Retraités, CSG : non à la stigmatisation, non à la régression... Revalorisez les pensions !

DlncgfrXgAAYMoM

PETITION

https://www.mesopinions.com/petition/politique/retraites-csg-stigmatisation-regression-revalorisez-pensions/30213

Le 28/08/2018 :


Pas de répit pour les retraités, pas de pause dans la régression !

Le Premier ministre vient de l'annoncer au JDD : ils ont prévu une revalorisation des retraites de 0,3% en 2019 et en 2020, alors que l'inflation pourrait dépasser les 2%. C'est donc de nouvelles baisses qui sont programmées !

Quand on pense que Macron s'était engagé sur le niveau des pensions pendant la durée de son quinquennat...

Edourd Philippe a annoncé en même temps la FIN DE L'INDEXATION, ce qui signifie qu'elles pourront encore baisser en 2021, 22, 23..., autant qu'il plaira au prince. Un prince qui nie leur caractère contributif, qui oublie que les retraites correspondent à des droits ouverts par des cotisations.   

DljJJYUW4AA-JOU

Plus que jamais, disons non à Macron. Mobilisons-nous et mobilisons autour de nous. Refusons massivement cette nouvelle régression qui vient s'ajouter à celles de la hausse non compensée de la CSG et au blocage antérieur des retraites.

Faisons circuler au maximum notre pétition, stoppons la régression !

Le 11/06/2018 :

Bonjour à toutes et à tous,

Faisons monter la pression contre la hausse de la CSG non compensée et le gel des pensions.

Participons à la manifestation nationale le 14 juin prochain qui porte les revendications légitimes que M. Macron et son gouvernement ne veulent toujours pas entendre.

Mobilisons-nous dans toutes les villes de France jusqu'à obtenir satisfaction !

Notre pétition restera en ligne autant de temps qu'il le faudra. Faisons-là circuler, car il y a encore beaucoup de gens qui ne l'ont pas reçue.

Non à la stigmatisation, non à la régression, revalorisez les pensions !!!


Le 25/02/2018 :
Alors que les prix flambent, combien de gens ont vu leurs pensions baisser en janvier et février ? Même des petites retraites n’ont pas été épargnées !

Le 15 mars, une manifestation nationale convoquée par neuf organisations syndicales va  rappeler à M. Macron, dans les rues de France, que la baisse des pensions, aggravée par la hausse non compensée de la CSG, ne passe pas du tout.

Soyons présents à cet important rendez-vous !

Plus que jamais, affirmons nos exigences de revalorisation des retraites et de compensation du surplus de CSG, récapitulées dans la dernière mise à jour, et appelons à la mobilisation jusqu’à ce qu’elles soient entendues !

Faisons circuler autour de nous notre pétition ! Elle sera adressée à son destinataire très bientôt, au moment le plus opportun. 

Merci à tous les signataires, anciens  et nouveaux !


Le 21/01/2017 :

Dernière mise à jour avant transmission de la pétition à Monsieur le Président de la République.

    • Les travaux du Conseil d'orientation des retraites publiés en décembre 2017, montrent que le pouvoir d'achat de tous les retraités baisse sans cesse (de l’ordre déjà pour certaines générations de 8% et plus !).
    • La hausse de la CSG mise en place au 1er janvier 2018 aggrave cette régression pour les millions de retraités concernés. Ceux qui ne le sont pas subissent la stagnation des pensions comme les précédents, alors que les prix et les taxes s'envolent.
    • Tous les retraités sont donc perdants. 

Le respect du droit à la retraite, du droit aux pensions pour lesquelles les retraités ont cotisé exige leur indexation au minimum sur l’inflation.

S’impose donc la nécessité :

    1. De réaffirmer clairement ce principe d’INDEXATION, insidieusement mis en cause, ce qui n’est pas acceptable ;
    1. d’une revalorisation de toutes les retraites (base et complémentaires ; privé et public) de 3,15 %, ce qui correspond à la compensation accordée aux actifs en emploi, comme premier rattrapage pour tous du pouvoir d’achat perdu et compensation de la hausse de la CSG pour ceux qui sont soumis au taux fort. 
    1. de la suppression immédiate de la cotisation d’assurance maladie de 1% sur les retraites complémentaires, dont le maintien pour les seuls retraités signerait une insupportable discrimination.

Soyons aussi solidaires des personnes dont les pensions d’invalidité se trouvent soumises à la hausse de la CSG sans aucune compensation !

Que nous soyons à la retraite ou en âge de travailler, mobilisons-nous toutes et tous pour imposer le respect des droits et de l’égalité !


Le 27/12/2017 :

La discrimination des inactifs âgés va atteindre son summum avec le maintien d’une cotisation maladie de 1% sur la part complémentaire de la pension de retraite des salariés du secteur privé. Dans le silence général, à partir du 1er janvier 2018, plus personne ne payera de cotisation maladie, SAUF eux !!!

Brisons ce silence et exigeons la suppression immédiate de ce 1% !


Au nom de quoi une personne à la retraite dont le revenu est égal à celui d’une personne en activité devrait-elle être pénalisée par une hausse de la CSG non compensée ?

Certainement pas du principe républicain d’Égalité !!!

Et pourtant c’est ce qui va se produire au 1er janvier 2018. Près de 10 Millions de retraités de tous régimes seront victimes de cette injustice flagrante, alors qu’ils subissent déjà depuis des années des pertes significatives de leur pouvoir d’achat (gel du point, report de dates de revalorisation, sous-indexation des complémentaires, veuves, CASA).

Le Conseil constitutionnel, sans du tout convaincre, a rejeté les deux recours présentés, l’un par la gauche, l’autre par la droite, notamment contre les dispositions du PLFSS 2018 qui réservent de toute évidence un sort funeste aux inactifs âgés.

L’incroyable Discrimination En Marche va donc pénaliser des millions de gens qui ne sont plus en capacité de trouver des alternatives. Ils ont travaillé dur pour leur retraite et comptaient légitimement sur son indexation, mais ils voient aujourd’hui comment un pouvoir sans vergogne change en cours de route les règles du jeu établies depuis des décennies et se permet – tout en faisant perdre aux finances publiques 3,5 Milliards d’ISF, tout en exonérant les députés de la CSG sur leurs frais de mandat et en leur offrant 1200€ pour leur logement à Paris, tout en augmentant de 40% les salaires des maires des grandes villes – d’augmenter de 25,75% leur CSG (au-dessus de seuils de revenus fiscaux très bas) sans aucune compensation.

Cette injustice est encore plus révoltante pour :

    • les retraités malades et/ou dépendants qui doivent faire face à des dépenses souvent considérables ;
    • les retraités qui soutiennent des membres de leur famille confrontés aux galères actuelles dans l’indifférence générale ;
    • les retraités locataires, considérés aisés parce qu’ils seraient censés être propriétaires, frappés comme les autres ;
    • les victimes des effets de seuil : quelques euros au-dessus d’un revenu et la CSG frappera et d’autres seront privés de tout allégement de taxe d’habitation.

Le gouvernement veut tourner la page au plus vite, maintenons-la ouverte, faisons circuler notre pétition, adressons-la à nos contacts, faisons du bruit.

La CSG augmente au 1er janvier 2018, continuons d’exiger SA COMPENSATION !!

9f129dd0-a965-11e8-ae56-0d8166deffd0_1


Le 20/12/2017 :

Deux recours ont été déposés devant le Conseil constitutionnel sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 :

    • L’un par 60 députés de gauche porte notamment sur « l’article 8 qui instaure une hausse de la CSG compensée seulement pour certains et qui contrevient donc au principe d’égalité devant les charges publiques (art. 13 DDHC)... ».
    • L’autre par le groupe LR souligne aussi cette rupture de l’égalité. On y lit notamment que : « L’article 8 dénature profondément l’esprit et la lettre de la CSG en lui conférant la mission d’opérer une redistribution des revenus entre catégories sociales, totalement à rebours de la solidarité nationale puisque des inactifs à revenu de remplacement modéré, contribueront à accroître le pouvoir d’achat de contribuables actifs à revenus élevés. »

Au nom de quoi une personne à la retraite dont le revenu est égal à celui d’une personne en activité devrait-elle être pénalisée par une hausse de la CSG non compensée ?

La question dérange, portons-là !

Continuons de diffuser et de partager notre pétition !

Retraités et hausse de la CSG : Non aux mensonges stigmatisants, oui à l’égalité de traitement ! Monsieur le Président, revalorisez les pensions de 3,15%.

Voici les mensonges propagés par les écrivaillons de 95% des titres de la presse, papier ou électronique :

Un effort va être demandé aux plus aisés des plus aisés des retraités de la génération dorée. La réforme de la CSG du nouveau président Macron va transférer la pression fiscale des classes moyennes aux retraités les plus riches. Seuls les 60% de retraités les plus aisés qui paient une CSG à taux plein subiront la hausse de cet impôt. C’est une mesure de justice redistributive, imbibée du principe d’égalité.

 La vérité est tout autre :

La hausse de la CSG de 1,7% concerne les retraités dès que leur revenu fiscal annuel atteint ou dépasse 14375€ pour une personne seule, 22051€ pour un couple. Elle peut donc s’appliquer même à des retraites inférieures à 1.000€ net mensuels !!!

Alors que pour les salariés, la hausse de la CSG doit être compensée par une suppression de leurs cotisations d’assurance maladie (0,75%) et de chômage (2,4%), et que des compensations sont envisagées pour les indépendants, rien de tel n’est prévu pour les retraités. Si rien ne change, ils seront donc victimes d’une politique discriminatoire, clairement inégalitaire (que ne saura adoucir le projet de suppression de la taxe d’habitation sous des conditions de ressources semblables pour les contribuables de tout âge, et dont ils ne bénéficieront donc pas davantage que les autres).

Cette discrimination serait d’autant plus choquante que :

- le salaire moyen net est en 2016 de 2.002€, alors que la pension moyenne nette de retraite (de la « génération dorée ») se situe autour de 1.300€ (1376€ bruts, fin 2015 d’après la Drees) ;

- la hausse de la CSG pénaliserait de nouveau  les pensions de retraite de base et complémentaires, qui ont subi déjà des baisses en 2014, 2015 et 2016 (taux de revalorisation de 0%) et dont de nouveaux grignotages sont programmés pour les secondes jusqu’en 2018 inclus.

Au nom de l’égalité de traitement s’impose donc la nécessité de compenser pour les retraités la hausse de la CSG, exactement comme pour les salariés. C’est pourquoi, nous vous demandons, Monsieur le Président, de prévoir concomitamment une revalorisation des pensions de base et complémentaires de 3,15% et de veiller à leur indexation, au minimum, sur l’inflation.

DliQegwWsAArZdc