16 000 radicalisés, 2000 terroristes djihadistes : l’Etat Islamique déjà sur le sol français ?

1027092321

Chère Madame, cher Monsieur,

MISE À JOUR 01/02 - URGENT

“Ce sont des données confidentielles, conservées sous le sceau du secret.

Elles permettent d’établir une carte précise de la radicalisation [islamiste] en France.”

C’est tiré du journal Le Parisien du 25 janvier dernier.

Depuis mon précédent message,  la situation ne cesse de se dégrader/d’empirer. . Il est plus urgent que jamais de relayer mon appel. Car le journal continue:

“Entre 15 000 et 16 000 hommes, femmes et mineurs sont aujourd’hui enregistrés au sein du fichier de signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste.”

Ce chiffre est effrayant. Selon le New York Times, les troupes de l’Etat Islamique sont de 10 à 17 000 personnes.

Cela veut dire qu’un équivalent de Daesh peut émerger en France à tout instant.

Pendant ce temps, le manque de moyens de la DGSI reste d’actualité. Oui, car les services secrets français ne peuvent surveiller que 40 terroristes djihadistes à la fois !

40 surveillances, quand nous parlons maintenant de 15 à 16 000 personnes !

Nous devons agir vite. Nous devons forcer la classe politique à réagir et à mettre les moyens nécessaires pour surveiller cette armée silencieuse. Sans vous, la débâcle est d’ores et déjà programmée.

Renforçons notre action. Faisons circuler notre pétition pour renforcer la surveillance des djihadistes. Nous devons faire connaître la situation à des centaines de milliers de gens, à tous les Français.

Cliquez ici pour signer la pétition. Ou lisez ci-dessous l’argumentaire:

2000 terroristes djihadistes nous menacent…

… mais nous ne pouvons en surveiller que 40 à la fois.

Vous avez bien lu.

Les services secrets français sont dépassés. Derrière, c’est notre sécurité qui est menacée.

Quel scandale !

Les chiffres paraissent fous.

Pourtant, les sources sont sûres. Ils ont été révélés par deux grands reporters. L’un travaille à TF1 ; l’autre au Parisien.

Christophe Dubois et Eric Pelletier parlent de la situation catastrophique de nos services de renseignements dans leur dernier livre : Où sont passés nos espions ?

Si bien que vous et moi sommes en danger de mort. A tout instant, des terroristes islamistes peuvent frapper en France. La police sera la dernière au courant.

Ce qu’ils révèlent dans leur livre est incroyable.

« L’information, on l’a ! »

C’est ce qu’expliquait un des journalistes à Eric Brunet sur RMC.

Il continuait :

« On en a même beaucoup. La première difficulté, c’est de l’analyser, la traiter et d’en faire quelque chose d’utile. Je vais vous donner quelques chiffres pour comprendre. »

« Il y a aujourd’hui 2000 djihadistes considérés comme dangereux en France. »

« Ce sont ceux impliqués dans des filières irako-syriennes ».

Et de poursuivre :

« La DGSI qui est le service en pointe sur le sujet, ne peut pas mener plus d’une quarantaine de surveillances en simultané. »

JE DEMANDE PLUS DE MOYENS
POUR NOS SERVICES SECRETS

Autrement dit, c’est comme si les terroristes djihadistes étaient laissés sans surveillance.

Pas que nos services soient incompétents. Pas qu’ils n’aient pas la volonté.

Ils n’ont tout simplement pas les moyens.

Certes, la situation est exceptionnelle. Nous n’avions plus de tels besoins d’espionnage depuis la fin de la Guerre froide.

Cependant, le terrorisme islamiste a changé la donne.

Il est inquiétant que DEUX ANS APRES CHARLIE HEBDO, si peu ait été fait pour aider nos services de renseignement à pister les potentiels terroristes.

C’est pourquoi je vous envoie, dans l’urgence la plus totale, une pétition nationale.

JE DEMANDE PLUS DE MOYENS
POUR NOS SERVICES SECRETS

Vous et moi devons nous mobiliser. Nous devons demander officiellement, au ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, de débloquer les budgets nécessaires pour nos services de renseignement.

C’est l’évidence même. Le stratège chinois antique, Sun Tzu, disait déjà que l’information était la clé dans une bataille.

Il faut constituer les équipes pour traquer et détruire ceux qui veulent nous détruire. Et donc allouer le budget pour le faire.

Il en va de la sécurité de chacun d’entre nous : vous, moi, nos enfants, nos familles, nos proches.

Quand l’idéologie djihadiste contamine ceux qui sont censés nous protéger.

Une note de la Direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomération Parisienne, datée du 9 décembre 2015, dénoncent que certains policiers seraient des infiltrés islamistes.

Ils y sont décrits comme « jeunes, entrés dans la police au milieu des années 2000 et issus d’un concours interne, nombre d’entre eux étant d’anciens adjoints de sécurité, les emplois jeunes de la police. »

Au dernier décompte connu – c’est-à-dire dans cette note - , il y a 17 cas avérés.

Pas grand-chose ? Cela représente déjà presque 50% des moyens disponibles à la DGSI pour suivre les islamistes !

Vous comprenez qu’ainsi, la situation n’est plus tenable.

C’est pourquoi il faut augmenter sensiblement les moyens alloués à la surveillance des terroristes djihadistes.

JE DEMANDE PLUS DE MOYENS
POUR NOS SERVICES SECRETS

Selon cette note, la situation devient un peu plus grave CHAQUE JOUR. En effet, «le phénomène connait une accélération ».

Et le pire est à venir : selon les deux grands reporters…

« Pour l'ensemble des ministères régaliens - Défense, Intérieur et Justice - nous dénombrons une centaine de cas de radicalisation ».

Voilà pourquoi nous devons nous mobiliser au plus vite.

Nous n’avons pas le droit de nous contenter de dire « Je suis Charlie » après chaque attentat.

Il faut agir. Et c’est pourquoi je vous demande de signer cette pétition maintenant.

La France est bel et bien menacée par l’islamisme… et la justice lutte avec des armes très inégales.

40 surveillances, c’est 50 fois moins que nécessaire.

C’est pourquoi je vous serai reconnaissant, chère Madame, cher Monsieur, d’adresser à Monsieur Le Roux, ce grand appel à soutenir davantage la DGSI.

JE DEMANDE PLUS DE MOYENS
POUR NOS SERVICES SECRETS

Je m’appelle Laurence Havel. Je suis la secrétaire nationale de l’Institut pour la Justice. Depuis 2007, notre association se bat pour réformer la justice et protéger les victimes.

Vous et moi devons lancer une grande mobilisation nationale pour obtenir des crédits supplémentaires pour nos services de renseignement.

Voyez-vous, ce n’est pas aussi compliqué que ça en a l’air.

Le budget 2017 a été voté, et validé par le conseil constitutionnel le 30 décembre dernier.

Mais il reste la possibilité de faire passer une loi de finance rectificative presque à tout moment.

C’est entre les mains du gouvernement, et notamment du ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux.

Je suis certaine qu’ensemble, vous et moi pouvons y arriver.

Si vous diffusez mon appel auprès de vos proches, nous pouvons ajouter leurs voix auprès des nôtres.

Et par « effet boule de neige », nous pourrons être des centaines de milliers à attirer l’attention sur ce véritable scandale.

JE DEMANDE PLUS DE MOYENS
POUR NOS SERVICES SECRETS

Mais surtout, et c’est très important : partagez mon message à tous vos amis. Demandez-leur de faire de même. En quelques jours, notre message peut être vu partout en France.

Alors s’il vous plait, signez la pétition.

Bien entendu, je vous communiquerai les résultats de notre action. J’enverrai aux journalistes le nombre de signataires. La France entière saura que ce sujet est important.

Seul vous pouvez donner la légitimité démocratique à mon message.

Signez donc la pétition maintenant.

Ensuite, faites passer ce message largement autour de vous. Transférez ce message via Facebook, via courrier électronique pour informer vos proches.
Nous devons tous être au courant de ce scandale !

JE DEMANDE PLUS DE MOYENS
POUR NOS SERVICES SECRETS

 

Avec tout mon dévouement,
Laurence Havel

PS : Pour diffuser la pétition, rien de plus simple. Vous voyez en haut et en bas de cette page ? Il y a un bouton pour « liker » et un bouton pour « partager ». Cliquez d’abord sur le « like », puis sur le bouton « partage ». Merci par avance !

JE DEMANDE PLUS DE MOYENS
POUR NOS SERVICES SECRETS