Communiqué de presse

La Préfecture, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes et la Direction départementale des finances publiques (DDFiP) s’engagentà rendre plus accessible les services des finances publiques aux usagers

Mardi 12 novembre 2019, Bernard Gonzalez, Préfet des Alpes-Maritimes, Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Antoine Magnan, Directeur général adjoint à la direction générale des finances publiques, et Claude Bréchard, Directeur départemental des finances publiques des Alpes-Maritimes, ont signé la charte d’engagements du nouveau réseau de proximité des finances publiques à l’Hôtel du Département.

Les Alpes-Maritimes sont le 2ème département en France à conclure un tel accord.

signature charte engagements finances publiques 

Les services publics constituent une préoccupation essentielle pour les concitoyens et les élus du territoire.

Cette charte souligne l’implication des services de l’État et du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, dans le soutien aux communes et aux administrés. Son objectif principal est de rendre accessible les services des finances publiques à moins de 30 minutes dans chaque canton d’ici 2023.

Elle comprend le développement prioritaire de l’accueil DDFiP (Direction Départementale des Finances Publiques) dans les Maisons du Département. Elle prévoit également l’extension du service de visio qui est actuellement de 2 jours par semaine.

La DDFiP sera présente dans 33 communes des Alpes-Maritimes (soit 30 % de plus) sur le littoral mais aussi dans les communes de moins de 3 500 habitants.

 

Pour Bernard Gonzalez : « J’ai, dès le début de l’été 2019, demandé aux services de l’État d’être à l’écoute et nous avons travaillé en étroite collaboration avec l’ensemble des collectivités concernées. J’ai été extrêmement attentif à ce que l’intérêt général prévale au cœur des discussions entre l’État et les élus et que les préoccupations de ces derniers en matière de proximité et d’efficacité soient prises en compte.

Et la présence de M. Antoine Magnan, Directeur général adjoint à la direction générale des finances publiques, met en exergue au niveau national, le travail exemplaire que tous ont réalisé pour aboutir à la signature de cette charte. »

 

Pour Charles Ange Ginésy : « Le Conseil départemental est le gardien du maillage territorial des services publics et d’un savoir-faire reconnu. Pour remplir notre mission des solidarités sociales et territoriales, nous devons développer des lieux d’accueil et de conseil polyvalents. Depuis 2006, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes n’a cessé de renforcer son réseau des Maisons du Département qui apportent du service au public. Elles facilitent l’accès aux services numériques avec la dématérialisation des actes administratifs et notamment l’organisation, depuis 2018, d’ateliers d’aide à la déclaration des impôts en ligne dans les Maisons du Département, en partenariat avec la DDFiP, à destination de tous les publics.  Ainsi, deux maisons supplémentaires vont être réalisées. L’une est en cours de création à Grasse et l’autre en cours d’élaboration à Vence.

Avec les Maisons du Département, nous accueillerons prochainement les Maisons France Services, concept lancé cette année par l’État. »

 

Pour Antoine Magnan : « C’est un réel plaisir d’être parmi vous aujourd’hui pour saluer le travail en commun réalisé entre les services de l’État et le Conseil départemental des Alpes-Maritimes. Cette signature est un beau travail de préparation, de discussion, d’écoute et d’enrichissement. C’est l’amélioration du service public que nous rendons à la fois à la population maralpine et aux élus, en particulier les Maires.

Nous sommes actuellement présents dans 22 communes du département, et demain nous seront présents dans 33 communes pour rendre un service public de qualité auprès de la population et des élus. »

 

Pour Claude Bréchard : « Je tiens à saluer le dialogue franc avec les élus. C’est une convention partagée pour laquelle nous allons continuer à travailler. Nous sommes partis des questions suivantes : Quel est l’objectif attendu ? Quel besoin pour le particulier ?

Cette dernière question est fondamentale. Le besoin correspond à une présence plus forte sur le territoire qu’il soit rural ou urbain. Les élus ont un réel besoin de conseils, et nous mettrons tout en œuvre pour répondre à cette attente. »