La France est en danger il faut la sauver !

Communiqué de presse de l'ENTENTE RÉPUBLICAINE de Nice 

110316123

PHOTO PRESSE Gérard DIACONESCO - AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV -

Maître Jacques PEYRAT Président d'honneur de l'Entente Républicaine de Nice, Président de l'amicale des parachutistes de la Légion Étrangère à Nice, ancien Sénateur-Maire de la ville de Nice, recevra le Général d'armée 4 étoiles Christian PIQUEMAL qui tiendra une conférence sur la situation catastrophique dans laquelle la France se trouve aujourd'hui à la veille d'une élection présidentielle des plus chaotique et incertaine.

Cette réunion dont le titre évocateur est celui de

"La France est en danger il faut la sauver"

se tiendra dans les salons d'honneur du Palace le "WESTMINSTER" sur la Promenade des Anglais le vendredi 10 Février 2017 à partir de 18H.

En ce qui concerne le Général Christian PIQUEMAL ancien Patron de la Légion Etrangère ce dernier devait subir une arrestation arbitraire le 6 Février 2016 lors d'une manifestation pacifique pour le démantèlement du camp de migrants illégaux de la "JUNGLE DE CALAIS" ainsi qu'à être condamné injustement par les tribunaux de Madame TAUBIRA, une vraie honte pour notre pays !

Jacques PEYRAT

Les Photos de la Conférence tenue par le Général Christian PIQUEMAL à l'Hôtel WESTMINSTER - Crédit Photos Presse Alain GAFFET - Agency Press International DIACONESCO.TV - 10.02.2017 - NICE

1-DSC_0008

1-DSC_0009

1-DSC_0010

1-DSC_0011

1-DSC_0018

1-DSC_0028

1-DSC_0045

1-DSC_0052

1-P1210961

1-P1210971

1-P1210973

1-P1210979 

1-P1210982

1-P1210998

1-DSC_0054

1-DSC_0057

1-DSC_0061

1-DSC_0067

1-DSC_0070

1-DSC_0071

1-DSC_0072

1-P1210954

***********************************************************************************************

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

 

Monsieur,

Votre prénom signifie "Dieu avec nous" ! Sans doute ne le saviez-vous pas !

Et pourtant vous avez osé à Alger prononcer cette phrase scandaleuse :

" La colonisation fait partie de l'histoire Française. C'est un crime contre l'humanité ! C'est une vraie barbarie."

Le moins qu'on puisse dire est que cette injure publique portée à la France durant votre petit déplacement clientéliste de boutiquier électoral ne fait pas de vous un ami du Peuple Français que vous avez le 15 février trainé dans la boue et traité plus bas que terre !

Il n'excusera et ne pardonnera jamais cette souillure inacceptable de "crime contre l'humanité" !" 

Vos propos outranciers, génocidaires sont purement et simplement intolérables car vous falsifiez ignoblement l'histoire ; de même lorsque vous prétendez qu'il n y a pas de culture Française pour vendre votre vivre ensemble en détruisant la France ancestrale ! 

Visiblement ou vous êtes un illettré ou vous êtes un menteur ! Dites donc la vérité, l'entière vérité !

Parlez des crimes odieux perpétrés par les Barbaresques avant 1830 !

Parlez d'une terre chrétienne dont les chrétiens ont été "génocidés" par des gens haineux de votre espèce !

Parlez du 5 juillet 1962 à Oran! ! Allez donc vous présenter en Algérie mais de grâce oubliez la France ! Vous êtes à jamais indigne de la moindre fonction publique dans notre pays, vous qui portez outrage au Peuple Français.! Alors, en d'autres temps, oui Toulon vous aurait montré la voie du bagne pour haute trahison !

Aussi, j'appelle chaque Français digne de ce nom à porter plainte contre vous pour injure publique à la France et à son Peuple. 

Christian PIQUEMAL

Président du Cercle de Citoyens patriotes

***************************************************************************************

VŒUX DU COMITÉ DE SOUTIEN DU

  

GÉNÉRAL PIQUEMAL AUX ARMÉES

original


Share Button

Paris, le 30/01/2017

Le Comité de soutien a été fondé pour obtenir des plus hautes autorités la pleine et entière réhabilitation du soldat Christian Piquemal, grand serviteur de l’État, injustement radié des cadres de l’Armée après que ce dernier a voulu alerter les services de l’État chargés de la sécurité du territoire et l’opinion publique dans son ensemble des dangers que faisait courir la situation anarchique à Calais et dans le Calaisis sur l’intégrité et la pérennité de notre nation. Par cette sanction injuste, c’est l’institution militaire dans son ensemble qui a été touchée et blessée.

C’est pourquoi, au-delà du cas particulier du Général Christian Piquemal, le Comité de soutien poursuit comme objectif la réhabilitation de l’institution militaire dans notre pays alors même qu’un désordre mondial grandissant augmente chaque jour un peu plus les dangers et les menaces qui pèsent sur la patrie. À une instabilité inquiétante perceptible depuis des années sont venues s’ajouter les attaques terroristes d’un islam extrémiste sur notre sol. Des Chefs militaires avaient pourtant alerté sur cette situation mais ils n’ont pas été entendus.

Depuis, le Président de la République et le Premier Ministre ont admis que nous étions « en guerre ». Ces déclarations, qui succédaient à des années de léthargie collective et de déni de la réalité de nos représentants politiques, n’ont pourtant pas eu jusqu’ici comme conséquence une mobilisation des moyens matériels et humains qui soient à la hauteur des enjeux et des défis. La toute dernière prise de parole aussi exceptionnelle que salvatrice du Chef d’état-major des armées (CEMA) Pierre de Villiers sur les moyens financiers à consacrer à la Défense est là pour le rappeler. Le Comité de soutien partage les inquiétudes du CEMA et l’ensemble de ses préconisations. Cependant, 2% du PIB comme horizon financier du budget des armées, c’est notoirement insuffisant. Le comité de soutien prône une ligne à 3% du PIB. Il rappelle que l’effort de la nation en la matière doit s’inscrire sur le long terme et pas uniquement en réaction à l’émotion politique du moment.

Il faut bien reconnaître que nos forces armées sont aujourd’hui en limite de rupture en termes de capacité en raison de la multitude des engagements sur les théâtres extérieurs, engagées simultanément sur plusieurs fronts, et à l’intérieur, sur le territoire national, avec les opérations Vigipirate et Sentinelle qui usent inutilement nos forces à contre-emploi dans une gabegie capacitaire incapable de prévenir le prochain attentat.

Alors, au-delà de la modernisation et du renouvellement nécessaires du matériel usé et vieillissant, les efforts à porter sur le personnel sont primordiaux. Le Comité de soutien préconise que les Armées investissent au plus vite dans l’excellence en sélectionnant un corps d’officiers d’élite de très haute qualité, formés à de nouvelles techniques pour répondre à des menaces inhabituelles. Car le risque majeur auquel sera confrontée demain – et peut-être plus vite qu’on ne le pense – notre société pourrait bien se traduire par une totale submersion des capacités régaliennes de l’État, notamment avec des émeutes et des violences urbaines de très grande ampleur. Le salut viendrait alors d’une élite militaire consciente des enjeux politiques et stratégiques qui dépassent la simple mise en œuvre de la force formée, entre autres, aux combats en milieu urbain.

La richesse de l’Armée Française est, en fait, le résultat d’un précieux héritage, forgé par l’expérience du combat. Il faut entretenir et conserver ce vivier de soldats et de chefs dont notre Patrie a besoin pour affronter et surmonter les crises de l’Histoire. Le général Piquemal en fait indéniablement partie, ce qui justifie sa pleine et entière réhabilitation au sein de l’Armée Française. Nous ne pouvons en ces temps troublés nous priver de l’expérience et de la valeur d’un officier de cette envergure.

Signataires de ce texte :

Les Généraux et Amiraux en 2ème Section

Antoine MARTINEZ président du Comité de soutien du général Christian PIQUEMAL, Pierre SOUQUE, Daniel GROSMAIRE, Jacques DIGONNET, Yves AUBERT, Pierre BEC, Roland DUBOIS, Marc DESCHAMPS, Bernard JOSZ, Philippe GOUACHON, Yvon TALLEC, Daniel SCHAEFFER, François TORRÈS, Christian RENAULT, Hervé NEVEU, Jean-Marie LAURAS, Guy du PLESSIS, Alain PELLEGRINI, Patrick MARTIN, Jean QUELENNEC, Pierre PIRSON.

***********************************************************************************************

Pour mémoire le rappel des faits sans précédant en FRANCE : 

ARRESTATION ARBITRAIRE DU GENERAL D'ARMEE 4 ETOILES A LA RETRAITE CHRISTIAN PIQUEMAL A CALAIS UNE AFFAIRE D'ETAT ?

Cai2TdvWEAAuBwr

L'arrestation musclée par la Gendarmerie Mobile du Général de l'Armée Française Christian PIQUEMAL ancien "Patron" de la Légion Etrangère à la retraite âgé de 75 ans ce dernier samedi 6 février 2016 lors de la manifestation qui a eu lieu contre l'immigration clandestine de migrants dans le port de Calais aura fait depuis couler beaucoup d'encre dans les "Médias" officiels, mais surtout essentiellement dans les Réseau Sociaux de l'Internet ( FaceBook, Twitter, Google ... ) faisant le Buzz sur la Toile tant en France qu'à l'étranger.

Cai0vAUXIAErewP

Durant son arrestation brutale et sa mise en-garde-à vue, le Général Christian PIQUEMAL, devait passer devant les tribunaux de Justice en comparution immédiate ce lundi 8 Février avec d'autres personnes arrêtées comme lui samedi 6 février dernier, mais au vu de son état de santé, car il venait d'avoir une grave défaillance physique due à un violant malaise, son procès est donc reporté au Jeudi 12 mai 2016 prochain pour que ses avocats puissent préparer d'ici là sa défense.

Aujourd'hui ce n'est pas à nous d'exprimer ou non une quelconque polémique sur cette arrestation du Général PIQUEMAL, arrestation que nous jugeons tout de même assez arbitraire, mais de donner la paroles à tous ceux qui défendent encore les vraies valeurs de notre pays :

"LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE".

La Rédaction 

CajHy1TW4AUQP40

Les Communiqués :

Communiqué du général d'armée (2s) DARY, président de l’Amicale des Anciens Légionnaires Parachutistes (AALP)

Posté le lundi 08 février 2016
Communiqué du général d'armée (2s) DARY, président de l’Amicale des Anciens Légionnaires Parachutistes (AALP)

Au cours du week-end dernier, un de nos camarades, et non des moindres puisqu’il s’agit du général Christian PIQUEMAL, a été placé en garde-à-vue, pour avoir participé à une manifestation interdite par le Préfet du Nord.


En ma qualité de Président de l’Amicale des anciens légionnaires parachutistes et à titre personnel comme citoyen français, je tiens d’abord à exprimer ma solidarité au général Piquemal, et je lui adresse, à lui comme à ceux qui nous lirons, ces mots d’Antoine de Saint-Exupéry, qui me semblent tout à fait opportuns :

« Puisque je suis l’un d’eux, je ne renierai jamais les miens quoi qu’ils fassent :
– je ne parlerai jamais contre eux devant autrui ;
– s’il est possible de prendre leur défense, je les défendrai ;
– s’ils sont couverts de honte, j’enfermerai cette honte dans mon coeur et je me tairai ;
– quoi que je pense alors sur eux, je ne servirai jamais de témoin à charge ! »

Mais au-delà de cette solidarité, et sans remettre en cause les Institutions Françaises que nous tenons particulièrement à respecter, je tiens à me faire l’interprète de beaucoup de mes camarades, en exprimant notre étonnement de citoyen devant la manière dont cet incident a été géré et a pu ainsi déraper, par tant de maladresses, d’ambiguïtés et d’inopportunité !


D’abord avec beaucoup de maladresses, car si manifester en dépit d’une interdiction Préfectorale n’est pas bien, on peut se demander si un regroupement, qui, apparemment n’était pas violent, méritait un tel traitement et la garde-à-vue volontaire d’un Officier Général ?


Ensuite avec beaucoup d’ambiguïté, car si l’on mettait en garde à vue tous ceux qui enfreignent quotidiennement et plus gravement la loi, il faudrait beaucoup de places dans les prisons françaises ; il suffit de penser aux zadistes, aux clandestins, aux bonnets de toutes les couleurs….

Depuis quand les Français ne seraient-ils pas égaux devant la loi ?
Enfin cette arrestation est particulièrement inopportune, car le sujet de l’immigration est à la fois complexe, grave et sensible et demande, avant tout de la part des services de l’Etat du calme et de la pondération ; or mettre un Officier Général en garde-à-vue ne règlera rien, mais, au contraire, ne fera qu’exacerber la situation … .


Général d'armée (2s) DARY
Président de l’Amicale des Anciens Légionnaires Parachutistes 

***********************************************************************************************

COMMUNIQUE DU GÉNÉRAL DIDIER TAUZIN

Publié le 8 Février 2016

En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui tentent de l’éteindre. Hier à Calais, les forces de l’ordre ont procédé à l’interpellation du Général Christian Piquemal, ancien commandant de la Légion Étrangère. Il s’agit d’un incident grave.

Le Général Piquemal, que je connais personnellement et pour qui j’ai un profond respect, savait que sa présence à cette manifestation était illégale du fait de l’interdiction Préfectorale dictée par le Ministre Cazeneuve. Il était prêt à en payer le prix pour des raisons supérieures à la légalité : le service de la France et la défense des Français face aux vagues migratoires.

Officier, il a consacré sa vie à la France et, à 75 ans, il reste prêt à la donner pour que la France vive. Officier de la Légion Étrangère, il ne peut en aucun cas être considéré comme un raciste.

Cette arrestation brutale se traduit aujourd’hui par un jugement en comparution immédiate, ce qui me révolte profondément étant donné que notre « Justice » manifeste par ailleurs un laxisme insupportable envers la délinquance réelle des no-borders.

Je félicite vivement le Général PIQUEMAL et lui dis tout mon respect. J’appelle toutefois au calme, car cette arrestation constitue, de la part de nos Gouvernants, une grossière tentative d’intimidation ; méthode classique des régimes à l’agonie. Ne nous laissons pas entraîner là où ils veulent nous conduire : l’action violente.

Ce Gouvernement – dont l’incompétence confine de plus en plus à l’illégitimité – nous provoque et espère nous pousser à la faute. Ne cédons pas aux manipulations et préparons l’avenir avec détermination.

Dans la tempête qui se prépare, nous devons rester calmes, avoir confiance en la France car elle a connu bien d’autres difficultés, et préparer avec courage son redressement.

Ensemble, nous rebâtirons la France !

Général Didier Tauzin

***********************************************************************************************

Affaire PIQUEMAL :

Nos gouvernants craignent pour leur peau

Publié le 8 février 2016 - par MARC NOE

" À Calais, les "anti-Français" qui tentent de ressembler à un «gouvernement » a, une nouvelle fois, prouvé leur capacité de nuisance. Ainsi, un lamentable ramassis d’incapables se permet-il de faire arrêter et juger le Général PIQUEMAL représentant reconnu, lui, de l’Élite de l’Armée Française.

Il faut vraiment relever d’une engeance minable pour s’autoriser pareille forfaiture !…

Tous ces Gouvernants boursouflés de suffisance qui se pavanent aujourd’hui prétentieusement sous les lambris de notre République n’ont décidément pas compris que ce n’est pas le titre qui honore l’homme mais que c’est l’homme qui se doit d’honorer le titre.

Ce faisant, ils ont eux-mêmes révélé aux yeux de tous ce qu’ils sont profondément : des individus sans relief et sans Honneur. Et s’il est normal d’avoir de la considération pour les fonctions, force est de constater que ceux qui les occupent si mal ne méritent pas la moindre once de respect.

Pas plus qu’eux-mêmes n’en ont témoigné au Général PIQUEMAL.

Désormais, tout le monde en a conscience : pendant qu’ils saccagent, agressent et manifestent armés de barres de fer, les clandestins hors-la-loi ont des droits. Pendant qu’il manifeste pacifiquement en faveur de la France, un Général a des menottes. Telles sont les valeurs de nos gouvernants au Pouvoir qui confondent « état de droit » avec « tous les droits à l’État »..

Quoi qu’il en soit, par leurs actes répétés de trahison, en ne défendant pas leur propre population, ils ont désormais perdu toute légitimité et ne sont plus dignes d’être qualifiés de « gouvernement ». Tout au plus s’agit-il de personnages organisés ayant fait main basse sur les rouages de l’État. Un regroupement d'anti-Français qui s’attache à la désintégration du Pays. Leur attitude est tout simplement «criminelle », comme le souligne Philippe de Villiers.

Le « Tartarin de l’Élysée », alias « Capitaine de pédalo » selon Mélenchon (74% d’opinions défavorables), pourra bien continuer de se croire « Chef de guerre », que pèsera-t-il objectivement face à la renommée d’un VRAI « Chef de guerre » auquel il n’arrive pas à la cheville, malgré tous les propos laudatifs des médias dégoulinant de servilité. Des médias pour lesquels fayotage et copinage sont les deux gamelles inséparables.

Le « Don Quichotte de Matignon », alias « l’électrocuté » selon Gilbert Collard (66% d’opinions défavorables), pourra bien se draper dans ce qu’il est bien le seul à considérer comme étant « SES propres Valeurs de la République », tout son verbiage n’est rien d’autre qu’un fatras de préjugés et de rancœurs personnels assaisonnés d’une sauce idéologique nauséabonde qui n’a rien à envier à la soupe servie par les régimes totalitaires. Lui se croit toujours au temps de la guerre civile d’Espagne.

Le « Sancho Pansa de la Place Beauvau », quant à lui, pourra bien continuer de s’évertuer à se faire passer pour quelqu’un de responsable, sachant prendre des décisions et donner des leçons à tout le monde, il n’en sera pas moins regardé comme étant un personnage insignifiant qui ne brille que par les pâles lueurs de sa fonction.

Ainsi va la France d’aujourd’hui : plus quelque-chose est bas, plus « on » nous le montre en exemple. Et plus les chevilles sont enflées, plus les têtes sont vides.

Et ce sont ces gens-là qui, confortablement juchés sur leur éphémère perchoir à serins – la seule hauteur qu’il faille leur reconnaitre -, se permettent d’insulter tous ceux qui ne pensent pas comme eux, les traitant de « racistes », de « fascistes », de « nazis ». Le tout arbitrairement ficelé sous l’appellation fumeuse d’«extrême droite ». Chez eux, la malhonnêteté n’a pas de limite… si ce n’est celle de leur étroitesse d’esprit qui leur fait prendre leur propre lâcheté pour de la tolérance et leur faux humanisme pour de la grandeur d’âme.

En cela, ces « tristes sires » ne font que surfer sur la peur de choses supposées qu’ils ont eux-mêmes inventées pour mieux enfumer l’opinion publique et jouer aux « grands courageux ». On offre sa poitrine à des fusils qui n’existent pas. Ça fait toujours bien et ça donne bonne conscience…

Dans les faits, ces individus ne sont que de piètres personnages qui se repaissent des malheurs de la France tout en la détruisant un peu plus chaque jour. Pendant la Révolution, sous la houlette de l’accusateur public Fouquier-Tinville, ils eussent été jugés puis condamnés pour trahison envers la Patrie et leurs biens saisis puis revendus comme « Biens Nationaux ».

MARC NOE

SOURCE :RIPOSTE LAÏQUE : 

http://ripostelaique.com/affaire-piquemal-les-chacals-craignent-pour-leur-peau.html

***********************************************************************************************

Calais : ils ont osé maltraiter le Général Christian PIQUEMAL

Publié le 8 février 2016 - par  

CajIVYKWEAA2Oo3

L’opération « capture », puis la détention arbitraire du Général Piquemal n’ont pu être lancés sans l’aval de l’Elysée…

Terriblement éprouvé par la rigueur et la brutalité de son arrestation et de sa garde à vue, le Général Christian Piquemal a été victime d’un « violent malaise » le 8 février au matin, dans les locaux des policiers de Calais, si complaisants avec les migrants en situation irrégulière.

L’état de santé du Général Christian Piquemal a obligé les policiers à le transférer à l’hôpital et les juges à reporter la comparution immédiate de ce lundi au 12 mai.  Ces premières informations confirmées par un officier de police, joint par téléphone et qui a souhaité conserver l’anonymat, et par l’avocat du héros de la Légion Etrangère, Me Denis Tailly-Eschenlohr, témoignent de l’acharnement d’un régime à bout de souffle à l’encontre du Général Christian PIQUEMAL.

Formé à la rude école du Général Marcel Bigeard, officier le plus décoré de France, qui doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe au vu des méthodes employées contre son « p’tit gars », le Général Christian PIQUEMAL a la réputation d’un dur à cuir. Lorsqu’il commandait une compagnie, blessé, il a neutralisé seul, à coup de grenades, un nid de mitrailleuses, tirant à 1200 coups/minute (exploit que m’avait relaté le Général Marcel Bigeard lorsque je partageais son quotidien !). Alors, on peut s’interroger sur les brutalités infligées lors de la garde à vue pour que les sbires à R2-D2 Cazeneuve soient contraints de conduire, manu militari, le héros de l’Opération épervier, toutes sirènes hurlantes, vers l’hôpital le plus proche.
«Il est extrêmement fatigué et terriblement éprouvé par la rigueur et la brutalité avec laquelle il a été interpellé», déplore, avec une colère contenue son avocat Me Denis Tailly-Eschenlohr, après avoir rendu visite à son client à l’hôpital. «Un officier prestigieux comme lui a l’habitude d’être malmené mais, cette fois, il n’avait pas à endurer la violence dont il a été l’objet», fustige Me Denis Tailly-Eschenlohr, en insistant sur le fait « que Mme Danièle Mitterrand a participé, par le passé, à des manifestations interdites, sans être maltraitée comme le général Piquemal ».
av cazeneuve 5 
Une nouvelle « bavure » de R2-D2 Cazeneuve, à l’égard d’un authentique héros
A l’époque du Général de Gaulle, le ministre de l’Intérieur aurait été congédié dans l’heure pour des faits identiques. Car on est bien en présence d’une nouvelle « bavure » de R2-D2 Cazeneuve, à l’égard d’un authentique héros, qui savait insuffler « l’esprit Bigeard » à ses hommes. Ayant servi notamment sous les ordres du général Bigeard, mais aussi au 9 ème régiment de chasseurs parachutistes , le Général Piquemal a été vacciné au «pur jus d’amour de la France » et a montré, à plusieurs reprises qu’il était prêt à sacrifier sa vie pour la France. R2-D2 Cazeneuve et ses sbires semblent avoir oublié que le Général Piquemal a été adjoint au Chef du cabinet militaire de trois Premiers ministres socialistes qui reconnaissaient son professionnalisme et son patriotisme : Michel Rocard (1989-1991), Édith Cresson (1991-1992) puis Pierre Bérégovoy (1992).
av pique
Le Général Piquemal a été vacciné au « pur jus d’amour de la France »

L’arrestation du Général PIQUEMAL et sa « comparution immédiate » devant le TGI de Boulogne initialement programmée ce lundi étaient destinées, dans l’esprit de Hollande, Valls et de R2-D2 Cazeneuve, à masquer par un écran de fumée, le procès de leur ami  ex-ministre socialiste du budget Jérôme Cahuzac, qui s’ouvrait le même jour à Paris. Un honnête Général devait être livré en pâture à la presse de gauche, pour préserver un « ministre escroc » de Hollande ayant très lourdement fauté.

La pétition lancée pour obtenir la libération du Général Piquemal, que Riposte Laïque relaie, continue de mobiliser :

AV piquemal a formé de nombreux officiers

Le général Piquemal a formé de nombreux officiers.

Du côté du tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer, où trafiquants de drogue et agresseurs de commerçants sont souvent relaxés, les juges affichaient, ce lundi, une mauvaise humeur. En l’absence médicale du Général Piquemal, en l’absence du cinéaste Costa Gavras, auteur entre autre de Z (l’élimination d’un opposant dans la Grèce des colonels) et de Section Spéciale (les procès politiques des résistants sous Vichy), les magistrats ont été contraints de reporter le « lynchage » prévu d’un héros patriotique au 12 mai 2016.

Nous souhaitons un prompt rétablissement au Général Piquemal. Nous espérons que notre ami Costa Gavras aura la force de reprendre sa caméra le 12 mai pour filmer une tragédie, doublée d’une décadence et d’une imposture dans la France de 2016.

Francis GRUZELLE

Carte de Presse 55411

***********************************************************************************************

Communiqué du Cercle Nationale des Combattants du Président Roger HOLEINDRE

Paris le 8 Février 2016

Affaire PIQUEMAL, encore une provocation gouvernementale

               Le 6 février dernier, le général Chistian PIQUEMAL, ancien «patron » de la Légion Étrangère, ancien président de l’Union Nationale des Parachutistes (UNP) et ami notoire de notre Cercle a eu le courage de s’opposer publiquement à une interdiction de manifestation à Calais. Ce faisant, le général Piquemal n’a pas hésité à s’opposer aux autorités gouvernementales au nom de l’intérêt supérieur du pays, notre pays, la France. Nous lui en saurons toujours gré. Précisons que Calais – ville française ? – est devenue, de fait, une enclave soumise à un autre droit que le droit français légal, ville dont les habitants de certains quartiers sont devenus des otages en puissance que la force publique n’est plus en mesure de protéger. Le scandale est patent.

               Le rassemblement entièrement pacifique qui s’est opéré autour du général Piquemal le 6 février dernier était là, comme dans d’autres villes de France, pour justement dénoncer ce scandale. Alors que les trois sommations d’usage avaient été effectuées, le général, dans une adresse aux forces de l’ordre, plus particulièrement en direction des gendarmes présents qu’il traita de « frères d’armes », venait de donner la consigne de dispersion de la manifestation et allait achever son discours, un groupe de policiers en tenue se précipita, l’encercla et, sans ménagement, bousculant même une personne âgée, s’empara de sa personne… Ce, en vue d’une comparution immédiate.

Dans cette affaire, les provocations délibérées sont multiples :

 -          le deux poids deux mesures systématique pour l’autorisation de manifester malgré l’état d’urgence, les casseurs gauchistes manifestent et cassent joyeusement ;

-          les manœuvres de désinformation de la part des autorités et de la presse serve au sujet de la nature de cette manifestation de Calais ;

-          les persécutions en tous genres, y-compris fiscales, contre les associations qui déplaisent, comme actuellement nos amis de CIVITAS ;

-          l’interpellation abusive et médiatisée d’un Officier Général populaire dans le milieu combattant…

               Malgré notre indignation légitime, sachons garder le moral et la sagesse des vieilles troupes et ne cédons pas à ces provocations qui visent à nous faire sortir de nos gonds et à manifester bruyamment notre réprobation, ce qui serait le prétexte attendu pour nous faire dissoudre. Rappelons-nous du 6 février 1934 qui servira de prétexte à la dissolution par le Gouvernement Socialiste d'alors de tout un ensemble de Ligues et Associations Patriotes, le tout couvert, comme toujours, par le mensonge officiel qui s’imposa par la suite comme vérité…

               Ne tombons pas dans leur piège, soyons patients, le régime actuel, à l’agonie, se délite peu à peu

Roger HOLEINDRE

Président du Cercle National des Combattants

***********************************************************************************************

Communiqué de Maître Jacques PEYRAT

Ancien Sénateur-Maire de Nice

Président de l'Amicale de la Légion Etrangère de Nice

 

JACQUES PEYRAT

PHOTO PRESSE Gérard DIACONESCO - AGENCY PRESS INTERNATIONAL DIACONESCO.TV - 

C'est avec stupeur que j'ai appris ce Week-end l'arrestation du Général 4 étoiles Christian PIQUEMAL ce samedi 6 Février 2016 lors d'une manifestation "anti-immigration" à Calais organisée par PEGIDA, manifestation frappée d'interdiction par le Préfet du Pas-de-Calais.

En tant qu'ancien Officier Parachutiste de la Légion Étrangère où j'ai servi en Indochine, je suis choqué et scandalisé par cette arrestation brutale d'un homme qui a tout donné à la Patrie durant sa longue carrière d'Officier Supérieur de l'Armée Française, arrestation arbitraire et sans ménagement vu son grand âge, son grade de Général actuel de Corps d'armée ainsi que ses états de service, par des Gendarmes Mobiles appartenant eux aussi au Corps de l'Armée Française.

Je tiens à exprimer ici en mon nom toute ma sympathie et mon soutien au Général Christian PIQUEMAL ainsi que son prompte rétablissement de santé du à un grave malaise lors de sa mise en examen, provoquant ainsi son hospitalisation immédiate.

Maître Jacques PEYRAT

Fait à Nice le 9 Février 2016

***********************************************************************************************

20$1$parachutistes

J'étais aux côtés du Général PIQUEMAL quand il a été brutalement arrêté 

Editorial de Michael PAEPE

Comme convenu au téléphone avec votre rédacteur en chef, je témoigne de ce que j'ai vu lors de la manifestation de ce 6 février 2016 à Calais.
J'habite cette ville aujourd'hui sinistrée depuis toujours. Je tiens à noter que c'est la première fois que de tels effectifs de police et de tels moyens répressifs sont déployés pour une manifestation qui était totalement pacifique.
Lors de la dernière manifestation des migrants, « No Borders et antifas », ces moyens n'étaient pas là, alors que la statue du général De Gaulle a été taguée, des véhicules endommagés, le port envahi, avec intrusion de centaines de clandestins dans un ferry.
Cette fois, nous avons eu droit à deux camions à canon à eau sur place ainsi que de nombreux effectifs de police.
Malgré l'absence de provocation de notre part, les CRS ont lâché des gaz lacrymo sur nous, de manière parfaitement gratuite, et nous ont chargé à trois reprises.
 
Le Général PIQUEMAL, qui était en train de partir de la manifestation après un appel à la dispersion aux manifestants, a été arrêté avec une violence inouïe. J'étais à ses côtés, j'ai été poussé avec force contre les barrières, un homme d'une cinquantaine d'années, qui se tenait à côté de moi, a été projeté à terre, tombant et se cognant brutalement la tête sur la chaussée.
 
Une vingtaine de personnes ont été arrêtées et emmenées par bus.
J'ai moi-même était pris à partie, et un temps arrêté. Un CRS a pris mon nom, prénom et date de naissance. Après 15 minutes, j'ai été relâché.
Nous sommes allés en petit groupe (environ trente personnes) ensuite en direction du commissariat de police afin de demander la libération du Général PIQUEMAL.
Or, à notre arrivée de nombreuses forces de police nous attendaient. Deux canons à eau ont été amenés sur place, le commissariat a barricadé ses entrées et des CRS se sont mis devant la porte.
Après environ 45 minutes d'attente, nous sommes partis après que les CRS nous eurent menacés d'arrestation.
Je constate que la police de Cazeneuve, qui laisse les migrants agresser en toute impunité les routiers, les policiers et les Calaisiens, réprime sans concession un Héros de la Nation, le général PIQUEMAL, et les Patriotes.
Mickael PAEPE
**********************************************************************************************

12647006_1553216801658690_5403998279590812830_n