Le journaleux Menusier reproche à la France les « minimes incivilités » algériennes

D_gDjqvWsAA-E-J

Publié le 17 juillet 2019 - par  
"La liberté d’information (FOI) ... est inhérente au droit fondamental à la liberté d’expression, tel qu’il est reconnu par la Résolution 59 de l’Assemblée générale des Nations Unies adoptée en 1946, ainsi que par les Articles 19 et 30 de la Déclaration universelle des droits de l'homme  (1948), qui déclarent que le droit fondamental à la liberté d’expression englobe la liberté de « chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit ».

Christophe Dechavanne, sors de ce corps, on t’a reconnu !

Incroyable mais vrai, ce que les échauffourées, avant, pendant et après les matches de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 peuvent inspirer certains scribouillards, s’empressant de nous servir leurs commentaires spécieux !

Devant la vive propension d’une grande partie de ceux se prétendant journalistes, parce qu’en possession du précieux sésame appelé « carte de presse », à sortir  des conneries à répétitions, genre enfoncements de portes ouvertes, découvertes de l’eau chaude, ou encore analyses totalement à côté de la plaque… on pourrait tout naturellement en déduire qu’il se déroule quelque part des castings d’incompétence, voire de nullité crasse, dès qu’un poste de journaleux se libère… à Libération ou ailleurs ; peu importe, l’idée directrice étant la même presque partout : faire barrage au RN sous n’importe quel prétexte, afin de pouvoir garder une place au soleil si durement gagnée.

La concurrence est évidemment très vive vu que les autorités, ratissant large pour embaucher, ne regardent ni à la couleur, ni à la réelle valeur humaine, ni aux compétences nécessaires, et encore moins à la provenance… quoique sur ce point, ceux venus d’ailleurs semblent de plus en plus privilégiés (je me comprends !).

Et désormais en cas d’échec, les malheureux candidats peuvent toujours postuler à un poste de « serviteur de l’État » (et vice versa) les deux domaines n’exigeant pas de qualité spécifique (sinon ça se saurait sur le terrain), l’important étant d’être suffisamment flexible, respectueux des exigences du grand patron… en bref être un parfait lèche-culs, doublé d’un traître à la Nation et à ses concitoyens… pour certains tellement stupides qu’ils gobent n’importe quoi, pourvu que ce soit asséné avec force et conviction.

Donc, dans le genre journaleux n’ayant pas encore goûté aux sinécures politiques (pour l’instant) mais présentant toutes les qualités requises, la pêche d’aujourd’hui nous offre un magnifique spécimen en la personne d’Antoine Menusier, journaliste indépendant, connu des animateurs de Riposte Laïque et Résistance Républicaine, puisque étant venu à plusieurs reprises les « chatouiller », lors de quelques conférences de presse… où d’ailleurs certains de ses con-frères (si, si, ça peut s’écrire en deux mots… parfois !) brillaient par leur absence, mais ceci est un autre problème.

Aujourd’hui, nous devons un grand merci à Menusier qui consent à partager avec l’ensemble du petit peuple les conclusions de sa superbe analyse, si aiguisée qu’elle nous laisse pantois.

Déjà en février dernier, participant à l’émission « Bercoff dans tous ses états » sur Sud Radio, cet ancien rédacteur en chef du Bondy Blog et auteur du « Livre des indésirés » aux Éditions du Cerf, également grand philosophe, voire même éminent psychologue… expliquait à l’antenne que « les enfants de la deuxième génération sont faits du parcours et de la vie des parents » ; et que de plus, « il y a une forme de culpabilisation chez les enfants d’immigrés arabes ».

Bon, au premier abord, je suis assez d’accord avec cela : les parents émigrés arabes ont si mal élevé leurs enfants (voire pas du tout pour certains), ne leur inculquant absolument pas prioritairement le respect du pays qui les a reçus et les nourrit, leur permettant de vivre plus confortablement que chez eux… qu’il est assez normal que les chérubins se sentent coupables

Ah mais non, j’avais tout faux !

Car en fait il faut comprendre que : « L’adhésion à la cause palestinienne, c’est une forme d’ascèse. C’est-à-dire que ces jeunes paient en quelque sorte la paix que leur ont donnée leurs parents […] Il y a une forme de dette vis-à-vis des parents qui ont été à l’usine… »

Euh… sans vouloir paraître vénale, j’aimerais tout de même savoir une chose : c’est quand qu’ils nous remboursent, à nous les Français, tout le bien qu’on leur a fait et que l’on continue à leur faire, malgré leur totale absence de reconnaissance ?

Parce que, ce n’est pas pour dire m’sieur Menusier, mais si l’on suit votre raisonnement, il y aurait chez beaucoup d’enfants d’immigrés, comme deux culpabilités diamétralement opposées ! L’une faite d’amour du pays et de leurs racines, qui va à leurs parents (lesquels ne semblent pas avoir fait grand-chose pour faire évoluer leur propre pays après nous avoir virés), et l’autre qui nous est destinée, faite exclusivement de haine et de rancœur à l’encontre de leur ex-colonisateur qui ne leur aurait fait que du mal !!!

Alors, sans vouloir polémiquer, on s’demande quand même ce qu’ils font encore chez nous, à nous supporter, alors que la vie serait si douce en rentrant au bled !

Mais ne pleurez pas encore… j’vous dirai !

Parce que, pour Antoine Menusier :

« si ces immigrés de la deuxième génération se reconnaissent moins dans la culture française, c’est le résultat de leur réflexion interne ». Tiens c’est drôle j’aurais cru au contraire qu’il n’y avait justement aucun raisonnement censé à la base de leurs violentes actions à la moindre occasion !

« Ils ont grandi en baignant dans la même culture. L’assimilation s’est faite. Ce n’est qu’après qu’a eu lieu tout un discours de désassimilation mentale. Et d’après vous, qui sont les responsables de cette « désassimilation mentale » ? Ne cherchez pas, ce sont les gauchistes à votre image !

Mais la sentence du sieur Menusier n’est pas terminée sur ce sujet ; il lui faut encore rajouter :

« Ce qui m’intéresse le plus, c’est les questions d’humiliation, des injustices et la quête de dignité. L’islam qui a été professé en France ces dernières décennies était un islam social, fait pour retrouver sa dignité ».

Voilà ! C’est là : vous pouvez, au choix, soit vous rouler par terre de rire, soit hurler de rage, selon votre propre degré de résistance à la suffisance des cuistres donneurs de leçons !

 Elle est où exactement, la dignité, ici ?… on ne la voit pas très bien !

https://www.sudradio.fr/societe/antoine-menuisier-les-enfants-dimmigres-arabes-ont-interiorise-la-souffrance-reelle-ou-supposee-de-leurs-parents/

Il n’est guère étonnant, dans ces conditions, que le « professeur Menusier » reprenne ses cours magistraux en ces temps de tensions entre supporters algériens et les forces de l’ordre, dans le cadre de la CAN 2019, et nous avons donc droit à nouveau à sa façon bien à lui, d’étaler sa jobardise… prouvant une seule chose : il ne comprend rien à rien… ou alors, comme beaucoup de politicards, il s’imagine qu’il est possible de « faire ami-ami » avec des sauvages maniant le Coran… et le couperet qui va avec, à la moindre contradiction !

Selon lui donc, « les célébrations qui ont accompagné la victoire de l’Algérie dimanche soir révèlent que le malaise identitaire d’un grand nombre de Franco-Algériens demeure toujours vif » ; et donc « le problème des banlieues ne serait toujours pas réglé » !

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/supporters-algeriens-le-probleme-des-banlieues-n-est-toujours-pas-regle-20190716

Non mais c’est quoi ce délire ? Ils ont gagné, donc normal qu’ils soient joyeux, mais en quoi foutre le bordel des nuits entières, sans se soucier d’importuner les riverains par leurs incessants charivaris, auxquels malheureusement s’ajoutent des débordements de toutes sortes, serait un problème de banlieues non résolu ?

https://www.youtube.com/watch?v=8DVVjMAo2OU

D’abord ce n’est pas que dans les banlieues que ces exactions ont lieu, mais partout ; aussi bien dans les petits villages que dans les grandes villes ou leurs banlieues ; les cris de « on est chez nous », les « Allahu akbar » et les drapeaux exclusivement algériens, sont indéniablement la preuve que tout n’est que provocation des « céfrancs haïs » et n’ont rien à voir avec le football !

Il me semble par ailleurs, particulièrement inconscient d’écrire :

« Que l’on se tourne vers l’aval ou vers l’amont de ces raisons, il y a un problème d’intégration qui touche au mental. Chez un certain nombre de jeunes, chez des plus anciens aussi, prévaut le sentiment de pas être désirés, non seulement par une partie des Français, mais parfois par la France elle-même, et ce, depuis l’arrivée des premières générations d’immigrés maghrébins, africains par extension. »

Dis-donc, Menusier, tu ne serais pas en train de faire de la « désassimilation mentale » comme tu le serinais en février, par hasard ? Comme beaucoup de tes collègues d’ailleurs ; vous pissez sur nous, en chœur avec les immigrés… et vous dites ensuite qu’il pleut !

Quant à Macron qui nous mijote une loi prétendue « anti-haine », il ferait bien de se pencher sur sa propre responsabilité, lorsqu’il a osé affirmer, justement en Algérie, que la colonisation était un crime contre l’humanité ; au lieu d’insister sur le côté positif de tout ce qu’elle a apporté, même en approuvant qu’elle ait cessé, il a lui-même mis le feu aux poudres et ses paroles ne sont rien d’autre que de l’incitation à la haine !

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/la-colonisation-crime-contre-l-humanite-macron-sous-le-feu-des-critiques_1879756.html

Bon, il est grand temps que je me calme, car il s’en faudrait de peu que j’imite la Lætitia Avia, en mordant le premier immigré, ancien ou de fraîche date, qui viendrait me dire en face « que je lui dois quelque chose » !

Et c’est moi qui aurais des ennuis !

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

D_eDD40WkAEvgfT

***********************************************************************