Toutes les cloches de France sonneront-elles à pleine volée le 11 novembre 2018 comme le jour de la victoire de la France sur l'Allemagne en 1918 ?

 

Le 11 novembre 1918, Jeanne Françoise fut l’une des premières à annoncer la signature de l’armistice. Pas toute jeune, cette Jeanne Françoise : elle avait été baptisée en 1821, sous Louis XVIII. Elle avait donc 97 ans. Jeanne Françoise vivait à Rethondes, dans l’Oise. Elle fut ainsi aux premières loges, ou presque, pour assister, du haut de chez elle, à cet événement qui mettait fin à la Grande Guerre.

Jeanne Françoise était l’une des deux cloches de l’église de Rethondes (on ne se souvient pas du nom de sa collègue de clocher). Car on donne un nom aux cloches. L’usage antique est même de les baptiser. Elles reçoivent parrain et marraine et la cérémonie est inscrite dans les registres paroissiaux. C’est peut-être, du reste, parce qu’elles ont une âme ! Les cloches font entendre, par-delà les âges, celle de la France. Ces deux cloches de Rethondes sonnèrent tant et plus, en ce jour historique, qu’elles rendirent non pas l’âme, mais leur voix, raconte un témoin de l’époque.

Ce même 11 novembre 1918, Jules Pams (1852-1930), ministre de l’Intérieur, télégraphiait aux préfets :

« Pavoisez immédiatement. Faites illuminer ce soir les édifices publics, faites donner de suite les cloches à pleine volée et prenez toute disposition avec les autorités militaires pour que des salves soient tirées afin de porter à la connaissance des populations la signature de l’armistice. »

Les cloches allèrent-elles plus vite que le télégraphe pour propager la nouvelle de village en ville, de modeste campanile roman en imposant clocher gothique – l’histoire ne le dit pas –, mais la grande Histoire a retenu que, ce jour-là, toutes les cloches de France sonnèrent à la volée.

 

NOTRE DAME DE PARIS QUASIMODO

 

En ce 11 novembre 2018, les cloches sonneront-elles le plénum dans toutes les communes de France ? Le 11 septembre dernier, Jean-Jacques Ferrara, député LR de Corse, suggérait cette idée dans une question écrite adressée au ministre de l’Intérieur. À ce jour, il ne semble pas avoir reçu de réponse officielle. Il est vrai que, ces derniers temps, on avait d’autres soucis, place Beauvau ! Cependant, à l’approche de l’échéance, on lit ici et là, notamment dans la presse quotidienne régionale, que de nombreux maires se préparent à faire sonner les cloches des églises de leur commune.

La préfecture d’Indre-et-Loire vient même de demander aux maires de le faire. La préfète précise, d’ailleurs, que l’archevêque de Tours a donné son accord. Accord, au passage, qui n’est pas nécessaire ! En effet, précisons, y compris pour les grincheux d’une laïcité pointilleuse qui pourraient s’offusquer que l’on associe les cloches des églises à cette occasion, que la loi de 1905, décidément pas si mal faite dans une France alors majoritairement catholique, avait tout prévu. Elle stipule ainsi, dans l’un de ses articles, que si les cloches sont affectées « principalement au service du culte », elles peuvent être utilisées pour un « événement majeur ». Si le centenaire de l’armistice de 1918 n’est pas un « événement majeur » ! Ajoutons, pour l’anecdote, que la loi va même jusqu’à préciser qu’« une clef du clocher doit être déposée entre les mains du président ou directeur de l’association cultuelle, une autre entre les mains du maire ».

 

NOTRE DAME DE PARIS

 

À quelques jours de la commémoration centenaire, les maires sont « invités », lit-on ici et là, à faire sonner les cloches le dimanche 11 novembre à 11 heures. Une association de campanistes, le Groupement des installateurs d’horlogerie d’édifices et d’équipements campanaires (GIHEC) en appelle, depuis plusieurs mois, à la mobilisation pour que ce 11 novembre, à 11 heures, les cloches sonnent partout en France pendant 11 minutes. Il s’agit-là d’une belle initiative, mais privée. Gageons que l’État saura donner des ordres aux préfets, qui les répercuteront aux maires, officiers publics. Des ordres aussi clairs que ceux du ministre de 1918.

 

https://www.youtube.com/watch?v=buycLAOUSok

https://www.youtube.com/watch?v=7Ag2JMeiFEQ&list=RD7Ag2JMeiFEQ&start_radio=1&t=28

 

images

 

NOTRE DAME DE PARISNOTRE DAME DE PARISNOTRE DAME DE PARIS

 

***********************************************************************

images 14-18

Commémorations du 11 novembre : la France a capitulé

Quand certains prétendent incarner la République au corps à corps avec la Justice, d’autres s’accordent la responsabilité d’avorter l’Histoire en confiant l’anesthésie au bourreau. Triste héritage.

Cent ans après la signature de l’armistice, la France et l’Allemagne se sont donc mises d’accord : il n’y aura pas de défilé militaire car « le sens de cette commémoration n’est pas de célébrer la victoire de 1918 ». Le blasphème mémoriel est énorme. Mais vous comprendrez sans doute qu’il n’est pas nécessaire de remuer le couteau dans la plaie quand tant d’espoir occulte l’horreur passée : finalement, tout le monde commet des erreurs et c’est en les reniant qu’on les corrige, c’est bien connu… Ainsi s’abat la miséricorde jupitérienne sur l’un des pires massacres de notre ère : négliger pour apaiser. Négliger les 1.397.800 militaires français tués au champ d’honneur. Négliger les 300.000 civils massacrés sur nos terres. Négliger les 4.266.000 blessés de guerre. Une sorte de trahison en bonne et due forme au devoir de mémoire et de reconnaissance qui, au-delà de la Macronie, dans la France réelle, ne passe pas uniquement par la mise en berne des drapeaux français. Et non.

XVM18555220-1fc9-11e5-9624-bd8007307f5e-300x210

Non, Monsieur le Président, la France n’a pas à rougir de sa victoire face à la réconciliation européenne. Elle doit être fière de son histoire, elle doit être fière de se souvenir, elle doit être fière de se célébrer. Non, Monsieur le Président, la France ne doit pas aider l’Allemagne à oublier ses crimes mais à les assumer. Les flirts diplomatiques vous regardent, mais rendez aux Français les honneurs qui leur sont dus et cessez de culbuter le patrimoine : vous cocufiez le peuple ! Non, Monsieur le Président, le maréchal Pétain n’a pas seulement été le traître de 1940. Effacer son nom n’effacera pas l’Histoire. Non, Monsieur le Président, cette commémoration ne vous appartient pas, elle appartient au peuple, à la nation tout entière qui, au lendemain d’une signature mêlée d’encre et de sang, consacra son armée sous l’éternelle égide de la bannière française. Les seules étoiles qui brillaient alors sur fond bleu étaient celles de nos héros, pas celles de l’Europe, de militaires et civils engagés de gré ou de force pour cette paix dont vous semblez ignorer le prix. La France n’a que faire des bougies et des fleurs quand sa mémoire n’est pas respectée et qu’on la mêle à celle d’un pays qui faillit l’évincer.

images GRANDE GUERRE DE 1914-1918

C’en est assez de cette arrogance élyséenne. C’en est assez de cette récupération morale à la défaveur des faits. Et pour enfin saisir les fondements de cette paix qui dépasse prodigieusement l’union sacrée de deux nations, goûtez aux paroles de ceux qui s’engagèrent au front, et empruntez un peu de leur ferveur, de leur courage et de leur humilité.

 

« Tremblez ennemis de la France,
Rois ivres de sang et d’orgueil.
Le Peuple souverain s’avance,
Tyrans descendez au cercueil.
La République nous appelle,
Sachons vaincre ou sachons périr !
Un Français doit vivre pour elle,
Pour elle un Français doit mourir. »

(Le Chant du départ)

LES 8 MARECHAUX DE FRANCE