles. De garder notre haine pour nous. D’être résilients. Que leur liberté, c’est de défiler avec qui ils le désirent. Que l’étoile jaune n’était pas une étoile jaune portée par des musulmans durant la manifestation.

 

Benbassaetoilejaune

 

À force de jouer aux trois singes, les Français vont finir dans la jungle. Et ils ne seront pas les chasseurs.
À force d’être pris pour des cons, les Français le sont-ils définitivement devenus ?

La gendarmerie et la police se disent inquiètes, l’armée se dit sur le qui-vive, mais en off. En cas de coup de force dans ces banlieues dont Gérard Collomb a confié qu’elles étaient devenues ingérables, les forces de l’ordre murmurent qu’elles ne pourraient faire face.

81SVL2VN0WL

Dans l’un des chapitres du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme Un président ça ne devrait pas dire ça, François Hollande s’interrogeait : « Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition. »
Nous n’en sommes plus à la partition. Nous en sommes à la soumission.

facebook_1573632930428-600x300

Ce qui est vraiment en train de se produire, c’est que l’on a un gouvernement, des politicards, des journaleux qui jouent avec un bidon d’essence et une allumette en faisant semblant de croire qu’il s’agit d’une touque d’eau et de la flamme d’une bougie d’anniversaire.
Boum !

Marcus Graven

EJQCUK9X0AIMqzj

Posté par POLITIQUE PACA à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2019

ASSOCIATION LE MERITE ET DEVOUEMENT FRANCAIS

ASSOCIATION LE MÉRITE ET

 

DÉVOUEMENT FRANÇAIS

P1150611

Jean-Paul de BERNIS Président National - Agency Press International DIACONESCO.TV - C. Copyrights and All Rights - 02.09.2016 - Nice -

index

 

bandeau_accueil_OK

 

QU’EST-CE QUE L’ASSOCIATION

« MERITE ET DEVOUEMENT FRANÇAIS » ?


 

 « L’Association Le MERITE ET DEVOUEMENT FRANÇAIS », fondée en1957déclarée selon la Loi de 1901 sous le n° 57921 à la Préfecture de Paris, a pour but de favoriser et récompenser les personnes qui, tant en France qu’à l’étranger, ont eu des activités susceptibles de contribuer au prestige de la France, aussi bien sur le plan culturel que dans le domaine des Arts, des Lettres, des Sciences ou du Sport.

Elle encourage et récompense les personnes pratiquant le bénévolat ou réalisant de bonnes actions sous toutes ses formes.

Elle jouit de la part des autorités publiques de la plus grande considération.

Son Comité d’honneur est prestigieux :

 

 

COMITE D'HONNEUR


Hélène CARRERE d’ENCAUSSE 
Secrétaire perpetuel de l’Académie Française

Alain DECAUX  Anc. Ministre (Acad. fr.)

 
Prof. Jean BERNARD (Acad.Fr.)

Prof. Christian CABROL (Acad.Méd.)

Prof. Cl. COHEN TANOUDJI (Prix Nobel physique 1997)

Prof. Marie de HENNEZEL 
(psychologue/ écrivain)

Prof. Alain LARCAN (Président h. Acad. Médecine)

Prof. Georges MATHE (Secrétaire Acad. Médecine)

Prof. J.François MATTEI anc. Ministre –(Acad.Méd.)
         
 Président de la Croix Rouge Française 

Prof. Dominique STEHELIN (Acad. des Sciences)

Gérard d’ABOVILLE (Navigateur)

Charles AZNAVOUR

Général ( 4 ****) Jean COMBETTE
Président du Comité de Ravivage de la Flamme - Arc de Triomphe 

David DOUILLET (Champion Olympique de judo)

Yvon GATTAZ ( Président h. du Patronat)

Bernard HINAULT (5 x Vainqueur du Tour de France)

Michèle MORGAN

Bertrand PEUGEOT
 (Pdg Industrie)

Loïc PEYRON 
(Navigateur)

Amiral Jean-Paul TURC

Odette VENTURA



ANCIENS MEMBRES


Abbé PIERRE

Marcel ACHARD (Acad.Fr.)

Georges AURIC (Acad.Beaux Arts)

Jean BOROTRA (Champion de tennis)

Alain COLAS (Navigateur)

Prof. Jean DELAY (Acad.Fr.)

Georges DUHAMEL (Acad.Fr.)

Sylvain FLOIRAT (Pdg Industrie)

Maurice GENEVOIX (Acad.Fr.)

René HUGUES (Acad.Fr.)

Joseph KESSEL (Acad.Fr.)

La Maréchale de LATTRE de TASSIGNY

Prof. Clément LAUNAY

Louis LEPRINCE-RINGUET (Acad.Fr.)

Général (5 *****) Jacques MASSU

André MAUROIS (Acad.Fr.)

Paul MOUSSET (Ecrivain)

Gérard OURY (Acteur réalisateur de cinéma)

Jules ROMAINS (Acad.Fr.)

Jean ROSTANG (Acad.Fr.)

Haroun TAZIEFF (anc.Ministre - vulcanologue)

Prof. Stéphane THIEFFRY

 
      Ces Personnalités éminentes ont reçu la plus haute distinction honorifique : 
la grande Médaille d'OR
 
     
Ancienne MédailleMédaille actuelle
 
     
 

Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
SITE INTERNET http://meriteetdevouement.fr
 

 

QUELQUES CROIX D'OR

Pierre AUBERT - ( anc. Chef d’Etat Confédération Suisse)

Raymond DEMATTEIS - ( Inspecteur Gal (H.) Police Nationale)

Général GRANDCHAMP - (Gendarmerie - Cabinet Ministre de la Défense)

Pierre JARS  - (Président anciens élèves . Ecole Polytechnique - Paris)

André ROSSINOT  ( anc.Ministre – Maire de Nancy )

Amiral  J.P TURC  - ( Toulon )

KNIDIRI Mohamed - (anc. Ministre Educaction Nationale – Maroc)

CHRAIBI HASSEINI Mounir - (Maire de Marrakech - Maroc )

ADDAHRE Samir - (Consul Général du Maroc – à Bordeaux) 

     
Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
http://www.meriteetdevouement.fr
 

 

Plus de 40600 Lauréats de toute nationalité à travers le monde, parrainés par 150 Délégués ont reçu après examen de leur dossier par laCommission supérieure des récompensesdes distinctions honorifiques 
ne pouvant être regardées ou mentionnées comme des décorations nationales (j.o.11.11.20
)

pour leurs services exceptionnels rendus à la Collectivité Humaine:

 ( Courage – Dévouement – Mérite – Arts – Lettres – Sciences – Sport – Mutualité - Humanité – Progrès – Charité –Solidarité – Philanthropie )

 

Médaille  de BRONZE

 


ou

 CROIX  d’ARGENT
Médaille  d’ ARGENT CROIX de VERMEIL
Médaille  d’  OR    Croix d'OrCROIX  d’ OR

QUI SONT-ILS  ?

Notre Association s’honore d’avoir aussi dans ses rangs :

 




  • Chef d’Etat, Ministres, Ambassadeurs, Consuls, Députés, Sénateurs, Conseillers Régionaux et Généraux, Maires,
  • Ecclésiastiques, Généraux, Amiraux, Gendarmes, Commissaires, Policiers, Pompiers,
  • Magistrats, Avocats, Notaires, Huissiers, Médecins, Chirurgiens, Dentistes,
  • Fonctionnaires, Industriels, Commerçants, Banquiers, Experts-Comptables, 
    Sportifs de haut niveau et Sportifs divers,
  • Artistes de Cinéma, Comédiens, Animateurs TV, Chanteurs, Chefs d’Orchestre, Musiciens, Ecrivains, Poètes, Conférenciers, Peintres, Sculpteurs, Graveurs, Lithographes, Architectes, Antiquaires, Experts, Galleristes,
  • Secouristes, anciens Combattants, Porte-drapeaux, Responsables d’Associations
  • et en règle générale tous les bénévoles anonymes.
Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
SITE INTERNET http://www.meriteetdevouement.fr

 

 

L’ASSOCIATION

« MERITE ET DEVOUEMENT FRANÇAIS » 
C’est aussi une forme d’altruisme.

Son dynamisme la conduisant à encourager le bien.

Nous avons remis des sommes (aussi importantes que nous le pouvions) à des œuvres combattant les grands fléaux qui frappent l’humanité :

 

Recherche contre le cancer

Croix Rouge française

Lutte contre la polio

Recherche contre la sclérose en plaques

Recherche médicale française de cardiologie

Lutte contre la lèpre (Dibamba)

Lutte contre le SIDA

Mutilés de la voix

Croisade des aveugles

Ecole des chiens guides

Banque française des yeux

Organisation Don du Sang

CESAP (soins aux arriérés profonds)

Centre de recherche Ophtalmologique

Oncologie moléculaire (Institut Pasteur)

ADAPEI (Enfance inadaptée)

AREMAS (Pr.ANDRIEU, Hôpital Pompidou)

Paralysés de France

Fédération Handisport

Corps Médical de Secours

ADICARE ( Prof. CABROL, la Salpétrière)

Association Mondiale des Amis de l’Enfance

GEMM (Maladies mammaires et malignes)

Centre d’Accueil d’Utilisateurs de Drogues

L’Association pour l’accueil mère-enfant à l’hôpital

A.F.M. TELETHON

L’Abbé PIERRE (Emmaüs)

Artistes peignant de la Bouche et du Pied

Mairie de KAKONE (Sénégal)

Réfugiés de Thaïlande

Enfants du Mékong

Enfants Village (Roumanie)

Enfants à Calcutta

Association Culturelle Vietnamienne

Amitié Liban-France

Amitié France-Afrique

Fondation Cousteau

La ligue pour la protection des oiseaux (mazoutés)

Orphelins d’Auteuil

Vieux de Montmartre

    IN MEMORIAM     

  Charles DUBIN

Charles DUBIN ( Ingénieur des Arts et Métiers, égyptologue) a été le président National du MDF prédecesseur du Président Jacques HABLOT. A ses côtés lors de la remise de la grande médaille d'Or (MDF) à Pierre SABBAGH (l'une des personnalités majeures de la télévision française, journaliste, réalisateur, producteur), Lucien de BERNIS (Vice-Président National) et Maurice SCETBON (Trésorier National).

Abbé PIERRE

   20/01/2007
Membre du Comité d'honneur du MDF
Grande Médaille d'Or MDF

 

Jacques HABLOT

   18/02/2006 Président National MDF (1973 - 2003)

Jacques HABLOT est décédé le 18 février 2006 à Paris à l’âge de 81 ans. Commandeur de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'ordre national du Mérite, Médaillé de l'Aéronautique, Ancien élève de l’Ecole Navale, Piltote de l'Aéronavale, ancien commandant de la 55S, pilote d’essai, premier « patron » du CEV d’Istres, il rejoindra Nord Aviation pour mettre au point le N262 et le TRANSALL. Il terminera sa carrière comme PDG de la SOGERMA, filiale aujourd’hui d’EADS. Président d'honneur du TOMATO, Président d'honneur des "Vieilles Tiges", il était encore impliqué dans de nombreuses associations du monde de l'aéronautique et d'ailleurs...

 

André BONNY +

  10/02/2007

Officier de la Légion d'Honneur 
Commandeur de l'Ordre National du Mérite 
Ancien officier parachutiste 
Président de l'UNC - (06) 
Ceinture noire de judo
Membre d'Honneur du MDF
Ancien élu municipalité de Nice
Député suppléant de Rudy SALLES (06)

 
 

   

Contact :  jean-paul.debernis@laposte.net
Association Mérite et Dévouement Français - 55, rue des Alpes - 26000 VALENCE 
Président National : Jean Paul de BERNIS - Portable : 06.28.04.47.12 - Fax : 04.75.43.12.12
http://www.meriteetdevouement.fr

 

CONTACT ET RENSEIGNEMENTS POUR NICE ET SA REGION POUR L'ANNEE A VENIR 2017 :

HENRY GHIRINGHELI    06-70-79-23-64 ( MONDE ANCIENS COMBATTANTS UNC )

GERARD DIACONESCO 06-32-17-36-33 ( SOCIETE CIVILE )

bandeau_accueil_OK

 

 

REJOIGNEZ-NOUS

Tout Candidat doit obligatoirement :

- être parrainé par un délégué ou un membre adhérent

- ou prendre contact avec le Siège Administratif

- fournir:

le formulaire de proposition de récompense (télécharger formulaire )

- un Curriculum-Vitae,

Photos (de mes œuvres), photocopies (Article de presse, mes diplômes, etc…)

 2 photos (format identité)

- un extrait n°3 de son Casier Judiciaire (demande gratuite),

- Les frais d'adhésion cotisation annuelle

1 enveloppe timbrée-réponse (pour un reçu fiscal)

 

La Commission Supérieure des Récompenses est souveraine; 
Ses décisions sont sans appel. En cas de refus, elle n'a pas a se justifier .

 

Les réunions du Bureau National comme du Conseil d’Administration
se tiennent à Paris 

Le siège Social est à Paris.

Le Siège Administratif est en Province :

Association Mérite et Dévouement Français
55, rue des Alpes
26000 VALENCE    ( France)

 

Port : 06 28 04 47 12
Fax  : 04 75 43 12 12

 
  SITE INTERNET
http://www.meriteetdevouement.fr
 
  Courriel :   
 contact@meriteetdevouement.fr 
 
   

Le Président National :

Jean-Paul de BERNIS   

se tient à votre aimable disposition pour tout renseignement complémentaire.

Portable : 06 28 04 47 12

Soyez les bienvenus.

CONTACT ET RENSEIGNEMENTS POUR NICE 06 :

Henry GHIRINGHELLI

Portable : 06 70 79 23 64

Gérard DIACONESCO 

Portable : 06 32 17 36 33

                                                                                          Jean-Paul de BERNIS

                                                                INVITATION                                   

 Philippe PRADAL                                               

 Maire de Nice                                                                                

                                                                       Jean-Paul de BERNIS 

                                                    Président National de l'Académie Mérite et                                                                       Dévouement Français

                                                                                   

                                    vous prient de bien vouloir assister à la

                             REMISE DES DISTINCTIONS HONORIFIQUES DE

                             L'ACADEMIE MÉRITE ET DÉVOUEMENT FRANÇAIS

 

                                   vendredi 2 septembre 2016 à 16H00

 

CENTRE UNIVERSITAIRE MEDITERRANEEN        

65, Promenade des Anlais - NICE 

Réservation-SVP. avant le 30 Août 2016                

Délégation (06) Académie Mérite et Dévouement Français

 VILLE DE NICE                                                                             AMDF

**************************************************************************************************************************

Remise de diplômes et décorations honorifiques de l'Adadémie Le Mérite et Dévouement Français au C.U.M. Promenade des Anglais à partir de 16heures par son Président National Monsieur Jean-Paul de BERNIS en présence de Madame Agnès RAMPAL représentant Monsieur Philippe PRADAL Maire de Nice - Photos Agency Press International DIACONESCO.TV - 02.09.2016 - Nice 

P1150353

P1150378

P1150390

P1150392

P1150394

P1150419

P1150431

P1150434

P1150447

P1150454

P1150463

P1150478

P1150497

P1150498

P1150507

P1150509

P1150513

P1150522

P1150524

P1150535

P1150538

P1150549

P1150559

P1150568

P1150586

P1150591

P1150601

P1150609

P1150636

P1150637

P1150641

P1150643

P1150648

P1150684

P1150695

P1150697

P1150700

P1150708

P1150717

P1150746

P1150748

P1150754

P1150764

P1150775

P1150778

P1150786

P1150792

P1150798

P1150804

P1150828

P1150831

P1150836

P1150844

P1150847

P1150848

P1150896

P1150904

P1150906

P1150922

P1150928

P1150939

 Reportage exclusif photographe Gérard Diaconesco - Agency Press International DIACONESCO.TV - C. COPYRIGHT - 02.09.2016 -Nice

Posté par POLITIQUE PACA à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DÉCÈS DU CYCLISTE PAYMOND POULIDOR QU'ON APPELAIT AFFECTUEUSEMENT "POUPOU"

REACTION // Décès du cycliste Raymond Poulidor : Pour Charles-Ange Ginésy « La France perd l’une des figures populaires les plus emblématiques du cyclisme français »
       

CAG et R POULIDOR 

Décès du cycliste Raymond Poulidor : 

Pour Charles Ange Ginésy : « La France perd l’une des figures populaires les plus emblématiques du cyclisme français »

« Une page de l’histoire du cyclisme français vient de se tourner avec la mort de Raymond Poulidor. Je tiens à saluer avec émotion la mémoire de ce grand sportif.

Tout jeune, passionné de vélo, je suivais celui que tous les Français appelaient affectueusement « Poupou » au travers du « Miroir du Cyclisme » qui relatait les grands moments du Tour de France et j’étais admiratif de la combativité et de la ténacité de l’éternel second.  

Plus tard, j’ai eu l’occasion de côtoyer cet homme de cœur, d’une simplicité naturelle et d'une disponibilité à toute épreuve. Nombre d’entre nous qui ont eu le bonheur de le rencontrer, de bénéficier de ses conseils, de son aide, de son amitié sont dans la peine aujourd’hui et je m’associe à leur douleur.

Il a tout donné pour la petite reine et le cyclisme lui a tout apporté : sa vie, sa carrière, son énergie légendaire, qui a plus de 80 ans passé lui permettaient de toujours vivre sa passion en étant sur toutes les routes de France pour suivre avec une attention particulière toutes les épreuves cyclistes. 

On se souviendra de ses 14 participations au Tour de France et de ses 8 podiums sans malheureusement jamais remporter la Grande Boucle, mais qui lui a valu une popularité sans précédent. Même si sa carrière a pris fin au milieu des années 70, sa présence est restée familière sur les routes où tous le reconnaissaient. Car Raymond Poulidor, qu'on voyait encore au départ du Tour de France ou sur le Tour du Haut Var en début d’année, épreuve qu'il avait gagnée et pour laquelle nous avions donné le départ ensemble de la 1ère étape de Vence – Mandelieu, pouvait être abordé par chacun sans ambages ni protocole.

J’adresse à sa femme Gisèle Poulidor, à sa famille, à ses proches et à ses nombreux fans mes plus sincères condoléances. Le monde du cyclisme est en deuil. »

Charles Ange Ginésy 

Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes 

Posté par POLITIQUE PACA à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LES NIÇOIS ET LES NIÇOISES NE VEULENT SURTOUT PAS DE L’EXTENSION DE L' AÉROPORT DE NICE IMPOSE PAR LE POUVOIR DE L'ARGENT !

Sur l'extension de l'aéroport de Nice :

Enquête en Mairie de Nice

20180618152118-aeroport-nice-jet-prive-aviation-affaires-web

Texte de Norbert CALDERARO 

Président de Tribunal Administratif Honoraire

Beaucoup vont estimer ma présente intervention comme inappropriée et intempestive.

J’affirme toutefois que, retraité depuis plus de six ans, je ne suis plus tenu à aucune obligation de réserve, que je ne connais personnellement ni la présidente actuelle du tribunal administratif de Nice, ni le préfet des Alpes-Maritimes en poste aujourd’hui, ni bien sûr vous-même, Madame la commissaire-enquêtrice, et que j’ai le droit, et même le devoir comme citoyen et comme habitant de Nice depuis plus de 38 ans de donner mon point de vue sur le projet d’extension de l’aéroport de Nice soumis à enquête publique.

Ceci dit, je n’ignore pas que, dans l’agglomération niçoise, le tourisme est la première activité économique source d’emplois et de revenus, au détriment d’ailleurs d’autres activités comme par exemple l’agriculture, totalement éliminée de la plaine limoneuse pourtant si fertile du fleuve Var ( Je me souviens à cet égard, il y a plus de trente ans, des observations d’un précédent commissaire-enquêteur qui déplorait, lors d’une enquête publique portant sur la révision du plan d’occupation des sols de la ville de Nice, la disparition programmée, et aujourd’hui hélas effective, d’une activité essentielle à proximité d’une grande agglomération ).

Mais il ne s’agit pas ici de supprimer le tourisme à Nice, ni même de le réduire, mais d’empêcher que le projet en cause ne porte atteinte à un intérêt public bien plus majeur qui concerne non seulement les habitants et les visiteurs de la métropole azuréenne, mais aussi tous les français, tous les européens et tous les habitants de notre biosphère, la planète Terre, à ce jour et sans doute pour bien longtemps encore, seul milieu de vie possible pour l’humanité. Je veux parler bien évidemment du réchauffement et du dérèglement climatiques qui s’accélèrent du fait des activités humaines. 

Or qui peut prétendre sérieusement que le projet en cause, qui vise ouvertement à accueillir 4 millions de passagers en plus ne va pas générer la circulation d’avions supplémentaires (sans même évoquer l’accroissement de la circulation routière) , génératrice à basse altitude d’une production de CO2, génératrice elle-même de réchauffement climatique local et de pollutions supplémentaires nuisibles pour la santé humaine ? Et qui peut prétendre aussi sérieusement que cet accroissement exponentiel du transport aérien n’est pas sans incidence sur les climats de notre biosphère, et que l’incidence de cet accroissement généré par le projet en cause ne va pas concerner nos voisins monégasques et italiens et la mer Méditerranée elle-même ? 

A cet égard, je remarque, sans évoquer encore le problème des pollutions nuisibles pour la santé, l’absence véritable d’une étude locale sur le réchauffement climatique dans notre région, alors que la topographie particulière de l’agglomération niçoise, coincée entre mer et montagne, permet une stagnation des émanations de CO2 et autres gaz à effets de serre, que la nappe de cette pollution sur Nice est visible à l’œil nu lorsqu’on descend de la grande corniche sur la capitale de la Côte d’Azur et que nous sortons à peine d’une longue période estivale caniculaire marquée, particularité niçoise spécifique, par de longues semaines de température nocturne minimale très élevée supérieure à 25° et même souvent à 28° et par une fin octobre marquée encore par des températures diurnes allant jusqu’à 26° . 

Je rappelle que, depuis déjà les années 1970, la préservation de l’environnement constitue un intérêt public majeur à prendre en considération dans le bilan coûts-avantages à établir par les pouvoirs publics pour apprécier l’utilité publique d’un projet. Depuis déjà 1977, le Conseil d’Etat estime qu’une atteinte excessive à l’environnement peut faire perdre à une opération son caractère d’intérêt public nonobstant l’intérêt public économique et social qui pourrait être attaché à la réalisation de l’aménagement en cause (CE 9 novembre 1977 Weber, AJDA 1978, p. 340 ) (CE 26 mars 1980 Beau de Loménie, Rec. p. 171) ( De Bernis 3 février 1982, Rec.T. p. 641 ).

Bien plus, il existe en droit français aujourd’hui un principe de précaution selon lequel l’absence de certitudes, compte tenu des circonstances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économiquement raisonnable. Ce principe de précaution, qui relève en effet en France du droit positif depuis la loi Barnier du 2 février 1995 et qui est aujourd’hui de valeur constitutionnelle depuis la Charte de l’environnement intégrée dans la loi constitutionnelle du 1er mars 2005 s’impose depuis l’arrêt d’Assemblée du Conseil d’Etat Association coordination interrégionale stop THT du 12 avril 2013.

Cet arrêt est clair : une opération qui méconnaît le principe de précaution ne peut être légalement décidée par les pouvoirs publics. 

Le principe de précaution ne peut permettre de qualifier d’utilité publique à mon sens, pour les raisons de fait et de droit sus –exposées, l’opération d’extension de l’aéroport envisagée.

31648466-e1464099022615

A tout le moins, si les pouvoirs publics devaient estimer son importance économique et sociale capitale à court et moyen terme (Mais ne devons-nous pas d’abord raisonner pour des projets de ce genre à long terme et au bénéfice des générations futures ?), je demande, avant toute décision, que le débat soit approfondi par les pouvoirs publics dans le cadre d’une commission particulière du débat public pour permettre notamment une analyse objective, contradictoire et citoyenne du projet et que celle-ci promeuve des études impartiales complémentaires, notamment climatiques.

En suivant le précédent du projet d’extension du port Lympia actuel de Nice, abandonné à la suite du débat organisé par une commission particulière du débat public, laquelle avait diligenté une étude impartiale établissant les atteintes du projet à un herbier de posidonies, milieu marin indispensable pour la vie marine et la capture du CO2. 

Je vous prie d’agréer, Madame, l’assurance de toute ma considération, »

Norbert CALDERARO 

Vue-Aerienne-ANCA

***********************************************************************
Texte de Christian Razeau

Vous savez peut-être que j’ai exercé durant 10 ans la fonction de Commissaire enquêteur et le reproche le plus important que, nous mêmes, nous faisions aux enquêtes publiques étaient d’être programmées au moment ou le projet était monté de toutes pièces et non au moment ou le projet commençait à germer dans la tête des "responsables".
Je vois que rien n’a changé.

Il faut faire très attention, dans le cadre d’une Enquête publique locale (départementale), car le Commissaire issu du même département 06 a donc toujours des réticences à refuser un projet qui a été validé par un Conseil municipal, qu’il connaît au moins partiellement ou par une Collectivités territoriale de son département,  et pour lequel des sommes importantes ont déjà été engagées.

Quelques Commissaires ont quand même su combattre cette incohérence ou ce dysfonctionnement et ont su résister à cette pression :
- l’on se souvient encore de "l’Avis défavorable" donné par un de mes ex confrères C.E.en 2004  pour ce qui devait être la nouvelle prison de Nice, dans la plaine du Var.
- l’on se souvient aussi que, lorsque nous avions lutté contre la ville de Nice, contre la CCI locale, contre la DDE toutes trois  favorables à l’extension du port de Nice, (avec double digue, agrandissement des quais etc. etc.  pour y recevoir aussi  des porte-conteneurs) nous avions finalement pu sortir d’une Enquête publique locale (départementale) pour passer à une Enquête publique faite par la CNDP (nationale) et nous avions finalement réussi à convaincre le Ministre Cochet en 2002 de donner un "avis défavorable" à cette extension qui a donc été abandonnée.  Voir

 https://www.debatpublic.fr/son-role

Dans notre cas précis je vois 2 difficultés à surmonter pour empêcher ce projet d’aboutir : 
- le principe du tronçonnage ou saucissonnage financier des travaux : Pour pouvoir rester dans le cadre d’une enquête "départementale", le bénéficiaire des travaux ne déclare que la première tranche des travaux du projet et ceci lui permet de reste dans un coût lui évitant une Enquête publique "nationale" par la CNDP.
- le conflit d’intérêt toujours possible entre la fonction de Commissaire Enquêteur, qui doit être faite par un homme ou une femme "de bon sens", et le métier que celui-ci exerce ou son ex-métier (s’il est à la retraite).
                Dans le cas de cette extension de l’aéroport, la C.E. exerce en tant qu’ ’"Architecte urbaniste ». 

                N’a-t-elle pas donc été plutôt programmée, par ses études, à laisser passer un tel projet plutôt que de le refuser ?

En notre faveur et ce que nous pouvons aisément constater et ou dénoncer :
- Le Commissaire peut cependant toujours donner un avis défavorable, si nous sommes suffisamment convainquant. Le Préfet aussi bien sûr
- Les couloirs aériens longent soit la ville de Nice soit la ville d’Antibes et le Cap Ferrat. Les Comités de quartiers, arrosés par les particules et les divers gaz résultant de la combustion, peuvent ne pas en être d’accord, d’autant qu’il faut s’attendre à terme à une augmentation importante du trafic.

- Nice, ville avec de nombreuses manifestations sportives, qui devrait nécessiter une parfaite qualité de l’air,  n’est pas compatible avec une activité aérienne, routière et autoroutière   importante mais non pertinente.  Par contre améliorer les liaisons ferroviaires Nice-Barcelone, Nice-Paris, Nice-Milan, Nice-Rome, devient d’actualité.
- La présence, le maintien, l'amélioration de la zone Natural 2000 dans l’embouchure du Var devient de plus en plus difficile voire impossible.
- La consommation d’eau, de ces nouvelles installations aéroportuaires, déjà fortement impactée par l’urbanisation et la commercialisation de la plaine du Var, risquerait d’entraîner des déboires. Je m’explique. Les nouveaux pompages, dans ce qui resterait de la nappe phréatique fluviale en période estivale, après que toutes les grandes surfaces commerciales, en amont, se soient servies, risqueraient d’avoir peu de débit pour alimenter les nouveaux robinets à créer.
- La saisine de la CNDP  (enquête nationale) semble être obligatoire, si le projet dépasse 300 Millions d’€ (donc à faire constater par le C.E. et le Ministre dont dépend ces enquêtes).

- Entre l’extension du port de Nice et l’extension de l’aéroport de Nice les enjeux étaient et demeurent les mêmes : économie à court terme ou santé et survie à moyen et long terme de l’espèce humaine. 

https://www.debatpublic.fr/comment-saisir-cndp

- Le rapport économique pour quelques-uns contre l’intérêt public pour les autres doit pouvoir être démontré.

J’espère vous avoir proposé de nouvelles pistes de réflexion.

L'on peut, en se regroupant avec des associations de quartiers et avec l’aide d’associations comme Greenpeace, WWF, FNE, LPO, EELV, en appeler à la Commission Nationale de Débat Public, CNDP, qui a les moyens de donner une information complète et sincère à nos concitoyens.

Et si l’on peut argumenter en lui démontrant que les lois sur l’air sont bafouées, ce projet, polluant pour la Côte d’Azur et sans intérêt général, devrait être refusé.

Christian RAZEAU

Vue-Aerienne-ANCA31648466-e1464099022615Vue-Aerienne-ANCA31648466-e1464099022615

Posté par POLITIQUE PACA à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2019

LE DÉFILÉ DE LA HONTE PAR UNE ARMÉE D'OCCUPATION ET DE COLLABOS ISLAMO-GAUCHISTES DANS LES RUES DE PARIS ... DU JAMAIS VU !

Islamophobie : une armée d’occupation

 

 

 

et de collabos, dans les rues de Paris

Source : Publié le 10 novembre 2019 - par  

Islamophobie10-11-3

Nous ignorons si la décision d’Eric Zemmour, nous demandant de renoncer, ce dimanche, au rassemblement de soutien que nous avions organisé, était judicieuse ou pas. Etait-il mieux de laisser cette manifestation de la honte se dérouler, sans rien d’autre, ou aurait-il fallu essayer de sauver l’honneur devant CNews ? Nul ne le sait. Nous avons publié un numéro spécial, ce jour, reprenant ce qu’auraient été les onze interventions que nous avions prévues.

https://ripostelaique.com/numero-special-ce-que-nous-aurions-dit-devant-les-locaux-de-cnews.html

Pendant ce temps-là, dans les rues de Paris, depuis la Gare du Nord, jusqu’à Nation, 13.500 manifestants, selon les chiffres des autorités.

Comment résumer l’imposture en quelques mots ? Les plus radicaux des soldats d’Allah (on compte ce jour 11 millions de musulmans en France, selon le président du CFCM), ont tué, selon les chiffres officiels, depuis 2015, 263 innocents, majoritairement français, aux cris de « Allah akbar », au nom de leur religion. Ce chiffre est largement minoré, si on compte le nombre d’agressions, de viols et de crimes commis quotidiennement par des islamo-racailles. Or, il ne s’est rien passé. Aucun musulman n’a subi de représailles, ce qui est par ailleurs une situation étonnante et exceptionnelle. Au contraire, nous avons eu droit à « Je suis Charlie », où on a, dans une manipulation d'état, assisté au déni de la religion des assassins, et à la stigmatisation de l’islamophobie et de la haine d’une prétendue extrême droite. Cela a été la grand vogue des fleurs, des bougies et des chansons, sans oublier le célèbre ‘Vous n’aurez pas ma haine », d’Antoine Leiris.

Il a suffi qu’un élu RN interpelle, judicieusement, une présidente socialiste de Région Bourgogne sur le voile d’une accompagnatrice scolaire, qu’Eric Zemmour fasse un discours remarquable à la convention de la droite, qu’il utilise les mots qu’il faut pour parler de l’immigration et de l’islam, qu’il ait une émission quatre jours par semaine à CNews, et qu’un vieil homme blesse deux musulmans, devant une mosquée, pour que nous ayons droit à une incroyable inversion accusatoire, et que les adeptes de la religion des égorgeurs se victimisent, avec la complicité des collabos de gauche, des féministes d’extrême gauche, des LGBT et d’universitaires islamo-gauchistes.

Peu importe le nombre de manifestants. Peu importe si, sur les 13.500 annoncés, il y avait 5.000 ou 10.000 musulmans, que cette manifestation ait pu avoir lieu est un véritable scandale. On pense à ce qu’a dû ressentir un homme comme Patrick Jardin, et l’ensemble des familles qui ont perdu un proche à cause des tueurs musulmans, devant autant d’indécence.

Cette manifestation ressemblait à une démonstration de force d’une armée d’occupation, soutenue par les miliciens de gauche. Nous y avons entendu Marwan Muhammad et Taha Bouhafs, initiateurs du honteux appel des Cinquante contre l’islamophobie, relayé complaisamment par le collabo Joffrin, de Libération, scander « Allah akbar », le cri des musulmans quand ils égorgent des infidèles. Et ils osaient dire que c’était un mot d’ordre de paix. Nous avons entendu aussi « Zemmour à la mer », et des slogans hostiles contre la formidable Zineb, Laurent Bouvet ou Elisabeth Levy.

EJAtnQ7WwAAWexb

En manifestant contre l’islamophobie et pour le droit de porter l’infâme voile islamique, ces musulmans ont commis un acte de sécession contre les valeurs laïques, républicaines et féministes de notre pays. En les soutenant ouvertement, en cautionnant le fait que l’islamophobie serait un raciste, en relayant la campagne des islamistes, les forces de gauche, presque toutes présentes, ont commis une trahison qui appellent des sanctions, et pas seulement dans les urnes. 

Jeunesocialiste1940

Comment ne pas faire de parallèles historiques, avec les années 1940. Les envahisseurs sont différents, ceux-là n’ont pas gagné une guerre militaire, pas encore, ils sont présents parce que des traîtres, descendants des collabos des années 1940, leur ont permis d’occuper notre pays, et d’y imposer de plus en plus des pratiques qui n’ont rien à voir avec nos traditions. Or, deux peuples différents sur un même territoire, cela ne peut finir que par la Guerre.

Sur cette vidéo, Pierre Cassen brocarde Mélenchon et toute cette gauche qui est passée de L’internationale à Allah akbar !

Et puisqu’on parle de parallèles historiques, comment ne pas être indignés par cette comparaison sordide et indécente entre les juifs de 1930 et les musulmans des années 2019, comme le démontre dans cette vidéo Gérard Boyadjian. Notons que cette étoile jaune, portée de manière scandaleuse par une fillette, ne paraît pas déranger la sénatrice Esther Benbassa, signataire de l’Appel contre l’islamophobie, et dans tous les mauvais coups contre la France. Il est vrai qu’elle a trois nationalités, et ne maîtrise pas très bien le Français. Mais grâce aux Verts, elle est sénatrice !

Cette manifestation, dans un contexte où à Chanteloup, Béziers, Mantes ou Nantes, tous les jours, de véritables actes de guerilla urbaine, menés par des racailles la plupart du temps islamisées, marque une accélération dans le déliquescence de notre pays, et rend plus incontournable que jamais, tant que Macron sera au pouvoir, la mise en danger de nos compatriotes, est le péril mortel qui guette notre pays.

Cyrano

Lire également :

http://www.fdesouche.com/1293325-le10contrelislamophobie-la-marche-islamo-gauchiste-en-direct

https://francais.rt.com/france/67728-mobilisation-paris-pour-dire-stop-islamophobie

Print Friendly, PDF & Email

Posté par POLITIQUE PACA à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2019

DANS MON PAYS LA FRANCE JUDEO-CHRÉTIENNE DEPUIS 2000 ANS, L'ISLAM EST INCOMPATIBLE AVEC NOTRE RÉPUBLIQUE LAÏQUE !

 

article_islam-croissant-500x325

18 attaques islamistes, 263 morts, des milliers de blessés en France...mais ils défilent contre l’islamophobie !

Publié le 8 novembre 2019 - par - 98 commentaires - 3 965 vues

N’en déplaise aux fossoyeurs de la France et aux immigrationnistes de tout poil, il est encore permis dans ce pays de ne pas aimer l’islam. Ce qui est d’ailleurs le cas pour les 2/3 des Français qui estiment à juste titre que cette religion est un obstacle à l’intégration (75%). C’est aussi un obstacle au progrès. Mais jamais les musulmans n’ont été persécutés pour autant. Ce sont eux qui se stigmatisent par leurs propres comportements et leurs exigences sans fin.

Résultat de recherche d'images pour "photo islam et laicité""

Quand on bloque les rues pour prier, quand on exige des horaires séparés dans les piscines, quand on refuse que sa femme soit soignée par un médecin masculin, quand on refuse de serrer la main d’une femme, quand on conteste les programmes scolaires non conformes au Coran, quand on réclame des salles de prière dans les entreprises, quand on exige les abattages rituels et surtout quand on représente les 2/3 de la population carcérale, on ne peut espérer des applaudissements de la part des natifs !

 

EEp9KxOX4AEi7C4

Par conséquent, la sphère islamo-gauchiste qui s’apprête à défiler dimanche en braillant « Stop à l’islamophobie », ne fait que se vautrer dans le mensonge et l’ignominie. C’est le défilé de la honte, du mépris de la République et c’est aussi une insulte à la laïcité.

En courtisant l’électorat musulman, cette gauche en perdition, laïque avec le catholicisme mais anti-laïque avec l’islam, va jusqu’à défiler avec les extrémistes musulmans les plus fanatiques. Elle se déshonore et se discrédite un peu plus.

Car c’est l’islam politique, celui des Frères musulmans, qui mène le bal. Même  Manuel Valls a déclaré depuis Barcelone que cette gauche pro-islamiste était « la gauche du renoncement, de l’abandon et de la honte… loin de tout esprit républicain ».

Qu’on nous dise en quoi les musulmans sont persécutés, alors que 90 % des jeunes Algériens rêvent de venir subir le joug de ces salauds de Français racistes et islamophobes.

Qu’on nous dise combien de mosquées ont été détruites alors qu’on dénombre plus de 1 000 profanations de lieux de culte chrétiens par an, dont une vingtaine d’églises incendiées.

Qu’on nous dise pourquoi les actes antisémites ont bondi de 74 % en 2018, pendant que les actes antimusulmans sont tombés au plus bas niveau depuis 2010.

Qu’on nous dise  qui sont les plus persécutés,  les juifs qui fuient la France par peur, ou les musulmans de toute la planète qui rêvent d’y venir ?

Qu’on nous dise si les auteurs des attentats qui ont fait 263 morts et plus de 1 000 blessés depuis 2012, étaient  juifs, chrétiens, ou hindous.

Tous étaient musulmans. Ne renversons pas les rôles. La haine anti-chrétiens et anti-juifs, on sait de quel côté elle est.

C’est avec des prêcheurs de haine que la gauche, « le camp du Bien », va défiler dimanche.

Car pour ceux qui l’auraient oublié, Marwan Muhammad, l’organisateur de cette manifestation, ex-directeur du CCIF, s’est particulièrement distingué par le passé, par son amour de la France et son esprit  républicain. Jugez plutôt.

À  la mosquée d’Orly, il déclarait il y a quelques années :

« Qui a le droit de dire que la France, dans trente ou quarante ans, ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays  n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. »

Oui, vous avez bien lu. L’identité française, héritée de nos 2 000 ans d’Histoire, c’est Marwan Muhammad qui en décide !! Et d’ajouter que « l’islam est un mode de vie global. »

On a pu voir aussi, lors de la manifestation hostile à Éric Zemmour, devant le siège de CNews, un musulman fiché « S » insulter la France raciste et traiter Zineb El Rhazoui, Lydia Guirous et Mohamed Sifaoui de « bougnoules de service » !On imagine le tollé général et les conséquences judiciaires, si un natif usait d’un tel langage en parlant d’un immigré !

 

EIYIPJTWoAEohvw

 

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/qui-est-abdelaziz-chaambi-lhomme-derriere-les-propos-orduriers-lencontre-deric-zemmour-112507

C’est avec ce beau linge que copine la gauche aux abois, dans l’espoir chimérique de se refaire une santé sur le dos de l’électorat immigré.

Ce que veut  la sphère islamo-gauchiste, c’est le retour du délit de blasphème et la mort de la liberté d’expression. Il est grand temps de remettre dans l’axe les tenants d’un islam politique conquérant, qui n’a que mépris pour nos valeurs républicaines. Et ce n’est pas en prêchant la tolérance à sens unique et le droit à la différence que la France évitera l’affrontement que souhaitent les islamistes.

Si le plan de l’Onu pour interdire toute critique de l’islam est mis en œuvre, avec la bénédiction du Vatican bien évidemment, ce sera la fin programmée de la civilisation occidentale.

Jacques Guillemain  

article_islam-croissant-500x325article_islam-croissant-500x325article_islam-croissant-500x325article_islam-croissant-500x325

 

 

***********************************************************************

 

Entre nos cercueils et leur valise, il va falloir choisir.?

 

 
 

 « Il est minuit moins le quart, Monsieur le Président. Depuis trop longtemps, par naïveté, manque de clairvoyance, déni de réalité, voire collaboration, croyant sauver ainsi la paix civile et sociale, la classe politique n’a cessé de fournir et mettre en place tous les ingrédients qui alimentent les tensions et conduisent à la guerre sur notre propre sol. L’islam doit être soumis aux lois de la République ; et ceux qui ne l’acceptent pas doivent partir, voire être poussés vers la sortie. Votre prudence, comme celle manifestée par vos prédécesseurs, résonne aujourd’hui, dans ce rapport de force engagé par l’islam et auquel vous n’échapperez pas, comme un renoncement à affronter l’esprit totalitaire ».

Ces propos étaient adressés au président de la République dans la lettre ouverte du 13 mars 2018, il y a donc plus de dix-huit mois.

https://volontaires-france.fr/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique/

Depuis cette date, la situation n’a cessé de s’aggraver avec à présent des agressions ou des attaques au couteau devenues quasi-quotidiennes provoquant des morts et des blessés considérés comme des faits divers, avec des incendies d’origine douteuse, avec nos églises profanées, vandalisées (875 en un an !), voire incendiées (26 en un an !) dans un silence assourdissant de la part du gouvernement et des médias !

Et aujourd’hui, après les centaines de morts qui ont endeuillé la France et les milliers de blessés qui l’ont meurtrie au cours des dernières années, un nouveau carnage frappe notre pays avec quatre morts et plusieurs blessés, non plus de la main de l’ennemi dans l’espace public, mais dans une enceinte officielle abritant un service de l’Etat assurant une de ses missions régaliennes, de surcroît de la main d’un traitre – appartenant à ce service – passé à l’ennemi. Cette fois, la mort est venue de l’intérieur. Alors, au-delà des polémiques stériles habituelles et des débats politiciens que provoquent ce drame épouvantable, nos dirigeants politiques, qui savent que l’ennemi (nous sommes en effet en guerre) utilise le terrorisme comme instrument de déstabilisation, ne peuvent plus se défausser et s’abriter derrière des déclarations. Ils vont devoir prendre rapidement des décisions désagréables dans l’intérêt de l’Etat et de la nation débouchant sur des actions coercitives s’ils veulent vraiment empêcher cette guerre sur le territoire national, cette guerre vers laquelle nous nous engageons inexorablement. Et s’ils n’en sont pas capables, ils doivent laisser leur place. Car que révèlent non seulement l’acte meurtrier dans sa préparation et son exécution mais également la gestion qui en a été faite par le pouvoir ?

EGA3dUeXoAEb5ZE

Malgré plusieurs alertes sur sa radicalisation après sa conversion à l’islam, ce djihadiste potentiel était employé dans l’un des services de renseignement chargé de la lutte contre l’islamisme, disposait d’une habilitation « secret défense » – qui plus est, renouvelée récemment – et avait donc accès à des informations ultra-sensibles notamment celles en lien avec l’islam dit radical. C’est sidérant ! Comment ce dysfonctionnement peut-il se produire dans un domaine aussi sensible ? Par ailleurs, alors que le mode opératoire signait l’acte djihadiste, pourquoi a-t-il fallu une trentaine d’heures avant que le parquet antiterroriste s’empare du dossier ? La prise de parole du ministre de l’Intérieur, au minimum maladroite, a semé le doute sur sa sincérité, laissant même à penser qu’il aurait menti. Car ne disposait-il pas, à ce moment précis de son intervention, environ quatre heures après la tuerie, d’informations sur la radicalisation du terroriste ? En effet, au cours d’une interview un député indique que lorsqu’en 2015 ce dernier s’était réjoui de l’attaque de Charlie Hebdo, sa hiérarchie avait été informée. Et il précise que le directeur de cabinet de l’époque du préfet de police est l’actuel Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, présent à ses côtés lors de la déclaration de ce dernier. D’autre part, il intervenait après la venue à la préfecture de police du président de la République, puis du Premier ministre. Sa déclaration n’était donc probablement pas improvisée. D’autant plus que certains témoignages font état de pressions exercées sur des policiers pour, au mieux retarder la divulgation de l’origine islamiste de l’attaque, au pire tenter de la passer sous silence. 

En fait, il faut bien reconnaître que la crainte de l’accusation d’islamophobie empêche la classe politique et en particulier ceux qui dirigent le pays d’agir dans l’intérêt des Français et notamment de leur sécurité. Or, l’islamophobie n’est que la conséquence logique de la teneur des textes fondateurs de l’islam et les carnages que leur application radicale produit à travers le monde. En refusant de nommer l’ennemi, les responsables politiques commettent une lourde faute et mettent en danger la vie des citoyens. Le déni de réalité dont se rend coupable l’Etat est grave et criminel. Et cet ennemi est à présent, non plus seulement sur le territoire, mais au cœur même de l’Etat, dans nos institutions, dans nos services publics, dans nos transports, dans notre police, dans nos armées. On ne peut pas s’empêcher dans le cas particulier de ces dernières, de s’interroger. Par exemple, combien de soldats français musulmans effectuent chaque année le pèlerinage à La Mecque ? Dans quel état d’esprit rejoignent-ils leur unité après avoir scandé avec des dizaines, des centaines de milliers de pèlerins ces prières de haine contre les non-musulmans ?

Depuis des années, l’ennemi déroule son plan sans être inquiété, simplement en se servant de notre démocratie et en appliquant la stratégie adoptée en 2000 à Doha par l’OCI (Stratégie culturelle islamique dans les pays non islamiques). Notre pays est gangrené de l’intérieur et nos dirigeants, au lieu de prendre conscience de la menace et de la contrer, accompagnent cette islamisation criminelle de la France. C’est ainsi que la cathédrale Saint-Louis des Invalides a été profanée par la prière islamique au cours d’un concert, et qu’on a également facilité l’organisation d’une conférence à Paris par la Ligue islamique mondiale. Et que dire du rapatriement des djihadistes d’Irak et de Syrie avec leurs enfants, véritables bombes à retardement ?

La situation est donc extrêmement grave et si la 5ème colonne a facilité le carnage du 13 novembre 2015, la tuerie de la préfecture de police confirme l’existence d’un ennemi intérieur prêt à passer à l’action. Il n’y a plus de frontière entre l’ennemi et l’ennemi intérieur. En niant la menace et son caractère religieux dont se réclament les djihadistes, les responsables politiques trahissent leur mission de protection des Français et l’avenir de la nation qui devrait être leur priorité. Nos concitoyens doivent prendre conscience que nous sommes dorénavant face à une guerre sainte menée ( le Djihad ) au nom de l’islam par les soldats d’Allah. Il faut donc s’y préparer, nous sommes prévenus. Résister à l’islam doit devenir un acte patriotique.

Ce carnage de la préfecture de Paris se produit au plus mauvais moment pour le président de la République et pour le gouvernement, quelques jours après le lynchage d’Eric Zemmour (exécuté parce qu’il dit la vérité), le lendemain de la grande manifestation des policiers exprimant leur colère et juste avant le lancement du débat sur l’immigration. Il va bien falloir que le pouvoir comprenne que la France n’est pas simplement une start-up, que c’est une pure folie que de continuer à laisser entrer une immigration de culture hostile à notre civilisation. Il faut dans l’immédiat écarter des services publics et notamment régaliens ceux qui sont suivis pour radicalisation, fermer les mosquées salafistes et renvoyer leurs imams. Et à ceux qui invoqueraient l’état de droit pour ne rien faire, on répondra que nous sommes en guerre et que de toutes façons le droit est un outil à la disposition du pouvoir pour lui permettre de légitimer son action. Il peut donc être modifié et confirmé par le Parlement. Ainsi l’état de droit est respecté. L’islam doit être soumis aux lois de la République, et ceux qui ne l’acceptent pas doivent partir, voire être poussés vers la sortie. Car entre nos cercueils et leur valise, il va falloir choisir.

le 06 octobre 2019

Général (2s) Antoine MARTINEZ

président des Volontaires Pour la France

2018-11-3-mass-migration-europe

Cette fois-ci il faut faire l'inverse en créant la Re-migration vers leurs pays d'origine pour tous les migrants clandestins qui sont rentrés illégalement en France mais aussi dans toute l'Europe Occidentale. 

Posté par POLITIQUE PACA à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2019

CE N'EST CERTAINEMENT PAS SOUS LE RÈGNE DE MACRON 1er QUE L'ON RECONSTRUIRA A L'ANCIENNE NOTRE-DAME DE PARIS QUEL DÉSASTRE !

L’ INCENDIE DE NOTRE-DAME DE PARIS ACCIDENT, INCIDENT OU ATTENTAT ?

310x190_incendie-cathedrale-dame-paris-declare-18h50-lundi-15-avril-2019

Nous sommes nombreux à nous poser des questions sur cet inexplicable incendie et avoir des doutes sur la version officielle des médias aux ordres du pouvoir.

 

Bien sûr les gens sensés ne croient pas un accident. 

Tout a été en réalité organisé et préparé, c’est certain, par des personnes qui savaient comment faire.

Il est paru un article sérieux et indépendant affirmant qu’il ne fallait rien divulguer à chaud, car cela pourrait déclencher une guerre Civile. Tout est en réalité très clair et un jour nous saurons la vérité. « En effet nous sommes nombreux à nous poser des questions et avoir de sérieux doutes sur la version des médias « .

Bien sûr les gens sensés ne croient pas un accident. 

Tout a été organisé et  préparé, c’est certain, par des personnes qui savaient comment faire.

Ce qui est étrange c’est que Notre-Dame de Paris dont la toiture mesure 140 m. sur 40 m. a flambe en moins d’une heure chrono. 

Dans la nature ceci est impossible. 

Voici une explication très sérieuse. Expliquant pourquoi Notre-Dame à brûlé si vite :

Il y a deux mois avant ce sinistre, une entreprise est venue sur place pour pulvériser sur toute la charpente un produit chimique contre les insectes du bois. 

Or ici précisément ce n’est pas un tél produit qui a été employé, mais une solution hautement inflammable qui a fait une pellicule autour des poutres. 

Ce produit est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium, qui a donné la couleur acajou obtenue après la pulvérisation, et la couleur jaune orangée des flammes de l’incendie. 

Depuis février dernier, ce produit sans doute associé à une colle a séché  et s’est solidifié  sur les poutres comme une pâte  devenue très fine, une sorte de vernis qui en réalité n’était pas du vernis…

 Le 15 avril il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2.200° qui a percé la toiture par sa très forte température et allumé  ainsi toute la charpente pré- imbibée située juste en dessous du toit.

Le pot thermique c’est en réalité la personne vue et filmée sur le toit, entourée de flammes jaune orangées et qui allume le feu… Après amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. 

Sous l’action des lances à incendies des pompiers, le feu augmente dans un premier temps, car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions. Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite.

En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1100° libérant ainsi 2 gaz hydrogène et oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas.  Ces 2 gaz H et O s’additionnant à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentaient la combustion.

Un pot thermique est capable de détruire un char d’assaut, c’est pour cela qu’il a été inventé. 

En produisant une chaleur de 2200° il augmente au double de sa valeur la catalyse (séparation en gaz). L’eau, dont la catalyse est de 1100°, a entraîné sur la charpente comme un feu de paille par les lances à incendie, car les pompiers ne savaient pas à quel genre de feu ils avaient à faire.

Il s’agit donc d’un attentat grandiose soigneusement calculé, et qui ne peut être mis en œuvre que par un esprit pervers de la pire espèce, provenant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire. Aussi sans doute tout cela est-il au profit d’intérêts divers voulus par des mécréants ignobles.

Comment imaginer que des millions de gens croient encore à la thèse du court circuit ou d’une étincelle produite par un mégot de cigarette pour allumer l’incendie de Notre-Dame de Paris.

Qui réfléchit encore sereinement ? Car on a vu cette toiture flamber en moins d’une heure chrono ! Or Il avait fallu au minimum 1.300 chênes  pour fabriquer cette charpente soit 2.000 à 2.600 m³ de bois.

Il est impossible qu’une telle masse de bois très dur et de plus de 800 ans, ainsi que des poutres de 40/40 cm de côté puissent brûler en moins d’une heure sans comburant additionnel.

Ceci est véritablement étrange ! Dommage que tout le monde ne se pose pas les mêmes questions. Car en 10 mois, ce sont 11 édifices religieux chrétiens qui ont été brûlés en France :

- Notre-Dame de grâce d’Eyguieres le 21 avril 2019 

- Notre Dame de Paris le 15 avril 2019

- Saint-Dame à Paris en mars 2019.

- Cathédrale Saint Alain de Lavaur en février 2019

- Saint-Jacques à  Grenoble en janvier 2019.

- Église du Sacré-Cœur à Angoulême en janvier 2019. A 

- Saint-Jean du Bruel en octobre 2018.

- Église de Villeneuve D’amont en août 2018.

- Saint Thérèse à Rennes en juillet 2018. 

- Église Saint-Paul du bas Caraquet en juin 2018.

- Notre-Dame de Grâce à Revel en juin 2018.

Ce qui précède nous est livré tel que reçu.

Pas de thèses religieuses  complotistes de la part d’une petite « bande d’imbéciles et d’irresponsables (!).....»  juste une série de questions étrangement restées sans réponse à ce jour de la part des Pouvoirs Publics ...

Cathédrale-Notre-Dame-de-Paris-Vue-panoramique-_-630x405-_-©-Fotolia-rdnzl

AVANT DU TEMPS DE SA SPLENDEUR DE LA CATHÉDRALE NOTRE-DAME DE PARIS 

Notre-Dame_en_feu_20h06

AUJOURD'HUI QUI BRULE ET DE CE QUI RESTERA DE LA CATHEDRALE NOTRE-DAME DE PARIS OU IL A FALLUT DES SIÈCLES POUR LA CONSTRUIRE LA RESTAURER ET L'ENTRETENIR 

 

**************************************************************

France : Attaque contre une cathédrale, décapitation de la statue d’un saint, vol d’un trésor

 

Publié par Dreuz Info le 6 novembre 2019

sans-titre 

Un groupe de personnes masquées a défoncé les portes de la cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie, volé plusieurs objets liturgiques et décapité une statue de Sainte Bernadette dimanche soir dernier.

Les voleurs ont utilisé un tronc d’arbre attaché à une Peugot 106 pour défoncer les portes de la cathédrale, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui date du Moyen Age, rapporte Le Parisien.

En arrivant sur les lieux, la police a découvert que les attaquants avaient volé plusieurs objets religieux, notamment des calices en or, des croix et un ostensoir, ainsi qu’une cape et une « pièce centrale de la collection de vêtements ».

Avant de fuir la scène, les criminels ont abandonné la voiture qu’ils avaient utilisée pour enfoncer la porte d’entrée de la cathédrale.

Pour l’instant, « il est encore trop tôt pour faire une estimation financière précise des pertes », a déclaré Laurent Paris, le directeur des services généraux. 

Au-delà de la valeur marchande, les habitants se retrouvent coupés d’une partie de leur histoire et de leur patrimoine », ajoute Paris.

En commentant l’incident, le maire d’Oléron, Hervé Lucbereilh, a mentionné que les voleurs avaient également brisé un vase et une statue, mais n’avaient heureusement pas touché les reliques sacrées de San Grato di Aosta.

Le ministre de la Culture Franck Riester a condamné ces attaques insensées « avec la plus grande fermeté » [sic], ajoutant que « les auteurs seront trouvés et punis » [trouvés peut-être, punis, certainement très légèrement].

« Je partage l’émotion des catholiques de France qui sont légitimement choqués par ce vol et ces dégradations.

Au cours des derniers mois et des dernières années, la France a connu une augmentation importante du nombre d’actes de vandalisme et d’attaques directes contre ses églises et cathédrales, et les médias rapportent presque jamais ces attaques, ou pour en diminuer l’importance, car ils les approuvent souvent.

Rien que durant le mois de mars, l’église historique Saint-Sulpice de Paris a été incendiée, les statues des saints et des croix de la cathédrale Saint-Alain de Lavaur ont été détruites, ainsi qu’une croix maculée d’excréments humains et l’autel pillé de l’église Notre-Dame des Enfants à Nîmes.

SOURCE  : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Posté par POLITIQUE PACA à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2019

HISTOIRE DE L' ALGÉRIE FRANÇAISE par José CASTANO

ET ILS PARTIRENT VERS LA TERRE PROMISE

 

« Du temps de la France, l’Algérie c’était le paradis ! »

 (HOCINE AIT AHMED, chef historique du F.L.N algérien)

 

image0011

 

La question de la mémoire entre la France et l’Algérie demeure toujours, plus d’un demi-siècle après l’indépendance, un problème récurrent savamment entretenu par les chefs d’état de ces deux nations…

Les trois derniers présidents français ont pointé, chacun à leur manière, la responsabilité française dans la guerre et la colonisation, dénonçant tour à tour, une France qui « manquait à ses valeurs universelles » pour François Hollande, et un système colonial « profondément injuste », pour son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

Le 15 février 2017, à Alger, le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, choisit de condamner la colonisation française en Algérie en ces termes : « C’est un crime, un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes. »

 La France avait donc commis un « crime contre l’humanité » lorsque, en 1830, elle avait abordé les côtes algériennes dans le but essentiel de mettre fin à la terreur barbaresque en Méditerranée, libérer les esclaves chrétiens et éradiquer la traite des blanches liée à la culture du harem… Et il aurait fallu « présenter nos excuses » à l’égard de ceux qui pillaient, rançonnaient, massacraient et réduisaient en esclavage (principalement) la chrétienté ?…

382762

Si Monsieur Macron avait pris la peine de s’informer sur les raisons réelles de cette expédition, il aurait appris qu’à cette époque, l’Algérie n’était pas un territoire indépendant mais une possession turque. Elle ne constituait pas un Etat, encore moins une nation. Elle n’avait pas de frontières. Elle constituait une mosaïque de tribus qu’aucun lien, sauf le religieux, n’unissait entre elles… et encore seulement d’une façon très fragmentaire.

La mission remplie, qu’allait-on désormais bien pouvoir faire de ce pays libéré de la tutelle turque ?

Si la France abandonnait le terrain, tout donnait à penser que d’autres Etats lui succéderaient, particulièrement l’Espagne et l’Angleterre. A quoi auraient donc servi tant d’efforts ? De sacrifices humains ? D’argent dépensé ?...

Alors, la conquête du pays fut décidée et avec elle, l’envoi des premiers colons

En 1848, après les sanglantes journées de juin, le gouvernement français choisit de faire de l’Algérie un lieu de déportations et c’est pour éviter une nouvelle révolution que, le 19 septembre 1848, l’Assemblée Nationale vota 50 millions pour la création de 42 « colonies de peuplement » ou « centres agricoles » pour établir 13500 « colons » français dans le but « d’occuper » ces Parisiens jeûneurs malgré eux et qu’on devinait prêts à se faire turbulents.

Les premiers déportés furent les « communalistes », qui devaient être rejoints en 1852 par ceux qui avaient osé répondre « NON » au plébiscite, puis par les Alsaciens-lorrains de 1870. Que savaient les uns et les autres de l’Afrique ? Pas grand-chose… si ce n’était que le pays était chaud, où les soldats enjuponnés de rouge qu’on appelait zouaves se battaient six jours sur sept contre les « Mahoms » dont le péché mignon était de couper la  tête aux chrétiens, et que certains civils, dont on avait dit qu’ils étaient allés chercher fortune par là-bas, n’étaient plus reparus.

Ils retrouvèrent sur place ceux qui, depuis une dizaine d’années déjà, pataugeaient dans les boues des marécages infestés de miasmes, rongés par le paludisme et la malaria, la cervelle à moitié cuite sous l’aveuglant et lourd glissement du sirocco et qui étaient partis vers l’Afrique, comme on se met en marche vers la terre promise…            

On avait promis à ces malheureux des merveilles… ils découvrirent un désert, une lande hérissée de broussailles au bord d’un marais pestilentiel où pullulaient les moustiques. Mais ils ne pouvaient pas repartir ! Ils étaient pris au piège de leur propre rêve, prisonniers de l’Afrique… et déjà promis à la malédiction qui allait s’abattre sur elle…

Dans un pays où certaines régions de colonisation étaient en majeure partie des marécages, le paludisme faisait des ravages effrayants. En 1841, dans son étude « Solution de la question d’Algérie », le général Duvivier écrivait : « Les plaines telles celles de la Mitidja, de Bône et tant d’autres ne sont que des foyers de maladies et de mort. Les assainir, on n’y parviendra jamais… Les plaines pour les Européens, sont et seront toujours longtemps de vastes tombeaux. Qu’on abandonne ces fétides fosses ! ».

Vastes tombeaux ! Fétides fosses ! Quel programme engageant ! Et le général Berthezène d’affirmer, menaçant : « La Mitidja n’est qu’un immense cloaque. Elle sera le tombeau de tous ceux qui oseront l’exploiter ! ». 

Pourtant, quelques années plus tard, à force de courage, de patience, de persévérance, d’abnégation, mais aussi de privations, de souffrance, de misère et de centaines de morts usés à la tâche, la Mitidja, « ce marais pestilentiel », devint la perle et la plus riche contrée agricole de l’Algérie : « la première victoire de la quinine », « la plus belle réalisation du génie colonisateur de la France », « l’émeraude pêchée dans la vase », écrira le colonel Trumelet.

Typhus, choléra frappèrent inexorablement. Bugeaud, rentré en France, mourra du choléra en 1849. Dans les Centres de colonisation, où l’hygiène était rudimentaire, ce mal surtout faisait des ravages terribles. Des villages entiers furent décimés.

Chacun était désormais lié au sol, au ciel, aux périls de toujours et devait se défendre, à la fois, contre les éléments et les bandes armées qui parcouraient le pays. Elles le ravageaient au jour le jour, sans plan arrêté. L’insécurité régnait partout. Les cavaliers en burnous, les yatagans, les Hadjouths et les pillards se chargeaient de trancher les gorges et d’enlever les femmes pendant que les hommes tentaient de maîtriser les meules de fourrage en proie aux flammes, produit de leur labeur de forçat.

ba00d0e325d0cb2033b5b282e23fdcee

Dans les cimetières, les rangées s’ajoutaient aux rangées où s’affirmait ainsi le commencement d’un peuple. L’Afrique devenait une « terre à sépultures »…

Rien de ce qu’ils avaient rêvé ne s’était  accompli comme ils l’avaient espéré. Tout s’était passé autrement, avec plus de dureté et de cruauté, mais à force d’énergie à travers les échecs, les souffrances, les malheurs, à force de volonté, de patience et de génie, ils avaient donné un sens à ce que le destin et l’Histoire leur avaient confié.

Alors arrivèrent pour essayer de vivre à côté de ces Français têtus, des frères latins, tout aussi miséreux : Espagnols, Italiens, Maltais, Génois, Siciliens… Un point commun les unissait : l’extrême misère ! L’Algérie –leur avait-on déclaré- c’était l’eldorado ! Et puis, ce pays était plus proche de l’Europe que la Californie…

Comme il y eut un rêve américain après la seconde guerre mondiale, il y eut à partir de 1840, un rêve algérien…

« Français de France », les fils de cette France qui les avait exilés protestèrent contre l’intrusion de ces nouveaux défricheurs :

« Ne sommes-nous pas capables d’arriver nous-mêmes à nos fins ? Ne l’avons-nous pas suffisamment prouvé ? »

La mère-patrie leur répondit doucement :

« Ces étrangers sont là pour vous aider dans votre tâche. Ils auront des terres qui auraient fini par vous tuer. Ils réussiront à n’y pas mourir, habitués qu’ils sont déjà à la grande misère, à l’extrême fatigue. Ne les renvoyez pas ! Accueillez-les au contraire en associés ».

Tous, étaient des déportés de la politique et de la misère, des réfractaires, des exilés, mais ils portaient en eux ce germe qui s’appelle l’audace et que leurs parents demeurés dans les vieux pays d’Europe allaient inexorablement laisser mourir comme des semailles gelées.

Ensemble ils édifièrent cette Afrique latine qui, en bonne justice, se fondit, s’harmonisa en une seconde France. C’est ainsi que la grande famille européenne se forma et à côté d’elle, la famille musulmane commença à concevoir que ces roumis n’étaient –tout compte fait- ni des adversaires, ni des parasites, et que par conséquent il n’était nul besoin de leur couper la tête… Elle se risqua, se rapprocha, écouta, puis accepta l’invitation à l’initiation.

Les étrangers poussaient la charrue un peu plus loin que les Français. Les Arabes consentaient à venir à la rescousse de l’effort des uns et des autres. L’Afrique du Nord toute entière devenait un musée ethnographique où allaient commencer à se désintégrer dans le silence baignant des paysages vitrifiés, les débris de toutes les races du monde méditerranéen donnant naissance à une nouvelle race : Les Pieds-Noirs.

La foi, l’amour, la bonne volonté, la ténacité, les sacrifices, la confiance, les chagrins n’avaient pas manqué. Et tout cela, avec les morts et avec les vivants, avec ceux qui creusaient, ceux qui labouraient, ceux qui conseillaient, tout cela, ensemble, avait contribué à écrire l’histoire de l’Afrique du Nord.

Ils fondèrent une colonie à l’image de la France, offrirent aux indigènes les premiers enseignements de notre culture, débrouillèrent à notre intention l’écheveau des connaissances locales indispensables. Puis, satisfaits de leur effort, ils demandèrent à cette terre qu’ils avaient prise de les accueillir dans son sein pour l’éternité et ils s’éteignirent, loin des doux réconforts de la mère patrie.

La France, du reste, n’avait pas attendu leur décès pour les rayer du nombre de ses enfants. Dès leur départ, souvent définitif, elle avait considéré comme perdus ceux qui allaient porter au loin son renom et son drapeau. Elle avait revu sans gratitude ceux d’entre eux qui revenaient lui consacrer leur vieillesse, alors que d’autres ne purent même pas atteindre le port et succombèrent en mer.

C’est ainsi que naquit, grandit puis se dissipa dans des vapeurs de sang, de larmes et de passions, un miroir épique vers quoi des millions d’hommes et de femmes marchèrent en portant les douleurs et les enchantements de l’amour.

Si les pierres de gloire ne gardent pas leurs noms, si leur sacrifice est demeuré anonyme, nous n’en devons que davantage apporter l’hommage de notre piété reconnaissante à ces rudes artisans de la plus splendide entreprise française qui ait jamais été tentée.

En deux siècles, sous deux Empires et quatre Républiques, ces hommes allaient servir dans les Armées françaises. Officiers ou simples soldats, la plupart du temps, volontaires, ils allaient être de tous les combats mais aussi de toutes les tâches quotidiennes, même les plus modestes. Pour les morts et pour les blessures du corps et de l’âme, la France leur décerna des croix… puis elle les combattit, les chassa de cette terre ingrate qu’ils avaient arrosée de leur sueur et de leur sang, et les effaça de sa mémoire.

En politique, c’est peut-être la foi qui sauve, mais ce sont les œuvres qui comptent. C’est par ses œuvres que l’Algérie, fille de la force française, a montré au monde qu’elle n’a pas démérité des magnifiques énergies qui se sont, aux temps héroïques, inclinées sur son berceau. Ce rêve de misère ensoleillé dura 132 ans et il durerait encore si les Forces du Mal n’avaient pas en ce monde souvent l’avantage sur les apôtres du bien.

José CASTANO

carte-algerie

 

 

***********************************************************************

Histoire de la France encore Française mais jusqu'à quand ?

Et si les Toussaints rouges se banalisaient ?

SOURCE  : Publié le 5 novembre 2019 - par  


Les ignobles exactions de la Toussaint Rouge marquèrent, le 1er novembre 1954, le début de huit ans de guerre sans merci. Soixante-cinq ans après, l’histoire semble convoquer les mêmes forces.

https://resistancerepublicaine.com/2019/10/31/obeissez-a-castaner-surveillez-des-fois-que-daucuns-veuillent-refaire-la-toussaint-rouge-algerie-1954/

Les buts de guerre du FNL étaient clairs : chasser les Français de l’Algérie, reprendre ce qui avait été « perdu » lors de la conquête de 1830, et prendre ce qui aura été laissé par « l’occupant ».

Et comme certains historiens, comme Pierre Maillot l’ont timidement souligné, l’Islam fut le ciment de la reconquête. Le projet de la future Algérie s’en trouvait scellé. Il était en opposition totale avec la vision coloniale du « vivre-ensemble » au sein d’une société multiculturelle et multi-religieuse qui commençait à faire ses preuves, notamment dans les grandes villes comme Oran ou Alger.

Beaucoup d’intellectuels marxistes se sont laissé attendrir par ce qu’ils voyaient comme une simple lutte de « libération ». Ils n’ont pas vu que le multiculturalisme était une conception occidentale qui n’était en rien partagée par les autochtones, en dépit des beaux discours des insurgés destinés à rassurer et endormir l’intelligentsia coloniale. C’est le mythe de « l’Algérie démocratique et populaire » qui permettait d’attraire la sympathie des grandes puissances, trop contentes d’assister au démantèlement de l’Empire français.

La violence de la guerre d’Algérie et son échec a été grandement facilitée par une fracture au sein de la société française, qui a rendu difficile la lutte contre le terrorisme et le retour à la paix. Les collabos du FLN avaient leurs soutiens politiques et l’histoire revisitée en a fait des héros : les Maurice Audin, les Sartre, Francis Jeanson, Henri Curiel, Henri Alleg pour ne citer qu’eux… Leur credo : les droits de l’homme, une société sans classe, la revanche du dominé sur le dominant. De belles idées bien loin du réel.

Certes, la République avait encore des progrès à faire dans sa colonie de peuplement. La pauvreté y était encore importante dans les années 50, aggravée par la sous-représentation des populations arabo-berbères dans les rouages des administrations locales provoquant un ressentiment légitime parmi les élites indigènes.

Mais deux remarques doivent tempérer ce constat : en France, la reconstruction était loin d’être terminée. Les tickets de rationnement alimentaires n’ont cessé qu’en 1949. L’argent manquait. L’investissement massif dans les colonies n’était matériellement pas possible. Ensuite, les inégalités pouvaient elles perdurer ? Non car les « valeurs de la République » et notamment le principe d’égalité, ne pouvait à terme que favoriser l’ascenseur social et la participation au pouvoir de toutes les populations locales. L’égalité des chances était en route. Certes, la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, selon la formule consacrée, ne pouvait que mener à l’indépendance à long terme, mais pas à l’épuration ethnique. C’est pourtant bien ce qui s’est passé en 1962.

Les marxistes s’imaginaient que la victoire du FLN installerait une société sans classe et que l’étatisation des moyens de production apporterait la prospérité. Pourtant, cela ne s’était jamais vu nulle part ! Ils ont perdu de vue que sous couvert de décolonisation, l’Islam conquérant n’avait pour seul but que de reprendre le contrôle de l’Afrique du Nord et d’en chasser « les infidèles ».

Le logiciel a bien fonctionné : les « Français d’Algérie », souvent des rescapés de la Commune de Paris ou de l’Alsace-Lorraine devenue allemande, votaient plutôt à gauche. Et bien qu’implantés en Afrique du Nord depuis plusieurs générations, ils n’ont eu d’autres choix que l’exil dans les conditions que l’on connaît. Condamnés à repeupler Sarcelles et les banlieues dites déshéritées, ils n’ont eu droit qu’au silence et à l’ostracisme de leurs concitoyens.

L’abandon de l’Algérie dans les circonstances dramatiques que l’on connaît n’a pas pour autant fait cesser les antagonismes des forces en présence. Par notre imprudence, l’immigration massive a eu pour conséquence de rendre possible la suite du programme, c’est-à-dire la reprise de la conquête de l’Occident interrompue à Poitiers puis à Vienne, non de manière frontale, mais programmée dans le temps. L’incitation au refus de l’intégration, à l’affirmation identitaire par des marqueurs culturels et religieux, au repli communautaire, les revendications revanchardes, le harcèlement des institutions, la promotion de la culture victimaire se sont mises en route. Le tout dans le but de créer des poches de résistance, futures zones d’autonomie, dont sont progressivement chassés les « Français de souche ».

Et les nouveaux collabos semblent bien faire preuve de la même naïveté que leurs aînés des années 50. Ignorant l’histoire, ils se fourvoient dans une repentance qui leur assure une bonne conscience intellectuelle. C’est le « camp du Bien » ! Macron, par ses déclarations aussi stupides que malvenues, en est l’incarnation la plus frappante. Ils s’imaginent que la discrimination positive, l’achat de la paix sociale apporteront un apaisement, une rentrée dans le rang, ce en quoi ils se trompent. Les réformes en Algérie de 1945 à 1962, le plan de Constantine, n’ont pas infléchi le cours de l’histoire au grand désespoir des gouverneurs de l’Algérie. L’Islam n’est pour eux qu’une saveur, une particularité culturelle se traduisant notamment par des choix vestimentaires respectables, au nom de la liberté individuelle. Ils ignorent que les sociétés multireligieuses ne sont guère compatibles avec la démocratie parlementaire et ne peuvent perdurer qu’en présence d’un État fort.

https://www.cairn.info/revue-histoire-de-la-justice-2005-1-page-93.htm#

Pire, leur intellect pollué les conduit à penser que les attentats ne sont que les conséquences des « discriminations » imposées par la société d’accueil.

Les autres, ce sont les patriotes, ceux qui ont compris que les fondements mêmes de notre civilisation étaient menacés par le programme des islamistes qu’il est facile de consulter sur internet. Il suffit de lire les conclusions de la Conférence des États islamique du sommet de Doha de novembre 2000.

Mener le Djihad sur le sol européen n’est pas une tentation nouvelle. Le FLN avait déjà réussi à déplacer la lutte sur le sol français en multipliant les assassinats sur les forces de l’ordre et en éliminant les frères de métropole qui refusaient de payer l’impôt « révolutionnaire ».

Le 11 juillet 1995, l’imam de la mosquée de la rue Myrha, menacé par le GIA (groupe islamique armé algérien) était assassiné en raison de son refus d’exporter le Djihad sur le sol français.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Abdelbaki_Sahraoui

Dix ans plus tard, fin octobre 2005, les banlieues sont mises à feu et à sang !
Puis en 2015, des commandos d’Al-Qaïda commettaient les attentats sanglants de Charlie Hebdo, du Bataclan et de la supérette Hyper Cacher de Vincennes. Sans parler d’actes isolés mais non moins sordides, commis sur le sol français au nom d’Allah : attaques gratuites au couteau, voyageurs poussés sous les rames de métro, voitures lancées contre des passants… Sans parler de l’attentat de Nice du 14 juillet 2016. Autant de coups de boutoir destinés à mettre la population en état de choc et à faire plier toujours plus le pouvoir.

Le but est clair : instaurer à terme une république islamique en France, voire en Europe.

https://resistancerepublicaine.com/2019/05/06/strategie-de-soumission-a-lislam-422-imams-marocains-en-europe-durant-ramadan-164-en-france/

Et les moyens font étrangement penser à ceux de la Toussaint Rouge de 1954 : répandre la terreur. La différence c’est qu’à l’époque, l’ennemi (ou l’ami selon les camps !) était clairement identifié. Aujourd’hui, on tente de lui en substituer un autre : les soi-disant nationalistes « de la France rance, de la France du repli sur soi, de la xénophobie, de la peur de l’autre etc.. ». Et le même phénomène s’observe en Allemagne et dans de nombreux pays d’Europe. La bataille des mots fait rage, mais l’épouvantail de l’islamophobie brandie par les gauchistes commence à battre de l’aile…

Halloween a fourni le prétexte à une véritable Toussaint Rouge : l’incendie d’un cirque à Chanteloup-les-Vignes, des guets-apens par dizaines, des tirs de mortier sur la police, des commissariats attaqués, un collège en flamme à Béziers, un camping incendié à Pau, des églises vandalisées et partout des pompiers pris pour cible. Autant de cibles qui ne sont pas anodines !

Et comme l’écrit l’avocat Thibault de Montbrial : « certains faits qui auraient fait les grands titres il y a vingt ans se commettent aujourd’hui dans l’indifférence générale ».

Hector Poupon

**************************************************************

Posté par POLITIQUE PACA à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2019

MACRON FINIRA-T-IL PAR GAGNER ? SI L'ON CONTINUE COMME CELA C'EST CERTAIN POUR 2022 IL SERA ENCORE LA POUR CINQ LONGUES ANNÉES !

MACRON FINIRA-T-IL PAR GAGNER ?
(Eric de Verdelhan)

EIG5JGnX0AA6dpJ

« La seule chose qui différencie un héros d’un méchant c’est la direction dans laquelle il pointe son arme ».
(Willem Dafoe).


« La droite la plus bête du monde »

Par principe, je n’aime pas taper sur mon camp. Comme Eric Zemmour, Patrick Buisson, Marion Maréchal  (et quelques autres), je prône une union des droites et j’en ai marre de voir « la droite la plus bête du monde » se déchirer en des « chicayas » stériles.

Depuis des années, j’ai fait mienne la tirade de Philippe Malaud – alors président du CNI (1) – « je n’ai pas d’ennemis à droite ». Et pourtant, deux faits récents me donnent envie de pousser un coup-de-gueule contre cette droite, idiote, inconsciente, voire suicidaire, qui fait le jeu de Macron, ce fossoyeur de notre identité nationale (auquel je reconnais pourtant un certain génie).

Avec son « Et en même temps », Macron est en train de réussir là ou Giscard d’Estaing avait échoué : le délitement des partis politiques traditionnels au profit d’un «extrême-centre» favorable à une gouvernance européenne.
Giscard en a rêvé, Macron, lui, va le faire !
Et, avec la complicité (d’une partie) d’une droite qui se dit…nationale. C’est à pleurer !

L’hebdo « Valeurs Actuelles » devient-il macroniste ? 

La première illustration de mon propos, c’est l’interview de l’avorton présidentiel dans  « Valeurs Actuelles ». Quatorze pages – excusez du peu ! – lui sont consacrées: un chef-d’œuvre de servilité journalistique, et ils se sont mis à trois pour disséquer la parole présidentielle.
Bien sûr l’article est ponctué de quelques critiques, juste ce qu’il faut pour ne pas trop déboussoler le lecteur.  

Les journalistes annoncent d’ailleurs la couleur d’emblée : « Ainsi va (notre) relation avec le plus jeune président de la Vème République : différends maintes fois, oppositions parfois, respect quoi qu’il en soit ». On est entre gens mondains et policés : ouf, on respire !  

Durant des années, j’ai été abonné à cet hebdo résolument « de droite » qui savait tirer à boulets rouges sur Hollande. Et puis, j’ai cessé mon abonnement  quand certains de ses chroniqueurs – suppôts d’une droite libérale et d’un capitalisme débridé – ont commencé à trouver moult qualités à ce jeune président si dynamique. Certains ont depuis quitté le navire, mais le mal était  fait.

Les dirigeants de « Valeurs Actuelles » semblent tombés sous le charme du gnome élyséen, comme ce fut le cas, jadis, pour Philippe de Villiers. Macron est, indéniablement, un séducteur mais ses zélateurs sont, incontestablement, des imbéciles, des crétins (ou pire : des « collabos »).

Si « Valeurs Actuelles » doit devenir l’hebdo de la droite-cachemire (qui est finalement assez proche de la gauche-caviar), boycottons-le !

Le fascisme frappe à Bayonne   

L’autre fait divers qui me fait bondir, c’est l’affaire – montée en épingle par les médias à la botte du pouvoir – de l’attentat contre la mosquée de Bayonne.  Les réactions de « Bizounours » ou de faux-culs autour de cette « agression fasciste »  m’insupportent !

Dans le monde des enfants, cet univers – très moral – où les bons triomphent  toujours des méchants, il existe un nombre impressionnant de héros.

Les gamins trop gâtés de la génération post soixante-huitarde, qui s’expriment avec un vocabulaire limité à 50 mots, bêtifient en parlant de  « supers héros dotés de supers pouvoirs ».

Ces personnages, totalement irréels,  ont été créés par les Américains pour faire oublier les héros qu’on admirait jadis. Ceux qui défendaient la veuve et l’orphelin ou leur patrie en danger.  

Dans ma jeunesse, je lisais « le Prince Eric » et « La mort d’Eric » de Serge Dalens (2), ou « L’escadron blanc » de Joseph Peyré.  Et comme, à cette époque, on ne cherchait  pas encore à abrutir (et à abêtir) les masses laborieuses, il s’agissait de véritables livres, pas de bandes dessinées plus ou moins débiles (3).

Superman a été créé en 1933 par Jerry Siegel et Joe Shuster.
Après lui sont arrivés : Spiderman, l’homme araignée, Batman, l’homme chauve-souris, Catwoman, le pendant femelle des précédents (parité oblige !), etc…etc…

Oui mais voilà, dans la vraie vie, les choses se passent différemment.

Notre pauvre pays est dirigé par Mégalo-Man, lequel vit avec une vieille harpie coiffée comme un cocker, Nympho-Man (4) qui aime à déniaiser les puceaux.

Le Sénat, cette chambre de parasites inutiles, est présidé par Eléphant-Man (5), un gros franc-maçon qui défend le port du voile islamique dans l’espace public.

Dans les banlieues de non-droit – où les flics, les pompiers et les femmes seules n’osent plus s’aventurer –  la rue appartient à Musul-Man  qu’on pourrait  comparer à un hibou car il dort le jour, il vole la nuit, et l’un et l’autre sont des espèces protégées.

Musul-Man vit (fort bien) de trafics en tous genres et d’aides diverses qu’on lui alloue généreusement pour s’assurer la paix sociale. Parfois, il endosse le costume de Pyro-Man pour aller foutre le feu à des bagnoles, juste pour s’amuser, ou à un lieu de culte chrétien.

Il incendie ou vandalise, en gros, une église par semaine mais les médias ont reçu pour consigne de n’en point parler, car il ne faudrait pas effrayer le bourgeois, « faire le lit de l’extrême-droite » ou pire, « stigmatiser une communauté » (6).

Musul-Man a tué plus de 260 personnes sur notre sol ces dernières années, souvent de façon atroce comme ce fut le cas pour certaines victimes du Bataclan, pour le Père Hamel, pour le Lt-colonel Beltrame ou, tout récemment, pour quatre policiers parisiens.

La presse qualifie pudiquement de « blessure au cou » ce qu’on n’ose pas appeler « égorgement » : c’est le même rituel odieux que pour le mouton de l’Aïd-el-Kébir ! 

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que, de temps à autres, un Gaulois « pète les plombs ».

Comprenez-moi bien. Je ne saurais  justifier, minimiser  et encore moins excuser l’attaque d’une mosquée, pas plus que d’une synagogue ou d’une église catholique (6). Je trouve d’ailleurs tout à fait logiques les cris d’orfraie de la gauche (si complaisante à l’égard de la montée de l’islam). Ce qui me choque profondément, en revanche, c’est l’attitude de vierge outragée de Marine Le Pen qui voit dans cet attentat « une atteinte aux valeurs qu’elle a toujours défendues ».

Aussitôt après sa patronne, Jordan Bardella – celui qu’on surnomme « Pathé Marconi » (la voix de son Maître) – en a remis une couche, suivi, dans la foulée par Sébastien Chenu, l’inverti qui a remplacé Flo-flo Philippot dans le cœur de Marine. Je suppose que si le forcené de Bayonne avait agi en « tutu » rose (ou sous les couleurs du mouvement LGBT), Sébastien Chenu lui aurait trouvé des circonstances atténuantes.
Les journalistes de « Valeurs Actuelles » – dont j’ai parlé plus haut – traitent le vieil illuminé de « salopard », un qualificatif qu’ils n’utilisent jamais quand Musul-Man donne du couteau, de l’explosif ou de la kalachnikov.

Il est vrai que, pour nous convaincre que ce type est un salopard, on est allé enquêter dans son village et là, ses voisins, le facteur, le (la) maire, bref, tout le monde nous a confirmé que cet individu  – inconnu des services de police et détenteur légal d’armes-à-feu –  était un méchant con, hargneux et mauvais comme une teigne. Il aurait « reçu une formation militaire »  ce qui, dans notre pays, semble être une tare. Mais il n’a pas servi à la Légion étrangère ou chez les paras. Il n’est même pas ancien membre de l’OAS. Je présume que c’est pour ça qu’il a raté son coup !

Décidément les fascistes ne sont plus ce qu’ils étaient : car, aller à visage découvert, dans sa propre voiture et en plein jour, pour tenter – sans y parvenir – de mettre le feu à la porte d’une mosquée, puis s’enfuir en tirant – mal – sur deux Musulmans, c’est d’un amateurisme déconcertant !

Donc  dormez en paix, braves gens ! Les démocrates veillent : le fascisme ne passera pas !           

Et je suis même en mesure de vous prédire la suite de cette affaire :

a)- L’illuminé de Bayonne – qui, à mon humble avis, est fou –  sera déclaré responsable de ses actes, jugé et très sévèrement condamné.

b)- Puisqu’il détenait légalement des armes, on renforcera encore  un peu plus la lutte contre la détention d’armes par des citoyens ordinaires : tireurs, chasseurs, collectionneurs…

c)- Peut-être en profitera-t-on pour dissoudre quelques groupuscules d’extrême-droite ?

d)- Quant à Musul-Man, qui digère mal la mort de son seigneur et maître, le regretté Abou Bakr Al-Baghdadi, il continuera à affûter son couteau en vue de quelques « blessures au cou » de « Kouffars » innocents.

Mais je ne voudrais pas passer pour islamophobe : Dieu (ou Allah) m’en préserve ! A en croire les médias, dans notre pays, l’islam est stigmatisé en permanence.

Et les chiffres parlent d’eux-mêmes :

Actes antireligieux en France, l’an passé, en 2018 :

Actes antichrétiens : …………………………………………………...1.063

Actes antisémites (pourtant une petite communauté) :….………….............................................................541

Actes antimusulmans :…………………………………………………..100

Mais notre société pétocharde préfère se shooter au « Padamalgam » qui est une drogue douce – en vente libre –  qui autorise  toutes les lâchetés, et adopter la politique de l’autruche : la tête dans le sable et le cul à l’air…

Bon, il va sans dire que mes propos sont à prendre au second degré

Quoique…

Eric de Verdelhan
4 novembre 2019

1)- Centre National des Indépendants.

2)- Nom de plume du magistrat Yves de Verdilhac.

3)- Ceci mérite d’être nuancé car j’aime beaucoup les albums de Tintin, Astérix et Lucky Luke, mais c’est à peu près tout.

4)- Je sais, on devrait dire « NymphoWoman » mais la théorie du genre m’interdit de « sexuer » les personnages : chacun a le droit de choisir son sexe après tout !

5)- Egalement connu sous le nom de Gérard Larché ou « Gros Gégé » pour les intimes.

6)- A l’heure où j’écris ces lignes, un cimetière chrétien a été profané près de chez moi, à Cognac. Qui en parle en dehors d’un bref entrefilet dans « Sud-Ouest » ? Personne, ou presque.

***********************************************************************

01 novembre 2019

LA SAGA DU TRAMWAY NIÇOIS ... DES MILLIARDS A PAYER PAR LES CONTRIBUABLES NIÇOIS... LA VILLE DE NICE S'ENFONCE DANS LA DETTE !

LA SAGA DE LA LIGNE 2 DU TRAMWAY DE NICE AVEC SON MAIRE CHRISTIAN ESTROSI

OU UN TRAMWAY AMPHIBIE SUR LA LIGNE T2

 

https://www.facebook.com/656288361098111/posts/2653562771370650/?sfnsn=mo&d=n&vh=e

I7jhlVqKVSZb01Ql

 

 

1:20

IMG_20191031_165612

IMG_20191031_165200

IMG_20191031_165607

IMG_20191031_165508

 

 

***********************************************************************

D-JspW4XsAAovBE

Ligne 2 du tram' niçois : 7 ans plus tard, 700 millions plus cher et un parcours amphibie et sous-marin !

 

       

Ligne 2 du tram' niçois : 7 ans plus tard, 700 millions plus cher

[Communiqué du 29 juin 2019 du Rassemblement National ]

unnamed

Christian Estrosi a inauguré hier vendredi 28 juin 2019 l'arrivée de la ligne 2 du tramway jusqu'à la station Jean Médecin, continuant sur sa lancée des inaugurations par tronçons qui lui permettent d'intenses séquences de communication. Dont le coût vient se rajouter à celui, pharamineux, du tram' enterré...

Ayant grandi aux Moulins, je suis bien placé pour savoir l'impérieuse nécessité de relier les quartiers Ouest de la ville au centre. Mais il est aussi de mon devoir de rappeler que tout aurait pu être fait autrement, et que nous aurions pu - et même aurions dû ! - avoir cette ligne 2 bien plus tôt, pour bien moins cher.

En effet, si Jacques Peyrat avait été réélu, ou si Christian Estrosi avait mis en œuvre le projet préparé par son prédécesseur - lequel avait reçu l'assentiment des Niçois via une enquête publique - nous aurions pu avoir cette ligne Ouest au plus tard en 2012. Le trajet en site propre des bus était même déjà partiellement aménagé pour accueillir les rails.

En plus d'une mise en place rapide, le "tracé Peyrat" aurait été mis en service pour moins de 300 millions d'euros.

Mais Christian Estrosi devait avoir SON tram', et après le rejet retentissant (heureusement...) de son projet sur la Promenade, c'est donc le tramway enterré qui aura pris le relais, creusant à la fois le tunnel et les finances de la Ville et de la Métropole pour un coût final avoisinant le milliard d'euros. Et le voici livré 7 ans plus tard, pour 700 millions de plus !

Le sectarisme de Christian Estrosi, qui ne voulait surtout pas mettre en œuvre un projet initié par Jacques Peyrat, et sa mégalomanie, auront fait perdre énormément de temps et d'argent à notre ville.

 

Philippe Vardon

Candidat à la mairie de Nice

Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Membre du Bureau national du RN

nice-inauguration-d-15249193

 **********************************************************************

Le mot de Gérard DIACONESCO 

Cette saga sur la construction de la ligne 2 du tramway "Estrosien" aura fait couler bien d'eau sous les ponts du Paillon, avec ses multiples rebondissements, ses différents recours en Justice entrepris dès le début du projet de la Mairie d' ESTROSI par une opposition toute confondue et réunie contre les différents tracés prévus par la nouvelle majorité communale en 2008 ( passage sur la mythique Promenade des Anglais, passage en souterrain par un long tunnel de métro de 3,5 kms dans les entrailles de notre bonne ville de Nice, opposition de la part de nombreux comités de quartiers et de commerçants hostiles eux aussi à son passage soit en surface ou en souterrain ! ).

 

110254339

 

La construction de la ligne 1 du tramway "Peyratiste" avait été elle aussi en tâchée de nombreuses polémiques, d'obstructions et de procès de toutes sortes entrepris par l'opposition d'alors de la Gauche réunie, mais le maire Jacques PEYRAT (1995-2008 ) avait quant à lui bien ficelé son dossier en faisant ressortir qu'avant de faire rouler son tramway sur la ligne 1 il était indispensable de refaire toutes les canalisations en sou-sol d'eaux pluviales et d'égouts de la ville de Nice, celles-ci ayant déjà plus d'un siècle d'existance, ce qui fit prolonger les travaux jusqu'en 2007 lors de sa mise en route, le pari de maître Jacques PEYRAT était dès lors gagné mais ce qui ne l'empêchera pas d'être battu à la Mairie par Christian ESTROSI l'année suivante en 2008.

En ce qui concerne la nouvelle ligne 2 du tramway niçois dont les études et la conception des travaux remontent dèjà à 2008 dès l'arrivée aux affaires de la ville de Nice avec la nouvelle équipe municipale de Christian ESTROSI, il est certain qu'il ce sera passé près de 10 ans avant que la première rame ne roule enfin d'Ouest en Est en étant encore optimiste surtout sur la bonne fin des travaux du tunnel en souterrain ?

Quand à son coût financier final nul aujourd'hui n'est à même de pouvoir chiffrer par avance son montant définitif  (? ) au vu de toutes les contraintes techniques que vont rencontrer ses différents concepteurs et entrepreneurs d'ici la fin des travaux, espérons que cela ne devienne pas "le tonneau des Danaïdes" que l'on remplit sans fin pour les niçois ?

Gérard Diaconesco

110263115

Inauguration en 2007 de la ligne T1 du Tramway niçois de la mandature Jacques Peyrat :

http://diaconescotv.canalblog.com/archives/2015/09/01/32566850.html 

Photo Presse signée Gérard Diaconesco - C. COPYRIGHTS ALL RIGHTS - NICE - 2007 -

 

RAPPEL : TOUT SUR LES TRAVAUX DU TRAMWAY DE LA LIGNE 2 DU MAIRE DE NICE CHRISTIAN ESTROSI

 

  • Les travaux ligne T2 du <b>tramway</b> niçois en surface et en souterrain seront-ils définitivement finis cette fin de décennie 2020 ?
    Les travaux ligne T2 du tramway niçois en surface et en souterrain seront-ils définitivement finis cette fin de décennie 2020 ?
    il y a 617 jours par POLITIQUE PACA | Politique
    | 1 commentaire(s) »
    ...'un tramway souterrain à Nice. 4:13 Nice tramway ligne 2... la ligne 2 du tramway Ville de Nice - Nice.fr tv il y... travaux du tramway de Nice - Eté 2016 (juillet & août) Tramway Nice il y....04.2016 - Nice La ligne 2 du tramway de Nice, appelée ...
    politiquepaca.canalblog.com
  • LES PROBLEMES TECHNIQUES SUR LES TRAVAUX DU <b>TRAMWAY</b> NICOIS LIGNE T2 POUR LE PERCEMENT DE SON TUNNEL SOUS LA VILLE DE <b>NICE</b>
    LES PROBLEMES TECHNIQUES SUR LES TRAVAUX DU TRAMWAY NICOIS LIGNE T2 POUR LE PERCEMENT DE SON TUNNEL SOUS LA VILLE DENICE
    il y a 628 jours par POLITIQUE PACA | Politique
    LE TRAMWAY DE NICE LETTRE OUVERTE AU PREFET DES ... PREFET DES ALPES-MARITIMES   Nice, le 4 juillet 2017 Monsieur... Grenoble 06286 NICE cedex 3   Objet : Tramway de Nice ligne... de percement du tunnel du tramway de Nice. On peut se réjouir...
    politiquepaca.canalblog.com
  • LE PROFESSEUR GEOLOGUE ERIC GILLI EST CANDIDAT AUX LEGISLATIVES SUR LA 3ème CIRCONSCRIPTION DE <b>NICE</b>
    LE PROFESSEUR GEOLOGUE ERIC GILLI EST CANDIDAT AUX LEGISLATIVES SUR LA 3ème CIRCONSCRIPTION DE NICE
    il y a 753 jours par POLITIQUE PACA | Politique
    | 2 commentaire(s) »
    ... du tramway souterrain de Nice et candidat aux Législatives? SOURCE NICE-MATIN Publié...-eric-gilli-pourfendeur-du-tramway-souterrain-de-nice-et-candidat-aux-legislatives... de la ligne 2 du tramway de Nice, a déposé sa candidature...'annonce d'un tramway en partie souterrain à Nice, le géologue tire...
    politiquepaca.canalblog.com
  • INFOS SUR LA LIGNE T2 DU <b>TRAMWAY</b> DE LA VILLE DE <b>NICE</b> : CATHERINE LE TUNNELIER EST SORTI DE TERRE CE SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017
    INFOS SUR LA LIGNE T2 DU TRAMWAY DE LA VILLE DE NICE : CATHERINE LE TUNNELIER EST SORTI DE TERRE CE SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017
    il y a 600 jours par POLITIQUE PACA | Politique
    LA SAGA DU TRAMWAY LIGNE 2 DE NICE CONTINUE A Nice, la tête... de la ligne 2 du tramway. Les trois points à retenir... de la ligne 2 du tramway. "Le marché des travaux de... mentir sur le coût du tramway qui ne pourra être analysé... 2 et ligne 3 du tramway comme récemment par exemple la...
    politiquepaca.canalblog.com
  • COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'ENTENTE RÉPUBLICAINE
    COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'ENTENTE RÉPUBLICAINE
    il y a 361 jours par POLITIQUE PACA | Politique
    ...;« sa deuxième ligne de tramway », en oubliant un peu... que cette seconde ligne de tramway dite « Ouest – Est ... ans à la Mairie de Nice, Président fondateur de la Communauté... NCA, et initiateur du tramway moderne à Nice, à cette inauguration de...
    politiquepaca.canalblog.com
  • SUR PARIS PREMIÈRE TV DÉBAT AVEC L'INVITE CHRISTIAN ESTROSI QUELLE LIGNE POUR LA DROITE ? POURQUOI LA DROITE PERD LES ELECTIONS?
    SUR PARIS PREMIÈRE TV DÉBAT AVEC L'INVITE CHRISTIAN ESTROSI QUELLE LIGNE POUR LA DROITE ? POURQUOI LA DROITE PERD LES ELECTIONS?
    il y a 616 jours par POLITIQUE PACA | Politique
    ... LA DROITE ?   LIGNE TRAMWAY T2 DE NICE EN SURFACE... C'EST... SUR LA LIGNE T2 DU TRAMWAY DE NICE http://politiquepaca.canalblog.com...
    • LE PROFESSEUR ERIC GILLI EST CANDIDAT AUX LEGISLATIVES SUR LA 3ème CIRCONSCRIPTION DE LA VILLE DE <b>NICE</b>
      LE PROFESSEUR ERIC GILLI EST CANDIDAT AUX LEGISLATIVES SUR LA 3ème CIRCONSCRIPTION DE LA VILLE DE NICE
      il y a 751 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
      ... du tramway souterrain de Nice et candidat aux Législatives?   SOURCE NICE-MATIN...-eric-gilli-pourfendeur-du-tramway-souterrain-de-nice-et-candidat-aux-legislatives... de la ligne 2 du tramway de Nice, a déposé sa candidature...'annonce d'un tramway en partie souterrain à Nice, le géologue tire...
      diaconescotv.canalblog.com
    • DOSSIER COMPLET SUR LA FUTURE LIGNE T2 EN OUEST-EST DU <b>TRAMWAY</b> DE <b>NICE</b> CE MARDI 14 MARS 2017 ... A QUAND LA FIN DES TRAVAUX ?
      DOSSIER COMPLET SUR LA FUTURE LIGNE T2 EN OUEST-EST DUTRAMWAY DE NICE CE MARDI 14 MARS 2017 ... A QUAND LA FIN DES TRAVAUX ?
      il y a 628 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
      ...'un tramway souterrain à Nice. 4:13 Nice tramway ligne 2... la ligne 2 du tramway Ville de Nice - Nice.fr tv il y... travaux du tramway de Nice - Eté 2016 (juillet & août) Tramway Nice il y....04.2016 - Nice La ligne 2 du tramway de Nice, appelée ...
      diaconescotv.canalblog.com
    • RAPPEL : C'ETAIT HIER A <b>NICE</b> L' INAUGURATION DE LA LIGNE 1 DU <b>TRAMWAY</b> NICOIS
      RAPPEL : C'ETAIT HIER A NICE L' INAUGURATION DE LA LIGNE 1 DUTRAMWAY NICOIS
      il y a 1731 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
      ... nos concitoyens niçois, le TRAMWAY DE NICE CIRCULE et roule sur sa... centre opérationnel du Tramway à Las Planas dans Nice-Nord, faisant halte... TRAMWAYNiçois de ce grand projet urbain pour l' Agglomération de Nice... 1 du tramway a coûté à la ville de Nice 4 millions...
      diaconescotv.canalblog.com
    • RAPPEL HISTORIQUE SUR LA NOUVELLE LIGNE 2 DU <b>TRAMWAY</b> NICOIS
      RAPPEL HISTORIQUE SUR LA NOUVELLE LIGNE 2 DU TRAMWAY NICOIS "ESTROSI"
      il y a 1570 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
      ... DE LA DEUXIEME LIGNE DU TRAMWAY DE NICE SUR NOTRE MYTHIQUE PROMENADE... 2 e ligne du nouveau Tramway de Nice sur la Promenade des... de Nice   Monsieur le Maire, Une deuxième ligne de tramway à Nice.... LE MINISTRE MAIRE DE NICE LE TRAMWAY NE PASSERA PAS SUR LA...
      diaconescotv.canalblog.com
    • TRAVAUX DE LA LIGNE T2 DU NOUVEAU <b>TRAMWAY</b> NICE : QUAND CE DERNIER ROULERA-T-IL ?" />
      TRAVAUX DE LA LIGNE T2 DU NOUVEAU TRAMWAY"ESTROSI" A NICE : QUAND CE DERNIER ROULERA-T-IL ?
      il y a 1159 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
      | 1 commentaire(s) »
      ....04.2016 - Nice La ligne 2 du tramway de Nice, appelée ... en site propre du tramway de Nice en cours de..."E Le Port de Nice Ligne 1 tramway       x..."E  Jean Médecin, Nice   Ligne 1 tramway      ...
      diaconescotv.canalblog.com
    • LE <b>TRAMWAY</b> NE PASSERA PAS SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS, LES NICOISES ET LES NICOIS VOUS REMERCIENT MR. LE MINISTRE MAIRE DE <b>NICE</b>
      LE TRAMWAY NE PASSERA PAS SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS, LES NICOISES ET LES NICOIS VOUS REMERCIENT MR. LE MINISTRE MAIRE DE NICE
      il y a 1731 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
      | 1 commentaire(s) »
      ... la future ligne T2 du tramway après plusieurs réunions de concertation...; LE TRAMWAY NE PASSERA PAS SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS A NICE           LE TRAMWAY NE PASSERA PAS SUR LA PROMENADE DES ANGLAIS A NICE LES...
      diaconescotv.canalblog.com
    • MEMOIRE POLITIQUE DE <b>NICE</b> ( 1995-2008 )
      MEMOIRE POLITIQUE DE NICE ( 1995-2008 )
      il y a 1731 jours par DIACONESCO_TV | Commerces et Services
      | 1 commentaire(s) »
      ... MANDAT DANS SA VILLE DE NICE ? Éditorial de Gérard Diaconesco Les... de Rugby; le complexe de Nice Méridia; le Groupe scolaire Moretti... de la ligne T1 du Tramway; la rénovation complètement relookée de... la commune de Nice; le Dépôt du Tramway dans Nice-Nord Le Rouret...
      diaconescotv.canalblog.com
      ****************************************************************
      Communiqué de NICE AU COEUR avec Patrick ALLEMAND 
       
             
       

      GRACE A VOUS, LE TRAM IRA AUSSI A L'ARIANE ET LA TRINITÉ

       

      Chers Arianencs, chers Trinitaires,

      MERCI et BRAVO ! Nous avons gagné !

      Grâce à vous tous, vous citoyens engagés, vous associations, et nous élus de gauche, au terme d'une mobilisation qui aura duré 14 mois, l'Ariane et La Trinité auront aussi le tram !

      Tout a commencé le 5 avril 2018, lors d'un conseil métropolitain, à une question posée par Patrick Allemand concernant l'extension de la ligne 1 jusqu’à l'Ariane, Christian Estrosi répond :

      « Je me contenterai d’apporter une réponse à Patrick Allemand, car il a posé une question très claire sur l’extension de la ligne 1. Je rappelle donc que celle-ci ne se justifie pas. »

      Lire ici l’intégralité des échanges entre Patrick Allemand et Christian Estrosi.

      Le 6 juin 2019, à l’occasion d'une table ronde organisée avec les maires de la vallée du Paillon, Christian Estrosi annonce, devant la presse, que finalement le tram ira à l'Ariane et à la Trinité et annonce, selon ces termes, le projet de tram-train de Pasteur à Drap-Cantaron.

      « Il s’agira d’un train-tram comme il en existe notamment dans l’Est lyonnais. Ce moyen de transport utilisera une nouvelle voie de tramway qui sera construite depuis Pasteur, au plus près du terminus de la ligne 1. Le tracé empruntera ensuite les voies de circulation actuelles pour monter le long de l’Ariane jusqu’au confluent avec Saint-André-de-la-Roche avant de traverser le Paillon vers La Trinité, a annoncé le président de la Métropole Nice Côte d’Azur. Là, il empruntera la ligne SNCF Nice-Breil jusqu’à la gare Drap-Cantaron, où se trouvera un parking relai. Les usagers pourront ensuite emprunter le train SNCF pour monter plus haut dans la vallée. »

      Que s'est il passé entre temps ?

      Quelles ont été les dates clefs qui nous ont conduit à cette victoire ?

      1. Après le Conseil métropolitain, nous avons contesté les chiffres et les affirmations de Christian Estrosi qui considérait ce projet comme non rentable. Avec les élus du groupe, nous l'avons fait sur la base d'un argumentaire précis, technique ne relevant pas d'une démarche de politique politicienne au cours d'une conférence de presse tenue le 12 avril 2018 que vous trouverez sur ce lien : Dossier de presse du 12/04/2018.
      2. Le lancement de la pétition citoyenne est intervenu à l’issue de la réunion publique que nous avions tenue à l’Ariane le 14 juin 2018 et qui avait pour thème : Quels transports publics pour l’Ariane ? Il vous suffit de cliquer sur ce lien pour aller chercher un exemplaire de la pétition.
      3. La première conférence de presse entérinant officiellement la création du collectif pour l'extension de la ligne 1 à l'Ariane s'est tenue le 29 novembre 2018, le collectif ayant commencé à travailler bien avant cette date, dès avril 2018. Lire ici le communiqué de presse du 29/11/2018.
      4. La deuxième grande réunion publique du 25 février 2019 (la première ayant eu lieu le 29 juin 2018) a réuni plus de 160 personnes. Du jamais vu au centre Django Reinhardt à l’Ariane ! A cette occasion, le collectif s'est exprimé et a répondu aux questions des personnes présentes dans la salle dans une véritable démarche citoyenne. Ce fut aussi l'occasion de faire un premier point sur la pétition et d’informer le maire et les citoyens concernés que la mobilisation allait se poursuivre. Vous pouvez lire ici l'article du Nice Matin du 27 février 2019.
      5. Enfin, une dernière action importante avait été organisée : une grande marche inaugurale de la ligne 1 du tramway pour son extension jusqu’à l’Ariane et La Trinité. Cette marche citoyenne se terminait par l'inauguration virtuelle de l'arrêt de tram du jardin Lecuyer. Cette initiative s'est déroulée le 9 mars 2019. Plus de deux cents personnes s'étaient mobilisées formant deux cortèges. Un était parti de la Trinité, l'autre de l'Ariane Sud (devant l’entreprise Lapeyre) pour converger vers cette station de tram fictive, inaugurée symboliquement. En cliquant sur ce lien, vous pourrez consulter l'article de Nice Matin du 10 mars 2019.

      Depuis le 6 juin 2019, c'est un autre défi qui commence.

      Le collectif doit conserver toute sa légitimité pour continuer à faire pression sur le Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, qui, cette fois-ci, s'est engagé devant les maires et la presse afin que ce projet débouche au plus vite.

      Pour conclure, Nice au Cœur et le groupe municipal "Un autre Avenir pour Nice" ont été les initiateurs de ce collectif qui a obtenu cette avancée fondamentale au service de l'Ariane et de La Trinité et au delà de Nice.

      Christian Estrosi n'a jamais été partisan du tram à l'Ariane. S'il s'y résout aujourd'hui, c'est parce les chiffres et les enjeux d'égalité territoriale, d'une part, et votre mobilisation, d'autre part, l'ont conduit à le faire.

      Soyez assurés de notre engagement sans faille à vos côtés et de notre fidélité à la défense de nos idéaux de justice et d'égalité.

       

      Cordialement,

      Patrick ALLEMAND

       
     

Posté par POLITIQUE PACA à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Macron prend acte de la sécession musulmane et de la partition de la France

Macron prend acte de la sécession

 

musulmane et de la partition de la France

 

Publié le 31 octobre 2019 - par - 27 commentaires - 1 208 vues

MacronVA

 « Je vois la France comme un pays archipel. On ne peut pas comprendre notre pays, sa force et parfois ses traumatismes si on n’intègre pas ça. »

Confidences explosives, échec du modèle républicain, crise de l’islam, en 12 pages d’interview exclusive données au magasine VALEURS ACTUELLES, Macron au comble de la confusion et des contradictions de son « en même temps’’ consacre la sécession de la communauté musulmane, l’explosion du pacte républicain et la fin programmée de la Nation.

Totalement désemparé et confus, il nous révèle qu’il voit désormais la France comme l’archipel de communautés séparées décrit par Jérôme Fourquet dans son ouvrage référence : l’archipel français – naissance d’une nation multiple et divisée.

Son plan de vol pour la fin du quinquennat : laisser faire, gérer le point zéro, consacrer la disparition de la Nation et l’éclatement de la République, tout concéder aux musulmans radicaux pour tenter d’éviter le chaos et s’exonérer de toute responsabilité dans l’affrontement qui vient, réprimer les opposants et les résistants avec la violence la plus extrême.

Macron ne fait que constater ce qui est désormais avéré et irréversible.

Nous le savions et nous le disions depuis longtemps, l’islam exclusivement soumis à la loi divine est incompatible avec la République, incompatible avec la modernité, incompatible avec le monde contemporain qui s’est affranchi de la loi de Dieu pour se placer sous celle des hommes.

Avec plus de 11 millions de musulmans sur le sol de France, leur communautarisation s’est définitivement coagulée en un bloc hostile tourné contre le reste du peuple de France et contre ses règles de vie.

Telle est la réalité désormais irréversible que nous avions annoncée depuis longtemps et que Macron, liquidateur de la France, se résout à constater.

Fin du pacte républicain, fin de la République. Retour du tragique.

L’idée de Nation multiple et divisée est radicalement incompatible avec la nature profonde du peuple de France, avec son histoire, avec sa tradition.

Or, l’acceptation de la communautarisation musulmane bouleverse toute la conception contemporaine de la société française fondée sur l’adhésion personnelle, contractuelle et indivisible au pacte républicain.

En actant la communautarisation musulmane, Macron consacre la partition sociale et religieuse du pays et donc, la fin du pacte républicain et celle de la République telle que nous la connaissons.

Or la France est le produit de siècles d’évolutions et de conflits tranchés à coups d’épée.

Comme nous l’avons prédit, la disparition du pacte républicain suite à l’invasion migratoire et à la communautarisation musulmane va rouvrir de manière inéluctable le cycle sanglant et tragique des guerres de religion et des guerres civiles.

Un bouleversement historique majeur, les progressistes privés d’argument.

Macron, et c’est un bien, vient de délivrer le pays de la chimère de l’intégration républicaine pour tous, et de celle du contrat social républicain ouvert à tous sans conditions ; sans parler de la laïcité républicaine qu’il vient de faire voler en éclat.

Après ces déclarations, plus personne ne pourra plus justifier l’immigration par la promesse de l’intégration républicaine. C’est terminé puisque désormais tout nouveau venu pourra directement rejoindre sa communauté dans l’archipel sans avoir à adhérer à la communauté nationale.

Après cette clarification majeure, il ne peut plus y avoir de déni et tout le discours intégrateur de nos adversaires est définitivement périmé. Aucun de leurs arguments ne tient plus.

Comme nous l’avions anticipé depuis longtemps, l’islam a fini par faire exploser la République et la Nation ; ce dont Macron prend acte, puisque de toute manière, à part précipiter le pays dans l’affrontement, il n’y a plus rien d’autre à faire.

La gauche s’étouffe.

En état de dissonance cognitive sous la violence du choc, la gauche s’étouffe. Elle regarde le doigt quand Macron montre la lune. Trop dur pour elle de voir son argumentaire d’intégration républicaine partir à l’eau.

 

macron-dans-valeurs-actuelles-la-gauche-setouffe-112308

 

Consécration du face-à-face. Simplification du débat politique.

Après Hollande et Collomb, le constat que fait Macron consacre le face-à-face de la communauté musulmane avec le reste du peuple de France.

Par conséquent, à partir de maintenant, l’opinion va devoir se déterminer par rapport à cette bipolarisation qui va écraser toute autre considération politique.

Au moins cette simplification devrait permettre une clarification des esprits et des prises de positions.

Les musulmans modérés livrés aux islamistes.

En actant la partition de la communauté musulmane de France, Macron vient de donner un blanc-seing aux radicaux et aux caïds. Les  musulmans modérés qui auraient encore voulu s’intégrer, s’assimiler, bref devenir français comme vous et moi, s’affranchir, vivre en dehors de la soumission stricte à la loi de Dieu, vivre selon la loi des hommes, selon le pacte républicain ; ces musulmans-là vont devoir se soumettre aux radicaux. Ceux qui auraient voulu échapper à leur déterminisme communautaire et religieux vont devoir se soumettre aux durs.

Macron vient de les leur livrer, ainsi que toute la communauté musulmane de France.

Aucun doute que le message sera reçu 5 sur 5 par les radicaux et par les caïds qui vont s’empresser d’exercer la prérogative qui vient de leur être donnée. Toute dissidence sera interdite et chaque musulman devra se soumettre à leur pouvoir.

Dans ces conditions, il faut s’attendre à une radicalisation, ou tout au moins à une solidification en bloc de toute la communauté musulmane derrière les radicaux et sous l’emprise des caïds. On parle de plus de 11 millions d’individus.

Macron ne fera rien pour endiguer l’expansion de l’islam radical.

Compte tenu de la très haute explosivité de la situation, il n’y a strictement aucun espoir que Macron, ni aucun de ses possibles successeurs élus, ne fasse quoi que ce soit pour freiner l’emprise des radicaux musulmans sur leur communauté et leur expansionnisme sur le reste du pays.

En effet, personne dans le personnel politique connu n’assumera d’avoir déclenché la confrontation ni d’avoir fait basculer le pays dans le chaos.

Par conséquent, quels qu’ils soient, les politiques vont continuer de gérer le point zéro à coup d’anesthésiques, de répression des opposants et de concessions honteuses aux musulmans.

La consécration de la sécession de fait est un premier pas absolument majeur et de là, tout le reste, absolument tout le reste, va suivre à très grande allure puisque tous les freins sont débloqués.

Répression ultraviolente promise aux opposants.

Il le dit lui-même dans l’interview, Macron qui se compare à Clemenceau en 1917, n’hésitera pas à réprimer de la manière la plus violente ceux qui voudraient entraver ses plans.

Changement de nature du combat.

Compte tenu de ce bouleversement, et des conditions nouvelles qui nous sont proposées, que veulent dire les mots : élection, élu, légalisme, justice, quand le sommet de l’État a pris acte de la disparition de fait de la République et de la Nation et qu’il annonce vouloir réprimer les opposants et les résistants par l’ultraviolence.

À quoi sert désormais de se livrer à une critique raisonnée de l’islam et de son incompatibilité avec nos mœurs, quand sa partition de fait est consacrée au plus haut sommet de l’État et quand toute latitude est donnée aux radicaux de conditionner leur communauté en vue de l’affrontement final.

En l’absence de solution électorale, les seules questions qui se posent désormais sont les suivantes :

  • Quelle action globale sur le pouvoir central pour, une fois en main des commandes de l’État et de la puissance régalienne, assumer la confrontation guerrière et faire le nécessaire pour reprendre le contrôle du pays et le rétablir dans sa souveraineté contre l’envahisseur ?
  • Quelles thèses d’action pour s’emparer du pouvoir quand dans le chaos final les élites déserteront les palais ?

Après l’éclatement du pacte républicain et celui de la nation, et après le blanc-seing donné à la communauté musulmane de faire sécession et de se préparer à l’affrontement, nous n’avons plus d’autre choix que nous préparer à assumer la confrontation qui va nous être imposée de manière inéluctable.

Martin MOISAN

Emmanuel-Macron

***********************************************************************

PUBLIÉ PAR H16 LE 1er NOVEMBRE 2019

Certes, ces dernières années, le pays a été bousculé par des actes immondes de terrorisme abject. Certes, depuis quelques décennies, le sentiment d’insécurité s’est quelque peu cristallisé pour précipiter en insécurité palpable et quantifiable. Certes. Ce n’est pas une raison pour sombrer dans le pessimisme, et ce, d’autant plus que les élites du pays ont pris la mesure du problème.

À tel point que le Président de la République lui-même est monté au créneau pour bien mettre ses petits poings musclés sur les « i » de « méchanzislamistes » : dans un discours qui – on en est sûr – marquera l’Histoire de la France, Emmanuel Macron a fermement dénoncé l’ « hydre islamiste » que tout le pays va maintenant s’employer à combattre pied-à-pied.

Evidemment, cela ne veut pas sous-entendre qu’avant, la République, ses administrations, sa Justice, ses forces de police et ses importants ministres faisaient du baby-foot en fumant des pétards, mais bien que l’ampleur de la tâche n’a pas échappé à nos dirigeants qui, avec cet affichage clair et ce verbe haut, entendent bien passer à la vitesse supérieure, au cran supérieur de fermeté et tout le tralala.

À présent, fini de rire ! On va s’attaquer à l’hydre et la découper façon puzzle ! Terminé les compromis ! Fini les atermoiements ! Allons Enfants de la Patrie, envoyez les forces spéciales, le Charles-De-Gaulle et BHL ! Chaaaaaargez !

Mais avant ça, on va tout de même prendre quelques mesures indispensables et vigoureuses pour que la Loi, toute la Loi, rien que la Loi soient enfin appliquées en France.

D’abord, on va (enfin !) créer un poste d’officier de liaison LGBT à la Préfecture de Police. Indispensable, surtout en cette période, ce nouveau poste permettra d’orienter et d’accompagner les victimes d’actes LGBTphobes dans leur dépôt de plainte.

Voilà au moins une chose que l’hydre n’aura pas !

Ensuite, on va (enfin !) mobiliser la Gendarmerie pour en finir une fois pour toute avec l’insécurité, le vol, la rapine, voire le braconnage qui gangrène nos forêts, nos bois et nos campagnes : grâce à l’action musclée de nos forces de l’Ordre au plus près des exigences de la population qu’elle sert avec un dévouement jamais démenti (notamment aux abords des radars), d’immondes réseaux de trafics de champignons sont enfin démantelés.

Voilà encore une autre chose dont l’hydre ne pourra pas profiter !

Enfin, toute cette fermeté, tout ce retour à l’Ordre Républicain musclé et tous ces discours ne seraient pas aussi efficaces sans des Lois décisives, une législation adaptée et, véritablement, un agenda législatif finement affûté pour enfin terrasser l’hydre.

C’est ainsi qu’on va (enfin !) mettre en place une taxe sur le Rosé-pamplemousse et les vins aromatisés.

Non seulement l’hydre ne pourra plus se vautrer dans la LGTBphobie sans se prendre des mains courantes dans l’une de ses nombreuses têtes, non seulement l’hydre ne pourra plus manger de petits bolets goûtus, mais en plus, c’en est fini pour l’hydre du petit apéro rosé-pamplemousse.

Vraiment, la guerre est déclarée, et Macron, notre grand président, est indubitablement devenu l’incarnation du Général menant ses troupes vers la victoire.

Cependant, après ces descentes de gendarmerie pour choper des cueilleurs de muguet fou, de ramasseurs de champignons déséquilibrés ou la taxation sévère de ces buveurs de rosé-pamplemousse radicalisés, il existe d’autres missions possibles, d’autres actions envisageables et d’autres domaines où la République pourrait utilement combattre l’hydre.

On sent par exemple confusément que les problèmes d’insécurité et de territoires perdus de la République pourraient avantageusement être compris dans cette lutte contre l’hydre précisément parce que celle-ci se nourrit de la démission complète, lamentable et coûteuse de tout l’appareil d’État dans ces zones.

Pendant que les forces de l’Ordre fondent sur les cueilleurs de champignons dont on se doute qu’ils n’ont pas dû opposer de résistance farouche, les mêmes forces de l’Ordre se dispersent piteusement alors qu’elles subissent de véritables guet-apens dans certaines cités. Embuscades dont le nombre et la violence augmentent chaque jour un peu plus et dont le traitement par les autorités est parfaitement lamentable : comme le rapporte un consternant article de presse, malgré ces embuscades, malgré des blessés dans les rangs de la police, non seulement la force ne reste pas à la Loi qui semble sagement empaquetée dans un papier alu avec les restes du repas du dimanche, mais en plus « aucun individu n’a été interpellé », montrant s’il était nécessaire que la volonté de rétablir l’ordre n’existe que dans les petits coups de menton du gouvernement et dans les discours creux d’un Macron parfaitement inutile.

La République, qui entend pourtant ramener l’ordre bien loin de ses frontières, qui prétend pacifier certaines zones lointaines, est rigoureusement infoutue de seulement garantir que ses forces de police sauront se faire entendre.

Rares sont les pays où l’absence aussi flagrante de tout courage politique aura duré aussi longtemps, des décennies mêmes, au point qu’il est à présent parfaitement inutile de réclamer un retour de l’ordre et de la loi dans certaines zones : des années de laxisme, de compromissions voire de corruption, d’électoralisme gluant, d’abandon complet au prétexte qu’ »après moi le déluge » pour chaque clown adoubé par le suffrage universel, des décennies d’idéologie mortifère où les bourreaux deviennent des victimes et les victimes des pénibleries que le système tente d’oublier aussi vite que possible, tout aura concouru à cette situation.

Le territoire est maintenant morcelé, entre d’un côté, les zones où la maréchaussée peut intervenir de façon musclée pour pruner le père de famille en Doblo qui fait du 83km/h sur une départementale toute droite, ou pour choper sans ménagement des cueilleurs de bolets en bande organisée, et d’un autre côté, les zones où la moindre présence d’une vague autorité (pompiers, ambulances, polices) est immédiatement pilonnée au mortier et où les suites légales sont microscopiques voire nulles.

Seuls les plus naïfs pourraient encore croire au discours « musclé » de Macron qui ne démontre que sa totale incompétence, son courage lilliputien et sa déconnexion décontractée avec la réalité dont, il faut bien le dire, nos élites se foutent complètement.

L’islamisme est apparu, a grandi et s’est développé en France précisément sur cette incompétence, cette absence de courage, cette déconnexion et ce jmenfoutisme total. À présent que les services de l’État lui-même sont gangrenés, que ces dirigeants sentent, confusément, que les cibles se rapprochent dangereusement d’eux-mêmes, on les retrouve, comme des lapins dans des phares de voiture, à constater l’ampleur des dégâts et à bégayer des discours ineptes en zozotant sur l’hydre.

L’État français est foutu.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © H16. Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur (son site).

Posté par POLITIQUE PACA à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2019

Une prophétie vieille de 900 ans affirme que François sera le pape de l’Apocalypse

EST-CE BIENTÔT LA FIN DES TEMPS DE L'HUMANITE ?

lune-moissons-fin-1-660x400

Une prophétie vieille de 900 ans affirme que François sera le pape de l’Apocalypse

27 octobre 2019 Emmanuel

Une prophétie vieille de 900 ans affirme que François sera le pape de l’Apocalypse

La fin du monde avait été annoncée il y a près de 900 ans par un saint irlandais, qui selon certains affirmait qu’il n’y aurait plus qu’un seul pape après Benoît XVI. 

pape-apocalypse

Saint Malachie était l’archevêque d’Armagh, à qui plusieurs miracles ont été attribués au 12ème siècle. En 1139, Malachie se rendit à Rome depuis l’Irlande pour rendre compte de ses affaires. Il aurait eu une vision étrange de l’avenir, notamment des noms de 112 futurs papes. Ses prédictions sont prises au sérieux par de nombreux chrétiens et selon certaines informations : « En 1958, avant le Conclave qui élirait le pape Jean XXIII, le cardinal Spellman de New York aurait loué un bateau, l’avait rempli de moutons et aurait navigué sur le Tibre ».

C’était pour montrer qu’il était « pastor et nautor »,la devise attribuée au prochain pape dans les prophéties.

pape-apocalypse-2

Quant à la prophétie concernant le 111ème pape, le pape Benoît XVI, la prophétie dit de lui « Gloria Olivae », qui signifie « la gloire de l’Olive ».

L’Ordre de Saint Benoît est également connu sous le nom d’Olivetans, ce qui, selon de nombreuses personnes, confirme les prophéties de Malachie.

Cependant, sa prédiction pour le 112ème et actuel pape, François, est beaucoup plus effrayante. 

Il est écrit : « Dans la persécution finale de la Sainte Église romaine, régnera Pierre le Romain, qui nourrira son troupeau au milieu de nombreuses tribulations, après quoi la ville aux sept collines ( ROME ) sera détruite et le terrible juge jugera le peuple. Fin. »

AzfbF4tH

Le père du pape actuel s’appelait Pietro, ou Pierre, et était originaire d’Italie, même si sa famille s’était installée en Argentine.

La prophétie des papes a été publiée pour la première fois par le moine bénédictin Arnold Wion en 1595, attribuant ces prédictions à Malachie.

Compte tenu de la description très précise des papes jusqu’en 1590 environ et du manque de précision des papes qui suivent, les historiens concluent généralement que la prétendue prophétie est une fabrication écrite peu de temps avant sa publication.

Une théorie expliquant la création de la prophétie mise en avant par le prêtre français Louis Moreri au XVIIe siècle est que celle-ci a été diffusée par le cardinal Girolamo Simoncelli à l’appui de sa propre candidature pour devenir pape lors du conclave de 1590 qui visait à remplacer Urbain VII.

Dans la prophétie, le pape suivant Urbain VII reçoit la description « Ex antiquitate Urbis » ou « de la vieille ville », et Simoncelli venait d’Orvieto, qui en latin est nommée Urbevetanum, c’est-à-dire la vieille ville. 

pape-apocalypse-3

Moreri et d’autres ont proposé que la prophétie ait été créée dans une tentative infructueuse de démontrer que Simoncelli était destiné à être pape.

Ce n’est pas le seul texte ancien qui prédirait l’avenir.

Beaucoup ont également affirmé que Nostradamus – un astrologue, médecin et medium français – avait prédit la fin du monde dans son ouvrage « Les Prophéties ».

« Nostradamus Decoded » diffusée sur Science Channel affirme que ce prophète a fait référence à l’Armageddon dans la préface de son célèbre texte.

Source: Express.co.uk, le 22 octobre 2019 – Traduction par Activité Paranormale

 

yaYjKcML

Posté par POLITIQUE PACA à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2019

Communiqué de presse du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes 06

LE CONSEIL DEPARTEMENTAL 06 CHARLES ANGE GINESY

OUTDOOR

FESTIVAL 06

L'EXPERIENCE DES SPORTS DE NATURE MADE IN CÔTE D'AZUR

Un événement inédit dans les Alpes-Maritimes :

Le Festival Outdoor 06, l'expérience ses Sports de nature !

Du 30 avril au 3 mai 2020

Sans-titre-2-1-1200x840

Le Conseil département des Alpes-Maritimes donne rendez-vous en 2020, du 30 avril au 3 mai, pour un tout nouveau festival entièrement dédié aux sports de nature : l’Outdoor Festival 06 !

Un concept unique et original, inédit dans les Alpes-Maritimes Entièrement gratuit et ouvert à tous les publics quel que soit l’âge et le niveau de pratique (sportifs accomplis, familles, seniors actifs, visiteurs…), ce festival propose 4 jours d’activités sur terre, en mer ou dans les airs. Un programme riche et varié, plus de 50 activités offertes, 300 formats, et 150 000 participants attendus.

Les participants au concept de l’Outdoor Festival 06 pourront bénéficier :

1- Des activités basées sur l’expérience plutôt que sur la performance avec des activités proposées pour tous les niveaux de pratiques (Kid’s, famille, Bien-être, découverte, intense et extrême « Outdoor Experience »),

2- Des événements qui célèbrent la richesse de notre patrimoine (« Outdoor Event ») lié aux sports de nature (projections, conférences, expositions, ateliers, spectacles..),

3- Des compétitions jalonneront aussi le Festival où les sportifs de haut niveau pourront se mesurer (Championnat international de slackline « Outdoor Competition »),

4- Le Village du Festival s’installera à Cannes (Bijou plage / Square Verdun), un lieu d’échange, de convivialité et de partage avec tests produits, des projections pleine air et un salon avec 50 exposants équipementiers (« Outdoor Camp »),

5- Les communes et offices de tourisme pourront prendre part à la programmation de l’« Outdoor Off » en proposant des animations, ateliers, sorties sur leur territoire durant les 4 jours du Festival.

Une implication forte du Conseil départemental des Alpes-Maritimes pour les sports de pleine nature  L’Outdoor Festival 06 est le fruit d’un passé riche et singulier, d’un territoire propice à la pratique de sports de pleine nature qui souhaite se tourner résolument vers l’avenir, en étant respectueux d’une pratique authentique, maitrisée et souhaitant partager l’héritage de décennies d’outdoor sur le territoire des AlpesMaritimes. 

Pour Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes : « Nous avons un territoire et un patrimoine d’exception. L’histoire des Alpes-Maritimes nous conduit de la mer à la montagne avec toutes les activités de pleine nature. Nous organisons et bénéficions d’événements sportifs exceptionnels : le marathon, le triathlon, le championnat du monde d’Apnée avec lequel nous avons partagé des images sensationnelles ou encore le Tour de France. Ce festival, en partenariat avec nos amis italiens dans le cadre des programmes ALCOTRA et MITO, permettra de rappeler que le sport est le meilleur ami de l’homme et de la santé : un équilibre entre le physique et le mental, un esprit sain dans un corps sain !

Enfin, ce festival sera vertueux de part la protection de notre environnement et la préservation de notre qualité de vie à travers plusieurs axes : en harmonisant l’événement avec l’environnement, en favorisant le covoiturage pour se rendre sur les différents sites, avec l’objectif « 0 déchet » sur le village, en informant et

sensibilisant le public sur la nature et l’éducation au développement durable comme le fait notre ambassadrice GREEN Deal, Alexia Barrier. »

En effet, fidèle à l’esprit du GREEN Deal pour la transition écologique des Alpes-Maritimes, le Conseil départemental 06 a souhaité placer l’Outdoor Festival 06 sous l’égide du développement durable.

Par ailleurs, à travers l’Outdoor Club 06, des sportifs internationaux et ambassadeurs du Festival apporteront leur expertise sur les disciplines Outdoor et contribueront à la promotion de l’événement.

Maxime MONTAGGIONI (handi snowboard), Guillaume NERY (Apnéiste), Germain GRANGIER (trailer), Loïc BRUNI (Vététiste), Alain BERNARD (ex-nageur), Yves CORDIER (ex-triathlète), Sébastien CAMUS (trailer), François COLEAU (slackliner), Olivier GIORDANENGO (vététiste), Alexia BARRIER (skippeuse), Yohan VIANI (trailer), Gilles FREDIANI (trailer), Stéphane DIAGANA (athlète), Sébastien POESY (trailer), Jerome GILLOUX (vététiste), Kenny MULLER (vététiste), Justine TONSO (skieuse-vététiste).

Rendez-vous le 15 mars 2020 pour le lancement de la programmation !

 

Séverine PIGET
Responsable communication & média
Azur Sport Organisation
T +33(0) 4 92 02 63 98
severine@azur-sport.org

LE CONSEIL DEPARTEMENTAL 06 CHARLES ANGE GINESYLE CONSEIL DEPARTEMENTAL 06 CHARLES ANGE GINESYLE CONSEIL DEPARTEMENTAL 06 CHARLES ANGE GINESY

Posté par POLITIQUE PACA à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2019

GEOPOLITIQUE INTERNATIONALE : LA DOCTRINE TRUMP ...

La doctrine Trump ou comment y voir clair, par Hélios d’Alexandrie

PUBLIÉ PAR HÉLIOS D'ALEXANDRIE LE 21 OCTOBRE 2019

Le conflit armé opposant la Turquie aux kurdes a fait couler un torrent d’encre et provoqué un déluge de commentaires, dont pas un n’a permis au public de comprendre exactement le sens des événements.

Les raisons qui ont conduit l’administration Trump à retirer le contingent de mille soldats déployés dans le Kurdistan syrien, ont été occultées. À la place on a choisi délibérément de parler de mauvais jugement, de coup de tête irréfléchi ou pire encore de trahison.

La cécité volontaire des experts

L’élimination à toutes fins pratiques du califat islamique (DAESH) n’a pas été portée au crédit de Donald Trump. Détail « négligeable » et consciencieusement oublié, nul parmi les pourvoyeurs de nouvelles ne s’est donné la peine de rapporter, qu’en écrasant ledit califat Trump avait encore une fois tenu promesse. Dire que Trump est mal aimé des salles de nouvelles est un euphémisme, exécré ou haï serait plus juste, et cette exécration ou cette haine brouille la vue des journalistes, des analystes et des supposés experts. Il est tout de même triste de constater que ceux dont le code d’éthique impose la neutralité et l’objectivité, n’ont d’autre souci que nous inciter à partager leur haine.

Ceux parmi les « experts » qui ne se laissent pas happer par le courant dominant, mais qui choisissent de critiquer les orientations stratégiques du président américain, sont certes plus crédibles. Sans remettre en question leurs préférences, ils laissent la porte ouverte à la discussion; c’est à tout à leur honneur, cependant leur vision dans le champ de la géopolitique ne tient pas compte des nouvelles réalités. À l’exemple de certains généraux, ils s’acharnent à livrer les batailles du passé.

Le monde n’est plus ce qu’il était

Le monde a changé et le changement se poursuit, tantôt au ralenti et tantôt en accéléré. La chute de l’URSS a produit un monde unipolaire avec, comme unique superpuissance, tant économique que militaire, les États Unis d’Amérique. Mais cette situation n’a pas duré longtemps et il faut porter au crédit de l’Amérique le fait qu’elle ait permis l’émergence de concurrents et le retour de la Russie sur la scène internationale. La mondialisation a été le facteur déterminant dans à peu près tous les changements, dont le plus important est l’émergence de la Chine et la croissance à marche forcée de son économie.

D’autres changements déterminants ont eu lieu, dont la création de l’Union Européenne, l’émergence de nouvelles puissances économiques telles que l’Inde et le Brésil, l’irruption de l’islam en tant qu’idéologie subversive conquérante et sanguinaire, la mutation du marxisme et son incursion dans les champs de la culture et de l’environnement, l’apparition d’une nouvelle idéologie, le mondialisme, hostile aux nations, à leurs frontières, à leur identité, et dont l’alliance avec le marxisme et l’islam vise à saper les fondements des sociétés occidentales.

Les peuples occidentaux ont payé un lourd tribut à la mondialisation: délocalisations, désindustrialisation, baisse des salaires et des pensions, chômage structurel, précarité, marasme des petites villes au profit des grands centres urbains, immigration incontrôlée, choc des cultures, insécurité, terrorisme etc. De plus le marxisme culturel s’est activé à travers le système éducatif et les médias à subvertir la culture et les valeurs traditionnelles, réduisant d’autant la capacité de résistance des sociétés occidentales.

l’Amérique n’a échappé ni aux méfaits de la mondialisation, ni à la nuisance du marxisme culturel. Les attentats islamiques du 11 septembre 2001 l’ont amenée à lutter contre le terrorisme ce qu’elle s’est évertué à faire sans toutefois s’attaquer à l’idéologie islamique qui en est la cause. Il en a résulté une dépense inconsidérée de ressources dans des guerres asymétriques et interminables. L’épuisement qui en a découlé a mis en évidence les limites de la puissance américaine, ainsi que les carences de la stratégie mise en avant durant le quart de siècle qui a suivi la chute de l’URSS.

Une stratégie adaptée aux nouvelles réalités

Bien avant d’être élu, Donald Trump était au fait des difficultés et des défis qu’en tant que prochain président il allait affronter. Remettre en question voire dénoncer les délocalisations, l’immigration illégale et l’interventionnisme armé de ses prédécesseurs, lui a valu l’antipathie voire l’animosité de l’establishment politique et médiatique. Tout en levant le voile sur les erreurs du passé et leurs effets délétères sur la nation, il ne manqua pas de proposer des réformes profondes et des mesures drastiques pour corriger la situation. En politique étrangère une nouvelle stratégie s’imposait, laquelle devait forcément tenir compte des nouvelles réalités. Celles-ci peuvent se résumer comme suit:

1. L’adversaire principal de l’Occident n’est pas la Russie de Poutine, mais la Chine et ses ambitions hégémoniques.

2. Les États-Unis sont à présent le plus grand producteur de pétrole et de gaz naturel au monde. Leur part du marché mondial continuera de progresser, dépassant en termes de croissance celles de tous les autres producteurs réunis. Les prévisions de l’AIE (Agence internationale de l’énergie basée à Paris) concernant la production américaine en 2030 sont de 32 millions de barils de pétrole par jour. Grâce à Trump les États-Unis domineront le marché de l’énergie au cours des prochaines décennies. Nul ne peut ignorer l’impact stratégique de cet état de domination.

3. Les États-Unis sont le principal acteur stratégique dans la région du golfe Persique, où 30% du pétrole mondial est produit et expédié. À partir de leurs bases navales et de leurs porte-avions, ils contrôlent une grande partie de l’approvisionnement en pétrole de la Chine.

4. L’Europe est un géant économique mais un nain stratégique. Elle n’a pas la volonté se doter d’une puissance militaire proportionnelle à sa taille ni de réduire sa dépendance à l’égard des forces armées américaines.

5. Sur la base des mauvaises expériences du passé, les citoyens américains sont plus que réticents à l’idée d’intervenir militairement dans des pays étrangers.

6. Les changements de régime et les tentatives de démocratisation des pays islamiques ont tourné court; les printemps arabes se sont mués en hivers islamiques avec, dans bien des cas, un retour à la dictature. L’islam est maintenant reconnu comme un obstacle majeur à la démocratie, aux droits de l’homme et à la primauté du droit, et cet état de choses ne fera que s’aggraver.

7. La mondialisation se poursuivra mais l’idéologie mondialiste s’essouffle. Le nationalisme gagne du terrain un peu partout: l’Europe de l’Est, la Grèce, l’Italie, l’Autriche, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Russie, le Brésil, l’Inde, les Philippines, le Vietnam, etc.

8. La Russie est un nain économique et un géant nucléaire, mais elle n’a pas l’envergure d’une superpuissance (un seul porte-avions presque en ruine, peu de bases militaires à l’étranger, un nombre limité d’avions modernes et un budget de défense relativement petit). La Russie peut jouer un rôle important en Europe de l’Est, au Moyen-Orient et en Asie centrale, mais pas à l’échelle mondiale. La Russie est aussi un pays chrétien et sa culture n’est pas étrangère à celle de l’Occident.

9. L’Inde est un géant démographique et elle est sur le point de l’être sur le plan économique. Elle devra tôt ou tard faire face au défi d’une Chine hégémonique.

La stratégie américaine est conçue en fonction des réalités nouvelles et émergentes. Les implications sont les suivantes:

1. La priorité pour les États-Unis est de s’attaquer économiquement et stratégiquement au plus grand défi: la Chine.

2. Auto-suffisants et même exportateurs net de pétrole et de gaz, les États-Unis n’ont plus d’intérêts vitaux au Moyen-Orient; mais en tant que superpuissance ils ont un intérêt stratégique majeur dans la protection des flux de pétrole et de gaz naturel liquéfié; qui contrôle le golfe Persique a la haute main sur les affaires mondiales. C’est pourquoi ils se doivent de mettre fin aux ambitions hégémoniques de l’Iran.

3. Les États-Unis doivent se tenir à bonne distance des conflits régionaux qui présentent peu ou pas d’importance stratégique à long terme. Les conflits régionaux dans les pays islamiques sont nombreux, complexes, particulièrement sanglants et interminables, ils doivent donc être évités sauf s’ils menacent directement les intérêts stratégiques des États-Unis.

4. L’Amérique n’a aucun intérêt à maintenir des relations tendues avec la Russie. Concrètement elle partage avec la Russie des objectifs communs, soit la défaite du djihad mondial et l’affaiblissement du mondialisme.

5. La Russie, en tant qu’ancienne superpuissance hégémonique constitue une menace pour l’Europe de l’Est, en particulier les États baltes, la Pologne et l’Ukraine. Le risque de conflit peut être réduit ou éliminé par la dissuasion (bases militaires en Pologne, vente d’armes défensives à l’Ukraine), par les sanctions économiques et par la diplomatie.

6. Poutine comprend que les États-Unis ne constituent pas une menace pour la Russie et Trump sait également que la Russie n’est pas une menace pour les États-Unis. Mais une Chine hégémonique est une menace à long terme, et pour la Russie et pour les États-Unis. Américains et Russes n’ont aucun intérêt à entretenir leurs différends, il est plus logique et profitable pour eux de coopérer, ils doivent par conséquent mettre fin à leur rivalité. Les négociations et la confiance mutuelle entre les dirigeants sont primordiales.

7. L’établissement de bonnes relations et l’intensification de la coopération avec l’Inde contribuent également à faire contrepoids à la Chine.

8. Dans la poursuite de ses intérêts nationaux, les États-Unis doivent prendre en compte les intérêts nationaux d’autres pays, alliés et adversaires. Pour l’Amérique l’objectif n’est pas d’imposer sa volonté, mais de trouver des bases communes et des compromis afin de renforcer la coopération avec ses alliés et prévenir les conflits à long terme avec les adversaires.

9. L’effet de levier qu’accorde la puissance économique constitue l’arme privilégiée en cas de conflit. La force des armes ne doit être utilisée qu’en dernier recours et en cas de légitime défense.

10. La puissance militaire et le pouvoir économique, sont des auxiliaires indispensables à la diplomatie: parlez doucement et tenez un gros bâton.

11. Les États-Unis ne doivent jamais s’engager dans une guerre si la victoire militaire ne peut se traduire par un gain politique décisif.

Tout ce qui précède constitue ce que l’on peut appeler la doctrine Trump laquelle vise à contenir la Chine et à mettre fin à l’expansionnisme de l’Iran. Comme on peut le constater Trump n’est pas isolationniste, il est plutôt réaliste et pragmatique, contrairement à d’autres personnalités politiques américaines, il rejette la logique obsolète de la guerre froide.

Le maître du jeu

Trump résiste avec succès aux pressions; la guerre au Moyen-Orient et dans le Golfe Persique ne lui dit rien qui vaille. Les pressions exercées sur lui proviennent autant de la classe politique à Washington que d’Israël, de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis. Il n’est pas tombé dans le piège turco-kurde et s’est abstenu de bombarder l’Iran en représailles pour son raid sur les installations pétrolières saoudiennes. Il a fait preuve d’astuce, car en retirant les soldats américains de la Syrie, il a forcé les Kurdes à se tourner vers Assad et la Russie. Du coup, le conflit change de visage, il n’oppose plus la Turquie aux seuls Kurdes, mais oppose la Turquie à la Syrie et aux kurdes, soutenus ensemble par la Russie. La tension monte entre la Turquie et la Russie et même entre la Turquie et l’Iran, ce dernier n’est pas heureux de voir les Turcs menacer la Syrie qui à leurs yeux est un satellite. C’est ainsi que l’agression turque contre la Syrie (et pas seulement contre les Kurdes) transforme d’anciens «alliés» (Russie, Turquie et Iran) en rivaux. Les gagnants à ce jeu sont Trump, Poutine et Assad. Trump parce qu’il est parvenu, sans tirer un coup de feu, à disloquer l’alliance Russie-Turquie-Iran, Poutine parce qu’il devient de facto le protecteur de la Syrie et Assad parce qu’il récupère tout le territoire syrien. L’Iran est aux prises avec des sanctions économiques incapacitantes, un Iran affaibli est une bonne nouvelle pour Poutine. Avec le temps, l’Iran continuera à perdre de la force et Trump et Poutine libéreront la Syrie de l’emprise iranienne.

Erdogan apparaît comme le grand perdant de la partie. Ses troupes de choc composées de supplétifs djihadistes se sont heurtées à des combattants kurdes aguerris et bien préparés. La promenade militaire qu’il espérait n’a pas eu lieu, la résistance héroïque des kurdes a arrêté l’avance de l’ennemi et lui a fait même subir des revers. À cette humiliation s’est ajoutée une autre, en décrétant des sanctions économiques contre la Turquie, le président américain l’a contraint à cesser les hostilités et à s’asseoir à la table de négociation. Trump reste le maître du jeu.

L’Iran dans la mire

L’argent est le nerf de la guerre et les mollahs iraniens qui en manquent terriblement poursuivent quand même leur fuite en avant. Ce faisant ils ne parviennent plus à cacher leurs intentions et donnent pleinement raison à Trump et Netanyahu. Il y a cinq ans Obama, dans un marché de dupe monumental, a accordé aux mollahs tout ce dont ils avaient besoin pour réaliser leur projet hégémonique, lequel comprend la satellisation du croissant fertile (Irak et Syrie), la destruction d’Israël, la déstabilisation du Yémen et le contrôle effectif de toute la production pétrolière des pays riverains du Golfe persique.

Mais l’Iran n’a pas que des ambitions régionales et son impérialisme n’est pas que territorial et politique, la dimension religieuse y tient une place de choix. Les mollahs chiites se positionnent comme champions toutes catégories de l’islam; aux musulmans essaimés un peu partout ils veulent prouver qu’eux seuls, animés par une conviction et une volonté inébranlables, sont à même de faire triompher l’islam. Le jihadisme sunnite use de pétards, tandis qu’eux s’emparent de territoires, lancent des missiles et fabriquent l’arme nucléaire. La guerre ne se déroule pas uniquement sur le terrain, mais davantage dans l’esprit et le cœur des musulmans; la dimension prosélyte est indissociable de l’impérialisme iranien.

En se retirant de l’accord sur le nucléaire et en imposant des sanctions étouffantes, Trump a cherché à briser l’élan des mollahs. Mais ces derniers ne l’entendaient pas de cette oreille, plutôt que d’ajuster leur effort de guerre au peu de ressources disponibles, ils ont choisi de brûler la chandelle par les deux bouts, espérant par là frapper un grand coup et tourner la situation à leur avantage. Mais tout ce qu’ils ont entrepris contre Israël a échoué lamentablement, leurs dépôts d’armes et leurs bases de missiles en Syrie et en Irak ont été systématiquement détruits, dans certains cas juste avant le lancement des engins, des centaines de militaires et de techniciens iraniens ont été tués ou blessés lors de ces opérations. À l’entêtement suicidaire des mollahs, les israéliens ont opposé le sang froid du tireur d’élite.

Cherchant à pousser Trump à répliquer par les armes, les mollahs ont multiplié les provocations: sabotage de pétroliers, tirs de missile contre un drone américain et bombardement d’installations pétrolières en Arabie Saoudite. Trump est resté de marbre et n’a pas dévié de son plan initial, celui de laisser les mollahs s’agiter et gaspiller toutes leurs cartouches. La levée des sanctions est conditionnelle à ce qu’ils abandonnent leurs ambitions nucléaires, arrêtent la production de missiles de moyenne et longue portée, retirent leur appui au Hamas et au Hezbollah et renoncent pour de bon à leur projet impérialiste.

L’attitude attentiste adoptée par Trump lui a valu des critiques acerbes: ne pas réagir constitue un encouragement à l’Iran, laisser l’initiative aux mollahs leur permet de poursuivre sans obstacle leur plan. Trump n’a pas bronché sachant que ceux qui le somment d’attaquer l’Iran, seront les premiers à déplorer les victimes de la guerre et à exiger qu’on mette fin aux hostilités. Aux saoudiens qui lui demandaient de réagir, Trump leur a suggéré de le faire eux-mêmes. Aux politiciens américains qui exigeait une réplique militaire, Trump leur a rappelé qu’il est de loin plus facile de déclarer la guerre que d’y mettre fin.

Cependant Trump avait toutes les raisons d’être satisfait de la suite des évènements: le raid destructeur contre les installations pétrolières saoudiennes a apporté la preuve qu’il est possible d’amputer de 50% la production de l’Arabie Saoudite sans provoquer une hausse significative du prix du pétrole. Le fait est qu’il existe à présent une surabondance de pétrole grâce entre autres à l’augmentation continue de la production américaine. Les iraniens croyaient frapper un grand coup et ils y ont largement réussi, mais le résultat final est à leur désavantage. Ils ont apporté la preuve que le pétrole du Golfe Persique, dont le leur fait partie, a perdu de son importance, qu’il est possible d’amputer toute la production de l’Iran et la moitié de celle de l’Arabie sans provoquer de secousses dans l’économie mondiale.

Cet incident conforte Trump dans sa stratégie. L’Angleterre, la France et l’Allemagne ont fini par admettre la responsabilité de l’Iran dans le raid et sa volonté de nuire à l’économie mondiale. Le jusqu’auboutisme des mollahs a été contreproductif, dans la mesure où il a contribué à rapprocher les européens des positions adoptées par les États Unis. Mais l’agression iranienne a du même coup attiré l’attention sur les risques d’une trop grande dépendance au pétrole islamique, les pays industrialisés se trouvent à présent dans l’obligation de diversifier leurs sources d’approvisionnement.

Trump attend patiemment que le fruit mûr tombe de l’arbre. L’étranglement de l’économie iranienne affaiblit la capacité des mollahs de poursuivre la guerre sur plusieurs fronts. Les miliciens du Hezbollah, ceux d’Irak, les combattants houthis et les djihadistes palestiniens, ne risquent pas leur vie uniquement pour la cause d’Allah et les beaux yeux du guide suprême. On constate déjà les effets du manque d’argent, les libanais sont dans la rue et manifestent violemment contre leurs dirigeants, leur économie mise à la disette par les monarchies pétrolières, ne peut plus compter sur la générosité des mollahs, les miliciens du Hezbollah ont de la difficulté à nourrir leur famille, le moral est au plus bas et nul dans les circonstances n’est prêt à se sacrifier pour une cause perdue.

La Syrie réunifiée

En Syrie Assad est hors de danger, il doit son salut principalement à Poutine, mais sans l’Iran et le Hezbollah il n’aurait jamais tenu aussi longtemps. Sa bonne fortune ne l’a pas abandonné et il doit s’estimer heureux que Trump ne soit pas en faveur d’un changement de régime. Dictateur sans scrupules, il doit suivre d’un œil inquiet les évènements au Liban, car il ne sera probablement plus en mesure de compter sur le Hezbollah. Qu’à cela ne tienne, Trump lui tend une perche, les kurdes n’ont d’autre choix que de se joindre à lui et grâce à eux il réalise l’unité territoriale de la Syrie. Mais il lui reste à rebâtir son pays, l’Iran ruiné n’a rien à lui donner, la Russie très peu, les monarchies pétrolières, elles, l’aideraient volontiers s’il laissait tomber l’Iran. Assad est un nationaliste ombrageux, il a une dette de reconnaissance envers les perses, mais pas au point de jouer les satrapes; il sait reconnaître un vaisseau en perdition et n’a aucune envie de sombrer avec lui.

En rendant possible la réunification de la Syrie, Trump a suscité des grincements de dents jusque dans son propre camp. Sa décision est pourtant conforme à la stratégie et à la ligne de conduite qu’il s’est fixées bien avant d’être élu. Dès lors que la création d’un État kurde sur l’ensemble du Kurdistan est exclue, il n’est pas opportun de séparer le territoire kurde syrien de la Syrie. Trump juge que la guerre civile a assez duré et qu’il est temps de mettre fin aux destructions et à l’effusion de sang. Contrairement à la Russie les États Unis n’ont qu’un intérêt stratégique marginal dans le conflit syrien. Après l’annihilation du califat islamique, la présence de soldats américains en Syrie ne présente aucun intérêt.

En conclusion

Ceux qui, par réflexe quasi pavlovien, critiquent Trump à tort et à travers, se condamnent à ne rien comprendre à sa politique extérieure. Tel que mentionné plus haut le président américain est un réaliste pragmatique, l’idéologie et les préjugés ne tiennent aucune place dans ses orientations stratégiques, la réalité seule a droit de cité. Trump joue toujours pour gagner, et dans ce but il met à contribution toute la puissance des États Unis. Cependant, et c’est tout à son honneur, il fait preuve d’une grande retenue quand il s’agit de recourir aux armes.

Fin stratège, il ne cherche jamais à humilier l’adversaire, car pour lui toute confrontation doit se terminer par une entente. S’il a tout fait pour anéantir le califat islamique c’est qu’il a compris que celui-ci représentait le mal absolu.

Le mieux étant l’ennemi du bien, il a écarté l’idée de renverser le régime d’Assad, peut-être a-t-il reconnu dans ce dernier un nationaliste combatif qui aime et protège son pays, un leader qui malgré tout inspire le respect.

Les mollahs d’Iran n’ont pas fini de goûter à la médecine de Trump, leur fanatisme, leur cruauté, et leur désir de domination les condamnent d’avance. Contrairement à Assad, ils n’aiment pas leur pays et encore moins les iraniens, ces derniers ont le droit d’espérer que Trump sorte vainqueur pour qu’ils puissent enfin se libérer de leur joug.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hélios d’Alexandrie pour Dreuz.info.

 

 propos de l’auteur

Articles récents

Posté par POLITIQUE PACA à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]