Gilets jaunes : Macron est tombé sur la tête

 

Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 novembre 2018

Je jette l’éponge. Basta. Je refuse définitivement l’idée imposée qu’Emmanuel Macron est un homme brillant, intelligent, vif à comprendre, comme l’ont déclaré ses proches et ceux qui l’ont approché. La réalité est que cet homme Marche, mais à côté de ses pompes.

Certains me disent que sa tête a enflé parce qu’à 39 ans, il a eu un parcours magique. Peut-être. D’autres me disent qu’il a réussi tous ses paris, fait passer des lois et des réformes que d’aucuns disaient impossibles, comme la réforme de la SNCF, et qu’il a forcé sa chance une fois de trop. Va savoir. D’autres encore me disent qu’il s’est fixé un objectif à 5 ans et qu’il ne peut pas produire de résultats aussi vite. A d’autres : Trump a transformé en moins de deux ans l’Amérique à la dérive amochée par Obama.

Je constate qu’en matière de chômage, il a fait échec. En matière de niveau de vie, il a fait échec. En matière d’investissements étrangers, allègements fiscaux pour les plus riches et les entreprises, ses décisions n’ont pas produit de résultat.

Bien que je n’ai jamais écouté le moindre de ses discours – pardonnez-moi de ne pas m’intéresser aux gens moyens – je comprends que son ton prétentieux et condescendant en irrite plus d’un.

Voyez-vous, je n’étais déjà plus disposé à l’affranchir de tout ça. Sa tête qui enfle, son impudence, ses objectifs irréalistes, ses échecs économiques et la médiocrité de ses arguments, sans parler de sa politique migratoire qui accélère le massacre de la France que j’ai connue.

Macron est tellement sur Jupiter, et inversement, qu’il ne comprend pas le raz-le-bol des gilets jaunes déclenché par la hausse des impôts sur les carburants. Même moi, qui suis un homme simple, je le comprends !

Et que fait Macron ? Au lieu de réfléchir et méditer sur ses erreurs, au lieu de faire fonctionner ses méninges et regarder l’enfer fiscal qu’il a créé, il prend une mesure qui va forcer à … encore augmenter les impôts ! Bien entendu, ne comptez pas sur les journalistes pour faire leur travail et le relever.

Emmanuel Macron a décidé, en réponse aux gilets jaunes, de mettre en place un « Haut conseil pour le climat » (1) – c’est ce qu’il vient d'annoncer mardi dans son discours pour expliquer qu’il a compris la grogne des Français. Vraiment ? Donc il n’a rien compris.

Un « haut conseil », une structure composée d’experts, et placée sous l’autorité du Premier ministre, ça veut dire quoi ? Ca veut dire des dépenses supplémentaires qui seront financées par plus d’impôts. Les experts, ils ne vont pas venir travailler gratis, quoi qu’on vous promette. Ils ne vont pas donner de leur temps sans rien demander en échange même si l’on vous promet juré qu’ils seront bénévoles. Le Premier ministre ou les fonctionnaires qui participeront à ce « haut conseil », ils ne travailleront pas, pendant ce temps là. Ils seront payés pour participer à cette énième chose sur le climat. C’est de l’argent qui partira en fumée, et qui devra être ponctionnée sur … les gilets jaunes, oui.

Et qu’en sortira-t-il ? Des recommandations, des réglementations, des décrets, des lois ? Probablement, et cela coûte de l’argent, beaucoup d’argent. Beaucoup de fonctionnaires mobilisés, des secrétaires, des assistants, des documents, des contrôles de documents, des révisions de documents, des impressions de documents, des transmissions de documents. Bref, des heures de travail et de communications qui vont partir en fumée – dans le climat.

Quel gâchis.

Quand le bon sens fout le camp et que la rue se révolte, Macron crée un « Haut conseil pour le climat ». Triste cerveau formaté.

Quand le bon sens quitte le navire, Macron regarde les gilets jaunes sans assimiler leur message, alors il crée un Haut conseil pour « agir sur toutes les politiques publiques, pour repérer les vrais sujets, les sujets d’ampleur », et promet : « On va le doter de moyens pour qu’il puisse rentrer en profondeur dans les politiques publiques. Ce sera un aiguillon. »

Vous voulez une traduction ? Il va faire ce pour quoi on élit un président. Ces experts vont réfléchir à sa place, car Macron est paumé, et il n’a pas la plus petite idée de ce qui lui arrive et de ce qu’il faut faire.

Et on le dit vif à comprendre.

Quelle tristesse.

Jean-Patrick GRUMBERG

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Ds1ulFOX4AIc_rV