ACTE IX DE LA MANIFESTATION PACIFIQUE DE + 3.000 GILETS JAUNES A NICE EN COLÈRE LE 12 JANVIER 2019

DEMANDANT A MACRON DE LES ECOUTER SINON DE DÉMISSIONNER ET DE PARTIR CAR LA REVOLUTION GRONDE ...

P1100200

Reportage photos presse Agency Press International DIACONESCO.TV - 12.01.2019 - Nice

P1100039

P1100040

P1100041

P1100042

P1100043

P1100044

P1100045

P1100050

P1100051

P1100052

P1100054

P1100055

P1100056

P1100062

P1100066

P1100067

P1100070

P1100079

P1100077

P1100082

P1100085

P1100086

P1100087

P1100088

P1100092

P1100095

P1100097

P1100100

P1100101

P1100102

P1100106

P1100108

P1100110

P1100112

P1100113

P1100120

P1100121

P1100122

P1100125

P1100126

P1100128

P1100134

P1100135

P1100142

P1100143

P1100160

P1100164

P1100170

P1100177

P1100179

P1100184

P1100187

P1100195

P1100197

P1100201

P1100206

P1100207

P1100210

P1100213

P1100221

P1100225

P1100227

P1100229

P1100231

 

 

ÉDITORIAL DE GÉRARD DIACONESCO

P1090542

Pour cette 9 ème édition de l'ACTE IX de la contestation des Gilets Jaunes Azuréens à Nice, ces derniers s'étaient déjà réunis des 10 heures devant le restaurant de la chaîne "Mc Donals's" à côté du Casino RUHL sur la Promenade des Anglais mais sans occuper les lieux ni empêcher les clients de rentrer ou sortir. 

Les rangs grossissants des Gilets Jaunes ces derniers occupèrent les deux chaussées Nord-Sud de la Prom' laissant filtrer un à un les automobilistes dont plus d'un arboraient leur gilet jaune bien en évidence sur le tableau de bord de leur véhicule.

Après une telle manifestation de force mais bien entendu qui restait pacifique les Gilets Jaunes quittaient la Prom' pour rejoindre d'autres Gilets Jaunes qui s'étaient rassemblés très nombreux déjà sur la place Masséna dès 10h30/11h00.

Au-delà de 11h15 un cortège se forma spontanément pour prendre la direction de l'avenue Félix-Faure en remontant en contre sens et par petits groupes se retrouvèrent à la sortie de l'autoroute Nice Est qu'ils investissaient tout aussi pacifiquement.

Dès 14h00 il avait été décidé que tous les Gilets Jaunes se regrouperaient devant la Gare SNCF de Nice pour reformer un très long cortège de GJ qui défilèrent joyeusement en redescendant l'Avenue Jean-Médecin pour rejoindre une fois de plus la Place Masséna où durant ce défilé jaune de "Gaulois réfractaires" ces derniers demandaient comme à chaque fois la démission de MACRON.

Gérard Diaconesco

macron-demission5a09e5b143066

***********************************************************************

L’ENTOURLOUPE DU « GRAND DÉBAT » !

 

 

EDITORIAL de Marc Le Stahler)

Macronmonarque

Sa Majesté Macron 1er daignera s’adresser à son peuple lundi 14 janvier afin de fixer les règles du jeu qu’il a imaginé pour le distraire, au sens fort du terme, c’est à dire pour l’occuper à autre chose que ces dernières semaines de samedis « Gilets Jaunes ». Cet épisode ludique commencera le mardi 15 janvier pour durer… 3 mois ! Juste assez pour nous emmener doucement aux élections européennes, qui se présentent assez mal pour le pouvoir en place. Et surtout pour enterrer et pourrir les problèmes soulevés par les Gilets Jaunes depuis le 17 novembre.

Après plus de 2 siècles, les Cahiers de Doléances sont donc de retour ! Quel bon monarque nous avons là ! Il va donner la parole à son peuple qui va enfin pouvoir lui dire ce qu’il a sur le coeur, ce qu’il souhaite que devienne le Royaume !
Le monde entier a les yeux fixés sur la France et nous envie ce monarque éclairé.

Oui mais voilà, il y a un « hic ». Il y en a même plusieurs !
Ce qui fait que 70 % du peuple ne croit pas à la sortie de crise par ce tour de magie !

Il est vrai qu’après 18 mois sur le trône, et quelques années auparavant au gouvernement, on avait cru que Macron s’était fait une certaine idée de la France et des Français…
Mais non, apparemment…

LES CAHIERS DE DOLEANCES 2019 ?
UNE HERESIE ANACHRONIQUE !

Sous Louis XVI, la communication était pour le moins limitée. On se déplaçait à cheval, et le courrier aussi ! Aujourd’hui elle est permanente, massive, immédiate et globale ! L’électricité, la presse, la radio, la télé, l’informatique, internet et les réseaux sociaux ont eu raison des diligences et des relais de Poste !
Faire un remake des Cahiers de Doléances en 2019, c’est donc se foutre royalement de la gueule du monde !

Le peuple sait ce qu’il veut. On sait tous très bien ce qu’il réclame !

Entre autres…

  • Moins d’impôts, donc une gestion stricte des charges de l’Etat, la suppression des abus, des dérives, du gaspillage, de la corruption, des petits arrangements entre amis…
  • Arrêt total de l’immigration massive et renvoi des immigrés illégaux, « sans papiers » etc. C’est la Ligne Claire de Renaud Camus et Karim Ouchikh.
  • Restauration de l’indépendance nationale et de la souveraineté de la France vis à vis de l’Union Européenne.
  • Retour à une véritable indépendance des pouvoirs, et notamment de la Justice.
  • Suppression des lois et règlements privatifs de libertés.
  • Etc…

UN « DEBAT » ENCADRE, DES SUJETS CENSURES

Le Grand Débat sera encadré. Et on sait déjà ce qu’il sera interdit d’évoquer. C’est précisément, comme par hasard, ce qui nous intéresse ! L’Europe des Patries, pour remplacer l’Europe des Technocrates ; l’Immigration choisie, pour inverser le processus du Grand Remplacement ; la fin de la dictature des énarques qui ont montré leur incompétence depuis 40 ans. Et accessoirement la remise en cause de certaines lois dites « sociétales » dont le peuple n’est parfois pas totalement convaincu de leur pertinence.

Des médias aux ordres comme RMC se sont mis, pour faire bonne mesure, à entrer dans le jeu du gouvernement en lançant une sorte de concours de « projets de lois citoyennes ».
Le clown Bourdin se ridiculise une fois de plus, à grand renfort de jingles appelant le petit peuple à proposer de bonnes idées qui ne changeront rien, comme par exemple la suppression des avantages accordés aux anciens présidents (c’est nécessaire, mais ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan de la gabegie, et ça doit entrer dans la volet « gérer l’Etat »). Gageons qu’il nous en sortira d’autres, comme le référendum d’initiative populaire et la prise en compte des « abstentions et votes blancs ou nuls »…
Ah, ça leur plaît bien, ce genre de gadget. Ça ne mange pas de pain et c’est parfaitement inutile et inapplicable ! Car, s’il sort des urnes une majorité de votes nuls, on fait quoi ? On déclare Monsieur « Nul » président ? La belle affaire, on l’a déjà testé, Monsieur « Nul » à l’Elysée, de 2012 à 2017 ! On a vu ce que ça a donné !…

GÉRER (ENFIN) L'ÉTAT

La France détient le triste record de la pression fiscale, et les services publics sont pourtant déplorables. Rappelons que l’Europe représente 7 % de la population mondiale, 25 % du PIB et… 50 % des dépenses sociales, dont la moitié sont imputables à la France, qui représente, elle, seulement 1 % de la population mondiale !
Cherchez l’erreur…

On sait tout cela, on le clame sur tous les réseaux sociaux, et on sait aussi comment régler institutionnellement le problème : par exemple, en renvoyant les énarques à leur mission première de « grands commis de l'état » pour les sortir de la politique. Comment ? Par exemple, en supprimant leur droit abusif et quasi régalien de mise en disponibilité qui leur permet de récupérer leur poste à n’importe quel moment de leur vie, quand ils sont battus aux élections, tout en ayant de surcroît profité des augmentations indiciaires pendant leur mise en disponibilité !

Tout cela en contradiction avec l’article 1er de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui stipule que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ». Est-il possible à un ouvrier, un employé, un cadre, un commerçant, un libéral, un entrepreneur, de faire une incursion, ne serait-ce que pour un seul mandat de 5 ans, dans la vie parlementaire et de récupérer son emploi 5 ans plus tard ? Dans beaucoup de pays démocratiques, tout fonctionnaire doit démissionner de son poste s’il est élu ou ne peut bénéficier que d’un seul mandat.

En France, de nombreux hommes politiques ont bénéficié de ces avantages inouïs.
Les plus célèbres sont Alain Juppé et Laurent Fabius qui ont fait valoir leurs droits à la retraite en ayant très peu fréquenté leurs postes de hauts-fonctionnaires.
Hollande est aussi un cas intéressant, qui se vantait même dans une vidéo des années 80 de se faire élire député « pour travailler un peu » au lieu de buller comme Conseiller Référendaire à la Cour des Comptes.
Si vous n’avez pas encore lu ce document (que vous trouverez sur la vidéothèque de Minurne), il n’est pas trop tard. C’est un grand moment que les médias, s’ils faisaient leur travail, auraient du sortir en 2012 pour éclairer le choix des 18 millions de débiles légers qui lui ont apporté leurs suffrages…

Pour un énarque, la source de revenus de l’Etat est simple et évidente : l’impôt direct, l’impôt indirect, les droits, taxes et produits divers. Ces « grands commis » ne sont pas programmés pour se poser la question de la pertinence, de la bonne utilisation et de la bonne gestion (et des résultats de l’emploi) des fonds publics, qui sont produits par le travail des Français. Rien de surprenant, puisque ce sont précisément d’autres énarques (leurs « Pairs ») qui se chargent de les dépenser !
Juges et partie, ils ne vont quand même pas scier la branche sur laquelle ils sont confortablement installés !

Un ardent projet, donc : contrôler les services de l’Etat en redonnant au pouvoir législatif (qui n’existe plus, n’étant devenu qu’une excroissance de l’exécutif) le vote et le contrôle réel de la bonne utilisation des finances publiques.
Chacun sait ce qu’il advient du rapport annuel de la Cour des Comptes (rédigé par des énarques, qui plus est, on n’en sort pas !) : le classement vertical !

Pour plus d’informations, cliquez sur l’article : Gérer l’Etat

STOPPER L’IMMIGRATION ET ENGAGER LA « REMIGRATION »

Qui dit gérer l’Etat sous-entend en priorité régler le problème majeur qui induit tous les autres.
En réplique au processus de GRAND REMPLACEMENT, engagé depuis de nombreuses années et aggravé par la déstabilisation du Moyen Orient et de l’Afrique subsaharienne, la REMIGRATION est l’objectif prioritaire naturel assigné parRenaud Camus et Karim Ouchikh, qui présenteront une liste aux Européennes : LA LIGNE CLAIRE.

Lire à ce sujet l’article de l’Imprécateur sur la Convention Européenne de Marseille des 4 et 5 janvier 2019

Hélas, ce qui apparaît comme prioritaire au peuple français est fermement et définitivement censuré par ses dirigeants. Il est formellement interdit (entre autres) de mettre sur la table des doléances les questions de l’immigration et de l’identité nationale. Pourtant, il est évident pour toute personne sensée, même s’il n’est pas politiquement correct de l’exprimer, que la plupart des problèmes et malheurs de la France sont directement liés à l’immigration massive : pauvreté, chômage, incivilités, insécurité, délinquance, pression des allogènes pour faire accepter leurs coutumes religieuses et sociétales, alourdissement des charges de l’Etat, ghettoïsation des banlieues, violences et trafics en tous genres…

Pour évoquer en quelques lignes fortes ce que pourrait être une synthèse de ce Grand Débat, lisez l’article de Renaud Camus « Cahiers de Doléances : la synthèse« .
Tout y est ! 

On avait déjà connu ce type de censure sous Sarkozy, qui fut obligé, poussé par des forces obscures, à mettre brutalement fin au débat qu’il avait pourtant eu néanmoins le courage de lancer.

REFORMER LA JUSTICE

Et les juges, qui renvoient souvent avec un « rappel à la Loi » les casseurs interpellés par les forces de l’ordre ? Aurait-on le droit d’évoquer leur éventuel passage devant l’électeur, comme aux Etats Unis ? Ca les calmerait un peu et les inciterait à rendre une justice un peu plus équitable !

La réponse de l’Etat et de la justice aux blogs qui l’ouvrent trop est leur surveillance rapprochée, l’intimidation, la menace, les procès et la fermeture des sites qui gênent (on en sait quelque chose). Dans ce cas, cessons de dire qu’il faut changer de république, car nous ne sommes déjà plus en république, mais dans une dictature silencieuse et douce – du genre de celles qui annoncent les pires exactions. Et tout cela au nom de la Liberté, et en rappelant frénétiquement à la moindre occasion, pour justifier l’injustifiable, que la France est le « pays des droits de l’Homme ».

Les Cahiers de Doléances comme en 1789 ? Non, merci ! Mais oui à une Nuit du 4 Août pour abolir les privilèges de l’énarchie !

Ou alors, passons directement à 1793, on gagnera 4 ans !

Marc Le Stahler

13 janvier 2019

300px-Retour_Varennes_1791