Philippe de Villiers espère que Macron saura affronter le Grand Remplacement…

Publié le 12 janvier 2018 - par  
SOURCE :

MacronVilliers

Philippe de VILLIERS le fondateur du PUY DU FOU avec le Président Emmanuel MACRON 

 

Aucun changement notoire dans la ligne éditoriale de BFMTV vulgaire n’a été constaté lors de la venue de Philippe de Villiers, ce jeudi soir, sur le plateau de BFM TV à l’invitation de la pédante Ruth Elkrief.

Comme à son habitude, Ruth Elkrief a montré toute son insignifiance et sa télé-suffisance par ses interruptions répétées de Philippe de Villiers avec des platitudes médiocres et des tentatives de diversion des plus superficielles. Conforme à la médiocratie de la caste politico-médiatique, Ruth Elkrief a voulu se mettre en avant comme toujours par sa futilité au lieu de servir les propos de son invité trop rare.

C’était pourtant la moindre des choses. Par bonheur, valeursactuelles.com nous aide à retrouver le fil.

« Villiers : Immigration et Grand remplacement : « Je suis inquiet pour mon pays« .

« Le fondateur du Puy du Fou, Philippe de Villiers, espère que Macron osera « affronter avec courage la question du Grand remplacement« . Invité sur BFM TV, Philippe de Villiers a répondu aux questions de Ruth Elkrief. Elle l’invite d’abord à réagir (en forme de provocation) à la couverture de l’Obs (de gauche encore plus près du dépôt de bilan) qui présente Macron entouré de barbelés avec ce sous-titre (la fierté de la honte de la gauche bobo) : « Migrants, bienvenue au pays des droits de l’homme ».

« Je suis très inquiet pour mon pays, lui répond Villiers, car les Français vivent dans un sentiment de dépossession de leur territoire, de leur mémoire, de leur histoire et de leur identité« .

« Loin d’être choqué, il adresse une mise en garde au président de la République :

« C’est l’heure de vérité, du destin d’Emmanuel Macron. Ou bien il a rendez-vous avec l’Histoire, ou bien avec les « histrions » (de la honte de la gauche bobo) à la fin de son mandat. Pourquoi ?

« Il faut qu’il ose affronter avec courage, je pèse mes mots, le face à face angoissant de deux populations sur notre territoire. Une de plus en plus nombreuse et jeune, transplantée, et qui là où elle est transplantée voudrait continuer à vivre avec ses racines, son art de vivre, ses croyances, sa civilisation.

« Et une autre population, de moins en moins nombreuse, de plus en plus vieillissante, qui se coupe de ses racines. J’attends de lui qu’il préserve la survie de la France, c’est-à-dire la civilisation de la France« .

« Et d’ajouter, provoquant le malaise de la journaliste (toujours digne de la ligne éditoriale de BFMTV vulgaire) : « Il aura rendez-vous avec l’Histoire s’il affronte la question du Grand remplacement« .

Qui pourrait tirer son épingle du jeu face au président, entre Marine Le Pen ou Laurent Wauquiez ?

Malgré les tentatives de diversion de la pédante Ruth Elkrief, Philippe de Villiers « refuse de revenir dans le jeu politique, mais livre (devant son insistance pour faire le buzz) une sentence sévère à l’encontre des deux dirigeants de partis d’opposition. « Wauquiez me fait penser à un souvenir d’enfance. Quand j’étais petit, il y avait une serre bretonne avec des lampes rougeoyantes et des artichauts qui montaient très haut. Quand on les mangeait, on disait à maman, « ces cœurs d’artichauts sont fades, ils n’ont pas de goût ». (À bon entendeur, salut !) (Moralité : le Politikement Korrekt BFM TV, ça suffit !) Ruth Elkrief a montré ensuite toute son insignifiance et sa télé-suffisance en interrogeant Philippe de Villiers par rapport à Marine Le Pen :

« La dernière fois que je l’ai vue à la télé, elle m’a rappelé une « Une de l’Humanité » (la propagande des communiste est toujours des plus malveillantes) sur Poincaré. Il a le soleil dans les yeux à un enterrement. L’Humanité (de désinformation communiste du PCF) titre : « L’homme qui rit dans un cimetière« . Tout à fait conforme à la ligne éditoriale de BFMTV vulgaire et aux attentes de la pédante Ruth Elkrief. « Le soir de l’élection, j’ai vu Marine Le Pen danser. Une femme qui danse sur sa défaite n’a pas d’avenir ».

Je ne pense pas que cette phrase usurpée sur BFMTV vulgaire restera dans les mémoires !

Ruth Elkrief s’étonne du haut de son insignifiance et de sa télé-suffisance « qu’un « anti-européen, anti-mondialisation, anti-culture américaine » (un certain Philippe de Villiers) ait pu recevoir le 14 novembre dernier à Orlando le Hall of Fame, la plus haute distinction du palmarès des Oscars du spectacle vivant.

« Philippe de Villiers et le Hall of Fame, c’est impossible, le camp du bien ne peut pas récompenser un diable« . « Vous pourriez vous dire aussi, dans le sens inverse, que pour que les Américains récompensent quelqu’un qui ne souhaite pas la « coca-colisation culturelle de la France » (c’est la seule spécialité de BFMTV vulgaire), c’est vraiment que l’œuvre méritait une récompense » répond l’ancien député européen.

« Et de poursuivre : « Je sais très bien ce que pensent les journalistes français (les représentants de la médiocritude suffisante, indigne et arrogante de la gauche bobo) : « Philippe de Villiers et le Hall of Fame, c’est impossible, le camp du bien ne peut pas récompenser un diable ». Le franchouillard qui franchit les frontières ?

« C’est la preuve qu’un couple fonctionne harmonieusement : « l’ancrage et la conquête« .

« Les racines sont le chemin de l’universel. Pour être du temps, il faut être de quelque part.

« On franchit (dépasse) beaucoup plus facilement les frontières quand on est enraciné » :

(C’est donc que l’heure de la vérité de « l’ancrage et de la conquête » est venue pour le pays réel.)

L’interview avait débuté sur le sujet de Notre-Dame des Landes : « un projet de l’ancien monde ». À noter que Philippe de Villiers s’est présenté comme écologiste de droite depuis toujours, devant le désastre du remembrement des années 1960 qui a détruit les haies, la vie des oiseaux et le bocage vendéen pour se lancer dans les grandes exploitations agricoles qui ont détruit le tissu social des campagnes de France.

« Il s’est entretenu avec le Premier ministre sur le projet de construction de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, à laquelle il est opposé ». (Il a plaidé clairement pour le réaménagement de l’aéroport de Nantes Atlantique, en stigmatisant les élus médiocres et corrompus de l’ancien monde et leur incompétence à préparer l’avenir. Il estime que l’évacuation de la ZAD, si le projet anti-écologique de Notre-Dame des Landes est maintenu, sera impossible avec des manifestations venues de toute l’Europe « à la puissance 1000 » !)

Sensible à « l’immense besoin de faire respecter l’autorité de l’État », Philippe de Villiers estime que l’évacuation de la ZAD ne devrait pas poser de problème si elle était ordonnée par le gouvernement « après avoir clairement abandonné le projet anti-écologique de Notre-Dame des Landes » :

« On peut l’évacuer sans violence, dit-il. Si vous décidez de réaménager Nantes Atlantique, il n’y aura plus aucune légitimité à ce qu’ils restent sur place, et tous les Français seront favorables à l’évacuation« .

Thierry Michaud-Nérard

index10

LES OEUVRES LITTÉRAIRES DE PHILIPPE DE VILLIERS LE FONDATEUR DU PUY DU FOU EN VENDÉE

index

index2

index3

 

images17

index7

images11

images12

images15

images16

images22

images23

images55

index4

index5

index6

JC2016-Lhistoire-du-Puy-du-Fou25