19 février 2020

VERNISSAGE DE LA NOUVELLE GALERIE FERRERO DANS LE VIEUX NICE SAMEDI 15 FEVRIER 2020 A PARTIR DE 18H30

La mythique galerie FERRERO fondée en 1954 change d’air pour s’installer dans le Vieux Nice au 17, Rue Droite, juste à côté du Musée Niçois du PALAIS LASCARIS.

DSCN3557

 

P1390116

 

La Galerie FERRERO, fondée en 1954 par Jean Ferrero, photographe, a quitté son fief dans le quartier de la Croix de Marbre pour s’installe dans le Vieux Nice. Reprise depuis 2003 par Guillaume ARAL, l’institution niçoise s’équipe ainsi d’un tout nouvel espace de près de 300 m2 pour abriter sa prestigieuse collection qui compte parmi bien d’autres les grands noms de l’école de Nice et du Nouveau-réalisme : Arman, Ben, César, Fahri, Gilli, Mas, Sosno, Christo et Rotella en tête.

Comme elle a toujours fait, la galerie continue aussi d’être catalyseur de la création contemporaine en mettant en avant les artistes locaux émergents.

L’inauguration de ce nouvel espace a eu lieu le samedi soir 15 février à partir de 18h30 où un public très nombreux d’invités se pressait pour venir découvrir ce prestigieux espace culturel sur l’Art contemporain.

Le vernissage de cette nouvelle galerie FERRRO non loin du grand Musée niçois du Palais LASCARIS fût marquée par une des désormais légendaires « PerforMas » par l’artiste Jean Mas.

Lors de cette performance, l’éminent artiste Jean MAS membre de l’Ecole de Nice et Grand-Maître autoproclamé de l’« Ordre de la Cage à Mouche », a décerné à Guillaume ARAL l’insigne de Commandeur de l’Ordre de la C.A.M., une distinction issue de la mythologie personnelle du plasticien qui a élevé l’autodérision au rang des beaux-arts.

 

Galerie Ferrero
17 rue Droite – Vieux Nice
06300 Nice – France
Tél : + 33 4 93 88 34 44
contact@galerieferrero.com

Pour en savoir plus : http://www.galerieferrero.com

 

film d'Alain GAFFET VERNISSAGE GALERIE FERRERO 2020

 

REPORTAGE PHOTOS ET VIDEO EXCLUSIF PAR L'EQUIPE DE AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV - C.COPYRIGHTS AND ALL RIGHTS - 15.02.2020 - NICE -

P1380961

P1380969

P1380974

P1380975

P1380977

P1380984

P1380985

P1380989

P1380987

P1380999

P1390003

P1390005

P1390006

P1390012

P1390019

P1390020

P1390022

P1390024

P1390031

P1390033

P1390039

P1390044

P1390046

P1390052

P1390056

 

P1390057

P1390059

P1390061

P1390063

P1390071

 

P1390074

P1390077

P1390084

P1390088

P1390101

 

P1390110

 

P1390121

 

P1390124

 

P1390125

 

P1390126

P1390127

P1390117

PHOTOS PRESSE Gérard DIACONESCO

 

 

DSCN3549

DSCN3563

DSCN3568

DSCN3569

DSCN3570

 PHOTOS PRESSE Alain GAFFET

************************************************************************

 

GUILLAUME ARAL LE COLLECTIONNEUR D'ART CONTEMPORAIN DIRECTEUR DE LA GALERIE FERRERO ET HOMME POLITIQUE DE LA VILLE DE NICE

Qui est Guillaume ARAL ?

11714236

 13 juillet 2019

Aujourd' hui présentation de Guillaume ARAL Directeur de la Galerie d'Art Contemporain "FERRERO" Conseiller Municipal et Métropolitain de la Ville de Nice dont Benoît KANDEL déclaré candidat Républicain pour la mairie de Nice contre ESTROSI en 2020 ne veut plus sur sa liste !

téléchargement (2)

FIGURES DE L’ART / SAG’ART : la galerie Ferrero, deuxième partie : Guillaume Aral, marchand d’art sans complexe - Nice

- Guillaume Aral 
- 49 ans 
- Directeur de la Galerie Ferrero 
- Un galeriste nouvelle génération !

Cinq ans après son rachat par Guillaume Aral, qu’est devenue la vénérable Galerie Ferrero ? Nouveau style, nouveaux artistes, nouveau lieu … Visite guidée !

« Vendre ce que j’aime ».

Pour connaitre les goûts personnels de Guillaume Aral, il suffit de franchir le seuil de la vénérable Galerie Ferrero, qui s’est bien métamorphosée depuis l’époque du fondateur.

Guillaume Aral assis sur une oeuvre de l’artiste Stéphane Cipre
© JCh-Dusanter

Si l’on y trouve encore l’héritage classique « Ecole de Nice » de Jean Ferrero - Arman, César, Gilli, Ben, Sosno, Moya - Guillaume Aral se démarque en affirmant sa volonté de « promouvoir des artistes vivant dans la région, comme Youn, Cipre, Pons, Martinez, Reyboz, Graff, Metcuc, Hierro », et quelques italiens de la Ligurie proche, comme Laveri (les rouges à lèvres en céramique) ou Palmero (les pare-brises peints). Tout en ajoutant à son « bric à brac » un peu de Combas, un brin de Christo (photos de Volz) et même une pincée de Cracking Art (animaux en plastique coloré). Le tout dans un « esprit ludique, ni figuratif ni abstrait, ni minimaliste ni classique, c’est à dire une voie intermédiaire ».

La vie est courte, je dois saisir ma chance

_DSC6682

© JCh-Dusanter

« L’art contemporain est une culture qui s’apprend, il faut des clés pour savoir l’apprécier. Chez moi, ce fut progressif ». 
Après s’être intéressé aux antiquités ou aux livres anciens, Guillaume Aral découvre l’art d’aujourd’hui. Il lit, se cultive, épluche les catalogues de vente, regarde les émissions de tv et surtout, rencontre des artistes. De même concernant le mobilier, lui qui fut d’abord de goût "assez classique, confortable", il a changé peu à peu d’optique, se tournant désormais vers le design pour meubler son nouvel appartement accolé à son nouveau show-room.

_DSC6671

© JCh-Dusanter

Né à Marseille en décembre 1970, Guillaume Aral arrive à Nice un an plus tard, quand son père s’installe comme notaire après avoir acheté une charge laissée sans héritiers. C’est à Nice qu’il fait toute sa scolarité, depuis l’école du port et le lycée Masséna jusqu’aux études de droit. Il enseigne l’histoire du droit durant quelques années, hésitant à devenir professeur, avant d’obtenir son doctorat en 2001. Durant une brève expérience dans le notariat, il profite d’une nouvelle législation pour organiser quelques belles ventes aux enchères. Il y rencontre Jean Ferrero, lequel cherche à vendre sa galerie : ça tombe bien, Guillaume Aral est décidé à franchir le pas … 

- Car entretemps, il y a eu le 11 septembre 2001

Ce matin-là, Guillaume est de passage à New York avec son père. Ils se lèvent tôt à cause du décalage horaire et décident d’aller faire un peu de tourisme … Distrait, Guilaume remonte au dernier moment dans sa chambre chercher l’appareil photo qu’il y a oublié : ces quelques secondes lui sauveront la vie. Ils attendent pour acheter leur billet au pied de la première tour du World Trade Center quand survient le premier impact. Guillaume se souvient encore des débris qui tombent et de la panique … Ils évacuent très vite et facilement, puis restent et regardent de loin… avant que ne survienne la deuxième explosion, juste « une boule de feu ». Ils resteront bloqués une semaine à New York. Vivre une telle tragédie incite à la réflexion : « la vie est courte, je dois saisir ma chance » se dit-il. C’est ainsi qu’il décide de racheter la Galerie Ferrero en septembre 2003 pour vivre sa « passion de l’art ».

Cinq ans plus tard, il ne regrette rien, le bilan est positif

_DSC6708

© JCh-Dusanter

Marchand sans complexe, Guillaume Aral veut « que ça se vende », et il l’assume, à l’image, confie-t-il, du grand galeriste belge Guy Pieters qu’il admire. S’il s’avoue « un peu casanier, n’aimant pas trop bouger ni faire les foires », il travaille beaucoup et, est présent tous les jours dans sa galerie.

Et il n’hésite pas à entreprendre des travaux : relookage complet de la galerie début 2006, ouverture d’une boutique de produits dérivés, et en juin 2008, d’un show-room dans l’immeuble mitoyen. Un nouvel espace doté d’un jardin privatif pour les sculptures, et d’une petite salle où seront exposées dans des vitrines les pâtes de verre de Daum, des éditions limitées signées d’artistes contemporains (Ben, Sosno…), etc.

Avec sa nouvelle compagne elle aussi dans le monde artistique, Guillaume Aral partage une passion commune pour Venise et les livres anciens : « je n’ai aucun regret, même si diriger une galerie est parfois stressant, c’’est un métier dans lequel on baigne à 100%, en permanence : on est comme immergé dans l’art, ce qui devient passionnant ».

Profil du client de la Galerie Ferrero en 2008

- A Nice, les clients de l’art contemporain sont de deux sortes : les investisseurs et ceux qui marchent au coup de coeur (les très riches qui ne s’inquiètent pas de la cote d’un artiste). Après la grande époque des Italiens en 2003-2004, ce sont aujourd’hui les Belges qui font le principal chiffre d’affaires de la galerie. Très peu d’Américains passent par la rue du Congrès, tandis que les Russes commencent à arriver, même s’ils sont encore plutôt XIXème siècle. Le premier Chinois est venu cet été, il a acheté une oeuvre de Cipre intitulée judicieusement "made in china" ! 
- La sculpture a la cote en ce moment, les collectionneurs jeunes se rabattant sur les artistes plus jeunes et moins chers qu’Arman ou César. Entre 900.000 euros pour une œuvre d’Arman et 55.000 euros pour une autruche de Cipre, on peut comprendre pourquoi !

Posté par : POLITIQUE PACA à - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur VERNISSAGE DE LA NOUVELLE GALERIE FERRERO DANS LE VIEUX NICE SAMEDI 15 FEVRIER 2020 A PARTIR DE 18H30

Nouveau commentaire