Macron poursuit sa politique

de destruction de la France et

de son peuple : chassons-le !

SOURCE  : Publié le 5 juin 2019 - par  

Sommes-nous surpris ?

Sûrement pas : que ce soit en pleine crise des Gilets jaunes ou au moment des « européennes », nous n’avons cessé de dire que le boni-menteur  de l’Élysée, homme de paille de la mondialisation des oligarques financiers cosmopolites, menait la  politique mondialiste, européiste, immigrationniste, communautariste (islamophile aussi) pour laquelle ses « sponsors » de Davos, du FMI, du Bilderberg, de la « French American Foundation », du Siècle l’ont choisi…

Et qu’aujourd’hui, après un scrutin où l’émiettement des « oppositions » lui laisse une voie libre, même si elle est très étroite, il amplifie sa négativité et continue dans la voie de la destruction de notre pays et de son peuple n’est que logique du point de vue des forces qui le tiennent.

sans-titre

Patrimoine économique français ? Sa destruction se poursuit : vente d’ATP, de la FDJ, fin d’ « Ascoval », de « Ford Aquitaine », de « Pont à Mousson » (en projet…) et surtout le coup de force de « General Electric » , cette multinationale qui avait acquis une part d’Alstom grâce à Macron, alors ministre de l’Économie de Hollande, qui a œuvré pour dépecer une entreprise française au profit d’une multinationale US, qui  aujourd’hui supprime mille emplois après s’être gavée d’argent public…(1)

Et ce ne sont pas les agitations obscènes du popotin de la girouette prébendière Le Maire qui changeront quoi que ce soit à l’affaire !

– Le tissu industriel français est vendu à l’encan par la clique macronnienne,

– l’espace sociétal français est détruit de l’intérieur par le communautarisme islamique porté par une immigration forcenée,

– la sécurité de nos concitoyens est effacée par la délinquance surgie des flux migratoires légaux et illégaux, la plupart islamisés d’ailleurs,

– les ressources publiques et sociales sont grevées par le coût exorbitant (plus de 70 milliards d’euros par an) de ces flux migratoires,

– le marché de l’emploi est plombé par cette main d’œuvre taillable et corvéable qui permet au patronat, grand et petit, de peser sur les salaires et les conditions de travail tout en maintenant un chômage endémique qui nourrit « le capital » et grève la dépense publique,

– … sans omettre la destruction de notre identité par une culture arabo-musulmane qui a quatorze siècles de retard par rapport à la nôtre et qui veut s’imposer de toutes les manières, y compris les plus violentes. !

sans-titre2

Certes, le Macron est affaibli : avec ses 22 % du corps électoral, il ne vit que de l’émiettement des forces politiques et de l’électorat  qui s’oppose à lui, et, bien entendu, de l’action incessante de la valetaille médiatique, privée comme publique, qui lui lèche le fondement, tout comme les hiérarchies catholique et protestante, les structures potentiellement terroristes de l’islam,  la franc-maçonnerie, les pseudo-élites intellectuelles ou les différents syndicats (la CGT en particulier, qui n’existe que par l’argent public qu’elle reçoit et qui ne  sert qu’à le soutenir en faisant mine de le combattre !)

Mais une alternative vient de se lever.

D7JfLFQXkAEXiMn

En enterrant définitivement le vieil FN lors de ce vote du 26 mai, le Rassemblement National, avec son quart de l’électorat français, vient de montrer où se situe l’avenir : dans l’agglutination de divers électorats dont l’unité est possible parce qu’ils représentent les Français victimes de la mondialisation face aux couches « supérieures » des villes (et aux masses immigrées profitant du système)  qui en sont les bénéficiaires.

Car la ligne de partage passe bien par cela : d’un côté, les organisateurs, tenants et bénéficiaires de la mondialisation (les « urbains » et les représentants des diverses structures de domination dans tous les domaines tout comme le lumpenprolétariat des banlieues immigrées qui pompe l’argent public et vit de toutes les formes de l’économie illégale), et de l’autre, les victimes de cette mondialisation, sans doute 75 % de l’électorat français qu’il convient maintenant de rassembler et de faire s’exprimer.

Il va donc s’agir, aujourd’hui, pour le RN de réunir autour de lui – lui qui représente 47 % du monde ouvrier, 32 % des employés mais seulement 15 % des couches moyennes – l’électorat de l’ancienne « droite » au nom des valeurs identitaires, nationales, familiales, et l’électorat issu de l’ancienne « gauche » au nom des valeurs sociales et de justice fiscale, tout en montrant que tout ceci est lié et est déterminé par, aussi bien la libre circulation des capitaux, des biens et des services que par la libre circulation de la main d’œuvre et des migrants de toutes sortes

La conjonction du refus de l’immigration (et de ses corollaires : communautarisme, islamisation, multiculturalisme) et celle des délocalisations comme du libéralisme économique effréné  (et leurs conséquences : injustice fiscale, chômage endémique, dépérissement de l’appareil productif français…) doit permettre d’assembler tous ceux qui veulent un avenir où le peuple de France retrouve son identité historique, se retrouve dans sa souveraineté nationale, construise un avenir économique, social, sociétal conforme à ses aspirations.

marine-lepen

Ce sera autour du Rassemblement National, seule alternative crédible au pouvoir actuel qui est celui du CAC 40, de Wall Street, de La City, et des libertaires destructeurs de nos valeurs historiques, familiales, sociétales, laïques et démocratiques.

Robert Albarèdes

 

Professeur de lettres modernes (retraité) - Maire de Gréasque (13850) 1977-1989

1 –http://www.lefigaro.fr/vox/politique/1000-emplois-supprimes-par-general-electric-l-histoire-d-un-piege-americain-et-d-une-trahison-francaise-20190528

2- https://www.ifop.com/publication/europeennes-2019-profil-des-electeurs-et-clefs-du-scrutin/

imagesPJCTUHT3