Delevoye ment : ils veulent baisser les pensions pour financer l’accueil des migrants

 

SOURCE : Publié le 8 décembre 2019 - par  

Parlant de la mise à l’équilibre des régimes de retraites Jean-Paul Delevoye vient de déclarer  “Il va falloir 50 millions de population étrangère pour équilibrer la population active en 2050 en Europe !”

Décryptage. 

En fait, cette formulation doit être lue et comprise exactement dans l’autre sens. Ce que nous dit Delevoye, en réalité, c’est qu’il va tout simplement falloir réduire les pensions de retraite et écraser notre protection sociale pour financer l’accueil de 50 millions de migrants en Europe. C’est tout, et c’est aussi simple que cela. Il n’y a strictement rien d’autre à comprendre dans le projet du gouvernement.

Une inversion perverse. 

Cet habillage est une inversion fallacieuse de la réalité sous-jacente du projet mondialiste. Le projet n’est pas d’équilibrer la population au travail par rapport au nombre de retraités puisque de toute manière il n’y a pratiquement plus de travail, ni de besoin de main-d’œuvre supplémentaire en Europe. Dans ces conditions, il n’y a aucun équilibrage possible des régimes de retraite ; sauf à réduire les pensions. Et c’est tout le sens du projet du gouvernement.

Quelle logique ? 

Et d’ailleurs, puisqu’il suffit de faire rentrer du monde pour payer les retraites,  pourquoi faut-il commencer par baisser les pensions, puisque les nouveaux venus vont les payer ? Où est la logique ?

Plus de besoins de main-d’œuvre en Europe. 

Non seulement il y a déjà des millions de chômeurs en France, non seulement les jeunes ne trouvent pas de travail, non seulement les vieux sont mis au rencard à 50 ans, mais toutes les industries manufacturières ont été délocalisées. Le machinisme et les gains de productivité ont réduit les besoins de main-d’œuvre, et l’intelligence artificielle et la robotisation finissent de remplacer l’homme au travail.

shutterstock_625267799 

Par conséquent, il n’y aura jamais de travail pour ces millions de nouveaux venus. Jamais. Sous- qualifiés, incapables dans leur immense majorité de s’adapter à la complexité de nos sociétés et encore plus à la complexité du monde du travail contemporain, ces gens ne seront d’aucune utilité pour les activités de très hautes technologies qui resteront en Europe. Alors quoi ? On en fera des chauffeurs de taxi, des livreurs ? Avec la voiture autonome, ces emplois sont condamnés à très court terme. C’est un peu comme si on avait fait rentrer de millions de types pour charger le charbon dans les locomotives au moment où tout le réseau ferré était en cours d’électrification. Tout cela est de la foutaise. Dire qu’on a besoin de travailleurs est un mensonge, dire que ces gens viendront payer nos retraites est une escroquerie. On n’a besoin de personne, le bocal est déjà archiplein.

Un confusionnisme écœurant. 

« On est dans un moment très malsain de notre démocratie, on cherche à jeter en bouc émissaire,  hier le juif, aujourd’hui le musulman, après-demain ça sera encore un autre… Il faut qu’on arrive à combattre ce climat malsain. »

cnd7gVlz

Pourquoi encore parler du Juif ? 

Il ne peut pas leur foutre la paix, aux Juifs, et à nous aussi par la même occasion ? À quoi il joue, Delevoye, à appuyer comme ça là où ça fait mal, à toujours retourner le couteau dans la plaie ? Qu’est-ce que ça veut dire de toujours attiser de la sorte les haines et de convoquer sans cesse un passé douloureux ? Qu’est-ce qu’il croit ? Qu’on va encore supporter ça longtemps ? Il pense sans doute que le truc marche encore ? Il pense sérieusement que les gens n’en n’ont pas assez de se faire pointer du doigt de la sorte ?

Les responsables, ce sont eux. 

S’il y a un climat malsain dans le pays, c’est bien parce que les immigrationnistes remplacistes y ont fait rentrer des millions de gens sans consulter le peuple vernaculaire de France, qu’ils lui ont imposé une submersion migratoire dont il ne voulait pas et qu’ils lui imposent maintenant de se taire et de s’écraser. S’il y a un climat malsain dans le pays, c’est bien parce que la population vernaculaire est sommée de s’écarter pour faire place aux nouveaux venus et qu’elle est brutalement réprimée si jamais elle ose émettre le moindre cri de douleur. S’il y a un climat malsain dans le pays, c’est bien parce qu’on exige de la population vernaculaire qu’elle renonce à ses droits sociaux pour financer la venue de millions de gens dont elle ne veut pas.

S’il y a bien un climat très malsain dans le pays, c’est précisément que les Delevoye et tous les autres avant lui l’ont créé. Ce sont eux les seuls responsables. Qu’ils ne viennent pas maintenant nous pointer du doigt, ni nous en faire porter la responsabilité ni nous en culpabiliser.

Attention à la très grande colère du peuple de France. 

Attention ! Stop !  Vous, de la caste au pouvoir, vous feriez bien de freiner si vous avez encore la lucidité de comprendre que les forces que vous êtes en train d’exciter vont finir par se libérer et vous tomber dessus avec une violence qui va vous surprendre. Attention, la France est une poudrière et votre arrogance et vos provocations irresponsables ne sont plus supportées. Ne croyez pas que vous allez écraser le peuple de France longtemps comme ça. Personne dans l’Histoire n’a jamais pu le faire bien longtemps. Attention, tout ça va très mal se terminer.

Martin Moisan

 

2018-11-3-mass-migration-europe

 

***********************************************************************

L’immigration conduit au dépeçage de nos retraites et de notre modèle social

 

SOURCE : Publié le 10 décembre 2019 - par  

Résultat de recherche d'images pour "dessins reforme des retraites"

Comme nous le rappelait Cyrano dans son dernier éditorial, la fable des immigrés qui vont payer nos retraites a la vie dure. Delevoye en veut 50 millions en Europe pour équilibrer les comptes.

https://ripostelaique.com/pendant-que-les-francais-setripent-sur-les-retraites-linvasion-africaine-saccelere.html

Mais la sinistre vérité, et on ne le dira jamais assez, est que cette immigration de masse de très basse qualité, qui nous a ruinés, s’amplifie de façon dramatique. Par conséquent, seule une baisse drastique du niveau de vie des Français pourra financer ce gouffre démentiel. 

La baisse orchestrée des retraites n’est en fait que le début du dépeçage de notre modèle social.

Les Français, qui refusent toujours d’admettre que l’immigration de millions de déshérités non qualifiés est la cause principale de leurs problèmes, n’ont encore rien vu de ce qui les attend.

Dans un futur plus ou moins proche, ce sont  aussi l’éducation et le système de santé qui seront touchés et soumis aux conditions de ressources, ce qui va laminer la classe moyenne déjà mal en point.

Pendant des décennies, on nous a vendu une immigration qui venait soi-disant exercer les emplois  dont les natifs ne voulaient plus. Mais les mêmes, aujourd’hui, nous disent que ce sont des médecins et des ingénieurs qui viennent enrichir le pays.

Une fable de plus. L’Afrique est davantage l’illustration d’un naufrage économique que d’un succès. Un Africain n’est pas un Chinois, en tête du  dernier classement Pisa !!

Parlons chiffres, qui eux ne mentent jamais.

Le continent africain est le plus riche de la planète par son sous-sol. Pourtant, il concentre 80 % des pays les plus pauvres du monde, bien qu’il bénéficie de l’essentiel de l’aide internationale. Un puits sans fond.

Les Africains sont incapables de monter dans le train du progrès. Guerres, rivalités tribales, insécurité, analphabétisme, corruption à tous les étages et absence totale de tout sens de l’État chez les dirigeants, ont fait régresser l’Afrique depuis 1960 dans des proportions gigantesques. Ce continent  fait tout pour retourner à l’ère précoloniale.

La plupart des pays africains dont sont originaires nos « immigrés surdiplômés »,  ont un taux d’analphabétisme de 50 % !! Comment des millions d’illettrés pourraient-ils financer nos retraites ?

La France, c’est 67 millions d’habitants  produisant 2 500 milliards de richesses annuelles. PIB/hab = 37 300 euros.

L’Afrique, c’est 1,2 milliard d’habitants qui produisent 2 000 milliards de richesses. PIB/hab = 1 700 euros par an.

C’est sur cette richesse que Delevoye compte pour payer nos retraites. Rappelons aussi que 600 millions d’Africains n’ont pas d’électricité !

Gérard Pince a réactualisé son étude sur le coût de l’immigration = 115 milliards par an. (logements, éducation, soins, social, dépenses de sécurité etc.).

Les immigrés tenant des emplois peu qualifiés apportent donc une moindre contribution au PIB. Gérard Pince l’avait chiffrée à 50 % de celle d’un natif.

En revanche, la part de social dans les revenus d’un immigré africain est de 24 %, celle d’un natif de 4 %. (Insee).

En clair, une population de 100 % de natifs qui produit 100 % de richesses fournit un PIB de 100 x 100 = 10 000 unités.

Une population de 80 % de natifs et 20 % d’immigrés, produit  80 x 100 + 20 x 50 = 8000 + 1000 = 9 000 unités. Perte de 10 % du PIB.

Avec 40 % d’immigrés non qualifiés, nous aurions une perte de 20 % du niveau de vie moyen, puisqu’un immigré est deux fois moins productif de richesses qu’un natif.

Inutile de chercher ailleurs les causes du déclassement de la classe moyenne et du naufrage de nos finances publiques.

Sans l’immigration massive de pauvres, la France verrait sa dette divisée par trois et les Français auraient un PIB/hab supérieur de 10 %.

L’immigration engloutit toute la croissance.

La France emprunte à tout-va pour financer l’immigration. 200 milliards en 2019 !! Dette de 2500 milliards = 100 % du PIB. Et tout s’aggrave.

Chez les immigrés extra-européens, le taux de chômage est de 20 %, mais il atteint 40 % chez les immigrés africains. Est-ce bon pour nos retraites ?

Dans une récente interview, Yves Mamou nous rappelle quelques vérités sur cette immigration qui déstabilise les système sociaux européens et plombe nos finances.

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/l-impact-positif-de-l-immigration-sur-le-financement-des-retraites-n-a-jamais-ete-demontre-20191129

En 2015, l’Allemagne, pays du plein emploi, a accueilli 1,5 million d’immigrés. 4 ans après, ils ne sont que 300 000 à  s’être intégrés dans le marché du travail, dans des emplois peu rémunérés  « sans aucune valeur ajoutée ». Où est la richesse apportée ?

En France, le coût de l’accueil des réfugiés atteint 5 milliards par an, sans parler des mineurs isolés toujours plus nombreux. Coût 2018 = 2 milliards.

Dans un dernier article, Judith Bergman nous décrit le naufrage du modèle social suédois.

En Suède, paradis social des années soixante, la plupart des villes s’endettent pour financer le coût de l’immigration. Sans parler de l’explosion de l’insécurité et des viols.

https://fr.gatestoneinstitute.org/15253/suede-facture-migration

Il est donc incontestable que l’immigration extra-européenne ne peut que nous entraîner par le fond.

La réforme des retraites est donc  le plus gros piège que Macron vient de tendre au peuple français, uniquement destiné à baisser le coût des retraites.

Pour ne pas perdre la face, il fera sa réforme, en faisant de multiples concessions aux différentes corporations. Mais au bout du compte, ce sera une catastrophe sociale pour les retraités.

 

Résultat de recherche d'images pour "dessins reforme des retraites"

L’exemple suédois le prouve. ( Figaro )

Avant 2001, les retraites des Suédois étaient indexées sur les 15 meilleures années d’activité, avec 30 années de cotisation pour percevoir le taux plein.

Mais face aux déficits et au vieillissement de la population, la retraite à points a été décidée.

Chaque année, en février, les salariés reçoivent  le relevé de leurs cotisations versées et une projection de leur future retraite en fonction de l’âge de départ choisi. « C’est si déprimant que certaines personnes ne l’ouvrent même pas », dit  un membre d’une association de retraités.

Quand vous prenez votre retraite, on divise votre capital points par l’espérance de vie moyenne à votre âge. Donc, plus aucun déficit en théorie.

Mais en période de crise, ou si l’espérance de vie augmente, la retraite peut baisser. Ce fut le cas en 2010, 2011 et 2014.

« Avant, le retraité savait ce qui l’attendait et l’incertitude pesait sur l’État, qui devait ajuster et trouver des financements. Aujourd’hui, il n’y a plus de déficits, mais l’incertitude pèse sur l’individu. Si vous n’êtes pas satisfait de votre retraite, libre à vous de travailler plus. Ce sera possible jusqu’à 69 ans  » !!

« Les seuls qui sont contents de la réforme, ce sont les politiques. »

Et le montant moyen de la pension universelle est de 1 050 euros, quand le seuil de pauvreté est à 1 200 euros !

D’où la nécessité de cotiser à des caisses complémentaires.

Voilà donc ce qui motive Macron. Un équilibre comptable sur le dos des retraités.

Quelles que soient les concessions actuelles qu’il fera, il est impératif pour lui d’instaurer la retraite à points.

Primo : Pas besoin de reculer l’âge de départ. Car les retraites seront tellement faibles que les salariés eux-mêmes décideront de travailler plus longtemps.

Secundo : la voie sera  libre pour une immigration de masse, qui sera financée en baissant la valeur du point, en prétextant  l’insoutenabilité de la dette.

Résultat de recherche d'images pour "dessins reforme des retraites"

Inutile de dire qu’avec une dette de 2 500 milliards, que Macron veut augmenter en dénonçant les critères de Maastricht jugés trop contraignants, les finances de la France ne permettront jamais une augmentation du point. Ce sera une immense paupérisation des vieilles générations.

Nous allons assister à l’effondrement du modèle social qui fit le bonheur des générations du baby-boom d’après guerre.

Macron  œuvre à la mise en place d’une gouvernance mondiale supranationale, voulue par les élites mondialistes et  multiculturalistes qui dirigent la planète.

Il faut s’attendre au pire. Macron tiendra un discours de fermeté, faisant mine de marcher sur les platebandes du RN, alors que parallèlement il ouvrira toujours davantage les frontières.

C’est ce qu’il a fait avec la loi asile-immigration, « fermeté et humanisme », en élargissant le regroupement  familial pour les mineurs isolés.

C’est ce qu’il a fait à son retour de la Réunion, en disant vouloir 100 % d’expulsions des clandestins, alors que les reconduites sont à leur plus bas historique.

 

Tout n’est que mensonge.

 

Cette réforme, c’est la plus grande arnaque sociale de tous les temps. Elle se construit dans un climat de mensonges et d’hypocrisie pour tromper le peuple. Elle aboutira à la tiers-mondisation de la France.

Jacques Guillemain

***********************************************************************

 

Macron a-t-il saboté l’enquête sur la fraude

 

 

 

sociale  dépassant la fourchette à

 

 

hauteur de 67 milliards pour les

 

 

 

1,8 millions d' étrangers ?

SGunUfK3

Publié le 28 novembre 2019 - par  

 

Emmanuel Macron a-t-il sciemment sabordé l’enquête parlementaire sur la fraude sociale ? C’est fort  possible et c’est gravissime.

Chacun garde en mémoire les tentatives de l’Élysée pour torpiller les enquêtes sur l’affaire Benalla, avec succès en ce qui concerne celle de l’Assemblée nationale, mais plus difficilement en ce qui concerne celle du Sénat.

Depuis ce scandale, les méthodes maffieuses pratiquées au Château ne sont un secret pour personne. Tout ce que dit Macron appelle à la méfiance.

Mais dans le cas présent, il s’agit de détournements de fonds publics qui se chiffrent en dizaines de milliards, alors que le gouvernement ne cesse de serrer la ceinture des Français et que tous les comptes sociaux sont dans le rouge.

Dans l’art de tromper le peuple, avec la complicité coupable des médias, Macron est un illusionniste hors pair. On connaît son habileté à faire croire qu’il s’empare d’un dossier brûlant, alors qu’il ne fait que noyer le poisson. Dernier exemple : le contrôle de l’immigration.

Ses dernières déclarations pour une politique de fermeté ne sont que poudre aux yeux. Depuis qu’il est aux commandes, tout empire dans des proportions dramatiques. L’année 2018 fut pire que 2017 mais incontestablement  meilleure que 2019, au vu des derniers chiffres connus…

On se souvient donc qu’il y a quelques mois, le Premier ministre avait diligenté une enquête parlementaire sur la fraude sociale.

Les premiers résultats avaient dévoilé l’ampleur du scandale (voir le lien ci-dessous). Un scandale qui n’a pourtant entraîné aucune réaction des autorités pour combattre ce fléau, qui ruine le pays et devient une véritable pompe aspirante pour l’immigration. Tout est mis sous le tapis.

https://ripostelaique.com/fraude-secu-84-millions-dinscrits-pour-67-millions-dhabitants-3-millions-de-centenaires.html

Un contre-modèle de transparence, car on apprend aujourd’hui que le magistrat Jean-Paul Garraud, eurodéputé du Rassemblement National, a écrit au procureur national financier pour dénoncer cette fraude et réclamer une enquête sur les responsabilités d’une insupportable rétention d’informations, qui a littéralement saboté l’enquête parlementaire.

Une omerta orchestrée au plus haut niveau, qui laisse supposer que les chiffres annoncés sont bien inférieurs à la sinistre réalité. Quant le gouvernement refuse la transparence, c’est que la vérité n’est pas belle à voir…

Et il se peut fort bien que la fraude sociale dépasse la fourchette haute de 67 milliards !! C’est deux fois le budget de la Défense, alors que nos soldats sont sous-équipés. 1 000 euros par Français !

https://rassemblementnational.fr/communiques/fraudes-aux-prestations-sociales-jean-paul-garraud-denonce-des-faits-de-detournements-de-fonds-publics-au-parquet-national-financier/

« La publication du rapport de la mission parlementaire Grandjean/Goulet a révélé la volonté des organismes sociaux d’opacifier le problème des fraudes aux prestations sociales en refusant de communiquer des informations nécessaires au contrôle et à la détermination du volume de celles-ci.

En effet, alors que les deux parlementaires se sont vu opposer sept refus de communication d’informations, elles ont dû se baser sur des documents de la Cour de comptes et différents autres rapports, notamment de la délégation nationale à la lutte contre la fraude datant de 2013.

Ce dernier rapport faisait, d’ailleurs, état de fraudes dans les attributions de numéros de sécurité sociale aux personnes nées à l’étranger, dont 1,8 million seraient frauduleux. Malgré ceci, aucune investigation n’a été accomplie depuis 2013.

Ces faits et ces négligences sont pénalement réprimés par les articles 432-15 et 432-16 du code pénal.

Jean-Paul Garraud, président de l’Association professionnelle des magistrats, a donc dénoncé les faits de détournements de fonds publics et de détournements de fonds publics par négligence auprès du procureur national financier afin d’enquêter et poursuivre les autorités, fonctionnaires et agents pénalement responsables de ces graves infractions devant le tribunal correctionnel ou la Cour de justice de la République si des ministres ou anciens ministres sont concernés. » (vidéo très explicite ci-dessous).

https://www.youtube.com/watch?v=VfWWL8V9D9Q

Cette fraude colossale, qui porte sur de fausses cartes Vitale et sur des prestations indues, se chiffre entre 13 et 67 milliards. Mais la vérité est peut-être bien pire.

Le gouvernement joue l’opacité. Manque de courage politique ou peur de verser dans le politiquement incorrect ?

Primo, la mission parlementaire, contrairement aux usages, n’a bénéficié d’aucun moyen technique pour effectuer son travail.

Secundo, il y a bien eu obstruction de la part des administrations et des organismes sociaux qui ont refusé de répondre aux questions qui dérangent.

« Quel est le montant des prestations fournies aux étrangers » ? Pas de réponse !!

Or, ne pas répondre aux membres d’une mission parlementaire, de plus lancée par le chef du gouvernement, c’est une infraction pénale passible de prison et d’amende.

Ce refus de communiquer alors qu’il s’agit de détournements de fonds publics de très grande ampleur, n’est rien d’autre qu’une complicité coupable.

En conclusion, les politiques n’ont pas fait leur travail. Les administrations n’ont pas fait leur travail. La presse n’a pas fait son travail de recherche de la vérité et d’information.

Il reste donc à la justice de faire son travail et de désigner les véritables responsables de cette obstruction, qui ont bloqué sciemment la mission parlementaire dans ses recherches. Une enquête s’impose.

Ça s’appelle le respect de la démocratie ! Car le peuple, qui paie la facture finale, a droit à la vérité.

Jacques Guillemain.