LA NOUVELLE GRANDE MOSQUÉE DE NICE DANS LA PLAINE DU VAR FAIT DES VAGUES LORS DU DERNIER CONSEIL MUNICIPAL EXTRAORDINAIRE DU LUNDI MATIN 25 AVRIL 2016

ciric-314138_0_1400_932

 

Le Conseil municipal « extraordinaire » du 25 avril 2016 du matin accouche d'une seconde Grande mosquée à Nice Ouest

Communiqués / 26 avril 2016 / /

Communiqué de presse de Marie-Christine Arnautu, Vice-présidente du Front National, Député français au Parlement européen, Conseillère municipale et métropolitaine de Nice

arnautu fn 06

« Nous proposerons d’ici à la fin de la semaine un autre projet pour l’implantation d’une mosquée à l’ouest de la ville, sur un terrain adapté, avec des financements français et qui représentera tous les courants de la religion musulmane (…) Il s’agira d’un complexe beaucoup plus développé qui permettra de limiter aussi les abattages clandestins. » a donc annoncé Christian Estrosi.

Au-delà des gesticulations politico-médiatiques de cette matinée, voici la principale nouvelle qu’il faudra retenir de ce Conseil municipal « extraordinaire » : après avoir encouragé le projet de Grande mosquée saoudienne de Nice Ouest et après que sa municipalité en ait autorisé les travaux, Christian Estrosi entend désormais s’y opposer… en favorisant une seconde Grande mosquée ! Pilotée par ses grands amis de l’UOIF peut-être ? Comme c’est déjà le cas de la mosquée de Nice centre, hébergée dans des locaux municipaux, et de celle de Nice Est, hébergée dans des locaux de l’office HLM de la métropole. Son annonce laisse aussi entendre que le lieu, « beaucoup plus développé », pourrait même être agrémenté d’un abattoir halal.

Ainsi, au final, et après toute cette comédie, c’est donc bien d’une seconde Grande mosquée que risquent d’hériter les habitants des quartiers Ouest de Nice. Une seconde Grande mosquée dont tout laisse à croire qu’on y professera la même dangereuse doctrine politico-religieuse.
Les Niçois peuvent compter sur nous pour continuer à combattre sans relâche tant la Grande mosquée à propulsion saoudienne que celle à propulsion municipale."

 

Grande mosquée saoudienne : la riposte militante du FN pour dénoncer la responsabilité d'Estrosi ::

Communiqué de presse du FRONT NATIONAL 06 du 28/06/2016

Depuis mardi, ce sont plusieurs milliers de tracts qui ont été diffusés dans les quartiers Ouest de Nice pour dénoncer la responsabilité de Christian Estrosi concernant la Grande mosquée saoudienne. Dès lundi, des affiches viendront accompagner cette riposte militante. 

En nous appuyant sur les déclarations des responsables de la mosquée eux-mêmes – jamais démenties par Christian Estrosi ! – nous comptons ainsi mener à bien cette vaste entreprise de réinformation des Niçois.

Christian Estrosi se démène pour ne pas voir la campagne de sa protégée troublée par ses compromissions, mais il peut compter sur nous non seulement pour lutter contre ces deux (depuis son annonce lundi) projets de Grande mosquée à Nice Ouest mais aussi pour continuer à dénoncer sa responsabilité personnelle et celle de ses soutiens.

Michel BRUTTI – candidat du Front National dans la 5ème circonscription 

Philippe VARDON – directeur de campagne 

**********************************************************************************************

Communiqué de Presse de Philippe VARDON Conseiller Régional Front National de PACA

Estrosi parle de lâcheté : qu'il accepte donc un débat sur ses mosquées ! 

(communiqué du 26/04/2016)

PHILIPPE VARDON IDENTITAIRE

Hier, dans le cadre de ce Conseil municipal « extraordinaire » consacré à la Grande mosquée saoudienne de Nice Ouest, Christian Estrosi a tranquillement qualifié ses adversaires de « lâches » car ceux-ci avaient décidé de quitter la salle ou encore de boycotter cette comédie.

Afin qu'il puisse, de son côté, prouver son grand courage je lui propose donc publiquement un débat concernant cette Grande mosquée, la seconde Grande mosquée qu'il entend désormais construire sur le même secteur, ou encore ses relations avec les islamistes de l'UOIF et les deux mosquées liées à cette organisation qu'il héberge dans des locaux appartenant à la Ville ou à Côte d'Azur Habitat. Un débat où, contrairement au Conseil municipal, Christian Estrosi n'aura pas la possibilité de choisir les sujets, de délivrer les temps de parole, de couper les micros, et d'avoir à coup sûr le dernier mot. Il ne manquera pas de médias pour se proposer de l'organiser si celui-ci venait à accepter.

Je ne doute pas qu'un homme si courageux et si vertueux que Christian Estrosi, n'ayant rien à craindre d'un lâche opposant et de ses arguments fallacieux, acceptera donc de débattre face à moi sur ce sujet qui préoccupe désormais tous les Niçois.

Philippe VARDON

Conseiller régional de PACA
Responsable FN de la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes

 

ON A EU LES GRANDS BÂTISSEURS DE

CATHÉDRALES EN FRANCE ON A...

ESTROI, MAIRE BÂTISSEUR....

DE MOSQUÉES !

Communiqué de presse du Front National le 30/04/2016

 

Cela fait 10 ans que je dénonce les desseins réels et les compromissions profondes de Christian Estrosi. Voici désormais venu le temps de voir les masques tomber.

C'est bien sous l'impulsion et avec le soutien de Christian Estrosi, sur un terrain municipal de 1000 m², que va voir le jour une Grande mosquée.
Celle-ci sera aussi dotée d'un espace culturel (permettant de subventionner sans contredire la loi de 1905 ?) et d'un espace d'abattage. Celle-ci sera administrée par l'imam dirigeant l'UOIF locale, organisation islamiste émanation dans notre pays des Frères Musulmans.

51Gw86iR8HL


Il y a deux ans, j'étais contraint de publier une enquête pour dénoncer ce qui était et ce que je voyais venir, aujourd'hui tout est dans Nice-Matin. Plus personne ne pourra dire qu'il ne sait pas.

Nice-Matin du 30.04.2016 :

http://www.nicematin.com/vie-locale/estrosi-presente-son-projet-de-lieu-de-culte-musulman-45466

Philippe Vardon

Conseiller régional de PACA

Responsable FN de la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes

**********************************************************************************************

Benoît Kandel

1-79983001_p

 

Communiqué de presse de Benoit KANDEL suite au Conseil municipal de Nice du 25 avril 2016

Lors du Conseil municipal du lundi 25 avril 2016, au nom du groupe « Mon Parti c’est Nice », j’ai fait la démonstration que, contrairement à ses dires, Monsieur Christian ESTROSI est bien à l’origine de la salle de prière de Nice-Ouest dont il refuse aujourd’hui l’ouverture.


Incapable de contester les faits, Monsieur Christian ESTROSI s’est alors lancé à mon endroit dans des attaques personnelles graves, qui mêlaient injures publiques, insultes et diffamation.


Tout en regrettant profondément que monsieur Estrosi ait perdu son sang-froid, je me réserve, à la lecture du procès-verbal de séance, le droit de déposer plainte contre lui, considérant qu’en cette occasion, il est allé largement au-delà de ce que des échanges entre un Maire et des élus de son opposition peuvent ordinairement autoriser lors d’un Conseil municipal.

Benoit KANDEL

Conseiller Municipal 

Conseiller Métropolitain

**********************************************************************************************

Communiqué de presse de Me Jacques Peyrat du 26 avril 2016

Maire de Nice de 1995 à 2008

Président-Fondateur de la Communauté d’agglomération Nice Côte d’Azur

Ancien député et ancien sénateur de la Nation

Avocat Honoraire

Jacques-Peyrat-Sur-son-site-500p1

Projet de Mosquée dans la Plaine du Var à Nice : Nemo auditur propriam turpidinem allegans 

Au sujet de la polémique sur l’ouverture d’un lieu de culte musulman à Nice, suspecté d’être financé par des fonds saoudien, la presse nationale et locale relaye largement ce jour une Dépêche AFP daté du 25 avril 2016 dont le contenu est le suivant :

< Pour M. Estrosi (élu à la mairie en 2008), le projet a été initié sous le mandat de son prédécesseur de droite Jacques Peyrat en 2002 (…) >

http://www.liberation.fr/france/2016/04/25/bras-de-fer-sur-une-mosquee-a-nice-estrosi-va-poursuivre-le-prefet_1448497

Je conteste formellement les informations portées à la connaissance du Conseil municipal réunit en séance extraordinaire le 25 avril par M. Estrosi, selon lesquelles ma municipalité aurait pu et n’a pas usé du droit de préemption appartenant à la commune, pour faire obstacle au projet d’installation d’une mosquée dans la plaine du Var à Nice, au 1 rue Pontremoli. Insinuant par la même que la municipalité que je conduisais aurait pu s’en faire complice en toute connaissance de cause.

Cette affirmation est non seulement totalement fausse mais malhonnête.

Les responsables de l’association cultuelle ‘En Nour’, ont eux-mêmes expliqués les conditions d’achat de ces locaux : c’est par hasard à l’occasion d’un séjour durant l’été 1998 d’un riche saoudien en villégiature sur la côte d’azur, venu prié dans un local route de Grenoble que ce dernier avait déclaré à l’iman : « cherchez un local et je vous l’achète ». En 2002, ce saoudien qui à l’époque n’était pas encore ministre des Affaires islamiques d’Arabie saoudite, s’est porté acquéreur des murs d’un bien privé qui occupait jusqu’alors un restaurant. Cette recherche de locaux et cette opération se sont déroulées dans la plus grande discrétion.

Ma municipalité non seulement n’a jamais été informée du projet qui accompagnait l’achat de ces locaux, mais ne disposait d’aucun moyen d’avoir connaissance de l’intention du propriétaire de réaliser un lieu de culte dans ce quartier d’activité économique dénommé « Nice Méridia », qui, l’époque, était en pleine opération d’aménagement. 

Si cela avait été le cas, conformément à mes opinions largement diffusés sur le sujet de l’ouverture des lieux de culte musulman sur le territoire de la ville de Nice, je me serais bien évidement opposé en usant du droit de préemption comme ma municipalité l’a systématiquement utilisé dès lors que des locaux à la vente intéressaient des acquéreurs portant un projet d’installation de lieu de culte musulman. 

Je rappelle aussi que c’est dès l’année suivante l’élection à la mairie de Nice de M. Estrosi en 2008 que des réunions relatives au projet de ce centre culturel islamique, se sont déroulées en mairie de Nice en présence des porteurs du projet en mairie , comme M. Estrosi le reconnaît d’ailleurs lui-même, et ont débouché trois ans plus tard sur la signature de l’autorisation des travaux par la municipalité de M. Estrosi qui feint aujourd’hui de s’opposer à un projet après l’ avoir accompagné et en avoir autorisé les travaux 

La technique de M. Estrosi consistant à s’accorder le mérite de mes réalisations et à rejeter la responsabilité des manquements de sa municipalité sur la mienne, est misérable. M. Estrosi devrait méditer la citation latine : « Personne n'est entendu par un juge lorsqu'il allègue sa propre turpitude ». 

Ces éléments étant posés, je me réserve bien évidement, en fonction des éléments qui seront retranscrits dans le Procès-Verbal de séance du conseil municipal du 25 avril 2016, la possibilité d’intenter des poursuites judiciaires.

Jacques Peyrat

**********************************************************************************************

Communiqué de Presse du mercredi 6 janvier 2016 de Christian ESTROSI Maire de la ville de Nice

 

107863325

 

" Christian Estrosi réitère sa demande au 1er Ministre et au Ministre de l'Intérieur, sur l'origine des fonds utilisés pour la réalisation d'une salle de prière avenue Pontremoli à Nice."

Alors que l'enquête publique pour la création d'un équipement pour la petite enfance dans le quartier des Iscles au n°1 avenue Pontremoli, se tient actuellement jusqu'au 12 janvier 2016, Christian Estrosi, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Aur, Maire de Nice, continue de s'opposer à l'aménagement d'une salle de prière en ce lieu :

" Le 2 octobre 2012, j'avais demandé à Manuel Valls, alors Ministre de l'Intérieur, de m'apporter tous les écaircissements nécessaires sur l'origine des fonds utilisés pour la réalisation d'une salle de prière sis, 1 Avenue Pontremoli, par l'association Culturelle et Cultuelle de Nice la Plaine.

J'avais également demandé, tant au Ministre de l'Intérieur actuel Bernard Cazeneuve, qu'au Préfet des Alpes-Maritimes, de m'apporter des garanties sur le porteur de projet afin d'informer ce dernier de mon opposition concernant l'ouverture d'un lieu de culte dans ce secteur situé au coeur de l'Opération d'Intérêt National Eco-Vallée Plaine du Var, où se pose déjà une probématique de stationnement et de circulation.

N'ayant pas été informé du résultat de l'enquête diligentée par les services de l'Etat sur la provenance des fonds, la destanation de ce local et l'identité des propriétaires du bien, j'ai à nouveau écrit un courrier, ce jour, à Manuel Valls, Premier Ministre, ainsi que Bernard Cazeneuve, Ministre de l'Intérieur.

Dans le contexte actuel, notamment dans le cadre de l'Etat d'Urgence, il est en effet de mon devoir impératif deprotéger mes concitoyens et de leur apporter toutes les réponses sur ce projet qui ne dispose d'aucune autorisation et dont le statut juridique, le contenu et financement sont opaques."

Christian Estrosi

Maire de Nice; Président de Nice Métropole Côte d'Azur; Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

***********************************************************************************

" Bras de fer sur une mosquée à Nice: Estrosi va poursuivre le Préfet des Alpes-Maritimes "

 

SOURCE COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'AFP — 25 avril 2016 à 12:47 (mis à jour à 15:37)

  • Bras de fer sur une mosquée à Nice: Estrosi va poursuivre le préfet

Pas question pour le maire de Nice Christian Estrosi (LR) d’ouvrir au milieu d’une technopole une mosquée financée par l’Arabie saoudite : il s’est offert une tribune lundi en convoquant son conseil municipal pour attaquer en justice le préfet, et donc l’État.

La session extraordinaire du conseil municipal convoquée par M. Estrosi a suscité une volée de critiques de l’opposition municipale, qui a accusé le maire de «mensonges» et de «populisme».

Pour M. Estrosi (élu à la mairie en 2008), le projet a été initié sous le mandat de son prédécesseur de droite Jacques Peyrat en 2002 et «aucune autorisation n’a été accordée à ce lieu de culte».

Le propriétaire du bâtiment - le ministre saoudien des Affaires islamiques Cheikh Saleh ben Abdel Aziz Al-Cheikh - «prône la charia et a annoncé qu’il fallait détruire toutes les églises de la péninsule panarabique», a déclaré le maire de Nice.

«Nos services de renseignement sont inquiets sur ce lieu de culte», a-t-il ajouté, en faisant état de «fonds étrangers non contrôlés».

Le préfet Adolphe Colrat a récemment donné son feu vert sous conditions à l’ouverture de la mosquée de l’Institut En-Nour, dont la construction engagée en juillet 2012 s’est achevée en novembre.

Il exige que la mosquée «ne dépende en aucune façon d’une influence étrangère» et «que sa gouvernance s’inscrive clairement dans le cadre de la loi de 1905, en y associant la collégialité représentative du culte musulman à Nice et dans le département».

Concrètement, M. Estrosi demande au représentant de l’État de signer une déclaration d’utilité publique (DUP) pour ouvrir une crèche à la place de la mosquée. Et c’est le refus du préfet de transformer le lieu en crèche que la ville entend attaquer, la seule façon pour elle de contrer juridiquement le projet de mosquée.

Au cours du conseil municipal extraordinaire de lundi, le maire a également obtenu l’autorisation de saisir la cellule de renseignement Tracfin pour contrôler l’origine des fonds finançant la mosquée. Il entend aussi demander au préfet de fermer plusieurs salles de prières à Nice.

- «Ne négliger aucune piste» -

Le maire a affirmé que le lieu de culte musulman situé à l’ouest de Nice n’était «en rien soutenu par les représentants de la communauté», tout en annonçant la présentation «d’ici la fin de la semaine» d’un terrain adapté pour créer un nouveau lieu de culte à l’ouest de la ville.

Dans un courrier en date de janvier brandi par l’opposition municipale, quatre responsables locaux du culte musulman ont écrit au président de l’association gérant la future mosquée controversée: «Nous ne nous sommes jamais prononcés contre votre projet» déclarent-ils dans cette lettre.

L’un des signataires, Boubekeur Bekri, vice-président du Conseil régional du culte musulman en Paca, explique à l’AFP qu’il s’agit d’une approche pragmatique. «Nous ne faisons pas de la politique, notre position consiste à ne négliger aucune piste».

«Il y a une opposition du côté de la mairie, deux conditions posées par la préfecture, et aujourd’hui une autre solution du maire dont nous ne connaissons pas le contenu», résume-t-il prudemment. Le responsable n’entend pas se fourvoyer dans «un traquenard» politique alors qu’une élection législative partielle (pour le poste de député de M. Estrosi) se déroulera fin mai précisément dans la zone géographique de la mosquée en question.

«Le maire a approuvé le projet» a dénoncé pour sa part lundi son ancien 1er adjoint Benoit Kandel passé dans l’opposition sans étiquette, accusant M. Estrosi d’être un «menteur». Il a rappelé que la mosquée avait reçu des avis favorables en 2012 de la commission de la sécurité et de la commission de l’accessibilité de la ville de Nice pour ouvrir au public. M. Estrosi a rétorqué qu’il n’avait pas été tenu au courant par son ancien adjoint.

Le conseiller municipal d’opposition socialiste, Patrick Allemand, a pour sa part accusé le maire de «nourrir le populisme». «C’est une démarche stigmatisante, vous montrez du doigt une communauté», a-t-il insisté. «Ce qui me choque c’est que le maire ait donné une autorisation de travaux, c’est une affaire purement politique !», a-t-il estimé, faisant aussi allusion à la prochaine élection législative partielle des Alpes-Maritimes."

SOURCE PRESSE AFP

**********************************************************************************************

Communiqué de Presse de Christian RAZEAU et de Viviane NERVO des Associations de défense animalières des Alpes-Maritimes

59339580

Alerte à l'abattoir à caractère religieux dans notre Ville de Nice !
 
       

Bonjour Madame, Bonjour Monsieur,

Nous sommes concernés par les articles paru dans Nice-Matin sur la mosquée En-Nour les 26 et 27 Avril 2016
Nous sommes résolument opposés à cette surenchère entraînant la création d'un abattoir à caractère religieux dans notre ville.
Nous vous proposons de venir nous rencontrer ce Mardi 3 mai, à 14h30 , Place Garibaldi, au bar restaurant Guiseppe Pepino , pour vous présenter nos moyens de résistance.
Merci
Viviane Nervo
Christian Razeau
06 75 23 20 74
Pour les Associations de défense animalières
**********************************************************************************************
Alerte ! Le Maire de Nice, dans la surenchère, promet un abattoir à la communauté musulmane.
 
       
Bonjour,
 
Si vous avez lu les journaux Nice-Matin des 26 et 27 Avril 2016, page 6 et page 9, concernant la mosquée En Nour, vous avez compris que Monsieur le Maire de Nice, Christian Estrosi, va dans la surenchère avec la communauté musulmane.

Nous savions également qu'il n'est pas un défenseur des animaux.
 
Pour lui tout est bon  : animaux sauvages dans les cirques, parc Phoenix dépassé, pro-corrida, euthanasie des pigeons, anti-loup, pro-chasse, pro-pêche, pas d'espaces canins mais de simples canisettes.... et maintenant après avoir donner son autorisation pour l'ouverture de la mosquée En-Nour( ce qui ne nous gènait pas : il est normal qu'il y ait un lieu de prière décent pour les musulmans), alors que cette mosquée est terminée, il essaye de différer son ouverture pour ne pas être critiqué et abandonné par son électorat durant l'élection législative partielle du 22 mai 2016 et la Présidentielle de 2017.
Pour cela il va donc dans la surenchère, en étant prêt à donner son autorisation pour créer, un peu plus tard, le temps de le construire,  non seulement un lieu de culte mais aussi un abattoir, bien sûr selon les rites religieux dans la plaine du Var, sur le territoire niçois,  entre les quartiers des Moulins et de St Isidore, à la condition que les musulmans soient prêt à renoncer aujourd'hui à la mosquée En-Nour.
Après les récents reportages, nous savons la somme de maltraitances et de douleurs pour les animaux, la somme de nuisances visuelles, olfactives et environnementales pour les humains et la somme de réticences philosophiques, scientifiques et juridiques que représente ce type d'établissement classé selon le "tonnage" qui est abattu.
Aussi vous êtes aimablement conviés à venir rencontrer les associations de défense animalière du département, Mardi 2 mai 2016, à 14h30, à la Brasserie Giuseppe Pepino, Place Garibaldi, à Nice,  où nous présenterons notre plan pour lutter contre ce projet.
 
Viviane Nervo,
Christian Razeau
Association "Quartiers de Nice"
Collectif animalier du 06
Association pour le Développement du Droit Animalier
**********************************************************************************************
Sur la création d'un abattoir dans la plaine du Var ( suite )
 
       
Nice le 3 mai 2016
 
Veuillez trouver la :
Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président de la Région Provence Alpes Côte-d’Azur.
 
Monsieur le Maire,
 
Les journaux Nice-Matin des 26, 27, et 30 Avril 2016, nous ont alerté sur votre intention de réaliser un abattoir à côté d’un centre culturel musulman, dans la plaine du Var sur la commune de Nice.
 
S’il n’est pas dans nos intentions ni dans nos statuts de discuter la pertinence d’un lieu de culte ou mosquée, il est de la nôtre de s’intéresser à la création d’un lieu d’abattage.
 
Nous sommes fermement décidés à contribuer à créer des lieux de vie pour les animaux et non pas à laisser s’installer des lieux de mort.
 
Nous sommes contre toute forme d’abattage et à plus forte raison contre la forme d’abattage sans étourdissement.
 
Dans le projet de ce lieu de prière, nous vous proposons de remplacer l’espace mortuaire qu’est un abattoir par un espace de culture qui pourrait être, comme l’a décidé la ville de Lens pour le Musée du Louvre, une annexe de l’Institut du monde arabe ( elle serait la seule dans le Sud de la France ). 
Dans ce cas votre projet prendrait de la valeur et ferait certainement l’unanimité.
 
Toutes nos associations amies, indépendamment des signataires,  manifestent leur incompréhension à l’égard de votre projet qui va à l’encontre de l’attente d’une société laïque et républicaine moderne.
Elles sont prêtes à se lever pour défendre le droit à une vie et à une mort digne pour l’animal.
Le quartier des Moulins n’a nul besoin d’un lieu de mort pour parvenir à s’intégrer à la vie de la commune.
 
Un abattoir dans cette Opération d’Intérêt National de la plaine du Var, dans cette Eco-vallée, donnerait une bien piètre image de la modernité à laquelle vous souhaitez adhérer.
 
A l’heure actuelle la création d’un abattoir est à l’opposé complet du mouvement général de contestation sur l’abattage et les méthodes d’abattage, comme l’association L 214 l’a fait ressortir dans ses vidéos.
 
Monsieur le Maire, nous comptons sur vous et sur votre Conseil Municipal, pour revenir ouvertement et très rapidement sur ce projet d’abattoir.

Si tel n’était pas le cas nous serions contraint, contre notre volonté, à porter le débat non seulement au niveau de la 5eme circonscription des Alpes-Maritimes mais au niveau Régional voire au niveau National.
 
Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Maire, Monsieur le Président de la Métropole, Monsieur le Président de la Région Provence Alpes Côte-d’Azur, l’expression de toute notre considération et de nos sentiments très attentifs.
 
Association Justice Pour les Animaux  AJPLA
Au Service des Animaux ASA06
L’Association pour le Respect et la Protection des Animaux ARPA
L’Association pour le Développement du Droit Animalier ADDA
L214
Le Collectif Animalier du 06
**********************************************************************************************

VH-RVB-300x288VH-prac-RVB-300x238