ORGANISATIONS DES

LogoIlluBIG

MAITRES DU MONDE

 

MMBlackOrganisations4

 

OMC

 

ORGANISATIONS DES

 

MAITRES DU MONDE

 

BlueEye

Les Illuminati

Les Illuminati sont une "élite dans l'élite". C'est la plus ancienne et la plus secrète des organisations des "Maîtres du Monde". Toutes ces organisations ont un siège social officiel et des membres dont on connaît l'identité. On connait aussi souvent les dates et les lieux de leurs réunions. Mais en ce qui concerne les Illuminati, on ne sait rien avec certitude, il n'existe aucun élément de preuve tangible. Tout ce que l'on peut écrire à propos des Illuminati n'est donc que déductions et croisement d'autres éléments comme des pistes historiques, ainsi qu'une étude du mode de pensée des élites, de leur façon caractéristique de voir le monde "de très haut", à très long terme, et à travers le prisme de leurs croyances.

Les membres des Illuminati ne sont pas connus de manière certaine, même si certains noms circulent avec insistance. Il s'agit de grandes familles capitalistes ou issues de la noblesse, comme par exemple les Rockefeller (notamment l'incontournable David Rockefeller, également co-fondateur du Groupe de Bilderberg et du CFR), les Bush, les Rothschild, les Harriman, les Russel, les Dupont, les Windsor et d'autres familles royales européennes.

Les Illuminati sont très peu nombreux, c'est l'extrême sommet de la pyramide. Ils ne sont pas des milliers à travers les Etats-Unis et le monde comme l'affirment certains "témoins" qui ont pour mission de brouiller les pistes. Les célébrités du showbiz n'en font pas non plus partie, même si elles en utilisent parfois les symboles pour mieux fasciner les foules. 

Les Illuminati existent sous leur forme actuelle depuis 1776, date de fondation de l'Ordre des Illuminati en Bavière par Adam Weishaupt, un ancien Jésuite. Leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de perpétuer leur pouvoir sur la population.

La création des Illuminati marquait le lancement d'un Plan conçu pour se dérouler sur plusieurs siècles, en utilisant le contrôle du système financier naissant pour parvenir une domination totale sur le monde. La réalisation du Plan s'est ensuite transmise comme un flambeau de génération en génération, au sein d'une élite héréditaire d'initiés qui ont su l'adapter aux évolutions technologiques, sociales, et économiques.

Contrairement aux autres organisations des Maitres du Monde, les Illuminati ne sont pas un simple "club de réflexion" ou "réseau d'influence", ni une organisation de pouvoir comme le Groupe de Bilderberg. Il s'agit d'une organisation dont la véritable nature est ésotérique ou "occulte".

Les dirigeants politiques ou économiques se présentent au public comme des personnes éminemment rationnelles et matérialistes. Mais le public serait étonné d'apprendre que certaines de ces personnes participent à des cérémonies étranges, dans des sociétés secrètes où se perpétuent le culte des dieux égyptiens et babyloniens: Isis, Osiris, Baal, Moloch, ou Sémiramis.

Sumeriens_Ecriture

KheopsNight

Le terme "Illuminati" signifie littéralement "les Illuminés" (du latin "illuminare":

illuminer, connaître, savoir).

Les Illuminati se considèrent en effet comme détenteurs d'une connaissance

et d'une sagesse supérieure, héritées de la nuit des temps, et qui leur donne une

légitimité pour diriger l'humanité. Les Illuminati sont la perpétuation d'une

société secrète très ancienne, la "Fraternité du Serpent" (ou "Confrérie du Serpent"),

dont l'origine remonte aux racines de la civilisation occidentale, à Sumer et

Babylone il y a plus de 5.000 ans.

La civilisation qui domine le monde aujourd'hui est en effet la prolongation de la 

civilisation Sumérienne, qui a inventé tout ce qui caractérise la civilisation

occidentale: l'administration d'état, l'argent, le commerce, les taxes et les impôts,

l'esclavage, les armées organisées, une expansion fondée sur des guerres

perpétuelles et l'asservissement des autres peuples. Ce fut aussi la première

civilisation à détruire son environnement. Pratiquant une agriculture intensive

après avoir inventé l'irrigation, les civilisations Sumérienne et Babylonienne ont

transformé des prairies verdoyantes en un désert qui est aujourd'hui l'Irak.

Depuis Sumer et Babylone, la Fraternité du Serpent s'est perpétuée en prenant

des formes et des noms multiples à travers les époques, exerçant son influence

sur les religions et les pouvoirs politiques successifs, dans une longue filiation

qui inclut les "écoles de mystère" babyloniennes, égyptiennes puis grecques,

l'église chrétienne de Rome (utilisée comme "véhicule" par la "Fraternité" pour

s'implanter en Europe), les Mérovingiens (d'où le personnage "Mérovingien"

dans le film "Matrix"), les Templiers (et leurs nombreuses ramifications -

Franc-Maçons, Rose-Croix, Prieuré de Sion, Ordre Militaire et Hospitalier de

St Jean de Jerusalem, Ordre de Malte...), et enfin les "Illuminati" et les

organisations qui y sont rattachées.

Dollar

LogoIlluBIG

Le symbole des Illuminati est présent sur les billets de 1 dollar: une pyramide

dont le sommet (l'Elite) est éclairé par l'oeil de la conscience et domine une

base aveugle, faite de briques identiques (la population).

Les deux mentions en latin sont très significatives. "NOVUS ORDO SECLORUM"

signifie "nouvel ordre pour les siècles". En d'autres termes: nouvel ordre

mondial. Et "ANNUIT CŒPTIS" signifie: "notre projet sera couronné de succès".

Un projet aujourd'hui proche de sa réalisation finale.

 
© Syti.net, 2005

**************************************************************************************************************************

Le Groupe BILDERBERG 

 

bilderberg-1

La première réunion du Groupe de Bilderberg, a eu lieu Oosterbeck en 1954

Bilderberg1954meeting

Le Groupe de Bilderberg a été fondé par en 1954 à l'Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l'invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, co-fondateur du Groupe avec David Rockefeller.

Le Groupe de Bilderberg est sans doute le plus puissant des réseaux d'influence. Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, des responsables de l'armée ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires.

Très structuré, le Groupe de Bilderberg est organisé en 3 cercles successifs.
Le "cercle extérieur" est assez large et comprend 80% des participants aux réunions. Les membres de ce cercle ne connaissent qu'une partie des stratégies et des buts réels de l'organisation.
Le deuxième cercle, beaucoup plus fermé, est le Steering Committee (Comité de Direction). Il est constitué d'environ 35 membres, exclusivement européens et américains. Ils connaissent à 90% les objectifs et stratégies du Groupe. Les membres américains sont également membres du CFR.
Le cercle le plus central est le Bilderberg Advisory Committee (Comité consultatif). Il comprend une dizaine de membres, les seuls à connaître intégralement les stratégies et les buts réels de l'organisation.

Pour ceux qui enquêtent sur les réseaux de pouvoir, le Groupe de Bilderberg est un véritable gouvernement mondial occulte. Au cours de ses réunions, des décisions stratégiques essentielles y sont prises, hors des institutions démocratiques où ces débats devraient normalement avoir lieu. Les orientations stratégiques décidées par le Groupe de Bilderberg peuvent concerner le début d'une guerre, l'initiation d'une crise économique ou au contraire d'une phase de croissance, les fluctuations monétaires ou boursières majeures, les alternances politiques dans les "démocraties", les politiques sociales, ou encore la gestion démographique de la planète. Ces orientations conditionnent ensuite les décisions des institutions subalternes comme le G8 ou les gouvernements des états.

Les membres du Groupe de Bilderberg s'appellent eux-mêmes les "Bilderbergers". Ils sont choisis uniquement par cooptation. Le Groupe de Bilderberg se réunit une fois par an pendant environ 4 jours. Les réunions ont lieu chaque année au printemps dans une ville différente, mais toujours dans des châteaux ou des hôtels luxueux, entourés d'un parc ou situés en pleine nature, et si possible équipés d'un golf. Les réunions sont protégées par plusieurs centaines de policiers, militaires, et membres des services spéciaux du pays d'accueil. Si la réunion a lieu dans un hôtel, celui-ci est vidé de ses occupants une semaine avant l'arrivée des Bilderbergers. Les invités sont déposés par un ballet d'hélicoptères noirs et par des limousines aux vitres fumées avec la lettre "B" sur le parre-brise.

Les discussions se tiennent à huis-clos. Quelques journalistes dévoués à la "pensée unique" peuvent être parfois présent, mais rien ne doit filtrer des discussions. Il est interdit de prendre des notes ou de faire des déclarations à la presse. Mais quelques photographes arrivent parfois à prendre des photos à l'extérieur, au moment de l'arrivée des invités.

La réunion 2004 du Groupe de Bilderberg s'est déroulée du 3 au 6 Juin (juste avant la réunion du G8) à Stresa dans le nord de l'Italie près de la frontière suisse, dans un palace sur les rives du Lac Majeur, le "Grand Hotel des Iles Borromées".

En 2003, la réunion avait lieu en France du 15 au 18 Mai, au château de Versailles qui a été fermé au public pendant une semaine.

Liste des participants à la réunion 2003

 

Pays

Nom

Fonction

France

Alexandre Adler

Conseiller éditorial du Figaro

Italie

Alfredo Ambrosetti

Président du groupe Ambrosetti

Turquie

Ali Babacan

Ministre de l'économie

Grèce

Dora Bakoyannis

Maire d'Athènes

Royaume-Uni

Edward Balls

Conseiller du Trésor

Portugal

Francisco Pinto Balsemo

Ancien Premier ministre

Portugal

José Manuel D. Barroso

Premier ministre portugais, également membre de la Commission Trilatérale et du CFR

Turquie

Mehmet A. Bayar

Vice-président du Parti de la voie juste

Autriche

Erich Becker

Président de Va Technologie

Italie

Rodolfo De Bendetti

Directeur exécutif Cir

Italie

Franco Bernabè

Président Franco Bernabe & C

France

Nicolas Beytout

Rédacteur en chef Les Echos

Koweït

Ahmad E Bishara

Secrétaire général du parti national libéral démocratique du Koweit

Canada

Conrad Black

Président du Groupe Daily Telegraph-Jerusalem Post

Pays-Bas

Frits Bolkestein

Commissaire européen chargé du marché intérieur

USA

John R. Bolton

Sous secrétaire d'Etat pour le contrôle des armements et la sécurité internationale

France

Michel Bon

Ancien président de France Telecom

France

Jean-Louis Bruguière

Magistrat anti-terrorisme

Allemagne

Hubert Burda

Président d'Hubert Burda Media Holding

France

Phillipe Camus

Président d'EADS

International

Anthony J. Cary

Directeur de cabinet du commissaire européen Chris Patten

France

Henri De Castries

Président d'Axa

Espagne

Juan Luis Cebria

Président de Prisa

Belgique

Willy Claes

Ministre d'Etat

Royaume-Uni

Kenneth Clarke

Ancien chancelier de l'Echiquier

USA

Timothy C. Collins

Président de Ripplewood Holdings Llc

France

Bertrand Collomb

Président de Lafarge

France

Jean-François Copé

Porte-parole du gouvernement

USA

Jon S. Corzine

Sénateur du New Jersey

Suède

Claes Dahlback

Président Investor Ab

Grèce

George A. David

Président de Coca-Cola

Belgique

Etienne Davignon

Président de la Société Générale de Belgique, fondateur de l'European Round Table

USA

Thomas E. Donilon

Vice-président exécutif de Fannie Mae

Italie

Mario Draghi

Vice-président de Goldman Sachs International

Danemark

Anders Eldrup

Président de Danish Oil And Gas Corporation

USA

Martin S. Feldstein

President du National Bureau Of Economic Research

Canada

Anthony S. Fell

Président de Rbc Dominion Securities Inc.

USA

Thomas L. Friedman

Editorialiste du New York Times

France

Jean-Louis Gergorin

Vice-président d'EADS, par ailleurs membre de la RAND Corporation

USA

Paul A. Gigot

Chef de la page éditoriale du Wall Street Journal

France

Valéry Giscard D'Estaing

Président de la Convention qui a élaboré la Constitution Européenne

Norvège

Svein Gjedrem

Gouverneur de la Banque centrale de Norvège

Irlande

Dermot Gleeson

Président d'Allied Irish Banks, P.L.C.

Royaume-Uni

Philip Gould

Conseiller en relations publiques de Tony Blair

USA

Richard N. Haas

Président du CFR (Council on Foreign Relations) et Directeur de la planification du Département d'État

Pays-Bas

Victor Halberstadt

Professeur d'économie à l'université de Leiden

Canada

Stephen Harper

Chef du Parti Conservateur

USA

Roger Hertog

Vice-Président d'Alliance Capital Management

Pays-Bas

Jaap G. De Hoop Scheffer

Ministre des Affaires étrangères

USA

Allan B. Hubbard

President d'E Industries

USA

R. Glenn Hubbard

Professeur d'économie à l'université de Columbia

USA

James A. Johnson

Vice Président de Perseus L.L.C.

USA

Vernon E. Jordan, Jr.

Directeur associé de Lazard Freres & Co. L.L.C.

Suisse

Walter B. Kielholz

Vice-président de Swiss Re

Royaume-Uni

Mervyn A. King

Gouverneur adjoint de la Banque d'Angleterre

USA

Henry Kissinger

Président de Kissinger Associates

Finlande

Olli Kivinen

Editorialiste de Helsingin Sanomat

Pays-Bas

Wim Kok

Ancien Premier ministre

Allemagne

Hilmar Kopper

Ancien président du conseil de surveillance de la Deutsche Bank

USA

Henry R. Kravis

Associé fondateur de Kohlberg Kravis Roberts & Co.

USA

Marie-Joseé Kravis

Chercheur au Hudson Institute, Inc.

France

Pascal Lamy

Commissaire européen chargé du commerce

France

Pierre Lellouche

Député UMP. Vice-président de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN

France

André Lévy-Lang

Ancien président de Paribas

Suède

Anna Lindh

Ministre des Affaires étrangères

Finlande

Paavo Lipponen

Président du parlement

Danemark

Mogens Lykketoft

Président du Parti social démocrate

Canada

Margaret O. Macmillan

Préfet du Trinity College, université de Toronto

Russie

Mikhail V. Margelov

Président de la Commission des Affaires étrangères

France

Thierry De Montbrial

Président de l'IFRI (Institut français des relations internationales)

Italie

Mario Monti

Commissaire européen à la concurrence

USA

Craig J. Mundie

Directeur de la stratégie de Microsoft Corporation

Norvège

Egil Myklebust

Président deNorsk Hydro Asa

Allemagne

Matthias Naas

Directeur adjoint de Die Zeit

Pays-Bas

SAR la Reine Beatrix

Royal Dutch Shell

Pologne

Andrzej Olechowski

Leader de la Plate-forme civique

Finlande

Jorma Ollila

Pdg de Nokia Corporation

Italie

Thommaso Padoa-Schioppa

Administrateur de la Banque centrale européenne

Italie

Marco Panara

Journaliste à La Republica

Italie

Corrado Passera

Directeur exécutif de la Banca Intesabci

USA

George Perkovich

Vice-president de la Carnegie Endowment For International Peace

USA

Richard Perle

Membre de la Commission consultative de politique de défense

Belgique

SAR le Prince Philippe

 

Italie

Roberto Poli

Président d'Eni

France

Denis Ranque

Pdg de Thalès

Danemark

Anders Fogh Rasmussen

Premier ministre

Canada

Heather Reisman

Pdg,d'Indigo Books & Music Inc.

France

Franck Riboud

Pdg de Danone

Suisse

Michael Ringier

Pdg de Ringier

USA

David Rockefeller

Administrateur de J.P. Morgan International

Portugal

Eduardo Ferro Rodrigues

Leader du Parti socialiste

Espagne

Matias Rodriguez Inciarte

Vice-président de la Banco Santander Central Hispano

France

Olivier Roy

Chercheur au CNRS

USA

John Ruggie

Directeur à la Kennedy School of Government, Harvard University

Pays-Bas

Anthony Ruys

Président d'Heineken

Italie

Paolo Scaroni

Directeur d'Enel

Allemagne

Wolfgang Schauble

Vice-président du groupe parlementaire CDU/CSU

Allemagne

Otto Schily

Ministre de l'Intérieur

Autriche

Rudolf Scholten

Administrateur de l'Oesterreichische Kontrollbank Ag

Allemagne

Jurgen E Schrempp

Président de Daimler Chrysler Ag

International

Klaus Schwab

President du World Economic Forum (Davos)

Danemark

Toger Seidenfaden

Rédacteur en chef de Politiken

Russie

Lilia Shevtsova

Chercheur à la Carnegie Endowment For International Peace

Espagne

SM le Roi Juan Carlos

 

USA

James B. Steinberg

Vice-president de la Brookings Institution

Canada

Mark Steyn

Journaliste

Irlande

Peter D. Sutherland

Président de Goldman Sachs International, et Président de BP Amoco

USA

John L. Thornton

Pdg, Goldman Sachs Group, Inc.

France

Jean Claude Trichet

Gouverneur de la Banque de France

Grèce

Loukas Tsoukalis

Président de la Fondation hellénique pour la politique européenne et étrangère

Autriche

Gertrude Trumpel-Gugerell

Vice-gouverneur de la Banque centrale autrichienne

Suisse

Daniel L. Vasella

Pdg de Novartis

Pays-Bas

Jeroen Van Der Veer

President de la Royal Dutch Petroleum Company (Shell)

France

Dominique de Villepin

Ministre des Affaires Etrangères

France

Philippe Villin

Vice-président de Lehman Brothers Europe

Pays-Bas

Klaas De Vries

Ancien ministre de l'Intérieur

Finlande

Bjorn Whalroos

Pdg de Sampo Plc.

Suède

Jacob Wallenberg

Président de Skandinavivska Enskilda Banken

Royaume-Uni

Gareth Williams

Président de la Chambre des Lords

Royaume-Uni

Martin H Wolf

Editorialiste du Financial Times

USA

James D. Wolfensohn

President de la Banque mondiale

USA

Paul Wolfowitz

Secrétaire adjoint à la Défense

USA

Fareed Zakaria

Directeur de Newsweek International

USA

Robert Zoellick

Représentant des Etats-Unis pour les négociations commerciales (AMI, AGCS, etc)

Allemagne

Klaus Zumwinkel

Président de Deutsche Post Worldnet

 

Lieux des réunions récentes

 

Date

Pays

Lieu

1991, 6-9 Juin

Allemagne

Baden Baden

1992, 21-24 Mai

France

Evian-les-Bains

1993, 22-25 Avril

Grèce

Vouliagmeni, près d'Athènes - Nafsika Astir Hotel

1994, 2-5 Juin

Finlande

Helsinki

1995, 8-11 Juin

Suisse

Zurich - Calgary's St. Louis Hotel

1996, 30 Mai-2 Juin

Canada

Toronto - CIBC Leadership Centre

1997, 12-15 Juin

Etats-Unis

Lake Lanier, près d'Atlanta dans l'état de Géorgie - Pine Isle resort

1998, 14-17 Mai

Royaume Uni, Ecosse

Turnberry (Ayrshire) - Turnberry Hotel

1999, 3-6 Juin

Portugal

Sintra - Penha Longa resort

2000, 1-3 Juin

Belgique

Genval, près de Bruxelles - Chateau Du Lac

2001, 24-27 Mai

Suède

île de Stenungsund, près de Gothenburg - Stenungsbaden Hotel

2002, 30 Mai-2 Juin

Etats-Unis

Chantilly, état de Virginie, près de Washington - Westfields Marriott hotel

2003, 22-25 Juin

France

Versailles - Château de Versailles et Trianon Palace

2004, 3-6 Juin

Italie

Stresa - Grand Hotel des Iles Borromées (Lac Majeur)

2005, 5-8 Mai

Allemagne

Rottach-Egern, près de Munich - Dorint Sofitel

2006, 8-11 Juin

Canada

Ottawa, Brookstreet Resort

2007, 31 Mai-3 Juin

Turquie

Istanbul, palace Ritz-Carlton

2008, 5-8 Juin

Etats-Unis

Chantilly (Virginie), Hotel Westfield Marrriott

2009, 14-17 Mai

Grèce

Vouliagmeni (près d'Athènes), Nafsika Astir Palace

2010, 3-6 Juin

Espagne

Sitges (près de Barcelone), Dolce Sitges

2011, 9-12 Juin

Suisse

St Moritz, palace Suvretta House

 

* Sur le blog, les réunions de 2007 à Istambul, de 2009 à Athènes, 2010 à Sitges (Espagne) et 2011 à St Moritz (Suisse).

* Voir les "Brèves nouvelles des Maitres du Monde" pour les informations sur les réunions 2005 et 2004 du Groupe de Bilderberg.

* Listes complètes par pays des membres du Groupe de Bilderberg:
USA, Canada, France, Grande Bretagne, Belgique, Suisse, Hollande, Allemagne, Autriche, Italie, Espagne, Portugal, Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Irlande, Luxembourg, autres pays

* The Bilderberg archives Une revue de presse très complète des articles parrus à propos du Groupe de Bilderberg, y compris dans des "grands" quotidiens et magazines. Le site est canadien, et les articles sont en français ou en anglais.

Le site officiel du Groupe de Bilderberg

 

 
© Syti.net, 2003

 

 

Le pouvoir secret du groupe Bilderberg

Qui gouverne le monde? Les présidents, les rois, les dictateurs, les multinationales
ou le groupe Bilderberg?

Qui est le groupe Bilderberg?

Tout a été fait, par ce groupe, pour cacher son existence et rester secret.

Le groupe Bilderberg se réunit, annuellement, pour des réunions secrètes avec

les personnes « puissantes » européennes ou nord américaines, depuis 1954. Ces

réunions sont nées dans un contexte de guerre froide pour resserrer les liens entre

l’Europe et les nords américains. (1)(2)

Les participants surnommés « les maîtres du monde », selon le journaliste

Luis Gonzalez-Mata (3) sont des chefs d'Etat, ministres, patrons de banque, PDG

de multinationale (ex: Bile Gates), militaires, spécialistes de la sécurité internationale,

universitaires, représentants d'organisations internationales (ex: FMI, Banque

mondiale) et des journalistes. (4)

Cette année, la réunion secrète annuelle eu lieu du 30 mai au 2 juin 2019 en

Suisse, à Montreux, dans un hôtel de luxe situé sur les rives du lac Léman. (5)

Qui a été invité, cette année?
Parmi les 130 participants,

https://www.bilderbergmeetings.org/meetings/meeting-2019/participants-2019

il y a eu le gendre et conseiller du président américain Donald Trump (J. Kushner),

le secrétaire général de l’Otan (J. Stoltenberg), le Premier ministre néerlandais

(M. Rutte), la ministre allemande de la Défense (U. von der Leyen), l’ancien

président de la Commission européenne (J. M. Barroso), la directrice de l’Unesco

(A. Azoulay), l'ancien secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger,...

...et notre ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Ont participé aussi à cette réunion des chefs de grandes entreprises, (ex: PDG

de Total, d’Axa), de grandes banques (ex: Credit Suisse), et des intellectuels, etc.

Et, il y a eu une visite « surprise »! Oui, cette réunion ultra secrète a ouvert ses

portes à Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain de Donald Trump. Mike Pompeo

est aussi ancien directeur de la CIA et n'exclut pas de se présenter à la Maison

Blanche à l’avenir. (5)(7)

Toutes ces personnes ont des postes clefs des pouvoirs, de la politique, de

l’économie, de la défense militaire et de la connaissance. Leur capacité

d’influence sur le monde est énorme.

 

De quoi ont-ils parlé cette année lors de leur réunion secrète?

https://www.bilderbergmeetings.org/press/press-release/press-release
Sur le site du Bilderberg est écrit qu’ils se sont réunis pour parler des thèmes

suivants : « quelle suite pour l’Europe ? », « les réseaux sociaux comme arme »,

« un ordre stratégique stable », « changement climatique et développement

durable », « la Chine », « la Russie », « le futur du capitalisme », « le Brexit »,

« l’éthique dans l’intelligence artificielle », « l’importance de l’espace » et

« les cybermenaces ».

C’est à dire qu’ils parlent de sujets en rapport avec le monde. Sujets qui

nous concernent tous.

 

Pourquoi les journalistes n’ont pas le droit d’informer sur ce qui se passe

dans ces réunions?

Sur le site du groupe Bilderberg est écrit « La réunion est fermée aux

reporters afin d'encourager le plus haut degré d'ouverture et de dialogue. » (8)

Pourtant ces participants sont des personnes le plus souvent publiques ayant

l’habitude des journalistes. Alors, pourquoi les encourager au « plus haut degré

d’ouverture et de dialogue »? Est-ce à dire qu’on les mets en conditions de

parler plus que ce qu’ils ne feraient en situation « normale »? Des journalistes

(ex: C. Ockrent, J.M. Colombani, L. Joffrin) peuvent être invités mais sans

autorisation de révéler quoi que ce soit de ces réunions! (9)(10) Est-ce

déontologique de la part de ces journalistes d’accepter ce silence alors que leur

devoir, mentionné dans la Charte de déontologie de Munich (qui est une référence

européenne concernant la déontologie du journalisme), est de “défendre la liberté

de l’information, du commentaire et de la critique”? Ces journalistes pourront

toujours objecter qu’ils participent à ces réunions en tant que personne. Argument

peu probant, car à côté de chaque nom dans la liste des participants est mentionnée

la profession. Si ça n’avait pas d’importance, pourquoi écrire les professions dans cette liste?

Plus largement, la presse officielle française (invitée ou non) parlent peu ou

quasiment pas de ces réunions secrètes. En effet, c’est seulement en 1979 qu’un journaliste

révéla l’existence du groupe Bilderberg, soit 25 ans après sa création. Le groupe

Bilderberg est vraiment doué pour le secret! En France, pour la dernière réunion de 2019,

sur internet, je n’ai trouvé qu’un seul article de la presse officielle française, dans Le Point.

(11) Pourquoi ce silence? Par censure, autocensure? C’est tabou? Il y a pourtant des

informations en accès libre, sur le site du groupe Bilderberg.
Peut-être, il y a-t-il un lien avec le fait que la presse officielle française est détenue

dans sa quasi totalité par une dizaine de milliardaires, ou le fait que la France n’est

que 32ème au classement mondial de la liberté de la presse en 2019. (12)(6)

Résultat: ceci contribue à invisibiliser ces réunions secrètes et, donc, à jouer

le jeu de la discrétion tant voulu par ce groupe de « puissants ».

 

Est-ce que ces réunions secrètes sont un problème?

Il n’y a rien de répréhensible à ce que des personnes de différents pouvoirs se

réunissent. L’idée de rassembler des personnes venant de divers horizons pour

qu’elles réfléchissent ensemble aux problèmes mondiaux actuels est même intéressante.

Ce qui est, à mon sens, condamnable c’est que le citoyen, le peuple (n’étant pas

informé par les journalistes de ces réunions et de leur contenu) n’ont aucun

moyen de contrôle pour savoir si leurs dirigeants politiques, détenteurs

d’informations d’États, n’outrepassent pas leurs droits et devoirs dans ces

réunions secrètes. Peut-être que ces dirigeants trahissent des secrets d’Etats.

Peut-être se laissent-ils corrompre. Peut-être se laissent-ils influencer. Peut-être

il y a-t-il des conflits d’intérêts. Il n’y a aucun moyen de vérifier ce qui s’y passe.

Par exemple, pourquoi des ministres européens vont discuter avec des

« puissants » nord américains (dont M. Pompéo) de la question « quelle

suite pour l’Europe? »?
Est-ce que les américains viendraient dire aux européens ce qu’ils doivent faire

à l’avenir en Europe? La question se pose d’autant plus, que, selon des archives

déclassées, la CIA a été nommée marraine du club Bilderberg. (3)(14)

Il ne faut pas s’étonner si le secret entourant ces réunions fait émerger des

théories conspirationnistes. Des Hommes puissants, ayant de grands pouvoirs,

de grandes fortunes, avec des intellectuels de haut vol, réunis secrètement pour

parler du monde, c’est logique que ça interroge sur leurs intentions et leurs objectifs.

De plus, la cooptation, le lieu de réunion publié juste quelques jours avant la date

de réunion, les nombreuses forces de l’ordres pour sécuriser les alentours de ces

réunions, l’interdiction pour les participants de divulguer le contenu de ces

réunions, l’absence de compte rendu publique, l’absence de communiqué et

l’absence de déclaration officielle fait que rien ne filtre de ce huis clos. (8)(16)

Ainsi, le peuple désinformé ne peut apporter aucun sens critique, aucune

approbation ou opposition. La parole, la réflexion lui sont confisquées.

 

Une seconde raison rend ces réunions secrètes condamnables. C’est Henry

Kissinger qui est l’un des piliers du groupe Bilderberg. La carrière politique

de cet ancien secrétaire d’Etat américain est « marquée par le culte de la violence

et du secret. » Encore le secret! Il a des responsabilités dans des décisions

criminelles. «La responsabilité directe de M. Kissinger ne fait plus aucun doute

dans la prolongation (injustifiée d’un point de vue stratégique) de la guerre du

Vietnam et son extension au Cambodge et au Laos, ni dans les campagnes

d’assassinats et de subversion de la démocratie au Chili, à Chypre, en Grèce

et au Bangladesh, non plus qu’en ce qui concerne sa complicité dans le génocide

du Timor-Oriental.» (17)(18) Rien que pour sa décision de bombarder le

Cambodge qui était un pays neutre, lors de la guerre du Vietnam, le Centre de

Recherche sur la Globalisation, lui impute la mort de 200 000 personnes. (19)

Sans compter que cette décision et ce massacre furent d’abord cachés aux américains.

En bref, H. Kissinger est dit criminel. Il ne respecte pas les limites et il a été

déloyale vis à vis du peuple américain qu’il était censé servir.

Donc, aller à une réunion secrète du groupe Bilderberg dont l’un des piliers est

H. Kissinger, c’est malsain. Et, une fois encore, il n’est pas étonnant que ces

informations concernant H. Kissinger alimentent, à tort ou raison, les idées dites

conspirationnistes.

Dans le même ordre d’idée, la présence de Mike Pompéo est aussi une signe qui

peut rendre perplexe. Par exemple, récemment, il a estimé que la fonte des glaces

dans l'Arctique ouvrait « de nouvelles voies de passage » et donc « de nouvelles

opportunités commerciales ». Décomplexé, il affiche clairement son état d’esprit

valorisant l’argent au détriment de la nature. (20) Sa présence est bien moins

discutable que celle de H. Kissinger car il n’est pas un pilier du groupe Bilderberg.

Néanmoins, il reste un invité de choix puisqu’il peut se permettre de faire la

« surprise » de sa présence.

Le juge anti-mafia Ferdinando Imposimato qui est aussi président honoraire

adjoint de la Cour de Cassation italienne va encore plus loin. Dans cette interview, https://blogs.mediapart.fr/corinne-n/blog/310113/le-juge-anti-mafia-imposimato-accuse-le-groupe-bilderberg-de-terrorisme

et son livre « La république des tragédies impunies », il accuse le groupe Bilderberg

de terrorisme. Il dit: « Le groupe international Bilderberg est impliqué dans les

attentats tragiques des années 1970 et 1980 en Italie » et la stratégie servait à

entraver l'émergence de gouvernements de gauche, et était orchestrée par la CIA.

Apparemment, tout ceci n’empêche pas les participants du groupe Bilderberg

d’aller à ces réunions. Ceci ne semble pas leur poser de problème de conscience,

en tout cas, pas au point de boycotter la réunion. Ceci peut, donc, interroger sur

la moralité des participants. Et, par extension, on peut se demander: puisque

l’intégrité n’est pas un critère de sélection et la criminalité un critère d’exclusion

des membres du groupe Bilderberg, peuvent-ils, tout de même, construire un monde

« bon » ou tout simplement « meilleur »?

 

Pourquoi ces puissants se réunissent-ils secrètement et cultivent-ils autant le secret?

Se protègent-ils? Est-ce pour écarter les peuples? Et si oui, pourquoi? Ont-ils

peur d’une manifestation d’opposants devant leurs réunions secrètes? Veulent-ils

décider de l’avenir des peuples sans les consulter? Ont-ils vraiment de la

considération pour les peuples et leurs points de vus? Sont-ils dans un délire

de puissance mégalomaniaque narcissique et antisociale dans lequel ils

s’auto-attribuent des capacités extraordinaires? (21)

C’est logique de s’interroger.
Quand on voit comment les êtres humains, la nature et la planète ont été malmenés

ces dernières décennies, il serait naïf et inconséquent de ne pas prêter attention

à ces réunions où le pouvoir est concentré et où des questions engageant le monde

et son avenir sont évoquées.

 

Quel est le véritable objectif du groupe Bilderberg?

Etant donné que ces réunions sont secrètes on ne peut pas connaître

directement leur objectif.

Une piste permet de faire une hypothèse sérieuse sur leur objectif. A savoir,

les principaux dirigeants du groupe Bilderberg ont créé en 1973 une organisation

privée: la Commission Trilatérale. (22)

Qu’est-ce que la Trilatérale?

Il est difficile d’avoir des informations sur la Trilatérale, tout autant que sur le

Bilderberg, car c’est aussi une organisation opaque et la presse officielle est

étonnamment silencieuse sur le sujet. Encore le secret! Censure, autocensure

des journalistes? Dans la presse officielle française, sur internet, je n’ai trouvé

qu’un seul article sur le sujet. C’est un article du Monde Diplomatique, d’O. Boiral, de 2003.

https://www.monde-diplomatique.fr/2003/11/BOIRAL/10677

Il dit: « Certains collègues [professeurs d’Université] m’ont dit qu’ils craignaient

pour leur vie s’ils faisaient des recherches sur le sujet et je tiens à vous rassurer

sur la question : je n’ai jamais reçu de menaces! » (15)

Par exemple, la réunion de la Trilatérale (branche européenne) du mois de juin

2019 à Paris ne figure pas dans la presse officielle française sur internet. Rien.

Il n’y a que les blogs ou journaux alternatifs qui relaient l’information. Cette réunion

est pourtant mentionnée sur le site même de la Trilatérale

http://trilateral.org/meeting.viewall et, le leader de cette branche Europe de la

Trilatérale est une « pointure » politique. Il s’agit de Jean-Claude Trichet, ancien

gouverneur de la Banque de France et ancien président de la Banque centrale européenne.

http://trilateral.org/download/files/membership/TC_list_3_2019(1).pdf


Étonnant ce mutisme journalistique, quand on le compare avec la médiatisation

du moindre G8 ou G20.

Ces derniers jours, il y a le nom d’un ancien membre de la Commission trilatérale

qui fait la Une des journaux. C’est Jeffrey Epstein inculpé pour trafic sexuel de

mineures et retrouvé mort dans sa prison de Manhattan. Médiapart dans son article

du 13 août 2019 écrit qu’il a bénéficié de protection de ce groupe occulte. (36)

Cette culture du secret est poussée à l’extrême. Est-ce que la Trilatérale a eu

pour stratégie de faire en sorte que la population ne connaisse pas son existence

pour mieux cacher ses secrets?

En bref, la Trilatérale ressemble beaucoup au groupe Bilderberg à une échelle

planétaire plus grande. La Trilatérale inclue l’Asie, en plus de l’Amérique du Nord

et l’Europe dans ses membres. Elle est composée de 300 à 400 membres influents. (23)

A propos de la Trilatérale, le politicien P. de Villiers dit que l’ancien premier ministre

F. Fillon lui aurait dit que c’est elle qui gouvernent le monde. (24)

M. L. Ghisi, ancien membre de la « Cellule de Prospective » de la Commission

européenne, dit, à propos des participants de la Trilatérale, que ce sont des

« personnes qui sont là pour protéger leurs intérêts et diriger le monde vers une

aliénation du plus grand nombre » (25)

Cette commission Trilatérale a, selon Olivier Boiral, du journal Le Monde

Diplomatique, un « crédo néolibéral ». (26)
Aussi, comme le groupe Bilderberg est lié à la Trilatérale, ont peut logiquement

se dire qu’il prône la même idéologie néolibérale. Les cofondateurs de ces deux

groupes ne vont pas changer d’idéologie parce qu’ils changent de groupe. (27)(28)

 

Quelle est cette idéologie néolibérale?

Le néolibéralisme c’est la dénonciation de l'État-providence, la promotion de

l'économie de marché, la dérégulation des marchés, la concurrence et la disparition

progressive du secteur public au profit du privé. (29)

De plus, parmis les idées de la Trilatérale, auquel le groupe Bilderberg adhère fort

probablement, il y a le « nouvel ordre mondial ».
En effet, Pierre Hillard professeur de relations internationales, historien et

diplômé de science politique et d’études stratégiques explique que le Bilderberg

et la Trilatérale poursuivent le même but en faveur d’une « gouvernance mondiale »

pour servir une « nouvel ordre mondial ». (30)

Ceci est cohérent avec le fait que des personnes à la fois membres fondateurs de

la Trilatérale et du groupe Bilderberg sont bien connus pour leur volonté de mettre

en place un « nouvel ordre mondial », tel le politologue Zbigniew Brzeziński,

H. Kissinger ou D. Rockefeller. (27)(31)
Et, c’est, aussi, cohérent avec le fait que le groupe Bilderberg est

(comme la Trilatérale) pour le mondialisme, à savoir un courant qui a des affinités

avec le « nouvel ordre mondial ». (23) Attention. Le mondialisme n’est pas

 

la mondialisation. C’est la volonté d'en finir avec l'État-nation. (32)

 

Qu’est-ce qu’un « nouvel ordre mondial »?

Il y a plusieurs manières proches de le définir.
Pour les membres de la Trilatérale, cités ci-dessus, il s’agit d’une réorganisation de la

planète et de ses peuples dans un alignement idéologique et politique libéral des

gouvernements et organismes mondiaux, dans le cadre d’une hégémonie des

États Unis. (35) Cette idéologie est déconnectée de toute considération pour les souhaits

des populations locales. Cette déconnexion des élites de la Trilatérale vis à vis du

peuple va jusqu’à une aversion pour les mouvements populaires. Aussi, il est fort

probable que le groupe Bilderberg répugne aussi ces mouvements du peuple. (26)

Entre parenthèse, du fait de cette aversion fort probable, il ne serait pas étonnant que,

lors de la dernière réunion secrète du groupe Bilderberg, ce club ait dû réfléchir à

des mesures, pour tenter de mettre fin aux gilets jaunes.

Selon la lecture de P. Hillard, pour parvenir au « nouvel ordre mondial »,

il y a la théorie d’un «  messianisme apocalyptique » aboutissant à un « chaos » perçu

comme une « destruction libératrice ». Dit plus simplement, il s’agit de déstabiliser

l’ordre public pour créer un ordre politique plus stable. Ce chaos, ça peut être le

changement climatique, ou le terrorisme. (34) Ainsi, dans ses plans géostratégiques

le politologue Z. Brzeziński explique qu'il n'est pas possible d'arriver à un

consensus international, sauf dans le cas de la « perception d'une menace

extérieure directe et massive ». (33) Cet éclairage explique probablement l’un des

thèmes de la dernière réunion du groupe Bilderberg, à savoir « un ordre stratégique

stable ». Est-ce que le groupe Bilderberg (et la Trilatérale) seraient capable d’aller

jusqu’à voir le drame du changement climatique comme une opportunité de

concrétiser leur projet mondial?

Cette conjonction du néolibéralisme et du « nouvel ordre mondial » implique

la généralisation du modèle économique dominant (néolibéralisme) à la planète

et la remise en question des souverainetés nationales.

En somme, si l’objectif du groupe Bilderberg est le même que celui de la

Trilatérale, alors, il est fort probable que ces élites tentent d’influencer tous

les pouvoirs dont les Etats-nations pour contrôler le monde avec leur modèle

idéologique néolibéral et leur volonté d’un « nouvel ordre mondial ». Ceci

sans que ça nous soit expliqué et, donc, sans notre consentement.

 

Quel est le point de vue de Natacha Polony journaliste et directrice de Marianne

sur le groupe Bilderberg?

Dans sa vidéo https://m.youtube.com/watch?v=mvdAz-NEcbI, elle explique

que le groupe Bilderberg est un « outils de l’impérialisme américain » exerçant

« une influence idéologique  » pour les intérêts communs d’une élite. Elle souligne

le détachement de ces élites vis à vis des peuples ou des nations. Cette élite,

dit-elle, a une « vision commune » qui peut se résumer dans la citation de

D. Rockefeller (membre fondateur de la Trilatérale et homme d’affaire milliardaire):

« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me

semble l’identité adéquat pour le faire ».

Est-ce que les réunions secrètes du groupe Bilderberg sont vraiment importantes?

Si H. Kissinger, M. Pompéo, de hauts dirigeants, D. Rockefeller (avant sa mort en 2017),

Biles Gates, etc., vont à ces réunions, c’est qu’il doit très probablement s’y jouer

des choses importantes.
Remarquons que de très nombreux participants ont été invités au Groupe

Bilderberg ou à la Commission Trilatérale avant d’être élus, tels: E. Macron,

C. Lagarde, M. Draghi, A. Merkel, B. Clinton, T. Blair, etc. (28)

Flore Vasseur journaliste a relevé des coïncidences entre la présence de certains

participants et des événements de portées internationales. Par exemple, elle dit

que Bill Clinton a été élu Président des Etats Unis 18 mois après sa participation au

Bilderberg alors qu’il était antérieurement un parfait inconnu. (35)

Une coïncidence récente, est la nomination d’Ursula von der Leyen première

femme présidente de la Commission européenne le 16 juillet 2019, alors qu’elle

a participé le mois précédent à la réunion 2019 du Groupe Bilderberg en tant que

ministre allemande de la Défense. (39)(40)

Les journaux suisses (dont la presse officielle) sont beaucoup plus loquaces

sur les réunions du groupe Bilderberg. Peut-être tout simplement car la Suisse

est classée 6ème dans le classement mondial de la liberté de la presse 2019, donc

bien devant la France (32ème rang). (12) Ainsi, le journal Swissinfo.ch repère, lui aussi,

des coïncidences entre la présence de certains participants à la réunion secrète du

groupe Bilderberg avec des événements mondiaux. Ce journal écrit que, lors de la

réunion secrète du groupe Bilderberg en 2002, le chef du Pentagone,

Donald Rumsfeld, aurait planifié l’intervention des troupes de la coalition

en Irak de 2003. Ce journal informe aussi que plusieurs députés ont déposé une

interpellation pour dénoncer une « gouvernance supranationale non transparente ».

Et, l’une de ces députés a adressée une lettre au procureur général de la

Confédération Suisse pour demander d’inculper, entre autre, H. Kissinger

cités au titre de «criminels recherchés ». Quelle différence avec le quasi mutisme

des journaux officiels français! (16)

 

Ces réunions secrètes posent vraiment question. Le quasi silence de la presse

officielle française sur internet sur ces réunions interroge sur la liberté d’expression

des journalistes et leur lien d’influence (direct ou indirect) avec le réseau

Bilderberg. Cette opacité rend le groupe Bilderberg insaisissable. Est-ce que

cette culture du secret permet au groupe Bilderberg d’avancer ses pions pour

mettre en œuvre un plan néolibéral et un « nouvel ordre mondial » à l’échelle

planétaire, sans opposition? Est-ce eux qui gouvernent le monde?

Il est anti-démocratique que nos dirigeants politiques fassent partie de ces

réunions secrètes ou de tout autres organisations secrètes intéressées par le

pouvoir car le citoyen, le peuple ne peuvent pas les contrôler. De plus, on

peut légitimement supposer que ces dirigeants jouent double jeux en travaillant

pour un groupe secret contre l’Etat et le peuple.

Les journalistes devraient avoir le droit de participer à ces réunions pour faire

leur travail d’information. Ils pourraient ainsi expliquer aux peuples ce que

les puissants disent et font sur des sujets qui nous concernent tous: l’avenir du

monde, etc. Il deviendrait alors possible de contrôler ces élites et d’exprimer

nos points de vus et critiques sur leurs paroles et agissements.
Ceci devrait être une revendication des journalistes et du peuple.

Si le groupe Bilderberg continue ses réunions secrètes, on peut logiquement se

demander, si cela représente une menace pour le peuple, le vivant, la nature et

la planète. Sont-ils en train de nous préparer une nouvelle guerre, un attentat,

un projet d’aliénation et de contrôle de l’humanité avec des puces d’identification

RFID placées sous la peau? (37)(38)

Vue la gravité ou l’urgence de nombreux problèmes mondiaux (ex: problèmes

écologiques, faim dans le monde, guerres), il est, à mon sens, nécessaire, que la

lumière soit rapidement faite sur cette « force » Bilderberg qui travaille dans

l’ombre et, par extension, sur la Trilatérale. (13)

Si le groupe Bilderberg et la Trilatérale ont été capables, pendant des décennies,

de nous (au plus grand nombre) cacher leur existence ou leurs réunions, on peut

se demander s’ils nous cachent d’autres choses importantes? Aussi, peut-être

ont-ils caché des connaissances, des brevets qui pourraient « sauver » l’humanité,

la nature et la planète?

Les secrets du groupe Bilderberg posent trop de questions importantes, voire

vitales, pour l’avenir de l’humanité, les archives devraient être ouvertes.

 

Cet article a été publié dans une version courte sur Infosperber une plateforme de

journalistes indépendants suisses: 

https://www.infosperber.ch/Artikel/Politik/Konzerne-Grossbanken-Die-geheime-Macht-der-Bilderberg-Gruppe

 

Nota Bene - Après avoir envoyé mon article à une rédaction, il y a eu de nombreux

problèmes avec des liens internet figurant dans mon article concernant le groupe

Bilderberg ou la Trilatérale.

 

 Notes

(1)Wikipédia « Groupe Bilderberg »

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg
(2)Natacha Polony « Groupe Bilderberg et Dîner du siècle »

https://m.youtube.com/watch?v=mvdAz-NEcbI
(3)Le temps « Bilderberg, conférence «secrète» des puissants »
https://www.letemps.ch/monde/bilderberg-conference-secrete-puissants
(4)Les échos « Bilderberg, la conférence la plus secrète du monde »
https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/bilderberg-la-conference-la-plus-secrete-du-monde-133227
(5)Rt « Bilderberg 2019 : ce que l’on sait de la réunion la plus secrète au monde » https://francais.rt.com/international/62639-bilderberg-2019-ce-que-on-sait-de-la-reunion-la-plus-secrete-au-monde
(6)Bastamag « Le pouvoir d’influence délirant des dix milliardaires qui

possèdent la presse française »

https://www.bastamag.net/Le-pouvoir-d-influence-delirant-des-dix-milliardaires-qui-possedent-la-presse

(7)L’Obs « Mike Pompeo n'exclut pas de se présenter à la Maison Blanche un jour » https://www.nouvelobs.com/monde/20190729.AFP1499/mike-pompeo-n-exclut-pas-de-se-presenter-a-la-maison-blanche-un-jour.html
(8)Website officiel du groupe Bilderberg page « Bioderberg meetings » https://www.bilderbergmeetings.org/frequently-asked-questions
(9)Vidéo « Christine Ockrent - Groupe Bilderberg - Natacha Polony - ONPC »
https://www.dailymotion.com/video/xx909y
(10)Vidéo « Quand les puissants du monde se réunissent en secret »
https://m.youtube.com/watch?v=RlOKBdJmbls
(11)Le point « Europe, climat au menu de la réunion Bilderberg cette semaine en Suisse »
https://www.lepoint.fr/monde/europe-climat-au-menu-de-la-reunion-bilderberg-cette-semaine-en-suisse-28-05-2019-2315627_24.php
(12)Reporters sans frontières « Classement mondial de la liberté de la presse 2019 »

https://rsf.org/fr/classement
(13)Vidéo « France 2 découvre enfin le Club Bilderberg ...en 2018 ! (28.07.2018) »
https://m.youtube.com/watch?v=Z_lj8uo9qHo#fauxfullscreen
(14)Le JDD « Ce que Macron a dit au groupe Bilderberg en 2014 »

https://www.lejdd.fr/Politique/ce-que-macron-a-dit-au-groupe-bilderberg-en-2014-3509507
(15)Mail Olivier Boiral 6 Août 2019
(16)Swissinfo.ch « Saint-Moritz, quartier général des maîtres du monde »
https://www.swissinfo.ch/fre/saint-moritz--quartier-général-des-maîtres-du-monde/30359626
(17)Le Monde Diplomatique « Les crimes de guerre de M. Henry Kissinger »
https://www.monde-diplomatique.fr/2001/10/WARDE/7946
(18)Arte « L'incontournable Monsieur Kissinger Documentaire Entier Français Upload 2013 YouTube »
https://m.youtube.com/watch?v=f_qjVkq7MRE
(19)Wikipédia « Henry Kissinger »

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Henry_Kissinger
(20)L'échos « Mike Pompeo est à la réunion du groupe Bilderberg »

https://www.lecho.be/economie-politique/international/usa/mike-pompeo-est-a-la-reunion-du-groupe-bilderberg/10132630.html
(21)La mégalomanie

https://psychotherapie.ooreka.fr/astuce/voir/447875/megalomane
(22)Site officiel de la Trilatérale

http://trilateral.org/file/163/Nuclear-Disarmament-and-Nonproliferation
(23)Wikipédia « La commission Trilatérale »

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Commission_trilatérale
(24)Vidéo « Trilatérale, Bilderberg Philippe de Villiers balance tout ! »
https://m.youtube.com/watch?v=rFXlVTSTSXk
(25)Vidéo Thinkerview « Changement de Civilisation ? Marc Luyckx Ghisi » A partir de la minute 16:40 https://m.youtube.com/watch?v=JDRzEdRQF5s#
(26)Le Monde Diplomatique « Pouvoirs opaques de la Trilatérale »

https://www.monde-diplomatique.fr/2003/11/BOIRAL/10677

(27)Wikipédia « David Rockefeller »

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/David_Rockefeller
(28)Livre aux Éditions Delga de Domenico Moro « Le groupe Bilderberg. « L’élite »

du pouvoir mondial »
http://editionsdelga.fr/produit/le-groupe-bilderberg-lelite-du-pouvoir-mondial/
(29)Wikipédia « Néolibéralisme » https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Néolibéralisme
(30)Alterinfo.net « La Trilatérale est au service du Nouvel Ordre Mondial,

par Pierre Hillard »
https://www.alterinfo.net/La-Trilaterale-est-au-service-du-Nouvel-Ordre-Mondial-par-Pierre-Hillard_a32669.html
(31)Wikiquote « Nouvel ordre mondial »

https://fr.m.wikiquote.org/wiki/Nouvel_ordre_mondial
(32)Wikipédia « Mondialisme »

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mondialisme
(33)Wikipédia « Nouvel ordre mondial relations internationales » https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Nouvel_ordre_mondial_(relations_internationales)
(34)Vidéo "Le Nouvel Ordre Mondial" (H. G. Wells) : entretien avec Pierre Hillard
https://m.youtube.com/watch?v=HJgBUnCvXeA&t=8s
(35)Vidéo « Bilderberg par Flore Vasseur »

https://www.dailymotion.com/video/xjc2g7
(36)Médiapart « Enquête sur Jean-Luc Brunel, l’ami français de Jeffrey Epstein »

au paragraphe 10 est écrit: « Elle implique, à des degrés divers, toutes sortes de

célébrités, connaissances du mondain Epstein, comme Bill Clinton ou l'ancien

premier ministre israélien Ehud Barak, ou encore complices présumés d'abus

sexuels, comme le célèbre avocat américain Alan Dershowitz, le prince Andrew

au Royaume-Uni, l'ancien gouverneur du Nouveau-Mexique Bill Richardson ou

l'ex-sénateur George Mitchell. Et nourrit toutes sortes de théories du complot,

alimentées par l'impunité et les protections dont Epstein, ancien membre de la

Commission trilatérale, a longtemps bénéficié. »
https://www.mediapart.fr/journal/international/130819/enquete-sur-jean-luc-brunel-l-ami-francais-de-jeffrey-epstein?utm_source=20190813&utm_medium=email&utm_campaign=ALERTE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[ALERTE]-20190813&M_BT=1426256628679
(37)Futura science « RFID : dangers et dérives des puces sous-cutanées » https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-rfid-dangers-derives-puces-sous-cutanees-9090/
(38)Euronews « La puce électronique sous la peau fait son chemin »

https://m.youtube.com/watch?v=O5nhM-5-xdM

(39)Le point « Europe, climat au menu de la réunion Bilderberg cette semaine en Suisse »
https://www.lepoint.fr/monde/europe-climat-au-menu-de-la-reunion-bilderberg-cette-semaine-en-suisse-28-05-2019-2315627_24.php
(40)Ouest france « Les eurodéputés disent oui à Ursula von der Leyen,

première femme présidente de la Commission européenne »


https://www.ouest-france.fr/europe/ue/les-eurodeputes-disent-oui-ursula-von-der-leyen-premiere-femme-presidente-de-la-commission-6447334

BlueEyeBlueEyeBlueEyeBlueEye