COVID-19 : LA CHLOROQUINE

 

 

DU PROFESSEUR RAOULT

 

 


par Marc Le Stahler

Dernières statistiques sur le Coronavirus au 22 mars 2020

=> Dans le monde :

438 749 personnes infectées

décès 19 675

111 895 guérisons

= > En France :

22 637 cas de personnes infectées
1.100 décès
3.281 guérisons


LA FRANCE EN LETHARGIE

Après des élections municipales à marche forcée qui ont déplacé la moitié du corps électoral dans les bureaux de vote, la France, en pleine phase montante de la courbe de Gauss (conforme au modèle italien), est donc confinée depuis une semaine.  

La situation sanitaire, tant matérielle (insuffisance de masques, de tests, de respirateurs) qu’organisationnelle (stratégies illisibles et souvent contradictoires, frontières poreuses), est catastrophique et ne tient encore debout que grâce au dévouement exceptionnel du personnel médical et paramédical. Mille excuses en passant à Roselyne Bachelot qui fut accusée en son temps d’avoir acheté un stock de masques devenus inutiles en 2010 lors de l’épidémie de H1N1. Et une honte supplémentaire pour le désastreux Hollande, qui fit supprimer en 2013 la ligne budgétaire consacrée à cet équipement majeur !

Il faut reconnaître que notre organisation politique, machinerie dépassée conduite par des énarques formatés pour appliquer et gérer un système administratif sclérosé et déconnecté des réalités, a totalement échoué. On s’en doutait, on le savait, mais, dans le maelström d’une crise sanitaire majeure, l’évidence du constat devient angoissante.

Car l’incompétence de l’équipe gouvernementale est désormais devenue criminelle. On ne reviendra pas sur les instructions délirantes (« les masques ne servent à rien – d’ailleurs on n’en a pas – », « allez voter et confinez-vous ensuite »). Par charité chrétienne, on n’évoquera pas non plus le remplacement au milieu du gué de la ministre de la Santé pour les raisons que l’on connait. Ni sa confession délirante où elle se demande « ce qu’elle va devenir » (voir l’article de Michel Onfray sur Agnès Buzyn « Haute Trahison »).

5147eee26812979497d24b5bb23ff95d

Même les statistiques sont faussées. On vous communique tous les soirs le nombre de décès, le nombre de malades, et on en déduit le taux de létalité. Mais en comparant ainsi un nombre réel au numérateur (celui des décès) à une quantité sous-estimée au dénominateur (puisqu’on ne dépiste pas systématiquement les personnes infectées), on surestime évidemment le quotient (taux de létalité).

Rappelons que la France effectue 5 000 tests / jour quand l’Allemagne en réalise plus de 20 000. Ce qui explique peut-être que le taux de létalité en France soit  10 fois supérieur à celui de l’Allemagne…

Confinés depuis une semaine, les Français sombrent doucement dans la peur, l’angoisse, voire la panique. La vie économique est en léthargie presque totale. A l’angoisse vitale s’ajoute la peur économique du lendemain pour les salariés, les entrepreneurs, les retraités…

Et nul ne sait combien de temps durera cette épreuve, le gouvernement lançant de temps en temps des ballons d’essais pour tester les réactions populaires face à un prolongement du confinement de 2 semaines, 1 mois, 6 semaines…

Il existe pourtant une petite lueur d’espoir que le gouvernement semble avoir beaucoup de mal à considérer…

L’ESPOIR A MARSEILLE ?

20200321_1_6_1_1_0_obj22396007_1

Les faits : le Professeur Didier Raoult de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille traite depuis le début de la pandémie ses patients atteints du Covid-19 à partir d’un médicament antipaludique – le Plaquénil -, à base d’hydroxychloroquine.

Et ce traitement semble plutôt efficace, jugez plutôt :

Après 6 jours de traitement, la charge virale devient négative pour 75 % des patients. Aucun autre traitement de ce type ne semble exister, dans le monde entier.

La stratégie du Professeur Raoult est très différente de celle prescrite par le gouvernement : il pratique, quant à lui, le dépistage systématique du virus auprès des personnes fébriles. Jusqu’ici, pour les autorités sanitaires, la règle était de ne pratiquer le test qu’en cas de déclaration de maladie. C’est à dire, souvent, trop tard !

Il faut reconnaître qu’on observe cependant depuis peu un changement total de braquet : le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy appelait solennellement il y a 2 jours à une stratégie de dépistage massif à la sortie du confinement. Ce que Didier Raoult avait préconisé et mis en place dès l’arrivée des premiers rapatriés de Wuhan ! L’Agence Régionale de Santé de Marseille rappelait alors qu’ « en phase épidémique, le principe est de ne pas tester systématiquement ». Double langage ? Allez comprendre !

Le « principe »… Le « principe ». Et si les fonctionnaires et responsables administratifs de ce pays faisaient preuve d’un peu d’intelligence, au lieu de s’agripper aux « principes » ?

Personne ou presque, parmi les autorités médicales, ne conteste le sérieux de ce médecin, ni l’efficacité manifeste de ce traitement. Donald Trump lui-même a manifesté son intérêt pour les travaux du Professeur Raoult et souhaiterait en faire bénéficier son pays (malgré les réserves de l’organisme fédéral supervisant la commercialisation des médicaments aux USA).

On ajouterait maintenant un nouveau crime en refusant de donner au Professeur Raoult les moyens d’étendre à l’ensemble du territoire son protocole de traitement.

D’ailleurs, au nom de quoi refuserait-on ?

Du principe de précaution ? La précaution, aujourd’hui, c’est de sauver par tous les moyens le nombre exponentiel de vies qui vont être mises en danger dans les jours qui viennent !

Des risques secondaires induits par le traitement ? Si le traitement est efficace, et peut sauver des dizaines, des milliers, voire des centaines de milliers de vies, ne peut-on prendre le risque de quelques effets et réactions secondaires – d’ailleurs contestées par le Professeur Raoult – ?

Des problèmes cardiovasculaires éventuels pouvant survenir pour les patients fragilisés sur ce point précis ? Il suffirait d’exclure provisoirement les patients affectés d’une pathologie cardiovasculaire, en attendant que la lumière se fasse sur ce point.

La France est touchée, blessée, meurtrie par ce fléau qui n’a été ni anticipé ni préparé. Elle a pourtant peut-être en son sein un homme et une équipe susceptibles, non seulement de sauver des malades en France, mais de répondre en même temps à ce défi mondial (les USA risquent de devenir, après l’Europe, le principal pôle d’infection).

En effectuant des recherches sur internet pour tenter de découvrir l’éventuel point faible du Professeur Raoult, je n’ai pu que noter qu’il avait manifesté de sérieux doutes sur… l’origine anthropique du réchauffement climatique ! J’espère que ce n’est pas cette attitude (qui, pour ma part, ne peut que me convenir) qui explique l’ostracisme officiel qui le frappe !

Nous ne pouvons laisser faire cette nouvelle et fatale erreur.

En attendant, la cote de popularité de Macron remonte, parait-il. Comme celle de Hollande après les attentats de 2015. Comme celle du Maréchal Pétain après qu’il ait fait « don de sa personne à la France » en 1940.

Il faudrait donc qu’une tragédie frappe la France pour que nos compatriotes se réfugient auprès d’un Sauveur ?

L’homme qui se noie se raccroche même à un serpent, dit-on en Afrique…

Marc Le Stahler
23 mars 2020

 

ADDENDUM du 24 mars 2020 : intervention de GILBERT COLLARD sur les réseaux sociaux

Chers amis,

Mais quel courroux anime le couple Buzyn-Lévy contre le Professeur Raoult et sa tête de guitariste des années 60 ?

Un chercheur qui cherche mais ne cherche pas à occuper les postes prestigieux, politiques, dans les vertes prébendes de la République, à la différence de ses Augustes détracteurs.

Yves Lévy, Professeur d’université, médecin immunologiste, spécialiste de l’infection par le VIH, ôtera la blouse blanche des soins pour endosser la livrée grise des ministères et autres fonctions. Il occupera plusieurs postes (PDG de l’Inserm, conseiller juridique du gouvernement, Directeur scientifique du programme vaccinal de l’ANRS), dans ce que l’on peut appeler la nomenclatura de l’administration française, aujourd’hui toute puissante, jusqu’à exercer la Direction de l’Inserm.

Depuis 1995, il est l’époux d’Agnès Buzyn, elle-même divorcée de Pierre-François Veil, fils de Simone. Ainsi se coagule un couple idéal, médical, qui ne manque pas d’intérêts… amour, amour, pouvoir de l’amour, amour du pouvoir…

Monsieur Lévy, époux donc de la ministre de la Santé, la Santé qui fut aussi une prison, a participé activement à l’élaboration du laboratoire P4, à Wuhan, ville où le Covid-19 a surgi… Avec un tel poste, évidemment, Monsieur ne tenait pas au courant Madame… La France, en application d’accords franco-chinois relatifs à ce laboratoire, l’a financé à hauteur de 1 million d’euros pendant 5 ans.

Avant cette inauguration, le mari d’Agnès s’est fâché avec Didier Raoult en refusant le label de l’Inserm au centre de recherche mondialement réputé (IHU) qu’il dirigeait. Pourquoi ? Cette directive visait directement ce service de pointe. Que cache ce comportement ?

Aujourd’hui, un certain parisianisme universitaire clanique cherche à discréditer la théorie de Raoult sur l’efficacité de la chloroquine dans la lutte contre le Covid-19. Pourquoi ? Alors que les États-Unis et la Chine appliquent en masse ce traitement, que le Maroc a réquisitionné les stocks de chloroquine entreposés à Casablanca, que le Pakistan va accroître sa production à destination de la Chine ; et qu’en Israël la société TEVA annonce une livraison gratuite de plus de 10 millions de doses aux États-Unis. En France, doux pays où l’ex-ministre de la Santé a reconnu avoir menti sur la réalité de la pandémie, la chloroquine a été inscrite, le 13 janvier 2020, en pleine expansion de l’épidémie dans les substances vénéneuses ; outre cette étrange coïncidence temporelle, comment peut-on caractériser de vénéneux un médicament qui a été utilisé en vente libre depuis 50 ans contre le paludisme, avec succès et qui ne coûte rien, 10 centimes le comprimé ? Pourquoi a-t-on retardé sa fabrication de masse ? Ne coûterait-il pas assez cher ? Au lieu de poser ces questions qui épargneraient aux journalistes la courbature vertébrale de la soumission, Le Monde et l’Agence d’État de la Santé qualifient les recherches du Professeur Raoult de « fake news », avant de se rétracter ! Autant de questions qu’un jour un magistrat, s’ils n’ont pas tous le coronavirus, poserait !

Gilbert Collard
Ancien député de la Nation
Député français au Parlement européen

 

ET21ya4XQAYfnyZ

 

ET2sAQXXsAEvnLj

 

RKqzPwAq

 

NOTA  D' UN CITOYEN FRANÇAIS EN TRÈS GRANDE COLÈRE CONTRE L'INCURIE DE CEUX QUI SONT MALHEUREUSEMENT ENCORE AU POUVOIR CAR SON ÉPOUSE ÂGÉE DE 74 ANS ATTEINTE DU CORONAVIRUS TRES AFFAIBLIE S'EST VU REFUSE DU TEST DE DÉPISTAGE ET DE SOINS MÉDICAUX QUI MANQUENT CRUELLEMENT DANS NOS HÔPITAUX DÉBORDES PAR LA PANDÉMIE.

EN ESPERANT QUE TOUT RENTRE DANS L'ORDRE A LA FIN DE CETTE EPIDEMIE DU CORONAVIRUS ? ... ALORS LA AU MOMENT VOULU IL LEUR DEMANDERA COMME PLUS D'UN FRANCAIS DE RENDRE DES COMPTES A LA NATION !

Gérard Diaconesco