LES MACRONNADES :

DEMAIN, MACRON REQUISITIONNERA NOS CHAMBRES VIDES POUR Y INSTALLER DES MIGRANTS

Editorial de André GIROD

 

TacheMacron

 

 19 Octobre 2018

L’empereur Macron et ses complices viennent de lancer une opération qui rapidement portera ses fruits : hébergement d’un réfugié.

À l’imitation des dragonnades du 17siècle lorsque, au nom du Roy Louis XIV, René de Marillac lança le programme des hébergements forcés des « Dragons » chez les récalcitrants et ennemis du roi. En 1681, pour convertir les protestants à la religion catholique, faire revenir les brebis égarées au sein de l’Église, les soldats s’installèrent chez l’habitant jusqu’à une conversion complète. En quatre mois, plus de 30 000 protestants renoncèrent à leur religion et se rangèrent du côté royal.

À l’allure des réformes votées et avec l’intention première de plus en plus évidente de Macron 1er de terroriser les Français qui ne sont pas d’accord avec sa politique, une nouvelle ère de terreur est en train de s’instaurer sournoisement dans notre pays.

En ce mercredi 17 octobre, l’amendement 2356 proposé par le député LREM Aurélien Taché (son nom n’éclaircit pas le débat) est voté : un crédit d’impôt (c’est-à-dire une réduction de l’impôt sur le revenu) est accordé à tous ceux qui hébergeraient pour plus d’un an un réfugié, à raison de 5 euros par nuit, soit un maximum de 1 500 euros pas an.

À tous les Français qui auraient une chambre d’ami de libre, il est fortement conseillé de recevoir un Malien ou un Afghan et de l’intégrer à la vie de la famille.

Au début, tout est basé sur le « volontariat », le sens de la solidarité qui pousse les humains à s’entraider. Taché compte sur environ 3 000 familles qui ouvriraient leur porte au malheur de l’émigration. On est encore loin des 30 000 convertis en 4 mois de Louvois.

ob_4ca55b_350px-dragonnades430

Mais il n’y a qu’un petit pas entre le volontariat et la réquisition connue sous la guerre pour loger les soldats allemands. Il suffira d’une petite modification de la loi pour la transformer de crédit d’impôt en une sévère taxation des pièces libres chez l’habitant. Vous avez un appartement de trois chambres, les enfants sont partis et vous aurez à payer un impôt sur l’espace non utilisé de votre logement. Puis on terminera par des « macronnades », l’obligation d’héberger des réfugiés, de les intégrer, de les nourrir. Seuls seront exempts de cette obligation ceux qui, avant les européennes, se seront convertis à la nouvelle religion d’État, le « Macronisme » et auront prêté serment sur l’honneur de voter LREM aux européennes. Là, très vite Aurélien Taché aura ses 30 000 convertis en 4 mois et pourra assurer  à son gourou un pourcentage élevé de députés, de façon à phagocyter l’Europe afin d’en faire un royaume servile au président de la République.

« Il est essentiel pour permettre l’intégration avec les réfugiés, d’organiser leur rencontre avec les Français », répètent les LREM à la ronde. D’essentiel, facile de passer à obligatoire !

Cela rappellera les paroles du duc de Noailles :

« Les conversions à la fin de l’année 1685, ont été si générales et ont marché avec une si grande vitesse que l’on n’en saurait assez remercier Dieu ni songer trop sérieusement aux moyens d’achever entièrement cet ouvrage, en donnant à ces peuples les instructions dont ils ont besoin et qu’ils demandent avec instance. »

ob_07504a_06-514266

Dieu est, à l’heure actuelle, Macron, et les Français souvent ahuris devant un tel personnage ne « demanderont que les instructions dont ils ont besoin avec instance pour terminer l’ouvrage : intégration complète de tous les réfugiés. »

Ce fut le résultat du premier vote présidentiel : il nous fallait un Dieu pour sauver la France et Macron l’emporta haut la main. À présent, et de plus en plus, pour ne pas changer de cap, il imposera via ses vestales et ses larbins à l’Assemblée nationale ses vues sur l’immigration, l’Europe, les inégalités de plus en plus profondes pour relancer l’économie française et faire remonter notre « faible pays » au niveau des grandes puissances.

Malgré les manifestations de plus en plus nombreuses, les blogs qui partagent la colère des retraités, les écrits à l’Élysée, Macron sait très bien pousser à fond les Français vers un asservissement aveugle. Quand Mélenchon pète un plomb comme il l’a fait, c’est la preuve que la politique perverse de Macron fonctionne impeccablement. Il n’est pas près de changer de «  cap » ou d’attitude, puisque tout lui sourit.

C’est en réalité son parcours depuis le lycée : sa prof lui sourit et l’émancipe à 16 ans, la banque Rothschild lui offre un job en or, Hollande va le chercher par la main pour lui donner un poste important, puis ministre des Finances et enfin élu, les doigts dans le nez, par une foule de retraités paumés qui, à présent, n’ont plus que leurs yeux pour pleurer et leur voix pour s’égosiller dans la rue.

Plus d’opposition, complètement ratissée aux élections, plus de personnage politique qui se lèverait contre lui.

Alors, chers amis, pourquoi Macron changerait-il son fusil d’épaule ? Pourquoi ferait-il plier sa courbe politique ? Enfin, pourquoi même vous écouterait-il ?

Une seule arme vous reste entre les mains : le bout de papier que vous mettrez dans l’urne.

Pour être grossier, disons : « Pour le prendre par les prunes, allons aux urnes ! »

André Girod

SOURCE  :

http://sleazy-caricatures.over-blog.com/2018/10/les-macronades.html