VISITE DE 48 H DU COUPLE PRESIDENTIEL AMERICAIN DONALD TRUMP INVITE D'HONNEUR PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EMMANUEL MACRON POUR LES FESTIVITES DU 14 JUILLET 2017 A PARIS

7789346720_les-couples-presidentiels-americains-et-francais-levent-les-yeux-vers-ciel-pour-admirer-le-passage-de-la-patrouille-de-france-vendredi-14-juillet

C'est dans son avion présidentiel "AIR FORCE " que le président des Etats-Unis Donald TRUMP accompagné en cela par sa charmante épouse Mélania atterrissait à Paris ce jeudi 13 juillet un peu avant 9heures du matin pour rencontrer Emmanuel MACRON sur son invitation à assister aux festivités du défilé militaire du 14 juillet.

Par cette invitation le président Emmanuel MACRON voulait affirmer sa volonté de célébrer une amitié de relation incontournable qui relie durablement la France et les Etats-Unis depuis deux siècles et demi jour de l'INDEPENDANCE DAY (guerre d'indépendance des Etats-Unis qui fût assisté par l'intervention militaire de la France dès son début en la personne du marquis de LA FAYETTE - 1776-1781 sous le règne du roi LOUIS XVI ).

Durant ce séjour à PARIS du couple présidentiel américain ce dernier était logé dans une résidence de l'Etat Français rue du Faubourg  Saint-Honoré à deux pas du palais de l'Elysée.

L'après-midi fût consacré dès 15h30 à une réception officielle donnée en l'honneur de Donald TRUMP en présence du président Emmanuel MACRON à l'Hôtel des INVALIDES et une visite du tombeau de NAPOLEON 1ER au Musée Militaire.

Après cette visite les deux Chefs d'Etat donnèrent une conférence de presse au Palais de l'Elysée.

cover-r4x3w1000-59660c641c8c1-000-ow4bf

De leur côté les deux épouses des présidents visitaient la cathédrale Notre Dame de Paris et firent une balade en bateau le long des quais de la Seine jusqu'au pont de la Concorde.

Pour conclure cette première journée du couple présidentiel américains en visite à Paris ces derniers étaient invités le soir à diner avec le couple MACRON au restaurant le Jules Verne du deuxième étage de la TOUR EFFEL par le célèbre grand Chef étoilé Alain DUCASSE.

DEtHtT-XUAUkfws

DEsRddfUIAAB5kg

Le lendemain vendredi 14 juillet qui débutait par une belle journée ensoleillé sur Paris, Donald TRUMP et son épouse Mélania arrivaient dans leur limousine blindée pour être reçus vers 10h15 par Emmanuel MACRON et son épouse à la tribune officielle présidentielle pour assister toute la matinée au défilé militaire des troupes françaises, ainsi qu'à celui du défilé des soldats américains de la "BIG RED ONE".

armee-us-trump-defile-14-juillet

Cette première division d'infanterie américaine a été créée en 1917 pour venir en aide aux Alliés en France combattre les troupes ennemies allemandes durant la première Guerre mondiale (1914-1918 ).

DEsRxuuW0AAxD-r

Et c'est en tout début d'après-midi le défilé militaire terminé, que le couple présidentiel américain Donald TRUMP prenait congé du couple MACRON pour rejoindre leur avion "AIR FORCE" et s'envoler en direction des Etats-Unis.

 

DIACONESCO Gérard 

PHOTOS DES AGENCES DE PRESSE FRANCAISE TIREES DES RESEAUX SOCIAUX ( merci à eux ).

DEmD1RlXkAAMHpe

1038940-le-president-emmanuel-macron-et-le-le-chef-d-etat-major-des-armees-le-general-pierre-de-villiers-a-b

7789345045_emmanuel-macron-descend-les-champs-elysees-en-voiture-militaire-vendredi-14-juillet-au-cote-du-chef-d-etat-major-pierre-de-villiers

DEsRlS7XYAAGlCb

3414424-voiture-du-president-des-etats-unis-dona-950x0-1

DEsRDVlWAAAJXSv

7Oo6Lc27 (1)

amériqu

38e75d653dba599842a3c566b84de2c6c8cfb1f6

DEsTh3pWAAEALHD (1)

DEsKjGBW0AEDb1F

KA7vmjde

chammal-frace-irak-daesh

DEsFc_VXUAAYPBx (1)

DEsQiORWsAAfq_0

SxTdavCA

DEsRg6vXsAEgVAi

DEsUHktWAAAdj_0 (1)

1038986-le-president-emmanuel-macron-fait-une-declaration-aux-cotes-de-son-homologue-americain-donald-trump-

DEsN3EpXcAEEhoZ

images bis2

DEsBcY0XUAA6aFv

13dc68facb11161d2724a4f52ba390e9

12-defile-en-eocm

13721

3228302921_1_14_o7YuvHqk

7789346027_le-defile-militaire-du-14-juillet-2017

20170713120352898-0

defile-20140713

esa01

DEr80PtXYAAa939

K3a1mwDc

tulle_3-3173079

7524586-mais-au-fait-quel-14-juillet-celebre-t-on

atmopshere-during-2012-annual-military-87a8-diaporama

59688b8009fac2ca1b8b4569

1017009687

blindes

images (1)

live

WtH2wmaE

DEsP86SXgAAQ1p2

1038979-les-presidents-francais-emmanuel-macron-et-americain-donald-trump-accompagnes-de-leurs-epouses-au-de

DEsOwHtXcAAgPkL

DEsW23eWAAUAVgD

DEsXm1GXgAAUuuV

imagesDU 14 JUILLET 2017imagesDU 14 JUILLET 2017imagesDU 14 JUILLET 2017

 

 

**********************************************************************************************

 

C0cR9AkXcAEMiwC

Publié par Jean-Patrick Grumberg le 4 juillet 2017

Trump a si bien analysé l’acharnement des médias contre lui, qu’il a utilisé à son profit leur obsession, il les a leurrés avec des tweets qu’il savait capables de déclencher des tempêtes médiatiques, pendant qu’il faisait voter des lois sensibles. Le piège a fonctionné comme un rêve, et ils ont créé leur propre rideau de fumée.

Les deux lois que Trump a fait voter concernent un des sujets les plus crispants, les plus clivants de la politique de l’Administration Trump : son combat contre l’immigration, face à une classe politique et médiatique qui a largement adopté la philosophie alternative d’un monde sans frontière, et a rejeté ses incitations à l’amour de la nation américaine et ses promesses de reconstruire la grande Amérique.

Donald Trump avait promis durant sa campagne d’abolir ce qu’on appelle aux Etats-Unis les « sanctuary cities ». Ce sont des villes très à gauche qui abritent les délinquants et criminels illégaux – essentiellement d’origine sud-américains – en refusant de les livrer aux services d’immigration qui veulent les expulser, au risque de laisser en liberté des individus dangereux, multi-récidivistes.

C’est exactement ce qui se produit en 2015 lorsqu’une jeune Américaine, Kate Steinle, a été tuée par balles à San Francisco par un immigrant illégal qui vivait protégé dans la ville sanctuaire de San Francisco, bien qu’il ait été déporté 6 fois, était réentré 6 fois illégalement aux Etats-Unis, et que la ville avait refusé de le remettre aux autorités fédérales pour l’expulser. S’y serait-elle conformée que Kate Steinle serait encore en vie. Cela fit un drame national, mais pas assez pour émouvoir les gauchistes.

Kate’s Law, pour protéger les honnêtes gens contre les criminels étrangers illégaux

Rendons à César ce qui appartient à César, la loi, la Kate’s law, a été pensée et promue par le plus grand journaliste américain, Bill O’Reilly, et proposée à la Chambre des représentants sous Obama. Elle a été rejetée lors d’un vote unanimement contre des Démocrates. La loi prévoyait que si un délinquant expulsé revenait illégalement aux USA, il serait automatiquement incarcéré pendant 5 ans, même s’il n’a commis aucun acte illégal.

A l’époque de son premier passage, les Démocrates s’étaient violemment opposés à la Kate’s law. Parce qu’ils ne veulent pas renoncer à leur fantasme multiculturel, et préfèrent toujours protéger les délinquants au détriment des honnêtes gens.

Le 29 juin, la loi a été approuvée par 257 voix contre 157. Aucun média n’en a parlé, et je vais vous dire pourquoi dans un instant.

Villes sanctuaires = pas d’argent fédéral

Dans la foulée, Trump a fait voter une autre loi très importante contre les villes qui protègent les illégaux, et je craignais sincèrement que les maires de ces villes, qui ont annoncé qu’ils résisteraient si les lois étaient votées, excitent leurs citoyens déjà très hostiles à Trump, déclenchent des opérations de « résistance », des manifestations géantes, et organisent le chaos.

La loi, qui a été votée par 228 voix contre 195, prévoit que si les villes font obstruction et refusent de remettre aux autorités fédérales les illégaux qui doivent être expulsés, ces villes ne recevront plus aucune aide financière fédérale. Et ces aides leur sont vitales.

Là encore, aucun remous, aucune manifestation, aucune crise d’hystérie des médias.

L’appeau du tweet a eu la peau des médias

Le jour du vote, à 5 h 52 du matin, Donald Trump a lâché une boule très puante, un tweet taillé comme un appeau. S’attendant à ce qu’ils se conduisent comme des moutons qui se jettent dans le vide en suivant le meneur sans réfléchir, Donald Trump a roulé les médias dans la farine en leur cuisinant un tweet indigeste.

Trump a insulté deux journalistes, dont une femme. Le crime absolu. Les intouchables. Une femme attaquée par le sexiste Trump ! Journaliste de surcroît !

La solidarité corporatiste est d’autant plus forte que si la victime de Trump est un anti-Trump, la levée de boucliers sera d’autant plus puissante.

Fin observateur, Trump l’a parfaitement compris. Sa cible avait toutes les qualités requises et il a fait dans le mille et sans dentelle :

« J’ai entendu que l’émission Morning Joe, qui a une audience très faible, dit du mal de moi (je ne la regarde plus).

Mais pourquoi cette folle de Mika au QI de poulpe [Mika Brzezinski, qui anime l’émission] et ce taré de Joe [Joe Scarborough, co-animateur], sont-ils venus au Jour de l’an passer 3 nuits à Mar-a-Lago [la résidence de Floride de Donald Trump], et ont insisté pour se joindre à moi ? Elle pissait le sang suite à un mauvais lifting. J’ai dit non ! »

Même si Morning Joe insulte quotidiennement Trump en des termes crus (dégénéré, schmock, etc.), la remarque du Président Trump était dégueulasse.

Et c’est là tout le génie de Trump.

Puisque le moindre de ses tweets politiquement incorrects fait passer au second plan les événements importants du monde, il a retourné contre les journalistes leur malhonnêteté.

En réponse au tweet, les médias sont partis en vrille. Les commentaires scandalisés ont fusé. Leurs fusibles ont sauté. Des journalistes se sont presque évanouies. Le dégoût était sur toutes les lèvres…

Et les deux lois ont été votées comme un charme, sans un soupir des journalistes, sans un mot des Démocrates, même les plus radicaux. Personne n’a rien vu, le sang du mauvais lifting pissait de partout sur les chaînes câblées et les unes des journaux.

Une autre personnalité politique a utilisé les points faibles de ses adversaires médiatiques et politiques pour détourner l’attention et obtenir l’impossible, et c’est la jeune et jolie ministre de la Justice israélienne Ayelet Shaked, mais c’est une autre histoire, je vous la raconterai une autre fois.

SOURCE : Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

***********************************************************************************************